References of "PHILIPPE, Paule"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailBipolarité et ADHD. Recherche sémiologique : cotinuum développemantal de la petite enfance à l'âge adulte et diagnostic différentiel
SCHOLL, Jean-Marc ULg; PHILIPPE, Paule ULg

in Psychiatrie de l'Enfant (La) (2012), 55(1), 125-195

Child psychiatrists are largely inexperienced in diagnosing bipolarity. Studies have shown that it takes them an average of about twelve years after the initial appearance of the relevant symptoms to ... [more ▼]

Child psychiatrists are largely inexperienced in diagnosing bipolarity. Studies have shown that it takes them an average of about twelve years after the initial appearance of the relevant symptoms to arrive at a correct diagnosis. A second set of problems has to do with the still unresolved controversies regarding the nature of the continuum, if any, linking the clinical entities that are manifested in childhood, adolescence, and adulthood. In the case of children, for example, comorbidity involving attention disorders with or without hyperactivity (ADHD) can be expected to occur with frequency. Nevertheless, the clinical symptomology of ADHD, and especially of attention deficits, tends to escape the awareness of psychiatrists who work with adults. The above reflections suggest the need for studies focusing on the developmental evolution of the relevant semeiology, especially since little work has been done to bring together specialists in child and adult psychiatry for this purpose. The present article attempts to fill this need. It also seeks to redress the imbalance due to the fact that most previous studies have been designed solely on the basis of a categorial semeiology that assembles a set of criteria deemed necessary to obtain a diagnosis and that approaches the clinical symptomology in light of semeiological presuppositions that are thought to be identical and are expected to hold in all cases. This article therefore offers a panoramic and detailed presentation of a dimensional and developmental semeiology of ADHD and bipolarity. The goal of the study presented in this article is to identify more precisely the clinical symptomologies of bipolarity and ADHD from early childhood on through adulthood and to refine the relevant differential diagnosis by means of a simultaneous analysis of these two clinical phenomena. The method of this study, which is qualitative, involved the following two steps. First, it examined the relevant phenomena and clinical anamnesis in order to discover the greatest possible number of semeiological micro-signs, with the goal of establishing a "dimensional semeiology". Second, it included subjects of different ages in order to identify a "developmental semeiology". With this intention, we observed 170 children and 55 adults with bipolar symptoms and 14 children and 7 adults with ADHD (both sets of subjects without other comorbidity), attempting to look each time as freshly as possible, without limiting ourselves to the criteria typical of categorial diagnosis. For ADHD, this study introduces new semeiological concepts. These concepts revolve around three distinctions: between (1) a preponderance of divergent attention and a preponderance of convergent attention; between (2) the semeiology of pre-attentional difficulties (relating to ambient noise and excessive information flow) and the semeiology of attention disorders per se; between (3) simple impulsiveness and an impulsiveness related to disruptive behavior. As a third step, we present the developmental evolution of the relevant clinical phenomena. For bipolarity, the study highlights a "simple manic bipolar temperament" comprising seven semeiological axes: 1. a "super-energetic" form; 2. sleep disorders; 3. an "uneasiness in the situation of being alone"; 4. "expressive emotional colors" ; 5. excitability, disinhibitions, and cravings; 6. a preponderance of divergent attention over convergent attention; 7. the tendency to hyperactivity. The description of the clinical symptomology of "uneasiness in the situation of being alone" – which¬ is the most original aspect of this research – reflects an incapacity to remain alone with oneself in a calm manner. This discomfort is to be distinguished from separation anxiety, though there can be a continuum between them; it is not a pathognomonic symptom of bipolarity, yet it does seem to be systematically present as a part of it. After having treated bipolarity, we go on to lay out the criteria for the differential diagnosis between "simple manic bipolar temperament" and ADHD. At this point, we propose an original classification of bipolar disorders in childhood, made up of three semeiological sub-groups of bipolar states, to which we add a fourth semeiological group for unipolar depressions. Various comorbidities can enter the scene and modify the basic clinical picture. Lastly, we sketch a differential diagnosis with respect to schizoaffective disorder. In discussing the results presented here, we suggest the possibility of a new "dimensional and developmental nosology". At the time of this writing, a further stage of the research outlined in this article is underway with the aim of establishing a quantitative analysis of the semeiology outlined here. [less ▲]

