References of "Glowacz, Fabienne"
     in
Bookmark and Share    
See detailDU SOUTIEN À LA PARENTALITÉ À UNE PARENTALITÉ SOUTENANTE
Glowacz, Fabienne ULg

Conference given outside the academic context (2013)

Alors que la parentalité se conjugue à tous les temps et se décline actuellement sous des formes de plus en plus diversifiées, les parents restent les premiers et les plus importants agents de ... [more ▼]

Alors que la parentalité se conjugue à tous les temps et se décline actuellement sous des formes de plus en plus diversifiées, les parents restent les premiers et les plus importants agents de socialisation de leur enfant. La parentalité est un processus dynamique et évolutif nécessitant des réaménagements au cours du développement de l’enfant et de l’adolescent. Au fil des étapes de croissance de l’enfant, du couple et des évènements de vie, père et mère se trouvent confrontés à des questions, des difficultés voire des impasses qui peuvent les faire naviguer entre doutes, sentiments d’impuissance, incompréhension et angoisses altérant leur sentiment de compétence parentale. L’enjeu du soutien à la parentalité est de permettre à ces parents de retrouver des forces, des repères, des ajustements pour qu’ils soutiennent le développement de leur enfant et adolescent au rythme de ces transitions et de ces crises. Celles-ci peuvent alors devenir des temps où émergent des ressources et des compétences nouvelles ainsi qu’un regard nouveau sur leur enfant et leur expérience parentale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 30 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailRacines développementales et processus psychologiques de la délinquance juvénile violente
Glowacz, Fabienne ULg; Born, Michel ULg

in Cusson, Maurice; Guay, Stéphane; Proulx, Jean (Eds.) et al Traité des violences criminelles. Les questions posées par la violence et les réponses de la science (2013)

Detailed reference viewed: 48 (15 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailFinding the Roots of Adolescent Aggressive Behavior: A Test of Three Developmental Pathways
Glowacz, Fabienne ULg; Véronneau, Marie-Hélène; Boët, Sylvie et al

in International Journal of Behavioral Development (2013), 37(4), 319-331

Aggressive behaviors in adolescence often originate in early development. This study tested three longitudinal pathways starting in early childhood, in a sample of 325 Belgian participants (162 girls ... [more ▼]

Aggressive behaviors in adolescence often originate in early development. This study tested three longitudinal pathways starting in early childhood, in a sample of 325 Belgian participants (162 girls) assessed every 1 or 2 years from birth through age 14. Structural equation models supported the “mother early dissatisfaction” pathway toward adolescent aggression, but neither the “cognitive functioning” nor the “early aggressive behavior” pathway gained clear support. Mother’s early dissatisfaction with her child was the starting point of a series of negative perceptions of the child, which predicted physical and social aggression in adolescence. Children’s cognitive functioning and early aggression level were weakly correlated with mother’s perceptions. This finding suggests that explaining normative development to parents may improve mothers’ perceptions of their early experience as a mother, of their child, and of their subsequent interactions, which may reduce their child’s future aggressive behaviors. [less ▲]

Detailed reference viewed: 36 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailStyle de vie de consommateurs de drogue conduisant à la délinquance
Born, Michel ULg; Pirenne, Chantal; Schmits, Emilie ULg et al

in Revue Internationale de Criminologie et de Police Technique et Scientifique [= RICPTS] (2013), LXVI

Par des entretiens qualitatifs qui ont pu être menés dans une dizaine de communes belges auprès de personnes ayant accepté de se prêter à un entretien, nous pouvons examiner le lien entre le style de vie ... [more ▼]

