References of "Halleux, Jean-Marie"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailGames to understand urban planning
Dethier, Perrine ULiege; Halleux, Jean-Marie ULiege

Conference (2017, November 17)

Planning is not anymore seeing as a neutral concept. During a long period planning has been conducted as a technical activity only. Nevertheless, space “is no longer a neutral category as it was between ... [more ▼]

Planning is not anymore seeing as a neutral concept. During a long period planning has been conducted as a technical activity only. Nevertheless, space “is no longer a neutral category as it was between the 1960s and the 1980s that is viewed as a container for economic and social processes, but is rather the result of social relations among people living in a certain area or region where culture and cultural influences play a crucial role”(Knieling & Othengrafen, 2009, p. xxiii)1. Planning is indeed deeply depending on cultural context of a country and a region. Since the 1990s, the term planning culture covers comparative spatial planning research. This concept can be define as “the collective ethos and dominant attitudes of planners regarding the appropriate role of the state, market forces, and civil society in influencing social outcomes” (Sanyal, 2005, p. xxi)2. To date, planning culture literature concentrates on listing the observations and expert analyses. Our goal is to operationalise this concept as a set of values and attitudes shared by a particular group of people. For this purpose, we use experimental economics to gain empirical evidences on planning practices. Our presentation will be structured in three parts. At first, we will develop the concept of planning culture and illustrate it by the comparison of planning in Belgium and in the Netherlands. Despite many common characteristics, planning in those two countries strongly differs. On the one hand, both countries are densely populated and their territories are relatively similar. Although, on the other hand, their urban form are highly contrasted. Indeed, Belgium is characterized by an extreme sprawl whereas Netherlands has controlled the sub-urbanization processes. The second part of our presentation will be dedicated to the explanation of experimental economics. Experimental economics are experiments motivated by economics questions. “Experiments are a controlled data generation process. ‘Control’ means that most factors which influence behaviour are held constant and only one factor of interest (the “treatment”) is varied at a time”(Croson and Gächter, 2010, p. 124)3. To illustrate the field, we will realise an experiment in real time with the audience.Finally, we will finish our presentation by presenting some results of our current research that intends to objectify the role of planning culture in urban development. Based on experimental economics, our research aims to study the risk aversion as well as the importance of trust and cooperation in the development of partnership. To do so, we have organized four experiments with urban planning stakeholders in three different countries: Belgium, the Netherlands and Norway. [less ▲]

Detailed reference viewed: 29 (0 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailFirm Performance and Multi-Scale Territorial Resources in Wallonia: Towards a Model using Business Accounting?
Wilmotte, Pierre-François ULiege; Halleux, Jean-Marie ULiege

Poster (2017, November 17)

In Europe (and in Wallonia), most public policies related to regional development and economic development aim to stimulate/reinforce the ‘’territorial resources’’ in order to improve the competitiveness ... [more ▼]

In Europe (and in Wallonia), most public policies related to regional development and economic development aim to stimulate/reinforce the ‘’territorial resources’’ in order to improve the competitiveness of the (Walloon, Belgian or European) firms. For instance, in Wallonia, one of the key action of the Marshall Plan (i.e. the main regional strategy in the domain of economic development) aims to “mobilize the territory” (in French, « mobilisation du territoire à destination du développement économique »). In this perspective, our objective is to quantify and analyse the territorial resources that impact the performance of Walloon or Belgian firms, with the final aim to advice the policy makers and to improve the related public policies. This topic is related to questions such as: Does a better accessibility of economic estates improve the performance of firms? Are cultural amenities (in order to attract talents) and land prices (in order to reduce their costs) strategic competitive advantages for firms? The poster describes some methodological issues of (in general) the PhD research and (particularly) one part of the research, concerning a multivariate statistics analysis of business accounting. [less ▲]

Detailed reference viewed: 14 (0 ULiège)
Full Text
See detailRapport intermédiaire
Bruggeman, Derek; Coppens, Alain; Courtois, Xavier et al

