References of "Vanmeerbeek, Marc"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailPrévention et promotion de la santé : quels modèles pour soutenir l’évolution des pratiques en soins de santé primaires ?
Vanmeerbeek, Marc ULg; Mathonet, Julien; Miermans, Marie-Christine ULg et al

in Presse Médicale (2015), 44(6), 211-20

Objectives Published operating models about preventive health care and health promotion in primary care were sought with the aim of 1) compiling a functional inventory; and 2) to formulate working ... [more ▼]

Objectives Published operating models about preventive health care and health promotion in primary care were sought with the aim of 1) compiling a functional inventory; and 2) to formulate working hypotheses for the improvement of clinical practice towards more efficiency and more equity. Methods Narrative literature review, using keywords related to the various prevention classes, health promotion, primary care, practice models and health care delivery. The diversity of models led to a multi-criteria analysis. Results Twelve models were selected. Their characteristics were unevenly distributed. The models, whose authors announce that they apply to prevention, mainly describe approaches that focus on individuals within physician-patient relationship, and take into account practice organization. Some socio ecological and systems models illustrate health promotion: educational practice, group- or population-based targets, community environment and social determinants of health. There is little room for patients in elaborating the models, as they have little role in health care systems. The definitions of prevention, health promotion and patient education greatly differ from one model to another. Discussion Little is known about practical implementation of the models; assessment data are scarce. Some elements valued by health promotion could be integrated to health care: empowerment of citizens, addressing community environment; increased involvement in local health professionals’ networks; integration of individual and collective approaches within the same health care facilities to address simultaneously individual customization, efficiency and equity objectives. Conclusion These developments may call for adaptation in vocational training and continuous professional development: communication skills, awareness to public health concepts, and early and longitudinal exposure to community-based learning experiences for students. [less ▲]

Detailed reference viewed: 69 (23 ULg)
Peer Reviewed
See detailOccupational physicians managing workers long-term sickness absence : are they willing to cooperate with family and social insurance physicians ?
Mairiaux, Philippe ULg; Vanmeerbeek, Marc ULg; Schippers, Nathalie ULg et al

Conference (2015, June)

Introduction In Belgium, sickness absence (SA) management implies complementary roles for family (FPs), social insurance (SIPs) and occupational physicians (OPs): FPs deliver sick notes, SIPs control SA ... [more ▼]

Introduction In Belgium, sickness absence (SA) management implies complementary roles for family (FPs), social insurance (SIPs) and occupational physicians (OPs): FPs deliver sick notes, SIPs control SA benefits and OPs strive to adapt work environments to workers’ capacities. In practice however, there is little cooperation between the three physicians. This study aimed at identifying FP-OP-SIP cooperation channels in order to prevent long-term work disability. Methods The study involved two phases. (1) Using the nominal group technique, researchers from the three physician groups reached a consensus on 15 proposals to enhance inter-professional cooperation. (2) A Delphi study was conducted to validate these proposals: 61 experts representing professional groups of physicians (FP, SIP, OP), patients, government, employers and labor unions were asked to participate. A 18-items questionnaire (the 15 proposals + 3 open questions) was used in a 2-round Delphi study. Proposals were accepted if 80% of experts agreed. Results Participation rate was 77% in round 1 and 7 out of the 15 proposals were accepted. During round 2, participation rate was 94%; 2 of the remaining proposals reached agreement level. Public authorities were thus advised to invest in a) promotion of pre-return to work visit with the OP for sick-listed patients; b) a website with OPs contact data; c) joint guidelines for return to work guidance; d) joint training of the 3 physician groups; 5) safe electronic information exchange. Several proposals aiming at giving work-related information to FPs and SIPs did not reach agreement within the OPs expert group. OPs expressed concerns about their own workload and FPs or SIPs ability to understand and use those information. Discussion The need for inter-physician cooperation in disability management may exceed individual goodwill and should best be organised by public authorities. This study may be a first step in this process. [less ▲]

Detailed reference viewed: 33 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailModes de rémunération des médecins généralistes : quelles conséquences ?
Saint-Lary, Olivier; Franc, Carine; Raginel, Thibaud et al

in Exercer (2015), 119

Introduction. The health reform law crystallizes the tensions between the different health system players. Besides the specific issue of third-party payment, which will be addressed in an upcoming article ... [more ▼]

