References of "Frère, Bruno"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailQue cents fleurs s'épanouissent
Jacquemain, Marc ULg; Frère, Bruno ULg

in Frère, Bruno; Jacquemain, Marc (Eds.) Résister au quotidien ? (2013)

Le texte introduit à l'ouvrage collectif "Résister au quotidien ?". En passant en revue les différentes formes de résistance collective évoquées dans le livre, il articule trois réflexions. D'abord, le ... [more ▼]

Le texte introduit à l'ouvrage collectif "Résister au quotidien ?". En passant en revue les différentes formes de résistance collective évoquées dans le livre, il articule trois réflexions. D'abord, le fait que la résistance au capitalisme s'inscrit aujourd'hui dans les pressions de la nécessité quotidienne plus que dans les grands projets alternatifs, que ces résistances s'appuient sur l'Etat tout en le critiquant et enfin, que les différents domaine de conflictualité n'ont pas les mêmes potentiels de subversion. [less ▲]

Detailed reference viewed: 74 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailQuoi de neurf sous le soleil miltant ?
Frère, Bruno ULg; Jacquemain, Marc ULg

in Frère, Bruno; Jacquemain, Marc (Eds.) Résister au quotidien ? (2013)

L'article sert de conclusion à l'ouvrage "Résister au quotidien". Il montre que les formes de militantisme aujourd'hui repérées comme "nouvelles" et plus "distanciées" s'inscrivent souvent dans la ... [more ▼]

L'article sert de conclusion à l'ouvrage "Résister au quotidien". Il montre que les formes de militantisme aujourd'hui repérées comme "nouvelles" et plus "distanciées" s'inscrivent souvent dans la filiation de traditions historiques sous-estimées, comme par exemple l'associationnisme ouvrier du 19ème siècle. Mais contrairement à ces traditions, ces engagements ne convergent plus spontanément sous la figure d'un acteur social à vocation universelle comme était perçu le prolétariat dans le cadre du mouvement ouvrier. Dès lors pour que la résistance débouche sur le changement social, le processus de politisation des résistances de leur fédération et de leur articulation n'en est que plus nécessaire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 24 (5 ULg)
See detailRésister au quotiden ?
Frère, Bruno ULg; Jacquemain, Marc ULg

Book published by Presses de la Fondation Natoinale des Sciences Politiques (2013)

Les nouvelles formes de résistance à la domination se déclinent dans un agir "ici et maintenant", au service de causes concrètes : éducation sans frontières défense des exclus, droits des homosexuels ... [more ▼]

Les nouvelles formes de résistance à la domination se déclinent dans un agir "ici et maintenant", au service de causes concrètes : éducation sans frontières défense des exclus, droits des homosexuels, alterconsommation, économie alternative et solidaire, commmunauté du logiciel libre. Si nos sociétés s'extraient petit à petit du "trou noir" de la pensée critique dans lequel ces dernières décennies les avaient plongées, les déplacement du capitalisme et la refonte de son idéologie ont-ils privé le "nouveau prolétariat" d'un adversaire clairement identifiable et dune capacité à mobiliser autour d'une cause globale ? Dressant un panorama de divers pratiques contemporaines de résistance et procédant à leur analyse, c'est à l'ensemble de ces questions que l'ouvrage ambitionne de se confronter [less ▲]

Detailed reference viewed: 69 (15 ULg)
Full Text
See detailEngagements d'actualité, actualité des engagements
Jacquemain, Marc ULg; Frère, Bruno ULg; Delwit, Pascal

in Dandoy, Régis (Ed.) Science politique et actualité : l'actualité de la science politique (2010)

The chapter confronts evidence about evolution of militant behaviour in contemporary Europe, mainly Belgium and France : how new models of public involvement substitute to old forms of militant ... [more ▼]

The chapter confronts evidence about evolution of militant behaviour in contemporary Europe, mainly Belgium and France : how new models of public involvement substitute to old forms of militant participation and in what measure those old forms resist. [less ▲]

