Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
See detailLes culicoïdes - Méthodes de lutte et de piégeage
Zimmer, Jean-Yves ULg

Scientific conference (2013, June 14)

Detailed reference viewed: 16 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCulicoides trapping with Rothamsted suction traps before and during the bluetongue epidemic of 2006 in Belgium.
Fassotte, C.; Delecolle, J. C.; Cors, R. et al

in Preventive Veterinary Medicine (2008), 87(1-2), 74-83

The collection of biting midges was taking place some months before the first bluetongue outbreak in Belgium in August 2006. The Walloon Agricultural Research Centre had been monitoring aphid populations ... [more ▼]

The collection of biting midges was taking place some months before the first bluetongue outbreak in Belgium in August 2006. The Walloon Agricultural Research Centre had been monitoring aphid populations at two sites annually in Belgium (Gembloux and Libramont), using two stationary '12-m' Rothamsted suction traps. For the Gembloux trap, collections of insects captured daily from 11 May 2006 onwards were already available at the time of the outbreak. An examination of these samples revealed the presence of Culicoides, some species of which are considered as potential vectors of the bluetongue virus (BTV). The trapping was therefore extended beyond the normal aphid activity period and the Culicoides captured were identified to species level. From 11 May to 31 December 2006, the Gembloux trap caught 664 Culicoides specimens belonging to 19 species comprising known BTV-vectors. The second trap, at Libramont, was reactivated from 12 September to 13 October and caught 97 specimens belonging to nine species, all of which had been found at the Gembloux site. Among the 19 species identified, four were new to Belgian fauna: Culicoides achrayi, C. deltus, C. lupicaris and C. newsteadi. This paper examines the overall phenology and the physiological status of Culicoides in 2006 before and during the bluetongue epidemic. It discusses the potential of the Rothamsted suction trap to monitor Culicoides. [less ▲]

Detailed reference viewed: 31 (6 ULg)
Full Text
See detailLes Culicoides, importants vecteurs de maladies du bétail
Smeets, François ULg; Robert, Nancy; Simonon, Grégory et al

Diverse speeche and writing (2012)

Detailed reference viewed: 25 (7 ULg)
See detailLes culicoïdes
Zimmer, Jean-Yves ULg; Haubruge, Eric ULg

Conference given outside the academic context (2007)

Detailed reference viewed: 27 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCulpabilité post-mortem et réparation civile au pénal : un mariage impossible ?
Michiels, Olivier ULg; Falque, Géraldine ULg

in Revue de la Faculté de Droit de l'Université de Liège (2013), (2/2013), 258-269

Le texte envisage la question de la condamnation d'un héritier au versement de dommages et intérêts sur le fondement de la culpabilité pénale de son père prévenu, constatée pour la première fois après le ... [more ▼]

Le texte envisage la question de la condamnation d'un héritier au versement de dommages et intérêts sur le fondement de la culpabilité pénale de son père prévenu, constatée pour la première fois après le décès de celui-ci. Il relève que la démonstration de l'existence d'une infraction, intervenue pour la première fois post-mortem au cours de l'examen de l'action civile par le juge répressif, viole le principe de la présomption d'innoncence garanti par l'article 6 § 2 de la Convention européenne des droits de l'homme que les héritiers sont en droit d'invoquer. [less ▲]

Detailed reference viewed: 43 (5 ULg)
See detailLe culte d'Artémis Kindyas à Bargylia
Paul, Stéphanie ULg

Master of advanced studies dissertation (2007)

Detailed reference viewed: 52 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe culte de la Persuasion. Peithô en Grèce ancienne
Pirenne-Delforge, Vinciane ULg

in Revue de l'Histoire des Religions (1991), 208

Detailed reference viewed: 45 (4 ULg)
Peer Reviewed
See detailLe culte des reliques aux XIe et XIIe siècles sur le domaine abbatial de Stavelot-Malmedy
George, Philippe ULg

in Actes du Congrès de la Fédération Archéologique & Historique de Belgique (1984)

Detailed reference viewed: 10 (1 ULg)
See detailLe culte des saints
George, Philippe ULg

in Liège. Autour de l'an mil, la naissance d'une principauté (Xe-XIIe siècle) (2000)

Detailed reference viewed: 9 (2 ULg)
See detailLe culte des saints, p. 87-120 et Le trésor. Le diptyque en ivoire du consul d’Asturius, p. 207-210
George, Philippe ULg

in Saint-Martin. Mémoire de Liège (1990)

Detailed reference viewed: 9 (5 ULg)
See detailLe culte moderne de la mémoire : patrimoine et philosophie du soupçon
Dawans, Stéphane ULg