Introduction. The health reform law crystallizes the tensions between the different health system players. Besides the specific issue of third-party payment, which will be addressed in an upcoming article, some professional organizations wish to strengthen fee for servicies while others call for more mixed forms of remuneration. Many economic analyses were conducted to study the benefits and limits of each mode of physician compensation. This article offers a synthesis of the literature about these modes: fee for service, capitation, payment performance and wage labor. Method. Collaborative literature analysis between doctors and health economist. The databases searched were MEDLINE, the Cochrane Library and CAIRN. Results. Each mode has specific benefits and limits for the financer, the physicians and the patients. Fee for services increases physician productivity but may increases health spending. Capitation and salary decrease care supply but might help to control health spending and to develop preventive activities. The effectiveness of pay for performance is now being questioned. The current trend is to promote mixed forms of remuneration, hoping to combine the advantages and limit the share of defects of each modality. The complexity of such systems makes it difficult to compare from one country to another. Discussion. The choice of a mode by the financer must take into account both the possible combinations of different payment methods and the developments or societal aspirations to meet population health needs. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa collaboration entre différentes disciplines médicales : ou est le problème ? Etude Partnership in Medicine
Vanmeerbeek, Marc ULg; Govers, Patrick ULg; Schippers, Nathalie ULg et al

Conference (2015, March 27)

Objectifs Les maladies ou problèmes médicaux d’origine professionnelle, ou en lien avec le travail, impliquent à des degrés divers les médecins généralistes (MG), les médecins du travail (MT) et les ... [more ▼]

Objectifs Les maladies ou problèmes médicaux d’origine professionnelle, ou en lien avec le travail, impliquent à des degrés divers les médecins généralistes (MG), les médecins du travail (MT) et les médecins-conseils des mutuelles (MC). Le manque de relation fonctionnelle entre eux peut compliquer ou retarder le retour au travail du patient. L’étude cherchait des pistes d’amélioration de la collaboration. Méthode Deux méthodes de consensus ont été successivement utilisées parmi les trois professions : huit groupes nominaux (GN) ont réunis 74 médecins de terrain; deux rondes Delphi ont concerné 28 décideurs. Résultats Un seul médecin a été perdu de vue entre les 2 tours du Delphi. Les propositions issues des GN concernaient le transfert d’informations (surtout les MT et les MC), la collaboration (surtout les MG et les MT), les connaissances, et le cadre légal et réglementaire (surtout les MC). Cinq questions sur 14 n’ont pas fait consensus (≥75%) au 1er tour du Delphi, et 10 propositions sur 13 ont été rejetées au 2e tour. Les désaccords portaient sur la nature des données à transférer, les modalités de transfert d’information, la disponibilité des données de contact des médecins. Un processus d’évitement spécifique a été mis en évidence. Certains commentaires montraient un déni de la capacité des autres à comprendre son champ professionnel, et une difficulté à considérer leur spécificité propre. Conclusions L’étude montre que le patient n’est pas un objet partagé de la relation. Le modèle Resource Dependence Institutional Cooperation (De Rijk) permet de distinguer les entraves à la volonté de coopérer (dépendance perçue) des limitations dans la capacité à le faire (manque de ressources). Le modèle quadridimensionnel de la collaboration (D’Amour) identifie un déficit d’internalisation du côté relationnel (reconnaissance des autres), et un déficit de gouvernance et de formalisation du côté organisationnel, où des initiatives volontaristes des autorités seraient bienvenues. [less ▲]

Detailed reference viewed: 37 (9 ULg)
Full Text
See detailLes généralistes, la prévention et la promotion de la santé. Etat des lieux, attitudes actuelles et voies d’avenir
Vanmeerbeek, Marc ULg

Doctoral thesis (2014)

The aim of this work was to identify ways to apply preventive health services provided by general practitioners to health improvement, rather than case-by-case improvements of biomedical markers. Health ... [more ▼]

