References of "Nasi, Robert"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailImprove the characterization of tropical forests to improve management: policy brief
Gourlet-Fleury, Sylvie; Aleman, Julie; Bayol, Nicolas et al

Report (2014)

CoForChange has shown that management plans based on timber stock recovery are not enough to ensure the sustainability of these production forests. The variability of forest characteristics and their ... [more ▼]

CoForChange has shown that management plans based on timber stock recovery are not enough to ensure the sustainability of these production forests. The variability of forest characteristics and their different responses to disturbance should be considered in management decisions. [less ▲]

Detailed reference viewed: 54 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPhénologie et diamètre de fructification du wengé, Millettia laurentii De Wild : implications pour la gestion
Menga, Pisco; Nasi, Robert; Bayol, Nicolas et al

in Bois et Forêts des Tropiques (2012), 312(2), 31-41

L'étude fait partie d'un effort de caractérisation de l'autoécologie du wengé, Millettia laurentii De Wild., une essence majeure de la filière bois en République démocratique du Congo (Rdc). Dans cet ... [more ▼]

L'étude fait partie d'un effort de caractérisation de l'autoécologie du wengé, Millettia laurentii De Wild., une essence majeure de la filière bois en République démocratique du Congo (Rdc). Dans cet article sont présentés les éléments relatifs à la phénologie foliaire et reproductrice de l'espèce et les implications de ces résultats pour la gestion. La phénologie de 774 arbres, répartis dans trois concessions d'exploitation forestière de la Société de développement forestier (SODEFOR) dans la région de Mai-Ndombe (258 arbres par site) a été suivie mensuellement pendant 15 mois. Millettia laurentii présente une phénologie foliaire et reproductrice fortement saisonnière. La chute des feuilles et l'apparition des nouvelles feuilles se produisent deux fois par an, respectivement pendant les saisons sèches et au début des saisons pluvieuses. La phénologie reproductrice (floraison et fructification) présente également une forte saisonnalité, avec cependant des différences entre sites. La floraison se produit au début des saisons pluvieuses en même temps que l'apparition des feuilles. La maturité complète avec possibilité de récolte des semences (éclatement de gousses) a lieu durant l'intersaison (fin de la saison sèche et début de la saison pluvieuse). Le type de floraison est majoritairement annuel. Les individus fleurissent par groupe, mais chaque groupe ne fleurit qu'une fois par an. Toutefois, en dehors des pics s'observent des événements de floraison et de fructification occasionnels, en particulier dans le site le plus arrosé et le moins saisonnier. Millettia laurentii est une espèce à fructification précoce. Le diamètre minimal de fertilité est inférieur ou égal à 10 cm mais l'efficacité de la fructification dépend néanmoins du diamètre et du statut social des arbres. Le diamètre minimum d'exploitation (Dme) en vigueur en Rdc (60 cm) est supérieur au diamètre de fructification régulière (Dfr) qui se situe entre 40-50 cm, ce qui est nécessaire pour le maintien de semenciers dans les peuplements après le passage en exploitation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 86 (19 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGestion de la faune dans les concessions forestières d’Afrique centrale : vers une approche pragmatique des recensements
Marechal, Corinne ULg; Nasi, Robert; Bastin, Didier

in Bois et Forêts des Tropiques (2012), 311(1), 75-84

Depuis la Convention de Rio (1992), la gestion durable des forêts est devenue un enjeu majeur dans le bassin du Congo. Cette thématique s’est traduite notamment par une révision des législations ... [more ▼]

Depuis la Convention de Rio (1992), la gestion durable des forêts est devenue un enjeu majeur dans le bassin du Congo. Cette thématique s’est traduite notamment par une révision des législations forestières de la plupart des pays de la sous-région dans le sens d’une meilleure prise en compte de la biodiversité. Les espèces animales sont particulièrement concernées puisque, désormais, les plans d’aménagement des concessions forestières doivent obligatoirement inclure un volet ayant trait à la faune sauvage. Par ailleurs, la certification forestière qui s’impose progressivement dans la sous-région constitue un autre outil de promotion de l’aménagement forestier durable, y compris pour la faune. En vue de cet objectif, tous les systèmes actuellement appliqués dans les forêts en voie de certification soumettent les exploitants à des exigences de gestion particulières en matière de faune. Or la connaissance de l’état des populations animales en présence est un prérequis indispensable à la planification de la gestion de cette ressource. C’est pourquoi, depuis quelques années, les recensements des grands et moyens mammifères se multiplient dans les forêts de production en cours d’aménagement. L’article fait le bilan critique es méthodes de comptage appliquées jusqu’à présent dans le contexte de l’aménagement forestier. Il soulève les nombreux inconvénients auxquels se heurtent les pratiques actuelles et s’interroge sur leur pertinence dans une perspective de suivi et de gestion du potentiel faunique des forêts exploitées. [less ▲]

Detailed reference viewed: 87 (13 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDetecting large-scale diversity patterns in tropical trees: can we trust commercial forest inventories?
Réjou-Méchain, Maxime; Fayolle, Adeline ULg; Nasi, Robert et al

in Forest Ecology & Management (2011), 261(2), 187-194

In this paper we seek to identify the floristic determination biases contained in large-scale commercial inventories conducted by logging companies and to determine whether this impacts on the observed ... [more ▼]

In this paper we seek to identify the floristic determination biases contained in large-scale commercial inventories conducted by logging companies and to determine whether this impacts on the observed patterns of alpha and beta diversity. The study focused on floristic data recently collected by industrial timber companies in the tropical forests of the Central African Republic (28,229 0.5-ha plots spread over 14,000km2). A subset of these plots (n = 1107) was later re-sampled for controlling purposes by experienced botanists. The proportion of agreement between the two samplings was assessed for each species and independently for small and large trees, and at genus and family resolutions. Unsurprisingly, large trees and common species were more accurately identified than small trees and rare species. We found that the quality of the floristic determination increased slightly from species to families. We also detected a significant variation between concessions in the quality of the floristic determination that was more dependent on working conditions during forest inventories than on field workers. Contrary to a widespread belief, we did not find a strong bias toward commercial species, showing that commercial inventory data could also be valid for non-commercial species in ecological studies. Finally, we found that both alpha and beta diversity patterns in commercial inventories were highly consistent with those of the re-sampled inventory. This latter result shows that commercial inventories are well suited to detect large-scale patterns of floristic variation. Large-scale commercial inventories could thus play an important role in the identification of large-scale patterns in tropical tree diversity. This could enhance our ability to manage tropical forests by designing representative reserve networks and developing management plans that integrate diversity patterns at the landscape scale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 61 (26 ULg)