Detailed reference viewed: 130 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailUne nouvelle conception des études sémiologiques : « l’épidémiologie sémiologique développementale »
SCHOLL, Jean-Marc ULg; PHILIPPE, Paule ULg; Pérée, Francis ULg et al

in Information Psychiatrique (L') (2011), 87(4), 313-320

The article identifies the focus of interest in semiological studies, presents concepts related to semiology, and proposes a refinement of semiological research by means of an “epidemiological approach to ... [more ▼]

The article identifies the focus of interest in semiological studies, presents concepts related to semiology, and proposes a refinement of semiological research by means of an “epidemiological approach to the study of developmental semiology”. The article begins by sketching the history of developmental psychopathology. Next, it addresses its theoretical foundations, which hitherto have focused primarily on the semiological study of individual childhood development insofar as it is liable to a maladjustment of one sort or another. Now, in our view, the study of development involves two further challenges. On the one hand, it is necessary to disentangle the semiological elements initially observed as part of a total phenomenon. Meeting this challenge requires the creation of new semiological concepts in order to account of our observations. On the other hand, we need to elaborate epigenetic models for the origin of developmental pathways, models that take account of the multiple, continuously interacting factors that characterize such pathways. With these two desiderata in mind, we proceed to the third stage of our exposition, which presents our own approach to semiology. This approach includes the following distinctive features: comparison with normal populations, establishment of a continuum between normal and pathological development, integration of the dimensional and categorical aspects, and attention to the variation of semiological expression during development. This sets the stage for the concluding part of the article, in which we outline a program of semiological research in order to illustrate what we mean by an “epidemiological approach to the study of developmental semiology”. [less ▲]

Detailed reference viewed: 60 (10 ULg)
Peer Reviewed
See detailPerception de l'écoulement du temps : une sémiologie développementale de 2,5 à 12 ans, population générale versus atypique
SCHOLL, Jean-Marc ULg; PHILIPPE, Paule ULg

Poster (2011, January)

Introduction : En clinique, la perception du temps chez l'enfant est surtout considérée à partir du temps séquentiel mais il y a une quasi-absence de prise en compte de repères sémiologiques de sa ... [more ▼]

Introduction : En clinique, la perception du temps chez l'enfant est surtout considérée à partir du temps séquentiel mais il y a une quasi-absence de prise en compte de repères sémiologiques de sa capacité d'appréhender la durée du temps. Objectif : Développer une sémiologie développementale de « la perception de l'écoulement du temps » en situation écologique. Méthode : Élaboration d'un « questionnaire sémiologique » de la « capacité à ressentir la durée du temps » à remplir par les parents (échelle de Likert) ; recrutement de 2 échantillons d'enfants de 2,5 à 12 ans : 827 enfants typiques en population générale et 297 enfants atypiques consultant des services de suivis psychologiques ambulatoires (S.S.M.) (échantillon transnosographique) ; régression logistique multinomiale de chaque item en fonction de l'âge et de 2 variables explicatives nominales : population atypique et sexe. Résultats : 19 questions/25 ont une évolution développementale ; 2 questions une différence sexuée ; 12 questions/25 différencient la population atypique. Ces 12 questions permettent de relever une sémiologie cliniquement pertinente qui approche la « capacité de ressentir la durée du temps » en milieu écologique ; en voici quelques exemples : - Quand l’enfant est ailleurs (par exemple à l’école ou à la garde d’une personne), il répète souvent la question de savoir quand on viendra le rechercher bien qu’on lui ait déjà souvent répondu ou qu’il en ait déjà souvent fait l’expérience ? - A-t-il toujours besoin de savoir comment va se dérouler sa journée ? - Lorsqu’une activité est prévue, répète-t-il souvent la question de savoir quand elle aura lieu alors qu’on lui a déjà répondu ? - Votre enfant est-il souvent en retard (et pour cela il faut souvent lui rappeler l'heure)? - Quand votre enfant est occupé à une activité, a-t-il tendance à être surpris quand arrive la fin du temps qui était prévu pour celle-ci (comme s’il n’avait pas anticipé que le temps approche de la fin) ? - Spontanément, sans avoir besoin de regarder l’heure, votre enfant « sent-il » qu’une activité en cours approche de l’heure où on va devoir l’arrêter ? (par exemple, spontanément il ressent l’approche de la fin de l’heure de piscine ; il interrompt à temps son jeu pour aller regarder son émission favorite à la TV). [less ▲]

Detailed reference viewed: 46 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSémiologie des troubles de l'attention : attention convergente et attention divergente, continuum développemental de la petite enfance à l'âge adulte.
SCHOLL, Jean-Marc ULg; PHILIPPE, Paule ULg