The aim of this work was to identify ways to apply preventive health services provided by general practitioners to health improvement, rather than case-by-case improvements of biomedical markers. Health was considered within its bio-psycho-social definition, and equity in health had to be maintained or improved in this process. Research questions: • What are general practitioners (GPs)’ representations of their role and actions in the Belgian preventive framework? (Chapter 2); • What factors can predict GPs’ involvement to a greater or lesser degree in this topic? (Chapter 3); • What are the published operating models about preventive health care and health promotion in primary care that can be used to formulate working hypotheses for the improvement of preventive clinical practice? (Chapter 4). • How to improve the connection between preventive health services, health promotion and the curative approach? (Chapter 5). Four studies are presented that illustrate the topic, as they were published (or under publication). Among the definitions of health, the weight of the structural determinants and the socio-economic context on health levels was stressed, while the weight of the health systems was gradually reduced to a lesser role. But patient education is still expected to help control the individual determinants of health. Primary care and general practice are adequately fit to a tailored approach of large populations. However, the physicians’ vocational training does not address integration of health promotion and curative practice. Meeting field GPs through individual semi-structured interviews allowed for a dialog that explored various aspects of the preventive health services delivery. Predisposing factors closely linked to the physicians’ personality appeared to be determinants. Organisational limitations and difficulties, and almost non-existent collective visions of the practice population were highlighted. To understand what shapes the behaviour of GPs in preventive healthcare delivery beyond statements, an attitude scale was devised. The analysis allowed the statements to be sorted into a four-factor model consisting of performance appraisal, guideline adherence, patient-centeredness & collaboration, and power sharing. The GPs’ attitudes towards preventative service delivery increased with multidisciplinary practice and decreased with seniority in the profession. A narrative literature review retrieved twelve models that address preventive health care and health promotion in primary care; these models helped formulate working hypotheses for the improvement the current situation. The models progressively integrated elements from the health promotion charters of the World Health Organisation and from the Commission on Social Determinants of Health. The following elements valued by health promotion could be integrated to preventive healthcare: empowerment of citizens, addressing community environment; increased involvement in local health professionals’ networks; and the integration of individual and collective approaches within the same health care facilities to simultaneously address individual customisation, efficiency and equity objectives. There was little room for patients in elaborating the models. Do GPs have the opportunity to develop the partnerships that are required to move to health promotion as proposed by these models? The trend toward quality assurance systems among health systems can contribute to the setting of structures and operating modes that are necessary. The quality cycle could be one of the tools used for that purpose. The quality criteria of primary care lead the way to a framework for integrating preventive health care and health promotion. • Comprehensive care addresses the bio-psycho-social environment of patients, considering patients as partners during the health care process. • Continuity of care challenges the managing of clinical data between members of a care team, thereby enhancing quality of care, patient safety and equity. • Integrated care involving caregivers and health promotion professionals will require adaptation of job description reference lists. The challenge created by these three quality criteria entails changes in GPs vocational training and necessitates a new definition of their specific tasks and skills. Such a challenge requires collaborative teamwork of the five members of Boelen’s “partnership pentagon”. The social accountability of medical schools should be fostered. [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL'implication des médecins généralistes dans la gestion des abus de substances
Ketterer, Frédéric ULg; Symons, Linda; Lambrechts, Marie-Claire et al

Conference (2014, November 28)

Introduction : Les médecins généralistes jouent un rôle majeur dans la détection et la gestion des abus de substances. L'étude présentée ici investiguait les facteurs qui influencent leur implication ... [more ▼]

