References of "Scholl, Jean-Marc"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailDes indices de la perception du temps à son implication dans le quotidien. L’évolution développementale de la perception de la durée.
SCHOLL, Jean-Marc ULg

Conference (2014, May 08)

Introduction La perception du temps a un retentissement majeur dans la vie quotidienne. Son déficit altère la capacité de l’enfant à intégrer le temps à la corporéité de son être et de ses activités ... [more ▼]

Introduction La perception du temps a un retentissement majeur dans la vie quotidienne. Son déficit altère la capacité de l’enfant à intégrer le temps à la corporéité de son être et de ses activités. Seule le temps séquentiel est généralement évalué. Il n’existe pas de repères sémiologiques de la durée du temps, ni d’outils pour l’évaluer. Son évolution développementale est inconnue. Nous nous proposons d’évaluer la perception de la durée par des marqueurs sémiologiques en milieu écologique dans une population générale d’enfants et une population d’enfants avec une psychopathologie. Méthode Un questionnaire parental a été créé pour observer la perception du temps et appliqué dans 2 populations d'enfants de 2,5 à 12 ans : 827 enfants en population générale et 297 enfants consultant des Services de Santé Mentale (population transnosographique). Une régression logistique multinominale donne des courbes de percentiles (P5, P50, P95). Résultats Dans la population générale, la perception de la durée est progressivement acquise avec une pleine compétence à 9 ans. Le temps séquentiel est acquis à 4 ans. Dans la population consultant en SSM, la moyenne de la perception de la durée est retardée de 18 mois et demeure faible à 13 ans. Il n’y a pas de différences selon le sexe. Discussion La perception de la durée est une importante caractéristique développementale non prise en compte jusqu’à présent. Des enfants consultants en santé mentale ont un déficit de cette perception. Les marqueurs sémiologiques du questionnaire parental mis au point relèvent ces difficultés dans la vie quotidienne de l’enfant. Mots-clés Perception du temps ; durée du temps ; temps séquentiel ; psychologie développementale ; questionnaire parental [less ▲]

Detailed reference viewed: 11 (3 ULg)
Full Text
See detailLa prescription des Psychotropes en pédopsychiatrie dans l’enfance
SCHOLL, Jean-Marc ULg

Scientific conference (2014, March 26)

Detailed reference viewed: 8 (0 ULg)
Full Text
See detailAutisme – Psychose : comorbidités – continuité ? Diagnostic différentiel avec les symptômes négatifs.
SCHOLL, Jean-Marc ULg

Scientific conference (2014, January 16)

Les Troubles Envahissants du Développement non spécifiques du jeune enfant sont proches des Psychoses précoces de l'enfant et peuvent se trouver dans un continuum. Cette présentation cherche à mieux ... [more ▼]

Les Troubles Envahissants du Développement non spécifiques du jeune enfant sont proches des Psychoses précoces de l'enfant et peuvent se trouver dans un continuum. Cette présentation cherche à mieux établir le diagnostic différentiel entre TED non spécifiques et les Psychoses précoces particulièrement en développant une clinique des symptômes négatifs des Psychoses précoces. [less ▲]

Detailed reference viewed: 44 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPerception of the Duration of time: a Developmental Semiology from 2:6 to 12 years, general population versus atypical, and elaboration of a parental questionnaire assessment
SCHOLL, Jean-Marc ULg; Delvenne, Véronique

Poster (2013, July)

Introduction The perception of time is usually considered from sequential time but there are not any semiological markers of the capacity to apprehend the duration of time. Hypothesis The “capacity to ... [more ▼]

Introduction The perception of time is usually considered from sequential time but there are not any semiological markers of the capacity to apprehend the duration of time. Hypothesis The “capacity to feel the passage of time” is determinable by “semiological markers” in everyday life. Method Elaboration of a parental questionnaire (Likert scale); 2 samples from 2:6 to 12 years: 827 in general population and 297 in transnosographic population with psychological therapy; logistic regression; percentiles curves. Results General population: perception of the passage of time is gradually acquired; full competence at 9 years. The apprehension of sequential time is quasi maximum at 4 years. Atypical population: perception of the passage of time delayed of 18 months; important difficulties remain at 13 years. The apprehension of sequential time is delayed; at 13 years it remains bad at percentile 95. No differences according to the sex. Presentation of a short questionnaire for assessment. [less ▲]

