References of "Lisein, Olivier"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailStimulants organisationnels et RH de l’intrapreneuriat. Analyse des enjeux en petites et moyennes entreprises
Lisein, Olivier ULg; De Zanet, Fabrice ULg

in Revue Française de Gestion (2013), 39(233), 141-160

Although the intrapreneurship is recognized as a potential vector for strategic innovation for businesses that are capable of taking advantage of it, the factors that might favor intrapreneurial behaviors ... [more ▼]

Although the intrapreneurship is recognized as a potential vector for strategic innovation for businesses that are capable of taking advantage of it, the factors that might favor intrapreneurial behaviors on the part of employees remain relatively unknown as of today, especially in SMEs. Our proposal is intended to be a response to this situation. Based on the results of an empirical research carried out in 12 SMEs, our article examines the effect of three key variables on the intrapreneurship stimulation: the organizational design, the managers’ leadership, and the HRM practices. [less ▲]

Detailed reference viewed: 64 (26 ULg)
Full Text
See detailPolitique de communication d’un service de police modernisé: défis, enjeux et impacts sur l’identification organisationnelle des membres du personnel
Lisein, Olivier ULg; Rondeaux, Giseline ULg

Conference (2013, March)

Dans une société où les notions de marketing, d’image et de réputation sont devenues des impératifs pour toutes les organisations, quels que soient leur forme, leur statut et leurs activités, la parfaite ... [more ▼]