Poster (2011, January)

Introduction : Le « Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité » (ADHD ou TDA/H) connu chez l'enfant, demeure une clinique peu identifiée à l'âge adulte alors qu'elle persiste dans 50 % des cas ... [more ▼]

Introduction : Le « Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité » (ADHD ou TDA/H) connu chez l'enfant, demeure une clinique peu identifiée à l'âge adulte alors qu'elle persiste dans 50 % des cas (Faraone et al., 2006) ; plus précisément, l'étude de l'évolution comparative des symptômes entre 6 ans et 20 ans révèle que l'hyperactivité diminue de 50 %, l'impulsivité de 40 % et l'inattention ne diminue que de 20 % (Mick et al., 2004). La sémiologie des troubles de l'attention est particulièrement méconnue chez l'adulte, or, elle peut interférer avec le pronostic socio-affectif de la personne (Bange, dans Revol & Brun, 2010). Dans le DSM IV-TR le trouble de l'attention isolé nécessite la présence de 6 des 9 critères d'inattention mentionnés. La littérature évoque aussi une distinction sémiologique en formes « d'attention convergente » et « d'attention divergente » ; ce vocable médical est plus global que celui de la neuropsychologie mais possède un substrat neurophysiologique qu'un traitement spécifique de l'E.E.G. permet de mesurer sur l'ensemble du cortex cérébral par les degrés respectifs d'utilisation de processus convergents et divergents lors de tâches en cours (Arns et al., 2009 ; Van den Bergh, 2003 ; van Dongen-Boomsma et al., 2010). Objectif : Affiner la sémiologie des troubles de l'attention tant chez l'enfant que chez l'adulte. Méthode : 1) une revue de la littérature et 2) une étude d'observation qualitative fine avec une « anamnèse sémiologique » détaillée d'un maximum de micro-signes sémiologiques porte sur 14 enfants, âgés de 5 ans 3 mois à 10 ans 7 mois, et 7 adultes de 20 ans à 37 ans présentant un diagnostic de trouble de l'attention (selon le DSM IV). Résultat : Deux tableaux, selon qu'il y a une prépondérance de « l'attention convergente » ou de « l'attention divergente », donnent un descriptif détaillé de la sémiologie. Ces tableaux sont différenciés chez l'enfant et chez l'adulte ; ils permettent d'établir un continuum développemental de la clinique. Réf. : « Bipolarité et ADHD. Recherche sémiologique : continuum développemental de la petite enfance à l'âge adulte et diagnostic différentiel », La psychiatrie de l'enfant, vol. 55/2012, in press. [less ▲]

Detailed reference viewed: 163 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDiagnostic différentiel ADHD / Bipolarité par une étude de l'évolution développementale de la sémiologie enfants - adultes
SCHOLL, Jean-Marc ULg; PHILIPPE, Paule ULg

Poster (2011, January)

Introduction : La prévalence du Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité (ADHD, TDA/H) est de 3 à 5 % pour les enfants et de 1,9 à 7,3 % pour les adultes dans différentes pays (Kessler et al ... [more ▼]

