References of "Bawin, Julie"
     in
Bookmark and Share    
Peer Reviewed
See detailIntroduction : The Artist-Curator, or Philosophy of « Do it yourself »
Bawin, Julie ULg

in Curating Live Arts: Global Perspectives Envisioning Theory and Practice (in press)

Detailed reference viewed: 24 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailCabinet de curiosités contemporains : de l'oeuvre au musée
Bawin, Julie ULg

Conference (2017, March 15)

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailMusées d'ethnographie et art contemporain
Bawin, Julie ULg

Conference (2017, February 09)

Depuis le milieu des années 2000, nombreux sont les musées d’ethnographie à avoir développé une politique d’ouverture à l’art contemporain, consacrant même dans leur programmation des espaces réservés à ... [more ▼]

Depuis le milieu des années 2000, nombreux sont les musées d’ethnographie à avoir développé une politique d’ouverture à l’art contemporain, consacrant même dans leur programmation des espaces réservés à des résidences d’artistes ou à des expositions carte blanche. C’est le cas notamment du Weltkulturen Museum de Francfort, du Musée national des cultures du monde de Göteborg en Suède, du Pitt Rivers Museum d’Oxford, du Musée de la Civilisation à Québec, du Tropenmuseum à Amsterdam ou, plus récemment encore, du Musée de Tervuren et du Musée du quai Branly à Paris. Pour comprendre ce qui s’apparente à un véritable phénomène de mode – cette ouverture à la création vivante concernant par ailleurs l’ensemble du monde muséal –, il convient de s’intéresser aux premières interventions d’artistes dans les musées d’ethnographie, lesquelles remontent au milieu des années 1980, un moment charnière dans l’histoire de ces insitutions. Sous l’impulsion des Postcolonial Studies, les musées d’ethnographie extra-occidentale entrent progressivement dans une phase de redéfinition de leur mission et dans un processus d’auto-évaluation aux conséquences plus ou moins grandes sur les dispositifs d’exposition et de réception des objets ethnographiques. En axant notre attention sur trois expositions pionnières – celles d’Eduardo Paolozzi au Museum of Mankind à Londres (1985), de Fred Wilson au Maryland Historical Society à Baltimore (1992) et de Toma Muteba Luntumbue au Musée royal de l’Afrique centrale à Tervuren (2000) –, nous voudrions non seulement comprendre le rôle joué par l’art contemporain dans le procesus de refondation et les stratégies d’exposition des musées d’ethnographie extra-occidentale, mais saisir aussi la nature à la fois féconde et ambiguë des liens tissés entre le monde des anthropologues et celui des artistes. Le célèbre article d’Hal Foster, L’artiste comme ethnographe, servira de base à nos réflexions. [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (0 ULg)
See detailL'exposition comme lieu d'activisme. Une conversation avec Toma Muteba Luntumbue
Bawin, Julie ULg; Muteba Luntumbue, Toma

in Labyrinthe-Fétiches. Une exposition conçue par Toma Muteba Luntumbue à partir des collections africaines de l'Université de Liège (2017)

Detailed reference viewed: 12 (0 ULg)
See detailCarte blanche pour exposer une collection ethnographique. Le parti pris d'un artiste-historien
Bawin, Julie ULg

in Bawin, Julie (Ed.) Labyrinthe-Fétiches. Une exposition conçue par Toma Muteba Luntumbue à partir des collections africaines de l'Université de Liège (2017)

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
See detailLabyrinthe-Fétiches, une exposition conçue par Toma Muteba Luntumbue à partir des collections africaines de l'Université de Liège
Bawin, Julie ULg

Book published by Cité Miroir (2017)

Comment exposer des objets que la colonisation a arrachés à un continent pour les faire parvenir en Europe où ils furent tour à tour considérés comme des curiosités, des vestiges d’une civilisation ... [more ▼]