Dans une société où les notions de marketing, d’image et de réputation sont devenues des impératifs pour toutes les organisations, quels que soient leur forme, leur statut et leurs activités, la parfaite maitrise et la gestion efficiente des pratiques de communication externe sont devenues des enjeux fondamentaux. Nombreux sont ainsi les ouvrages qui s’intéressent à cette question et qui regorgent de « bonnes pratiques » à mettre en œuvre en la matière, même si certaines d’entre elles s’apparentent parfois à des raccourcis ne prenant en compte qu’une vision partielle de la problématique et de ses enjeux. Ainsi, la focalisation de plus en plus prononcée sur les impératifs de communication externe tend régulièrement à sous-estimer, voire à oublier deux conséquences clés des pratiques en question au niveau organisationnel : d’une part, les nécessaires articulation et cohérence entre la communication externe et la communication interne ; d’autre part, les « retombées » des actions de communication externe auprès du personnel, notamment en termes d’identification organisationnelle. Cheney et Christensen (2004) partagent cette opinion et plaident pour que chercheurs et praticiens cessent de concevoir la communication institutionnelle au travers de deux champs distincts et séparés : un qui serait tourné vers l’« extérieur » de l’organisation ; un autre focalisé vers l’« intérieur » et le personnel de l’institution. L’évolution de l’environnement sociétal, l’accroissement des politiques de communication ainsi que l’interdépendance qui existe entre l’image externe recherchée par l’organisation et le vécu interne des membres du personnel sont autant d’arguments que mettent en avant ces auteurs pour justifier les nécessaires cohérence et intégration des pratiques de communication. Un consensus semble d’ailleurs émerger depuis lors dans la littérature spécialisée sur la relation qui unit les pratiques de communication externe et interne (D’Almeida et Libaert, 2007 ; Devirieux, 2007), qui doivent désormais être vues comme deux composantes complémentaires d’une stratégie de communication globale et intégrée (Libaert, 2005 ; Boistel, 2007). Ceci est d’autant plus vrai que, comme le soulignent D’Almeida et Libaert (2007, p.13), « les publics auxquels les entreprises s’adressent sont de moins en moins étanches : il y a entre eux un nombre croissant d’interactions et de convergences. Un salarié est un vecteur de l’image de son entreprise, il est aussi un consommateur, un citoyen (…). Les messages développés auprès des différents publics doivent donc être cohérents et non pas contradictoires. La cohérence de la communication est donc une des conditions de sa crédibilité ». Le secteur public en général, et les services de police en particulier, n’échappent pas à cette tendance. Soumis à une pression médiatique de plus en plus forte (Jones, 2007) ainsi qu’à l’obligation de rendre des comptes à leurs stakeholders – autorités de tutelle, pouvoirs politiques, parquets, partenaires, citoyens, etc. – sur leurs activités et sur la « performance » des actions policières (Collier et al., 2004), dans la lignée des impératifs de transparence et d’ouverture des services publics voulus par le New Public Management (Gruening, 2001 ; Butterfield et al., 2005 ; Andersson et Tengblad, 2009), les services de police sont tenus de renforcer et de professionnaliser leur stratégie de communication, laquelle est par ailleurs d’une nature intrinsèquement hétérogène, complexe, et soumise à de multiples exigences (Lemieux, 2005 ; McGovern, 2005 ; Weitzer et Tush, 2005 ; Camerati, 2006 ; Gelders et al., 2007 ; Bradford et al., 2009). Les services de police sont ainsi invités à quitter les logiques de confidentialité et de discrétion qui leur sont souvent reprochées, à s’ouvrir davantage vers l’extérieur et à s’adapter aux impératifs de la société contemporaine en termes de communication. Les défis sont multiples : légitimer leur existence, expliquer leur raison d’être et leur logique d’action, justifier les actions entreprises, renforcer la confiance de la population ou encore favoriser les attitudes et les appréciations positives des citoyens à leur égard. Les bénéfices attendus de telles actions d’ouverture – notamment envers la presse et les médias – sont exposés dans la littérature spécialisée sur la communication policière (voir entre autres Motschall et Cao, 2002 ; Karchmer, 2002 ; Leishman et Mason, 2003 ; Jones, 2007), qui évoque entre autres une information et une couverture plus positives de la police et de ses actions, ce qui assurera à terme une meilleure image de celle-ci auprès de la population ainsi qu’une plus grande facilité à faire adhérer les citoyens à la réalisation des buts poursuivis par les services de police (Weitzer et Tuch, 2005 ; Bradford et al., 2009). Une stratégie de communication externe pertinente ne serait en outre pas sans conséquence au niveau interne. En effet, si la communication à destination des membres du personnel constitue un excellent moyen de faciliter l’identification organisationnelle de ceux-ci (Chreim, 2001) et d’ainsi favoriser une convergence entre les objectifs individuels et les buts organisationnels, la perception qu’a l’environnement extérieur du prestige de la fonction et de la légitimité de l’institution semble également jouer un rôle important en la matière. Mignonac et al. (2006) mettent ainsi en évidence les effets interactifs du prestige externe perçu et du besoin d’identification organisationnelle. C’est également le propos de Smidts et al. (2001), qui identifient une corrélation positive entre la communication interne, le prestige externe perçu par les membres de l’organisation et leur degré d’identification organisationnelle. Ce concept de « Perceived External Prestige », que Dutton et al. (1994) appellent également l’image externe construite, et qui peut être défini comme la perception des employés sur la manière dont le monde extérieur voit leur organisation (Bartels et al., 2007) ou comme « how an employee thinks outsiders view his or her organization » (Smidts et al., 2001, p.1052), est vu comme une donnée explicative de l’attachement que tout un chacun peut avoir à l’organisation qui l’emploie. Cette question a notamment fait l’objet de recherches ciblées au niveau des services de police et de l’identification des policiers à leur institution. Yim et Schafer (2009), par exemple, étudient la façon dont des policiers américains perçoivent l’image qu’ils donnent d’eux à la population et les retombées qui en résultent sur leur satisfaction au travail et sur leur attachement à l’institution policière. Partant des travaux antérieurs de Cao et al. (1998), de Fosam et al. (1998) et de Lim et al. (2000), ils posent l’hypothèse que « officers’perceived job image, that is, of how they think they are seen by the public, affects work-related attitudes, such as job satisfaction » (Yim et Schafer, 2009, p.19). Et ces auteurs de postuler par extension que ces résultats influent également sur l’efficacité des policiers et des services de police dans les missions qui leur sont attribuées. Les résultats de ces recherches laissent par conséquent sous-entendre l’importance du développement de stratégies de communication adaptées, tant leurs effets sont susceptibles de se faire ressentir directement – notamment au niveau externe, sur l’image et la légitimité de l’institution policière – mais aussi indirectement – en interne, à travers le processus d’identification organisationnelle des membres du personnel (Williams, 2002 ; Yim et Schafer, 2009). Cette approche ne donnera toutefois les effets attendus que si elle est développée et mise en œuvre en respectant les impératifs de cohérence susmentionnés. Des incohérences entre les actions de communication interne et externe, des incohérences entre les images projetées vers l’extérieur et les réalités vécues au quotidien en interne ou encore des incohérences entre les actions de communication et les pratiques effectives de management du personnel ne pourront en effet que se traduire par un manque de crédibilité des messages véhiculés et risquer d’engendrer un désabusement ou une perte de motivation de la part des salariés dans l’exercice de leur fonction (Dutton et Dukerich, 1991 ; Dutton et al., 1994 ; Smidts et al., 2001 ; Bartels et al., 2007). Tel est le contexte général de notre proposition de communication, où nous cherchons plus particulièrement à mettre ces tendances à l’épreuve des faits. Pour ce faire, nous nous appuyons sur les résultats d’une étude empirique qui nous a conduits à nous immerger pendant plus d’un an dans les services de la police fédérale belge et à y analyser les pratiques de communication à l’œuvre. Cette recherche était articulée autour de quatre axes de travail complémentaires : 1) une analyse de la littérature sur les pratiques de communication des services de police, leurs enjeux, leurs difficultés, et les solutions émergentes en la matière ; 2) une analyse de la vision qu’ont les membres de la police fédérale des pratiques de communication de l’institution (étude quantitative menée auprès d’un échantillon de 2000 personnes – 790 questionnaires valides reçus, soit un taux de réponse de 39,5%) ; 3) une analyse des pratiques de communication externe, appréhendée à partir de la perception qu’en ont trois types de partenaires usuels des services de police : les autorités de tutelle et les pouvoirs publics, les autorités judiciaires ainsi que les médias et les journalistes de presse (étude qualitative menée sous la forme d’entretiens semi-directifs auprès de 10 représentants d’autorités institutionnelles et 17 journalistes de presse, tous médias confondus) ; 4) une analyse transversale de nos résultats nous ayant conduits à l’élaboration de différentes recommandations en matière de communication, adaptées selon différents facteurs contextuels et intégrées dans une approche managériale réfléchie en ce sens. Ces résultats, issus d’une double démarche de recherche qualitative et quantitative, seront mobilisés dans le cadre de notre contribution pour souligner les impératifs de cohérence et d’articulation des pratiques de communication interne et externe. Au travers de l’analyse croisée de la perception qu’ont les différentes parties prenantes internes et externes de la police fédérale des pratiques de communication de l’institution, nous mettrons en évidence les distorsions auxquelles les incohérences relevées conduisent et les impacts que ce défaut d’articulation communication interne – communication externe présente en termes de crédibilité des messages, d’identification organisationnelle et de gestion du personnel. Données empiriques à l’appui, nous mettrons en exergue l’importance de développer une politique de communication qui soit intégrée et réfléchie de manière globale. Nous soulignerons également le nécessaire équilibre à trouver dans les pratiques de communication, afin d’éviter de porter l’accent sur l’une des deux sphères (interne ou externe) au détriment de l’autre. Un déséquilibre dans les pratiques de communication et/ou une articulation insuffisante entre les deux sphères conduira en effet vraisemblablement l’organisation à différentes formes de dysfonctionnements, que nous qualifions respectivement au travers des vocables de « narcissisme », « hyper-marketing » et « cacophonie ». Nous dégagerons finalement sur cette base quelques principes cruciaux en matière de communication institutionnelle et de gestion des ressources humaines, nous amenant à proposer des pistes de réflexion tournées vers la mise en œuvre d’une stratégie de communication intégrée et polyphonique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 126 (27 ULg)
See detailPerformance Effects of Administrative Innovations in US State Governments: A Preliminary Report on IT Management Arrangements for e-Government Success
Markus, M. Lynne; Bui, Quang Neo; Jacobson, Dax D. et al