Introduction : La prévalence du Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité (ADHD, TDA/H) est de 3 à 5 % pour les enfants et de 1,9 à 7,3 % pour les adultes dans différentes pays (Kessler et al., 2006; Fayyad et al., 2007). Le Trouble bipolaire a une prévalence chez l'adulte de 1 % pour le type I et de 4,4 % pour le spectre bipolaire (Merikangas et al., 2007), chez l'adolescent elle est évaluée à 1 % pour le type I et le spectre bipolaire en population juvénile à 6 % (2 à 15) (Benazzi, 2007). Des controverses demeurent quant au recouvrement de ces différentes entités cliniques selon les âges. Gabrielle Carlson a décrit chez l'enfant un tableau bipolaire comportant des symptômes maniaques continus et chroniques avec des symptômes d'ADHD. Ainsi, le « National Institutes of Health (NIH) » a distingué cette forme continue du trouble dans l'enfance, le « severe mood dysregulation », du trouble bipolaire de type I de l'adolescent, le « narrow phenotype » comportant des épisodes thymiques et davantage de symptômes psychotiques. Dans une population d'enfants maniaques bipolaires les études rapportent 57 à 98 % d'ADHD en comorbidité. Par contre, dans une population d'enfants ADHD, la comorbidité avec les états bipolaires est de 11 à 22 % (Angold et al., 1999 ; Carlson, 1998 ; Singh et al., 2006). Objectif : Affiner « une sémiologie développementale » et le diagnostic différentiel ADHD/Bipolarité Méthode : Étude qualitative avec observation et « anamnèse sémiologique » détaillée d'un maximum de micro-signes ; échantillons: 14 enfants (5 à 10 ans) et 7 adultes (20 à 37 ans) avec ADHD seul et 170 enfants (2 à 10 ans) et 55 adultes (19 à 61 ans) avec des caractéristiques bipolaires (selon le DSM IV). Résultat : Proposition d'un "tempérament maniaque bipolaire simple" en 7 axes sémiologiques : 1. forme super-énergétique, 2. clinique du sommeil, 3. "mal-être en situation d'être seul", 4. labilité émotionnelle, 5. excitabilité-désinhibitions, 6. prépondérance de l'attention divergente sur l'attention convergente, 7. tendance à l'hyperactivité. L'ADHD ne comporte que 1, 6 et 7. Réf.: « Bipolarité et ADHD. Recherche sémiologique : continuum développemental de la petite enfance à l'âge adulte et diagnostic différentiel », La Psychiatrie de l'enfant, vol. 55/2012, in press. [less ▲]

Detailed reference viewed: 122 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailComorbidity in Autism Spectrum
Philippe, Paule ULg; Scholl, Jean-Marc ULg; Jacques, Jessica ULg

in Psychiatria Danubina (2010), 22(S1), 158-60

Detailed reference viewed: 38 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes habitudes de sommeil chez les enfants de 2,5 à 6 ans
Philippe, Paule ULg; Scholl, Jean-Marc ULg; Zdanowicz, Nicolas

Poster (2009, January)

Introduction: les habitudes de sommeil chez les enfants sont éminemment variables suivant les enfants, les âges, les habitudes ou contraintes familiales. Elles sont d’autre part peu connues et peu ... [more ▼]

Introduction: les habitudes de sommeil chez les enfants sont éminemment variables suivant les enfants, les âges, les habitudes ou contraintes familiales. Elles sont d’autre part peu connues et peu investiguées en consultation. Mais peut-on relever des différences entre une population générale "normale" et une population prise en charge dans des consultations psychologiques ambulatoires? Méthode: un questionnaire concernant les habitudes de sommeil a été distribué à des parents d’enfants fréquentant l’enseignement ordinaire et à des parents d’enfants fréquentant des consultations psychologiques ambulatoires. 496 réponses (356 pour la population générale et 140 pour les enfants suivis en consultation) ont été recueillies et analysées. Des différences de distributions ont été mises en évidence entre les 2 groupes et des corrélations recherchées. Paramètres recherchés : - le nombre d’heures de sommeil par nuit en semaine et le week-end ; - le nombre d’enfants « couche-tôt » ou « couche-tard » ; - les caractéristiques de l’endormissement: l’enfant retarde la mise au lit, il a besoin d’une sucette/ d’un doudou/ d’un morceau de tissu/ d’un biberon/ de lumière ou noir complet/ d’une TV/ que la porte soit ouverte/ il manifeste un inconfort/ des peurs/ il s’endort seul dans sa chambre ou en présence d’un adulte avec éventuellement le besoin de tenir physiquement cet adulte/ durée moyenne de l’endormissement - l’endroit où dort l’enfant : dans sa chambre, avec un frère/ une sœur, dans la chambre des parents, dans une pièce de séjour commune … - les caractéristiques du temps de sommeil : sommeil agité, réveils nocturnes, cauchemars, cherche à rejoindre ses parents pendant la nuit Conclusions: les comportements liés au sommeil différencient spécifiquement le groupe des enfants recrutés dans les Services de Santé Mentale par rapport au groupe témoin. Dans notre pratique, une anamnèse détaillée dans ce domaine permet d’attirer l’attention sur une population fragile, à examiner plus attentivement et éventuellement à prendre en charge dès que possible. Une information et une aide pour les parents est à envisager très précocement; une information serait utile également pour les différents professionnels (puéricultrices, enseignants, éducateurs, médecins traitants...). [less ▲]

Detailed reference viewed: 128 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCentre de Ressources Autisme Liège
Philippe, Paule ULg; Jacques, Jessica ULg

Poster (2009)

