References of "Courrier Hebdomadaire du CRISP"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailAction publique et responsabilité gouvernementale : la gestion de la grippe A(H1N1) en 2009
Thoreau, François ULg; Cheneviere, Cédric; Rossignol, Nicolas ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2012), 2138-2139

Detailed reference viewed: 128 (49 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa composition du collège communal après la réforme du Code wallon de la démocratie locale
Matagne, Geoffroy ULg; Radoux, Emmanuel ULg; Verjans, Pierre ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2011), 2094

En 2005, un an après l’adoption du Code de la démocratie locale et de la décentralisation et un an avant les élections communales, le Parlement wallon adopte des innovations qui auront directement des ... [more ▼]

En 2005, un an après l’adoption du Code de la démocratie locale et de la décentralisation et un an avant les élections communales, le Parlement wallon adopte des innovations qui auront directement des effets sur ces élections et sur le fonctionnement des conseils et des collèges communaux. Parmi ces innovations, trois font l’objet d’un bilan dans ce Courrier hebdomadaire : la désignation quasi-automatique du bourgmestre, la possibilité pour des conseillers communaux de déposer une motion de méfiance collective ou individuelle contre le collège communal et l’instauration de synergies nouvelles entre le CPAS et la commune. Après avoir exposé en détail le contenu et le sens de ces trois réformes, les auteurs examinent ensuite leur impact sur les stratégies préélectorales lors des élections communales de 2006, sur l’installation des exécutifs communaux et sur leur fonctionnement. Ils concluent à un glissement vers une démocratie du public et à une prise de distance d’avec la démocratie de partis, sauf en ce qui concerne les motions de méfiance collective, qui laissent un rôle important aux groupes politiques. La réforme se présente comme une volonté de mieux tenir compte du choix des électeurs en individualisant le processus électoral. Mais cette individualisation est dans une large mesure sous le contrôle des partis. [less ▲]

Detailed reference viewed: 72 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe processus décisionnel belge en matière d'opérations civilo-militaires
Dumoulin, André ULg; Moyse, Vincent

in Courrier hebdomadaire du CRISP (2011), 2086-2087

Au vu de sa taille et de sa position géographique, la Belgique, entourée de puissances dites moyennes, est « devenue un État pour qui la sécurité et la défense se déclinent dans le champ multinational » 1 ... [more ▼]

Au vu de sa taille et de sa position géographique, la Belgique, entourée de puissances dites moyennes, est « devenue un État pour qui la sécurité et la défense se déclinent dans le champ multinational » 1, renonçant à disposer de capacités élargies et d’une politique de défense indépendante et autonome. Parmi les organisations internationales dont la Belgique est membre, l’Union européenne et l’OTAN constituent des cadres de coopération prioritaires en vue de garantir et d’améliorer sa politique de sécurité et de défense 2. Parallèlement, les opérations extérieures sont devenues, dans l’environnement post-guerre froide, le core-business des forces armées 3. Ainsi, la Belgique fait des opérations extérieures la tâche prioritaire de son appareil militaire. Dans ce cadre, il s’agira d’examiner le processus national de décision relatif à la participation à des opérations de gestion de crise dans le cadre de l’UE et de l’OTAN ; élaboration dont une partie seulement est visible et publique. Ce thème, peu exploré dans la littérature belge par rapport aux publications sur le même sujet à l’étranger et dans les pays anglo-saxons, recouvre à la fois l’examen des procédures, les acteurs et leurs interactions politiques et militaires 4. L’examen est périlleux dans la mesure où il se fonde aussi sur les témoignages d’acteurs et sur leurs perceptions subjectives du processus avec, comme le souligne Vincent Legrand, « tous les biais que cela comporte en termes de reconstruction, de rationalisation a posteriori de l’événement relaté, tant en termes cognitifs (réduction de la complexité) que normatifs (légitimation de la décision) 5 ». Ce Courrier hebdomadaire abordera rapidement les notions théoriques autour du processus de décision avant d’examiner plus en détail le noyau principal du processus décisionnel en Belgique autour du thème qu’est la gestion des crises dans le champ politico-militaire. Il s’agira aussi d’analyser les acteurs dits « périphériques » au champ d’étude (Palais, Parlement, groupes de pression, opinions publiques). Enfin, nous examinerons les interactions et interrelations des acteurs dans la gestion des crises lors de missions UE et lors de missions OTAN, lorsque la Belgique est engagée. Pour des raisons propres à l’accès aux sources mais aussi aux questions relatives aux entrevues, la période d’étude et les données récoltées correspondent pour l’essentiel aux gouvernements fédéraux qui se sont succédé entre juillet 1999 et mars 2008. Cependant, la plupart des informations récoltées et l’analyse qui en est faite restent pertinentes en 2011. 1 A. DUMOULIN, P. MANIGART, W. STRUYS, La Belgique et la Politique européenne de sécurité et de défense, Bruylant, Bruxelles, 2003, p. 155. 2 S. BISCOP, J. COELMONT, R. COOLSAET, M. LIÉGEOIS, J. ROSIERS, D. WOUTERS, « La contribution militaire belge à la Politique Européenne de Sécurité et de Défense », Egmont PAPER, n° 14, juin 2007, p. 8. 3 A. DUMOULIN, P. MANIGART et W. STRUYS, La Belgique et la Politique européenne de sécurité et de défense, op. cit., p. 348. 4 Les acteurs et les processus de décision constituent des facteurs parmi d’autres qui déterminent la politique de sécurité et de défense d’un pays. Cf. la grille d’analyse des politiques nationales de défense dans D. J. MURRAY, P. R. VIOTTI, The Defense policies of nations. A comparative study, 3e éd., John Hopkins, 1994. 5 V. LEGRAND, « La prise de décision en politique étrangère », in C. ROOSENS, V. ROSOUX, T. DE WILDE D’ESTMAEL, La politique étrangère. Le modèle classique à l’épreuve, Peter Lang, Bruxelles, 2004, p. 98. 6 LE PROCESSUS DÉCISIONNEL BELGE EN MATIÈRE D’OPÉRATIONS CIVILO-MILITAIRES CH 2086-2087 [less ▲]

