References of "Henin, Jean-Marc"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailPhytosanitary treatment of European pallets by microwave: developing a program to ensure compliance with ISPM 15 and monitoring its efficacy on the house longhorn beetle (Hylotrupes bajulus L.)
Henin, Jean-Marc; Leyman, Michael; Bauduin, Aline et al

in European Journal of Wood and Wood Products (2014)

Microwave heating was recently approved by the FAO as a significantly effective phytosanitary treatment for wood packaging material. According to ISPM 15 (FAO 2009), the target organisms are eradicated if ... [more ▼]

Microwave heating was recently approved by the FAO as a significantly effective phytosanitary treatment for wood packaging material. According to ISPM 15 (FAO 2009), the target organisms are eradicated if a temperature higher than 60 °C is maintained for 60 s across the entire profile of the board (i.e. 60 °C/60 s). A study using pallet boards was carried out in order to set up a treatment program that would meet ISPM 15 requirements in terms of wood temperature and insect mortality. A 4 m-long industrial tunnel oven (maximum power of 28.8 kW) was used to carry out the experiments. Temperature was measured by means of a VarioCAM® infrared camera. The most relevant results we found were: (i) achieving a temperature of 63.2 °C (Populus sp.) or 64.8 °C (Pinus sylvestris L.) on the upper surface of 22 mm-thick boards enabled compliance with FAO requirements (i.e. 60 °C/60 s), whatever the moisture content, basic density and initial temperature of the wood (provided the latter exceeded 0 °C); (ii) larvae >150 mg represented the most microwave-resistant life stage of Hylotrupes bajulus L.; (iii) the mortality rate of the larvae was influenced by the moisture content of the boards. Using the Gompertz model, we estimated the upper surface temperature that would be needed to achieve a 99.99683% mortality rate (the Probit 9 mortality level of efficacy) for the most microwave-resistant life stage of H. bajulus. This temperature was estimated to be 46.8 °C and 57 °C for wood with >50 and <25% moisture content, respectively. [less ▲]

Detailed reference viewed: 9 (0 ULg)
Full Text
See detailVariation radiale de l’angle des microfibrilles de cellulose et de la longueur des trachéides chez le Douglas
Vaïanopoulos, Céline; Henin, Jean-Marc; Hebert, Jacques ULg et al

Poster (2013, November)

La sylviculture du douglas (Pseudotsuga menziesii) en Wallonie est récente et présente des modalités opératoires très contrastées. Aussi, pour guider l’action des sylviculteurs, une étude technologique ... [more ▼]

La sylviculture du douglas (Pseudotsuga menziesii) en Wallonie est récente et présente des modalités opératoires très contrastées. Aussi, pour guider l’action des sylviculteurs, une étude technologique visant à évaluer l’impact du dynamisme de la sylviculture sur les propriétés du bois de douglas a été initiée. Il est accepté aujourd’hui que l’angle des microfibrilles de cellulose (AMF) de la paroi des trachéides, ainsi que la longueur des trachéides, peuvent expliquer largement le comportement du bois sans défaut. Dans un premier temps, l’étude a porté sur les variations de l’AMF et de la longueur des trachéides au sein des arbres en fonction de paramètres tels que leur vitesse de croissance, l’âge du cerne, la position radiale ou la hauteur dans l’arbre. Ultérieurement, ces résultats seront utilisés pour tenter d’expliquer les propriétés mécaniques du bois sur la base de ses caractéristiques anatomiques. Il sera alors possible de relier les caractéristiques de croissance avec les propriétés du bois produit afin de proposer les pratiques sylvicoles les plus pertinentes. [less ▲]

Detailed reference viewed: 26 (3 ULg)
Full Text
See detailImpact of growth rate on the distribution of visually strength-graded West-European Douglas-fir boards
Henin, Jean-Marc; Hebert, Jacques ULg; Jourez, Benoît ULg

Poster (2013, October)

Douglas-fir is a relatively new species within the forest landscape of Wallonia (Southern Belgium). Consequently, some uncertainties remain regarding how to keep full advantage of its high productivity as ... [more ▼]

