Browsing
     by title


0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

or enter first few letters:   
OK
See detailCommunication intitulée « L’état, le marché et la diversité culturelle »,
Martiniello, Marco ULg

Scientific conference (2002, January 30)

Detailed reference viewed: 1 (0 ULg)
Full Text
See detailCommunication acoustique chez les téléostéens
Kever, Loïc ULg; Parmentier, Eric ULg

Conference (2010, March 07)

Detailed reference viewed: 6 (1 ULg)
Full Text
See detailCommunication as a sign of adaptation to a complex system: The case of robotic surgery
Nyssen, Anne-Sophie ULg; Blavier, Adelaïde ULg

in Nemeth, C. (Ed.) Improving Healthcare Team Communication: Building on Lessons from Aviation and Aerospace (2008)

Detailed reference viewed: 44 (18 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa communication chimique chez Tribolium castaneum (Coleoptera, Tenebrionidae): connaissances et perspectives
Arnaud, Ludovic; Lognay, Georges ULg; Gaspar, Charles et al

in Integrated Protection of Stored Products IOBC Bulletin (2000), 23(10), 195-209

Detailed reference viewed: 33 (2 ULg)
See detailLa communication dans la démocratie du 3e millénaire
Vromans, Joseph ULg

in Actes de la XXième Session de l'Institut d'Etudes Mondialistes (1998)

Detailed reference viewed: 8 (1 ULg)
See detailLa communication des pièces
Moreau, Pierre ULg

in L'instance (2013)

Detailed reference viewed: 12 (2 ULg)
See detailCommunication du médecin centrée sur le patient: Intérêt pour l'équipe pluridisciplinaire
Jonius, Bénédicte ULg

Poster (2011, November 25)

INTRODUCTION. Deux types de communication existent entre les médecins et les patients. La première, traditionnelle, s’appelle la communication centrée sur le médecin. La seconde, plus récente, s’intitule ... [more ▼]

INTRODUCTION. Deux types de communication existent entre les médecins et les patients. La première, traditionnelle, s’appelle la communication centrée sur le médecin. La seconde, plus récente, s’intitule la communication centrée sur le patient. Dans ce type de communication, les médecins adoptent des comportements qui favorisent notamment l’expression du patient. C’est pourquoi, nous nous sommes interrogés sur l’intérêt d’une telle communication en oncologie, tant du point de vue du patient que de celui des membres des équipes pluridisciplinaires. METHODOLOGIE. Dans une étude antérieure, une formation de base à la communication a été donnée à 63 médecins ; cette formation se définissait en termes de stratégies d’évaluation de l’état psychologique du patient mais également en termes de stratégies de soutien vis-à-vis du patient. Pour alimenter notre discussion sur la pertinence de former des médecins à une communication centrée sur le patient, nous avons retenu, d’une part, l’indice de Karnofsky (caractéristique physique du patient), et d’autre part, les scores de dépression, d’anxiété, de détresse et de qualité de vie (QV) (caractéristiques psychologiques du patient). Le principal outil écologique utilisé est l’Inventaire Systémique de Qualité de Vie (ISQV-©). RESULTATS. Avant la formation de base à la communication, il n’y a aucune corrélation significative entre les compétences de communication du médecin (évaluation et soutien) et les caractéristiques du patient (physique et psychologiques). Après la formation à la communication, deux corrélations sont significatives : les médecins utilisent davantage de stratégies d’évaluation avec les patients dont l’état actuel (en termes de QV) est médiocre et avec les patients dont le but idéal est trop éloigné de leur état actuel. CONCLUSION. Ces résultats tendent à montrer que les corrélations obtenues entre les compétences d’évaluation des médecins et les scores d’état et de but du score de QV des patients sont davantage le reflet d’une communication centrée sur le patient. Ainsi, à l’intérieur d’un entretien médical (l’annonce d’un diagnostic), des affects d’ordre psychologique ont pu émerger. La question qui se pose alors en équipe pluridisciplinaire est de réfléchir à l’exploitation de ces nouvelles données : que fait-on de ce matériel psychologique, qui s’en occupe et comment ? Il s’agit là des prémisses d’une communication transdisciplinaire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (2 ULg)
Full Text
See detailLa communication du risque au sein de la sécurité alimentaire : la gouvernance des risques avec un grain de BPA
Vanhaeren, Stéphanie ULg

Poster (2012, June 01)

Lors d’une réflexion sur les politiques modernes de sécurité alimentaire, trois modèles principaux d’évaluation de politiques publiques sont en compétition : les modèles de risque technocratique ... [more ▼]