Introduction : Les médecins généralistes jouent un rôle majeur dans la détection et la gestion des abus de substances. L'étude présentée ici investiguait les facteurs qui influencent leur implication concernant la gestion des abus d'alcool, des drogues illégales, des hypnotiques et des anxiolytiques dans la population belge des 18-65 ans. Méthode : 20 MG ont été interrogés par entretiens semi-directifs. Le I-Change Model de de Vries a été utilisé pour construire le guide d'entretien et analyser les données récoltées. Il s'agit d'un modèle de prédiction du comportement. Résultats : Parmi les principaux résultats de l'étude, il ressortait que les MG étaient fortement influencés dans leur approche par leurs propres représentations de l'abus, qui oscillait leurs responsabilités professionnelles envers ces patients et la responsabilité de ces derniers quant à la gestion de leur santé, avec l'idée de faute morale en substrat. En ce sens, l'abus de substance était perçu sur un continuum entre l'abus comme forme de maladie chronique d'une part, et la faute morale d'autre part. L'alcool et le cannabis étaient néanmoins mieux acceptés socialement que les autres substances. Les propres expériences personnelles des généralistes concernant les abus avaient aussi une incidence sur leur volonté de s'investir avec ces patients. Pour autant, les pratiques multidisciplinaires (notamment au forfait) et l'expérience étaient évoquées comme des facteurs importants quant à l'engagement dans la gestion. Les contraintes temporelles et l'investissement demandé étaient, en revanche, considérés comme des barrières. Discussion : Les facteurs motivationnels apparaissaient centraux dans la décision de s'investir dans la gestion des abus de substances, bien davantage que les connaissances théoriques et les formations qui semblaient plus secondaires. La peur du burnout s'exprimait donc en substrat. La formation des MG devrait tenir compte de ce souhait de se protéger, afin de favoriser simultanément une approche centrée sur le patient. [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailQuels modèles pour soutenir la prévention et la promotion de la santé ?
Vanmeerbeek, Marc ULg; Mathonet, Julien; Miermans, Marie-Christine ULg et al

Conference (2014, November 28)

Contexte et objectifs La prévention n’atteint pas souvent son objectif d’accès universel aux soins préventifs. Les modèles opérationnels publiés concernant la prévention et la promotion de la santé en ... [more ▼]

Contexte et objectifs La prévention n’atteint pas souvent son objectif d’accès universel aux soins préventifs. Les modèles opérationnels publiés concernant la prévention et la promotion de la santé en soins primaires ont été recherchés pour réaliser un inventaire fonctionnel et formuler des hypothèses de travail sur l’efficacité et l’équité de la prévention. Méthode Revue narrative de littérature utilisant les mots-clés relatifs aux différents niveaux de prévention, à la promotion de la santé, aux soins primaires, aux modèles de pratique et à la délivrance de soins. Une analyse multicritères a été utilisée. Principaux résultats Douze modèles ont été sélectionnés. Les modèles dont les auteurs annoncent qu’ils s’appliquent à la prévention décrivent majoritairement des approches centrées sur les individus dans le cadre de la relation médecin-patient, prenant en compte l’organisation de pratique. Certains modèles systémiques de type socio-écologique illustrent le concept de promotion de la santé : pratique éducative, ciblage sur des groupes ou des populations, prise en compte des milieux de vie et des déterminants sociaux de la santé. La place des patients dans l’élaboration des modèles est mineure, à l’image de leur implication comme acteurs dans les systèmes de soins. Les définitions des termes de prévention, promotion de la santé et éducation du patient diffèrent considérablement d’un modèle à l’autre. Discussion et conclusion Certains éléments valorisés par la promotion de la santé seraient intégrables aux pratiques de soins : empowerment individuel des patients, prise en compte de leurs milieux de vie ; participation accrue à des réseaux locaux de professionnels de la santé ; intégration, au sein des mêmes structures, de l’approche individuelle et collective pour permettre la poursuite simultanée des objectifs de personnalisation, d’efficacité et d’équité. Ces évolutions ont des implications sur la formation des soignants, en termes d’aptitudes communicationnelles, de sensibilisation aux concepts de la santé publique et d’immersion précoce des futurs soignants dans la communauté. [less ▲]

Detailed reference viewed: 64 (12 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes paysages diagnostiques, apport d'un DUMG dans le domaine du raisonnement clinique
Giet, Didier ULg; Burette, Philippe ULg; Vanmeerbeek, Marc ULg et al

Conference (2014, November 27)

Introduction : En formation de base, les étudiants approchent souvent la pathologie au travers de catalogues de maladies. Cette approche pédagogique ancestrale présente des limites bien connues : peu d ... [more ▼]

