References of "Rimbaud, Gilles"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailEvaluation de la qualité biologique des rivières wallonnes sur base des indices biologiques poissons. Support technique aux inventaires 2014.
Rimbaud, Gilles ULg; Ovidio, Michaël ULg; Dierckx, Arnaud ULg et al

Report (2014)

Ce rapport final présente les résultats des inventaires piscicoles effectués en juin-juillet et en septembre-octobre 2014 ainsi que le calcul des indices biologiques « poissons » (IBIP et EFI).

Full Text
See detailEssai d’estimation des dommages piscicoles engendrés par les prises d’eau industrielles et les turbines hydroélectriques dans les cours d’eau de la Province de Liège. Partie F. Les centrales hydro-électriques sur la Vesdre
Philippart, Jean-Claude ULg; Ovidio, Michaël ULg; Rimbaud, Gilles ULg et al

Report (2013)

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds piscicole de Wallonie est un dossier bibliographique qui analyse l’impact potentiel sur les populations de poissons des neuf centrales ... [more ▼]

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds piscicole de Wallonie est un dossier bibliographique qui analyse l’impact potentiel sur les populations de poissons des neuf centrales hydroélectriques installées dans le sous-bassin hydrographique de la Vesdre. [less ▲]

Detailed reference viewed: 70 (16 ULg)
Full Text
See detailEssai d’estimation des dommages piscicoles engendrés par les prises d’eau industrielles et les turbines hydroélectriques dans les cours d’eau de la Province de Liège. Partie E. Chapitre 8. Les centrales hydro-électriques sur la Méhaigne, petit affluent de la Meuse dans le sous-bassin Meuse aval
Philippart, Jean-Claude ULg; Ovidio, Michaël ULg; Rimbaud, Gilles ULg et al

Report (2013)

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds piscicole de Wallonie est un dossier bibliographique qui analyse l’impact potentiel sur les populations de poissons des quatre centrales ... [more ▼]

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds piscicole de Wallonie est un dossier bibliographique qui analyse l’impact potentiel sur les populations de poissons des quatre centrales hydroélectriques (voir tableau A) installées sur la Méhaige, principal, petit affluent de la rive gauche de la Meuse, sous-bassin Meuse aval. L’impact de la production d’hydroélectricité sur les poissons de la Méhaigne concerne principalement le cours inférieur de la rivière où se succèdent sur une distance de 5,9 km trois micro-centrales qui utilisent un débit de 2-3 m3/s, pratiquement égal au module. L’utilisation d’un tel débit sur aussi petite rivière favorise un fort pourcentage d’entrainement de l’eau et des poissons dévalants dans l’installation de turbinage (turbine Kaplan, turbine Francis ou vis hydrodynamique). Dans ce cas, il faut envisager un effet cumulé de la cascade des trois microcentrales de la Basse Méhaigne. [less ▲]

Detailed reference viewed: 61 (14 ULg)
Full Text
See detailEvaluation de la qualité biologique des rivières wallonnes sur base des indices biologiques poissons. Support technique aux inventaires 2012.
Rimbaud, Gilles ULg; Ovidio, Michaël ULg; Dierckx, Arnaud ULg et al

Report (2012)

Ce rapport a pour objectif l’évaluation de la qualité biologique des eaux de surface basée sur les indices biologiques « poissons » dans un certain nombre de cours d’eau de Wallonie. Il résulte d’une ... [more ▼]

Ce rapport a pour objectif l’évaluation de la qualité biologique des eaux de surface basée sur les indices biologiques « poissons » dans un certain nombre de cours d’eau de Wallonie. Il résulte d’une convention entre le Service public de Wallonie et l’Université de Liège. [less ▲]

Detailed reference viewed: 101 (24 ULg)
Full Text
See detailEssai d’estimation des dommages piscicoles engendrés par les prises d’eau industrielles et les turbines hydroélectriques dans les cours d’eau de la Province de Liège. Partie C. Le cours principal de l’Amblève non navigable.
Philippart, Jean-Claude ULg; Ovidio, Michaël ULg; Rimbaud, Gilles ULg et al

