References of "Joris, Geoffrey"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailLe projet SCoPE, la construction de l'action publique en univers incertain: l'Open Process Workshop comme technique participative
Joris, Geoffrey ULg; Claisse, Frédéric ULg

in Brunet, Sébastien; Claisse, Frédéric; Fallon, Catherine (Eds.) La participation à l'épreuve (2013)

Dans ce chapitre, Geoffrey Joris et Frédéric Claisse reviennent sur la recherche SCoPE, dont l’objectif était de fournir au décideur (gouvernements régionaux et fédéral belge) une sorte « d’outil ... [more ▼]

Dans ce chapitre, Geoffrey Joris et Frédéric Claisse reviennent sur la recherche SCoPE, dont l’objectif était de fournir au décideur (gouvernements régionaux et fédéral belge) une sorte « d’outil d’interface » entre science et politique, dans un contexte de gestion des risques marqué par la précaution. SCoPE s’inscrivait dans le cadre d’une démarche évaluative intégrée prenant en compte les aspects écologiques, économiques et sociaux en vue d’un développement durable. Dans un premier temps, le chapitre expose les grands apprentissages des études de terrain, portant sur les ondes électromagnétiques en Région wallonne et sur les politiques de décontamination des sols aux métaux lourds. Les auteurs montrent comment ces études de cas ont permis de dresser une série d’éléments à prendre en considération dans le cadre de processus décisionnels dans lesquels le principe de précaution est mobilisé. Le chapitre expose également une méthode participative originale mise au point spécifiquement pour la conduite de l’étude, l’Open Processus Workshop (OPW). Afin de mettre en évidence la pertinence de cet outil en tant qu’instrument d’investigation sociale, le chapitre montre comment la technique de l’OPW, suivant une approche bottom-up, permet d’enclencher un « bout de théorie » en partenariat avec les acteurs mobilisés par l’étude de cas. [less ▲]

Detailed reference viewed: 50 (11 ULg)
Full Text
See detailUn médiateur invisible. Analyse et mise en perspective du régime de régulation des ondes électromagnétiques
Joris, Geoffrey ULg

Doctoral thesis (2011)

La présente thèse de doctorat propose une analyse du régime de régulation des risques liés à la téléphonie mobile et ce à différents niveaux de pouvoir (International, européen, belge - échelons fédéral ... [more ▼]

La présente thèse de doctorat propose une analyse du régime de régulation des risques liés à la téléphonie mobile et ce à différents niveaux de pouvoir (International, européen, belge - échelons fédéral, régional et local). L'idée est de démontrer la dynamique d'ouverture et de fermeture tout au long de la "séquence" de la politique publique construisant progressivement un régime de régulation du risque "électromagnétique" [less ▲]

Detailed reference viewed: 67 (14 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPrincípio da precaução como uma ferramenta estratégica para redesenhar a (sub)política: compreensão e perspectivas da ciência política de língua Francesa
Brunet, Sébastien ULg; Delvenne, Pierre ULg; Joris, Geoffrey ULg

in Sociologias (2011), 13(26), 176-200

The precautionary principle falls under a decisional context in evolution, marked by a multidimensional uncertainty as for environmental, economic, social, political or ethical consequences of the ... [more ▼]

The precautionary principle falls under a decisional context in evolution, marked by a multidimensional uncertainty as for environmental, economic, social, political or ethical consequences of the technological innovations. In French-speaking political science, it is understood as a strategic tool, a political response to the emergence of a new flow of societal uncertainty, mainly directed towards the hesitations of the scientific world. We argue that the precautionary principle redefines the way to manage scientific uncertainty in a society characterized by the blurring of the borders between political and subpolitical actors. Around its application, a line of fracture is drawn, which reduces the decisional breathing space of certain subpolitical entities and/or encourages others to act more. However, we stress that in a world ever more globalised and interconnected, the application of the precautionary principle only has temporary and local effects. Nevertheless, it may contribute to important debates that need to be taken up further in institutional spaces for reflexive anticipatory action and decision-making support [less ▲]

Detailed reference viewed: 49 (1 ULg)
Full Text
See detailLes cartes conceptuelles commes savoir émergent : forces et faiblesse d'un modèle 'performatif' de la participation
Claisse, Frédéric ULg; Joris, Geoffrey ULg

in Breux, Sandra; Reuchamps, Min; Loiseau, Hugo (Eds.) Carte mentale et science politique. Regards et perspectives critiques sur l'emploi d'un outil prometteur (2011)