Scientific conference (2013, January)

The success of e-government is believed to depend in part on the organizational and institutional arrangements that governments enact for the management of their IT resources. This paper develops the ... [more ▼]

The success of e-government is believed to depend in part on the organizational and institutional arrangements that governments enact for the management of their IT resources. This paper develops the conceptualization of IT management arrangements by considering possible interactions between two dimensions — 1) the organization of IT activities and 2) the control over decisions about IT activities (also known as governance) — for each of two categories of IT activities — IT projects (such as website development) and IT services (such as the operation of networks). In addition, the paper provides preliminary empirical evidence obtained from applying this expanded conceptualization in the context of American state governments. Many states appear to employ centralization of IT activities to offset decentralization of IT control and vice versa. Consequently, neither dimension alone provides a good characterization of governmental IT management arrangements. These findings have the potential to enhance our understanding of the barriers to, and enablers of, e-government success. [less ▲]

Detailed reference viewed: 30 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailOrganizational and Institutional Arrangements for e-Government : A Preliminary Report on Contemporary IT Management Approaches in US State Governments
Markus, M. Lynne; Jacobson, Dax D.; Bui, Quang Neo et al

E-print/Working paper (2012)

The success of e-government is believed to depend in part on the organizational and institutional arrangements that governments enact for the management of their IT resources. This paper develops the ... [more ▼]

The success of e-government is believed to depend in part on the organizational and institutional arrangements that governments enact for the management of their IT resources. This paper develops the conceptualization of IT management arrangements by considering possible interactions between two dimensions — 1) the organization of IT activities and 2) control over decisions about IT activities (also known as governance) — for each of two categories of IT activities — 1) IT projects (such as website development) and 2) IT services (such as the operation of networks). In addition, the paper provides preliminary empirical evidence obtained from applying this expanded conceptualization in the context of American state governments. Many states appear to employ centralization of IT activities to offset decentralization of IT control and vice versa. Consequently, neither dimension alone provides a good characterization of governmental IT management arrangements. These findings have the potential to enhance our understanding of the barriers to, and enablers of, e-government success. [less ▲]

Detailed reference viewed: 56 (23 ULg)
See detailThe 'Art of the States' Research Project: Performance Effects of Administrative Innovations in US State Governments
Markus, M. Lynne; Bui, Quang Neo; Jacobson, Dax D. et al

Poster (2012, September)

Detailed reference viewed: 50 (14 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailComprendre les pratiques d’entreprises en matière d’intrapreneuriat. Une proposition de caractérisation
Lisein, Olivier ULg; Degré, Julie ULg

in Revue Internationale P.M.E. (2012), 24(2), 167-210

Although it is recognized as a potential vector for strategic innovation for businesses that are capable of taking advantage of it, the concept of intrapreneurship remains relatively unknown. Few of its ... [more ▼]