Report (2017)

Les acteurs de la filière céréale wallonne sont actuellement confrontés à une série de modifications comprenant notamment : l’évolution de la législation, l’arrivée en fin de validité des permis ... [more ▼]

Les acteurs de la filière céréale wallonne sont actuellement confrontés à une série de modifications comprenant notamment : l’évolution de la législation, l’arrivée en fin de validité des permis d’environnement ou d’exploiter d’une série de sites de stockage, l’augmentation des volumes stockés au sein de ces sites, l’urbanisation à proximité de ceux-ci…. Ces éléments pourraient impliquer la fermeture de certains sites de stockage. Simultanément, la localisation de nouveaux sites de stockage est confrontée à des défis tels que la croissance du phénomène NIMBY, l’entrée en vigueur du Code de Développement Territorial (CoDT) et la protection du paysage. Pourtant, traditionnellement, la production céréalière occupe une place importante dans la production agricole belge. Cette filière s’est développée au cours du temps au point de faire de la Belgique un leader européen dans la production de céréales. Afin de concentrer une production initialement dispersée dans l’espace, des infrastructures de stockage sont nécessaires pour le développement de la filière. Ces espaces de stockage sont d’autant plus importants pour la filière que les demandes en céréales portent sur de grands volumes. Le calendrier agronomique et les conditions météorologiques impliquent une proximité entre les sites de collecte de céréales et les zones de production. Ce besoin de sites de stockage de proximité avec des volumes importants a entrainé la mutualisation de ressources entre agriculteurs et donné naissance aux coopératives agricoles spécialisées dans ce stockage. Ces organismes coexistent avec des négociants qui remplissent le même rôle. En s’adaptant au développement de la filière, ces entreprises se sont diversifiées et ont accru leurs capacités de stockage. Nombre d’entre elles fournissent maintenant des engrais ou des produits phytosanitaires, réalisent des activités de transforma-tion… Elles sont devenues des acteurs clés de la filière à l’interface entre les agriculteurs et le monde agro-industriel (localisés respectivement en amont et en aval de la production de céréales). Ces évolutions doivent être confrontées aux objectifs politiques décrits dans le Code Wallon de l’Agriculture (CWA) et du CoDT. Le CWA prévoit que les politiques agricoles wallonnes doivent « encourager et soutenir la structuration des agriculteurs afin de renforcer leur pouvoir de négociation au sein des filières et d'obtenir une meilleure appropriation par les agriculteurs de la valeur ajoutée aux produits agricoles » et « favoriser l'autonomie des agriculteurs et des exploitations agricoles, individuellement ou collectivement, en termes de production, de transformation et de commercialisation, en ce compris en favorisant le modèle coopératif ». En parallèle, le CoDT a pour objectif « d’assurer un développement durable et attractif du territoire ». Il décrit aussi les objectifs régionaux suivants : « la lutte contre l’étalement urbain et l’utilisation rationnelle des territoires et des ressources », « le développement socio-économique et de l’attractivité territoriale », « la gestion qualitative du cadre de vie » et « la maîtrise de la mobilité ». Dans ce contexte, et pour assurer l’atteinte des objectifs des deux codes précités, il est nécessaire d’: • objectiver les risques et les nuisances causés par l’activité de stockage de céréales ; • objectiver les besoins en sites de stockage ; • identifier des zones autorisant ce type d’activité à proximité des zones de production ; • identifier les critères de localisation optimale des sites de stockage de céréales. La recherche est donc composée de deux parties. La première partie, plus exploratoire, réalise un examen de la filière, ainsi que des conditions administratives et pratiques liées aux sites de stockage de céréales, afin de déboucher sur une liste de critères et types de localisation envisageables. La deuxième partie recensera les sites qui risquent de ne plus pouvoir être exploités, testera, dans ces zones, les critères et conditions mis en évidence dans la première partie et aboutira à une méthodologie applicable à toutes les zones. Ce rapport intermédiaire présente l’état d’avancement de la première partie, ainsi que les résultats préliminaires du workshop, qui réalise l’articulation entre les deux parties de la recherche. Le rapport est structuré en six chapitres. Les cinq premiers chapitres présentent les avancements réalisés dans les cinq phases de la première partie. Le premier chapitre décrit la structuration de la filière céréalière wallonne ainsi que les activités de stockage et leurs nuisances. Le deuxième chapitre éclaire la position des différents acteurs par rapport à la problématique étudiée. Le chapitre 3 décortique les conditions administratives influençant la localisation des sites de stockage de céréales. Le chapitre 4 décrit la localisation des cultures céréalières en Wallonie et, donc, le besoin en sites de stockage. Le chapitre 5 caractérise les sites de stockage de céréales présents dans les données en notre possession. Il décrit donc l’offre en stockage de céréales. Le sixième chapitre présente la manière dont a été réalisé le workshop et ses premiers résultats. [less ▲]