Douglas-fir is a relatively new species within the forest landscape of Wallonia (Southern Belgium). Consequently, some uncertainties remain regarding how to keep full advantage of its high productivity as well as of the good properties of its wood. Moreover, the recent implementation of the timber strength grading (Council Directive 89/106/EEC) is likely to sensitize forest managers and the sawing industry to the impact of sylviculture on the resource quality. In that context, this research aimed at assessing to what extent the ring width of the trees (RWtree) and the mean girth increment of the stands (MGI) influences, in the frame of a visual strength grading, the distribution of the boards they produce. The experimental material was derived from 33 trees (girth range of between 120cm and 170cm) originating from 11 Douglas-fir stands (age range of between 41 and 69 y.o.) representative of contrasting sylvicultural management practices: RWtree ranged from 3 to 6 mm. From a bolt located 6 to 8.2m height in the standing trees, boards (38X100X2100mm³) were sawn and graded according to the Belgian Standard NBN B 16-520. This research evidenced that: - Only the Knot Area Ratio (KAR) impedes boards to be employed in structural uses. Practically, no board having a KAR allowing S10 grading (S10 corresponds to C30 as defined in EN338) exhibits a ring width higher than 6mm, which is the maximum value accepted for S10 grading (according to NBN B 16-520). These observations demonstrate the highly prevailing character of the knottiness regarding the boards’ grading; - 87% of the boards produced by trees from RWtree≥5mm can be used in structural uses, but only 7% can be classified into S10 strength class. In comparison, trees with RWtree<4.5mm also provided 87% of boards which can be used in structure, but 18% of the boards can be graded into S10 strength class; - 89% of the boards produced by stands with MGI>3cm/year are accepted for structural uses, but only 9% are graded into S10 class. Regarding the stands with MGI≤3cm/year, these values are 89% and 24%, respectively. Growth rate thus doesn’t seem to affect the percentage of Douglas-fir boards fit for structural uses. Dynamic sylviculture however significantly decreases the percentage of boards graded into S10 strength class: although it should be supported by financial assessments, early pruning thus seems highly advisable in a context of dynamic sylviculture. [less ▲]

Detailed reference viewed: 19 (2 ULg)
Full Text
See detailImpact of growth rate on the mechanical properties of Douglas-fir grown in Wallonia (Southern Belgium)
Pollet, Caroline; Henin, Jean-Marc; Jourez, Benoît ULg et al

Poster (2013, October)

Timber is traditionally the main purpose of Douglas-fir in Europe. However, some uncertainties remain concerning the sylviculture that should be applied in order to maximise girth growth rate (GR) without ... [more ▼]

Timber is traditionally the main purpose of Douglas-fir in Europe. However, some uncertainties remain concerning the sylviculture that should be applied in order to maximise girth growth rate (GR) without affecting the good mechanical properties of the wood. So, the present study aimed at assessing to what extent the GR of Douglas-firs grown in Wallonia influences the mechanical properties of wood clear samples. The modulus of elasticity (E) and static bending strength (σf) were measured according to NF B51-016 and NF B51-008 and are discussed according to the ring width measured on the samples, as well as on the growth rate of the trees and of the stands, for both juvenile and mature wood. This assessment will help to provide sylviculture guidelines for foresters. The experimental material was derived from 11 Douglas-fir stands distributed all over Wallonia, Southern Belgium. At the time of felling, the age of the stands ranged from 41 to 69 years old. In each stand, six trees were felled, their girth varying from 120cm to 179 cm. As a consequence of the sampling methodology the growth rate of the trees ranged from 3 mm to 7 mm. From the 66 butt logs, 274 and 884 clear samples were taken in the juvenile and mature wood respectively. This research evidenced that: - Whatever the GR, the mean values of E and σf in the juvenile wood are 20% lower than those in the mature wood; - At the tree level, the mean E and σf of the samples taken from trees with ring width>5mm are about 10% lower than those of the samples taken from trees with ring width<5mm, whether considering juvenile or mature wood; - At the stand level and regardless to the type of wood (juvenile/mature), the mean E and σf of the samples originating from stands with mean girth increment>3cm/year are respectively 5% and 9% lower than those of the samples originating from stands with mean girth increment <3cm/year. This observation should lead the forest manager to consider carefully sylvicultural practices that would induce a too fast juvenile growth; high growth rate in the mature wood do not appear to be a problem considering the properties studied here. One should however take into account the impact of the growth rate on the singularities of the boards. [less ▲]