Introduction : En formation de base, les étudiants approchent souvent la pathologie au travers de catalogues de maladies. Cette approche pédagogique ancestrale présente des limites bien connues : peu d'intégration des connaissances, maladies déclinées de manière neutre, classées par organe, sans notion claire de prévalence, gravité, urgence ou capacité d'intervention. Par ailleurs, l'acquisition d'un bon raisonnement clinique reste un défi, qui demande l'intégration des connaissances et une approche transversale des acquis théoriques. Peu de circonstances permettent aux étudiants d'aiguiser cette compétence. Le raisonnement clinique est un outil de travail cardinal du généraliste. Le département de MG organise déjà des séances d'apprentissage au raisonnement clinique (ARC) en petits groupes à destination de tous les étudiants en formation de base. Une approche transversale des pathologies prenant en compte les notions de gravité ou d'urgence a été recherchée. L'augmentation du nombre d'étudiants nécessitait une modalité d'apprentissage en plus grands groupes. Méthode : Une variante d'une méthode employée dans l'enseignement de la médecine tropicale, le «paysage diagnostique», a été adoptée. Sa caractéristique principale est de s'articuler autour d'un symptôme d'appel, au départ duquel 40 étudiants de 4e ou 5e année d'études raisonnent activement, sous la direction d'un tuteur généraliste. Une évaluation de la méthode a été proposée aux étudiants dans un but de régulation. Résultats : Deux «paysages diagnostiques» sont dispensés depuis trois ans, axés sur les douleurs thoraciques et la toux aigüe. Les étudiants évaluent très positivement l'approche intégratrice, les liens cliniques établis entre les pathologies et le contexte authentique. Ils identifient l'apport spécifique des généralistes. Discussion : L'investissement d'un Département de MG en formation de base dans le domaine du raisonnement clinique paraît naturel mais il pose parfois une question de légitimité au sein de la Faculté. La méthode pédagogique des «paysages diagnostiques» constitue probablement un bon ambassadeur de la MG. L'avenir dira s'il s'agit d'une bonne stratégie d'implantation facultaire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 19 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailCréation d'un stage obligatoire de médecine générale, pour tous les étudiants de 6e année en médecine
Dumont, Virginie ULg; Burette, Philippe ULg; MASSART, Valérie ULg et al

Poster (2014, November 27)

Introduction : Depuis 2013, un stage obligatoire d'un mois de Médecine générale (MG) a été accepté par la faculté, pour tous les étudiants de 6ème année. Il vient compléter un court stage de découverte de ... [more ▼]

Introduction : Depuis 2013, un stage obligatoire d'un mois de Médecine générale (MG) a été accepté par la faculté, pour tous les étudiants de 6ème année. Il vient compléter un court stage de découverte de la MG, programmé depuis 10 ans en 4ème année. Les objectifs sont de permettre à tous étudiants, quelle que soit leur future spécialité, de comprendre le rôle du généraliste auprès des patients et dans le système de santé, d'acquérir des habilités professionnelles utiles à tous et de susciter de l'intérêt pour la MG. Objectif : Sur base de ces objectifs, les généralistes enseignants ont élaboré des activités programmées en stage et à l'université. Ensuite, ce dispositif a été soumis à des étudiants sortant de 6ème année: leurs besoins de formation ressentis ont donc été pris en compte dans la structure finale. Les maitres de stage (MDS) ont été formés spécifiquement à ce nouveau dispositif. Méthode et moyens : Le stage est organisé mensuellement pour un groupe de 15 étudiants. Un carnet de stage commun aux stagiaires et MDS, décrit les activités obligatoires et facultatives à réaliser. Les étudiants participent activement à la vie professionnelle de leur MDS en première ligne, et reviennent pour 3 demi-journées à l'université. Des ateliers y sont programmés : recueil des représentations de la MG et besoins des étudiants, examen clinique, apprentissage à l'entrevue médicale font partie des modalités proposées lors de ces demi-journées. Les étudiants sont également invités à échanger sur leur vécu et apprentissage lors de ce stage. Résultats attendus : Le département a investi des moyens humains importants dans un suivi rapproché des étudiants et des MDS. Il en attend une amélioration des aptitudes cliniques de base et une meilleure visibilité de la MG en formation initiale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 20 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailUne équipe de patients simulés introduite par un DUMG pour soutenir la formation de base en sémiologie et habiletés relationnelles
Giet, Didier ULg; Burette, Philippe ULg; Vanmeerbeek, Marc ULg et al