Detailed reference viewed: 17 (1 ULg)
See detailBipolarité : des tempéraments aux troubles dépressifs et comportementaux chez l’enfant
SCHOLL, Jean-Marc ULg

Conference given outside the academic context (2013)

Detailed reference viewed: 21 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailDuration perception: A Developmental Semiology from 2:6 to 13 Years, General Population versus Atypical, Assessment by Parental Questionnaire
SCHOLL, Jean-Marc ULg; Philippe, Paule; Gérard, Paul ULg et al

Conference (2012, December 20)

Introduction Perception of duration has a major impact on the child’s ability to manage everyday life. Usually, the perception of time is considered in its sequential component. To our knowledge, possible ... [more ▼]

Introduction Perception of duration has a major impact on the child’s ability to manage everyday life. Usually, the perception of time is considered in its sequential component. To our knowledge, possible semiological markers for the capacity to apprehend temporal duration have not yet been explored. There are thus no existing tools either for its evaluation (in everyday life) or for the description of its development during childhood. We are thus largely in the dark about how the perception of duration develops during childhood. Hypothesis 1) It is possible to track perception of duration using semiological markers in everyday life; 2) Children with developmental disorders can be expected to develop difficulties in this domain. Method We designed a questionnaire for parents using a Likert scale. The questionnaire was administered to 2 samples from 2:6 to 13 years: 827 in a general population and 297 in a mixed-psychopathological population recruited from the Mental Health Services network. We carried out a multinomial logistic regression and used percentiles curves (P5,50,95). Results In the general population, perception of duration is gradually acquired and full competence is attained by 9 years. The apprehension of sequential time is achieved by 4 years. In the psychopathological sample, mean perception of temporal duration is delayed by 18 months and significant difficulties remain even at 13 years. The apprehension of sequential time is also delayed: even at 13 years it remains low (at percentile 95). We have found no sex-related differences. Discussion Perception of duration is an important developmental feature which has not been taken into account until now. Semiological markers can be used to differentiate typically developing children from clinical populations as to their respective capacities to perceive temporal duration. [less ▲]

Detailed reference viewed: 57 (19 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailBipolarité et ADHD. Recherche sémiologique : cotinuum développemantal de la petite enfance à l'âge adulte et diagnostic différentiel
SCHOLL, Jean-Marc ULg; PHILIPPE, Paule ULg

in Psychiatrie de l'Enfant (La) (2012), 55(1), 125-195

Child psychiatrists are largely inexperienced in diagnosing bipolarity. Studies have shown that it takes them an average of about twelve years after the initial appearance of the relevant symptoms to ... [more ▼]

