References of "Lessire, Françoise"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffects of concentrate level on milk production and traffic of grazing cows milked by a mobile automatic milking system on pasture
Lessire, Françoise ULg; Hornick, Jean-Luc ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Hopkins, Alan; Collins, Rosemary; Fraser, Marieacia (Eds.) et al EGF at 50: The future of European Grasslands (2014, September 10)

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and ... [more ▼]

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and returns to the robot was assessed. Concentrates’ level had a positive influence on daily milk production over the grazing period as cows of low concentrates group produced 21.43 ± 0.62 kg compared with 24.33 ± 0.62 kg in high concentrates group. However this effect was modulated subsequently to grass quality and availability. Regarding daily voluntary returns to the robot, high concentrates group showed higher frequency (3.66 ± 0.05, compared with 3.22 ± 0.04 in low concentrates group) demonstrating positive impact of complement distribution on cows’ traffic. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffects of concentrate level on milk production and traffic of grazing cows milked by a mobile automatic milking system on pasture
Lessire, Françoise ULg; Hornick, Jean-Luc ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Hopkins, Alan; Collins, Rosemary; Fraser, Marieacia (Eds.) et al EGF at 50: The future of European Grasslands (2014, September 10)

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and ... [more ▼]

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and returns to the robot was assessed. Concentrates’ level had a positive influence on daily milk production over the grazing period as cows of low concentrates group produced 21.43 ± 0.62 kg compared with 24.33 ± 0.62 kg in high concentrates group. However this effect was modulated subsequently to grass quality and availability. Regarding daily voluntary returns to the robot, high concentrates group showed higher frequency (3.66 ± 0.05, compared with 3.22 ± 0.04 in low concentrates group) demonstrating positive impact of complement distribution on cows’ traffic. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffects of concentrate level on milk production and traffic of grazing cows milked by a mobile automatic milking system on pasture
Lessire, Françoise ULg; Hornick, Jean-Luc ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Hopkins, Alan; Collins, Rosemary; Fraser, Marieacia (Eds.) et al EGF at 50: The future of European Grasslands (2014, September 10)

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and ... [more ▼]

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and returns to the robot was assessed. Concentrates’ level had a positive influence on daily milk production over the grazing period as cows of low concentrates group produced 21.43 ± 0.62 kg compared with 24.33 ± 0.62 kg in high concentrates group. However this effect was modulated subsequently to grass quality and availability. Regarding daily voluntary returns to the robot, high concentrates group showed higher frequency (3.66 ± 0.05, compared with 3.22 ± 0.04 in low concentrates group) demonstrating positive impact of complement distribution on cows’ traffic. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffects of concentrate level on milk production and traffic of grazing cows milked by a mobile automatic milking system on pasture
Lessire, Françoise ULg; Hornick, Jean-Luc ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Hopkins, Alan; Collins, Rosemary; Fraser, Marieacia (Eds.) et al EGF at 50: The future of European Grasslands (2014, September 10)

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and ... [more ▼]

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and returns to the robot was assessed. Concentrates’ level had a positive influence on daily milk production over the grazing period as cows of low concentrates group produced 21.43 ± 0.62 kg compared with 24.33 ± 0.62 kg in high concentrates group. However this effect was modulated subsequently to grass quality and availability. Regarding daily voluntary returns to the robot, high concentrates group showed higher frequency (3.66 ± 0.05, compared with 3.22 ± 0.04 in low concentrates group) demonstrating positive impact of complement distribution on cows’ traffic. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffects of concentrate level on milk production and traffic of grazing cows milked by a mobile automatic milking system on pasture
Lessire, Françoise ULg; Hornick, Jean-Luc ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Hopkins, Alan; Collins, Rosemary; Fraser, Marieacia (Eds.) et al EGF at 50: The future of European Grasslands (2014, September 10)

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and ... [more ▼]