Conference (2010, April 23)

Detailed reference viewed: 25 (4 ULg)
See detailLes cultes de l'île de Cos après le synécisme de 366 avant notre ère. Contribution à l'étude du fonctionnement du polythéisme grec
Paul, Stéphanie ULg

Doctoral thesis (2011)

L’étude des cultes de l’île de Cos vise à discerner les modalités selon lesquelles une cité grecque organise ses relations avec le monde supra-humain. L’exposé est articulé en deux volets complémentaires ... [more ▼]

L’étude des cultes de l’île de Cos vise à discerner les modalités selon lesquelles une cité grecque organise ses relations avec le monde supra-humain. L’exposé est articulé en deux volets complémentaires. La première partie propose une analyse systématique des différents cultes attestés dans l’île, fondée sur l’exploitation de toutes les sources à disposition, épigraphiques principalement, mais également littéraires et archéologiques. Les cultes sont ordonnés selon une répartition géographique, ceux de la cité, puis des dèmes. Le sanctuaire de l’Asclépieion, situé à quelques kilomètres à l’extérieur de la ville de Cos et jouissant d’une cohérence propre, fait l’objet d’un chapitre à part. Cette analyse exhaustive, incluant les nouvelles inscriptions publiées en nombre ces dernières années et encore peu étudiées, permet de pallier une lacune dans la bibliographie actuelle. La seconde partie du travail se conçoit comme une synthèse de cette analyse des cultes et propose une réflexion sur le fonctionnement du polythéisme tel que la cité de Cos permet de le saisir. Le premier chapitre, consacré aux « configurations du panthéon », s’attache à définir, dans la mesure du possible, le profil des divinités qui constituent ce dernier, ainsi que les relations qui se nouent entre elles. L’intérêt d’une telle approche régionale est de pouvoir ancrer ces cultes dans le contexte historique auquel ils appartiennent, et cela se justifie d’autant plus que les panthéons locaux « cristallisaient » les préoccupations des communautés qui les construisaient. Ainsi, on observe qu’un événement particulier de l’histoire de l’île a eu une influence remarquable sur l’organisation des cultes. Il s’agit du synécisme de 366 avant notre ère, qui a vu l’unification des différentes communautés en une seule cité, dont le centre urbain a été fondé sur la pointe nord de l’île. Cette influence résulte notamment en une orientation spécifique conférée à une série de cultes, qui mettent une emphase particulière sur la communauté et sur l’unité de la cité, tels que ceux de Zeus Polieus ou d’Aphrodite Pandamos. En outre, et en dépit de l’ancrage local de cette étude, le recours fréquent à la comparaison avec les panthéons d’autres cités grecques permet d’inscrire largement l’interprétation de celui de Cos sur un plan panhellénique. À côté de cette réflexion sur le panthéon de Cos, un second chapitre se propose d’affiner l’interprétation de certaines procédures sacrificielles, décrites dans les inscriptions et évoquées dans la première partie, et de les mettre en perspective par rapport au reste de la documentation de Cos. Une telle étude contextuelle du sacrifice a l’avantage d’apporter un éclairage complémentaire aux études thématiques plus générales, qui ne permettent guère de remettre les pratiques en contexte. L’acte sacrificiel étant au cœur du système religieux des Grecs et de leur communication avec le monde supra-humain, son étude ne peut être dissociée de celle de la représentation du divin. Ainsi, la manière dont ces actes sacrificiels sont posés est porteuse de sens quant au profil du destinataire ou encore au message précis qui lui était adressé. En conclusion, par les diverses configurations qu’elle met en évidence, qu’elles relèvent de spécificités locales ou de représentations plus largement partagées, l’étude des cultes de Cos permet d’apporter une contribution à notre compréhension du système religieux des Grecs et de son imbrication dans la vie des communautés. [less ▲]

Detailed reference viewed: 181 (38 ULg)
See detailCultes et sanctuaires de l'île de Cos
Paul, Stéphanie ULg

Book published by Presses Universitaires de Liège (2013)

En 366 avant notre ère, les différentes communautés de l’île de Cos s’unissent en une seule cité, dont le centre urbain, nommé Cos par homo­nymie avec l’île, sera fondé sur la pointe nord-est. Ce ... [more ▼]

