References of "2013"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailFaut-il opérer un cancer du col utérin après radiochimiothérapie initiale?
Ferron, G.; DE CUYPERE, Marjolein ULg; Querleu, D. et al

Conference (2013, December 19)

Detailed reference viewed: 77 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe tradipraticien est un acteur crédible dans l'offre des soins en territoire périurbain: Résultats d'une étude menée dans la commune de Kisenso à Kinshasa, Congo
Manzambi Kuwekita, Joseph ULg; Mbadu Kivuidi, Véronique; Bruyère, Olivier ULg et al

Conference (2013, December 19)

Cette étude examine la perception des tradipraticiens par les populations, afin d’envisager leur intégration dans les politiques de développement de Kisenso par des focus groupes en juillet 2013. 100% de ... [more ▼]

Cette étude examine la perception des tradipraticiens par les populations, afin d’envisager leur intégration dans les politiques de développement de Kisenso par des focus groupes en juillet 2013. 100% de participants reconnaissent l’existence de tradipraticiens et les avoir déjà consultés, 80% déclarent avoir expérimenté la guérison totale. Le recours au tradipraticien est justifié par l’efficacité des soins, le type de maladie, la compétence, la proximité et la possibilité de paiement à crédit. Pour 70% des participants, le tradipraticien doit améliorer les conditions d’hygiène dans la manipulation des produits. La quasi-totalité des tradipraticiens ne sont pas autorisés à fonctionner, dû notamment au coût d’actes administratifs pour l’obtention de l’autorisation et la peur de s’ouvrir aux intellectuels. 20% d’entre eux disent collaborer avec la biomédecine pour les soins de "mbasu", 20% se déclarent spécialistes en ostéologie, 20% dans les soins de "mbasu" et 60% disent tout soigner. Si l’on veut intégrer les tradipraticiens dans les politiques de développement local, on devra supprimer le coût d’actes administratifs, leur accorder des formations, intégrer les soins traditionnels dans les paquets d’activités et leur accorder le statut d’agent de l’Etat. [less ▲]

Detailed reference viewed: 147 (18 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEtalement urbain des villes en Afrique subsaharienne et vulnérabilité croissante face au risque d’inondation : l’exemple de Nouakchott (Mauritanie)
Ozer, Pierre ULg; Ould Sidi Cheikh, Mohamed Ahmed; Ozer, André ULg

Poster (2013, December 19)

Après la sécheresse et la désertification qui ont fortement frappé la Mauritanie dans les années 1970 et 1980, la ville de Nouakchott a connu un développement démographique spectaculaire. En effet, la ... [more ▼]

Après la sécheresse et la désertification qui ont fortement frappé la Mauritanie dans les années 1970 et 1980, la ville de Nouakchott a connu un développement démographique spectaculaire. En effet, la population de la capitale mauritanienne est passée de 134 704 habitants en 1977 à 899 887 habitants recensés en mars 2013. Depuis 2000, Nouakchott voit sa population augmenter de 125 personnes par semaine ; une croissance absolue jamais atteinte par le passé. La ville s’est donc agrandie considérablement et les nouveaux arrivants ont construit leurs maisons dans des zones marginales sans aménagement préalable. Plusieurs quartiers se sont installés soit dans des zones dépressionnaires à sols salés sous forme de sebkha, soit dans des zones dunaires fortement ensablées. Sur base de l’analyse de la relation entre pluies et inondations, nous avons pu déterminer que ces dernières n’étaient plus dues à des événements pluviométriques extrêmes mais bien à un aménagement du territoire non contrôlé. [less ▲]

Detailed reference viewed: 309 (35 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailExpansion urbaine et risques hydrologiques : cas de Butembo (RDC)
Sahani, Muhindo; Moeyersons, Jan; Ozer, Pierre ULg

Poster (2013, December 19)

Butembo constitue un cas typique de zone urbaine en région tropicale humide rencontrant une explosion démographique exceptionnelle. L’exode vers Butembo pour fuir l’insécurité dans la sous-région a ... [more ▼]