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and returns to the robot was assessed. Concentrates’ level had a positive influence on daily milk production over the grazing period as cows of low concentrates group produced 21.43 ± 0.62 kg compared with 24.33 ± 0.62 kg in high concentrates group. However this effect was modulated subsequently to grass quality and availability. Regarding daily voluntary returns to the robot, high concentrates group showed higher frequency (3.66 ± 0.05, compared with 3.22 ± 0.04 in low concentrates group) demonstrating positive impact of complement distribution on cows’ traffic. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffects of concentrate level on milk production and traffic of grazing cows milked by a mobile automatic milking system on pasture
Lessire, Françoise ULg; Hornick, Jean-Luc ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Hopkins, Alan; Collins, Rosemary; Fraser, Marieacia (Eds.) et al EGF at 50: The future of European Grasslands (2014, September 10)

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and ... [more ▼]

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and returns to the robot was assessed. Concentrates’ level had a positive influence on daily milk production over the grazing period as cows of low concentrates group produced 21.43 ± 0.62 kg compared with 24.33 ± 0.62 kg in high concentrates group. However this effect was modulated subsequently to grass quality and availability. Regarding daily voluntary returns to the robot, high concentrates group showed higher frequency (3.66 ± 0.05, compared with 3.22 ± 0.04 in low concentrates group) demonstrating positive impact of complement distribution on cows’ traffic. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffects of concentrate level on milk production and traffic of grazing cows milked by a mobile automatic milking system on pasture
Lessire, Françoise ULg; Hornick, Jean-Luc ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Hopkins, Alan; Collins, Rosemary; Fraser, Marieacia (Eds.) et al EGF at 50: The future of European Grasslands (2014, September 10)

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and ... [more ▼]

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and returns to the robot was assessed. Concentrates’ level had a positive influence on daily milk production over the grazing period as cows of low concentrates group produced 21.43 ± 0.62 kg compared with 24.33 ± 0.62 kg in high concentrates group. However this effect was modulated subsequently to grass quality and availability. Regarding daily voluntary returns to the robot, high concentrates group showed higher frequency (3.66 ± 0.05, compared with 3.22 ± 0.04 in low concentrates group) demonstrating positive impact of complement distribution on cows’ traffic. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffects of concentrate level on milk production and traffic of grazing cows milked by a mobile automatic milking system on pasture
Lessire, Françoise ULg; Hornick, Jean-Luc ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Hopkins, Alan; Collins, Rosemary; Fraser, Marieacia (Eds.) et al EGF at 50: The future of European Grasslands (2014, September 10)

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and ... [more ▼]

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and returns to the robot was assessed. Concentrates’ level had a positive influence on daily milk production over the grazing period as cows of low concentrates group produced 21.43 ± 0.62 kg compared with 24.33 ± 0.62 kg in high concentrates group. However this effect was modulated subsequently to grass quality and availability. Regarding daily voluntary returns to the robot, high concentrates group showed higher frequency (3.66 ± 0.05, compared with 3.22 ± 0.04 in low concentrates group) demonstrating positive impact of complement distribution on cows’ traffic. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffects of concentrate level on milk production and traffic of grazing cows milked by a mobile automatic milking system on pasture
Lessire, Françoise ULg; Hornick, Jean-Luc ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Hopkins, Alan; Collins, Rosemary; Fraser, Marieacia (Eds.) et al EGF at 50: The future of European Grasslands (2014, September 10)

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and ... [more ▼]

Cows milked by an automatic milking system in pastures were assigned in 2 groups receiving different amounts of concentrates (2.1 kg vs 4.1 kg). The effect of concentrates’ level on milk yield (MY) and returns to the robot was assessed. Concentrates’ level had a positive influence on daily milk production over the grazing period as cows of low concentrates group produced 21.43 ± 0.62 kg compared with 24.33 ± 0.62 kg in high concentrates group. However this effect was modulated subsequently to grass quality and availability. Regarding daily voluntary returns to the robot, high concentrates group showed higher frequency (3.66 ± 0.05, compared with 3.22 ± 0.04 in low concentrates group) demonstrating positive impact of complement distribution on cows’ traffic. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffects of mild heat stress periods on milk production, milking frequency and rumination time of grazing cows milked by an automatic milking system
Lessire, Françoise ULg; Hornick, Jean-Luc ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

