Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe comportement suicidaire chez l'enfant
Malchair, Alain ULg

in Revue Médicale de Liège (2010), 65(2), 67-70

Detailed reference viewed: 66 (13 ULg)
Full Text
See detailComportement thermo-hydromécanique des argiles en vue du stockage des déchets radioactifs
Collin, Frédéric ULg

Scientific conference (2013, December 18)

Detailed reference viewed: 24 (4 ULg)
See detailComportement tribologique du contact PCTFE/acier 440C en azote de la température cryogénique à l'ambiante
Cautain, Satia; Robbe-Valloire, François; Bozet, Jean-Luc ULg

in Journées Internationales Francophones de Tribologie (2011)

Detailed reference viewed: 23 (1 ULg)
Full Text
See detailComportements à risque et maladies cardio-vasculaires. Comment infléchir le cours des choses?
Etienne, Anne-Marie ULg; Krzesinski, Jean-Marie ULg; André, Jean-François

Scientific conference (2014, April 01)

«Comportements à risques et maladies cardio-vasculaires, comment infléchir le cours des choses ?» Entre recommandations, croyances et attitudes des médecins, croyances, attitudes et vécu des patients ... [more ▼]

«Comportements à risques et maladies cardio-vasculaires, comment infléchir le cours des choses ?» Entre recommandations, croyances et attitudes des médecins, croyances, attitudes et vécu des patients, comment améliorer la prévention dans le domaine cardio-vasculaire ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 52 (18 ULg)
Full Text
See detailComportements à risques et maladies cardio-vasculaires, comment infléchir le cours des choses?
Krzesinski, Jean-Marie ULg; andre, Jean-François

Conference (2014, April 01)

Entre recommandations, croyances et attitudes des médecins, croyances, attitudes et vécu des patients, comment améliorer la prévention dans le domaine cardio-vasculaire?

Detailed reference viewed: 24 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailComportements de prédation en faibles profondeurs d'eau chez le Harle bièvre Mergus merganser
Delcourt, Johann ULg

in Aves (2010), 47(4), 201-212

This article describe the predation behaviour of the Common Goosander, observed on the river Ourthe during periods of low water levels. even though it is catalogued as a dinving duck, the bird can ... [more ▼]

This article describe the predation behaviour of the Common Goosander, observed on the river Ourthe during periods of low water levels. even though it is catalogued as a dinving duck, the bird can, starting from the "head under water" posture typical of the species, adopt a mode of search and pursuit of its prey which does not require diving. The "head under water" posture has been noted previously in the specialist literature, but it has never before been so precisely described. The fishing behaviour in very low water levels was never mentioned. We report here observations carried out in September 2009 and June 2010 on the site of the Grosses-Battes in Basse-Ourthe (Angleur, Liège, Belgium). These observations show that some summering individuals prefer a riffle zone as feeding site at times of low water level, even though many depper zones are accessible in the vicinity. [less ▲]

Detailed reference viewed: 83 (7 ULg)
See detailLes comportements des adolescents à l'épreuve de la socialisation genrée
Gavray, Claire ULg

Conference (2014, May 19)

comparaison des facteurs conduisant les filles et les garçons à adopter un comportement considéré comme délinquant'. Mêmes mécanismes psychosociaux à la base mais manifestations différentes au vu de la ... [more ▼]

comparaison des facteurs conduisant les filles et les garçons à adopter un comportement considéré comme délinquant'. Mêmes mécanismes psychosociaux à la base mais manifestations différentes au vu de la construction genrée en cours depuis l'enfance dans les différentes sphères de vie [less ▲]

Detailed reference viewed: 62 (20 ULg)
Full Text
See detailLes comportements des enseignants dans la perspective d'un traitement différencié des élèves
Piéron, Maurice; Ledent, Maryse; Pirottin, Véronique et al

in Revue de l'Education Physique (1997), 4

La pédagogie basée sur la théorie des "rythmes d'apprentissage" accorde une place privilégiée à l'individualisation et contredit le principe d'une programmation uniforme, valable pour tous. Toute classe ... [more ▼]