Detailed reference viewed: 77 (16 ULg)
Full Text
See detailOpening the black box : agencies as socio-technical networks
Fallon, Catherine ULg; Thoreau, François ULg; Joris, Geoffrey ULg

Conference (2010, September 09)

Agencies have historically developed in Belgium, endorsing public activities not only at the federal level, but also at the level of decentralised governments (regions and communities). The current ... [more ▼]

Agencies have historically developed in Belgium, endorsing public activities not only at the federal level, but also at the level of decentralised governments (regions and communities). The current landscape in the Southern part of the county is more and more taking the form of a mosaic with very little efforts in terms of cooperation : this is particularly true when the agencies addressing similar target groups in a given sector are responding to different levels of governments with very little interaction, the coordination being organised by the users' themselves, according to their own strategies. At the same time, some agencies are taking more of a centre stage position : they not only provide services and support to their target group, they also fruitfully contribute to their status and identity building. Using a cultural approach may help study the "art of the state" in its diversity (Hood, 1998). We propose to concentrate the analysis on the emergence of two Agencies whose mission is to support professionals working in the public sector. Based on a recent field work on the transformation of the sector of public research, we will analyse how the FNRS (an agency funding public research) succeeded to survive as an independent agency through since 1928 (Halleux & Xhayet, 2008), adapting to the transforming socio-political context: it emerged as an industry based project and transformed into a "mertonian" institution of knowledge contributing to unify the scientific community at the level of the country, while bypassing the historical divisions of the three worlds of universities in the country (Fallon, 2009). A diachronic analysis helps underline how socially constructed is such an institution, and how the configuration of networks are continuously reshaping themselves to better be embedded in a specific historic society (Laborier, 2003). The FNRS is currently struggling to define new forms of cooperation with the universities (and their researchers) which are themselves embarked in the current stream of transformations introducing techniques derived from New Public Management in research organisations (de Boer, Enders, Schimank, 2007). In quite a different sector, another field work using the same methodological approach analysed the emergence of a very recent agency, EASI-WAL, serving the regional administration in order to encourage administrative simplicity (OCDE, 2003, 2005) and reported the shortcomings of this organisation in organising avenues for professional change with the civil servants (Thoreau, Fallon, Joris,2009). The two field work research were organised as case study analysis, with document analysis, face to face interviews and in situ observation, using research tools derived from the sociology of science (Actor-Network Theory in Callon,1986). The paper will present the outcomes of the analysis of the dynamics of the cooperation between the agency and its target groups (FNRS & researchers; EASI-WAL & civil servants) and their outcomes in terms of innovation and organisational learning. We observe the implementation of two institutions both designed to support the emergence of some common goal within their target collectives (elitist -research; administrative simplicity): they autonomously gave shape to their internal procedures of categorisation and hierarchisation, with identification processes contributing to the definition of institutional boundaries defining a specific field while ensuring its inscription in the network through a specific legitimating strategy (Douglas, 1986). This analysis will unveil some of the mechanisms of cooperation of the different stakeholders supporting the institution, and also the struggle between stakeholders for the definition of settings of participation and administrative and political control. [less ▲]

Detailed reference viewed: 42 (9 ULg)
Full Text
See detailConsultation sur la réforme FNRS auprès du personnel scientifique de l'ULg
Joris, Geoffrey ULg; Fallon, Catherine ULg; Parotte, Céline ULg et al

Report (2010)

Le présent rapport propose une analyse succinte des réponses des acteurs ayant pris part à la consultation sur la réforme du FNRS organisée par le centre de recherches Spiral à la demande du Comité de ... [more ▼]

Le présent rapport propose une analyse succinte des réponses des acteurs ayant pris part à la consultation sur la réforme du FNRS organisée par le centre de recherches Spiral à la demande du Comité de contact FNRS de l'ULg. Ce rapport est le fruit du travail conjoint de plusieurs chercheurs qui ont analysé chacun une série de questions. [less ▲]

Detailed reference viewed: 49 (18 ULg)
See detailAgir collectivement maintenant et demain : la société du risque comme vecteur de changement
Fallon, Catherine ULg; Joris, Geoffrey ULg; Zwetkoff, Catherine ULg

in Delwit P.; Jacquemain, Marc (Eds.) Engagements actuels, actualité des engagements (2010)