Detailed reference viewed: 27 (2 ULiège)
Full Text
See detailCharges d'urbanisme et principe de proportionnalité. Rapport intermédiaire
Hendrickx, Sébastien ULiege; Harou, Raphaëlle; Cremasco, Veronica ULiege et al

Report (2017)

Detailed reference viewed: 39 (11 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe remembrement-relotissement en Wallonie et aux Pays-Bas : est-il possible de réveiller la Belle Endormie ?
Dethier, Perrine ULiege; Halleux, Jean-Marie ULiege

Conference (2017, February 17)

Le dispositif du remembrement-relotissement, aussi appelé « Association Foncière Urbaine » en France, est un outil foncier qui permet de réaménager le maillage parcellaire et les espaces publics. Il a ... [more ▼]

Le dispositif du remembrement-relotissement, aussi appelé « Association Foncière Urbaine » en France, est un outil foncier qui permet de réaménager le maillage parcellaire et les espaces publics. Il a pour finalité de matérialiser un projet urbain et il est associé au transfert à une structure de copropriété des droits de propriété relatifs aux terrains nécessaires à la réalisation du projet en question. Il revient ensuite à cette structure de copropriété de gérer le développement du périmètre. À l’issue de l’aménagement, les propriétaires sont rétribués proportionnellement à la valeur de leurs apports fonciers respectifs. Le remembrement-relotissement est considérée comme une « Belle endormie » de l’aménagement . En effet, alors que ce dispositif présente de nombreux avantages (mobilisation du foncier à faible coût, développement de projets intégrés…), il n’est que très rarement appliqué sur le terrain . C’est dans ce cadre que se situe notre proposition, dont l’objectif est de chercher à comprendre les raisons qui limitent l’usage de cette procédure ainsi que les leviers susceptibles d’enfin banaliser sa pratique. Notre intervention sera structurée en trois parties. En première partie, nous développerons les résultats d’une analyse ayant cherché à comprendre la non-utilisation du dispositif au sein du contexte wallon . Ce travail a mis en avant que le remembrement-relotissement souffre d’une mauvaise image auprès des experts wallons de l’aménagement du territoire. Le problème fondamental réside dans la faible faisabilité liée à l’incapacité de mobiliser de concert un nombre suffisamment élevé de propriétaires. La seconde partie de notre intervention sera consacrée à la situation néerlandaise. Aux Pays-Bas, le remembrement-relotissement n’est pas non plus un outil fréquemment utilisé, ce qui s’explique par la tradition de production foncière publique. En effet, il est inutile de chercher à travailler avec les propriétaires lorsque les collectivités locales sont directement à la manœuvre pour mettre en place les projets de développement. Pour autant, en raison de la crise du modèle néerlandais de la production foncière publique, le remembrement-relotissement est aujourd’hui considéré par les autorités néerlandaises comme un outil très important afin de continuer à contrôler les montages opérationnels tout en limitant l’implication financière des collectivités. Il ressort de la comparaison entre les Pays-Bas et le Wallonie que le différentiel de confiance entre acteurs est une explication fondamentale de l’opposition entre les deux contextes. Dans ce cadre, la troisième partie de notre intervention rendra compte d’une recherche en cours qui vise à objectiver l’impact des cultures d’aménagement sur les montages opérationnels. Ce projet, qui s’appuie sur le champ de l’économie comportementale , vise en particulier à traiter des thématiques de l’aversion face aux risques et de l’importance de la confiance dans le développement des partenariats et des coopérations. [less ▲]