La pédagogie basée sur la théorie des "rythmes d'apprentissage" accorde une place privilégiée à l'individualisation et contredit le principe d'une programmation uniforme, valable pour tous. Toute classe est hétérogène, chaque enfant étant singulier, différent dans ses valeurs, ses attitudes, ses potentialités et ses compétences. Chacun apprend à un rythme différent, plus rapidement que la moyenne dans des domaines, moins rapidement dans d'autres. ... [less ▲]

Detailed reference viewed: 248 (14 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailComportements et pratiques alimentaires à Kinshasa. Un rapprochement entre les conditions de vie et les modes de consommation alimentaires des ménages
Muteba Kalala, Damien; Ntoto, Roger; Lebailly, Philippe ULg

in Journal of Oriental and African Studies (2014), 23

Cette recherche a pour but d’analyser la dynamique des modèles de consommation alimentaire dans la ville de Kinshasa en prenant en compte les dimensions socio-économiques et culturelles des consommateurs ... [more ▼]

Cette recherche a pour but d’analyser la dynamique des modèles de consommation alimentaire dans la ville de Kinshasa en prenant en compte les dimensions socio-économiques et culturelles des consommateurs, dans une approche de suivi des ménages. Cette recherche tente de répondre à ces deux questions : - Quelle est l’importance relative des différents aliments consommés par les ménages ( leur poids relatif dans les dépenses de consommation) ? (Bricas, 1998) ; - Comment se caractérise cette consommation et comment les ménages s’organisent-ils pour accéder à l’alimentation ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 45 (13 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailComportements et pratiques alimentaires à Kinshasa. Une approche basée sur le rapprochement des conditions de vie et des modes de consommation alimentaires des ménages
Muteba Kalala, Damien ULg; Ntoto, Roger; Lebailly, Philippe ULg

in Société Française d'Economie Rurale (Ed.) 7èmes Journées de Recherches en Sciences Sociales : actes du colloque (2013)

La présente étude part d’un constat selon lequel; des ménages se retrouvent dans une situation d’insécurité alimentaire lorsque leurs modes de vie et moyens d’existence ne sont pas adaptés et qu’ils n’ont ... [more ▼]

La présente étude part d’un constat selon lequel; des ménages se retrouvent dans une situation d’insécurité alimentaire lorsque leurs modes de vie et moyens d’existence ne sont pas adaptés et qu’ils n’ont pas la capacité de trouver un équilibre entre un ensemble de besoins. La demande alimentaire des ménages ne peut donc être analysée indépendamment de l’ensemble des moyens d’existence et conditions de vie des ménages: relations sociales, ressources disponibles, localisation géographique. Trois quartiers de la ville de Kinshasa ont été choisis en fonction de leur niveau présumé de richesse afin d’analyser les modes de consommation alimentaire des ménages. Il s’agit du quartier Résidentiel de la commune de Limete (quartier aisé), les quartiers 1 et 7 dans la commune de Ndjili (quartier moyen) et le quartier Mabulu dans la commune de Makala (quartier pauvre). Le suivi rapproché de 30 ménages a permis de mettre en évidence les liens entre les modes de vie et les modes de consommation alimentaire. S’agissant des modes de vie, il a été identifié que pour accéder à l'alimentation, les ménages ont développé deux stratégies: la diversification des sources des revenus et la diversification des pourvoyeurs de revenus. Le nombre de sources de revenu par ménage est respectivement de 4 dans les ménages moins aisés et de 2 dans les ménages moyens et dans les ménages aisés. Ce nombre tend à augmenter avec la détérioration des conditions de vie. Le revenu hebdomadaire des membres des ménages a été estimé à respectivement 602 USD quartier aisé, 181 USD dans le quartier moyen et 41 USD dans le quartier pauvre. S’agissant des modes de consommation alimentaire, l’étude a montré que :la part des dépenses des céréales tend à diminuer dans les ménages moins aisés. Les racines et tubercules présentent une tendance opposée à celle des céréales. Ce sont les ménages les moins aisés qui consacrent la part relative la plus importante des dépenses pour l’achat des racines et tubercules soit 27% des dépenses alimentaires. Les légumineuses semblent également avoir une grande importance relative chez les ménages les moins aisés. Les ménages achètent davantage de viandes que de poissons. Les fruits sont des produits dont la consommation est saisonnière. La consommation des oeufs sous-forme d’omelette préparée hors ménage est très prisée par les ménages les moins aisés. Dans les ménages aisés, le lait est plus consommé que le sucre, la tendance est inversée pour les moins aisés. La quantité d’aliments consommés/personne/jour a été estimée respectivement à 1 120 grammes dans les ménages aisés, 801 grammes dans les ménages moyens et 493 grammes dans les ménages moins aisés. Les apports énergétiques/personne/jour sont respectivement estimés à 2452 calories dans les ménages aisés, 1838 calories dans les ménages moyens et 1130 calories dans les ménages pauvres. Les apports protéiques/personnes/jour sont respectivement dans l’ordre de 100grammes dans les ménages aisés, 80grammes dans les ménages moyens et 50grammes dans les ménages pauvres. La consommation de protéine ne semble pas être largement déficitaire tant dans les ménages aisés que dans les ménages pauvres. [less ▲]