Conference (2014, November 27)

Introduction : L'apprentissage de la médecine est régulièrement confronté à la problématique de l'abstraction : les étudiants étudient les maladies (disease) dans le cadre de grands catalogues théoriques ... [more ▼]

Introduction : L'apprentissage de la médecine est régulièrement confronté à la problématique de l'abstraction : les étudiants étudient les maladies (disease) dans le cadre de grands catalogues théoriques mais n'ont pas souvent l'occasion de rencontrer des malades atteints de ces pathologies et approcher leur réalité (illness). Dans l'apprentissage de la sémiologie, il en est souvent de même : l'auscultation cardiaque s'apprend parfois dans les livres, parfois en utilisant des dispositifs techniques. Même l'apprentissage des habiletés communicationnelles s'appuie parfois sur des dispositifs pédagogiques abstraits et théoriques. Tout comme les médecins généralistes défendent leurs patients dans leur vécu et leurs particularités et demandent que les modèles théoriques soient adaptés aux réalités du malade, les généralistes enseignants sont naturellement les premiers enseignants universitaires intéressés à emmener les étudiants de l'abstrait au concret, des «diseases» aux «illnesses»… Méthode : Le Département de Liège (DUMG) a décidé de recruter et former une équipe de patients simulés (PaSi) pour sortir du carcan de l'abstraction et offrir à tous les étudiants en formation de base, des apprentissages dans un contexte authentique. Nous présenterons les conditions de recrutement et de formation des PaSi, leur mise en action dans divers dispositifs pédagogiques d'apprentissage de la sémiologie (examen clinique, anamnèse,…). Nous décrirons également leurs tâches dont la moindre n'est pas l'expression d'un feedback aux étudiants. Résultats : Après un an, les étudiants plébiscitent ces dispositifs d'apprentissage avec PaSi, appréciant le contact direct, l'obligation de construire une communication respectueuse et la sécurité de s'exercer sur une personne non souffrante. Ils identifient ces ateliers comme un apport spécifique du DUMG. Le ressenti des PaSi est également instructif : une forme de professionnalisation de la fonction se dessine. Discussion : Le recours aux PaSi peut paraître un gadget pédagogique. On peut aussi l'entendre comme une avancée vers un changement de paradigme dans l'enseignement de base, «de l'abstrait vers le concret». Le PaSi est probablement un bon ambassadeur de la MG auprès des étudiants. L'avenir dira s'il s'agit d'une bonne stratégie d'implantation facultaire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailInter-professional cooperation between family, occupational and social insurance physicians in managing long-term sickness absence
Mairiaux, Philippe ULg; Vanmeerbeek, Marc ULg; Schippers, Nathalie ULg et al

Conference (2014, September 30)

Background In the Belgian health system, sickness absence (SA) management implies complementary roles for general practitioners (GPs), social insurance physicians (SIPs) and occupational physicians (OPs ... [more ▼]

Background In the Belgian health system, sickness absence (SA) management implies complementary roles for general practitioners (GPs), social insurance physicians (SIPs) and occupational physicians (OPs): GPs deliver sick notes and treatment, SIPs control SA benefits and OPs strive to adapt work environments to workers’ remaining capacities. In practice however, there is little cooperation between the three physicians. In 2009, the Ministry of Employment commissioned a study to identify GP-OP-SIP cooperation channels in order to prevent long-term work disability. Methods The study involved two phases. 1) Researchers from the three groups agreed on 15 proposals to enhance cooperation: to establish a formal contact between GP, SIP and OP for patients with > 3 months SA (n=3) ; SIP decision to end SA benefit to be forwarded to the GP (n=2) ; work-related information to be provided by the OP to GP and/or SIP (n=4); website giving contact data of GPs, SIPs, and OPs (n=2) ; initial and continuous education focusing on inter-physician cooperation (n=3); electronic data exchange when dealing with long-term SA (n=1). 2) A Delphi study was conducted in 2012 to validate these proposals: 61 experts representing professional groups of physicians (GP, SIP, OP), patients, government, employers and labor unions were asked to participate. A 18-items questionnaire (the 15 proposals and 3 open questions) was used in a 2-round Delphi study. Proposals were accepted if 80% of experts agreed. For drafting the final proposals, the research team relied on a multidisciplinary expert group. Results Participation rate was 77% (47/61 experts) in round 1 and 7 out of the 15 proposals were accepted. During round 2, participation rate was 94% (44/47); 2 of the remaining proposals reached agreement level. Public authorities were thus advised to invest in a) promotion of pre-return to work visit with the OP for sick-listed patients; b) a website with OPs contact data; c) joint guidelines for return to work guidance; d) joint training of the 3 physician groups; 5) methods ensuring safe electronic information exchange. Conclusions The need for inter-physician cooperation in disability management may exceed individual goodwill and should best be organised by public authorities. The current study may be a first step in this process. [less ▲]

