References of "Economie et Prévision"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes comportements vis-à-vis de la fraude fiscale et de la fraude sociale diffèrent-ils ? Une expérience menée en Belgique, en France et aux Pays-Bas
Pestieau, Pierre ULg; Lefebvre, Mathieu ULg; Riedl, Arno et al

in Economie et Prévision (2013), 202-203

En période de crise économique, les besoins de l’État augmentent et l’assiette fiscale se réduit. Il est alors courant de voir resurgir dans le débat public la lutte contre les diverses formes de fraude ... [more ▼]

En période de crise économique, les besoins de l’État augmentent et l’assiette fiscale se réduit. Il est alors courant de voir resurgir dans le débat public la lutte contre les diverses formes de fraude qui réduisent les recettes publiques. Dans ce contexte, on oppose régulièrement fraude fiscale à fraude sociale et la discussion porte souvent sur l’importance relative de l’une et de l’autre. On entend par fraude fiscale le détournement illégal d’un système fiscal afin de ne pas contribuer au financement des charges publiques, et par fraude sociale le fait d’échapper au versement des prélèvements sociaux ou de bénéficier indûment de prestations sociales. Les deux formes de fraude se recoupent parfois. S’il est difficile de mesurer avec précision l’une et l’autre forme de fraude, on estime généralement que la fraude fiscale représente un manque à gagner pour l’État beaucoup plus important que la fraude sociale. Cependant, ces deux types de fraude émanent probablement de populations aux caractéristiques différentes en termes d’activité et de ressources. Il est donc intéressant d’essayer d’identifier les facteurs explicatifs de ces deux types de fraude, c’est-à-dire d’étudier si ces derniers répondent à des ressorts économiques et des impératifs moraux similaires ou non. Des populations ou des groupes sont souvent stigmatisés pour pratiquer l’un ou l’autre type de fraude. Cet article se propose d’expliquer les facteurs menant à ces deux types de fraude, à partir de données obtenues d’une expérience en laboratoire. De par ses exigences de contrôle et son caractère artificiel, l’expérimentation de laboratoire peut contribuer à apporter des éléments de réponse à cette question. En effet, par le choix de valeurs de paramètres appropriées, elle permet de comparer directement les deux types de fraude du point de vue économique, de façon à isoler des dimensions non-économiques de la prise de décision. L’originalité de notre expérience est double. S’il existe maintenant un grand nombre d’expériences sur la fraude fiscale, aucune n’a été consacrée spécifiquement à la fraude sociale au sens de cumul d’un revenu de remplacement et d’un revenu dans un emploi au noir. Outre le fait de comparer la fraude fiscale et la fraude sociale dans un cadre expérimental comparable, nous avons mené cette recherche dans les deux principales régions de Belgique (Flandres et Wallonie), aux Pays-Bas et en France, afin d’élargir le champ de comparaison. Si ces pays ont des institutions différentes, la France et les Pays-Bas partagent avec l’une ou l’autre région de Belgique la même langue et, de ce fait, une culture similaire. Ceci nous permet de comparer les comportements face aux mêmes incitations économiques d’un pays à l’autre, ainsi qu’à l’intérieur de la Belgique, tout en contrôlant l’effet du contexte institutionnel. Dans l’expérience proposée, les participants doivent d’abord choisir entre un emploi offrant un revenu aléatoire mais connu de l’autorité fiscale (correspondant de fait à un emploi salarié) et un emploi offrant un revenu plus aléatoire mais non observable sans contrôle. Dans le traitement de la fraude fiscale, le second choix correspond à un travail indépendant dont le revenu n’est connu du fisc avec certitude que moyennant un contrôle. Dans le traitement de la fraude sociale, il s’agit d’une activité non déclarée que l’individu mène tout en touchant des allocations de chômage. Les valeurs des paramètres dans les deux traitements sont choisies de sorte qu’un individu rationnel et neutre au risque devrait choisir l’emploi autorisant la fraude et frauder s’il existe un très faible risque de contrôle. Les paramètres retenus sont tels que les choix devraient être identiques dans les deux traitements. Les résultats montrent que, dans le cadre du laboratoire, alors que les gains monétaires espérés de la fraude sont identiques, la fraude sociale tend à être plus probable que la fraude fiscale.On observe aussi que de nombreux individus optent pour l’emploi se prêtant à la fraude fiscale tout en ne fraudant pas, ce qui confirme l’existence d’une aversion à la tricherie chez une partie de la population. On retrouve un résultat classique dans ce type de travaux, à savoir que la fréquence des contrôles conduit à l’honnêteté fiscale. Enfin, en ce qui concerne la comparaison internationale, les différences entre les pays sont faibles. La fraude fiscale est plus fréquente chez les participants français et néerlandais que chez les participants belges toutes choses égales par ailleurs. Les participants flamands ne fraudent pas plus le fisc que les participants wallons. Il n’y a pas de différences de recours à la fraude sociale d’un pays ou d’une région à l’autre. [less ▲]