Report (2011)

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds piscicole de Wallonie est un dossier bibliographique qui analyse l’impact sur les populations de poissons des centrales hydroélectriques (CHE ... [more ▼]

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds piscicole de Wallonie est un dossier bibliographique qui analyse l’impact sur les populations de poissons des centrales hydroélectriques (CHE) installées sur le cours principal de l’Amblève non navigable. Il s’agit d’un grand cours d’eau (module du débit : 20 m3/s dans le cours inférieur à Martinrive-Aywaille) constitué de zones à ombre et à truite qui abritent une importante biodiversité piscicole dont notamment des poissons migrateurs amphihalins comme l’anguille européenne, la truite de mer et le saumon atlantique en cours de réintroduction en Wallonie.L’évaluation des impacts piscicoles des CHE se limite à une approche très préliminaire consistant à apprécier de manière théorique (par rapport à des modèles élaborés en France) les ordres de grandeur des entraînements vers les turbines et des mortalités des populations migratrices (surtout les anguilles argentées et les smolts de Salmonidés) attendues sur les différents sites, compte tenu des caractéristiques connues des prises d’eau (grilles), des turbines (Kaplan, Francis, Banki ; grandeur des roues, vitesse de rotation, débit turbiné), de la taille des poissons et des possibilités de dévalaison par une voie autre (déversoir de barrage, exutoire de dévalaison) que le passage dans les turbines. Partant de ces premiers résultats, le rapport détaille les actions à entreprendre sur chaque site hydroélectrique pour le rendre moins pénalisant pour les poissons migrateurs en dévalaison et dans certain cas, en montaison comme à la cascade de Coo. Il propose aussi quelques recommandations générales applicables à l’évaluation objective de l’impact piscicole de tout site hydroélectrique et à l’atténuation de cet impact. Ainsi, en matière biologique et piscicole, il apparait prioritaire de mettre en place des programmes d’études permettant : i) de caractériser qualitativement (taille des poissons et périodicité des mouvements) et surtout quantitativement (effectifs numériques et biomasse) les migrations de dévalaison des principales espèces cibles dans les cours d’eau concernés des zones à ombre et à truite et ii) d’estimer les mortalités réelles des poissons dans les différents types d’installation de production d’hydroélectricité. [less ▲]

Detailed reference viewed: 153 (29 ULg)
Full Text
See detailLes Poissons de la Marchette (Eau d'Heure)
Philippart, Jean-Claude ULg; Rimbaud, Gilles ULg

Conference given outside the academic context (2011)

Après un bref rappel des principales caractéristiques hydroécologiques de la Marchette et du R. d’Heure, est présentée une analyse des résultats de deux pêches à l’électricité exécutées pour le compte du ... [more ▼]