Child psychiatrists are largely inexperienced in diagnosing bipolarity. Studies have shown that it takes them an average of about twelve years after the initial appearance of the relevant symptoms to arrive at a correct diagnosis. A second set of problems has to do with the still unresolved controversies regarding the nature of the continuum, if any, linking the clinical entities that are manifested in childhood, adolescence, and adulthood. In the case of children, for example, comorbidity involving attention disorders with or without hyperactivity (ADHD) can be expected to occur with frequency. Nevertheless, the clinical symptomology of ADHD, and especially of attention deficits, tends to escape the awareness of psychiatrists who work with adults. The above reflections suggest the need for studies focusing on the developmental evolution of the relevant semeiology, especially since little work has been done to bring together specialists in child and adult psychiatry for this purpose. The present article attempts to fill this need. It also seeks to redress the imbalance due to the fact that most previous studies have been designed solely on the basis of a categorial semeiology that assembles a set of criteria deemed necessary to obtain a diagnosis and that approaches the clinical symptomology in light of semeiological presuppositions that are thought to be identical and are expected to hold in all cases. This article therefore offers a panoramic and detailed presentation of a dimensional and developmental semeiology of ADHD and bipolarity. The goal of the study presented in this article is to identify more precisely the clinical symptomologies of bipolarity and ADHD from early childhood on through adulthood and to refine the relevant differential diagnosis by means of a simultaneous analysis of these two clinical phenomena. The method of this study, which is qualitative, involved the following two steps. First, it examined the relevant phenomena and clinical anamnesis in order to discover the greatest possible number of semeiological micro-signs, with the goal of establishing a "dimensional semeiology". Second, it included subjects of different ages in order to identify a "developmental semeiology". With this intention, we observed 170 children and 55 adults with bipolar symptoms and 14 children and 7 adults with ADHD (both sets of subjects without other comorbidity), attempting to look each time as freshly as possible, without limiting ourselves to the criteria typical of categorial diagnosis. For ADHD, this study introduces new semeiological concepts. These concepts revolve around three distinctions: between (1) a preponderance of divergent attention and a preponderance of convergent attention; between (2) the semeiology of pre-attentional difficulties (relating to ambient noise and excessive information flow) and the semeiology of attention disorders per se; between (3) simple impulsiveness and an impulsiveness related to disruptive behavior. As a third step, we present the developmental evolution of the relevant clinical phenomena. For bipolarity, the study highlights a "simple manic bipolar temperament" comprising seven semeiological axes: 1. a "super-energetic" form; 2. sleep disorders; 3. an "uneasiness in the situation of being alone"; 4. "expressive emotional colors" ; 5. excitability, disinhibitions, and cravings; 6. a preponderance of divergent attention over convergent attention; 7. the tendency to hyperactivity. The description of the clinical symptomology of "uneasiness in the situation of being alone" – which¬ is the most original aspect of this research – reflects an incapacity to remain alone with oneself in a calm manner. This discomfort is to be distinguished from separation anxiety, though there can be a continuum between them; it is not a pathognomonic symptom of bipolarity, yet it does seem to be systematically present as a part of it. After having treated bipolarity, we go on to lay out the criteria for the differential diagnosis between "simple manic bipolar temperament" and ADHD. At this point, we propose an original classification of bipolar disorders in childhood, made up of three semeiological sub-groups of bipolar states, to which we add a fourth semeiological group for unipolar depressions. Various comorbidities can enter the scene and modify the basic clinical picture. Lastly, we sketch a differential diagnosis with respect to schizoaffective disorder. In discussing the results presented here, we suggest the possibility of a new "dimensional and developmental nosology". At the time of this writing, a further stage of the research outlined in this article is underway with the aim of establishing a quantitative analysis of the semeiology outlined here. [less ▲]

Detailed reference viewed: 119 (10 ULg)
See detailLa bipolarité chez l'enfant et chez l'adulte
SCHOLL, Jean-Marc ULg

Scientific conference (2011, May 19)

Présentation du continuum développemental de la bipolarité de la petite enfance à l'âge adulte. Revue de la littérature. Étude qualitative sémiologique dimensionnelle et développementale. Diagnostic ... [more ▼]

Présentation du continuum développemental de la bipolarité de la petite enfance à l'âge adulte. Revue de la littérature. Étude qualitative sémiologique dimensionnelle et développementale. Diagnostic différentiel avec l'ADHD. Étude par micro analyse qualitative sémiologique d'enfants et d'adultes présentant un diagnostic d'ADHD ou de bipolarité. [less ▲]

Detailed reference viewed: 47 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailUne nouvelle conception des études sémiologiques : « l’épidémiologie sémiologique développementale »
SCHOLL, Jean-Marc ULg; PHILIPPE, Paule ULg; Pérée, Francis ULg et al

in Information Psychiatrique (L') (2011), 87(4), 313-320

The article identifies the focus of interest in semiological studies, presents concepts related to semiology, and proposes a refinement of semiological research by means of an “epidemiological approach to ... [more ▼]

The article identifies the focus of interest in semiological studies, presents concepts related to semiology, and proposes a refinement of semiological research by means of an “epidemiological approach to the study of developmental semiology”. The article begins by sketching the history of developmental psychopathology. Next, it addresses its theoretical foundations, which hitherto have focused primarily on the semiological study of individual childhood development insofar as it is liable to a maladjustment of one sort or another. Now, in our view, the study of development involves two further challenges. On the one hand, it is necessary to disentangle the semiological elements initially observed as part of a total phenomenon. Meeting this challenge requires the creation of new semiological concepts in order to account of our observations. On the other hand, we need to elaborate epigenetic models for the origin of developmental pathways, models that take account of the multiple, continuously interacting factors that characterize such pathways. With these two desiderata in mind, we proceed to the third stage of our exposition, which presents our own approach to semiology. This approach includes the following distinctive features: comparison with normal populations, establishment of a continuum between normal and pathological development, integration of the dimensional and categorical aspects, and attention to the variation of semiological expression during development. This sets the stage for the concluding part of the article, in which we outline a program of semiological research in order to illustrate what we mean by an “epidemiological approach to the study of developmental semiology”. [less ▲]