Butembo constitue un cas typique de zone urbaine en région tropicale humide rencontrant une explosion démographique exceptionnelle. L’exode vers Butembo pour fuir l’insécurité dans la sous-région a conduit à une rapide concentration spontanée des populations et à une urbanisation sans cesse croissante. L’imperméabilisation des vastes étendues de terres consécutive à cette expansion spatiale rapide de la ville a généré des problèmes environnementaux qui affectent la structure urbaine. A l’instar de nombreuses villes d’Afrique centrale, Butembo est actuellement confrontée à des risques hydrologiques diversifiés : ravinements progressifs et régressifs, inondations, et remobilisation d’anciens glissements de terrain. [less ▲]

Detailed reference viewed: 105 (6 ULg)
See detailL’artiste commissaire
Bawin, Julie ULg

Scientific conference (2013, December 19)

Detailed reference viewed: 42 (3 ULg)
Peer Reviewed
See detailUn contrat de rivière en zone périurbaine, la rivière Lukaya à Kinshasa, RDC.
Rosillon, Francis ULg; Jacmain, Céline

Poster (2013, December 19)

Detailed reference viewed: 32 (3 ULg)
Peer Reviewed
See detailOxygen: a critical component of critically sized defects
Carlier, Aurélie ULg; Van Gastel, Nick; Geris, Liesbet ULg et al

Poster (2013, December 19)

Detailed reference viewed: 19 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes acteurs non étatiques jouent un rôle déterminant dans le fonctionnement des services publics en territoires périurbains
Manzambi Kuwekita, Joseph ULg; Bruyère, Olivier ULg; REGINSTER, Jean-Yves ULg et al

Poster (2013, December 19)

Cette étude répertorie les acteurs étatiques et non étatiques qui offrent des services publics aux populations en territoire périurbain en vue d’améliorer leur intégration dans les politiques de ... [more ▼]

Cette étude répertorie les acteurs étatiques et non étatiques qui offrent des services publics aux populations en territoire périurbain en vue d’améliorer leur intégration dans les politiques de développement local de la commune périurbaine de Kisenso à Kinshasa, par des focus groups en juillet 2013. La question de recherche était : « quels sont les acteurs étatiques et non étatiques qui offrent les services publics en territoire périurbain, leurs rapports avec l’administration publique et comment envisager leur intégration dans les politiques de développement local » ? Les principaux résultats de cette étude montrent qu’à Kisenso, 5 acteurs étatiques et 75 acteurs non étatiques opèrent dans la commune de Kisenso, essentiellement dans les domaines suivants : santé, éducation, justice, social, environnement, énergie, PME, etc. en ce qui concerne les rapports qu’entretiennent les acteurs non étatiques avec l’Etat, (i) tous sont reconnus par la Commune car ils détiennent des autorisations délivrées par les instances de niveau national, (ii) ils ne rendent pas compte à la commune de leurs activités de manière formelle parce la loi ne les y oblige pas. 109 structures de santé sont fonctionnelles. Néanmoins, environ une trentaine d’ONGs transmettent leurs rapports d’activités à la Commune en fin d’année. De même, les acteurs non étatiques évoluant dans le secteur des soins de santé transmettent tous leurs rapports épidémiologiques, mais seulement 15/109 (soit 13,7%) rapportent sur les activités (SNIS). À la question de savoir pourquoi la population recourt aux services offerts par les différents acteurs, cette étude montre que les choix des populations pour un service ou un autre sont motivés essentiellement par la qualité de ces services, la compétence du personnel, l’efficacité, l’accueil, les coûts accessibles, l’accueil et la proximité du service avec le ménage. Quant à la manière d’intégrer les acteurs non étatiques dans les politiques de développement local, les acteurs ont proposé le processus suivant : (i) inventorier les structures et/ou les acteurs œuvrant dans la zone de santé et/ou la commune, (ii) faire les états des lieux pour identifier leur degré de fonctionnement, (iii) accorder les autorisations aux structures qui remplissent les conditions de fonctionnement, (iv) aider celles qui ne remplissent pas ces conditions à les remplir par la formation du personnel, la subvention des structures, etc.). Les résultats de cette recherche suggèrent que si l’on veut éviter que certains acteurs continuent à opérer dans la clandestinité pour des raisons d’ordre financier, à l’instar de tradipraticiens, ils devraient être exonérés de toutes taxes. Les résultats de cette recherche montrent que si l’on veut intégrer les acteurs non étatiques dans les politiques de développement local, les différentes autorités municipales devraient les associer, en amont, aux activités organisées telles la formation et la supervision, sans que cela ne leur soit facturé ; leur demander ensuite de rapporter sur leurs activités ne devrait plus entraîner de résistance. [less ▲]