Après un bref rappel des principales caractéristiques hydroécologiques de la Marchette et du R. d’Heure, est présentée une analyse des résultats de deux pêches à l’électricité exécutées pour le compte du SPW-DGARNE-DEMNA en juin 2010 dans la Marchette aval, dans le camp militaire. Ces résultats sont confrontés à ceux obtenus lors d’études réalisées par l’ULg en 1976-1979. Les captures en 2010 sur une distance de 392 m et une superficie de 0,2211 ha s’élèvent à 3 949 poissons et 16,625 kg (densité de 17 860 ind./ha et 75,2 kg/ha) appartenant à 17 espèces indigènes. Près de 94,2 % des captures en nombre (58,8 % en biomasse) sont formés par 3 espèces (vairon, loche franche et goujon) de petite taille (< 18 cm) et assez peu exigeantes pour la qualité de l’eau et du milieu physique (espèces ubiquistes et polluorésistantes). La présence de l’épinoche en effectif assez important reflète un état de pollution chronique. Les poissons indicateurs d’un meilleur niveau de qualité de l’eau sont représentés mais en faibles effectifs et biomasses par des cyprins d’eau vive (chevaine, vandoise, ablette spirlin ainsi que barbeau et hotu moins nombreux), par la truite commune de rivière toutefois très rare et provenant surtout de repeuplements et, fait encourageant, par deux espèces Natura 2000, le chabot et la petite lamproie. Il faut aussi signaler la capture de carnassiers représentés en faible effectif par le brochet, la perche fluviatile et l’anguille européenne. L’interprétation de ces résultats nécessite de distinguer les trois milieux bien différenciés que sont le R. d’Heure (RE) de bonne qualité écologique, la Marchette en amont du RE fort dégradée (= masse d’eau fortement modifiée selon la Directive Cadre sur l’Eau) et la Marchette en aval du RE de qualité moyenne (effet du mélange). Il faut aussi tenir compte du fait que les cours d’eau famenniens sont naturellement peu favorables (faible pente + courant lent + substrat faiblement caillouteux) au développement des Salmonidés (truite, ombre) et des autres poissons pondeurs sur gravier (barbeau, chabot). Enfin, les repeuplements (diversité et intensité) en poissons d’élevage influencent aussi la composition de la communauté des poissons. Dans la Marchette aval étudiée en 2010, on trouve une bonne diversité piscicole (17 espèces) mais la communauté d’une ‘zone à barbeau’ présente d’importants déséquilibres structurels résultant de la pollution de l’eau venant de l’amont (Indice biotique Invertébrés benthiques souvent mauvais=8/20 en 1996-2008). Les Indices de qualité de l’eau d’après les poissons varient de ‘médiocre’ à ‘moyen/bon’ selon les méthodes et les lieux. La biomasse piscicole totale est nettement (3-4 fois) inférieure à ce qu’elle devrait être dans ce type de rivière en l’absence de pollution. En matière de gestion durable de la qualité écologique et piscicole des milieux quelques propositions générales peuvent être formulées : * Accorder une priorité absolue à l’amélioration de la qualité de l’eau par des actions sur la Marchette en amont du R. d’Heure (contrôle des rejets, épuration) sans négliger le R. d’Heure lui-même * Améliorer l’habitat physique des poissons (notamment frayères et nurseries pour le brochet) et développer des opérations appropriées de repeuplement (truite fario, cyprins d’eau vive, civelles). * Préserver et, si nécessaire, rétablir la libre circulation des poissons en remontée dans le bassin Marchette/R. d’Heure et encadrer les éventuels projets hydro-électriques [less ▲]

Detailed reference viewed: 84 (11 ULg)
Full Text
See detailEssai d’estimation des dommages piscicoles engendrés par les prises d’eau industrielles et les turbines hydroélectriques dans les cours d’eau de la Province de Liège. Partie B. L’Ourthe liégeoise et l’Amblève en aval de la Lienne.
Philippart, Jean-Claude ULg; Ovidio, Michaël ULg; Dierckx, Arnaud ULg et al

Report (2010)

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds piscicole de Wallonie est un dossier bibliographique qui analyse l’impact sur les populations de poissons migrateurs en dévalaison des centrales ... [more ▼]

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds piscicole de Wallonie est un dossier bibliographique qui analyse l’impact sur les populations de poissons migrateurs en dévalaison des centrales hydroélectriques installées sur l’Ourthe liégeoise (aval de Sy- Vieuxville) et sur l’Amblève en aval de la Lienne. Il s’agit de grands cours d’eau (module du débit : 57 m3/s dans l’Ourthe à Liège et 20 m3/s dans l’Amblève à Martinrive-Aywaille) appartenant à des zones à ombre et à barbeau et qui abritent une importante biodiversité piscicole dont notamment des poissons migrateurs amphihalins comme l’anguille européenne, la truite de mer et le saumon atlantique en cours de réintroduction en Wallonie. [less ▲]