Detailed reference viewed: 5 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL'instauration et les effets du seuil électoral de 5%
Onclin, François ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2009), (2041-2042),

Detailed reference viewed: 31 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa réforme du Fonds des communes en Région wallonne
Husson, Jean-François ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2009), (2026-2027), 3-71

In 2008, a new decree has fundamentally reformed the general grants scheme financing all Walloon municipalities for 20-30% of their incomes. This publication explains the political process having led to ... [more ▼]

In 2008, a new decree has fundamentally reformed the general grants scheme financing all Walloon municipalities for 20-30% of their incomes. This publication explains the political process having led to this reform (incl. experts’ committee, works and debates in Government and Parliament), the reactions to the vote of this decree, a thorough presentation of the new scheme and a first estimate of its impact on local finance in the medium term. [less ▲]

Detailed reference viewed: 64 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGouvernance et Technology Assessment en Wallonie
Delvenne, Pierre ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2009), 2037

Dans la littérature scientifique, il n’a pas été question d’une vraie contextualisation du Technology Assessment en Wallonie. Ce Courrier hebdomadaire tente de reconstituer le chemin qu’ont suivi les ... [more ▼]

Dans la littérature scientifique, il n’a pas été question d’une vraie contextualisation du Technology Assessment en Wallonie. Ce Courrier hebdomadaire tente de reconstituer le chemin qu’ont suivi les acteurs de l’innovation (tant du monde politique que scientifique ou industriel) depuis les années 1980 jusqu’à nos jours, et de mettre en avant les éléments qui constituent des obstacles ou des atouts pour une réflexion concrète et efficace sur le rôle d’un Technology Assessment dans la gouvernance wallonne des choix scientifiques et technologiques. Nous commencerons par retracer l’historique du TA en Wallonie, et nous décrirons les éléments qui ont mené à son institutionnalisation temporaire, en 1994, bien avant la création de l’IST flamand. Nous explorerons les raisons qui ont mené à un échec avant de nous livrer à un rappel historique et analytique du régime wallon de recherche et d’innovation, depuis les grandes réformes institutionnelles de 1988-1989. Nous tenterons ensuite de comprendre comment des pratiques et des institutions se stabilisent et créent un cadre commun pour l’action, mais aussi des obstacles au changement. Tant la réflexion entamée par le programme Prométhée (1998) que les initiatives de « réseaux d’entreprises » (grappes technologiques et clusters) ou encore les pôles de compétitivité (2005) ont profondément transformé le régime wallon de recherche et d’innovation. Ces évolutions sont intéressantes à suivre et à relier au Technology Assessment car, en tant qu’instrument politique, il est en charge de la gestion de l’interface entre le système politique et le système de recherche et d’innovation. En parallèle des transformations qui touchent au système wallon de recherche et d’innovation, nous pensons que les initiatives qui voient actuellement le jour au niveau politique reflètent peut-être une certaine évolution des mentalités, notamment pour ce qui touche au TA. Pour illustrer ce propos, il sera question à la fin de cet article d’une récente proposition de résolution, votée à l’unanimité en commission du Parlement wallon, et qui vise à doter le Conseil wallon de la politique scientifique d’une mission de Technology Assessment. Nous nous attacherons à mettre en perspective la construction d’un cadre d’analyse qui a récemment permis un alignement des acteurs autour de ce projet concret et nous conclurons en analysant cette initiative wallonne, dont le futur sera intimement lié aux développements consécutifs aux élections régionales de juin 2009. [less ▲]

