References of "1958"
     in
Bookmark and Share    
See detailPhysique cométaire : les intensités relatives des bandes du cyanogène dans les spectres cométaires
Swings, Polydore ULg; Dufay, Jean

in Publications de l'Observatoire de Haute-Provence (1958), 4(13), 4

Detailed reference viewed: 17 (2 ULg)
See detailLe spectre de la nébuleuse planétaire IC 3568
Swings, Polydore ULg; Fehrenbach, Charles

in Publications de l'Observatoire de Haute-Provence (1958), 4(31), 161-162

Detailed reference viewed: 14 (4 ULg)
See detailLe spectre de la comete MRKOS (1957 d) dans le proche infra-rouge
Dufay, Jean; Swings, Polydore ULg

in Publications de l'Observatoire de Haute-Provence (1958), 4(26), 13

Detailed reference viewed: 18 (0 ULg)
Full Text
See detailLe spectre de la nébuleuse planétaire IC 3568
Swings, Polydore ULg; Fehrenbach, Charles

in Journal des observateurs (1958), 41(11-12), 161-162

Le noyau de la nébuleuse IC 3568 montre à la fois les émissions de l'azote et du carbone, mais le doublet de NΠ voisin de H est absent dans la nébuleuse. Ce caractère distingue IC 3568 des nébuleuses NGC ... [more ▼]

Le noyau de la nébuleuse IC 3568 montre à la fois les émissions de l'azote et du carbone, mais le doublet de NΠ voisin de H est absent dans la nébuleuse. Ce caractère distingue IC 3568 des nébuleuses NGC 6543, IC 4997, NGC 6826. [less ▲]

Detailed reference viewed: 12 (4 ULg)
Full Text
See detailL'Université en expansion
Dubuisson, Marcel ULg

Speech/Talk (1958)

Detailed reference viewed: 25 (5 ULg)
Full Text
See detailSur les Malacodermes paléarctiques : 32-34
Magis, Noël ULg

in Bulletin et Annales de la Société Royale d'Entomologie de Belgique (1958), 94(III/IV), 88-93

Detailed reference viewed: 16 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailRésorption du liquide exuvial chez le ver à soie (Bombyx mori L.)
Jeuniaux, Charles ULg

in Archives Internationales de Physiologie et de Biochimie (1958), 66(1), 121-122

Detailed reference viewed: 3 (0 ULg)
Full Text
See detailLes tourbières de la fagne Wallonne et de la fagne de Cléfay
Streel, Maurice ULg

in Bulletin de la Société Royale des Sciences de Liège (1958), 27(3-4), 104-117

Detailed reference viewed: 14 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailRecherches sur les chitinases. I. Dosage néphélométrique et production de chitinase par des streptomycètes
Jeuniaux, Charles ULg

in Archives Internationales de Physiologie et de Biochimie (1958), 66(3), 408-427

1. L'hydrolyse enzymatique de la chitine étant probablement le résultat d'une succession de réactions catalysées par des enzymes différents, il est préférable, pour doser quantitativement la chitinase, de ... [more ▼]

1. L'hydrolyse enzymatique de la chitine étant probablement le résultat d'une succession de réactions catalysées par des enzymes différents, il est préférable, pour doser quantitativement la chitinase, de mesurer la disparition du substrat plutôt que l'apparition des produits d'hydrolyse. Une méthode néphélométrique, sensible et rapide, est proposée. Elle consiste à mesurer, au moyen du néphélomètre de Pulfrich, la diminution du trouble de certaines suspensions de chitine pure pulvérisée au cours de la lyse enzymatique. Un système d'Unités arbitraires est défini. 2. Plusieurs souches de Streptomyces spp. isolées du sol ont été cultivées dans des milieux liquides. L'exochitinase qu'elles élaborent est de nature constitutive. Elle peut être synthétisée en l'absence de chitine, mais cette substance favorise considérablement l'élaboration et l'accumulation de la chitinase dans le milieu. 3. Dans les milieux de culture à base de chitine, l'exochitinase produite par le mycélium bactérien est absorbée sur la chitine au fur et à mesure de son élaboration, et n'est libérée dans la phase liquide qu'au moment où toute la chitine est digérée. La chitinase est ensuite progressivement détruite, car elle est instable, en l'absence de son substrat, en présence des enzymes protéolytiques bactériens. 4. La quantité de chitinase obtenue en cultures agitées est environ 10 fois supérieure à celle obtenue en cultures stationnaires. 5. Tant que la viscosité du milieu reste compatible avec les conditions de brassage et d'oxygénation exigées pour un bon développement de la culture, l'augmentation de la concentration en chitine favorise la production de chitinase. 6. Le Streptomyces spp. souche A1 est le plus favorable pour la production de chitinase. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (0 ULg)
Full Text
See detailCantharidae (Coleoptera malacodermoidea)
Magis, Noël ULg