Detailed reference viewed: 49 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPenser le combat ordinaire : plonger dans la chair sociologique du monde
Frère, Bruno ULg

in Hermès (2009), 54

Il va en quelque sorte s'agir, dans ce texte, de montrer comment, parce qu'elle donne à voir le mouvement d'une pensée tant pratique (les dessins) que théorique (les textes) qui s'interroge à la fois sur ... [more ▼]

Il va en quelque sorte s'agir, dans ce texte, de montrer comment, parce qu'elle donne à voir le mouvement d'une pensée tant pratique (les dessins) que théorique (les textes) qui s'interroge à la fois sur le monde social, sur le phénomène politique et sur le phénomène artistique, la complexité de la bande dessinée peut se laisser décanter par la philosophie. C'est donc en fin de compte bel et bien à son rôle originaire de techné (de « technique » selon Aristote), d'outil, que sera renvoyé la philosophie dans ce court article consacré aux albums de Manu Larcenet : le combat ordinaire [less ▲]

Detailed reference viewed: 92 (14 ULg)
See detailLe nouvel esprit solidaire
Frère, Bruno ULg

Book published by Desclée de Brouwer (2009)

Dans cet ouvrage, Bruno Frère montre comment l'imaginaire associationniste de l'économie qualifiée aujourd'hui de « solidaire » plonge ses racines profondes dans les mouvements et les pensées ... [more ▼]

Dans cet ouvrage, Bruno Frère montre comment l'imaginaire associationniste de l'économie qualifiée aujourd'hui de « solidaire » plonge ses racines profondes dans les mouvements et les pensées révolutionnaires libertaires qui ont agité la France du milieu du xixe siècle. Ces mouvements apparaissaient alors comme une réelle proposition d'organisation sociale et politique alternative à l'économie de marché, sans pour autant céder aux sirènes du socialisme organisé et à la dictature du prolétariat. Ils portaient les espoirs de résorber ce qui apparaissait alors comme étant une première crise de la modernité. Aujourd'hui, cet imaginaire semble renaître avec les initiatives de microcrédit, d'entreprises alternatives, de services de proximité, de commerce équitable et d'échanges non monétaires. Peut-on déjà y voir une voie de sortie hors de la crise actuelle de la modernité ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 238 (61 ULg)
Full Text
See detailLa sociologie critique de Pierre Bourdieu : le dernier structuralisme
Frère, Bruno ULg

in Jacquemain, Marc; Frère, Bruno (Eds.) Epistémologie de la sociologie (2008)

Pierre Bourdieu, décédé en 2002, a laissé derrière lui une œuvre riche d’une quarantaine d’ouvrages et de centaines d’articles1. L’école « critique » qu’il a forgée fait autorité depuis les années 70 pour ... [more ▼]

Pierre Bourdieu, décédé en 2002, a laissé derrière lui une œuvre riche d’une quarantaine d’ouvrages et de centaines d’articles1. L’école « critique » qu’il a forgée fait autorité depuis les années 70 pour toute une génération de sociologues à travers le monde. Aux innombrables traductions et commentaires accessibles dans toutes les langues s’ajoutent aujourd’hui des hommages dont il y a fort à parier que le nombre aura doublé d’ici la publication du présent texte. Mais des critiques, dès les années 80 se sont également présentées, non souvent sans une véritable pertinence (Boudon, Boltanski, Latour). Nous montrerons à ce titre qu'il est devenu impossible de les contourner depuis le point de vue critique, lequel n'est fonctionnel que sur certains terrains. Il peut donc apparaître très audacieux de prétendre, en quelques pages, à la fois résumer une œuvre aussi dense que complexe, déjà décortiquée par de nombreux spécialistes à maintes reprises et en présenter les principaux déficits. Pour nous aider dans cette tâche, nous nous armerons, en plus, des principaux textes de l’intéressé, des synthèses exhaustives de son oeuvre qui font actuellement autorité comme celles de Pinto (1998), de Mounier (2001), de Corcuff (2003a) et surtout celle Accardo sur laquelle nous nous appuierons principalement (1997) ainsi que des principaux ouvrages ayant engagé la discussion critique. En abordant les différents concepts clefs (habitus, champ, hexis, illusio) depuis ces derniers nous verrons en quoi cette sociologie, malgré son succès, peut continuer à être considérée sinon comme déterministe, en tout cas comme structuraliste. Il existe un ensemble de réalités sociales qu'elle ne permet pas d'éclairer et qui implique de se tourner vers d'autres paradigmes [less ▲]

