References of "Relazioni internazionali"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailStrategia di integrazione regionale e intercontinentale: Argentina, Mercosur e Unione europea
Santander, Sébastian ULg

in Relazioni internazionali (1999)

La dévaluation du real du 13 janvier 1999, qui a depuis perdu environ la moitié de sa valeur par rapport au dollar, a hypothéqué la santé de l'économie brésilienne et menace désormais d'entraîner ses ... [more ▼]

La dévaluation du real du 13 janvier 1999, qui a depuis perdu environ la moitié de sa valeur par rapport au dollar, a hypothéqué la santé de l'économie brésilienne et menace désormais d'entraîner ses voisins proches, notamment l'Argentine. Une fois de plus l'Argentine est prise dans une tourmente financière. En effet, la dévaluation mexicaine du 20 décembre 1994 a eu des répercussions considérables sur l'économie argentine ainsi que sur les autres pays du Mercosur. Elle a occasionné un retrait des investissements, affaibli considérablement la consommation et ralenti l'activité économique générale de la région. Pour ce qui est de la crise actuelle qui menace l'entièreté de l'Amérique latine, d'aucuns n'hésitent pas à prédire des retombées comparables à celles de la crise de la dette de 1982. Si un tel scénario s'avérait vrai, cela constituerait une réelle régression. Avant la chute du bloc de l'Est, l'Amérique latine faisait face à la "décennie perdue". Rares étaient les pays qui s'intéressaient à établir des liens économiques avec elle. En fait, l'Amérique latine, contrainte par le bras de fer idéologique et nucléaire de Washington et Moscou, était devenue un champ de souveraineté limitée et d'affrontements. L'écrasante majorité des pays était intégrée au système diplomatico-militaire des Etats-Unis. Mais avec l'adoption d'un modèle de développement économique tourné vers l'extérieur et l'avènement d'une relative stabilité politique permise par la démilitarisation des rapports internationaux et la résolution de conflits internes aigus, l'Amérique latine avec son vaste marché intérieur et son considérable potentiel d'expansion devient un enjeu économique important aux yeux des grands centres de pouvoir économique mondiaux qui trouvent là de nouveaux débouchés. Mais l'engouement pour cette zone dite "émergente" réside surtout dans son nouveau modèle de développement qui repose sur des politiques économiques néolibérales et des accords régionaux d'intégration dits "ouvert". Ces politiques, toutes droites sorties du "consensus de Washington" dont le but final était la réinsertion des économies dans le marché international, ont donné lieu à l'ouverture unilatérale des marchés, à une course à la privatisation d'entreprises publiques, à la déréglementation et libéralisation des activités économiques, à des politiques macro-économiques stabilisatrices pour capter l'investissement étranger direct (IED) et à une profonde réforme de l'Etat. Ces politiques vont coïncider avec le régionalisme ouvert des années 1990 : les pays en se regroupant dépassent les rivalités nationalistes héritées du passé et essayent ensemble de favoriser un décollage économique tel que l'illustre le Mercosur. Les accords régionaux vont alors se multiplier de façon impressionnante. Ces intégrations régionales entretiennent des relations économiques et même politiques avec d'autres continents agissant ainsi au profit du "désenclavement intercontinental" de l'Amérique latine. La globalisation n'est pas étrangère à un tel phénomène. Le plus marquant de ces mouvements concerne l'accord-cadre entre l'UE et le Mercosur de 1995. [less ▲]

Detailed reference viewed: 59 (4 ULg)