References of "Abdou, Rabiou"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailCARACTÉRISATION DE LA DIVERSITÉ GÉNÉTIQUE DE CULTIVARS D’OIGNON (ALLIUM CEPA L.) DU NIGER EN VUE DE LEUR CONSERVATION IN SITU ET DE LEUR AMÉLIORATION
Abdou, Rabiou ULiege

Doctoral thesis (2014)

Plante monocotylédone, allogame, entomophile, avec un cycle cultural annuel pour la production des bulbes, bisannuel pour celle des graines, l’oignon est l’un des légumes le plus important au Niger en ... [more ▼]

Plante monocotylédone, allogame, entomophile, avec un cycle cultural annuel pour la production des bulbes, bisannuel pour celle des graines, l’oignon est l’un des légumes le plus important au Niger en raison de son utilisation en alimentation et en médecine. Le semis en pépinière suivi d’un repiquage des planches est le mode de culture le plus fréquent chez les producteurs nigériens. Cette étude explore la diversité génétique des cultivars d’oignon du Niger. La diversité est à comprendre ici au sens de la diversité nommée, la diversité morphologique et la diversité moléculaire. Cette thèse se propose d’utiliser ces trois approches complémentaires pour identifier et caractériser les variétés et écotypes selon la perception des producteurs, de caractériser la diversité morphologique et agronomique à partir des descripteurs du genre Allium établis par Bioversity International, et d’analyser la diversité moléculaire des variétés et écotypes d’oignon du Niger à partir des marqueurs moléculaires microsatellites. Cinquante-deux écotypes nommés ont été inventoriés, mais après analyse et regroupement des synonymes, il ressort que dix-sept écotypes sont cultivés au Niger. Les principaux critères des paysans pour caractériser un écotype local sont la couleur des bulbes et la zone de provenance. Les variables quantitatives et qualitatives les plus distinctives entre les écotypes d’oignon sont la longueur et le diamètre des feuilles, le poids des bulbes, la couleur des feuilles, la forme et la couleur des bulbes, l’uniformité de la forme et de la couleur des bulbes. La distance génétique est plus grande, d’une part, entre les écotypes les plus éloignées géographiquement, et d’autre part, entre les écotypes les plus différents au niveau des caractères morphologiques. Le nombre de morphotypes varie de un à neuf par écotype testé. Les analyses moléculaires confirment la forte variabilité à l’intérieur des écotypes et les conclusions relatives à la distance génétique observée à partir des données morphologiques. A l’issue de ces travaux de caractérisation génétique de l’oignon, il est donc utile de combiner des stratégies de conservation in situ et ex situ, et l’exploitation de ces ressources génétiques pour améliorer la production et la rusticité des cultivars d’oignon du Niger. [less ▲]

Detailed reference viewed: 249 (23 ULiège)