Detailed reference viewed: 91 (13 ULg)
Full Text
See detailLes comportements non verbaux de l'enseignant : comment les maîtres enseignent II
de Landsheere, Gilbert ULg; Delchambre, André

Book published by Labor/Nathan (1979)

L'étude de la relation enseignant-enseigné a pris, au cours de ces dernières années, un essor considérable et de nombreuses grilles d'observation ont été expérimentées. La communication verbale a d'abord ... [more ▼]

L'étude de la relation enseignant-enseigné a pris, au cours de ces dernières années, un essor considérable et de nombreuses grilles d'observation ont été expérimentées. La communication verbale a d'abord retenu l'attention, mais représente-t-elle bien l'essentiel ? La puissance de la communication non verbale n'est-elle pas si grande que, même si elle n'intervient spécifiquement qu'à de brefs instants, elle joue cependant un rôle prépondérant ? L'implicite l'emprte-t-il sur l'explicite ? Les gestes, les intonations, les mimiques transmettent des messages, des nuances affectives là où la parole est impuissante. Plusieurs dizaines de dessins originaux aident à reconnaître les comportements ou les ensembles significatifs de comportements non verbaux. La recherche décrite représente plusieurs années de travail et semble ouvrir d'importantes perspectives d'étude et d'action pédagogiques. [less ▲]

Detailed reference viewed: 523 (9 ULg)
See detailLes comportements non verbaux de l'enseignant
de Landsheere, Gilbert ULg

in Vie Pédagogique (1980), 108

Detailed reference viewed: 58 (2 ULg)
See detailComportements sociaux et communication chez les chimpanzés
Servais, Véronique ULg

in Cahiers d'Ethologie (1990), 11(4), 507-510

The paper is a review of the chapters devoted to communication behaviors

Detailed reference viewed: 125 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes comportements vis-à-vis de la fraude fiscale et de la fraude sociale diffèrent-ils ? Une expérience menée en Belgique, en France et aux Pays-Bas
Pestieau, Pierre ULg; Lefebvre, Mathieu ULg; Riedl, Arno et al

in Economie et Prévision (2013), 202-203

En période de crise économique, les besoins de l’État augmentent et l’assiette fiscale se réduit. Il est alors courant de voir resurgir dans le débat public la lutte contre les diverses formes de fraude ... [more ▼]