Par des entretiens qualitatifs qui ont pu être menés dans une dizaine de communes belges auprès de personnes ayant accepté de se prêter à un entretien, nous pouvons examiner le lien entre le style de vie, la consommation de drogue et la délinquance autorévélée. Par la méthode boule de neige auprès d’usagers de centres ambulatoires d’aide aux toxicomanes et par la méthode de rencontres aléatoires dans des espaces publics, un échantillon de 106 personnes reconnaissant avoir été ou être encore consommateur de drogues illicites a été rencontré. Par l’analyse qualitative, il sera possible de comprendre comment la consommation et la délinquance s’imbriquent chez certaines personnes et structurent leur temps et leur mode de vie. Contrairement aux idées reçues que les consommateurs deviennent délinquants, se marginalisent et aggravent leur toxicomanie, les entretiens permettent de mieux comprendre toutes les nuances individuelles des styles de vie et en particulier le maintien sur une période de vie assez prolongée, de consommations modérées ne conduisant pas à l’exclusion sociale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 77 (16 ULg)
Peer Reviewed
See detailRapports entre timing pubertaire perçu et estime de soi chez des adolescents belges et français
Glowacz, Fabienne ULg; Oubrayrie Roussel; Safont-Mottay, Claire et al

Conference (2013, May)

Les questions de l’identité personnelle et de l’identité sexuée ne peuvent être élucidées par l’adolescent sans en référer au corps, même si elles ne s’y limitent pas. Le processus de maturation ... [more ▼]

Les questions de l’identité personnelle et de l’identité sexuée ne peuvent être élucidées par l’adolescent sans en référer au corps, même si elles ne s’y limitent pas. Le processus de maturation pubertaire a des répercussions sur la représentation de soi (Blyth et al. 1982) et sur l’établissement des relations sociales à l’adolescence (Alsaker,1995). La poussée staturo-pondérale, comme l’atteinte de la maturité sexuelle, ne se produisent pas en même temps chez tous, certains ont déjà atteint une pleine maturité physiologique, alors que d’autres n’ont pas encore abordé le développement pubertaire. Cette variabilité interindividuelle renforcée par des différences entre les sexes (tant par le moment où débute le développement pubertaire que la façon dont sont vécues les transformations corporelles) a des effets au niveau de la construction identitaire, de la perception de soi et du rapport aux autres (Glowacz et al. 2008, Williams & Currie, 2000, Seigel et al. 1999). Le timing pubertaire perçu reposant sur la perception de l’adolescent de sa maturation pubertaire comparée à celle de ses pairs intègre à la fois les dimensions physiologiques et psychologiques, intra-individuelles et inter-individuelles. Cette communication vise à étudier en quoi la perception d’une synchronisation ou désynchronisation de sa maturation pubertaire par rapport aux pairs influence l’estime de soi durant la phase de transition entre l’enfance et l’adolescence et en cours d’adolescence. 249 collégiens et lycéens belges (12 à 18 ans) et 200 collégiens français (11 à 16 ans) ont été interrogés. Le timing perçu est évalué par la méthode de Berg-Kelly & Erdes (1997) faisant appel au vécu de l’adolescent par rapport à son développement pubertaire, à l’intégration de ces changements ou non-changements physiques au niveau de son image, aux impacts dans son rapport à l’autre ainsi qu’à l’intégration du regard de l’autre. L’estime de soi est mesurée par l’échelle de Harter (1988) et par l’échelle d’estime de soi toulousaine (Bardou et al. 2012). Nos résultats confirment une plus faible estime de soi globale, une perception négative et une insatisfaction par rapport à l’apparence physique chez les garçons au timing pubertaire retardé. Chez les filles, contrairement à nos hypothèses, il n’est pas relevé de différences au niveau de l’estime de soi globale selon le timing pubertaire pour l’échantillon belge tandis que pour l’échantillon français sont relevées des différences au niveau de l’estime de soi physique et de l’estime de soi scolaire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 67 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDo adolescent child abusers, peer abusers, and non-sex offenders have different personnality profiles ?
Glowacz, Fabienne ULg; Born, Michel ULg

in European Child & Adolescent Psychiatry (2013), 22

The aim of this study was to identify two sub-populations of sex offenders based on the age of the victims and on the age difference between the abuser and the victim (child sexual abusers versus peer ... [more ▼]

