References of "Cahier d’Histoire du Temps présent"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa révision pacifiste des manuels scolaires. Les enjeux de la mémoire de la guerre 14-18 dans l’enseignement belge de l’Entre-deux-guerres
Bechet, Christophe ULg

in Cahier d’Histoire du Temps présent (2008), (20), 49-101

Le choix fait par la Belgique d’intégrer après la Première Guerre mondiale les rangs des organisations internationales et la détente de ses rapports avec l’Allemagne à partir du traité de Locarno a mené ... [more ▼]

Le choix fait par la Belgique d’intégrer après la Première Guerre mondiale les rangs des organisations internationales et la détente de ses rapports avec l’Allemagne à partir du traité de Locarno a mené tout naturellement les autorités du pays à modérer progressivement leur rhétorique revancharde et à adopter un discours mêlant désormais subtilement nationalisme et internationalisme. La transposition de cette politique de compromis dans l’enseignement belge est un phénomène complexe que nous étudions dans cet article en nous attardant tout spécialement sur la mémoire de la guerre 14-18 dans les manuels scolaires et en étudiant ses enjeux au niveau politique, académique et pédagogique. Sur le plan politique, les circulaires ministérielles montrent que le gouvernement belge a accueilli favorablement la propagande pacifiste sans pour autant cesser toute propagande patriotique. Sur le plan académique, le rapport rédigé par le professeur de l’ULB Frans Van Kalken, au nom du Comité national belge des sciences historiques, en vue du Congrès international sur l’enseignement de l’histoire tenu à la Haye en 1932, montre bien les préventions des milieux historiques belges à l’égard des propositions avancées par les pédagogues ‘internationalistes’ pour la révision de l’histoire de la Première Guerre mondiale. Sur le plan pédagogique, la procédure de révision des manuels scolaires mise en place par la Société des Nations – procédure Casarès – n’aura porté ses fruits en Belgique qu’à une seule occasion. De même, malgré l’activisme des nombreuses organisations pacifistes gravitant dans l’orbite de la SDN, comme par exemple la dotation Carnegie pour la paix internationale, leur volonté de réviser, entre autres, la littérature scolaire belge va être confrontée au départ à une inertie de la part des auteurs de manuels, principalement du côté francophone. Les auteurs belges sont peu au fait des critiques internationales et les changements opérés dans leurs manuels après 1926, vraisemblablement à la suite des directives émanant du ministère des Sciences et des Arts, ne seront pas toujours à la mesure des espérances pacifistes. À ce titre, les difficultés inhérentes à la révision des manuels scolaires en Belgique illustrent parfaitement les spécificités de la mémoire belge relative à la Grande Guerre, peu adaptable aux canons de la nouvelle morale internationale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 77 (9 ULg)