Although it is recognized as a potential vector for strategic innovation for businesses that are capable of taking advantage of it, the concept of intrapreneurship remains relatively unknown. Few of its constitutive elements have been empirically validated as of today – including intrapreneurial mechanisms targeted by businesses as well as factors that might favour an intrapreneurial behaviour on the part of employees. Our study is intended to be a response to this lack of validation, as we propose an empirical exploration of business practices as regards the way they mobilize the basis of intrapreneurship in their strategy. More precisely, our proposal, which has been carried out on the basis of an analysis of 17 case studies of businesses known to use intrapreneurship, is intended to examine the intrinsic nature of intrapreneurial strategies developed by businesses through different key dimensions. These have been generated by abduction, and will allow us to characterize contrasting approaches of the concept of intrapreneurship within businesses, following which we will propose a taxonomy based on an innovative set of reading categories. [less ▲]

Detailed reference viewed: 108 (34 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEnjeux des pôles de compétitivité: une réponse par le développement de pratiques de gouvernance appropriées
Lisein, Olivier ULg; Rondeaux, Giseline ULg

Conference (2011, October)

Les réseaux d’innovation, pôles de compétitivité et autres clusters d’entreprises constituent un terrain de recherche particulièrement prisé ces derniers temps, dans le prolongement notamment des ... [more ▼]

Les réseaux d’innovation, pôles de compétitivité et autres clusters d’entreprises constituent un terrain de recherche particulièrement prisé ces derniers temps, dans le prolongement notamment des nombreuses initiatives politiques visant à encourager ces formes de regroupements territorialisés d’organisations pour soutenir l’entrepreneuriat, l’innovation et le développement économique local. Entre autres thématiques d'études, la question des pratiques de gouvernance à mettre en œuvre au sein de ces structures réticulaires constitue un enjeu central, qui appelle le développement de travaux analytiques dédiés et l'apport de recommandations managériales appropriées. La réalisation d'une recherche exploratoire axée sur la compréhension des modes de gestion et de fonctionnement des pôles de compétitivité promus en Belgique dans le cadre du Plan Marshall – initiative mise en œuvre par les pouvoirs politiques pour accentuer le développement économique de la Région Wallonie-Bruxelles – s'inscrit dans ce cadre. Elle nous permet de mettre en évidence plusieurs pratiques clés en matière de gouvernance des pôles de compétitivité. Nous les articulons autour de six axes, qui constituent autant de défis majeurs de la gestion et du pilotage de cette forme de groupement territorialisé d'organisations : (1) composer le partenariat de sorte à constituer un réel réseau d’innovation ; (2) développer un objectif commun partagé à travers une fédération des intérêts des parties prenantes ; (3) favoriser l’implication et la collaboration effectives des différentes catégories d’acteurs ; (4) adopter un modèle de coordination évolutif et partagé par les parties ; (5) assurer le monitoring du réseau ; (6) pérenniser le réseau au delà des périodes couvertes par les financements publics initiaux. Sans pour autant être des « key succes factors » immuables, les pratiques de gouvernance que nous mettons en exergue au travers de ces six axes offrent différents éléments de réflexion utiles aux gestionnaires de projets amenés à coordonner tout ou partie des activités d’un pôle de compétitivité, tout en proposant par ailleurs des éléments de réponses aux appels de la communauté scientifique soucieuse de voir se développer les recherches permettant d’appréhender plus finement les pratiques de gouvernance à l’œuvre au sein des réseaux d'innovation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 49 (16 ULg)
See detailAssessing IT Innovations in US State Governments: a research framework
Markus, M. Lynne; Bui, Quang Neo; Jacobson, Dax D. et al

Poster (2011, August)

Detailed reference viewed: 38 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa gouvernance des pôles de compétitivité vue sous le prisme de la fonction de coordination
Lisein, Olivier ULg

E-print/Working paper (2011)

En forte croissance ces dernières années, l’intérêt du milieu académique pour les réseaux d’innovation aborde sous des angles divers les différents enjeux que soulève cette forme de regroupement ... [more ▼]

En forte croissance ces dernières années, l’intérêt du milieu académique pour les réseaux d’innovation aborde sous des angles divers les différents enjeux que soulève cette forme de regroupement d’organisations et de structure partenariale. Dans ce cadre, notre contribution entend plus spécifiquement interroger la question de la gouvernance – et de la coordination des activités qui y sont menées – en vigueur au sein d’une forme particulière de réseaux inter-organisationnels : les pôles de compétitivité. La gouvernance de ce type de réseaux d’innovation réunissant des catégories d’acteurs hétérogènes mus par des intérêts contrastés, les formes qu’elle est concrètement susceptible de prendre dans les faits, les difficultés qu’elle soulève au quotidien ainsi que les dynamiques qu’elle engendre en termes de synergies collaboratives constituent autant de champs de recherche en pleine émergence que nous entendons compléter par l’examen d’une question centrale dans le succès de ce type d’initiatives : les rôles et missions qu’y joue la fonction de coordination. En ce sens, nous questionnons l’importance du rôle de la fonction de coordination dans la gestion des relations entre acteurs, dans la conciliation de leurs intérêts ainsi que dans l’élaboration d’une vision stratégique commune et partagée pour le partenariat. Ce faisant, nous entendons examiner le côté « tercéisant » des initiatives mises en place en la matière, à savoir le processus de réflexivité et de déplacement identitaire qu’insuffle la fonction de coordination au niveau du réseau pour permettre l’institutionnalisation de nouvelles pratiques collaboratives et arriver à la satisfaction conjointe des intérêts respectifs des différents partenaires. Outre un apport analytique basé sur l’examen de trois études de cas, notre réflexion entend également suggérer différentes recommandations quant aux dynamiques de gouvernance à privilégier dans le cadre des projets des pôles de compétitivité et aux tâches effectives de gestion et de coordination à y assurer pour en favoriser le succès. [less ▲]