Detailed reference viewed: 79 (14 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL'administration dans un contexte de modernité radicale: quand les instruments de gestion doivent devenir source de réflexivité
Joris, Geoffrey ULg; Fallon, Catherine ULg

in Pyramides (2009), 18

Dans de plus en plus de domaines, la gestion de la chose publique s'opérationnalise dans un contexte de modernité radicale dont les caractéristiques (surinformation, indétermination, hyper-complexité ... [more ▼]

Dans de plus en plus de domaines, la gestion de la chose publique s'opérationnalise dans un contexte de modernité radicale dont les caractéristiques (surinformation, indétermination, hyper-complexité, incertitude croissante et multiple, pluralisme, mobilité accrue des acteurs) imposent aux pouvoirs publics de repenser les conditions de l'exercice de l'autorité, tant du point de vue des dispositifs institutionnels que des référentiels et cadres mobilisés, pour en renforcer la réflexivité. Nous proposons de dresser une liste de facteurs facilitant une démarche réflexive, à partir de deux études de cas dans le domaine de l'environnement, l'une consacrée au rôle et au fonctionnement de la « SPAQuE », une agence publique fondée afin de gérer la politique de décontamination des sols en Belgique (Région wallonne) et l'autre aux transformations des modalités de décision publique pour certains projets d'aménagement (Permis par décret - PIR). Loin d'être des recettes, ces facteurs poussent l'acteur à se questionner sur la pertinence et les conditions pratiques et spécifiques à son organisation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 63 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEntre gestion de crise et vigilance : quand les médias et l’administration publique sont appelés à construire un référentiel partagé
Fallon, Catherine ULg; Joris, Geoffrey ULg

in Communication et Organisation (2009), 35

During periods of crisis, public authorities are assigned specific communication responsibilities. Analysis of crisis management, often strongly mediatized, are particularly fruitful to unveil ... [more ▼]

During periods of crisis, public authorities are assigned specific communication responsibilities. Analysis of crisis management, often strongly mediatized, are particularly fruitful to unveil collaboration problems between media and public authorities. Crisis represents a rupture threatening the social fabrics and urges the authorities to take decisions under time constrains when facts are uncertain and stakes high (Funtowicz et al.). Technological crisis are first and foremost information crisis and they are largely open to mediatized information. Communication deficits are often due to the fact that authorities are tight in administrative constrains which are often contradictory to the logics of crisis communication. Authorities too often limit their communication duty to pure information release, without building a process fostering stakeholders involvement. The administrative framework seems in several aspects irrelevant to the current information and communication regime, but under crisis conditions, the authorities are requested to develop partnerships with media.. Media are unavoidable to promote the enrolling of the public and to control the spreading of rumours which are currently reinforced through the new communication techniques (Web 2.0;gsm). Media construct and amplify accidents thereby transforming the possibilities for crisis management. But building partnership between media and administration is a difficult task. Media – administration partnership causes a confrontation between two professional logics with strong differences in terms of referring to authorities, using knowledge, communication regimes and consideration for the public Crisis communication should be considered as a rooted in “vigilance” communication. The analysis of the crisis communication patterns must also be linked to these periods in order to better unveil the contextual dimensions of informational and communicational regimes. Media play a central role in the construction of conceptual frames and values systems used for the representation of social world. Their presentation of public stakes is largely referred to by the public through a mutually reinforcing media-actors relationship when it comes to make sense for incumbent social events in a process only partially similar to a search for some objective truth. Media are also contributing to the citizen – policymakers relationship through selecting information and agenda setting. Mutations of media are therefore intertwined with the transformation of the politico-administrative system. The social transformations often described as characteristic to the ”risk society” tend to transform the role of media. Individualization makes citizens more sensitive to media information and this is reinforced by the weakening of institutions and of their communication structures. We observe the spreading of new media logics more geared to the emotional register and reinforcing the negativist bias in communication patterns. This affects strongly the management of crisis by public authorities. The analysis of public management of crisis offers a rich set of information for the researcher. It is timely to produce some coherent theoretical frame with reference to the material available from the case studies which are now numerous. This theoretical framework would help to develop relevant principles in order to help administration to develop new forms of communication, with due attention to the specificities of the communication partners and all stakeholders while making use of the emerging communication techniques. This could finally provide administration and media with a basis for defining new ways for “working together”. [less ▲]