Poster (2014, September 10)

Grazing dairy cows milked by an automatic system (AS) experienced mild heat stress (HS) periods, twice during the summer. The daily temperature humidity index (THI) during these periods were higher than ... [more ▼]

Grazing dairy cows milked by an automatic system (AS) experienced mild heat stress (HS) periods, twice during the summer. The daily temperature humidity index (THI) during these periods were higher than 72. Milk production, as well as milking frequency, rumination time and milk fat to protein ratio (F/P) during these periods were compared to adjacent periods with mean THI of 61. The daily milking frequency, the total number of visits to AS and the milk production were significantly higher in HS periods (2.12 vs 1.97, 2.99 vs 2.69, and 19.7 vs 18.5 kg milk per cow, respectively). There were significant interactions between times and periods for milking frequency and number of visits, while the daily rumination time was significantly lower (339 vs 419 min) and the F/P in milk tended to be decreased (1.17 vs 1.23). These results could be explained by changes in cow behaviour during HS periods. [less ▲]

Detailed reference viewed: 5 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l'agro-industrie en aliments nobles pour l'homme
Decruyenaere, Virginie; Lessire, Françoise ULg; Beckers, Yves ULg et al

in CRA-W (Ed.) La viande bovine remise en question: De sa production à sa consommation (2014, February 19)

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour ... [more ▼]

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour celles-ci bien souvent, les sommes de température et la durée de végétation active sont faibles et limitent considérablement le choix des cultures susceptibles d’atteindre la maturité avant récolte avec certitude. Dans d’autres régions, les prairies s’imposent davantage en raison de contraintes agronomiques : nature du sol, disposition des parcelles, relief du territoire, intérêt dans la rotation pour les prairies temporaires… Ainsi, la grande majorité des prairies de notre Région ne peut pas être remplacée par des cultures ; elles doivent dès lors être perçues comme une bonne alternative à la valorisation du territoire. Grâce à la présence du rumen en amont de l’estomac, les ruminants ont la capacité de transformer des productions non éligibles pour l’homme, tels que les fourrages et les co-produits des industries agro-alimentaires. Ces aliments, de nature essentiellement fibreuse mais pas pour autant pauvres en protéine et en énergie, sont largement fermentés par les micro-organismes du rumen qui les dégradent en composés plus simples, valorisables ensuite par l’animal. Par ce mécanisme, les ruminants contribuent à transformer ces aliments grossiers en produits nobles, tels que le lait et la viande. On comprend dès lors aisément que la présence des ruminants est étroitement liée aux superficies enherbées, elles-mêmes dépendantes des conditions pédo-climatiques d’une région. Malgré des systèmes de production intensifs et l’amélioration continue du potentiel génétique des animaux, les bovins restent peu dépendants des aliments du commerce comparativement aux autres spéculations animales. Ainsi, selon l’APFACA, de l’ordre de 16% des aliments composés produits en Belgique et importés sont utilisés pour les bovins, dont seulement 1/3 est écoulé dans la filière viande bovine. L’herbe, les produits herbagers et les aliments produits sur l’exploitation tels que le maïs restent donc majoritaires dans la ration des bovins élevés pour la production de viande. La valorisation de l’herbe et des produits herbagers dépend fortement des performances zootechniques recherchées. Les objectifs de croissance sont établis, en autre, sur base des prix offerts par la cheville variant avec les catégories d’âge et de poids d’abattage. Ces dernières années, il semble que les animaux abattus un peu plus tardivement soient moins dépréciés qu’auparavant, facilitant la formulation de rations à base de matières premières herbagères. A l’inverse, l’intensification dans le but de produire des animaux abattus plus jeunes ou à un poids supérieur, implique une croissance plus soutenue, et de ce fait la distribution de rations plus denses en énergie. Pour la formulation de telles rations, certains coproduits disposent de valeurs nutritionnelles intéressantes, permettant de satisfaire des besoins nutritionnels élevés, tout en conservant une certaine autonomie alimentaire. Leur valorisation au niveau local représente en outre un intérêt considérable pour la rentabilité des industries agro-alimentaires qui, sans la présence de l’animal, devraient trouver d’autres débouchés pour les coproduits sous peine d’être dans l’obligation de financer leur élimination. Cet exposé a pour objectif d’illustrer les potentiels, mais aussi les limites, des aliments produits localement pour les bovins viande, que ce soit selon leur type (vache de réforme- taurillon…), leur race et leurs performances zootechniques, mais aussi l’intérêt de ces aliments en termes d’efficiences alimentaire et économique. Il analyse les atouts et faiblesses de la spéculation viande bovine en ne se limitant pas à l’échelle de l’animal seul, mais en le replaçant en tant que véritable maillon de la chaîne agro-alimentaire. Ce positionnement permet non seulement de mieux cerner les enjeux de ces élevages au niveau de la production primaire, mais aussi leur importance dans les secteurs amont et aval. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l'agro-industrie en aliments nobles pour l'homme
Decruyenaere, Virginie; Lessire, Françoise ULg; Beckers, Yves ULg et al