Detailed reference viewed: 42 (12 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailRegard sur la gouvernance des pôles de compétitivité: modes de coordination, pratiques de tercéisation et respect de l’intérêt collectif
Lisein, Olivier ULg

E-print/Working paper (2010)

En forte croissance ces dernières années, l’intérêt du milieu académique pour les pôles de compétitivité aborde sous des angles divers les enjeux que représente cette nouvelle forme de regroupement ... [more ▼]

En forte croissance ces dernières années, l’intérêt du milieu académique pour les pôles de compétitivité aborde sous des angles divers les enjeux que représente cette nouvelle forme de regroupement territorialisé d’organisations. En particulier, la gouvernance de ce type de réseaux d’innovation réunissant des catégories d’acteurs hétérogènes, les formes qu’elle est concrètement susceptible de prendre dans les faits, les difficultés qu’elle soulève au quotidien ainsi que les dynamiques qu’elle engendre en termes de synergies collaboratives constituent des champs de recherche en pleine émergence, renforcés par la pression des pouvoirs publics qui attendent des pôles de compétitivité qu’ils gèrent au mieux les ressources financières qui leur sont octroyées et veillent à rentabiliser celles-ci dans l’intérêt de la collectivité. Dans ce cadre, notre contribution entend plus particulièrement interroger la question de la coordination de cette forme de partenariats inter-organisationnels que sont les pôles de compétitivité et cerner les dynamiques à l’œuvre dans ce type de structure collaborative. En dépassant le stade d’une fonction de coordination placée sous la seule responsabilité des « porteurs de projets », nous nous intéressons aux efforts que consentent les parties prenantes – internes et externes – des pôles de compétitivité pour arriver à la satisfaction conjointe de leurs intérêts respectifs. En ce sens, nous questionnons l’éventuel « déplacement identitaire » qu’opèrent les acteurs pour favoriser le succès des pôles et des projets qui y sont développés ainsi que l’influence que revêt dans ce cadre la fonction de coordination du réseau. Renvoyant au concept de « tercéisation », qui illustre le processus de réflexivité et de réflectivité qu’opèrent les acteurs pour concevoir et institutionnaliser de nouvelles pratiques, ces dynamiques sont étudiées au cours de notre propos à la lumière des enseignements tirés des pôles de compétitivité promus en Belgique dans le cadre du Plan Marshall, initiative mise en œuvre par le Gouvernement de la Région Wallonie-Bruxelles pour renforcer les processus d’innovation des entreprises et le développement économique de la Région. [less ▲]

Detailed reference viewed: 69 (11 ULg)
See detailUnderstanding the way businesses consider ICT challenges and issues: from strategy formulation to its concrete implementation
Lisein, Olivier ULg

Scientific conference (2010, September)

Based on more than twenty case studies of companies coming from four contrasted sectors in terms of ICT penetration, our speech questions the positioning firms adopt concerning the development of an e ... [more ▼]

Based on more than twenty case studies of companies coming from four contrasted sectors in terms of ICT penetration, our speech questions the positioning firms adopt concerning the development of an e-business/e-commerce strategy and the influence specific factors may have in this context: the transactions attributes, the business strategy, the trust problematic and the legal framework surrounding the electronic commerce. Studied through a transdisciplinary perspective, these variables allow us to understand the “risk taking rate” companies are ready to bear in the development of an e-commerce strategy as well as to highlight and explain contrasting e-commerce approaches between companies, among others in terms of online offers extended and potential use of protection mechanisms. [less ▲]

Detailed reference viewed: 37 (12 ULg)
See detailICT Challenges in Belgian Businesses: an overview
Lisein, Olivier ULg

Poster (2010, August)

Detailed reference viewed: 33 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailVers une grille de lecture des pratiques d’entreprises en matière d’intrapreneuriat
Lisein, Olivier ULg; Degré, Julie ULg

Conference (2010, March)

Alors qu’il est reconnu comme étant un vecteur potentiel d’innovations stratégiques pour les entreprises capables de s’en saisir, et qu’il est d’ailleurs à cette fin fortement valorisé par certaines ... [more ▼]