Detailed reference viewed: 30 (5 ULg)
Full Text
See detailETUDE DES RELATIONS SYLVICULTURE-QUALITE DU BOIS DE DOUGLAS: Impact du dynamisme de la croissance du Douglas
Henin, Jean-Marc; Pollet, Caroline; Vaïanopoulos, Céline et al

Report (2013)

L’objectif poursuivi dans ce travail est de déterminer les interactions entre la sylviculture appliquée aux peuplements de douglas et les caractéristiques du bois produit. Ces données doivent permettre de ... [more ▼]

L’objectif poursuivi dans ce travail est de déterminer les interactions entre la sylviculture appliquée aux peuplements de douglas et les caractéristiques du bois produit. Ces données doivent permettre de définir des limites acceptables pour la production de bois de qualité, garantissant des voies de valorisations variées et rémunératrices. Dans un premier temps, la sylviculture et les caractéristiques des peuplements de Douglas ont été étudiées dans le contexte de la Région wallonne. Il ressort que le douglas possède un potentiel de croissance largement supérieur à celui des autres essences résineuses. En Wallonie, son aire de distribution est étendue et couvre une large gamme de territoires écologiques : sa plasticité fait de lui une espèce privilégiée de diversification de la pessière. Les propriétaires forestiers, particulièrement privés, l’ont bien compris et les surfaces qui lui sont consacrées ne cessent dès lors d’augmenter. Cet attrait se traduit essentiellement par la plantation de peuplements mélangés épicéa-douglas. Cette option présente l’avantage d’éviter les premières éclaircies de petits bois rouges qui sont peu valorisables actuellement dans notre pays. Cette alternative permet également au propriétaire de diversifier son investissement et de mieux se prémunir des accidents naturels pouvant survenir dans son peuplement. Il ressort également que les volumes mobilisables, déjà importants, vont continuer d’augmenter. Comparativement à la France et à l’Allemagne, ces volumes sont certes négligeables : la Wallonie reste toutefois, après ces deux grandes nations, un producteur européen de douglas significatif, au même titre que l’Espagne, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni. Dans un second temps, afin d'évaluer dans quelle mesure la sylviculture du douglas pourrait être dynamisée en Région wallonne tout en assurant la production d'un matériau qui présente les meilleures potentialités de valorisation, l'impact de la vitesse de croissance en grosseur des arbres a été étudié sur les caractéristiques morphologiques des arbres et des grumes, sur les caractéristiques anatomiques microscopiques du bois (en particulier l’angle des microfibrilles de cellulose de la paroi des trachéides) sur les caractéristiques physico-mécaniques et de durabilité naturelle d’éprouvettes sans défaut et enfin sur les caractéristiques visuelles et mécaniques de sciages aux dimensions d'emploi. En ce qui concerne les caractéristiques morphologiques des arbres et des grumes, les paramètres suivant ont à ce jour été analysés : le défilement, l'épaisseur et la proportion d'écorce, la proportion de duramen, ainsi que les caractéristiques de branchaison et de la cime vivante. Ces paramètres conditionnent le rapport entre la quantité totale de matière ligneuse produite et la quantité de matière valorisable pour certains usages. Il ressort que ni la quantité ni le pourcentage d’écorce produits par les arbres d’une circonférence donnée ne semblent influencés par le dynamisme de la croissance. En revanche, ce paramètre a, sur le défilement et sur la proportion d’aubier dans les grumes, des effets respectivement modéré et notable. La proportion de cime vivante et la branchaison (grosseur et nombre de branches) augmentent également avec le dynamisme de la sylviculture : les effets de ces augmentations apparaissent de façon manifeste sur les sciages aux dimensions d’emploi (bardages et bois de structure). En ce qui concerne les caractéristiques anatomiques microscopiques du bois, l’angle des microfibrilles de cellulose (AMF) de la paroi des trachéides est en cours d’étude. Il est accepté aujourd’hui que ce paramètre peut expliquer une partie non négligeable du comportement du bois sans défaut. Dans un premier temps, les variations de l’AMF au sein du bois en fonction de paramètres tels que la vitesse de croissance des arbres, l’âge, la position radiale ou la position verticale dans l’arbre sont recherchées. Ultérieurement, ces résultats seront utilisés pour tenter d’expliquer le comportement mécanique du bois sur la base de caractéristiques anatomiques. Il sera alors possible de relier les caractéristiques de croissance avec les propriétés du bois produit afin de proposer les pratiques sylvicoles les plus pertinentes. A ce stade