Detailed reference viewed: 84 (13 ULg)
Full Text
See detailLe patron urbain, un facteur influençant l'impact de l'urbanisation sur les écosystèmes: les cas de Kisangani et de Lubumbashi (RDC)
Andre, Marie ULg; Mahy, Grégory ULg; Lejeune, Philippe ULg et al

in PACODEL (Ed.) Colloque international Territoires périurbains: développement, enjeux et perspectives dans les pays du sud (2013, December 19)

Les dynamiques et patrons paysagers de deux villes entre deux années (Kisangani entre 2002 et 2010 ; Lubumbashi entre 2002 et 2008, en République Démocratique du Congo) ont été étudiés afin d’évaluer leur ... [more ▼]

Les dynamiques et patrons paysagers de deux villes entre deux années (Kisangani entre 2002 et 2010 ; Lubumbashi entre 2002 et 2008, en République Démocratique du Congo) ont été étudiés afin d’évaluer leur influence sur l’impact de l’extension et/ou densification de ces villes, et plus particulièrement de leur zone périurbaine, sur leurs écosystèmes internes et périphériques. En effet, le patron paysager occupe une place fondamentale dans l’hypothèse centrale de l’écologie du paysage, appelée pattern-process paradigm puisqu’il influence les processus écologiques et inversement. Sa description et son analyse sont donc particulièrement importantes (Bogaert et al. 2004; Coulson et al. 1999). Les indices de composition, communément utilisés en écologie du paysage, décrivent entre autres le patron en quantifiant la présence et le nombre de taches issues des différentes classes du paysage (Alberti 2008). D’autre part, les villes ne cessant d'augmenter leur emprise sur les paysages dont elles font partie, l'étude des espaces qui les ceinturent, le phénomène de leur extension dans les régions rurales ainsi que les schémas conceptuels de leur morphologie et dynamique interne sont plus que jamais des sujets d'actualité (Bhatta et al., 2010; Borsdorf et al., 2002; De Blij, 1977; Gaston, 2010; Halleux, 2006). Paradoxalement, les scientifiques de différentes disciplines peinent à donner une définition, des caractéristiques et des limites acceptées par tous aux notions se rattachant aux différentes zones présentes dans le gradient urbain-rural. Cette étude se distingue des autres, généralement subjectives, par son approche quantifiée et objective. Pour chacune des deux villes, deux images SPOT 5 ont été classifiées sur base d’une approche orientée-objet (Definiens 2013). Ensuite, des indices de composition paysagère ont été évalués afin 1) d’identifier l’étendue de chaque zone (urbaine, périurbaine, rurale) au sein du gradient urbain-rural en utilisant les définitions de zones proposées par André et al. (sous presse), 2) de décrire ces différentes zones en quantifiant les caractéristiques morphologiques les plus couramment citées avant d’en borner les valeurs (André et al. 2012) et 3) de quantifier la dynamique des différentes zones au cours de la dernière décade. Ensuite, les similarités et différences entre ces villes ainsi que la pertinence et les faiblesses de la méthode ont été identifiées et discutées. Les résultats de cette étude ont pour ambition de contribuer à une meilleure compréhension et prise en compte du rôle du patron paysager dans la résistance potentielle des écosystèmes naturels à l’extension et/ou la densification d’une ville donnée. [less ▲]