Detailed reference viewed: 42 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCrise ou catharsis ?
Vanmeerbeek, Marc ULg

in Exercer (2014), 113(Editorial), 99

Detailed reference viewed: 13 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailModélisation de l'attitude des médecins généralistes envers la prévention
Vanmeerbeek, Marc ULg; Giet, Didier ULg; Quittre, Valérie ULg et al

Conference (2014, April 05)

Objectifs En Belgique, la mise en œuvre des procédures préventives reste insuffisante et inéquitable dans plusieurs domaines. Les médecins généralistes (MG) sont-ils désireux de participer à ... [more ▼]

Objectifs En Belgique, la mise en œuvre des procédures préventives reste insuffisante et inéquitable dans plusieurs domaines. Les médecins généralistes (MG) sont-ils désireux de participer à l’amélioration de cette situation ? Méthode Un questionnaire postal a été envoyé à un échantillon aléatoire de 2.500 généralistes, répartis entre Flandre, Wallonie et Bruxelles. L’opinion des MG a été évaluée au moyen d’une échelle d’attitude. Cinq axes définis par une enquête qualitative préalable ont été explorés : vision globale de la santé, stratégies de prévention collectives, évaluation de pratique, collaboration interprofessionnelle et santé publique. Un consensus d’experts a défini les « meilleures » réponses aux échelles de Likert. Les résultats ont été soumis à une analyse factorielle exploratoire, puis à une analyse « Item Response Theory (IRT) » adaptée au traitement de réponses catégorielles (d’accord – pas d’accord). Résultats Les 457 réponses reçues ont été analysées pour modéliser l’attitude des MG ; trois dimensions ont été isolées : • Evaluation : positionne les MG selon leur souci à pratiquer une technique d’évaluation, à travailler par objectifs ou gérer leur base de données cliniques. • Responsabilité : attitude des MG qui se sentent responsables de la santé de leurs patients, ou qui organisent les conditions matérielles et relationnelles pouvant contribuer à son maintien. • Compétences professionnelles particulières : positionne les MG selon leur utilisation de plusieurs compétences « mineures » : acquisition et mise en pratique de l’information scientifique, délimitation des compétences entre praticiens et autorités de santé publique, délégation de tâches à des paramédicaux. Conclusion Une diffusion plus large et équitable des actes préventifs passe par la prise en compte de facteurs personnels et organisationnels propres aux MG. Leur distribution parmi les MG est probablement hétérogène, et leur degré d’acceptabilité variable. Une étude plus approfondie de la population des MG belges serait nécessaire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailWhat factors determine Belgian general practitioners' approaches to detecting and managing substance abuse? A qualitative study based on the I-Change Model.
Ketterer, Frédéric ULg; Symons, Linda; Lambrechts, Marie-Claire et al

in BMC Family Practice (2014), 15(1), 119

BACKGROUND: General practitioners (GPs) are considered to play a major role in detecting and managing substance abuse. However, little is known about how or why they decide to manage it. This study ... [more ▼]