d’avancement de l’étude, il apparaît que l’AMF est plus important dans le bois juvénile que dans le bois adulte, ce qui pourrait expliquer la différence de propriétés et de comportement de ces bois. D’autre part, la longueur des trachéides, moins élevée que celle habituellement mentionnée dans la bibliographie, augmente de l’écorce vers la moelle. Finalement, bien qu’elles ne soient qu’à leur début, les analyses semblent confirmer que l’AMF est plus élevé dans la direction du plus grand rayon, ce qui est vraisemblablement lié à la présence de bois de compression. En ce qui concerne les caractéristiques physico-mécaniques et de durabilité naturelle du bois sans défaut, il est primordial de s'assurer que l'augmentation de la vitesse de croissance des arbres ne s'accompagne pas d'une diminution trop importante des propriétés physiques et mécaniques intrinsèques du bois, ainsi que de sa durabilité naturelle, qui constituent des atouts majeurs de l’essence. Bien que cette partie du projet ne soit pas terminée, il ressort que dans le bois adulte, les propriétés physico-mécaniques du matériau, bien que demeurant très avantageuses par rapport à celles des autres essences résineuses, sont affectées lorsque la largeur des cernes mesurée sur les éprouvettes (LMCe) excède 6mm. D’autre part, les propriétés mécaniques moins intéressantes du bois juvénile par rapport au bois adulte sont apparues clairement, de moins bonnes performances se manifestant dès que LMCe excède 4mm. Bien qu'il faille l'étayer par d'autres considérations, ce constat devrait amener le gestionnaire forestier à considérer avec méfiance les pratiques sylvicoles qui induiraient une croissance juvénile trop soutenue. En ce qui concerne la durabilité naturelle du Douglas, celle-ci est apparue comme faible (Class 4 suivant CEN/TS 15083) mais indépendante du rythme de croissance des arbres. Finalement, l’étude des caractéristiques visuelles et mécaniques des sciages aux dimensions d'emploi a pour but de vérifier que le produit fini ne pâtisse pas trop d'une augmentation de la vitesse de croissance des arbres. En effet, les pièces mises en œuvre présentent des singularités (nœuds, poches de résine, etc.) qui peuvent, en dépit de propriétés intéressantes du matériau per se, s'avérer rédhibitoires dans un contexte d'utilisation donné. Par exemple, une gestion sylvicole qui induirait l'abondance de gros nœuds non-adhérents serait peu pertinente dans un objectif de production de lames de bardage, fusse le bois par ailleurs très durable. En ce qui concerne la valorisation du bois en bardages, l’analyse montre que deux tiers des lames déclassées le sont en raison des nœuds sautants. Une augmentation notable de la proportion de lames déclassées avec la vitesse de croissance des arbres, ainsi qu’avec leur statut de dominance, a également été observée. Dans ce contexte, il apparaît essentiel de pratiquer un élagage des branches mortes le plus tôt possible, mais aussi d’effectuer un élagage sur les branches vivantes. La pratique d’un élagage permettra de pallier, dans une certaine mesure, à la forte branchaison qui caractérise les bois produits à des vitesses de croissance relativement élevées (LMC supérieures à 5,5 mm). Il reste cependant à vérifier que dans ce cas, la plus-value apportée par un élagage peut compenser la perte de qualité engendrée par l’augmentation de la taille des nœuds au-delà de la partie élaguée. En ce qui concerne la valorisation en bois de structure, il est encourageant de constater que près de 90% des sciages examinés sont, dans le cadre d’un classement visuel et sur la base de la nodosité uniquement (qui est le critère de classement qui a l’impact le plus marqué), aptes à cette utilisation. Les peuplements à croissance plus dynamique (qui présentent en moyenne un Accroissement moyen annuel en Circonférence=3,6cm/an) ont produit 9% en moins de S10 (meilleure qualité visuelle) et 6% en plus de rebut que les peuplements à croissance plus lente (AMAC=2,8cm/an en moyenne). Il conviendra d’évaluer par la suite l’impact de ces classements moins valorisants sur la valeur financière des sciages produits. Néanmoins, comme dans le cas d’une valorisation en bardages, ces observations suggèrent fortement (et indépendamment de considérations financières) l’intérêt d’un élagage précoce et à grande hauteur. Finalement, un classement mécanique pourrait amener à relativiser l'impact de l'augmentation de la vitesse de croissance sur la répartition des sciages en classes de qualité et, par comparaison, permettre une optimisation, ou à tout le moins des améliorations de la norme belge de classement visuel. Cette dernière a déjà subi des adaptations sur base des résultats obtenus dans le cadre de la présente étude. [less ▲]