Detailed reference viewed: 304 (13 ULg)
Full Text
See detailEpistémologie de la sociologie. Paradigmes pour le 21e siècle
Jacquemain, Marc ULg; Frère, Bruno ULg

Book published by De boeck (2008)

Comment s’articulent, dans la compréhension du monde social, la démarche « savante » du sociologue et la compréhension « ordinaire » des acteurs ? S’impose-t-il de séparer a priori les deux pour aboutir à ... [more ▼]

Comment s’articulent, dans la compréhension du monde social, la démarche « savante » du sociologue et la compréhension « ordinaire » des acteurs ? S’impose-t-il de séparer a priori les deux pour aboutir à l’objectivité scientifique ou, au contraire, de les construire en continuité et dans un dialogue réciproque ? Le développement considérable des sciences sociales au cours du dernier demi-siècle n’a pas abouti à résoudre cette question de manière univoque. Au contraire, plus les sciences sociales – et la sociologie en particulier – ont scruté avec attention des objets concrets, plus les « postures » se sont diversifiées sur cette question. Adressé prioritairement à des étudiants de deuxième cycle, mais susceptible d’intéresser aussi le public non spécialiste, ce livre introduit de manière rigoureuse mais accessible à cette irréductible pluralité. Il passe en revue quelques-unes des positions sociologiques les plus contemporaines en tentant de relever chez chacune, les promesses et les limites, familiarisant le lecteur avec la nécessaire diffraction du regard qui s’impose pour « saisir » ce qui fait le monde social. [less ▲]

Detailed reference viewed: 214 (41 ULg)
Full Text
See detailFonder ou représenter : de l'apriorisme et du constructivisme en sciences sociales.
Frère, Bruno ULg; Jacquemain, Marc ULg

in Jacquemain, Frère, Marc, Bruno (Ed.) Epistémologie de la sociologie (2008)

Cet article vise à proposer une grille de lecture pour les chapitres de l'ouvrage. Elle organise les paradigmes dont ils traitent sur un spectre, en l'occurrence épistémologique, jalonné de quelques ... [more ▼]