Detailed reference viewed: 36 (18 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa France et l'OTAN : vers la normalisation ?
Dumoulin, André ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2008), 2005

En 1966, la France se retire du commandement intégré de l’OTAN. Son actuelle réintégration n’est pas une rupture ni le fruit d’une révolution spectaculaire récente, mais plutôt l’aboutissement d’un ... [more ▼]

En 1966, la France se retire du commandement intégré de l’OTAN. Son actuelle réintégration n’est pas une rupture ni le fruit d’une révolution spectaculaire récente, mais plutôt l’aboutissement d’un processus engagé par François Mitterrand et poursuivi par Jacques Chirac. En fait, la politique française a toujours joué sur plusieurs plans, entre indépendance nationale, soutien à la défense européenne et engagements au sein de l’Alliance. La dimension « autonomie européenne » a toujours fait l’objet du soutien important de la part de Paris, avec des résultats qui ne furent pas toujours à la hauteur des ambitions. Depuis la fin de la Guerre froide et le 11 septembre 2001, le paysage a changé. Les États-Unis ont compris que sans les Européens, il n’y a pas beaucoup d’alliés sur qui compter pour disposer d’une armée crédible et qui s’engage sur le terrain. De son côté, Paris a pris des initiatives pragmatiques sur des dossiers opérationnels, techniques et militaires durant la présidence du Conseil de l’Union européenne au second semestre 2008, sortant ainsi des grands concepts idéologiques européistes. Le dossier examine la dimension historique de la place de la France dans l’organisation euro-atlantique, l’évolution de la position hexagonale dans les années 1990, les débats engagés entre 2007 et 2009, les argumentaires (favorables et négatifs) des partis politiques, les hypothèses et les scénarios à propos de la « normalisation » française autour du sommet de l’Alliance atlantique à Strasbourg-Kehl en avril 2009. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe militaire belge en opérations : aspects politiques et sociologiques
Dumoulin, André ULg

in Courrier hebdomadaire du CRISP (2007), 1960

L’armée belge est pour l’essentiel une force multinationalisable, mettant en valeur ses capacités médianes et ses compétences sectorielles (les niches capacitaires) associées aux nouvelles missions de ... [more ▼]