Detailed reference viewed: 102 (12 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffect of growth rate on the natural durability of Douglas-fir in western Europe
Pollet, Caroline; Henin, Jean-Marc; Hebert, Jacques ULg et al

in Canadian Journal of Forest Research = Journal Canadien de la Recherche Forestière (2013), 43(10), 891-896

Douglas-fir is a relatively recent species in the central European forest landscape. It is not clear how its natural durability is influenced by silviculture. We therefore investigated how the natural ... [more ▼]

Douglas-fir is a relatively recent species in the central European forest landscape. It is not clear how its natural durability is influenced by silviculture. We therefore investigated how the natural durability of the (Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco) Douglas-fir varies according to tree growth rate; subsequently, the influence of the nature of the wood (juvenile or mature) and radial position was also analyzed. For this purposes, a total of 60 trees grown in Wallonia (Southern Belgium) was felled: these consisted of 6 trees in each of 10 stands where the average tree girth was approximately 150 cm. Since the age of these plantations ranged from 40 to 69 years, the radial tree growth rate ranged between approximately 3 and 7 mm. In all the trees, standardized heartwood test specimens were taken from different radial positions in the butt log. The mass losses caused by the fungi Poria placenta and Coniophora puteana were assessed according to CEN/TS 15083-1 (2005). Poria placenta exhibited a higher decaying efficiency than C. puteana, leading to classify Douglas-fir wood as slightly durable (class 4). No difference was observed between the durability against P. placenta of juvenile and mature wood. Similarly, growth rate seemed to have no direct impact on durability. Durability was, however, significantly correlated with wood density. The effect of site and tree on the natural durability of the wood was also examined. [less ▲]

Detailed reference viewed: 29 (12 ULg)
See detailMicrowave-treatment of frozen wood packaging material
Henin, Jean-Marc; Bauduin, Aline; Leyman, Michaël ULg et al

Conference (2012, July 12)

As part of the wood packaging material (WPM) regulation in international trade, the dielectric heating (DH) is soon to be included in ISPM15 (IPPC 2009) as an approved phytosanitary treatment. It has been ... [more ▼]

As part of the wood packaging material (WPM) regulation in international trade, the dielectric heating (DH) is soon to be included in ISPM15 (IPPC 2009) as an approved phytosanitary treatment. It has been considered that when using dielectric radiation (i.e. microwaves or radiofrequencies), reaching 60°C or more throughout the entire profile of the wood during at least 60s (i.e. 60°C/60s) ensures the eradication of any noxious organism present in the wood. Regarding the treatment itself, the main requirements mentioned in the draft of ISPM15 Annex 1 (IPPC 2011) concern the way to achieve “uniformity of heating” as well as the treatment duration, which must not exceed 30min. Concerning wood characteristics, the only restriction to the DH concerns the thickness of the wood pieces, which must not exceed 20cm; no other restriction exists regarding wood moisture content, density or initial temperature. As reported in the draft of ISPM15 Annex 1, it is generally considered that “when using microwaves as a heating source, the coldest part of the wood is the surface”. This statement implies that achieving 60°C (or more) during 60s at the surface of the wood should guarantee compliance with IPPC requirements (i.e. 60°C throughout the profile of the wood). However, since ice and liquid water exhibit very different properties towards microwaves, initially frozen wood (9cmX9cm and 17cmX17cm in cross-section) was irradiated in a 28.8 kW microwave oven (2.45GHz) in order to assess whether achieving 60°C/60s at the surface of less than 20cm-thick planks ensures higher core temperatures. The temperature pattern observed after the treatment was compared with the one observed after the treatment of initially thawed wood pieces. It was observed that, in some conditions, initially frozen pieces exhibit inside temperature (much) lower than 60°C, despite complying with 60°C/60s all over the surface of the wood. These results show that when wood is heated with microwaves, its coldest part may not be the surface. Our results also strongly suggest that the impact of wood properties on post-treatment temperature pattern should be further investigated in order to better identify the limits of the DH (at least on frozen wood). [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (7 ULg)
See detailEffect of growth rate and radial position on the natural durability of Douglas-fir
Pollet, Caroline; Henin, Jean-Marc; Jourez, Benoît ULg et al