Detailed reference viewed: 56 (10 ULg)
Peer Reviewed
See detailPerception de l'écoulement du temps : une sémiologie développementale de 2,5 à 12 ans, population générale versus atypique
SCHOLL, Jean-Marc ULg; PHILIPPE, Paule ULg

Poster (2011, January)

Introduction : En clinique, la perception du temps chez l'enfant est surtout considérée à partir du temps séquentiel mais il y a une quasi-absence de prise en compte de repères sémiologiques de sa ... [more ▼]

Introduction : En clinique, la perception du temps chez l'enfant est surtout considérée à partir du temps séquentiel mais il y a une quasi-absence de prise en compte de repères sémiologiques de sa capacité d'appréhender la durée du temps. Objectif : Développer une sémiologie développementale de « la perception de l'écoulement du temps » en situation écologique. Méthode : Élaboration d'un « questionnaire sémiologique » de la « capacité à ressentir la durée du temps » à remplir par les parents (échelle de Likert) ; recrutement de 2 échantillons d'enfants de 2,5 à 12 ans : 827 enfants typiques en population générale et 297 enfants atypiques consultant des services de suivis psychologiques ambulatoires (S.S.M.) (échantillon transnosographique) ; régression logistique multinomiale de chaque item en fonction de l'âge et de 2 variables explicatives nominales : population atypique et sexe. Résultats : 19 questions/25 ont une évolution développementale ; 2 questions une différence sexuée ; 12 questions/25 différencient la population atypique. Ces 12 questions permettent de relever une sémiologie cliniquement pertinente qui approche la « capacité de ressentir la durée du temps » en milieu écologique ; en voici quelques exemples : - Quand l’enfant est ailleurs (par exemple à l’école ou à la garde d’une personne), il répète souvent la question de savoir quand on viendra le rechercher bien qu’on lui ait déjà souvent répondu ou qu’il en ait déjà souvent fait l’expérience ? - A-t-il toujours besoin de savoir comment va se dérouler sa journée ? - Lorsqu’une activité est prévue, répète-t-il souvent la question de savoir quand elle aura lieu alors qu’on lui a déjà répondu ? - Votre enfant est-il souvent en retard (et pour cela il faut souvent lui rappeler l'heure)? - Quand votre enfant est occupé à une activité, a-t-il tendance à être surpris quand arrive la fin du temps qui était prévu pour celle-ci (comme s’il n’avait pas anticipé que le temps approche de la fin) ? - Spontanément, sans avoir besoin de regarder l’heure, votre enfant « sent-il » qu’une activité en cours approche de l’heure où on va devoir l’arrêter ? (par exemple, spontanément il ressent l’approche de la fin de l’heure de piscine ; il interrompt à temps son jeu pour aller regarder son émission favorite à la TV). [less ▲]

Detailed reference viewed: 46 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailCapacité à ressentir la durée du temps : instauration d'une sémiologie développementale en milieu écologique chez des enfants de 2,5 à 12 ans
SCHOLL, Jean-Marc ULg

Poster (2011, January)

Introduction : Comment le clinicien peut-il préciser la sémiologie de « la perception de l'écoulement du temps » chez l'enfant dans son contexte écologique ? En psychologie clinique la perception du temps ... [more ▼]

Introduction : Comment le clinicien peut-il préciser la sémiologie de « la perception de l'écoulement du temps » chez l'enfant dans son contexte écologique ? En psychologie clinique la perception du temps est souvent abordée à partir des repères séquentiels et des capacités rythmiques mais la sémiologie de « la capacité à ressentir la durée du temps » manque de références développementales. Objectif : instaurer « une sémiologie développementale » de « la perception de l'écoulement du temps » chez des enfants typiques, et rechercher des indices sémiologiques de trajectoires développementales atypiques. Hypothèses cliniques : 1) la « capacité à ressentir l'écoulement du temps » a une réalité clinique déterminable par des « indices sémiologiques » au sein de la réalité écologique d'enfants typiques de 2,5 à 12 ans en population générale, 2) une population d'enfants atypiques présente une clinique et un cours développemental différents. Méthodologie : Un « questionnaire d'anamnèse sémiologique » à remplir par les parents a été développé à partir des observations cliniques des chercheurs. 25 questions approchent une « sémiologie écologique » des attitudes de l'enfant pouvant être liées à la perception du temps. Il a été appliqué dans 2 populations d'enfants de 2,5 à 12 ans : 827 enfants typiques en population générale et 297 enfants atypiques consultant des services de suivis psychologiques ambulatoires (S.S.M) (échantillon transnosographique). Des analyses développementales portent sur 4 populations: garçons typiques, filles typiques, garçons atypiques, filles atypiques. Chaque question est considérée comme une variable ordinale à 5 modalités (échelle de Likert). L'analyse (programme Statistica) procède par régression logistique multinomiale de chaque variable en fonction de l'âge et de deux variables explicatives nominales : enfants atypiques et sexe ; les interactions atypique/sexe/âge sont ensuite analysées. Résultats : les questions sont catégorisées selon: 1) La présence d'une évolution développementale (19 variables/25); 2) Une discrimination de la population atypique (12 variables/25 dont 6 variables ont une évolution développementale spécifique aux atypiques), ce qui constitue un questionnaire de dépistage; 3) Une différenciation sexuée (2 variables sur 25). [less ▲]