Cet article vise à proposer une grille de lecture pour les chapitres de l'ouvrage. Elle organise les paradigmes dont ils traitent sur un spectre, en l'occurrence épistémologique, jalonné de quelques grands courants qui ont marqué les sciences sociales au 20e Siècle. Tracer un tel spectre permet de suggérer une première porte d'entrée simplifiée dans ce champ vaste et toujours en friche des théories sociologiques sans pour autant résoudre des oppositions à l'évidence irréductibles. Il s'étend d'un pôle que nous qualifierons de «aprioriste» au pôle « constructiviste » qui égraine les « nouvelles sociologies », dont parle aussi P. Corcuff, sans pour autant regrouper sous ce dernier vocable les mêmes paradigmes. Dans une version totalement purifiée qui ne correspond pas en tant que telle à un paradigme donné, le premier pôle serait celui d'une sociologie cherchant à déterminer ce qui fonde le monde social comme étant un donné a priori, c'est à dire précédant et surtout conditionnant l'expérience que les acteurs sociaux ont du monde en général et les représentations qu'ils s'en font en déposant eu eux ses traces. Le second serait l'idéal-type d'une sociologie n'envisageant ce même monde que comme un lacis de représentations construites à partir de points de vue distincts au sujet desquels il importe peu de savoir si ce qui les a constitué en tant que point de vue résulte des influences de tel ou tel type de monde social. Ce qui importe est, pour ainsi dire, le sens a postériori que ces points de vue concèdent au monde, aux objets, aux personnes et au relations qui tentent de se stabiliser différentes entités. On peut estimer que les paradigmes aprioristes s'inscrivent dans une reprise du projet métaphysique kantien lequel cherche à définir les conditions de possibilités de la connaissance et de la pensée humaine. Mais ils le font dans un cadre et avec des objectifs considérablement renouvelés par rapport à l'humanisme du XVIIIe siècle. Dans notre hypothèse, la tâche consistant à découvrir l'a priori qui conditionne ce que nous pensons et faisons serait depuis le XXe Siècle davantage assignable aux sciences sociales qu'à la philosophie. Les sociologies de l'a priori cherchent à fonder socialement les modes de connaissances nous permettant d'appréhender le monde et ses objets là où la philosophie moderne les fondait subjectivement. Leur but ultime est d'établir les formes et les catégories sociales qui sont au principe de l'action des acteurs et qui constitueraient d'une certaine manière la paire de lunette au travers de laquelle ils percoivent le monde. Ainsi, la sociologie critique de Bourdieu, la sociologie de l'action de Touraine ou encore la sociologie de l'action publique pourraient être envisagées comme relevant d'une démarche davantage aprioriste que les autres. A l'autre bout du spectre sur lequel se placent les paradigmes abordés par cet ouvrage, se situent le pôle constructiviste et le relativisme qui en est la forme extrapolée. Les constructivistes, envisagent leur démarche comme un fine traduction de la manière dont les personnes et leurs bagages cognitifs (savoirs, stratégies, valeurs morales, etc.) s'y prennent pour construire et stabiliser un (ou des) monde(s) commun(s). Leur espace de problématisation évolue assez loin de la question de savoir quels sont les a priori sociaux qui nous conduisent à penser comme nous pensons et à agir comme nous agissons. En réalité, il s'agit de déplacer complètement le regard des conditions de l'action à l'action elle-même en la déployant sa multidimensionnalité. [less ▲]

Detailed reference viewed: 95 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMax Scheler et la phénoménologie française
Frère, Bruno ULg

in Revue Philosophique de la France et de l'Etranger (2007), 2

Le but premier de cet article est de jeter une nouvelle lumière sur l'oeuvre de Max Scheler, à l'écart des lectures traditionnellement chrétiennes, personnalistes et panthéistes. Ces trois traditions ont ... [more ▼]

Le but premier de cet article est de jeter une nouvelle lumière sur l'oeuvre de Max Scheler, à l'écart des lectures traditionnellement chrétiennes, personnalistes et panthéistes. Ces trois traditions ont pour point commun de faire de Scheler un « moraliste ». Elles envisagent son projet phénoménologique comme un simple moyen mobilisé parmi d'autres pour formaliser son éthique. Or, selon nous, ce projet peut valoir pour lui-même. L’expérience que voudraient tenter ces quelques pages est celle d'une lecture de l’a priori objectif schelerien et de son matérialisme axiologique par l'unique prisme d'une démarche phénoménologique qu’il a contribué à ouvrir avec Husserl dès le début du siècle. Sans elle, ses critiques du rationalisme kantien et l'originalité de sa philosophie « affective » n’auraient pu revêtir la pertinence qui fut la leur. Cette relecture nous conduira a remarquer que c'est sa postérité française qui nous offre les meilleurs outils pour extraire la teneur phénoménologique de son oeuvre . De ce point de vue, on peut même dire ce sont des auteurs comme Henry, Dufrenne, Sartre, Merleau-Ponty ou Ricoeur qui vont permettre à la pensée de Scheler de tenir ses promesses. Mais ce sont aussi eux qui vont permettre de dénicher les difficultés auxquelles notre entreprise, à terme, n'échappera pas. Si la philosophie de Scheler est avant tout une phénoménologie, comment qualifier le pôle subjectif du rapport intentionnel qui nous ouvre au sens a priori des objets du monde, c'est à dire à leurs « valeurs » ? Et si la teneur axiologique des objets précède effectivement ce rapport, comment répondre à la question typiquement phénoménologique de la constitution des valeurs ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 124 (5 ULg)
Full Text
See detailL'économie solidaire à l'épreuve de la pratique : Contribution à une grammaire sociologique des dispositifs argumentaires
Frère, Bruno ULg