L’armée belge est pour l’essentiel une force multinationalisable, mettant en valeur ses capacités médianes et ses compétences sectorielles (les niches capacitaires) associées aux nouvelles missions de gestion de crise dans le cadre de l’Union européenne, de l’OTAN et de l’ONU. L’appareil militaire n’a en effet de sens qu’au service d’une politique de défense, élément sectoriel d’une politique de sécurité qui ne peut s’inscrire que dans un cadre européiste et transatlantique. Et même si la plupart des militaires belges continuent à travailler entre eux, le fait qu’ils soient déployés pendant plusieurs mois dans un espace restreint et fermé aux côtés d’autres nationalités les amènent à nouer des contacts avec les militaires étrangers. Dans les quatre missions étudiées, ceux-ci se sont passés sans difficultés majeures et nous avons observé une fréquence plus élevée de contacts entre les individus qui parlaient la même langue et avaient également une certaine proximité culturelle. Nous avons également relevé que la vie quotidienne des militaires déployés semblait influencée par différents facteurs. Nous avons, d’une part, mis en évidence différents éléments liés au travail effectué sur le terrain et au cadre contextuel de la mission engagée. De plus, comme les militaires vivent 24 heures sur 24 dans une certaine promiscuité, les relations interpersonnelles avec les collègues et les chefs jouent également un rôle de premier plan. Au niveau des facteurs qui concourent à un mauvais moral, nous avons relevé des facteurs récurrents liés à l’ennui, à la fatigue ainsi qu’au manque de contacts avec l’extérieur. À ces éléments s’ajoute également l’éloignement de la famille qui reste une source d’inquiétudes même si la période pendant la mission se déroule relativement bien pour les familles restées au pays. Les militaires belges des missions étudiées se montraient donc, dans l’ensemble, assez satisfaits du déroulement de la mission à laquelle ils ont pris part car la participation aux opérations extérieures demeure, pour un nombre important d’entre eux, la raison même de leur engagement dans les forces armées. Reste toutefois que la monotonie des missions actuelles ne répond pas entièrement aux attentes de certains militaires qui sont davantage demandeurs de missions moins routinières et d’action. De manière plus générale, si la Belgique inscrit son engagement dans un cadre élargi européen, « à savoir qu’il faut faire la paix dans le voisinage pour ne pas avoir la guerre chez nous » (Alain Joxe), l’universalisme européen se heurte rapidement aux enjeux politiques et moraux nationaux. Si on ne peut combattre le ressentiment identitaire et les guerres asymétriques par « des frappes tirées à distance de sécurité », la présence des militaires au sol dans des zones instables (rétablissement, imposition et maintien de la paix) met en évidence la question du degré de participation du pays face à des enjeux non vitaux tels que la défense territoriale nationale et celle de nos alliés avec lesquels la Belgique a signé des traités de solidarité commune. Bien que les conclusions de la commission Rwanda aient abouti à ce que les missions extérieures de l’armée belge soient organisées en disposant des matériels, du mandat et d’engagements précis, les gouvernements, quelle que soit la coalition, seront toujours enclins, parce que responsables politiques de la vie des militaires citoyens, à réduire autant que possible le niveau de la prise de risque. Il s’agira toujours pour la Belgique de trouver l’équilibre entre les nécessaires interventions, les conséquences humaines, politiques et diplomatiques des événements mouvants et souvent incontrôlés sur le terrain, les intérêts du pays et la légitime motivation des militaires dont la grande majorité a pleinement conscience des enjeux et « se sent utile » en opération » face à une minorité qui, dans ses extrêmes, serait soit le « soldat fanfaron », soit le militaire « fonctionnaire ». Il s’agira enfin de trouver, au cas par cas, les bonnes réponses à la question renouvelée du partage des risques entre pays alliés. [less ▲]

Detailed reference viewed: 13 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe secteur de la construction vu par les entrepreneurs
Xhauflair, Virginie ULg; Deflandre, Dimitri ULg; De Schampheleire, Jan

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2006), 1917(septembre), 1-52

Detailed reference viewed: 24 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe Technology Assessment en question. Une analyse comparative
Delvenne, Pierre ULg; Brunet, Sébastien ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2006), n° 1909-1910

Detailed reference viewed: 47 (16 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa Belgique et les armes nucléaires
Dumoulin, André ULg; Michel, Quentin ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2005), (1871-1872), 67

Detailed reference viewed: 35 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailVers une réforme du Fonds des communes en Région wallonne
Husson, Jean-François ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2004), (1849-1850), 5-74

This paper analyses the whole debate on the reform of the general grant mechanism ("Fonds des Communes") aimed at walloon municipalities. Developments in other Belgian Regions are also considered.

Detailed reference viewed: 13 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa Belgique et le Groupe des Quatre en matière de défense
Dumoulin, André ULg

in Courrier hebdomadaire du CRISP (2004), 1862-1863

En avril 2003, quatre pays (Belgique, France, Allemagne, Luxembourg) avaient proposé d’approfondir les questions de sécurité et de défense au profit de l’Union européenne et de l’OTAN. Cette initiative ... [more ▼]

En avril 2003, quatre pays (Belgique, France, Allemagne, Luxembourg) avaient proposé d’approfondir les questions de sécurité et de défense au profit de l’Union européenne et de l’OTAN. Cette initiative, d’origine belge, se heurta aux réticences des Etats-Unis et des pays européens les plus anglophiles dans la mesure où elle fut présentée au beau milieu de la crise transatlantique et intra-européenne à propos de la guerre en Irak. Mais derrière les propositions du « groupe des chocolatiers » comme on les surnomma avec dédain, se profilaient des propositions audacieuses de renforcement de la politique européenne de sécurité et de défense. Pour l’essentiel, toutes les propositions du Groupe des Quatre furent adoptées par le Conseil de l’Union européenne, les capitales et sont même, pour la plupart, inscrites dans le traité de Lisbonne : cellule civilo-militaire de planification, Agence européenne de l’armement, coopération structurée permanente en matière de défense, clause d’assistance, extension des missions de l’Union européenne, Académie européenne de sécurité et de défense, etc. [less ▲]