En période de crise économique, les besoins de l’État augmentent et l’assiette fiscale se réduit. Il est alors courant de voir resurgir dans le débat public la lutte contre les diverses formes de fraude qui réduisent les recettes publiques. Dans ce contexte, on oppose régulièrement fraude fiscale à fraude sociale et la discussion porte souvent sur l’importance relative de l’une et de l’autre. On entend par fraude fiscale le détournement illégal d’un système fiscal afin de ne pas contribuer au financement des charges publiques, et par fraude sociale le fait d’échapper au versement des prélèvements sociaux ou de bénéficier indûment de prestations sociales. Les deux formes de fraude se recoupent parfois. S’il est difficile de mesurer avec précision l’une et l’autre forme de fraude, on estime généralement que la fraude fiscale représente un manque à gagner pour l’État beaucoup plus important que la fraude sociale. Cependant, ces deux types de fraude émanent probablement de populations aux caractéristiques différentes en termes d’activité et de ressources. Il est donc intéressant d’essayer d’identifier les facteurs explicatifs de ces deux types de fraude, c’est-à-dire d’étudier si ces derniers répondent à des ressorts économiques et des impératifs moraux similaires ou non. Des populations ou des groupes sont souvent stigmatisés pour pratiquer l’un ou l’autre type de fraude. Cet article se propose d’expliquer les facteurs menant à ces deux types de fraude, à partir de données obtenues d’une expérience en laboratoire. De par ses exigences de contrôle et son caractère artificiel, l’expérimentation de laboratoire peut contribuer à apporter des éléments de réponse à cette question. En effet, par le choix de valeurs de paramètres appropriées, elle permet de comparer directement les deux types de fraude du point de vue économique, de façon à isoler des dimensions non-économiques de la prise de décision. L’originalité de notre expérience est double. S’il existe maintenant un grand nombre d’expériences sur la fraude fiscale, aucune n’a été consacrée spécifiquement à la fraude sociale au sens de cumul d’un revenu de remplacement et d’un revenu dans un emploi au noir. Outre le fait de comparer la fraude fiscale et la fraude sociale dans un cadre expérimental comparable, nous avons mené cette recherche dans les deux principales régions de Belgique (Flandres et Wallonie), aux Pays-Bas et en France, afin d’élargir le champ de comparaison. Si ces pays ont des institutions différentes, la France et les Pays-Bas partagent avec l’une ou l’autre région de Belgique la même langue et, de ce fait, une culture similaire. Ceci nous permet de comparer les comportements face aux mêmes incitations économiques d’un pays à l’autre, ainsi qu’à l’intérieur de la Belgique, tout en contrôlant l’effet du contexte institutionnel. Dans l’expérience proposée, les participants doivent d’abord choisir entre un emploi offrant un revenu aléatoire mais connu de l’autorité fiscale (correspondant de fait à un emploi salarié) et un emploi offrant un revenu plus aléatoire mais non observable sans contrôle. Dans le traitement de la fraude fiscale, le second choix correspond à un travail indépendant dont le revenu n’est connu du fisc avec certitude que moyennant un contrôle. Dans le traitement de la fraude sociale, il s’agit d’une activité non déclarée que l’individu mène tout en touchant des allocations de chômage. Les valeurs des paramètres dans les deux traitements sont choisies de sorte qu’un individu rationnel et neutre au risque devrait choisir l’emploi autorisant la fraude et frauder s’il existe un très faible risque de contrôle. Les paramètres retenus sont tels que les choix devraient être identiques dans les deux traitements. Les résultats montrent que, dans le cadre du laboratoire, alors que les gains monétaires espérés de la fraude sont identiques, la fraude sociale tend à être plus probable que la fraude fiscale.On observe aussi que de nombreux individus optent pour l’emploi se prêtant à la fraude fiscale tout en ne fraudant pas, ce qui confirme l’existence d’une aversion à la tricherie chez une partie de la population. On retrouve un résultat classique dans ce type de travaux, à savoir que la fréquence des contrôles conduit à l’honnêteté fiscale. Enfin, en ce qui concerne la comparaison internationale, les différences entre les pays sont faibles. La fraude fiscale est plus fréquente chez les participants français et néerlandais que chez les participants belges toutes choses égales par ailleurs. Les participants flamands ne fraudent pas plus le fisc que les participants wallons. Il n’y a pas de différences de recours à la fraude sociale d’un pays ou d’une région à l’autre. [less ▲]

Detailed reference viewed: 96 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa composante morphosyntaxique du langage dans les dysphasies : données d'observation francophones
Comblain, Annick ULg

in Enfance (2004), 56(1), 36-45

Les données présentées dans cet article confirment de manière assez forte celles de la littérature. Les performances des sujets dysphasiques (EDP) francophones étudiés sont, d'une part, inférieures à ... [more ▼]

Les données présentées dans cet article confirment de manière assez forte celles de la littérature. Les performances des sujets dysphasiques (EDP) francophones étudiés sont, d'une part, inférieures à celles d'enfants contrôles appariés sur la base de l'âge chronologique (EDL) et, d'autre part, inférieures en production par rapport à la compréhension. Les aspects morphologiques du langage posent des difficultés particulières aux EDP. Les erreurs effectuées par les EDP sont différentes de celles des enfants EDL. Le profil des EDP est tout à fait particulier et ne se superpose que sommairement à celui des EDL. De ce point de vue, nous pouvons parler de déviance. [less ▲]

Detailed reference viewed: 181 (11 ULg)