Conference (2012, July 11)

In terms of natural durability, Douglas-fir (Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco) fame owns to the favourable characteristics of centuries-old trees harvested in old-growth North American forests. The ... [more ▼]

In terms of natural durability, Douglas-fir (Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco) fame owns to the favourable characteristics of centuries-old trees harvested in old-growth North American forests. The properties of wood coming from plantations harvested between 50 and 100 years-old are likely to be different. In such stands, plantation density and thinning intensity may have a large impact on the trees growth rate. Since this parameter is known to affect some properties of the wood, it was decided to assess to what extent an increase in Douglas fir growth rate affects the natural durability of its wood. This issue is indeed poorly documented in the scientific literature. This parameter was evaluated on standardized heartwood specimens taken from 60 trees originating from 10 stands in Wallonia (Southern Belgium). In all these stands, the average girth of the trees ranged between 140 and 160cm, whilst their age (from plantation) ranged from 38 to 66 years old: These stands are thus representative of very contrasted silvicultural management practices. In terms of individual growth, the Mean Ring Width of the trees ranges between ca 3 and 7mm. Globally, 600 tests specimens were taken from two radial positions in the heartwood of each tree. Half of the specimens were taken in the heartwood at the border of the sapwood; the other half encloses the 20 years old ring, counting from the pith. The mass losses caused by the wood decaying fungus Poria placenta were assessed according to Cen/ts 15083-1 (2005).The natural durability of the wood is discussed as affected by sites, trees, radial positions in tree and tree growth rate. [less ▲]

Detailed reference viewed: 30 (7 ULg)
Full Text
See detailMise au point d’une méthode de traitement par micro-ondes des bois d’emballage destinés à l’exportation comme alternative aux mesures phytosanitaires actuellement appliquées (bromure de méthyle et traitement thermique).
Leyman, Michaël ULg; Bauduin, Aline; Henin, Jean-Marc et al

Report (2012)

La convention RF 09/6216 WOODPACKTREAT, subventionnée par le Service Public Fédéral, c’est déroulée du 01-02-2010 au 31-03-2012. L’objectif de ce projet consistait à élaborer une méthode standardisée de ... [more ▼]

La convention RF 09/6216 WOODPACKTREAT, subventionnée par le Service Public Fédéral, c’est déroulée du 01-02-2010 au 31-03-2012. L’objectif de ce projet consistait à élaborer une méthode standardisée de traitement sanitaire des bois d’emballage à l’aide de micro-ondes en déterminant, en fonction des caractéristiques du bois, les modalités du traitement requis afin de garantir une mortalité de 100% des ravageurs/pathogènes présents. De manière plus spécifique, les objectifs étaient au nombre de quatre : 1. étudier la relation existante entre la température de surface (Ts), facilement contrôlable, et la température au coeur du bois (Tc) lorsque les caractéristiques de planches varient (épaisseur, humidité, masse volumique et température initiale) ; 2. vérifier la stabilité de la relation Tc-Ts en fonction de la puissance du rayonnement, de la durée de l’exposition et de la charge de bois dans le four ; 3. contrôler le taux de mortalité des organismes placés dans les conditions de Ts qui garantissent 60° C à coeur pendant 60 secondes à l’issue du traitement ; 4. s’assurer de la faisabilité technique du procédé qui sera mis au point, de sa rentabilité, ainsi que son potentiel d’intégration dans une chaîne de fabrication. Un four à micro-ondes de 2,5 GHz dont la puissance pouvait variée de 0 à 28,8 kW fut utilisé. Les planches prises pour les expériences mesuraient 80 X 20 X 2,2 cm. L’ensemble des objectifs n’ont pas pus être menés à bien en raisons de problèmes survenus au four (notamment la découverte d’une répartition non homogène des micro-ondes). Toutefois, un certain nombre de résultat ont put être trouvés, dont voici les principaux: 1. La relation entre les Ts et les Ts n’est significativement influencée que par le type d’essence (la température et l’humidité initiale n’ont pas d’influences significatives). La Ts nécessaire pour avoir dans 99 % des cas une Tc au minimal de 60 °C est de 68 °C pour le peuplier et de 72,5 °C pour le pin. 2. Pour une même énergie incidente, l’élévation de la T est influencée par la durée d’exposition aux rayonnements. Plus la durée est importante, plus le rendement est meilleur. Ce dernier atteint au bout d’un certain temps une valeur limite. La charge du four influence également le rendement. Plus il y a de masse dans le four, plus le rendement est élevé. 3. Le stade de développement d’ Hylotrupes bajulus L. (espèce de référence en matière d’essais de traitement biocide préventif ou curatif du bois) le plus résistant aux micro-ondes ainsi que sa température létale ont été déterminés. Les larves de plus de 150 mg sont les plus résistantes. Une température de 69,7°C garanti 99,99683% de mortalité (taux imposé par l’annexe 1 de l’ISPM 15). 4. Le procédé semble techniquement réalisable. Il semble, par contre, financièrement peu rentable. Toutefois, cette situation pourrait changer avec un durcissement des normes. Suite à ces constatations, il est prévu, au cours d’une convention SPW & ULg: de mettre au point et de valider, en fonction des caractéristiques du bois, le programme de traitement (60°C pendant 60 secondes) ; de vérifier sur des larves d’H. bajulus la létalité du traitement micro-onde établi ; d’évaluer la possible intégration du processus dans une chaîne de production industrielle. [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (3 ULg)
Full Text
See detailValorisation du douglas en bois de struture et bardages : impact de la vitesse de croissance des arbres
Henin, Jean-Marc; Pollet, Caroline; Hebert, Jacques ULg et al