Detailed reference viewed: 54 (9 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEvaluation of the spatial and economic effectiveness of industrial land policies in Northwest Europe
Vandermeer, Marie-Caroline; Halleux, Jean-Marie ULiege

in European Planning Studies (2017)

This article stems from the discrepancy between the lack of attention paid to industrial land policy by academics and the predominant thought among elected representatives and development agencies, i.e ... [more ▼]

This article stems from the discrepancy between the lack of attention paid to industrial land policy by academics and the predominant thought among elected representatives and development agencies, i.e. that industrial land policy plays a key role in the creation of growth and new jobs. The article begins with a reflection on the literature, which stresses the need to develop knowledge on industrial land policies. To help fill this research gap, we have developed an exploratory piece of research on the theme of their spatial and economic effectiveness, on the basis of statistical analyses dedicated to seven countries. As regards spatial effectiveness, the results underline significant national differentials in terms of land consumption on the one hand, while highlighting the economic sprawl that affects France and Belgium on the other hand. As regards economic effectiveness, our results show that the impact of the development of economic estates on growth depends largely on regional contexts. In particular, the “intermediate regions” in western Germany stand out as belonging to a specific context where land policies seem particularly effective from an economic standpoint. By contrast, the economic effectiveness of industrial land policies requires readjustments in most “predominantly rural regions, close to a city”. [less ▲]

Detailed reference viewed: 43 (12 ULiège)
Full Text
See detailEtat du territoire wallon : structures territoriales
Halleux, Jean-Marie ULiege

Conference (2016, December 08)

Detailed reference viewed: 56 (8 ULiège)
Full Text
See detailSystèmes d'informations foncières et politiques publiques : rapport scientifique 2015-2016
Hendrickx, Sébastien ULiege; Grandjean, Martin; Marlier, Catherine et al

Report (2016)

Detailed reference viewed: 33 (5 ULiège)
See detailPrix fonciers et fonctionnement des marchés immobiliers
Halleux, Jean-Marie ULiege

Conference given outside the academic context (2016)

Detailed reference viewed: 23 (3 ULiège)
See detailDéveloppement territorial, foncier économique et infrastructures
Halleux, Jean-Marie ULiege

Conference (2016, September 13)

Detailed reference viewed: 27 (3 ULiège)
Peer Reviewed
See detailThe economic effectiveness of economic land supply
Halleux, Jean-Marie ULiege; Vandermeer, Marie-Caroline

Conference (2016, July 05)

Detailed reference viewed: 44 (6 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailAnalyse de la potentialité des outils d’auto-organisation en Wallonie : l'exemple d’un habitat groupé liégeois, les Zurbains
Dethier, Perrine ULiege; Halleux, Jean-Marie ULiege

Conference (2016, May 25)

La régénération urbaine doit faire face à de nombreux obstacles. Parmi ceux-ci, les plus significatifs sont la réduction des finances publiques ainsi que des obstacles plus structurels comme la captation ... [more ▼]