Detailed reference viewed: 128 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailASPERGER SYNDROME: Clinical picture at a 5-year-old boy and diagnostic work of assessment.
Philippe, Paule ULg; Scholl, Jean-Marc ULg

Poster (2008, October)

The child's parents consulted the Liege Autism Référence Center at Liège in 2007; the child was 5 years old. The main difficulties arise at school: the child does not follow the orders, disrupts the class ... [more ▼]

The child's parents consulted the Liege Autism Référence Center at Liège in 2007; the child was 5 years old. The main difficulties arise at school: the child does not follow the orders, disrupts the class; but except the school, he is very curious to learn, he possesses a surprising vocabulary and memory at his age The multidisciplinary team realized the clinical diagnostic work of assessment (neuropsychological tests, observations at school, at home, during consultations).The various examinations realized previously were consulted and gathered. This poster resume parents observations, assesment results, hypothesis of neurophysiology,of diagnosis following DSM IV, Zero to Three .It's present also our proposition of coverage(care) and orientation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 113 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailThe clinic of anger : from psychopathology to the adequacy of punishment
Philippe, Paule ULg; Scholl, Jean-Marc ULg

Conference (2007, August 27)

Not every fit of anger is good. But some are not to be avoided either. And fits of anger have not all the same aetiology. The authors try to understand the various psychopathological and\or ... [more ▼]

Not every fit of anger is good. But some are not to be avoided either. And fits of anger have not all the same aetiology. The authors try to understand the various psychopathological and\or neuropsychological mechanisms that could explain anger whether in babies, children, teenagers or adults. Anger can arise from the feeling of being overwhelmed – coming by an overflow of the possibilities of management of the ego – (¬¬as a consequence of excessive intake of sensory or emotional information, of hypersensitivity…), from an unstable self-image (see-saw from a positive self-image to a negative one), from an overvalued self-image (narcissistic or megalomaniac personality) or from an undervalued self-image (depressive disorders), from a "Uneasiness in the Situation of Being Alone" (search for link), from great impulsiveness (15% of ADHD), from the incomprehension of the conversational partner (deficit of interpersonal perceptions); anger can also arise from projections (paranoid ones or others), from incomprehension (problems of intelligence, language, culture..) and\or from the refusal of the limits (well or inappropriately imposed, always the same ones or variable). Anger can sometimes be a warning sign of maltreatment disorder that has to be listened to. Considering these various mechanisms, it seems important to reflect on how to adapt punishments: corporal punishment? shaming? placing at a distance? restraining? isolation? task of repairing? … Their purpose must be to help the child to have better control of his/her behaviour and a better self-image. This reflection comes within the context of a psychotherapeutic approach with the parent’s cooperation and\or cooperation of the people in charge of the child. The added value of medication is also considered (methylphenidate, antidepressant, atypical antipsychotic drugs, mood stabilisers…). An appropriate treatment provides child as well as home environment with relief and so allows moving on to other problematic components of the situation in the psychotherapeutic approach. Toutes les colères ne sont pas bonnes. Mais toutes les colères ne sont pas non plus à éviter. Et toutes les colères n’ont pas les mêmes étiologies. Les auteurs cherchent à comprendre les différents mécanismes psychopathologiques et/ou neuropsychologiques qui pourraient sous-tendre les colères, que ce soit chez les bébés, les enfants, les adolescents ou les adultes. Les colères peuvent naître d’un débordement des possibilités de la gestion du moi (suite à un apport excessif d’informations sensorielles ou émotionnelles, d’une hypersensibilité,…), d’une image de soi instable (bascule d’une image positive vers une image négative de soi) ou sur-valorisée (trait de personnalité narcissique, trait mégalomaniaque), ou dévalorisée (image dépressive de soi), d’un "Mal-être en situation d’être seul" (recherche d’un lien), d’une grande impulsivité (15 % des ADHD…), d’une incompréhension de l’interlocuteur (déficit des perceptions intersubjectives), ou encore naître de projections (paranoïdes ou autres), de l’incompréhension (problème d’intelligence, de langue, de culture…) et/ou du refus des limites (bien ou mal posées, toujours les mêmes ou changeantes…). Et elles sont parfois un signal d’alarme de maltraitance qu’il faut aussi entendre. Face à ces différents mécanismes, il paraît important de réfléchir à comment ajuster les punitions: punition physique ? humiliation ? répression ? mise à distance? contention? isolement? tâche de réparation, de remise en lien ?… Elles chercheront à aider l’enfant à garder un meilleur contrôle de son comportement et une meilleure image de lui. Cette réflexion s’inscrit dans une approche psychothérapeutique avec la collaboration des parents et/ou des responsables de l’enfant. L’intérêt d’une médication ajoutée (méthylphénidate, antidépresseurs, antipsychotiques atypiques, régulateurs de l’humeur….) est également envisagé. Une prise en charge bien adaptée apporte alors un apaisement tant pour l’enfant que pour le milieu de vie et permet ensuite d’aborder en psychothérapie d’autres composantes problématiques de la situation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 60 (3 ULg)
Peer Reviewed
See detailLe "Mal-être en situation d'être seul" différencié de "l'Angoisse de séparation" : recherche sémiologique et élaboration conceptuelle
Scholl, Jean-Marc ULg; Philippe, Paule ULg