Detailed reference viewed: 201 (39 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailFederal public administration reform in Belgium: new public management under deconstruction
Joris, Geoffrey ULg; de Visscher, Christian; Montuelle, Caroline

in actes du colloques de l'AFSP (2009)

Since the 1980s we assist at a co-evolutionary redefinition of social structures that its permanence contributes to legitimate it. In this perspective, the particularities of each modernities are put in ... [more ▼]

Since the 1980s we assist at a co-evolutionary redefinition of social structures that its permanence contributes to legitimate it. In this perspective, the particularities of each modernities are put in an explicit perspective and raise question because they have lost their own evidence.4 While industrial modernity is characterized by a discourse on stability, radical modernity is characterized by an information overload, an hyper-complexity, the emergence of a multidimensional uncertainty reinforced by the mergence of a multidimensional value configuration and social mobility.5 In the field of public administration, all these elements converge towards the need to construct some form of post-bureaucratic or reflexive public civil service structured through flexible and open management instruments [less ▲]

Detailed reference viewed: 100 (11 ULg)
See detailLe projet politique dans la société du risque : quand l’expertise s’entrouvre
Fallon, Catherine ULg; Joris, Geoffrey ULg; Zwetkoff, Catherine ULg

Conference (2008, May 09)

Le recours au principe de précaution (Ewald 1996) en tant que mode de gestion publique des choix technologiques (Roany 2004), s’inscrit dans un contexte décisionnel en évolution, marqué par une ... [more ▼]

Le recours au principe de précaution (Ewald 1996) en tant que mode de gestion publique des choix technologiques (Roany 2004), s’inscrit dans un contexte décisionnel en évolution, marqué par une incertitude multidimensionnelle quant aux conséquences environnementales, économiques, sociales, politiques ou encore éthiques des innovations technologiques (Kooiman 1993 ; Callon, Lascoumes, Barthe 2001, Grossman 2006). L’utilisation de ce principe fonde une demande croissante d’ouverture du processus décisionnel qui se traduit par une offre participative accrue, offre en laquelle certains voient la promesse ou le moyen de concrétiser la société de « gouvernance » (Barber 1984 ; Fishkin 1995 ; Beierle, Cayford 2002 ; Willis, Dekay, Morgan, Florig, Fischbeck 2004 ; Sjöberg 2004 ; Larceneux 2005 ; Tabara 2005, Faget 2006). Il ne s’agirait plus seulement de combler l’ignorance des citoyens quant à une question particulière, mais d’articuler l’expertise à la concertation sociale pour construire un référentiel global de sécurité partagé sur base d’une co-orientation des participants au dialogue. On assiste bien, sous le mot d’ordre de précaution, à deux changements concomitants, le premier affectant les critères d’acceptabilité sociale des choix technologiques, le second transformant les processus de construction et de mise en œuvre de la décision ¬ lesquels deviennent, en soi, une source de légitimation sociale (Groux 2005 ; Pidgeon, Poortinga, Rowe, Jones, Walls, O’Riordan 2005). De nouveaux processus délibératifs sont ainsi mis à l’agenda politique et scientifique, créant des enjeux inédits et, jusqu’à présent, peu étudiés. Dans cette nouvelle configuration, la construction de l’acceptabilité sociale des choix technologiques passe par l’organisation d’un dialogue entre politiques, scientifiques, partenaires socio-économiques (stakeholders) et grand public. Ce dialogue porte notamment sur l’application du principe de précaution, non pas comme référentiel d’action substantif, définissant le contenu de la décision, mais comme ensemble de règles procédurales structurant le processus décisionnel de manière telle qu’il puisse être qualifié de « précautionneux » par l’ensemble des acteurs concernés. Une argumentation scientifique n’étant plus suffisante, dans un tel cadre, pour justifier une décision politique, un nouveau cadre décisionnel doit être proposé : le choix se porte actuellement sur des procédures participatives dans laquelle les acteurs concernés, dont les citoyens, co-créeraient un référentiel commun de sécurité. L’élaboration des politiques publiques requiert dès lors une ouverture des champs d’expertise au de nouveaux acteurs. L’exercice de l’autorité revient à animer un enchevêtrement d’interdépendances dont la richesse tient précisément à la capacité à opérer en commun, individuellement et en groupe dans des univers faiblement structurés, des situations à forte turbulence. La tâche n’est pas aisée car elle revient à admettre, au moins à titre provisoire, la relativité et l’absence de hiérarchie des savoirs, le droit de toutes les parties prenantes à prendre la parole, à débattre, y compris de données et d’analyses scientifiques pour participer à une redéfinition collective de la problématique (Gilbert C., 2002). Dans une telle stratégie de communication, l’art impose de s’adresser de façon adéquate aux différents groupes concernés, sans écarter aucun d’entre eux. Il s’agit de créer de nouveaux espaces d’expertise, ouverts à des stakeholders diversifiés, des forums capables de rendre citoyens et gestionnaires conscients de la nécessité d’une ouverture multidimensionnelle. Or les structures traditionnelles permettent rarement de telles intrusions. Le nouvel enjeu des administrateurs est de proposer des options à la fois techniquement efficaces et socialement acceptables. La nouvelle réticulation des structures administratives ne peut résulter d’un simple changement cosmétique mais demande une réflexion stratégique et organisationnelle d’ampleur (Groux J., 2006). C’est le prix à payer pour améliorer les performances instrumentales et axiologiques, c’est-à-dire, augmenter l’efficacité de la planification tout en améliorant son inscription dans la société. Les responsables publics ne manqueront pas de dénoncer le surcoût d’une telle approche et la distribution des moyens de la puissance publique. Sur base d’une approche pragmatique et contextualisée de deux récents conflits environnementaux en Belgique (installation d’antennes GSM et décontamination des sols pollués), les auteurs proposent de développer une analyse de l’action publique en terme de projet, présentant comment à chaque étape de celui-ci, depuis les études exploratoires jusqu’à la conception du projet, sa mise en œuvre et son exploitation, des acteurs différents sont mobilisables, autour d’objectifs différents. Ensembles ils contribuent à créer un univers sécurisant et coopératif, où les incertitudes et insécurités ne sont pas résolues mais au moins construites voire régulées. Quels sont les critères qui permettent de mettre en évidence un processus de modernisation réflexive ? (Beck et al, 2003) Le processus doit s’inscrire dans une logique temporelle, accepter la fluidité des frontières et des identités co-construites et reconnaître la pluralité des rationalités et les limites d’incertitudes. Le dispositif mis en place doit favoriser l’émergence d’une dynamique d’apprentissage. Les deux cas de figure analysés s’inscrivent dans des référentiels politiques différents et leur confrontation permet de mettre en évidence des propriétés spécifiques en matière de processus d’identification des acteurs légitimes, de négociation des règles d’ouverture, d’organisation et de structuration des lieux de rencontre sociale et de construction de centres de référence. Les auteurs proposent d’inscrire l’analyse de l’expertise et des experts qui lui donnent vie dans une perspective sociale concrète en rendant justice à la dynamique temporelle trop souvent négligée. [less ▲]