in Forêt Wallonne (2009), (98), 29-38

Jusqu’à présent, la gestion du douglas était plus ou moins calquée sur celle de l’épicéa, ce qui impliquait une sous-exploitation du potentiel. La recherche présentée a pour but d’évaluer l’impact de la ... [more ▼]

Jusqu’à présent, la gestion du douglas était plus ou moins calquée sur celle de l’épicéa, ce qui impliquait une sous-exploitation du potentiel. La recherche présentée a pour but d’évaluer l’impact de la vitesse de croissance sur les caractéristiques du matériau produit et donc l’impact de la sylviculture opérée sur le douglas. <br /> <br />Soixante-six arbres ont été choisis dans onze peuplements. Six arbres par peuplement : deux dominants, deux co-dominants, deux dominés. L’âge des peuplements se situe entre 40 et 70 ans. Les peuplements les plus jeunes ont suivi les scénarios sylvicoles les plus dynamiques, les peuplements les plus vieux ont été soumis aux pratiques les plus conservatrices. <br /> <br />Sur base d’un classement visuel, 85 % des bois de structure et 77 % des lames de bardage débitées sont valorisables. Ces débits sont représentatifs de plus de 75 % du volume marchand des arbres. Le constat est donc positif. <br /> <br />La maximisation de la croissance du douglas n’est pas la solution qui permet une valorisation optimale de la ressource par le secteur de la première transformation, en raison de l’augmentation de la nodosité avec la vitesse de croissance. Par contre, la largeur moyenne des cernes mesurée sur les sciages n’est pas en soi un facteur pénalisant pour le classement visuel. <br /> <br />Dans un contexte de classement visuel, la recherche de vitesses de croissance relativement élevées semble subordonnée à la pratique d’un élagage qui permettra de pallier la forte branchaison. Il reste à évaluer si la plus-value apportée par l’élagage compense la perte de qualité engendrée par l’augmentation de la taille des nœuds au-delà de la partie élaguée, quand on sait que pour 6 mètres élagués, 65 % du volume des arbres du peuplement final ne le sont pas. [less ▲]

Detailed reference viewed: 175 (26 ULg)
Full Text
See detailRelation sylviculture - qualité du bois du douglas (Pseudotsuga menziesii) en Région wallonne
Henin, Jean-Marc; Pollet, Caroline; Ponette, Quentin et al

Poster (2008, May 27)

A partir d'un échantillon de peuplements présentant des sylvicultures contrastées, le projet a pour objectif de déterminer les limites de vitesse de croissance qui garantissent l’adéquation de la ... [more ▼]