Comment exposer des objets que la colonisation a arrachés à un continent pour les faire parvenir en Europe où ils furent tour à tour considérés comme des curiosités, des vestiges d’une civilisation sauvage et archaïque, des témoins de l’enfance de l’humanité, avant d’appartenir aux catégories de l’ « art nègre », des « arts primitifs » et, plus récemment, des « arts premiers » ? Les logiques évolutionnistes et différentialistes qui ont dicté les choix muséographiques des musées d’histoire naturelle et des premiers musées d’ethnographie ont-elles réellement disparu ? Le regard sur l’autre a-t-il changé, y compris dans les musées qui, sous l’impulsion du primitivisme, ont contribué à la reconnaissance des arts de l’Afrique ? Ces questions, qui portent sur l’ évolution du regard porté sur les objets africains et leur représentation depuis le XIXe siècle jusqu’à l’ époque post-coloniale, forment le point de départ de l’exposition Labyrinthe-Fétiches. Conçue par l’artiste Toma Muteba Luntumbue à partir des collections africaines de l’Université de Liège, cette exposition nous invite à déambuler dans le labyrinthe des idées et des préjugés qui ont inspiré la collecte, l’étude, la muséalisation, puis la sacralisation d’objets désormais enfermés dans une « prison de sens ». En reconstitant, dans l’espace de la Cité Miroir, les différents modes de classement et dispositifs de présentation des objets africains, Toma Muteba Luntumbue entend montrer combien leur présence muséale et leur artification les a définitivement privés de leur identité culturelle et de leur appartenance structurelle initiale. Ce phénomène de patrimonialisation a non seulement changé le sens et le statut de ces objets, mais il en a fait de nouveaux fétiches. Ce terme, utilisé dès le XVIe siècle pour qualifier des artefacts cultuels rapportés d’Afrique et repris à l’époque coloniale pour désigner avec dédain la statuaire africaine, revit aujourd’hui à travers la dimension iconique et sacrée que l’on attribue à ce que l’on nomme, à tort, le « patrimoine africain ». Devenus intouchables, alors qu’ils sont parvenus à nous dans une situation d’arrachement, de violence et de mépris, les objets d’art africain sont à présent figés dans une autre histoire typiquement occidentale, celle du « patrimoine mondial de l’humanité ». [less ▲]

Detailed reference viewed: 14 (0 ULg)
See detailL’artiste commissaire dans son histoire et son actualité
Bawin, Julie ULg

Scientific conference (2016, March 18)

Detailed reference viewed: 29 (1 ULg)
See detailL’œuvre-exposition. Entre signe artistique, dispositif scénographie et pratique curatoriale
Bawin, Julie ULg

Scientific conference (2016, March 16)

Detailed reference viewed: 36 (7 ULg)
See detailLes maisons de Jeanne Susplugas
Bawin, Julie ULg

in Jeanne Susplugas (monographie) (2016)

Detailed reference viewed: 45 (14 ULg)
Full Text
See detailSomething Precious de Sophie Langohr
Bawin, Julie ULg

Learning material (2016)

Detailed reference viewed: 19 (2 ULg)
See detailSomething Precious
Bawin, Julie ULg

in Bulletin des musées de la Ville de Liège hors série n° 40 (2016)

Detailed reference viewed: 25 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailPoint de vue « CE SONT LES ARTISTES QUI FONT LES INSTITUTIONS »
Bawin, Julie ULg; Martin, Jean-Hubert

in Culture & Musées : L'artiste et le musée (2016)

Detailed reference viewed: 21 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailIntroduction
Bawin, Julie ULg; Mairesse, François

in Culture & Musées : L'artiste et le musée (2016)

Detailed reference viewed: 15 (2 ULg)
Full Text
See detailL'artiste et le musée
Bawin, Julie ULg; Mairesse, François

Book published by Actes Sud (2016)

La question de la relation entre l’artiste et le musée se pose aujourd’hui en bien des termes. Passé le temps de la contestation et des incompréhensions mutuelles, qui balise l’histoire de l’art, il ... [more ▼]

La question de la relation entre l’artiste et le musée se pose aujourd’hui en bien des termes. Passé le temps de la contestation et des incompréhensions mutuelles, qui balise l’histoire de l’art, il semblerait que la création vivante entretienne désormais avec l’institution des relations qui ne soient ni de sujétion, ni d’opposition ou d’ambivalence, mais de conciliation, voire de connivence. Une revue de détail des expositions organisées par ou pour des artistes dans les musées les plus divers du monde occidental en révélerait l’apparente complicité, ce que confir- meraient par ailleurs le nombre toujours croissant d’institutions dédiées à l’art contemporain et l’influence d’un marché où galeristes, curators, art advisors et collectionneurs semblent agir de concert en faveur de l’art vivant. Une telle présentation des faits apparaît sans doute comme trop simplificatrice en regard des stratégies artistiques actuelles et, surtout, elle ne dit pas ce que représente encore au- jourd’hui le musée pour l’artiste. On peut par ailleurs s’interroger sur les enjeux d’une relation qui, si étroite soit-elle en apparence, n’est ni fluide, ni perméable dans sa compréhension. Le sujet a déjà fait l’objet de plusieurs investigations ces dernières années, mais il demande à être interrogé et réévalué à l’aune des débats et des crises qui ont traversé le paysage artis- tique et institutionnel. Ce numéro de Culture & Musées a donc pour ambition d’analyser les rapports entretenus de nos jours entre le musée et l’artiste à partir des multiples stratégies que ce dernier peut développer – en partenariat ou en confrontation – vis-à-vis de l’institut [less ▲]

Detailed reference viewed: 61 (7 ULg)
See detail36 oliviers pour une oeuvre collective
Bawin, Julie ULg

Speech/Talk (2015)

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)