Detailed reference viewed: 86 (27 ULg)
Full Text
See detailEssai d’estimation des dommages piscicoles engendrés par les prises d’eau industrielles et les turbines hydroélectriques dans les cours d’eau de la Province de Liège. Partie A. La Meuse canalisée
Philippart, Jean-Claude ULg; Ovidio, Michaël ULg; Rimbaud, Gilles ULg et al

Report (2010)

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds Piscicole présente, sur la base d’une analyse bibliographique, une estimation des mortalités de poissons engendrées dans la Meuse liégeoise par ... [more ▼]

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds Piscicole présente, sur la base d’une analyse bibliographique, une estimation des mortalités de poissons engendrées dans la Meuse liégeoise par l’entraînement de ceux-ci dans les prises d’eau de refroidissement de trois centrales électriques thermiques (centrale nucléaire de Tihange-50 m3/s, centrale TGV de Seraing-3 m3/s et centrale des Awirs-11 m3/s) et dans les turbines de quatre grandes centrales hydroélectriques (CHE) au fil de l’eau (Ampsin-Neuville-270 m3/s, Yvoz-Ramet-285 m3/s, Monsin-Liège-450 m3/s et Lixhe-Visé-340 m3/s). Ces estimations se basent sur plusieurs études et spécialement sur les résultats d’une étude approfondie de l’entraînement des poissons (38 espèces) sur les systèmes de filtration de l’eau (grilles à barreaux et tambours filtrants) à la centrale nucléaire de Tihange au cours d’une année entière (fin octobre 2000- début novembre 2001) et, pour comparaison, à la centrale TGV de Seraing en 2001-2002 (voir Philippart et al., 2003). L’étude menée à Tihange a été prolongée jusqu’en début 2005 dans le cadre de la thèse doctorale de D. Sonny (2006, 2009) et a permis de bien caractériser les phénomènes de migration de dévalaison des différentes espèces dans la Meuse et de chiffrer leur importance quantitative par rapport au débit d’eau pompé-filtré dans la prise d’eau de Tihange et, par extrapolation, dans la totalité du fleuve. Ce sont ces informations sur les ordres de grandeur des flux de poissons en dévalaison dans la Meuse à Tihange qui ont été utilisées pour estimer l’impact absolu du passage des poissons dans les quatre centrales équipées de turbines Kaplan (hélice) de caractéristiques connues en termes de débit maximum par turbine et pour l’ensemble de chaque centrale et de grandeur et vitesse de rotation de la roue-hélice. On a aussi utilisé des informations bibliographiques provenant d’observations et d’expériences réalisées aux Pays-Bas (centrale hydroélectrique de Linne sur la Meuse) et en France (notamment les travaux de Larinier et Travade). [less ▲]

Detailed reference viewed: 70 (10 ULg)
Full Text
See detailBilan des observations sur les populations de l’anguille dans les sous-bassins hydrographiques Meuse aval, Ourthe, Amblève et Vesdre comme bases biologiques à la prise de mesures de gestion en rapport avec le Règlement Anguille 2007 de l’Union européenne.
Philippart, Jean-Claude ULg; Ovidio, Michaël ULg; Rimbaud, Gilles ULg et al

Report (2010)

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds Piscicole présente un aperçu-bilan des connaissances acquises à ce jour sur les populations de l’anguille dans la Meuse liégeoise et ses petits ... [more ▼]