The aim of this study was to identify two sub-populations of sex offenders based on the age of the victims and on the age difference between the abuser and the victim (child sexual abusers versus peer sexual abusers), and to and compare the personality characteristics of these two subgroups with those of juvenile non-sex offenders. Method : The group was composed of 67 adolescent offenders aged 13-18 years old who were adjudicated for sexual offences or non-sexual offences : 20 non-sex offenders (JNSOs), 26 child sexual abusers (CAs), and 21 peer sexual abusers (PAs). The Millon Adolescent Clinical Inventory (MACI) was administered to all participants. The mean scores and clinical cutoffs on the MACI scales were compared across the three samples. Results: Compared to PAs, CAs were more submissive and conforming, and they experienced more anxious feelings. PAs scored higher on the unruly and forceful personality scales, on social insensitivity and on delinquent predisposition. PAs also reported higher scores on substance-abuse proneness, impulsive propensities, and antisocial functioning than CAs, but their scores were similar to those of JNSOs. Conclusions: Our results show clear similarities between PAs and JNSOs in terms of personality and clinical characteristics, especially with regard to antisocial personality traits. CAs did not display the personality characteristics typical of PAs and JNSOs which predisposed them to delinquent activities. These results raise questions as to whether juvenile sex offenders should be treated within the same institutions as non-sex offenders, and whether the same treatment programs should be implemented for all types of juvenile sex offenders. [less ▲]

Detailed reference viewed: 40 (8 ULg)
See detailSoutien à la parentalité, support de résiliences
Glowacz, Fabienne ULg

Conference (2012, November 27)

Detailed reference viewed: 24 (1 ULg)
See detailLa différenciation nécessaire des traitements selon le type d'abuseurs sexuels
Glowacz, Fabienne ULg

Conference (2012, October 18)

Les délits sexuels commis par les adolescents suscitent de nombreuses réactions allant de l’incompréhension à l’effroi et laissent place à un questionnement sur la compréhension du passage à l’acte de ces ... [more ▼]

Les délits sexuels commis par les adolescents suscitent de nombreuses réactions allant de l’incompréhension à l’effroi et laissent place à un questionnement sur la compréhension du passage à l’acte de ces jeunes, sur leur fonctionnement psychologique ainsi que sur les mesures judiciaires et thérapeutiques à prescrire. Les recherches psycho-criminologiques en délinquance sexuelle juvénile se sont centrées sur la question de savoir si les adolescents auteurs d’une infraction à caractère sexuel constituent une population spécifique ou s’ils présentent les mêmes caractéristiques de fonctionnement antisocial que les adolescents auteurs de délinquance non sexuelle. Par ailleurs, tous les auteurs et cliniciens s’accordent sur le fait que les adolescents auteurs d’une infraction à caractère sexuel forment un groupe hétérogène. Dans le cadre de notre exposé, nous allons explorer la question de la spécificité de la délinquance sexuelle en analysant le profil psychologique, l’engagement délinquentiel et sexuel de ces adolescents, en distinguant les adolescents agressant des enfants plus jeunes (child abusers) des adolescents agressant d’autres adolescents (peer abusers). Les résultats de nos recherches indiquent un mode d’engagement sexuel spécifique aux adolescents délinquants sexuels, mais un engagement délinquentiel synchrone et de même nature pour les adolescents délinquants non sexuels et les adolescents délinquants sexuels envers les pairs, qui présentent le plus souvent des trajectoires délinquantes mixtes (délinquance sexuelle et non sexuelle) plus diversifiées et chargées que les adolescents délinquants sexuels envers enfants. L’analyse comparative des profils de personnalité de ces adolescents relève la spécificité de ces deux sous-groupes (child abusers versus peer abusers) et appuie la nécessité de développer des réponses thérapeutiques adaptées à leurs déficits et leurs besoins. [less ▲]

Detailed reference viewed: 50 (8 ULg)
Peer Reviewed
See detailFinding the roots of adolescent violence: A test of two developmental pathways
Veronneau, Marie-Helene; Glowacz, Fabienne ULg; Born, Michel ULg

Poster (2012, August)

Detailed reference viewed: 25 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailDésistance et résilience secondaire, du moins au plus.
Born, Michel ULg; Glowacz, Fabienne ULg

Conference (2012, June)

Alors que la désistance peut être définie comme la disparition des symptômes tout particulièrement quand il s’agit de troubles externalisés et de la délinquance habituelle qu’une personne aurait adoptée ... [more ▼]