La régénération urbaine doit faire face à de nombreux obstacles. Parmi ceux-ci, les plus significatifs sont la réduction des finances publiques ainsi que des obstacles plus structurels comme la captation des plus-values foncières pour financer les infrastructures publiques, la coopération entre le secteur public et privé ou la complexité croissante des projets par l’augmentation des acteurs concernés (commune, région, propriétaires fonciers, promoteurs, développeurs, habitants…). Afin de répondre à ce contexte changeant, de nombreuses villes, notamment américaines, anglaises ou néerlandaises, mettent en place des outils d’auto-organisation (‘Buisness improvement district’, ‘tax increment financing’, …) (van der Krabben et Needham, 2008 ; Meerkerk et al., 2013 ; Peyroux et al., 2012 ; Squires et Lord, 2012)1. Dans cette recherche, nous définissions le terme d’auto-organisation comme : « l’émergence et le développement d’initiatives naissant d’un réseau construit en dehors des institutions gouvernementales ou autres et qui peut se rattacher ultérieurement à ces institutions » (Huygen et al., 2012)2. Quatre caractéristiques centrales distinguent le concept d’auto-organisation d’autres formes de participation : les motivations intrinsèques des acteurs, l’organisation par le biais d’un leadership pertinent, l’autonomie vis-à-vis des institutions et la spontanéité et créativité. Alors que dans certains pays, les outils d’auto-organisations deviennent courants, peu d’exemples sont présents en Wallonie. Pourtant, ils pourraient répondre, en partie, aux problèmes de recyclage urbain mis en évidence (Halleux et al. 2004)3. Par le champ de l’économie comportementale, nous étudierons l’exemple d’un habitat groupé liégeois, les Zurbains. « L’économie comportementale est un champ de l’économie qui se fonde sur le comportement des êtres humains observé dans la réalité et/ou en laboratoire afin d’expliquer les choix économiques des acteurs économiques » (Hanne, 2012)4. Ce courant économique remet en cause le concept l’Homo oeconomicus, la représentation théorique du comportement humain en économie néo-classique. Les Zurbains sont un projet d’habitat groupé sur une vaste friche (8 500 m²) située dans un quartier populaire de Liège, Saint-Léonard. En 2005, vingt-six ménages font l’acquisition de ce terrain dans le but d’y réaliser un ensemble de logements basse énergie. Il faudra attendre 9 ans entre l’achat du terrain et l’installation des premiers habitants. Par l’analyse de trois grandes composantes du comportement économique, nous essayerons de comprendre quels ont été les freins au développement du projet et comment les comportements des acteurs ont influencé la réussite du projet. L’analyse portera sur le partage des risques, la confiance entre les acteurs et l’évolution de coopération (inter et extra groupe). Le projet présente de nombreux intérêts à la fois individuels (logement neuf en centre urbain, économie d’échelle) et collectifs (réhabilitation d’une friche, aide financière régionale pour la commune pour l’aménagement des espaces publics alentours). Cependant son développement a été confronté à de nombreux obstacles : la prise de risque prise due au manque d’expertise dans le montage de projet urbain, une rupture de confiance entre les maîtres d’œuvre et le maître d’ouvrage, une collaboration pas toujours évidente entre le privé (les Zurbains) et le public (la ville ou les gestionnaires des impétrants). Sur base de rencontres avec les acteurs, il s’agira dès lors de dégager les forces et les faiblesses des acteurs wallons dans le développement de projet auto-organisé et d’analyser la potentialité de ce type de projet. [less ▲]

Detailed reference viewed: 69 (22 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPériurbanisation et efficacité de l'usage de la ressource foncière à Kinshasa
Messina Ndzomo, Jean Pierre ULiege; Mate, Jean-Pierre; Halleux, Jean-Marie ULiege

Conference (2016, May 25)

Kinshasa est la capitale de la République Démocratique du Congo et la plus grande ville francophone d’Afrique subsaharienne sur le plan démographique et spatial. Alors que Kinshasa comptait 400 000 ... [more ▼]