Detailed reference viewed: 92 (24 ULg)
See detailAgir collectivement maintenant et demain : la société du risque comme vecteur de changement
Fallon, Catherine ULg; Joris, Geoffrey ULg; Zwetkoff, Catherine ULg

Conference (2008, April 25)

Le vocable de la « Société du Risque » permet de désigner la transformation systémique des sociétés occidentales post-industrielles où l’individualisation radicale des comportements et des choix ... [more ▼]

Le vocable de la « Société du Risque » permet de désigner la transformation systémique des sociétés occidentales post-industrielles où l’individualisation radicale des comportements et des choix accompagne une transformation majeure sur le plan démographique et socio-économique . Dans les pays industrialisés, la différentiation accrue des modèles sociaux, des styles de vie et des modes de participation provoque une crise des modalités de socialisation via les instances de régulation sociale et engendre de nouvelles demandes sociales. Les citoyens ont accès à de plus en plus d’informations et exigent des gouvernants d’être plus écoutés, voire à participer directement au processus de formation de la décision politique, mettant à mal les structures traditionnelles de représentation. Les nouveaux médias et Internet jouent ici aussi un rôle majeur, puisqu’ils permettent de construire rapidement et à peu de frais des réseaux locaux ou alternatifs voire globaux, bien différents des canaux institutionnels. Ces nouveaux réseaux peuvent contribuer à former de nouvelles bases de mobilisation collective fluides et ponctuelles. Face à ces transformations sociales, le système politico-administratif peine à s’adapter et à assurer la légitimation de ses actions. Les pouvoirs publics sont appelés à définir de nouveaux cadres de gestion de l’espace public, plus réflexifs, capables d’aligner les acteurs non seulement sur l’action entreprise proprement dite mais également sur les instruments publics mobilisés, tout en s’inscrivant dans les lignes de force de la globalisation. Les questions propres à la « Société du Risque » contribuent à remodeler et élargir l’espace spatio-temporel pour la gestion des conséquences des risques modernes. Une partie croissante des décisions de régulations politiques, par exemple dans le domaine de la définition des normes d’environnement, est prise à un niveau supranational, le plus souvent européen, espace politique original qui tend à bouleverser les formes d’engagement et à générer de nouveaux instruments structurant les interactions aux différents niveaux de responsabilité. Notre contribution propose d’approfondir certaines dimensions mises en avant dans le paradigme de la « Société du Risque » pour les confronter aux nouvelles pratiques d’engagement collectif et de régulation publique observées au cours des dernières années en Région wallonne, pour tester dans quelle mesure le questionnement propre à la modernité réflexive peut contribuer à l’intelligibilité des transformations socio-politiques actuelles. [less ▲]