Ce rapport à la Commission provinciale de Liège du Fonds Piscicole présente un aperçu-bilan des connaissances acquises à ce jour sur les populations de l’anguille dans la Meuse liégeoise et ses petits affluents directs (Berwinne, Gueule, Ruisseau des Awirs, Méhaigne) ainsi que dans l’Ourthe, l’Amblève et la Vesdre et leurs affluents. Par sa position géographique, la Province de Liège abrite les milieux aquatiques stratégiques d’entrée et de sortie du bassin de la Meuse internationale, via la Meuse néerlandaise, pour les anguilles migratrices en remontée depuis la mer pour coloniser tout le bassin et en dévalaison vers celle-ci pour leur reproduction. Par ailleurs, il se fait que les informations les plus abondantes et les plus diversifiées sur la biologie des populations de l’anguille en Wallonie ont été récoltées par les chercheurs de l’Université de Liège dans les cours d’eau de la Province de Liège et d’une région voisine correspondant à une partie de l’Ourthe luxembourgeoise. Cinq types de données sont principalement examinées dans ce dossier : i) les statistiques (nombre de poissons, longueur et poids individuels) des anguilles capturées par pêche à l’électricité en rivière peu profonde au cours de la période 1965-2009, ii) les statistiques des repeuplements en civelles et en anguillettes effectués en 1967-1980, iii) les statistiques (nombre, taille, périodicité, influence des conditions environnementales) des remontées des jeunes anguilles jaunes dans les échelles à poissons de Lixhe (1982 à ce jour) et d’Ampsin-Neuville (1988-1996) sur la Meuse et de quelques autres ouvrages de franchissement situés sur des affluents (Amblève, Méhaigne, Berwinne, Aisne), iv) le dénombrement et la caractérisation (taille, périodicité des captures) des anguilles sub-adultes dévalantes retenues sur les filtres des prises d’eau de refroidissement des centrales électriques mosanes de Tihange-CNT et de Seraing-TGV et v) la réalisation d’études par marquage et télémétrie (radiopistage) de l’utilisation de l’habitat et de la mobilité d’anguilles jaunes et argentées dans la Basse Ourthe, la Méhaigne et le Ruisseau des Awirs. Les analyses de ces données permettent de décrire des éléments majeurs de la biologie de l’anguille dans le domaine géographique concerné : la répartition géographique de l’espèce, l’abondance des populations et l’évolution dans le temps de certaines de celles-ci, la composition par tailles des populations avant, pendant et après la période de pratique de repeuplements massifs en civelles, les caractéristiques de la migration de remontée et de dévalaison dans la Meuse, l’utilisation de l’habitat et la mobilité-stabilité (domaine vital) des anguilles en phase de résidence et au début de la migration d’avalaison dans des affluents du fleuve. Une attention particulière est accordée à l’importance de la restauration de la qualité des eaux de surface, du rétablissement, grâce à des échelles à poissons, de la libre circulation des anguilles en migration de remontée au niveau des obstacles physiques de tous types et de la question de leur entraînement forcé, très pénalisant en termes de mortalité directe et différée, dans les prises d’eau industrielles et les turbines hydroélectriques. Pour être complet, sont aussi évoqués sur la base de données bibliographiques régionales deux autres aspects de l’écologie de l’anguille dans le bassin de la Meuse : la prédation par les animaux piscivores (cormoran et silure) et la très forte contamination généralisée des poissons par des micropolluants organiques (notamment les PCBs) qui s’avèrent toxiques pour les anguilles elles-mêmes et les rendent impropres à la consommation humaine, ce qui a d’ailleurs conduit le Service Public de Wallonie en 2006 à interdir aux pêcheurs d’emporter les poissons pêchés. En conclusions et perspectives, le rapport définit, pour les cours d’eau de la Province de Liège, les grandes lignes des mesures (études, actions concrètes de conservation et de restauration) nécessaires pour atteindre les objectifs ambitieux du Règlement Anguille 2007 de l’Union européenne et du Plan Anguille pour la Belgique de décembre 2008 (entré en vigueur en janvier 2010). Cette démarche s’inscrit dans le contexte de l’ensemble des dispositions prévues pour tenter de sauver ce poisson grand migrateur devenu très menacé après avoir connu naguère une très grande abondance dans nos régions, exactement comme le saumon atlantique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 186 (46 ULg)