Alors qu’il est reconnu comme étant un vecteur potentiel d’innovations stratégiques pour les entreprises capables de s’en saisir, et qu’il est d’ailleurs à cette fin fortement valorisé par certaines firmes, l’intrapreneuriat reste encore un concept relativement méconnu. Peu de choses semblent aujourd’hui validées empiriquement dans la littérature sur ses éléments constitutifs, sur les dispositifs intrapreneuriaux ciblés par les entreprises ainsi que sur les facteurs susceptibles de favoriser des comportements d’intrapreneurs de la part des salariés. Notre communication entend répondre en partie à ces manquements, en proposant une exploration empirique des pratiques d’entreprises en matière d’intrapreneuriat. Plus précisément, notre propos, élaboré à partir d’une démarche exploratoire reposant sur dix-sept études de cas d’entreprises réputées recourir à l’intrapreneuriat, vise à cerner plus en avant la nature intrinsèque des stratégies intrapreneuriales développées par les entreprises au travers de différentes dimensions clés. Celles-ci, générées par induction, nous permettent de caractériser des approches contrastées de l’intrapreneuriat au sein des firmes étudiées et d’en proposer un essai de typologie au travers d’une grille de lecture novatrice. [less ▲]

Detailed reference viewed: 76 (35 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEtude des pratiques de restructuration en Europe : état des lieux en Belgique - ARENAS - National Background Paper - Belgique
Naedenoen, Frédéric ULg; Lisein, Olivier ULg; Pichault, François ULg

E-print/Working paper (2010)

Au cours de la dernière décennie, la présence dans la presse économique de cas de restructurations et de licenciements économiques toujours plus nombreux a fini par nous habituer au fait que ces ... [more ▼]

Au cours de la dernière décennie, la présence dans la presse économique de cas de restructurations et de licenciements économiques toujours plus nombreux a fini par nous habituer au fait que ces phénomènes font désormais partie du processus normal d’évolution de l’entreprise. Plus récemment, la crise économique mondiale a eu, et a toujours, un impact important sur les entreprises belges, provoquant une vague de restructurations et de licenciements sans précédent. Le présent rapport est divisé en cinq parties : le contexte, l’anticipation (ou l’amont), les dynamiques de restructurations, la mise en œuvre (ou l’aval) et les acteurs impliqués. Dans le premier chapitre, nous proposons un aperçu du contexte économique et social belge afin de permettre au lecteur de comprendre le cadre dans lequel prennent part les phénomènes de restructuration. Le deuxième chapitre présente les principales mesures qui relèvent de l’anticipation des restructurations, certaines existant de longue date en Belgique alors que d’autres sont plus récentes, voire spécifiques aux mesures prises par les pouvoirs publics pour contrer la crise actuelle. Le troisième chapitre se concentre sur les différentes dynamiques de restructuration d’entreprises et le cadre légal qui les régit. Le quatrième chapitre développe les principales mesures de mise en œuvre des restructurations, qu’elles soient, ici aussi, présentes de longue date ou spécifiques aux « mesures de crises ». La quantification et l’évaluation des mesures présentées dans ce rapport font l’objet d’un point spécifique, en conclusion de chacun de ces 3 derniers chapitres. Enfin, un cinquième chapitre présente de manière succincte les différents acteurs impliqués dans les processus de restructuration. [less ▲]

Detailed reference viewed: 84 (17 ULg)
See detailGestion des Compétences: notions, étapes et conditions d’une mise en œuvre réussie
Lisein, Olivier ULg

Conference given outside the academic context (2010)

L'exposé introductif de Monsieur Olivier Lisein, Professeur Assistant à HEC-Ecole de Gestion de l'Université de Liège et Chargé de recherche au LENTIC a pour objectif principal de proposer différents ... [more ▼]

L'exposé introductif de Monsieur Olivier Lisein, Professeur Assistant à HEC-Ecole de Gestion de l'Université de Liège et Chargé de recherche au LENTIC a pour objectif principal de proposer différents éléments de cadrage relatifs à la notion de gestion des compétences et à la mise en œuvre d'une démarche de gestion des compétences au sein des organisations. En particulier, Monsieur Lisein précisera ce qu'il convient d'entendre par "gestion des compétences" ainsi que les interrelations qui existe entre cette notion et le concept, plus global, de gestion des ressources humaines. Il expliquera également les motivations du recours à une telle démarche de gestion des compétences au sein des organisations et la plus value qui en est attendue. Sur cette base, il présentera les différentes étapes de la mise en œuvre d'une politique de gestion des compétences ainsi que les conditions de réussite en la matière. Il reviendra enfin dans la dernière partie de son exposé sur différentes initiatives de gestion des compétences mise en place au sein d'institutions du secteur public, sur lesquelles il proposera un regard critique transversal. [less ▲]

Detailed reference viewed: 30 (12 ULg)
See detailEnjeux organisationnels des outils e-RH
Lisein, Olivier ULg

Conference given outside the academic context (2009)

Pour accompagner et piloter la GRH dans toutes ses dimensions (rémunération, recrutement, gestion des emplois et des compétences, formation, communication RH, etc.), le management des systèmes ... [more ▼]

