References of "Bay, Daniel"
     in
Bookmark and Share    
See detailLes éleveurs d'alpaca du Pérou
Hanzen, Christian ULg; Bay, Daniel ULg

Learning material (2012)

Ce film de 52 minutes réalisé par Daniel Bay sur un scénario de Christian Hanzen présente les divers aspects du projet d'amélioration de la fibre d'alpaca financé par la Coopération Universitaire au ... [more ▼]

Ce film de 52 minutes réalisé par Daniel Bay sur un scénario de Christian Hanzen présente les divers aspects du projet d'amélioration de la fibre d'alpaca financé par la Coopération Universitaire au développement dans le cadre d'une coopération institutionnelle entre les universités de Namur (FUNDPN) et de Louvain (UCL) et l'Université Sans Antonio Abad del Cusco. Cette amélioration implique la caractérisation phénotypique de la fibre d'alpaca mais également l'amélioration des biotechnologies de la reproduction du mâle et de la femelle alpaca. [less ▲]

Detailed reference viewed: 73 (12 ULg)
Full Text
See detailScaphandre La science rencontre l'art: L'art
Haubruge, Eric ULg; Bay, Daniel ULg; Semal, Jean et al

in Haubruge, Eric; Bay, Daniel; Semal, Jean (Eds.) Scaphandre La science rencontre l'art (2012)

Detailed reference viewed: 66 (15 ULg)
See detailMise à l'honneur des Docteurs avec Thèse
Bay, Daniel ULg; Goffin, Dorothée ULg

Diverse speeche and writing (2010)

Présentation de la thèse de doctorat de Dorothée Goffin

Detailed reference viewed: 38 (17 ULg)
See detailDes bananes pour la vie
Bay, Daniel ULg; Lassois, Ludivine ULg

Diverse speeche and writing (2010)

Partout à travers le monde, on connait et on aime les bananes. Bien qu’il s’agisse du fruit le plus exporté au monde sa diversité et son importance économique et sociale restent méconnues dans nos pays où ... [more ▼]

Partout à travers le monde, on connait et on aime les bananes. Bien qu’il s’agisse du fruit le plus exporté au monde sa diversité et son importance économique et sociale restent méconnues dans nos pays où elle n’est pas produite. Les bananes constituent la base de la sécurité alimentaire de nombreuses populations. Elles sont consommées principalement sous forme de fruit frais ou comme légume cuit ou frit mais font également l’objet de nombreuses transformations : chips, frites, beignets, purée, confiture, ketchup, alcool, vin, bière,etc. D’autres parties de la plante sont utilisées comme fibre textile, pour la construction d’abris, la fabrication de couvertures, comme combustible ou comme emballages de cuisson. Près de 90% des bananes produites de part le monde sont cultivées par de petits exploitants pour être consommées sur place ou vendues sur les marchés locaux. Le nombre de variétés comestibles est estimé à 1200 et représente une diversité génétique non négligeable. La conservation de cette diversité génétique est primordiale afin de pouvoir répondre aux besoins phytosanitaires, agro-techniques et organoleptiques des différents acteurs de la filière. Que ce soit pour aujourd’hui ou pour demain, pour des bananes d’exportations ou de consommation locale et ce partout à travers le monde. La Belgique : Gardien de la diversité Les bananiers cultivés étant stériles la conservation par graines n’est pas possible. Il est obligatoire de conserver les différentes variétés de bananiers sous forme de plante entière. Cela peut se faire au champ en entretenant les différentes variétés et en sélectionnant les bananiers fils issus de la multiplication végétative, et cela de génération en génération. La conservation peut aussi s’effectuer dans des laboratoires. Dans ce cas les bananiers sont stockés dans des éprouvettes, à l’état de plantules, dans des conditions permettant le ralentissement de leur croissance. La plus grande collection de bananiers au monde se trouve à l’Université Catholique de Leuven (KUL- Laboratory of tropical crop improvement) dans le Centre de Transit International (ITC) de Bioversity International sous les auspices de la FAO (Food and Agriculture Organization) l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Cette collection, inaugurée en 1985, est toujours en expansion et compte aujourd’hui plus de 1000 accessions différentes de bananiers. Dès qu’une nouvelle variété est découverte, elle est envoyée dans ce centre afin de garantir sa conservation. Les plantules conservées à l’ITC peuvent être multipliées et expédiées dans différents pays. Cependant, avant de distribuer ces plantes à l’extérieur du centre il est nécessaire de vérifier que celles-ci sont indemnes de virus et de tout autre organisme pathogène. Le laboratoire de Phytopathologie de Gembloux Agro-Bio Tech a développé les techniques permettant la détection et l’assainissement des plantules de bananiers virosés. Ce laboratoire travaille en étroite collaboration avec Bioversity International afin de fournir au Centre de Transit International, et à fortiori à la communauté internationale, des bananiers indemnes de virus. Les bananiers ainsi obtenus peuvent donc être diffusés largement sans craintes d’une épidémie quelconque. Ce travail d’assainissement contribue non seulement à la sauvegarde de la biodiversité mais également à sa valorisation en rendant saines des variétés qui étaient virosées et non exploitables. Jusqu’à présent l’ITC a fourni 15 000 plantules saines de bananiers dans 335 régions réparties dans 100 pays. Ce travail conjoint de conservation et d’assainissement permet de valoriser la grande diversité génétique du bananier au service de la communauté internationale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 81 (9 ULg)
Full Text
See detailL'animalerie Souris SPF du GIGA
Ectors, Fabien ULg; Bay, Daniel ULg

Diverse speeche and writing (2007)

Detailed reference viewed: 24 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailEvolution of shoot density of the Posidonia seagrass bed of Calvi Bay (Corsica)
Soullard, Mady; Bourge, Isabelle; Fogel, Julie et al

in Vie et Milieu (1994), 44

Detailed reference viewed: 29 (3 ULg)