Poster (2007, January)

Une recherche sémiologique sur 170 enfants a individualisé : le "mal-être en situation d'être seul". Un malaise apparaît lorsque le sujet est seul. Voici son décours développementale. Certains bébés ... [more ▼]

Une recherche sémiologique sur 170 enfants a individualisé : le "mal-être en situation d'être seul". Un malaise apparaît lorsque le sujet est seul. Voici son décours développementale. Certains bébés réclament une présence physique pour s'endormir. Vers 2,5 ans, l'enfant connaît une séparation difficile lors des premiers jours d'école. Vers 5 ans, l'enfant n'aime pas jouer seul dans une pièce sans la présence d'une autre personne ou d'un animal, et s'il le fait, il cherche à savoir en permanence où se trouve l'adulte. À l'endormissement, l'enfant appelle souvent, sort de la chambre. La nuit, il voudrait rejoindre les parents. Vers 8 ans, il n'aura pas de difficultés à quitter la maison et à se séparer de ses parents pour aller jouer avec des copains du quartier, mais il sera beaucoup plus mal à l'aise si l'un de ses parents quitte momentanément la maison. Vers 9 ans, la symptomatologie se limite à celle retrouvée chez l'adulte : un sentiment vague de mal-être à l'endormissement. L'adulte a des difficultés à mettre des mots sur ce ressenti qui est sans représentation : du "vide" ou un "rien". Il cherche à retarder la mise au lit, à s'occuper au lit pour éviter ce ressenti, et à s'endormir rapidement de fatigue. L'adulte qui ressent ce "mal-être" en journée va le contrer par 4 moyens : 1. activités 2. apport sensoriel (radios ouvertes, TV), 3. remplir son "monde interne" par la lecture 4. un animal de compagnie. Le "mal-être en situation d'être seul" : A) Est à distinguer de l'angoisse de séparation B) Est corrélé à un retard d'apparition des repères temporels, non pas séquentiels ou notionnels, mais dans l'appréhension subjective du temps : "goûter anticipativement ce que dure un certain laps de temps" C) Il serait lié à un manque d'efficience d'un support neurophysiologique permettant l'évaluation de la longueur du temps : "la jauge interne d'évaluation anticipative du temps" D) Ceci expliquerait qu'il ne suffit pas à l'enfant d'avoir des représentations pour acquérir le sentiment subjectif d'une permanence mais qu'il faut y joindre ce "feeling" du temps E) Il est systématiquement présent dans la bipolarité sans en être pathognomonique. Il se retrouve à l'état isolé et dans d'autres entités nosologiques. A minima, il est une caractéristique de la personne. [less ▲]

Detailed reference viewed: 82 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMiroir interne déformant de l'image de soi : élaboration conceptuelle intégrant la clinique et les découvertes récentes des neurosciences
Scholl, Jean-Marc ULg; Philippe, Paule ULg

Poster (2007, January)

Neurosciences : Un réseau neuronal spécifiquement référé au "self" du sujet est mis en évidence en neuroimagerie (Ph Fossati). Il intervient pour se remémore des attributs référés au self. Ce réseau est ... [more ▼]