Doctoral thesis (2006)

This work represents an analysis of ideological positions in solidary economy. It attempts to answer the following question : Could the solidary economy resolve the crisis of modern societies ? To answer ... [more ▼]

This work represents an analysis of ideological positions in solidary economy. It attempts to answer the following question : Could the solidary economy resolve the crisis of modern societies ? To answer, we tried to establish the ideological consistency of the solidary economy since his birth in the 19th century. A solidary and associative imaginary was born at this time in the first cooperatives. It disappeared during a century before being revived firstly in the alternative economy and secondly in the solidary economy. After having studied contemporary forms of this imaginary in a second part, we show in a third part that this ideological coherence is pervaded by oppositions which divide associations according to four topics of argumentation. Because these associations have not found adequate compromises between these argumentative topics, the hope that the solidary economy might help solving the modern crisis remains moderate. [less ▲]

Detailed reference viewed: 70 (16 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa sociologie de Max Scheler : une ressource phénoménologique pour un régime d’action philia au cœur de l’économie solidaire
Frère, Bruno ULg

in Social Sciences Information = Information sur les Sciences Sociales (2006), 45(4), 561-599

The present paper has a double goal. Firstly, it tries to rediscover a little used sociological system (Max Scheler’s). Secondly, it tries to propose a thematic analysis of the third sector actors’ ... [more ▼]

The present paper has a double goal. Firstly, it tries to rediscover a little used sociological system (Max Scheler’s). Secondly, it tries to propose a thematic analysis of the third sector actors’ justifications with a specific action regime (also not much discussed). These attempts merge very fast because this retrospective becomes the limits of this very (particular?) regime. It formalizes the search for social bonds in the third sector engagement. The latter could be understood as a search for philia – in the vocabulary of the regimes of action sociology – or a sympathy search – in the vocabulary of Max Scheler’s. This search for social bonds appears as a strong opposition to “capitalist mind set (Capitalistich Geist)”. [less ▲]

Detailed reference viewed: 56 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailScheler critique de Husserl. Esquisse d'une perspective non transcendantale au coeur du projet phénoménologique.
Frère, Bruno ULg

in Philosophie (2006), 91

Nous nous proposons de retracer les divergences qui caractérisent les philosophies de Husserl et Scheler en partant du principe que c’est bel et bien dans le contexte de la naissance de la phénoménologie ... [more ▼]

Nous nous proposons de retracer les divergences qui caractérisent les philosophies de Husserl et Scheler en partant du principe que c’est bel et bien dans le contexte de la naissance de la phénoménologie qu’elles doivent être toutes deux envisagées. Nous commencerons par retracer le tournant transcendantal de Husserl avant de voir combien ce même tournant poussera Scheler à prendre ses distances avec lui pour évoluer un temps aux côtés de Heidegger. Ensuite, nous tâcherons de montrer combien leurs ontologies respectives les mènent l’un et l’autre à des conceptions de la réduction eidétique radicalement différentes. Enfin, en guise de conclusion, c’est l’issue même de cette réduction et, plus généralement, de la phénoménologie de Scheler que nous tenterons de dégager. Accordons d’emblée qu’il est effectivement difficile de faire l’impasse sur la dimension personnaliste de l’œuvre de Scheler. Néanmoins, nous allons ici nous atteler à une stricte mise à l’épreuve de sa pensée en tâchant de l’évacuer. Cette restriction dans l’analyse nous permettra de mettre en relief une tentative de « pensée » phénoménologique à notre sens judicieuse. Peut-elle alors conserver sa cohérence si on lui concède une échappée « hors phénoménologie » ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 67 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa phénoménologie de merleau-ponty : vers une pensée du consensus
Frère, Bruno ULg

in Etudes Phénoménologiques (2005), 41-42

L’histoire de la phénoménologie au 20e siècle s’est élaborée essentiellement autour de la question du sujet héritée de la modernité philosophique. On peut aujourd’hui distinguer a posteriori deux ... [more ▼]

