References of "Von Hoffmann, Viktoria"
     in
Bookmark and Share    
See detailFrom Gluttony to Enlightenment. The World of Taste in Early Modern Europe
Von Hoffmann, Viktoria ULg

Book published by University of Illinois Press (in press)

Detailed reference viewed: 47 (11 ULg)
Peer Reviewed
See detailLe Sensible et le Culinaire. Les Prémisses d’une artification au XVIIIe siècle
Von Hoffmann, Viktoria ULg

in Desbuissons, Frédérique; Csergo, Julia (Eds.) L'Oeuvre culinaire. Art de cuisiner et cuisines d'artistes, 18e-21e siècle (in press)

Detailed reference viewed: 19 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailArt of Taste and Aesthetics of Cooking
Von Hoffmann, Viktoria ULg

in Anker, Susan; Flach, Sabine (Eds.) Molecular cuisine: The Politics of Taste (in press)

Detailed reference viewed: 32 (8 ULg)
See detailThe World of Taste in Early Modern Europe. A History of the Lowest Sense
Von Hoffmann, Viktoria ULg

Scientific conference (2015, November 18)

Detailed reference viewed: 13 (0 ULg)
Full Text
See detailL’art du goût et l’esthétique de la cuisine au XVIIIe siècle
Von Hoffmann, Viktoria ULg

Article for general public (2015)

Detailed reference viewed: 14 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEsthésies: Approches plastiques du sensible. Introduction.
Ebert-Schifferer, Sybille; Havelange, Carl ULg; Von Hoffmann, Viktoria ULg

Conference (2015, May 29)

La peinture semble révéler, avant toute chose, l’expérience sensible du voir. Mais ne peut-elle pas, aussi, dans certains cas, faire percevoir par l’œil quelque chose qui relèverait d’un autre ordre ... [more ▼]

La peinture semble révéler, avant toute chose, l’expérience sensible du voir. Mais ne peut-elle pas, aussi, dans certains cas, faire percevoir par l’œil quelque chose qui relèverait d’un autre ordre sensoriel ? Peut-on goûter, sentir, entendre, toucher avec les yeux ? Si les spécialistes se sont beaucoup interrogés sur le passage du sensible à l’art – notamment sur la place de la nature dans les œuvres d’art anciennes, où on sait l’importance culturelle qu’y exerçait la mimesis –, le passage de l’art au sensible est, quant à lui, plus rarement considéré. La représentation visuelle du sensible a souvent été envisagée à travers l’étude de l’iconographie des cinq sens, qui a déjà fait l’objet de plusieurs études, profitant de l’essor fécond de l’histoire des cultures sensibles et, plus largement, du succès rencontré par les sensory studies depuis quelques dizaines d’années. Plusieurs publications et expositions ont été consacrées à cette problématique, en particulier depuis les travaux de Carl Nordenfalk. Le plus souvent, toutefois, les recherches sur le sujet tendent à privilégier une analyse que nous pourrions qualifier de sémiotique (qui donne à lire un sens), portant sur des images qui rassemblent un ensemble d’éléments visuels dotés d’une valeur symbolique. C’est le cas de nombreuses gravures – les emblèmes, par exemple – et de peintures, telles que les allégories représentant la série des cinq sens, ou les natures mortes – en particulier celles de la première génération. Ne peut-on toutefois envisager d’explorer la figuration picturale du sensible autrement que par la voie symbolique ? Il semble en effet qu’il existe un autre type de regard possible, interrogeant différemment la peinture où le sensible est mis en jeu, et qui prendrait appui sur le concept d’esthésie. Les images esthésiques (qui donnent à percevoir une sensation) seraient ainsi celles qui semblent traduire l’expérience sensorielle elle-même. La question se pose, notamment, pour la nature morte. Il suffit de penser à la dimension presque tactile de certaines peintures, à la puissance d’évocation de tableaux qui paraissent – comme le disait Diderot à propos de Chardin – vouloir faire goûter au spectateur l’aliment représenté sur la toile. Mais la problématique est vaste et susceptible de concerner bien d’autres types de productions artistiques – la sculpture, la photographie, le cinéma. L’idée même d’esthétique renvoie, étymologiquement, à la perception sensible. Cette question engage dès lors tant l’historien de l’art que le philosophe, l’historien, l’anthropologue ou le spécialiste des études littéraires. L’objectif de la journée d’étude sera de réfléchir la cohérence théorique de ce concept d’esthésie, en privilégiant une réflexion ouverte du point de vue des disciplines, des méthodes et des objets. Il s’agira d’envisager tant la production que la consommation des images (S. Ebert-Schifferer), c’est-à-dire la nature de l’effet sensible produit sur le spectateur par la contemplation d’une œuvre d’art. Comment l’art traduit-il non seulement le visuel, mais également le tactile, l’olfactif, l’auditif, le gustatif ? Comment, en somme, s’opère le passage secret qui conduit du visible à l’esthésique ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailEsthésies. Conclusions
Ebert-Schifferer, Sybille; Von Hoffmann, Viktoria ULg