Pour accompagner et piloter la GRH dans toutes ses dimensions (rémunération, recrutement, gestion des emplois et des compétences, formation, communication RH, etc.), le management des systèmes d’informations RH devient particulièrement stratégique. L’individualisation de la gestion des ressources humaines et l’apparition de nouvelles contraintes règlementaires créent de nouveaux besoins et exigent désormais un partage de l’information RH entre de multiples acteurs. A quelles conditions le SIRH peut-il répondre à ces nouvelles exigences et dans quelle mesure celles-ci font-elles évoluer le rôle du responsable du SIRH ? Quel est l’impact organisationnel du développement des centres de services partagés et des "self-services" RH ? Dans le cadre de l’internationalisation des entreprises mais aussi d’acquisitions et de fusions, jusqu’où mutualiser le SIRH ? Comment prendre en compte la multiplicité des contextes réglementaires, la diversité des statuts et des situations locales ? Dans quelle mesure le SIRH peut-il accompagner les changements des pratiques RH et s’aligner sur les évolutions stratégiques de l’entreprise ? Autant de questions qui seront abordées lors des différentes réunions du groupe de travail « Les systèmes d’informations RH au service des nouveaux enjeux de la gestion des ressources humaines ». En particulier, la séance de travail du 22 octobre 2009, au cours de laquelle interviendront Eric Fimbel, Professeur à Reims Management School, Olivier Lisein, Chargé de recherche au LENTIC (Laboratoire d’Etudes sur les Nouvelles Technologies, l’Innovation et le Changement) et Professeur Assistant à HEC-Ecole de Gestion de l’Université de Liège, et Alban Bureau, Directeur SIRH à Saint-Gobain, abordera la question des enjeux organisationnels des centres de services partagés et des outils e-RH. Partant de l’idée que la recherche d’une meilleure productivité et le progrès des nouvelles technologies amènent certaines entreprises à créer des centres de services partagés RH (internes ou externalisés), à proposer aux salariés des "self-services RH" (demande de congés ou de mobilité professionnelle en ligne) et à déployer de nouvelles fonctionnalités en ligne (suivi des entretiens d’évaluation), les questions suivantes seront notamment discutées lors des interventions et des débats: Comment prendre en compte les conséquences de ces évolutions sur l’organisation RH ? Jusqu’où permettent-elles à la fonction ressources humaines de gagner vraiment en efficacité ? Comment faire en sorte que la réduction des équipes RH au niveau local ne coupe pas la direction des ressources humaines de la réalité du terrain ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 102 (19 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailModèles intrapreneuriaux: une caractérisation exploratoire
Lisein, Olivier ULg; Degré, Julie ULg; Pichot, Michèle ULg

Conference (2009, September)

L’environnement économique et concurrentiel dans lequel s’insèrent désormais la plupart des entreprises étant de plus en plus turbulent, la question de l’innovation revêt une importance sans cesse plus ... [more ▼]

L’environnement économique et concurrentiel dans lequel s’insèrent désormais la plupart des entreprises étant de plus en plus turbulent, la question de l’innovation revêt une importance sans cesse plus cruciale. Dans ce cadre, l’intrapreneuriat apparaît constituer une véritable opportunité de renouveler l’innovation stratégique au travers d’une optique novatrice. Assimilé à "la mise en œuvre d’une innovation par un employé, un groupe d’employés ou tout individu travaillant sous le contrôle de l’entreprise" (Carrier, 1993), l’intrapreneuriat consiste à mobiliser les idées et les compétences créatrices de tout ou partie des salariés en vue de concrétiser des innovations de nature variée: élargissement de la gamme de produits/services, investigation de nouveaux marchés, refonte de processus de travail, etc. Toutefois, alors qu’il est reconnu comme étant un vecteur potentiel d’innovations stratégiques pour les entreprises capables de s’en saisir, et qu’il est d’ailleurs à cette fin fortement valorisé par certaines firmes, l’intrapreneuriat reste encore un concept relativement méconnu. Peu de choses semblent aujourd’hui validées empiriquement dans la littérature sur ses éléments constitutifs, sur les dispositifs intrapreneuriaux ciblés par les entreprises ainsi que sur les facteurs susceptibles de favoriser de tels comportements d’intrapreneurs. Notre communication entend répondre en partie à ces manquements, en proposant une réflexion empirique axée sur la façon dont les entreprises perçoivent et mobilisent l’intrapreneuriat dans leur stratégie. Elaborée à partir d’une démarche exploratoire reposant sur dix-sept études de cas d’entreprises réputées recourir à l’intrapreneuriat, notre réflexion poursuit un double objectif complémentaire: cerner la nature intrinsèque des stratégies intrapreneuriales développées par les entreprises au travers de différentes dimensions et, ce faisant, appréhender les déterminants organisationnels et RH qui y sont liés. [less ▲]

Detailed reference viewed: 106 (31 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes business models des sociétés de services actives dans le secteur Open Source
Lisein, Olivier ULg; Pichault, François ULg; Desmecht, James

in Systèmes d'Information et Management (2009), 14(2), 7-38

The Open Source Software industry has been submitted to important changes during the last decade, moving from the initial "libertarian ideology" to a "market economy" in which companies develop a genuine ... [more ▼]