L’histoire de la phénoménologie au 20e siècle s’est élaborée essentiellement autour de la question du sujet héritée de la modernité philosophique. On peut aujourd’hui distinguer a posteriori deux traditions de pensée s’opposant l’une à l’autre par les réponses qu’elles ont voulu lui donner. D’une part, l’initiateur du mouvement phénoménologique que fut Husserl suggère une philosophie qui maintienne l’Ego transcendantal kantien au cœur de la réflexion en lui concédant la priorité sur le monde. La conscience de cet Ego est en effet à l’origine du sens donné au monde qui l’entoure et autrui, dans ce monde, ne se verra octroyer le statut de sujet que par projection analogique depuis cette même conscience. Nous voudrions montrer que ce courant « subjectiviste » a fortement imprégné certains des paradigmes sociologiques qui ont cherché à travailler sur le thème du conflit. Cet article voudrait avancer l’hypothèse que, conjointement à une phénoménologie « subjectiviste » qui a trouvé à se décliner de la sorte empiriquement dans les sociologies du conflit (en se rapprochant fortement de la pensée de Sartre), s’est développée une autre tradition qui pourrait, pour sa part, inspirer une sociologie du compromis encore inexistante. Pour Merleau-Ponty, le monde culturel dans lequel je vis est imprégné de significations qui ne sont pas le fruit de ma conscience mais celui des communautés historiques où elle évolue. Selon nous, sa pensée peut dès lors inaugurer une sociologie dans laquelle le sens donné au monde est le fait d’un consensus « transcendantal » passé entre les différents sujets constituants ma communauté présente et celles qui l’ont précédé. [less ▲]

Detailed reference viewed: 70 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailIncertitudes sur l'habitus
Frère, Bruno ULg

in Archives Européennes de Sociologie = European Journal of Sociology = Europaisches Archiv für Soziologie (2005), XLVI(3), 469-494

Bourdieu fut le fondateur d’un paradigme structuraliste aujourd’hui appliqué à l’envi par certains sociologues et radicalement évincé par d’autres. Nous nous intéresserons ici aux tentatives ... [more ▼]

Bourdieu fut le fondateur d’un paradigme structuraliste aujourd’hui appliqué à l’envi par certains sociologues et radicalement évincé par d’autres. Nous nous intéresserons ici aux tentatives intermédiaires de Lahire et Corcuff qui, sans omettre de pointer des impasses, ont bien vu l’intérêt du concept d’habitus « singulier ». Après avoir repris leurs approches, nous proposerons une définition « fictionnelle » de cet habitus afin de rendre ce paradigme opérationnel sur des terrains pour lesquels sa capacité heuristique est faible (comme les nouveaux mouvements sociaux). Bourdieu was the founder of a structuralist paradigm which is now often applied by some sociologists and strongly criticised by others. We are interested here in the intermediate attempts of Lahire and Corcuff. Without omitting to notice some dead ends, they understood the interest of the "singular" habitus concept. After following their approach, we propose a "fictional" definition of this habitus in order to make this paradigm operational in areas where its heuristic capacity is low (like the new social movements). [less ▲]

Detailed reference viewed: 87 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPhénoménologie et personnalisme. Remarques sur le formalisme en éthique de Max Scheler.
Frère, Bruno ULg

in Archives de Philosophie (2004), 67(3), 445-464

Scheler, remarque Gurvitch, "est arrivé à des résultats qui nous semblent présenter de véritables acquisitions, acquisitions très importantes pour la philosophie contemporaine. Ainsi en est-il de sa ... [more ▼]