Detailed reference viewed: 20 (4 ULg)
Full Text
See detailUsing stakeholders’ expertise in EMF and soil contamination to improve the management of public policies dealing with modern risk: when uncertainty is on the agenda
Fallon, Catherine ULg; Joris, Geoffrey ULg; Zwetkoff, Catherine ULg

in Martorell, S.; Guedes Soares, C.; Barnett, J. (Eds.) Safety, Reliability and Risk Analysis: Theory and Applications (2008)

In Western societies, public decision-making processes have to deal with both industrial and modern risks. Industrial risks are managed by the traditional public decision-making process (DMP) based on ... [more ▼]

In Western societies, public decision-making processes have to deal with both industrial and modern risks. Industrial risks are managed by the traditional public decision-making process (DMP) based on strong scientific knowledge foundations and trusted institutions. Management of modern risks has to fit within the same institutional settings, even though those risks should be replaced in another political framework because of their specific features (spatio-temporal scale, great scientific uncertainty, invisibility…). We propose two case studies from Belgium, one on soil contamination and one on electromagnetic fields in relation to antennas siting issues, that will help identify and discuss what are the variables that have to be taken into account in order to design new ways of dealing with such modern risks, fostering efficient management and social acceptance. What is at stake is the development of new methodologies for the actors in the policy networks to agree with some appraisal framework. [less ▲]

Detailed reference viewed: 76 (12 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailAppréhender l'incertitude: le Technology Assessment au service du processus décisionnel
Delvenne, Pierre ULg; Joris, Geoffrey ULg; Thoreau, François ULg

in Pyramides : Revue du Laboratoire d’Etudes et de Recherches en Administration Publique (2008), 15(1),

Le présent article porte sur les processus de décision publique en situation d’incertitudes multiples, justifiant l’ouverture des frontières de l’objet de la décision et le recours à des instruments de ... [more ▼]

Le présent article porte sur les processus de décision publique en situation d’incertitudes multiples, justifiant l’ouverture des frontières de l’objet de la décision et le recours à des instruments de production de connaissance particuliers. Dans un premier temps, nous mettrons en évidence les nouveaux référentiels structurant les processus décisionnels liés à des risques scientifiquement et socialement controversés. Dans un second temps, nous présenterons le « Technology Assessment » comme un outil de gestion publique des choix technologiques, et nous nous attacherons à décrire à la fois la pertinence et les limites de cet instrument de facilitation de la prise de décision dans un contexte marqué par sa complexité et largement empreint d’incertitude. [less ▲]

Detailed reference viewed: 52 (17 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGouvernance et politiques de santé: les chemins de la cohérence
Brunet, Sébastien ULg; Fallon, Catherine ULg; Joris, Geoffrey ULg et al

in Revue Française de Santé Publique (2008), vol.20(n°2/2008), 3-16

Detailed reference viewed: 52 (14 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailA conceptual tool for successful participation
Cornélis, Bernard; Brunet, Sébastien ULg; Delvenne, Pierre ULg et al

Poster (2007, June 19)

Detailed reference viewed: 15 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe principe de précaution : un outil stratégique de transformation (sub) politique
Brunet, Sébastien ULg; Delvenne, Pierre ULg; Joris, Geoffrey ULg

in Schweizerische Zeitschrift für Soziologie = Revue Suisse de Sociologie (2007)

Detailed reference viewed: 50 (15 ULg)