Detailed reference viewed: 105 (13 ULg)
See detailAlliance diagnostique et thérapeutique contre les mycoses invasives
DE PRIJCK, Bernard ULg; HAYETTE, Marie-Pierre ULg; MISTRETTA, Virginie ULg

Scientific conference (2013, December 19)

Detailed reference viewed: 27 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailImpact de l’érosion littorale dans les villes côtières africaines: de la procrastination des pouvoirs publics à la migration forcée des plus précaires. Cas de Cotonou, Bénin
Ozer, Pierre ULg; Hountondji, Yvon-Carmen; De Longueville, Florence ULg et al

Poster (2013, December 19)

Situé dans le Golfe de Guinée, le littoral béninois est soumis –sur certains tronçons– à une érosion assez rapide ces dernières décennies. Cette érosion côtière est principalement due actuellement aux ... [more ▼]

Situé dans le Golfe de Guinée, le littoral béninois est soumis –sur certains tronçons– à une érosion assez rapide ces dernières décennies. Cette érosion côtière est principalement due actuellement aux activités humaines parmi lesquelles les perturbations sédimentaires occasionnées par la construction de divers barrages dont celui de Nangbéto sur le fleuve Mono ; le blocage du transit littoral par les ouvrages portuaires de Cotonou ; les carrières de sable exploitées à même la plage ; et la diminution d’apports sédimentaires provenant de l’ouest suite à divers travaux de protection des côtes. En utilisant la fonction multi dates disponible dans Google Earth, cet article estime la superficie érodée à Cotonou entre 2002 et 2011 à l’est de l’exutoire du Lac Nokoué. En outre, il évalue le nombre de maisons détruites ainsi que le nombre de personnes contraintes à une migration forcée. Les figures sont importantes puisque de l’ordre de cent mètres de zone côtière ont totalement disparu en une décennie sur un tronçon de près de six kilomètres de long en pleine ville ou en proche périphérie. [less ▲]

Detailed reference viewed: 128 (13 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes villes d’Afrique Centrale balafrées par l’érosion ravinante : inventaire cartographique et impact socio-économique à Kinshasa (RDC)
Makanzu, Fils; Moeyersons, Jan; Vandecasteele, Ine et al

Poster (2013, December 19)

Kinshasa, la plus grande ville d’Afrique Centrale, a vu sa population passer de 404173 habitants en 1957 à près de 8 millions d’habitants en 2007, soit une augmentation d’environ 20 fois en 50 ans ... [more ▼]

Kinshasa, la plus grande ville d’Afrique Centrale, a vu sa population passer de 404173 habitants en 1957 à près de 8 millions d’habitants en 2007, soit une augmentation d’environ 20 fois en 50 ans seulement. La ville s’est entre-temps agrandie, s’étalant de 94 à 443 km² au cours de la même période. A l’aide de la télédétection et d’un SIG, les ravins d’au moins 5 mètres de large ont été cartographiés à partir d’un couple stéréoscopique SPOT 2006/2007 dans la haute ville de Kinshasa. Cet inventaire a permis la détermination de 308 ravins totalisant une longueur cumulée de 95 km qui occupent une superficie de 2 km² et dont la profondeur moyenne et la largeur moyenne sont respectivement de 7 et 21 mètres. La densité de ravinement est de 0,4 km/km². Sur le plan socio-économique, on déplore la destruction d’environ 95 habitations par an, ce qui cause des pertes estimées à 1,5 million d’USD annuellement. A cela s’ajoutent des tronçons de routes coupés, la rupture des tuyaux de raccordement en eau potable, la destruction des écoles, des centres de santé et des lieux de culte, ainsi que la chute des pylônes électriques. [less ▲]

Detailed reference viewed: 117 (20 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPeut-on concilier la phytostabilisation des sols pollués avec la conservation des espèces cupro-cobalticoles dans la région de Lubumbashi (R. D. Congo) ?
Boisson, Sylvain ULg; Collignon, Julien; Ngoy Shutcha, Mylor et al

Conference (2013, December 19)

Detailed reference viewed: 66 (20 ULg)