in CRA-W (Ed.) La viande bovine remise en question: De sa production à sa consommation (2014, February 19)

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour ... [more ▼]

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour celles-ci bien souvent, les sommes de température et la durée de végétation active sont faibles et limitent considérablement le choix des cultures susceptibles d’atteindre la maturité avant récolte avec certitude. Dans d’autres régions, les prairies s’imposent davantage en raison de contraintes agronomiques : nature du sol, disposition des parcelles, relief du territoire, intérêt dans la rotation pour les prairies temporaires… Ainsi, la grande majorité des prairies de notre Région ne peut pas être remplacée par des cultures ; elles doivent dès lors être perçues comme une bonne alternative à la valorisation du territoire. Grâce à la présence du rumen en amont de l’estomac, les ruminants ont la capacité de transformer des productions non éligibles pour l’homme, tels que les fourrages et les co-produits des industries agro-alimentaires. Ces aliments, de nature essentiellement fibreuse mais pas pour autant pauvres en protéine et en énergie, sont largement fermentés par les micro-organismes du rumen qui les dégradent en composés plus simples, valorisables ensuite par l’animal. Par ce mécanisme, les ruminants contribuent à transformer ces aliments grossiers en produits nobles, tels que le lait et la viande. On comprend dès lors aisément que la présence des ruminants est étroitement liée aux superficies enherbées, elles-mêmes dépendantes des conditions pédo-climatiques d’une région. Malgré des systèmes de production intensifs et l’amélioration continue du potentiel génétique des animaux, les bovins restent peu dépendants des aliments du commerce comparativement aux autres spéculations animales. Ainsi, selon l’APFACA, de l’ordre de 16% des aliments composés produits en Belgique et importés sont utilisés pour les bovins, dont seulement 1/3 est écoulé dans la filière viande bovine. L’herbe, les produits herbagers et les aliments produits sur l’exploitation tels que le maïs restent donc majoritaires dans la ration des bovins élevés pour la production de viande. La valorisation de l’herbe et des produits herbagers dépend fortement des performances zootechniques recherchées. Les objectifs de croissance sont établis, en autre, sur base des prix offerts par la cheville variant avec les catégories d’âge et de poids d’abattage. Ces dernières années, il semble que les animaux abattus un peu plus tardivement soient moins dépréciés qu’auparavant, facilitant la formulation de rations à base de matières premières herbagères. A l’inverse, l’intensification dans le but de produire des animaux abattus plus jeunes ou à un poids supérieur, implique une croissance plus soutenue, et de ce fait la distribution de rations plus denses en énergie. Pour la formulation de telles rations, certains coproduits disposent de valeurs nutritionnelles intéressantes, permettant de satisfaire des besoins nutritionnels élevés, tout en conservant une certaine autonomie alimentaire. Leur valorisation au niveau local représente en outre un intérêt considérable pour la rentabilité des industries agro-alimentaires qui, sans la présence de l’animal, devraient trouver d’autres débouchés pour les coproduits sous peine d’être dans l’obligation de financer leur élimination. Cet exposé a pour objectif d’illustrer les potentiels, mais aussi les limites, des aliments produits localement pour les bovins viande, que ce soit selon leur type (vache de réforme- taurillon…), leur race et leurs performances zootechniques, mais aussi l’intérêt de ces aliments en termes d’efficiences alimentaire et économique. Il analyse les atouts et faiblesses de la spéculation viande bovine en ne se limitant pas à l’échelle de l’animal seul, mais en le replaçant en tant que véritable maillon de la chaîne agro-alimentaire. Ce positionnement permet non seulement de mieux cerner les enjeux de ces élevages au niveau de la production primaire, mais aussi leur importance dans les secteurs amont et aval. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l'agro-industrie en aliments nobles pour l'homme
Decruyenaere, Virginie; Lessire, Françoise ULg; Beckers, Yves ULg et al