Detailed reference viewed: 26 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailFrontières d’efficacité et processus d’appariement sur le marché du travail au Maroc
Ibourk, Aomar; Perelman, Sergio ULg

in Economie et Prévision (2001), (150-151), 33-45

La capacité d’un marché du travail à générer de nouveaux emplois à partir d’un stock donné de postes vacants et de chômeurs est interprétée comme une forme d’efficacité transactionnelle. Elle peut être ... [more ▼]

La capacité d’un marché du travail à générer de nouveaux emplois à partir d’un stock donné de postes vacants et de chômeurs est interprétée comme une forme d’efficacité transactionnelle. Elle peut être mesurée à partir de l’estimation d’une fonction d’appariement qui décrit la situation d’échange entre la demande, exprimée par les firmes, et l’offre, représentée par les travailleurs à la recherche d’un emploi. Dans cet article, nous proposons l’utilisation des techniques des frontières d’efficacité pour ces estimations. Deux méthodes alternatives, paramétrique et non paramétrique, sont appliquées au cas des marchés du travail régionaux au Maroc. Les résultats obtenus permettent une évaluation de l’efficacité des appariements sur chacun des marchés ainsi qu’une évaluation de l’activité des centres d’information et d’orientation pour l’emploi (CIOPE) qui ont été créés au début des années quatre-vingt-dix aux fins de faciliter l’appariement de l’offre et de la demande des diplômés. [less ▲]

Detailed reference viewed: 59 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCoût dans le secteur de la distribution d’électricité : économies d’échelle, économies de densité et formes institutionnelles
Evrard, Olivier; Lejeune, Bernard ULg

in Economie et Prévision (1998), 135

Cet article a pour objet d'évaluer empiriquement la pertinence économique (en termes d'efficience-coût) de la politique de délégation de la distribution d'électricité des communes vers des organismes ou ... [more ▼]

Cet article a pour objet d'évaluer empiriquement la pertinence économique (en termes d'efficience-coût) de la politique de délégation de la distribution d'électricité des communes vers des organismes ou sociétés extra-communales. Pour ce faire, les possibilités d'économies d'échelle et de densité au sein du secteur ainsi que les coûts d'exploitation relatifs des diverses formes institutionnelles existantes sont évalués sur base de l'estimation d'une fonction de coût hédonique à court terme. [less ▲]

Detailed reference viewed: 98 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCroissance de la productivité, rattrapage et innovation: une analyse des secteurs manufacturiers de l'OCDE
Fecher-Bourgeois, Fabienne ULg

in Economie et Prévision (1992), 102-103(1992-1/2), 117-127

Detailed reference viewed: 11 (3 ULg)
Peer Reviewed
See detailSubstituabilité partielle des facteurs et efficacité-coût. L'exemple du transport urbain et vicinal belge.
Delhausse, Bernard; Thiry, Bernard; Perelman, Sergio ULg

in Economie et Prévision (1992)

Le but de l’article est de mesurer les niveaux d’efficacité d’entreprises de transport, urbain et interurbain, de passagers. Le modèle théorique permet de combiner des facteurs simultanément ... [more ▼]

Le but de l’article est de mesurer les niveaux d’efficacité d’entreprises de transport, urbain et interurbain, de passagers. Le modèle théorique permet de combiner des facteurs simultanément complémentaires et substituables. L’importance des liens de complémentarité entre certains facteurs de production apparaît. Les calculs des niveaux d’efficacité font ressortir l’amélioration des firmes concernées au fil du temps. [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (0 ULg)
See detailLes legs volontaires en France: évaluation et explication
Pestieau, Pierre ULg; Perelman, Sergio ULg

in Economie et Prévision (1991), (100-101), 129-135

Cet article se propose d’évaluer l’importance des legs volontaires sur la base d’une enquête de l’Insee sur la structure des actifs financiers de 5 600 ménages. Cette mesure est alors analysée pour voir ... [more ▼]

Cet article se propose d’évaluer l’importance des legs volontaires sur la base d’une enquête de l’Insee sur la structure des actifs financiers de 5 600 ménages. Cette mesure est alors analysée pour voir si elle correspond à nos a priori sur les legs intentionnels et si elle est conforme à quelques modèles d’héritage. [less ▲]

Detailed reference viewed: 12 (0 ULg)