in Exploration du Parc National de l'Upemba (1958), (52), 27-32

Detailed reference viewed: 15 (4 ULg)
Full Text
See detailPerformances balistiques des fusées
Fraeijs de Veubeke, Baudouin ULg

Report (1958)

Detailed reference viewed: 16 (1 ULg)
Full Text
See detailCantharidae (Coleoptera cantharoidea)
Magis, Noël ULg

in Exploration du Parc National Albert (1958), (93), 1-37

Detailed reference viewed: 18 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailChitinases
Jeuniaux, Charles ULg

in Archives Internationales de Physiologie et de Biochimie (1958), 29(522), 644-650

Detailed reference viewed: 15 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSur le métabolisme de la glycine plasmatique chez le ver à soie
Bricteux-Grégoire, S.; Duchâteau, G.; Florkin, Marcel ULg et al

in Archives Internationales de Physiologie et de Biochimie (1958), 66(1), 111-112

Detailed reference viewed: 10 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailContributions à la biochimie du ver à soie : I. Influence de diverses conditions expérimentales sur l'élaboration de la soie et sur la croissance
Jeuniaux, Charles ULg; Florkin, Marcel ULg

in Archives Internationales de Physiologie et de Biochimie (1958), 66(4),

Si on extirpe une partie de la portion postérieure de ses glandes séricigènes six à dix heures avant la purgation (dernière défécation), le ver à soie file un coton plus léger que celui des chenilles ... [more ▼]

Si on extirpe une partie de la portion postérieure de ses glandes séricigènes six à dix heures avant la purgation (dernière défécation), le ver à soie file un coton plus léger que celui des chenilles normales ou des témoins soumis à l'anesthésie et au même traumatisme. Pendant le jeûne qui précède et qui accompagne le filage, la glande séricigène du ver à soie continue donc à élaborer de la soie à partir de matériaux endogènes. Pratiquée trois ou quatre jours après la 3e mue larvaire, la glandectomie totale a été rarement fatale dans nos observations (5 p. 100 de mortalité entre l'opération et la mue nymphale). Les chenilles glandectomisées ont franchi la 4e mue avec un léger retard. Huit jours après la 3e mue, la proportion des chenilles ayant de nouveau mué a été de 67 p. 100 chez les témoins normaux, de 51 p. 100 chez les glandectomisés et de 48 p. 100 chez les témoins traumatisés. Une proportion importante des chenilles glandectomisées ne peuvent se débarrasser de la cuticule larvaire, et elles meurent. Les autres présentent le plus souvent un développement nymphal et une mue imaginale normaux. Les papillons s'accouplent et les femelles pondent des oeufs fécondés. La glandectomie ne modifie que faiblement l'ingestion de nourriture. Le poids de substance sèche des prénymphes provenant de chenilles glandectomisées est égal à environ 1,4 fois celui des témoins. Privés d'alimentation au cours de la période d'alimentation facultative (à partir du cinquième jour après le dernière mue larvaire) les vers à soie normaux ne filent qu'un mince cocon, parfois réduit à quelques fils. Les glandectomisés qui, dans ces conditions d'inanition traversent sans difficulté les stades conduisant à l'imago, présentent la même courbe de poids que les témoins normaux placés dans les mêmes conditions. Les aliments ingérés au cours de la période "d'alimentation facultative" servent donc à la formation de la plus grande portion de la soie, en partie directement, et en partie par le relai d'une formation de tissus, ce dernier phénomène persistant seul, et son importance étant de ce fait accrue, chez les vers à soie glandectomisés. [less ▲]

Detailed reference viewed: 10 (0 ULg)