Alors que la désistance peut être définie comme la disparition des symptômes tout particulièrement quand il s’agit de troubles externalisés et de la délinquance habituelle qu’une personne aurait adoptée comme mode de vie, la résilience secondaire serait un rebond personnellement et socialement positif de cette personne. La non-récidive qui est le signe de la désistance ne suffit donc pas pour qu’on puisse parler de résilience car la conformité normative peut être simplement un abandon adaptatif au même titre que la délinquance pouvait l’être. Même si une délinquance violente peut être le fruit d’un moi faible, d’une incapacité à tolérer les frustrations ou à contrôler les écluses du passé, une grande part de la délinquance repose sur des mécanismes adaptatifs adéquats quand bien même ils sont moralement ou juridiquement inacceptables. Pour que la résilience secondaire se mette en place il nous semble que des mécanismes supplémentaires tels que la sublimation ou un sursaut narcissique engendre un investissement d’objet hors soi. Plusieurs cas nous montrent que ces personnes sorties de la toxicomanie ou de carrières délinquantes plus ou moins sévères se sont appuyées sur un étayage narcissique externe ou sur des mécanismes de défense tournés vers la générativité pour entreprendre des actions sociales altruistes ou des activités éducatives ou théâtrales qui qualifient la résilience secondaire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 126 (23 ULg)
Peer Reviewed
See detailVictimisation sexuelle dans l’enfance et délinquance : quelle résilience à l’adolescence ?
Glowacz, Fabienne ULg; Buzitu, Rachel ULg; Born, Michel ULg

Conference (2012, May 14)

De nombreuses recherches indiquent que le fait d’avoir subi des mauvais traitements et/ou des abus sexuels durant l’enfance constitue chez les filles un important facteur de risque de délinquance et de ... [more ▼]

De nombreuses recherches indiquent que le fait d’avoir subi des mauvais traitements et/ou des abus sexuels durant l’enfance constitue chez les filles un important facteur de risque de délinquance et de violence. Les filles maltraitées sont davantage susceptibles d’être arrêtées que celles qui n’ont jamais été maltraitées (Widom et Maxfield, 2001; Herrera et McCloskey, 2003; Siegel et Williams, 2003), et les femmes victimes d’abus sexuel dans l’enfance sont significativement plus susceptibles de se faire arrêter à l’âge adulte comparativement à un groupe témoin (Siegel et Williams, 2003 ; Bergen et al., 2004). Bien que l’abus sexuel représente un facteur de risque de délinquance, toutes les adolescentes ayant vécu un abus sexuel ne vont pas s’y engager. Quels sont les facteurs qui vont soutenir le processus de résilience en faveur d’une trajectoire sociale adaptée, « non délinquante » ? Sur base de notre recherche portant sur un échantillon d’adolescentes de 15 à 19 ans ayant vécu un abus sexuel durant l’enfance dont la moitié sont reconnues comme délinquantes et l’autre moitié comme des « résilientes non délinquantes », et d’une présentation clinique de deux membres d’une fratrie ayant subi un abus sexuel par un même auteur (l’une résiliente, l’autre délinquante), nous allons dégager les facteurs de résilience par rapport à un engagement délinquentiel et développer les modalités d’intervention protectrices lors du dévoilement d’abus sexuel. [less ▲]

Detailed reference viewed: 115 (11 ULg)
Peer Reviewed
See detailAdolescence et délinquances : quand la puberté s’en mêle …De l’intérêt d’une approche biopsychosociale de la délinquance adolescentaire
Glowacz, Fabienne ULg

Conference (2010, May 13)

De nombreuses recherches (Kaltiala-Heino et al., 2003 ; Parent et al., 2003 ; Beaver § Wright, 2005 ; Haynie § Piquero 2006 ; Lynne et al., 2007,..) ont établi ces dernières années un lien entre le ... [more ▼]