Conference (2015, May 29)

Detailed reference viewed: 13 (0 ULg)
See detailConversations. Le statut de la cuisine
Von Hoffmann, Viktoria ULg

Conference given outside the academic context (2015)

Table ronde portant sur l'évolution du statut de la cuisine. Rencontre entre Nicolas Buisson, photographe culinaire, Camille Lessecq, pâtissier, et Viktoria von Hoffmann, historienne auteure de Goûter le ... [more ▼]

Table ronde portant sur l'évolution du statut de la cuisine. Rencontre entre Nicolas Buisson, photographe culinaire, Camille Lessecq, pâtissier, et Viktoria von Hoffmann, historienne auteure de Goûter le monde. Discussion animée par Caroline Champion. [less ▲]

Detailed reference viewed: 21 (0 ULg)
Full Text
See detailLe Dégoût. Histoire, langage, esthétique et politique d'une émotion plurielle
Delville, Michel ULg; Norris, Andrew; Von Hoffmann, Viktoria ULg

Book published by PULG (2015)

Pourritures, cadavres, corruptions, insectes et vermines, puanteurs, horreurs visuelles, matières et saveurs repoussantes, ordures, secrétions et déchets corporels… Nombreux sont les objets qui, du plus ... [more ▼]

Pourritures, cadavres, corruptions, insectes et vermines, puanteurs, horreurs visuelles, matières et saveurs repoussantes, ordures, secrétions et déchets corporels… Nombreux sont les objets qui, du plus lointain de nos histoires et de nos cultures, suscitent le dégoût et agressent notre système perceptif ; les sens sont touchés avec une immédiateté qui les entraîne irrésistiblement à l’écart de cet objet qui nous fait détourner le regard, nous boucher les narines, nous éloigner physiquement afin d’éviter contact et proximité avec ce qui répugne. Pourtant, le dégoût fascine. Les artistes s’en emparent qui, dans la littérature, la peinture, l’art performatif ou le cinéma, prennent pied et appui sur le dégoût, exaltant les motifs et la monstration de ce qui au départ révulse. <br /> <br />Comment définir le dégoût, malgré la multiplicité de ses objets ? Qu’en est-il de son histoire, tant du mot « dégoût » que du sentiment lui-même ? Quelles sont les relations qui unissent goût et dégoût ? Qu’en est-il du dégoût de soi ? Que dire, enfin, de la dimension éthique, politique et sociale d’une émotion qui pèse inévitablement dans les interactions humaines ? <br /> <br />L’étude du dégoût est difficile. En effet, cette « émotion plurielle » est dotée d’une connotation très négative et a souvent été laissée aux marges du savoir. Depuis quelques décennies, cependant, les disgust studies se multiplient. Douze chercheurs en sciences humaines, provenant des disciplines les plus variées, proposent ici une réflexion théorique commune, explorant l’histoire, le langage, la philosophie, la psychologie, l’éthique et l’esthétique du dégoût, convaincus que les réflexions les plus riches sur le sensible, les émotions, les affects ou les sentiments se fondent sur le dialogue entre disciplines, en confrontant les méthodes, les approches et les objets. Les figures multiples du dégoût explorées dans cet ouvrage révèlent une émotion-limite, qui échappe aux partages clairement institués, tant elle se caractérise par la profusion et l’indétermination, expliquant le trouble, l’ambivalence, et la fascination du dégoûtant. [less ▲]