Scheler, remarque Gurvitch, "est arrivé à des résultats qui nous semblent présenter de véritables acquisitions, acquisitions très importantes pour la philosophie contemporaine. Ainsi en est-il de sa critique du formalisme kantien et de son analyse phénoménologique de l'intentionnalité émotionnelle". Celles-ci, poursuit-il, sont toutes deux "d’une importance et d’une valeur primordiales". En effet , au coeur d’une époque où l’Allemagne philosophique est plus que jamais féconde, la pensée schelerienne apparaît à beaucoup comme l’une des premières à avoir véritablement "fait ombre à la gloire de Kant" tout en restant sur son terrain. Sans pour autant souscrire à la philosophie du soupçon, il s’écartera définitivement du schéma rationaliste en vigueur depuis l’avènement du cogito cartésien, dont l'auteur des trois critiques compte "parmi les héritiers" et qu’il n’hésite pas à tenir — bien qu'il en reconnaisse la puissance — pour un véritable "tissu d’erreurs du point de vue de son contenu philosophique". Nous voudrions montrer dans cet article que c'est, en Allemagne, une telle critique du cogito qui a permi à Scheler d'ouvrir les voies d'une sociologie phénoménologique, bien avant Schütz. Et même peut-être les voies de la sociologie tout court. [less ▲]

Detailed reference viewed: 84 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGenetic structuralism, psychological sociology and pragmatic social actor theory, Proposals for a convergence of French sociologies
Frère, Bruno ULg

in Theory, Culture & Society (2004), 21(3), 85-99

This paper would like to show that Wittgenstein and Freud have exerted a considerable - though narrow - influence on Bourdieu's sociology. But they also pervade the theoretical development of two other ... [more ▼]

This paper would like to show that Wittgenstein and Freud have exerted a considerable - though narrow - influence on Bourdieu's sociology. But they also pervade the theoretical development of two other currents, which have emerged in French Sociology in the last few years, and were developed by L. Boltanski and L. Thevenot, on the one hand, and B. Lahire, on the other. Although they do not make it explicit, the advocates of these two currents have nevertheless been influenced by Wittgenstein and Freud. Thus Boltanski has drawn on Wittgenstein to develop a sociology which gives primacy to the social actor's interpretation of his or her situation through lay theorising. Lahire's work clearly pays a debt to Freud with his psychological sociology. It would therefore be interesting, in the first instance, to tease out how Wittgenstein and Freud, respectively, have influenced these two systems to demonstrate that they can indeed be used to generate new sociological currents, other than Bourdieu's own. This would then allow us to explore how they could be used to fill any gaps in Bourdieu's work, thus giving the latter renewed relevance and staunching its stagnating tendencies. But, ultimately, this analysis aims to show how Wittgenstein’s and Freud's theoretical influences can lead the way towards a theoretical synthesis between Bourdieu's critical sociology, Boltanski's social actor theory and Lahire's psychological sociology. Currently, these three currents operate independently of each other, without any kind of dialogue. And yet, far from being incompatible, these sociologies offer opportunities for exploring how they might complement each other and for mutual enrichment. [less ▲]

Detailed reference viewed: 93 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDe la philosophie à la sociologie en compagnie de Pierre Bourdieu
Frère, Bruno ULg

in Revue de l'Institut de Sociologie (2002), 1-4

La compréhension adéquate des influences de Pierre Bourdieu peuvent nous permettre de diversifier sa pensée comme il diversifiait lui-même celle des autres. On sait qu’il utilise Wittgenstein dès l ... [more ▼]