A partir d'un échantillon de peuplements présentant des sylvicultures contrastées, le projet a pour objectif de déterminer les limites de vitesse de croissance qui garantissent l’adéquation de la production ligneuse à la demande de l’industrie. C’est pourquoi le projet vise à étudier les relations entre les propriétés du bois et les caractéristiques du traitement sylvicole appliqué aux peuplements de douglas dans les conditions environnementales de la Région wallonne. [less ▲]

Detailed reference viewed: 81 (12 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailStrategy to control the effectiveness of microwave treatment of wood in the framework of the implementation of ISPM 15
Henin, Jean-Marc; Charron, Stéphane; Luypaert, Peter et al

in Forest Products Journal (2008), 58(12), 75-81

Wood packaging materials (WPM) are known to be important potential vectors of exotic organisms, some of which turn into major ecological or socio-economic problems in regions where they are introduced. At ... [more ▼]

Wood packaging materials (WPM) are known to be important potential vectors of exotic organisms, some of which turn into major ecological or socio-economic problems in regions where they are introduced. At present, the heating and methyl bromide fumigation of WPM are the only sanitary treatments approved under ISPM15 (FAO 2002). Since both methods present noticeable disadvantages, the use of microwaves for the disinfestation of WPM is a very attractive alternative. Therefore, pallet components (22 mm-thick pine planks) artificially infested with larvae of Hylotrupes bajulus (Col., Cerambycidae) were treated in a continuous conveying tunnel design of 4 kW microwave oven. Posttreatment surface and inside emperatures of the planks were strongly correlated. As expected from the literature, all larvae exposed to inside plank temperatures exceeding 55 °C died. Surface temperatures higher than 60 °C guaranteed these lethal conditions inside the wood, whatever its moisture content. Those <br />observations thus suggest that treatment effectiveness could be controlled through the measurement of the planks’ surfacetemperatures. Although further experiments are needed, irradiation of 22 mm-thick pine planks in a continuously supplied 28.8 kW microwave oven confirmed the appeal of this monitoring strategy. If successful treatment control is demonstrated whatever the characteristics of the planks (thickness, basic density, species, MC, . . . ), the proposed monitoring strategy, which can be integrated in an assembly line provided with a tunnel oven, can be a significant step towards the recognition of microwave <br />irradiation as an acceptable treatment for eradication of pests and pathogens in WPM. [less ▲]

Detailed reference viewed: 110 (9 ULg)
Full Text
See detailLe douglas en Région wallonne, état des lieux et tendances
Biévelet, Cédric; Henin, Jean-Marc; Jourez, Benoît ULg et al

in Forêt Wallonne (2007), (90), 27-39

La douglasaie wallonne a connu en l’espace d’un siècle un essor considérable. Nous en proposons un état des lieux et quelques perspectives.

Detailed reference viewed: 67 (21 ULg)
Full Text
See detailXylobios: patterns, roles and determinants of saproxylic diversity in Belgian deciduous forests
Fayt, Philippe; Branquart, Etienne; Dufrêne, Marc ULg et al

in McManus, M.L.; Liebhold, A.M. (Eds.) Proceedings: Ecology, Survey and Management of Forest Insects (2003)

Detailed reference viewed: 10 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailQualitative survey of five beech damaging coleoptera (Scolytidae and Lymexylonidae) in Wallonia (Southern Belgium)
Henin, Jean-Marc; Huart, Olivier; Lejeune, Philippe ULg et al

in McManus, M. L.; Liebhold, A. M. (Eds.) Proceedings Ecology, Survey and Management of Forest Insects (2003)

In 2000 and 2001, Trypodendron domesticum L. and T. signatum (F.) (Col.: Scolytidae) were one of the main causes of the depreciation of more than 1,600,000 m³ of standing beech trees, Fagus sylvatica L ... [more ▼]

In 2000 and 2001, Trypodendron domesticum L. and T. signatum (F.) (Col.: Scolytidae) were one of the main causes of the depreciation of more than 1,600,000 m³ of standing beech trees, Fagus sylvatica L., in Wallonia (Southern Belgium). In 2001, a survey aiming at assessing the range of those indigenous ambrosia beetles, so far discreet and poorly studied, pointed out that they are omnipresent all over Wallonia. Two other scolytids and one lymexylonid (Col., Lymexylonidae) were also frequently caught, which made it possible to outline their regional distribution too. [less ▲]

Detailed reference viewed: 57 (14 ULg)