Detailed reference viewed: 79 (14 ULg)
Peer Reviewed
See detailIntroduction. Figures du Dégoût
Delville, Michel ULg; Norris, Andrew; Von Hoffmann, Viktoria ULg

in Delville, Michel; Norris, Andrew; Von Hoffmann, Viktoria (Eds.) Le Dégoût. Histoire, langage, esthétique et politique d'une émotion plurielle (2015)

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
See detailGoûter le monde. Histoire d'une sensorialité basse
Von Hoffmann, Viktoria ULg

Scientific conference (2014, December 09)

Detailed reference viewed: 16 (0 ULg)
See detailGoûter le monde. Une histoire culturelle du goût à l'époque moderne
Von Hoffmann, Viktoria ULg

Conference given outside the academic context (2014)

Detailed reference viewed: 16 (0 ULg)
See detailHunger and Food Concerns in History: The Increasing Importance of Taste
Von Hoffmann, Viktoria ULg

Conference given outside the academic context (2014)

Detailed reference viewed: 17 (1 ULg)
See detailConclusions
Von Hoffmann, Viktoria ULg

Conference (2014, May 19)

Detailed reference viewed: 9 (1 ULg)
See detailGoûts et dégoûts: Histoire, Art et Nourriture
Delville, Michel ULg; Von Hoffmann, Viktoria ULg

Scientific conference (2014, April 22)

Les food studies constituent un large champ de recherches international au succès croissant, nécessairement appréhendé dans le cadre d’une étude interdisciplinaire. Aussi l’objectif de ce cours-conférence ... [more ▼]

Les food studies constituent un large champ de recherches international au succès croissant, nécessairement appréhendé dans le cadre d’une étude interdisciplinaire. Aussi l’objectif de ce cours-conférence est-il de proposer une intervention à deux voix, mêlant les perspectives historiennes et littéraires autour des questions alimentaires, nourries de réflexions philosophiques, esthétiques et anthropologiques. Deux volets distincts mais clairement articulés l’un à l’autre seront proposés, explorant tant le goût/l’appétit, que le dégoût/ l’inappétence. La première partie, consacrée à l’analyse historique des cultures alimentaires, mettra en exergue l’histoire du goût, un sens traditionnellement considéré comme inférieur, qui devient au cours de la modernité l’objet d’un intérêt grandissant, dont témoigne notamment l’invention de la gastronomie. La seconde partie, basée sur l’étude d’exemples tirés de la littérature et des arts plastiques, se proposera de redéfinir l’oralité en tant que lieu de passage de la parole et de la nourriture. La description, l’analyse et la mise en scène de l’alimentation sont autant de lieux de négociations philosophiques qui, par leur confrontation avec la matière (potentiellement) comestible, semblent déjouer toute tentative d’élucidation purement discursive et analytique des relations entre le sujet et l’objet. Les considérations théoriques et transdisciplinaires mises en exergue lors de ces cours insisteront, en particulier, sur la question de la matérialité de l’acte alimentaire, à l’origine tant de sa dévalorisation traditionnelle que de sa sublimation esthétique contemporaine. [less ▲]

Detailed reference viewed: 45 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes mots pour dire le goût: une construction historique et culturelle?, publié sous le titre "Les mots du goût. Lieux communs et réécritures"
Von Hoffmann, Viktoria ULg

in Verine, Bertrand (Ed.) Dire le non-visuel. Approche pluridisciplinaire des discours sur les perceptions autres que la vue (2014)

Detailed reference viewed: 104 (21 ULg)