De nombreuses recherches (Kaltiala-Heino et al., 2003 ; Parent et al., 2003 ; Beaver § Wright, 2005 ; Haynie § Piquero 2006 ; Lynne et al., 2007,..) ont établi ces dernières années un lien entre le développement pubertaire et l’engagement à l’adolescence dans des comportements délictueux, usage de drogue, conduites sexuelles et autres comportements exploratoires et déviants. Felson et Haynie (2002) affirment que le développement pubertaire a des effets sur différents types de délinquance comparables à d’autres puissants prédicteurs de la délinquance. Bien que l’étude de Williams et Dunlop (1999) constate que les garçons à maturité précoce et tardive présentent des taux plus élevés de délinquance que leurs pairs à maturation normale, des recherches plus récentes (Ge et al., 2002 ; Beaver § Wright, 2005 ; Michaud et al., 2006 ; Lynne et al., 2007…) soutiennent l’hypothèse de la précocité pubertaire en tant que facteur de risque : les garçons à puberté précoce ont un plus haut niveau d’engagement dans des comportements délinquants et agressifs, alors que les garçons à puberté tardive s’engagent dans moins de délinquances (de type crime, violence, atteintes aux biens, usage de drogue). La délinquance sexuelle juvénile, au croisement de la délinquance et de la sexualité, incite à un questionnement sur les effets de la puberté au niveau des conduites sexuelles déviantes. Notre recherche « Adolescence, délinquances et processus pubertaire » portant sur un échantillon de 316 adolescents âgés de 13 à 18 ans, a notamment évalué l’incidence du timing pubertaire au niveau de l’adoption de conduites délinquantes sexuelles et non sexuelles. Nos résultats confirment la pertinence de la prise en compte du développement pubertaire dans les processus de socialisation et d’engagement dans la délinquance générale et/ou sexuelle à l’adolescence. [less ▲]

Detailed reference viewed: 78 (9 ULg)
Peer Reviewed
See detailAdolescents délinquants sexuels : délinquance et sexualité de ces adolescents à la lumière de leur timing pubertaire .
Glowacz, Fabienne ULg

Conference (2009, May 12)

De nombreuses recherches ( Haynie 2006, Kaltiala-Heino 2003, Parent, 2003, Beaver 2005, Lynne 2007,..) ont établi ces dernières années un lien entre le développement pubertaire et l’engagement dans des ... [more ▼]

De nombreuses recherches ( Haynie 2006, Kaltiala-Heino 2003, Parent, 2003, Beaver 2005, Lynne 2007,..) ont établi ces dernières années un lien entre le développement pubertaire et l’engagement dans des comportements délictueux, usage de drogue, conduites sexuelles et autres comportements exploratoires et déviants. Felson et Haynie (2002) affirment que le développement pubertaire a des effets sur différents types de délinquance, comparables à d’autres puissants prédicteurs de la délinquance. Bien que l’étude de Williams et Dunlop (1999) constate que les garçons à maturité précoce et tardive présentent des taux plus élevés de délinquance que leurs pairs à maturation normale, des recherches plus récentes (Ge 2002, Beaver 2005, Michaud 2006, Lynne 2007)…) soutiennent l’hypothèse de la précocité pubertaire en tant que facteur de risque : les garçons à puberté précoce ont un plus haut niveau d’engagement dans des comportements délinquants, agressifs et sexuels, alors que les garçons à puberté tardive s’engagent dans moins de délinquances (de type crime, violence, atteintes aux biens, usage de drogue et sexualité). Tous les auteurs reconnaissent la complexité des interactions entre facteurs biologiques et psychosociaux, et des liens entre puberté-comportements. La délinquance sexuelle juvénile, au croisement de la délinquance et de la sexualité, ne peut se dispenser d’un questionnement sur le développement pubertaire de ces adolescents . Dans le cadre de notre recherche « Adolescence, délinquances et processus pubertaires », nous avons évalué le timing pubertaire de 47 adolescents ayant commis une agression sexuelle que nous avons comparé à celui d’adolescents délinquants non sexuels (N=20) et d’adolescents non délinquants (N=249). Nos analyses confirment la pertinence de la prise en compte du développement pubertaire de l’adolescent et de ses répercussions psychologiques et sociales dans l’étude des conduites sexuelles délinquantes des adolescents. Les résultats reflètent une surreprésentation de « pubertés décalées » (avancées ou retardées) parmi les adolescents délinquants sexuels comparativement aux adolescents non délinquants, ainsi que des spécificités de la délinquance sexuelle par rapport à d’autres type délinquances. Ces résultats seront discutés dans une perspective biopsychosociale au travers d’une analyse des interactions entre timing pubertaire et socialisation, perception de soi et agressivité des adolescents délinquants sexuels. [less ▲]

Detailed reference viewed: 76 (12 ULg)