Kinshasa est la capitale de la République Démocratique du Congo et la plus grande ville francophone d’Afrique subsaharienne sur le plan démographique et spatial. Alors que Kinshasa comptait 400 000 habitants en 1960, son volume de population est actuellement estimé entre 8 et 12 millions d’habitants. La forte croissance démographique de cette ville, dont le taux de progression se situerait autour de 4 % depuis 2000, justifie sa dynamique spatiale. La conséquence immédiate est l’étalement urbain et une urbanisation non maitrisée favorisés par l’accroissement de la demande en logement. La crise du logement est de plus en plus forte dans un contexte marqué par une faiblesse des politiques publiques sur l’habitat. La géographie urbaine de Kinshasa connait, en conséquence, de profondes mutations depuis quelques décennies, des quartiers centraux et péricentraux se densifient et des lotissements périurbains colonisent de vastes territoires. Plus spécifiquement la périurbanisation, phénomène d’étalement des villes, s’y impose très largement. La présente communication porte sur notre projet de thèse qui cherche à comprendre les relations entre les mécanismes fonciers et la production de l’urbanisation à Kinshasa. De manière synthétique, la recherche est basée sur l’hypothèse que l’urbanisation de Kinshasa est spatialement inefficace. Elle est de plus en plus éloignée du centre-ville et des axes principaux et colonise vraisemblablement les zones physiquement inappropriées à l’urbanisation. Il ressort de notre revue de la littérature que l’urbanisation de Kinshasa résulte de dynamiques variées. D’un côté, nous assistons à une très forte densification de certains quartiers. D’un autre côté, la ville connaît un étalement urbain qui s’accompagne du développement de quartiers périphériques à faible densité. La première partie de notre travail vise à quantifier le phénomène d’urbanisation à Kinshasa. Cette quantification sera établie sur base des sources statistiques disponibles. Elle mobilisera également les techniques de la télédétection, afin de suivre l’évolution spatiale de la croissance urbaine. Cette partie du travail permettra notamment de vérifier l’hypothèse consistant à considérer que la croissance de Kinshasa oppose et conjugue des dynamiques de forte densification à des dynamiques d’étalement urbain. C’est cette partie du travail qui devra notamment permettre de vérifier si les logiques d’étalement urbain engendrent un gaspillage de ressources foncières préjudiciables aux activités de l’agriculture (péri) urbaine et au maintien du couvert forestier. La seconde partie de notre travail consistera dans le développement d’enquêtes. Des enquêtes seront menées auprès de deux publics cibles : d’une part, les acteurs actifs dans la production urbaine et, d’autre part, les populations. Enquêter auprès des acteurs de la production urbaine (architectes, promoteurs, planificateurs, chefs traditionnels, administrations : urbanisme, habitat et affaires foncières,…) devra permettre une compréhension des mécanismes fonciers et immobiliers qui alimentent la production du logement à Kinshasa (nous pensons en particulier au rôle des prix et des valeurs sur les phénomènes de densification et d’étalement urbain). En parallèle, enquêter auprès des populations visera à évaluer le niveau d’efficacité spatiale de l’urbanisation mise en place. Développer ce sujet de l’efficacité spatiale consistera à vérifier si, d’un côté, la densification n’atteint pas des niveaux critiques et si, d’un autre côté, l’étalement ne conduit pas à des déplacements – et donc à des coûts de transport – inutiles. [less ▲]

Detailed reference viewed: 96 (14 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailObservation foncière : pour une observation partenariale. La Wallonie cherche un modèle
Sarciat, Jordane; Hendrickx, Sébastien ULiege; Halleux, Jean-Marie ULiege

in La Revue Foncière (2016), 11

Detailed reference viewed: 63 (23 ULiège)
See detailLe développement territorial en Wallonie : entre dispersion des populations et concentration de l'activité
Halleux, Jean-Marie ULiege

Conference given outside the academic context (2016)

Detailed reference viewed: 42 (1 ULiège)
Full Text
See detailMieux et plus de transports publics : le préalable de l'aménagement du territoire
Halleux, Jean-Marie ULiege

Conference given outside the academic context (2016)

Detailed reference viewed: 39 (2 ULiège)