Lors d’une réflexion sur les politiques modernes de sécurité alimentaire, trois modèles principaux d’évaluation de politiques publiques sont en compétition : les modèles de risque technocratique, décisionniste et « transparent » (Millstone 2004). Chacun de ces modèles amène de nouveaux acteurs dans le processus décisionnel : dans le modèle technocratique, les scientifiques sont la seule source d’information pour les décideurs politiques. Les acteurs socio-politiques et économiques sont invités à la table de discussion dans le modèle décisionniste, quoiqu'une moindre importance soit donnée à leur avis. Enfin, le modèle transparent plaide pour que le poids des avis de chacun de ces acteurs soit égal. Ce dernier modèle a inspiré celui de la gouvernance des risques de Renn (Dreyer and Renn, 2009), qui complète le modèle transparent en plaçant une nouvelle emphase sur l'évaluation et la communication du risque. Cette communication est un concept central dans l’évaluation des politiques publiques (Muller, 2005), qui considère la politique comme le résultat d’interactions entre un nombre important d’acteurs, chacun apportant ses propres vues du monde et approches de l’action. Le but de ces politiques est de définir des modes d’action et de représentation de la réalité qui guideront les choix et actions mises en place pour résoudre des problèmes communs et connus. Muller (2005) appelle cette construction sociale « référentiel sectoriel d’action publique ». Le référentiel résulte d’une co-construction d’outils de politique publique, qui ont le potentiel de gagner le support de chaque autre acteur. Ce référentiel, une fois appliqué à la gouvernance des risques, pose les fondations pour un référentiel de la sécurité (Brunet, 2007), résultat des structures et activités de communications, elles-mêmes le canal des valeurs, normes, images et des logiques qui contribuent à la structuration de la perception individuelle et sociale du risque. Au sein du modèle de Renn, la communication devient l’élément central de chaque étape du processus d’analyse des risques. Ce processus offre un apprentissage mutuel et itératif, marquant la différence avec la simple information, unilatérale par nature, et la communication, qui permet des boucles d'enrichissement, ouvrant la possibilité aux parties prenantes (scientifiques, décideurs politiques, acteurs socio-économiques) de créer un référentiel partagé par tous les acteurs du processus. Comme illustration du fonctionnement du modèle de gouvernance des risques, nous allons analyser le cas du bisphénol A, qui fut, en 2010, le berceau d'une controverse. Cette dernière a abouti à l’adoption de la directive 2011/8/UE par la Commission Européenne (CE), restreignant l'utilisation du bisphénol A dans les biberons en plastique pour nourrissons, décision allant à l'encontre de l'avis scientifique de l'Agence Européenne pour la Sécurité Alimentaire (EFSA), qui avait établit qu'il n'y avait pas de danger pour la santé tant que la dose journalière admissible n'était pas dépassée. La controverse qui a émergé en 2010 était majoritairement une controverse publique – même si elle avait ses racines dans une controverse scientifique antérieure –, relayée par une large couverture médiatique, où les arguments émotionnels étaient plus mis en avant que les arguments scientifiques. Ces désaccords ont mis en évidence des divergences croissantes entre les opinions scientifiques et l'opinion publique : en adoptant cette directive, la CE a estimé que l'opinion publique ne pouvait plus être ignorée. Était-il possible pour la CE d'ignorer les réclamations des profanes ? Aurait-elle dû faire plus confiance aux experts de l’EFSA en outrepassant ces appels ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 69 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa communication écrite médiée par les technologies (CEMT) en contexte universitaire : un défi pour les enseignants de FLE/S
Bleys, Françoise; Eid, Rodine; Dezutter, Olivier et al

in Defays, Jean-Marc; Géron, Geneviève (Eds.) Hommage à Luc Collès (in press)

Detailed reference viewed: 25 (4 ULg)
See detailCommunication Entitled: « The Immigrant Second Generation in Belgium »
Martiniello, Marco ULg

Scientific conference (2003, June 12)

Detailed reference viewed: 3 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCommunication et documents de travail sur la directive services
Defossez, Alexandre ULg

in Revue Trimestrielle de Droit Européen (2013), (1), 178-180

(Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions sur la mise en oeuvre de la directive « services » – Un partenariat pour ... [more ▼]

(Communication de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des régions sur la mise en oeuvre de la directive « services » – Un partenariat pour une nouvelle croissance dans les services – 2012-2015, COM(2012) 261 final) [less ▲]

Detailed reference viewed: 13 (1 ULg)
Full Text
See detailCommunication et langage chez les animaux.
Poncin, Pascal ULg; Huynen, Marie-Claude ULg; Ruwet, J.Cl.

in Bulletin de la Société Royale des Sciences de Liège (2002), 4

Detailed reference viewed: 66 (5 ULg)