Detailed reference viewed: 8 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes partis et la politique de défense
Dumoulin, André ULg

in Courrier hebdomadaire du CRISP (2003), 1798

Le présent Courrier hebdomadaire a pour objet l’analyse de l’intégration des questions de défense nationale et européenne au sein des préoccupations des partis politiques belges. Cette analyse comprend ... [more ▼]

Le présent Courrier hebdomadaire a pour objet l’analyse de l’intégration des questions de défense nationale et européenne au sein des préoccupations des partis politiques belges. Cette analyse comprend deux volets. Le premier examine les activités parlementaires en rapport avec les affaires militaires belges et européennes. Nous procéderons, plus précisément, à l’analyse des travaux conduits par la commission de la Défense nationale de la Chambre au cours de la dernière législature. Le second repose sur un examen des propositions relatives à la défense belge et européenne (politique européenne de sécurité et de défense) au sein des programmes politiques des partis représentés au Parlement fédéral dans la perspective des élections législatives du 18 mai 2003. L’objet de cette étude est de déceler les lieux de convergences et de divergences entre les formations politiques du pays (mise à l’agenda politique des partis, définition des priorités, visions prospectives, etc.). Il s’est agi, plus exactement, de relever les principales thématiques abordées par les partis en matière de défense nationale et européenne. En effet, à l’instar d’un grand nombre de compétences régaliennes, le secteur de la défense constitue un lieu d’intersection de multiples problématiques de type économique, social, budgétaire, environnemental et politique au sens propre du terme. En outre, le concept même de défense peut être décliné en une variété de sous-thèmes qui lui sont constitutifs (structure de forces, choix des systèmes d’armes et des matériels, définition des tâches et missions, statut du personnel, intégration au sein des enceintes multilatérales, spécialisation,…). Il est, enfin, utile de préciser que cette étude ne prend en compte ni les divers documents internes (à diffusion publique ou restreinte), ni les notes de travail produites par les partis, ni les études spécialisées sur la place de la Belgique en matière de sécurité européenne. Ce choix a été opéré à dessein. Il s’agit, en effet, de s’intéresser aux seules dispositions programmatiques spécifiquement adressées à l’ensemble des concitoyens dans le cadre de travaux parlementaires et d’un choix électoral donné. Aussi, cette étude ne peut être assimilée à un bilan exhaustif des positions et conceptions des partis en la matière ; il est plutôt un indicateur des messages que les formations politiques entendent transmettre aux citoyens [less ▲]

Detailed reference viewed: 12 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa reconnaissance et le financement de la laïcité (II)
Husson, Jean-François ULg; Sägesser, Caroline

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2002), (1760), 3-52

This paper details the administrative organisation and financial support for the various organisations and services from the Belgian free thinkers, after an official recognition on a footing quite similar ... [more ▼]

This paper details the administrative organisation and financial support for the various organisations and services from the Belgian free thinkers, after an official recognition on a footing quite similar to the one of religious denominations. [less ▲]

Detailed reference viewed: 25 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa reconnaissance et le financement de la laïcité organisée (I)
Sägesser, Caroline; Husson, Jean-François ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2002), (1756), 3-43

This publication details the political process having led to the official recognition of the free thinkers organisations on a footing quite silmilar to religious denominations.

Detailed reference viewed: 31 (6 ULg)
Peer Reviewed
See detailDe l'"Etat social actif" à la politique belge de l'emploi
Matagne, Geoffroy ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2001), 1737-1738

Detailed reference viewed: 156 (26 ULg)
Peer Reviewed
See detailL'immigration subsaharienne en Belgique
Martiniello, Marco ULg; Kagné, Bonaventure

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2001), 1721

Detailed reference viewed: 30 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe financement public des cultes, de la laïcité et des cours philosophiques
Husson, Jean-François ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (2000), (1703-1704), 3-90

This publication details all channels through which religious and philosophical communities in Belgium are financed by local, regional or federal governments. Institutional environment is described ... [more ▼]

This publication details all channels through which religious and philosophical communities in Belgium are financed by local, regional or federal governments. Institutional environment is described. Detailed budgetary data are provided and are set in perspective with sociological data on religious practices or belonging. [less ▲]

Detailed reference viewed: 50 (7 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes drogues prohibées
Lequarré, Françoise; Verjans, Pierre ULg

in Courrier Hebdomadaire du CRISP (1996), (n° 1506-1507),

Les politiques publiques vis-à-vis des produits psychotropes illustrent le va-et-vient entre une politique sécuritaire et une politique sanitaire, en fonction des produits et en fonction des époques.

Detailed reference viewed: 64 (3 ULg)