in CRA-W (Ed.) La viande bovine remise en question: De sa production à sa consommation (2014, February 19)

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour ... [more ▼]

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour celles-ci bien souvent, les sommes de température et la durée de végétation active sont faibles et limitent considérablement le choix des cultures susceptibles d’atteindre la maturité avant récolte avec certitude. Dans d’autres régions, les prairies s’imposent davantage en raison de contraintes agronomiques : nature du sol, disposition des parcelles, relief du territoire, intérêt dans la rotation pour les prairies temporaires… Ainsi, la grande majorité des prairies de notre Région ne peut pas être remplacée par des cultures ; elles doivent dès lors être perçues comme une bonne alternative à la valorisation du territoire. Grâce à la présence du rumen en amont de l’estomac, les ruminants ont la capacité de transformer des productions non éligibles pour l’homme, tels que les fourrages et les co-produits des industries agro-alimentaires. Ces aliments, de nature essentiellement fibreuse mais pas pour autant pauvres en protéine et en énergie, sont largement fermentés par les micro-organismes du rumen qui les dégradent en composés plus simples, valorisables ensuite par l’animal. Par ce mécanisme, les ruminants contribuent à transformer ces aliments grossiers en produits nobles, tels que le lait et la viande. On comprend dès lors aisément que la présence des ruminants est étroitement liée aux superficies enherbées, elles-mêmes dépendantes des conditions pédo-climatiques d’une région. Malgré des systèmes de production intensifs et l’amélioration continue du potentiel génétique des animaux, les bovins restent peu dépendants des aliments du commerce comparativement aux autres spéculations animales. Ainsi, selon l’APFACA, de l’ordre de 16% des aliments composés produits en Belgique et importés sont utilisés pour les bovins, dont seulement 1/3 est écoulé dans la filière viande bovine. L’herbe, les produits herbagers et les aliments produits sur l’exploitation tels que le maïs restent donc majoritaires dans la ration des bovins élevés pour la production de viande. La valorisation de l’herbe et des produits herbagers dépend fortement des performances zootechniques recherchées. Les objectifs de croissance sont établis, en autre, sur base des prix offerts par la cheville variant avec les catégories d’âge et de poids d’abattage. Ces dernières années, il semble que les animaux abattus un peu plus tardivement soient moins dépréciés qu’auparavant, facilitant la formulation de rations à base de matières premières herbagères. A l’inverse, l’intensification dans le but de produire des animaux abattus plus jeunes ou à un poids supérieur, implique une croissance plus soutenue, et de ce fait la distribution de rations plus denses en énergie. Pour la formulation de telles rations, certains coproduits disposent de valeurs nutritionnelles intéressantes, permettant de satisfaire des besoins nutritionnels élevés, tout en conservant une certaine autonomie alimentaire. Leur valorisation au niveau local représente en outre un intérêt considérable pour la rentabilité des industries agro-alimentaires qui, sans la présence de l’animal, devraient trouver d’autres débouchés pour les coproduits sous peine d’être dans l’obligation de financer leur élimination. Cet exposé a pour objectif d’illustrer les potentiels, mais aussi les limites, des aliments produits localement pour les bovins viande, que ce soit selon leur type (vache de réforme- taurillon…), leur race et leurs performances zootechniques, mais aussi l’intérêt de ces aliments en termes d’efficiences alimentaire et économique. Il analyse les atouts et faiblesses de la spéculation viande bovine en ne se limitant pas à l’échelle de l’animal seul, mais en le replaçant en tant que véritable maillon de la chaîne agro-alimentaire. Ce positionnement permet non seulement de mieux cerner les enjeux de ces élevages au niveau de la production primaire, mais aussi leur importance dans les secteurs amont et aval. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l'agro-industrie en aliments nobles pour l'homme
Decruyenaere, Virginie; Lessire, Françoise ULg; Beckers, Yves ULg et al

