References of "Linchet, Stéphanie"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailCahier Bien vieillir, préserver l'autonomie
Nisen, Laurent ULg; Reynaert, Jean-François ULg; Linchet, Stéphanie ULg et al

Book published by Iweps (2014)

This publication draws up a portrait of the situation of elderly people in the french-speaking part of Belgium (Wallonie and Brussels). Mainly based on the european SHARE study (data of 2011), it gives ... [more ▼]

This publication draws up a portrait of the situation of elderly people in the french-speaking part of Belgium (Wallonie and Brussels). Mainly based on the european SHARE study (data of 2011), it gives statistics about important life domains, such as habits and behaviours, social insertion, physical and mental health, health care consumption, formal and informal helps, housing solutions, and mistreatments. [less ▲]

Detailed reference viewed: 85 (27 ULg)
See detailÉTUDE SUR LE BIEN-ÊTRE DES PERSONNES DE PLUS DE 70 ANS EN WALLONIE
Nisen, Laurent ULg; Linchet, Stéphanie ULg

Report (2011)

L'étude a pour but de quantifier la prévalence des différentes formes de maltraitance des personnes âgées, de les mettre en lien avec certains facteurs de risque. Plus largement, l'enquête s'intéressait ... [more ▼]

L'étude a pour but de quantifier la prévalence des différentes formes de maltraitance des personnes âgées, de les mettre en lien avec certains facteurs de risque. Plus largement, l'enquête s'intéressait aux conditions de vie des personnes de plus de 50 ans (notamment leurs conditions de santé, de logement, de réseau social). Elle prenait évidemment en compte les variables démographiques habituelles, les caractéristiques du ménage, la mobilité, les revenus, etc. [less ▲]

Detailed reference viewed: 177 (15 ULg)
See detailL'aide des CPAS aux personnes sans-abri.
Linchet, Stéphanie ULg; De Boyser, Katrien; Van Dijck, Lize

Report (2011)

Detailed reference viewed: 44 (8 ULg)
Full Text
See detailLa pauvreté en milieu rural en Région wallonne
Linchet, Stéphanie ULg

Report (2011)

La pauvreté est au cœur des enjeux actuels de société. Elle est très souvent associée aux grandes villes. Toutefois, bien que moins visible et moins médiatisée, la pauvreté est bel et bien présente dans ... [more ▼]

La pauvreté est au cœur des enjeux actuels de société. Elle est très souvent associée aux grandes villes. Toutefois, bien que moins visible et moins médiatisée, la pauvreté est bel et bien présente dans nos campagnes. Les récentes métamorphoses du milieu rural, telles que l’urbanisation de nombreux communes et l’évolution du monde agricole, ne sont pas sans conséquences pour ses habitants. Or, certains groupes sont plus exposés aux répercussions négatives de celles-ci. Par définition, la pauvreté s’entend comme un réseau d’exclusions sociales qui s’étend sur plusieurs domaines de l’existence individuelle et collective. Les caractéristiques du milieu rural ont des conséquences directes sur les réseaux d’exclusions des personnes en situation de pauvreté. Ces exclusions s’expriment en termes d’accessibilité : accessibilité à un emploi, à un logement, à la santé, à la consommation, aux loisirs, etc. Globalement, l’obstacle fondamental à l’accessibilité réside dans l’absence de ressources financières. En milieu rural, cette problématique d’accessibilité est renforcée par l’aspect géographique qui fait l’apanage du milieu rural, à savoir l’étendue des distances à parcourir pour atteindre un centre d’intérêt. Dans son étude, le Panel Démographie Familiale a retenu sept constats. Pour commencer, le milieu rural est fortement marqué par un vieillissement de sa population. Or, les seniors constituent un groupe fragile important, exposés au risque de pauvreté. En effet, le coût financier d’un maintien à domicile peut s’avérer considérable pour des personnes au fur et à mesure dépendantes et dont les revenus sont parfois très faibles. A cela s’ajoute le sentiment d’isolement, lié à la diminution du réseau social après le passage à la retraite, au départ des enfants, et à l’espace géographique dispersé. Une seconde réalité est la problématique de l’accessibilité en termes de mobilité. En effet, s’approvisionner, effectuer des démarches administratives, se soigner, ou encore se cultiver peut prendre une journée entière pour des personnes démunies d’un véhicule personnel et donc tributaires des transports en commun. Le manque d’autonomie liée à la difficulté de se déplacer est un frein à la participation à la vie en société. Or, les transports en commun font partie des services les plus touchés par notre troisième problématique, à savoir le recul et la rareté des équipements et des services. En prise avec la faible densité de population et la dispersion de celle-ci, et pour des raisons de rationalisation et d’économies d’échelle, les infrastructures, tant publiques que privées, tant dans le secteur marchand que non marchand, se sont raréfiées ou détériorées. En ce qui concerne le secteur de l’aide, à cela s’ajoute la question d’atteindre réellement les personnes en difficulté, sachant que certaines personnes parmi les plus précarisées peuvent être exclues de l’aide sociale, soit par méconnaissance des services, soit parce que ceux-ci, bien que sociaux, constituent un coût encore trop élevé. Nous avons évoqué la problématique de l’accessibilité. Celle-ci affecte de manière évidente un quatrième élément, l’accès à l’emploi, et ce, dans tous ses aspects : offres d’emploi, maisons de l’emploi, entretiens d’embauche, lieux de travail ou de formations. En outre, le milieu rural n’est pas générateur d’emploi. Il est marqué par une réduction de l’emploi dans le secteur primaire, une instabilité issue du secteur de l’Horeca. A cela s’ajoute la problématique du logement. Certaines communes rurales, situées en zones périurbaines proches de pôles urbains offrant de l’emploi, sont soumises à une augmentation plus rapide des valeurs foncières et immobilières. De plus, l’offre générale de logements est insatisfaisante, en termes de qualité (logements inadéquats), taille (manque de logements individuels), prix (manque de logements sociaux) et localisation (logements très isolés). Reste encore la problématique de l’habitat permanant qui concerne entre 10.000 et 15.000 résidents. Le sixième constat trait à une forte stigmatisation et pression sociale liée à la relative proximité des résidents ruraux et à la méconnaissance du phénomène de pauvreté. Enfin, le secteur agricole quant à lui a été marqué à la fois par une transition vers une agriculture de type plus industriel et par un profond déclin. Directement lié aux revenus irréguliers et réduits, aux investissements importants et aux risques financiers nécessaires engendrant des situations d’endettement, le taux de pauvreté des agriculteurs est supérieur à celui de la moyenne de la population. De par leur statut, les agriculteurs n’ont doit à aucune aide sociale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 35 (5 ULg)