BACKGROUND: General practitioners (GPs) are considered to play a major role in detecting and managing substance abuse. However, little is known about how or why they decide to manage it. This study investigated the factors that influence GP behaviours with regard to the abuse of alcohol, illegal drugs, hypnotics, and tranquilisers among working Belgians. METHODS: Twenty Belgian GPs were interviewed. De Vries' Integrated Change Model was used to guide the interviews and qualitative data analyses. RESULTS: GPs perceived higher levels of substance abuse in urban locations and among lower socioeconomic groups. Guidelines, if they existed, were primarily used in Flanders. Specific training was unevenly applied but considered useful. GPs who accepted abuse management cited strong interpersonal skills and available multidisciplinary networks as facilitators.GPs relied on their clinical common sense to detect abuse or initiate management. Specific patients' situations and their social, psychological, or professional dysfunctions were cited as cues to action.GPs were strongly influenced by their personal representations of abuse, which included the balance between their professional responsibilities toward their patients and the patients' responsibilities in managing their own health as well the GPs' abilities to cope with unsatisfying patient outcomes without reaching professional exhaustion. GPs perceived substance abuse along a continuum ranging from a chronic disease (whose management was part of their responsibility) to a moral failing of untrustworthy people. Alcohol and cannabis were more socially acceptable than other drugs. Personal experiences of emotional burdens (including those regarding substance abuse) increased feelings of empathy or rejection toward patients.Multidisciplinary practices and professional experiences were cited as important factors with regard to engaging GPs in substance abuse management. Time constraints and personal investments were cited as important barriers.Satisfaction with treatment was rare. CONCLUSIONS: Motivational factors, including subjective beliefs not supported by the literature, were central in deciding whether to manage cases of substance abuse. A lack of theoretical knowledge and training were secondary to personal attitudes and motivation. Personal development, emotional health, self-awareness, and self-care should be taught to and fostered among GPs to help them maintain a patient-centred focus. Health authorities should support collaborative care. [less ▲]

Detailed reference viewed: 30 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes facteurs qui favorisent l’implication des médecins généralistes belges dans la gestion des abus de substances. Une étude qualitative basée sur le I-Change Model
Ketterer, Frédéric ULg; Symons, Linda; Lambrechts, Marie-Claire et al

in Revue Médicale de Bruxelles (2014), 35(3),

Objectifs Les médecins généralistes (MG) jouent un rôle majeur dans la détection et la gestion des abus de substances. L’étude présentée ici investiguait les facteurs qui influencent leur implication ... [more ▼]

Objectifs Les médecins généralistes (MG) jouent un rôle majeur dans la détection et la gestion des abus de substances. L’étude présentée ici investiguait les facteurs qui influencent leur implication concernant la gestion des abus d’alcool, des drogues illégales, des hypnotiques et des anxiolytiques dans la population belge des 18-65 ans. Méthodes 20 MG ont été interrogés par entretiens semi-directifs dans les régions de Liège et d’Anvers. Le I-Change Model de de Vries a été utilisé pour construire le guide d’entretien et analyser les données récoltées. Résultats Parmi les principaux résultats de l’étude, il ressortait que les MG étaient fortement influencés dans leur approche par leurs propres représentations de l’abus, qui oscillait leurs responsabilités professionnelles envers ces patients et la responsabilité de ces derniers quant à la gestion de leur santé, avec l’idée de faute morale en substrat. En ce sens, l’abus de substance était perçu sur un continuum entre l’abus comme forme de maladie chronique d’une part, et la faute morale d’autre part. L’alcool et le cannabis étaient néanmoins mieux acceptés socialement que les autres substances. Les propres expériences personnelles des MG concernant les abus avaient aussi une incidence sur leur volonté de s’investir avec ces patients. Pour autant, les pratiques multidisciplinaires (notamment au forfait) et l’expérience étaient évoqués comme des facteurs importants quant à l’engagement dans la gestion. Les contraintes temporelles et l’investissement demandé étaient, en revanche, considérés comme des barrières. Conclusion Les facteurs motivationnels apparaissaient centraux dans la décision de s’investir dans la gestion des abus de substances, bien davantage que les connaissances théoriques et les formations qui semblaient plus secondaires. La peur du burn-out s’exprimait donc en substrat. La formation des MG devrait tenir compte de ce souhait de se protéger, afin de favoriser simultanément une approche centrée sur le patient. [less ▲]

Detailed reference viewed: 32 (8 ULg)