in CRA-W (Ed.) La viande bovine remise en question: De sa production à sa consommation (2014, February 19)

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour ... [more ▼]

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour celles-ci bien souvent, les sommes de température et la durée de végétation active sont faibles et limitent considérablement le choix des cultures susceptibles d’atteindre la maturité avant récolte avec certitude. Dans d’autres régions, les prairies s’imposent davantage en raison de contraintes agronomiques : nature du sol, disposition des parcelles, relief du territoire, intérêt dans la rotation pour les prairies temporaires… Ainsi, la grande majorité des prairies de notre Région ne peut pas être remplacée par des cultures ; elles doivent dès lors être perçues comme une bonne alternative à la valorisation du territoire. Grâce à la présence du rumen en amont de l’estomac, les ruminants ont la capacité de transformer des productions non éligibles pour l’homme, tels que les fourrages et les co-produits des industries agro-alimentaires. Ces aliments, de nature essentiellement fibreuse mais pas pour autant pauvres en protéine et en énergie, sont largement fermentés par les micro-organismes du rumen qui les dégradent en composés plus simples, valorisables ensuite par l’animal. Par ce mécanisme, les ruminants contribuent à transformer ces aliments grossiers en produits nobles, tels que le lait et la viande. On comprend dès lors aisément que la présence des ruminants est étroitement liée aux superficies enherbées, elles-mêmes dépendantes des conditions pédo-climatiques d’une région. Malgré des systèmes de production intensifs et l’amélioration continue du potentiel génétique des animaux, les bovins restent peu dépendants des aliments du commerce comparativement aux autres spéculations animales. Ainsi, selon l’APFACA, de l’ordre de 16% des aliments composés produits en Belgique et importés sont utilisés pour les bovins, dont seulement 1/3 est écoulé dans la filière viande bovine. L’herbe, les produits herbagers et les aliments produits sur l’exploitation tels que le maïs restent donc majoritaires dans la ration des bovins élevés pour la production de viande. La valorisation de l’herbe et des produits herbagers dépend fortement des performances zootechniques recherchées. Les objectifs de croissance sont établis, en autre, sur base des prix offerts par la cheville variant avec les catégories d’âge et de poids d’abattage. Ces dernières années, il semble que les animaux abattus un peu plus tardivement soient moins dépréciés qu’auparavant, facilitant la formulation de rations à base de matières premières herbagères. A l’inverse, l’intensification dans le but de produire des animaux abattus plus jeunes ou à un poids supérieur, implique une croissance plus soutenue, et de ce fait la distribution de rations plus denses en énergie. Pour la formulation de telles rations, certains coproduits disposent de valeurs nutritionnelles intéressantes, permettant de satisfaire des besoins nutritionnels élevés, tout en conservant une certaine autonomie alimentaire. Leur valorisation au niveau local représente en outre un intérêt considérable pour la rentabilité des industries agro-alimentaires qui, sans la présence de l’animal, devraient trouver d’autres débouchés pour les coproduits sous peine d’être dans l’obligation de financer leur élimination. Cet exposé a pour objectif d’illustrer les potentiels, mais aussi les limites, des aliments produits localement pour les bovins viande, que ce soit selon leur type (vache de réforme- taurillon…), leur race et leurs performances zootechniques, mais aussi l’intérêt de ces aliments en termes d’efficiences alimentaire et économique. Il analyse les atouts et faiblesses de la spéculation viande bovine en ne se limitant pas à l’échelle de l’animal seul, mais en le replaçant en tant que véritable maillon de la chaîne agro-alimentaire. Ce positionnement permet non seulement de mieux cerner les enjeux de ces élevages au niveau de la production primaire, mais aussi leur importance dans les secteurs amont et aval. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL'acidose subaigüe du rumen, une pathologie encore méconnue
Lessire, Françoise ULg; Rollin, Frédéric ULg