Neurosciences : Un réseau neuronal spécifiquement référé au "self" du sujet est mis en évidence en neuroimagerie (Ph Fossati). Il intervient pour se remémore des attributs référés au self. Ce réseau est différent de celui qui permet au sujet de donner des attributs à d'autres individus. Le réseau référé au self permet d'être en contact immédiat avec l'image et la connaissance de soi. De plus, le rappel mnésique des attributs positifs et négatifs référés au self met en jeu des réseaux neuronaux différents. Les attributs positifs référés au self activent la région préfrontale antéromédiane droite, les attributs négatifs référés au self la région préfrontale dorsolatérale droite. Le sujet sain active les deux réseaux de façon simultanée pour restituer une image de soi intégrée. Définition conceptuelle: Le "miroir interne" – distingué de l'objet qui lui est présenté – correspond¬ au réseau neuronal référé spécifiquement au self. Ce réseau accède à l'image de soi. S'il y a un dysfonctionnement du réseau référé au self, il restitue une image déformée de soi, et le "miroir interne" devient déformant. Le sujet associera son identité à cette image déformée. Clinique du «miroir interne déformant de l'image de soi» : Le regard de l'enfant sur lui-même lui renvoie une image plus négative que ce que ses interlocuteurs ne perçoivent de lui. Dès le départ, l'enfant a une mauvaise perception de lui-même. Lorsqu'un interlocuteur lui fait une remarque, l'enfant bascule dans une image déformée et bien plus négative que celle que ne lui prête l'interlocuteur. Un dysfonctionnement de ces réseaux déséquilibre la balance et ne fait apparaître "qu'une seule couleur" dans le "miroir interne" par une restitution mnésique univoque : ou des attributs positifs, ou des attributs négatifs. Une prépondérance de l'image négative évoque un terrain dépressif, des personnalités évitante ou dépendante. Une prépondérance de l'image positive évoque des personnalités narcissiques, une image mégalomaniaque. Un dysfonctionnement neuronal peut induire une labilité et une instabilité de cette image (borderline), ou, une bascule rapide en "on-off" d'images positives et négatives de soi (rencontrée en pédopsychiatrie). Une psychoéducation permet la prise de conscience de ce miroir interne déformant. [less ▲]

Detailed reference viewed: 57 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailL’aripiprazole chez les enfants de 5 à 12 ans : étude clinique. Indications, intérêt, posologie, effets secondaires
Scholl, Jean-Marc ULg; Philippe., Paule ULg

Poster (2007, January)

Introduction : Les antipsychotiques atypiques ont de tout autres propriétés que les neuroleptiques. Leurs indications comprennent de nombreux diagnostics "non psychotiques". Ils sont largement utilisés ... [more ▼]

Introduction : Les antipsychotiques atypiques ont de tout autres propriétés que les neuroleptiques. Leurs indications comprennent de nombreux diagnostics "non psychotiques". Ils sont largement utilisés chez les enfants. L'aripiprazole est le dernier venu des antipsychotiques atypiques et il est le premier agoniste partiel dopaminergique et sérotoninergique. Il a des propriétés originales dont les effets sont peu connus chez les enfants. Objectifs : Évaluer l'efficacité de l'aripiprazole selon les diagnostics, les posologies utiles et les effets secondaires dans un suivi de cohorte. Méthode : Étude transversale descriptive de 37 enfants, 25 garçons et 12 filles, âgés de 5 à 12 ans (moy: 8 ans 7 mois), suivis dans 2 Services de Santé Mentale. Les diagnostics sont établis selon: 1. le DSM IV et 2. les critères des Troubles de la Régulation des stimuli sensoriels de la « Classification des Diagnostics des Troubles de la Santé Mentale et du Développement de la Petite Enfance, (DC:0-3R, 2005) ». Une attention particulière est portée au diagnostic des comorbidités. Les posologies et effets secondaires sont évalués dans un suivi longitudinal de 8 mois en moy. par enfant. Résultats : L'aripiprazole est efficace dans les : états paranoïdes (14), autres projections psychotiques (10), symptômes négatifs (12), la bipolarité (25), les colères en "on-off" (18), les troubles de la régulation (21), l'autisme (3), le somnambulisme (2). Posologie thérapeutique : 1,0 mg/10 kilos (min. 0,8 et max 1,8 mg), 1 prise/j. Effets secondaires : nausées entre le Ier et le 10e jour (6), somnolence importante (2), augmentation de la sensibilité des perceptions durant les 4 premières semaines de traitement (4), accroissement de l'agressivité avec sentiments de persécution (2), épisodes de palpitations avec tachycardie (2). Arrêt du traitement : 2 arrêts pour somnolence importante non dose-dépendante (une enfant a une immaturité neurologique et l'autre une leucomalacie périventriculaire avec épilepsie), 2 autres arrêts pour accroissement de l'agressivité, et un 5e arrêt suite à des palpitations et tachycardie (examens cardiologiques normaux). L'association aripiprazole-méthylphénidate est très bien tolérée et apporte un bénéfice additif lorsque l'enfant présente en comorbidité un AD et/ou HD (26). [less ▲]