Detailed reference viewed: 40 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSémiologie des troubles de l'attention : attention convergente et attention divergente, continuum développemental de la petite enfance à l'âge adulte.
SCHOLL, Jean-Marc ULg; PHILIPPE, Paule ULg

Poster (2011, January)

Introduction : Le « Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité » (ADHD ou TDA/H) connu chez l'enfant, demeure une clinique peu identifiée à l'âge adulte alors qu'elle persiste dans 50 % des cas ... [more ▼]

Introduction : Le « Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité » (ADHD ou TDA/H) connu chez l'enfant, demeure une clinique peu identifiée à l'âge adulte alors qu'elle persiste dans 50 % des cas (Faraone et al., 2006) ; plus précisément, l'étude de l'évolution comparative des symptômes entre 6 ans et 20 ans révèle que l'hyperactivité diminue de 50 %, l'impulsivité de 40 % et l'inattention ne diminue que de 20 % (Mick et al., 2004). La sémiologie des troubles de l'attention est particulièrement méconnue chez l'adulte, or, elle peut interférer avec le pronostic socio-affectif de la personne (Bange, dans Revol & Brun, 2010). Dans le DSM IV-TR le trouble de l'attention isolé nécessite la présence de 6 des 9 critères d'inattention mentionnés. La littérature évoque aussi une distinction sémiologique en formes « d'attention convergente » et « d'attention divergente » ; ce vocable médical est plus global que celui de la neuropsychologie mais possède un substrat neurophysiologique qu'un traitement spécifique de l'E.E.G. permet de mesurer sur l'ensemble du cortex cérébral par les degrés respectifs d'utilisation de processus convergents et divergents lors de tâches en cours (Arns et al., 2009 ; Van den Bergh, 2003 ; van Dongen-Boomsma et al., 2010). Objectif : Affiner la sémiologie des troubles de l'attention tant chez l'enfant que chez l'adulte. Méthode : 1) une revue de la littérature et 2) une étude d'observation qualitative fine avec une « anamnèse sémiologique » détaillée d'un maximum de micro-signes sémiologiques porte sur 14 enfants, âgés de 5 ans 3 mois à 10 ans 7 mois, et 7 adultes de 20 ans à 37 ans présentant un diagnostic de trouble de l'attention (selon le DSM IV). Résultat : Deux tableaux, selon qu'il y a une prépondérance de « l'attention convergente » ou de « l'attention divergente », donnent un descriptif détaillé de la sémiologie. Ces tableaux sont différenciés chez l'enfant et chez l'adulte ; ils permettent d'établir un continuum développemental de la clinique. Réf. : « Bipolarité et ADHD. Recherche sémiologique : continuum développemental de la petite enfance à l'âge adulte et diagnostic différentiel », La psychiatrie de l'enfant, vol. 55/2012, in press. [less ▲]

Detailed reference viewed: 147 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDiagnostic différentiel ADHD / Bipolarité par une étude de l'évolution développementale de la sémiologie enfants - adultes
SCHOLL, Jean-Marc ULg; PHILIPPE, Paule ULg

Poster (2011, January)

Introduction : La prévalence du Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité (ADHD, TDA/H) est de 3 à 5 % pour les enfants et de 1,9 à 7,3 % pour les adultes dans différentes pays (Kessler et al ... [more ▼]