in Annales de Médecine Vétérinaire (2013), 157

Subacute ruminal acidosis (SARA) is a major problem in high-producing dairy cows. The drop in ruminal pH below 5.6 was considered as the major factor inducing this pathology till recently. However, new ... [more ▼]

Subacute ruminal acidosis (SARA) is a major problem in high-producing dairy cows. The drop in ruminal pH below 5.6 was considered as the major factor inducing this pathology till recently. However, new technologies such as continuous monitoring of ruminal pH and rumen microbiome assessment have contributed to reconsider this concept. The aim of this article is to review the literature for a better understanding of SARA. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (6 ULg)
Full Text
See detailRetour d'expérience sur le robot de traite mobile
Lessire, Françoise ULg; Knapp, Emilie ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Point Vétérinaire (2013), 341

Using a mobile robot to milk grazing cows influences their milk yield. Several factors influencing mik production are described in this paper as is their relative impact on the production.

Detailed reference viewed: 32 (1 ULg)
Full Text
See detailMise en route d'un robot mobile: réponses aux contraintes techniques
Lessire, Françoise ULg; Knapp, Emilie ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Point Vétérinaire (2013), 341

This paper explains the technical problems related to the use of a mobile automatic miking system and the solutions found at the University of Liege.

Detailed reference viewed: 22 (6 ULg)
Full Text
See detailTraite robotisée et pâturage sont-ils compatibles?
Lessire, Françoise ULg; Knapp, Emilie ULg; Dufrasne, Isabelle ULg

in Point Vétérinaire (2013), 341

Combining automatic milking system and grazing is often considered as impossible. This paper defined the difficulties related to grazing cows milked by a robot and how to manage them.

Detailed reference viewed: 21 (1 ULg)
Full Text
See detailEffets de l'incorporation du ProtiWanze dans les rations des bovins.
Lessire, Françoise ULg

Conference given outside the academic context (2013)

In order to reduce production costs in beef and dairy cattle industry, the effect of introducing ProtiWanze, a condensed distillers soluble in their diets has been studied from 2010 to 2013. Results of ... [more ▼]

In order to reduce production costs in beef and dairy cattle industry, the effect of introducing ProtiWanze, a condensed distillers soluble in their diets has been studied from 2010 to 2013. Results of this study are demonstrated with emphasy on their impact on feeding costs in beef and dairy cattle. [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailField Investigation of subacute ruminal acidosis in Walloon dairy herds
Lessire, Françoise ULg; Knapp, Emilie ULg; Theron, Léonard ULg et al

in Universität Bern (Ed.) Proceedings of 8th ECBHM (2013, August 28)

Subacute ruminal acidosis (SARA) has been considered as a major metabolic disease in high producing dairy herds for years. For instance, out of 737 cows from Wisconsin farms, 20% exhibited ruminal pH ... [more ▼]

Subacute ruminal acidosis (SARA) has been considered as a major metabolic disease in high producing dairy herds for years. For instance, out of 737 cows from Wisconsin farms, 20% exhibited ruminal pH values lower than 5.5, allowing diagnosis of SARA, while 23% of animals were considered at risk with ruminal pH values between 5.5 and 5.8. These findings were corroborated by further studies in Europe. However, different feeding practices and herd’s production levels are found in Wallonia, requiring evaluation of SARA prevalence in local herds. [less ▲]

Detailed reference viewed: 21 (1 ULg)