References of "Faunistic Entomology - Entomologie Faunistique"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailComment les insectes communiquent-ils au sein de l’ «écosystème-cadavre» ? L’écologie chimique des insectes nécrophages et nécrophiles
Dekeirsschieter, Jessica ULg; Verheggen, François ULg; Frederickx, Christine ULg et al

in Faunistic Entomology - Entomologie Faunistique (2012), 65

L’entomologie forensique est une discipline des sciences forensiques qui étudie les insectes et d’autres arthropodes dans un contexte médico-légal. Les insectes nécrophages et nécrophiles, principalement ... [more ▼]

L’entomologie forensique est une discipline des sciences forensiques qui étudie les insectes et d’autres arthropodes dans un contexte médico-légal. Les insectes nécrophages et nécrophiles, principalement des Diptères et des Coléoptères, sont fréquemment retrouvés au sein de l’écosystème-cadavre. Pour ces insectes, le cadavre est une ressource éphémère très riche qu’ils vont coloniser de manière plus ou moins prévisible. L’entomofaune des cadavres seraient attirées par les odeurs cadavériques émises par le corps en décomposition. A l’heure actuelle, la thanatochimie est encore peu étudiée et l’information disponible concernant les COVs émis après la mort est limitée. Grâce à l’utilisation des méthodes de chimie analytique (TDS)GC-MS, GCxGC-TOF-MS), la signature olfactive d’un cadavre peut être étudiée au cours du processus de décomposition. L’ « odeur de la mort » est constituée par un mélange de plus de cent composés organiques volatils qui évoluent au cours de la décomposition. Cependant, les sémiochimiques qui sont réellement attractifs pour les insectes nécrophages et/ou nécrophiles ne sont pas encore clairement identifiés. Les espèces pionnières pourraient être attirées par des COVs cadavériques. Toutefois, les espèces plus tardives pourraient aussi être attirées par d’autres types de sémiochimiques produits par les insectes sarcosaprophages eux-mêmes (par exemple : des asticots, des insectes nécrophages). Plusieurs techniques d’écologie chimique peuvent être utiles en vue d’investiguer le rôle des sémiochimiques cadavériques dans le comportement des insectes sarcosaprophages. Une meilleure compréhension de l’écologie chimique des insectes nécrophages/nécrophiles et la thanatochimie pourraient avoir de nombreuses applications en science forensique et plus particulièrement en entomologie forensique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 93 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailRecensement des Silphidae dans les collections d'étudiants de Gembloux Agro-Bio Tech sur la période 2001-2010
Dekeirsschieter, Jessica ULg; Verheggen, François ULg; Bonnet, Stéphanie ULg et al

in Faunistic Entomology - Entomologie Faunistique (2011), 64(1), 15-21

Les Silphidae capturés par les étudiants de Gembloux Agro-Bio Tech (Université de Liège) durant la période 2001-2010 se répartissent entre treize espèces de Silphinae et de Nicrophorinae. Cinq espèces de ... [more ▼]

Les Silphidae capturés par les étudiants de Gembloux Agro-Bio Tech (Université de Liège) durant la période 2001-2010 se répartissent entre treize espèces de Silphinae et de Nicrophorinae. Cinq espèces de Nicrophorinae ont été recensées: Nicrophorus vespillo L. 1758, Nicrophorus vespilloides Herbst 1783, Nicrophorus interruptus Stephens 1830, Nicrophorus investigator Zetterstedt 1824, et Nicrophorus humator Gleditsch 1767. Concernant les Silphinae, on a recensé huit espèces: Oiceoptoma thoracicum L. 1758, Dendroxena quadrimaculata Scopoli 1772, Necrodes littoralis L. 1758, Ablattaria laevigata laevigata F. 1775, Thanatophilus sinuatus F. 1775, Silpha carinata Herbst 1783, Silpha tristis Illiger 1798 et Phosphuga atrata atrata L. 1758. L’espèce de Silphinae la plus représentée parmi les collections d’étudiants est P. atrata atrata suivie d’O. thoracicum. Parmi les Nicrophorus spp., N. vespilloides, N. humator et N. vespillo sont les espèces plus représentées. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes phéromones d'alarme dans le règne animal
Verheggen, François ULg; Haubruge, Eric ULg

in Faunistic Entomology - Entomologie Faunistique (2010), 63(4),

Beaucoup d'animaux répondent à la menace de la prédation en produisant des signaux d'alarme qui avertissent les autres individus de la présence de danger ou qui réduisent le succès de prédateurs. Alors ... [more ▼]

Beaucoup d'animaux répondent à la menace de la prédation en produisant des signaux d'alarme qui avertissent les autres individus de la présence de danger ou qui réduisent le succès de prédateurs. Alors que les signaux d'alarme peuvent être de nature visuelle, auditive ou chimique, les phéromones d'alarme sont fréquentes, surtout chez les insectes et les organismes aquatiques. Les plantes aussi émettent des signaux chimiques en réponse à l'attaque par les insectes herbivores qui recrutent les ennemis naturels des ravageurs et qui peuvent induire des mécanismes de défense chez les plantes voisines (ou d'autres parties de la même plante). Dans ce chapitre, nous discutons de notre compréhension actuelle des modes de communications chimiques d’alarme dans les divers groupes d'animaux où ces signaux ont été identifiés (y compris les insectes sociaux et pré-sociaux, les invertébrés marins, les poissons et les mammifères) ainsi que dans le règne végétal. Nous discuterons aussi brièvement l'exploitation des phéromones d'alarme par les ennemis naturels des insectes émettant ces signaux. Nous concluons par une brève discussion de l'exploitation potentielle des signaux d'alarme dans des approches de lutte intégrée contre les espèces nuisibles. [less ▲]

Detailed reference viewed: 64 (4 ULg)