Detailed reference viewed: 814 (4 ULg)
Peer Reviewed
See detailL'utilité de l'association aripiprazole-méthylphénidate en pédopsychiatrie, selon les diagnostics
Scholl, Jean-Marc ULg; Philippe, Paule ULg

Poster (2007, January)

Introduction : En pédopsychiatrie, les enfants présentent souvent des comorbidités. L'AD et/ou HD peut être associée à tous les diagnostics de la nosographie. Une diversité de diagnostics répond aux ... [more ▼]

Introduction : En pédopsychiatrie, les enfants présentent souvent des comorbidités. L'AD et/ou HD peut être associée à tous les diagnostics de la nosographie. Une diversité de diagnostics répond aux antipsychotiques atypiques et l'ADHD répond au méthylphénidate. Par contre, il n'existe aucune étude qui analyse l'effet simultané d'aripiprazole-méthylphénidate chez l'enfant. Objectifs : Établir le diagnostic des comorbidités chez les enfants et évaluer dans un suivi de cohorte : l'efficacité de l'association aripiprazole-méthylphénidate, les posologies et les effets secondaires. Méthode : Établissement des diagnostics des comorbidités chez 31 enfants, 22 garçons et 9 filles, de 5 à 12 ans (moy: 9,1 ans), suivis dans 2 Services de Santé Mentale. Les diagnostics sont établis selon: le DSM IV et les critères des Troubles de la Régulation des stimuli sensoriels de la « Classification des Diagnostics des Troubles de la Santé Mentale et du Développement de la Petite Enfance, DC:0-3R », 2005. Les posologies et effets secondaires sont évalués dans un suivi longitudinal de 8 mois en moy/enfant. Résultats : Comorbidités : ADHD (31) [AD (4), HD (2), mixte (25)], états paranoïdes (11), autres projections psychotiques (10), symptômes négatifs (10), bipolarité (25) [maniaque (10), mixte (13), dépressif (2)], colères en "on-off" (18), troubles de la régulation (17), autisme (2), somnambulisme (1). Aripiprazole-méthylphénidate est efficace dans l'ensemble de ces diagnostics. L'aripiprazole est efficace dans les Troubles de la Régulation ; ceci est une nouvelle indication thérapeutique. Posologie. Aripiprazole : 1,0 mg/10 kilos (min 0,8 et max 1,8 mg), 1 prise/j. Méthylphénidate : 7 mg/10 kilos/j (min 5 et max 10 mg). Arrêt de l'aripiprazole : 2 arrêts pour accroissement de l'agressivité, 1 arrêt pour augmentation de la sensibilité des perceptions avec peurs. Arrêt du méthylphénidate : 1 arrêt pour coliques abdominales. Arrêt du méthylphénidate et de l'aripiprazole : aripiprazole suite à une somnolence importante non dose dépendante et méthylphénidate suite à un accroissement de l'excitabilité non dose dépendante chez 1 enfant. Conclusion : L'association aripiprazole-méthylphénidate est très bien tolérée, avec un bénéfice additif lorsque l'enfant présente en comorbidité un AD et/ou HD (26). [less ▲]

Detailed reference viewed: 137 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailVignette clinique illustrant la sémiologie neurophysiologie des Troubles de la Régulation
Philippe, Paule ULg; Scholl, Jean-Marc ULg

Poster (2006, January)

En complément de « la clinique de la neurophysiologie » exposée par le Dr Scholl, différentes situations rencontrées en consultations seront présentées pour donner un tableau clinique de quelques enfants ... [more ▼]

En complément de « la clinique de la neurophysiologie » exposée par le Dr Scholl, différentes situations rencontrées en consultations seront présentées pour donner un tableau clinique de quelques enfants à agés de 3 à 7 ans. Ensuite, à partir de la Classification diagnostique « Zero to three », la symptomatologie décrite sera revue à la recherche d'éventuels troubles de la régulation. Notre objectif est d'y montrer l'existence de signes cliniques propres à des dysfonctionnements neurophysiologiques. Cette démarche jette un nouveau regard sur les situations cliniques ; elle permet aussi - selon notre expérience - une meilleure prise en compte de toutes les réalités de l'enfant et de ses parents dans une perspective thérapeutique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 60 (3 ULg)