La compréhension adéquate des influences de Pierre Bourdieu peuvent nous permettre de diversifier sa pensée comme il diversifiait lui-même celle des autres. On sait qu’il utilise Wittgenstein dès l'élaboration de son vocabulaire critique défiant les « prénotions » et les préjugés condamnés comme étant le fruit d'une sociologie spontanée et profane qui mine le jugement objectif. Mais il le quitte au moment où celui-ci manifeste le désir de revenir « au point de vue du sens commun ». Il semble bien que nous ayons alors affaire à « une quête fervente de l'ordinaire et du familier » à laquelle Bourdieu ne se référera plus.. En tenir compte peut nous permettre d’ouvrir le dialogue avec la sociologie pragmatique de Luc Boltanski et Laurent Thévenot. A la suite de Bourdieu, c’est alors en partie avec eux qu’on peut prolonger véritablement l’exigence wittgensteinienne : étudier les « exemples primitifs des langages communs ». Ces sociologies, on le sait, accueillent a priori le discours des acteurs comme le fruit d’un travail interprétatif cohérent. Qu’ils soient « justes » ou non par rapport à l’état du monde n’est pas l’essentiel. L’enjeu n’est plus d’évaluer leur valeur de vérité par rapport à la réalité - ce qu’autorise la pensée de Bourdieu - mais d’approcher « des sujets parlants ordinaires [… ]co-énonciateurs du discours intervenant en permanence dans la construction du sens » . Tous sont capables de construire et de déconstruire leurs pratiques et ce jeu de construction-déconstruction revêt un intérêt en soi. Il s’agit moins de nier le fait qu’un langage quelconque puisse être pétri d’illusions que de chercher à en saisir la portée significative. En définitive, les objectifs de ces paradigmes sont à la fois différents et tout à fait complémentaires. Il faut à présent chercher à saisir correctement les objets sociologiques ambigus qu’une sociologie hybride permettrait d’éclairer. C'est ce que nous nous suggérons de le présent article. [less ▲]

Detailed reference viewed: 121 (13 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDe Bergson à Merleau-Ponty : pour une anthropologie de la mémoire
Frère, Bruno ULg

in Réseaux : Revue Interdisciplinaire de Philosophie Morale et Politique (2001), 18

On l'a dit et redit, la description de la mémoire par H. Bergson renvoie essentiellement, sinon à la mise en scène d'un mécanisme individuel clos et hermétique, en tout cas à l'aperçu d'une élaboration ... [more ▼]

On l'a dit et redit, la description de la mémoire par H. Bergson renvoie essentiellement, sinon à la mise en scène d'un mécanisme individuel clos et hermétique, en tout cas à l'aperçu d'une élaboration strictement "psychologique" de souvenirs que tout au plus "des mots permettent d'exprimer". Il n'est dès lors pas étonnant qu'à cet égard, Bergson n'ait pas vu "que notre mémoire se ressaisit, au fur et à mesure que nous avançons, (...) sous une forme nouvelle" au sein de cadres sociaux dont l'évolution n'a de cesse de restructurer les souvenirs qui la composent. Selon Halbwachs, "il n'est pas de souvenir qui puisse être dit purement intérieur, c'est-à-dire qui ne puisse se conserver que dans la mémoire individuelle". Ce que le sociologue reproche ainsi au philosophe c'est de ne pas tenir compte du fait qu'un "souvenir reproduit avant tout une perception collective". De ce fait, sa pensée ne permettrait nullement de composer avec la dimension sociale des souvenirs puisqu'ils appartiendraient en propre à divers psychismes hétérogènes qui, du point de vue de ceux qui les observent, se trouvent séparés et isolés "comme par une multitude de cloisons étanches". Ce que nous souhaitons suggérer ici n'est pas, à proprement parler, une nouvelle lecture "exhaustive" de Matière et mémoire qui prétendrait sauver Bergson de la critique sociologique dorénavant consacrée d'Halbwachs. L'ambition de ces lignes sera plutôt d'envisager la manière dont le dernier Merleau-Ponty, s'interrogeant sur l'importance décisive de ce qu'il nomme "le monde culturel", nous autorise à envisager une conception de la mémoire qui réserverait une place réelle à l'altérité tout en se réclamant d'une forme de bergsonisme sensiblement renouvelée et tout en inscrivant ses thèses sur un même terrain philosophique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 149 (4 ULg)