The Open Source Software industry has been submitted to important changes during the last decade, moving from the initial "libertarian ideology" to a "market economy" in which companies develop a genuine commercial orientation. Based on case studies – six OSS companies –, our exploratory research emphasizes three main business models those enterprises can bring out to provide their products and services and to generate profit from their activities: complexity, closed system, intermediation. Such business models express different positions in relation to the OSS philosophy and highlight the main distinctive resources (Barney, 1991) the companies may mobilise in order to make their clients dependent and to consolidate their competitive advantage. [less ▲]

Detailed reference viewed: 331 (48 ULg)
See detailLes stratégies e-commerce des entreprises face au cadre juridique: une analyse exploratoire de la prise de risque dans le contexte belge
Lisein, Olivier ULg

Book published by Editions de l'Université de Liège (2009)

Après le scepticisme engendré par l’éclatement de la bulle Internet et la brutale chute de certaines « dot com », on assiste ces dernières années à une réelle « e-volution » des relations d’affaires et à ... [more ▼]

Après le scepticisme engendré par l’éclatement de la bulle Internet et la brutale chute de certaines « dot com », on assiste ces dernières années à une réelle « e-volution » des relations d’affaires et à un essor particulièrement marqué du commerce électronique, lesquels confèrent désormais à Internet un statut d’espace marchand incontournable. Cet enthousiasme se heurte cependant au manque de confiance exprimé par certains acteurs économiques envers les échanges de type e-business/e-commerce, soulevant de façon sous-jacente la problématique de la régulation des transactions électroniques ainsi que de ses effets sur le comportement des consommateurs et le succès des stratégies e-commerce des entreprises. Alors que de nombreuses études abordent ces enjeux relatifs au commerce électronique sous un angle monodisciplinaire, notre propos s’inscrit dans une optique davantage transversale, basée sur l’interconnexion de différents courants théoriques issus des sciences de gestion et du droit. Prenant appui sur une vingtaine d’études de cas, issues de quatre secteurs d’activités contrastés en matière d’utilisation des technologies numériques, notre démarche réflexive interroge le positionnement stratégique des dirigeants d’entreprises envers l’e-commerce ainsi que l’influence que revêt à cet égard un nombre déterminé de facteurs : la nature des transactions opérées, la stratégie d’affaires poursuivie et le cadre juridique qui régit les relations commerciales établies par voie électronique. Articulées autour de la question de la prise de risque, que nous appréhendons essentiellement au travers du prisme de l’opportunisme possible des partenaires d’affaires, ces différentes variables permettent de mettre en évidence et de justifier des approches contrastées du commerce électronique de la part des responsables d’entreprises, en ce qui concerne aussi bien l’étendue des services proposés en ligne, le degré de numérisation du processus transactionnel ou encore la posture privilégiée par rapport aux dispositions réglementaires et aux éventuels mécanismes de protection à mobiliser. [less ▲]

Detailed reference viewed: 212 (33 ULg)
Peer Reviewed
See detailIntervenir dans la conduite de projets technologiques subventionnés: enjeux méthodologiques et responsabilités croisées
Lisein, Olivier ULg

in Pichault, François; Lisein, Olivier; Rondeaux, Giseline (Eds.) et al La recherche-intervention peut-elle être socialement responsable? (2008)

Intervenir dans la conduite de projets technologiques et les accompagner s’apparentent fréquemment à un défi de taille. Comme le montrent les expériences en la matière, arriver à des résultats tangibles ... [more ▼]

Intervenir dans la conduite de projets technologiques et les accompagner s’apparentent fréquemment à un défi de taille. Comme le montrent les expériences en la matière, arriver à des résultats tangibles et engendrer un return positif sur les investissements consentis nécessitent que l’élaboration et l’implémentation de ces projets soient mûrement réfléchies. Dans ce cadre, les apports de la théorie de la traduction sont susceptibles de s’avérer utiles et pertinents à tout intervenant appelé à accompagner une démarche de réflexion et/ou d’implémentation d’une innovation technologique. En cherchant notamment à intégrer, en plus des éléments contextuels, les attentes, intérêts et enjeux des parties prenantes, ce courant entend mobiliser les acteurs autour d’un projet commun et favoriser la « construction » conjointe de l’innovation. Dans le cas de projets subventionnés par des fonds publics, cette approche se heurte néanmoins fréquemment à la définition a priori de certaines dimensions des projets, rendue entre autres nécessaire pour rencontrer les attentes du pouvoir subsidiant. Accompagner des projets figés par des conventions n’est par conséquent pas sans entraîner son lot de difficultés supplémentaires pour l’intervenant, que nous considérons à partir d’un retour croisé sur trois expériences récentes en la matière. Cette mise en perspective nous autorise en outre à soulever dans notre réflexion la double question de la marge de manœuvre et de la responsabilité de l’intervenant appelé à accompagner des projets subventionnés. [less ▲]

Detailed reference viewed: 94 (23 ULg)