En 366 avant notre ère, les différentes communautés de l’île de Cos s’unissent en une seule cité, dont le centre urbain, nommé Cos par homo­nymie avec l’île, sera fondé sur la pointe nord-est. Ce change­ment politique a profondément marqué le paysage reli­gieux de l’île, en réorganisant les cultes et en reconfigurant le panthéon. Par un savant mélange entre nouveaux cultes et traditions ancestrales, cette réforme donnait à la communauté nouvellement constituée la cohésion d’une identité religieuse partagée. Par la suite, l’inscription de nombreuses réglementations cultuelles et l’importante activité édilitaire dans les sanctuaires, poursuivies au moins jusqu’au ier siècle avant notre ère, attestent la vitalité des cultes de cette cité à la période hellénistique. Une telle abondance documentaire fait de l’île de Cos un lieu idéal pour étudier les pratiques religieuses des anciens Grecs et pour interpréter le polythéisme grec à l’échelle locale, en illustrant à la fois la richesse, la complexité et la dynamique des panthéons régionaux. [less ▲]

Detailed reference viewed: 40 (7 ULg)
See detailLes cultes isiaques à Amphipolis. Membra disjecta (IIIe s. av. J.-C. – IIIe s. apr. J.-C.)
Veymiers, Richard ULg

Scientific conference (2011, March 07)

Detailed reference viewed: 5 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes cultes isiaques à Amphipolis. Membra disjecta (IIIe s. av. J.-C. – IIIe s. apr. J.-C.)
Veymiers, Richard ULg

in Bulletin de Correspondance Hellenique (2011), 133(1), 471-520

Already noted in the 19th century by certain French voyagers, the presence of the Egyptian cults at Amphipolis has been corroborated by the inception of archaeological exploration on the site. At present ... [more ▼]

Already noted in the 19th century by certain French voyagers, the presence of the Egyptian cults at Amphipolis has been corroborated by the inception of archaeological exploration on the site. At present, considerable evidence, especially inscriptions (several of them unpublished), documents their development over nearly six centuries, from the 3rd c. BC, when a Macedonian venerates Sarapis and Isis equally with his sovereign, to the 3rd c. AD, at which time they had obviously been joined by an astonishing Egyptian sphinx-god. Scattered discoveries, frequently in secondary use, these “isiaca” confirm the existence, at the mouth of the Strymon, of one or more sanctuaries dedicated to the Egyptian Gods. These were probably as prestigious as those at Dion, Philippi or Thessaloniki. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (6 ULg)
See detailLes cultes isiaques à Argos. Du mythe à l'archéologie
Veymiers, Richard ULg

Scientific conference (2008, November 29)

Detailed reference viewed: 12 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes cultes isiaques à Argos. Du mythe à l'archéologie
Veymiers, Richard ULg

in Veymiers, Richard; Bricault, Laurent (Eds.) Bibliotheca Isiaca II (2011, December)

Mis en rapport avec l’Égypte par leur passé légendaire, les Argiens semblent avoir accueilli Isis et les membres de son cercle dès la haute époque hellénistique. Ces cultes, pratiqués à l’origine en privé ... [more ▼]

Mis en rapport avec l’Égypte par leur passé légendaire, les Argiens semblent avoir accueilli Isis et les membres de son cercle dès la haute époque hellénistique. Ces cultes, pratiqués à l’origine en privé, ont rapidement gagné en popularité, peut-être sous l’influence des Ptolémées, pour finalement jouir d’une reconnaissance officielle dans la cité. Aucun site du Péloponnèse n’a livré autant de documents témoignant de l’implantation de ces divinités sur une aussi longue période, du IIIe siècle av. J.-C. au IIIe siècle apr. J.-C., sinon plus tard. Malgré tous ces "isiaca", les lieux de culte isiaques n’ont pas encore été clairement définis. Pausanias ne signale aucun sanctuaire dévolu à ces divinités. Plusieurs contextes archéologiques ont été associés à ces cultes, mais, le plus souvent, les identifications proposées demeurent difficiles à étayer. La zone la plus prometteuse, à peine explorée, reste, selon nous, le flanc oriental de la Larissa, dans les alentours du nymphée hadrianique, là où l’on a mis au jour deux dédicaces isiaques, ainsi qu’un petit Harpocrate de marbre. Bien évidemment, seules de nouvelles fouilles seraient susceptibles d’y assurer la présence d’un sanctuaire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 116 (14 ULg)
Full Text
See detailLes cultes isiaques à Chypre
Veymiers, Richard ULg

Scientific conference (2003, March 26)

Detailed reference viewed: 12 (0 ULg)
See detailLes cultes isiaques à Corinthe
Veymiers, Richard ULg

Master of advanced studies dissertation (2006)

Detailed reference viewed: 43 (4 ULg)