Introduction : La prévalence du Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité (ADHD, TDA/H) est de 3 à 5 % pour les enfants et de 1,9 à 7,3 % pour les adultes dans différentes pays (Kessler et al., 2006; Fayyad et al., 2007). Le Trouble bipolaire a une prévalence chez l'adulte de 1 % pour le type I et de 4,4 % pour le spectre bipolaire (Merikangas et al., 2007), chez l'adolescent elle est évaluée à 1 % pour le type I et le spectre bipolaire en population juvénile à 6 % (2 à 15) (Benazzi, 2007). Des controverses demeurent quant au recouvrement de ces différentes entités cliniques selon les âges. Gabrielle Carlson a décrit chez l'enfant un tableau bipolaire comportant des symptômes maniaques continus et chroniques avec des symptômes d'ADHD. Ainsi, le « National Institutes of Health (NIH) » a distingué cette forme continue du trouble dans l'enfance, le « severe mood dysregulation », du trouble bipolaire de type I de l'adolescent, le « narrow phenotype » comportant des épisodes thymiques et davantage de symptômes psychotiques. Dans une population d'enfants maniaques bipolaires les études rapportent 57 à 98 % d'ADHD en comorbidité. Par contre, dans une population d'enfants ADHD, la comorbidité avec les états bipolaires est de 11 à 22 % (Angold et al., 1999 ; Carlson, 1998 ; Singh et al., 2006). Objectif : Affiner « une sémiologie développementale » et le diagnostic différentiel ADHD/Bipolarité Méthode : Étude qualitative avec observation et « anamnèse sémiologique » détaillée d'un maximum de micro-signes ; échantillons: 14 enfants (5 à 10 ans) et 7 adultes (20 à 37 ans) avec ADHD seul et 170 enfants (2 à 10 ans) et 55 adultes (19 à 61 ans) avec des caractéristiques bipolaires (selon le DSM IV). Résultat : Proposition d'un "tempérament maniaque bipolaire simple" en 7 axes sémiologiques : 1. forme super-énergétique, 2. clinique du sommeil, 3. "mal-être en situation d'être seul", 4. labilité émotionnelle, 5. excitabilité-désinhibitions, 6. prépondérance de l'attention divergente sur l'attention convergente, 7. tendance à l'hyperactivité. L'ADHD ne comporte que 1, 6 et 7. Réf.: « Bipolarité et ADHD. Recherche sémiologique : continuum développemental de la petite enfance à l'âge adulte et diagnostic différentiel », La Psychiatrie de l'enfant, vol. 55/2012, in press. [less ▲]

Detailed reference viewed: 119 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailComorbidity in Autism Spectrum
Philippe, Paule ULg; Scholl, Jean-Marc ULg; Jacques, Jessica ULg

in Psychiatria Danubina (2010), 22(S1), 158-60

Detailed reference viewed: 38 (6 ULg)
See detailLes troubles bipolaires dans la petite enfance : une sémiologie dimensionnelle du normal au pathologique
Scholl, Jean-Marc ULg

Conference (2010, April 24)

Les médecins confrontés à la petite enfance, particulièrement les neuropédiatres, les pédiatres et les pédopsychiatres, sont en attente de repères sémiologiques précis leur permettant de mieux discriminer ... [more ▼]

Les médecins confrontés à la petite enfance, particulièrement les neuropédiatres, les pédiatres et les pédopsychiatres, sont en attente de repères sémiologiques précis leur permettant de mieux discriminer les difficultés propres de l'enfant. La bipolarité est une affection qui nécessite, plus que d'autres, l'acquisition de meilleurs repères cliniques. Pour répondre à cette attente, la recherche sémiologique présentée dans cet exposé a mis en lumière une sémiologie, non pas catégorielle, mais dimensionnelle, c'est-à-dire une sémiologie précisant chaque micro-signe pour lui-même, et, en le considérant dans un continuum du normale au pathologique. C'est l'intensité de ce signe ou la présence concomitante d'autres signes, qui mettront l'enfant en difficulté ou en souffrance, faisant ainsi passer ce signe vers un aspect pathologique. De plus, cette recherche a tenté de préciser l'évolution développementale de cette sémiologie, en fonction de l'âge. Ainsi, cet exposé aboutit à la description d'une sémiologie très fine de la bipolarité, et à la proposition d'une classification des états bipolaires dans la petite enfance. Il donne également un diagnostic différentiel précis entre Bipolarité et Troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité. [less ▲]

Detailed reference viewed: 94 (8 ULg)
See detailBipolarité et ADHD, une sémiologie développementale dimensionnelle pour les reconnaître et les différencier dès la petite enfance
Scholl, Jean-Marc ULg

Conference given outside the academic context (2010)

L'exposé présente les résultats d'une recherche sémiologique qualitative qui a pour finalité de mieux préciser la sémiologie de la bipolarité dès la petite enfance et de réaliser un diagnostic ... [more ▼]

L'exposé présente les résultats d'une recherche sémiologique qualitative qui a pour finalité de mieux préciser la sémiologie de la bipolarité dès la petite enfance et de réaliser un diagnostic différentiel précis avec les troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité. Cette recherche approche la clinique à partir d'une sémiologie dimensionnelle et développementale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 35 (1 ULg)
See detail« Différenciation sémiologique entre les troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité et la bipolarité dans la petite enfance »
Scholl, Jean-Marc ULg

Conference (2010, February 05)

Différenciation sémiologique entre les troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité et la bipolarité dans la petite enfance. Le diagnostic de bipolarité reste peu connu des pédopsychiatres. Après ... [more ▼]

Différenciation sémiologique entre les troubles de l'attention avec ou sans hyperactivité et la bipolarité dans la petite enfance. Le diagnostic de bipolarité reste peu connu des pédopsychiatres. Après les premiers symptômes il faut en moyenne 10 ans et 3 à 5 médecins avant qu'un diagnostic correct ne soit posé. Notre étude, se rapportant à 170 enfants de 18 mois à 10 ans, met en évidence une sémiologie nuancée qui permet un diagnostic rapide et précoce d'un "tempérament maniaque bipolaire" comportant sept axes sémiologiques : 1. une forme "super-énergétique", 2. la clinique du sommeil, 3. un "mal-être en situation d'être seul", 4. des couleurs affectives expressives, 5. une tendance à l'excitabilité-désinhibition-appétence, 6. la prépondérance de l'attention divergente sur l'attention convergente, 7. la tendance à l'hyperactivité. Nous évoquons pour ces sept axes leur évolution développementale jusqu'à la vie adulte. La mise en évidence d'une clinique du "mal-être en situation d'être seul" est l'élément le plus original de notre recherche, il correspond à un déficit de la capacité à demeurer seul avec soi-même au calme. Ce mal-être est à distinguer de l'angoisse de séparation, même s'il peut y avoir un continuum ; il n'est pas pathognomonique de la bipolarité mais semble en faire systématiquement partie. Dans l'ADHD (déficit d'attention avec ou sans hyperactivité) on ne retrouve que les points 1, 6 et 7, par contre les points 2, 3, 4, 5 sont spécifiques de la bipolarité. Nous proposons 4 sous-groupes sémiologiques des états bipolaires et unipolaire dans l'enfance. Différentes comorbidités possibles pourront s'ajouter, ce qui apportera d'autres accentuations cliniques. Selon le temps imparti, nous pouvons également évoquer : des métaphores explicatives et thérapeutiques ; des réflexions neurophysiologiques jointes à cette sémiologie; le pronostic qui peut radicalement changer avec une prise en charge précoce. [less ▲]

Detailed reference viewed: 37 (1 ULg)
See detailLa sémiologique pédopsychiatrique dans un continuum du normal au pathologique, de l'enfance à l'âge adulte
Scholl, Jean-Marc ULg

Conference given outside the academic context (2009)

À partir d'une illustration d'un cas de bipolarité chez un garçon de 5,5 ans et un cas de psychose paranoïde chez une fillette de 7 ans, cette présentation donne des points de repères sémiologiques en ... [more ▼]

À partir d'une illustration d'un cas de bipolarité chez un garçon de 5,5 ans et un cas de psychose paranoïde chez une fillette de 7 ans, cette présentation donne des points de repères sémiologiques en pédopsychiatrie. L'objectif est d'affiner une sémiologie catégorielle par l'apport d'une sémiologie dimensionnelle et développementale ; ainsi, on peut mieux observer le continuum de la sémiologie de l'enfance à l'âge adulte. Ensuite, l'exposé affine les indications des psychotropes et l'évaluation de leurs effets, grâce à l'observation des modifications apportées aux micro-signes sémiologiques après introduction des psychotropes. [less ▲]

Detailed reference viewed: 56 (5 ULg)