References of "Gilles, Isabelle"
     in
Bookmark and Share    
Peer Reviewed
See detailDu domaine abbatial au quartier Saint-Jacques. Histoire d’une évolution urbanistique
Coura, Geneviève; Gilles, Isabelle ULg

in Allart, Dominique; Van den Bossche, Benoît; Wilkin, Alexis (Eds.) et al L’abbaye Saint-Jacques à Liège. 1015-2015. Art et Histoire (2016)

Detailed reference viewed: 13 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes restaurations, du XIXe siècle à aujourd’hui
Gilles, Isabelle ULg; Tonon, Xavier

in Allart, Dominique; Van den Bossche, Benoît; Wilkin, Alexis (Eds.) et al L’abbaye Saint-Jacques à Liège. 1015-2015. Art et Histoire (2016)

Detailed reference viewed: 9 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailLa façade du porche : un « portail antique »
Allart, Dominique ULg; Gilles, Isabelle ULg; Tonon, Xavier

in Allart, Dominique; Van den Bossche, Benoît; Wilkin, Alexis (Eds.) et al L’abbaye Saint-Jacques à Liège. 1015-2015. Art et Histoire (2016)

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailIndoor Joinery and Furniture Made for Eighteenth-Century Houses in Liège (Belgium)
Gilles, Isabelle ULg

in Sosnowska, Philippe; Charruadas, Paulo; Fraiture, Pascale (Eds.) et al From Carpentry to joinery : floors and ceilings, shutters and frames, doors and panelling in medieval and modern architecture (2016)

Though few eighteenth-century houses in Liège have conserved their original wooden furniture or fittings, archival research reveals that these elements constituted a key aspect of the domestic interior ... [more ▼]

Though few eighteenth-century houses in Liège have conserved their original wooden furniture or fittings, archival research reveals that these elements constituted a key aspect of the domestic interior. The present work draws largely on a series of public announcements known as Rendages proclamatoires which concerned property belonging to orphans sold by public auction, that exist. From 1697 to 1765, these sources provided descriptions of 257 houses situated within the city walls. The wooden furniture and fittings of eighteenth-century Liegerian houses can clearly be seen to be pertain to far more than the sole history of joinery: they also tell the story of Liege’s domestic living spaces in terms of social structure and cultural change. As such they eloquently illustrate the fact that it is only by taking into account the Old Regime’s conception of architecture as a total entity that we can today work towards establishing an increasingly just, coherent and complete understanding of ancient edifices. [less ▲]

Detailed reference viewed: 45 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL’incidence de la fin de l’Ancien Régime sur les demeures patriciennes liégeoises
Gilles, Isabelle ULg

in Les Cahiers nouveaux (2015), 90

Detailed reference viewed: 15 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailLe nom des espaces de la demeure patricienne à Liège au XVIIIe siècle
Gilles, Isabelle ULg

Conference (2015, May 23)

À travers l’exemple liégeois du XVIIIe siècle, l’article observe les liens étroits qui existent entre l’architecture et le vocabulaire qui la désigne. Dans une société d’Ancien Régime, strictement ... [more ▼]

À travers l’exemple liégeois du XVIIIe siècle, l’article observe les liens étroits qui existent entre l’architecture et le vocabulaire qui la désigne. Dans une société d’Ancien Régime, strictement hiérarchisée, les distinctions sociales perceptibles dans la conception architecturale le sont également, et parfois davantage, dans le choix des termes. En commençant par le nom même accordé à l’habitation, entre « maison » et « hôtel », les mots choisis pour désigner chaque espace se déclinent selon une échelle correspondant à une qualité sociale, celle de l’occupant de la maison, mais aussi celle de l’auteur du document. Le choix même de la langue usitée, le français ou le wallon, renforce les connotations sociales. À la lecture des mots de l’architecture du XVIIIe siècle, on peut encore percevoir une évolution de la société liégeoise en marche vers la fin de l’Ancien Régime. [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detailL’empreinte de la théorie architecturale française sur les usages de la langue à Liège au XVIIIe siècle
Gilles, Isabelle ULg

Conference (2015, February 27)

Au XVIIIe siècle, l’influence française — plus précisément parisienne — sur les Pays-Bas méridionaux n’est plus à démontrer. C'est également le cas dans la principauté voisine de Liège, état d'Empire ... [more ▼]

Au XVIIIe siècle, l’influence française — plus précisément parisienne — sur les Pays-Bas méridionaux n’est plus à démontrer. C'est également le cas dans la principauté voisine de Liège, état d'Empire. Dans la capitale, les multiples liens avec la France imprègnent peu ou prou la société. Le phénomène se marque particulièrement dans l’emploi de la langue. En effet, les usages de la langue changent à Liège au fil du XVIIIe siècle : plus on avance vers la fin de l’Ancien Régime, plus les termes employés se rapprochent de ceux de la langue de France. Ces mots ou ces usages nouveaux se retrouvent dans la littérature française en circulation à Liège : romans, dictionnaires, encyclopédies… et traités d’architecture, lesquels apparaissent parfois dans la cité l’année même de leur publication. On observe aussi une disparition progressive des termes du wallon, le dialecte local, et leur remplacement par leurs équivalents français. Les saveurs locales, et sans doute des usages typiques, se perdent ou se transforment ainsi dans les lettres. Notre communication se penchera sur la question du vocabulaire architectural et technique employé à Liège. Nous observerons de quelle façon il évolue au XVIIIe siècle, notamment en regard des traités d’architecture, et de quelle manière il laisse ou non une empreinte sur le terrain. Nous découvrirons également le lien éminemment social qui unit les mots et l’architecture, au sein d’une société d’Ancien Régime strictement hiérarchisée, dans laquelle « chacun se doit mesurer selon son pied » (Philibert De l’Orme, 1567). [less ▲]

Detailed reference viewed: 25 (0 ULg)
Full Text
See detailLes demeures patriciennes à entrée cochère de la paroisse Saint-Martin-en-Île au XVIIIe siècle
Gilles, Isabelle ULg

in Trésor de Liège : Bulletin Trimestriel (2014), 39

Detailed reference viewed: 50 (2 ULg)
See detailLes demeures patriciennes et leur organisation spatiale à Liège au XVIIIe siècle
Gilles, Isabelle ULg

Scientific conference (2014, April 03)

Detailed reference viewed: 14 (0 ULg)
See detailLes habitations patriciennes à Liège au XVIIIe siècle
Gilles, Isabelle ULg

Scientific conference (2014, March 11)

Detailed reference viewed: 21 (0 ULg)
See detailLes effets de la Révolution sur l'architecture liégeoise
Gilles, Isabelle ULg

Scientific conference (2014, January 21)

Detailed reference viewed: 30 (11 ULg)
See detailLe plomb dans les traités d’architecture français des Temps Modernes
Gilles, Isabelle ULg

Conference (2013, October 15)

Detailed reference viewed: 30 (1 ULg)
See detailLes demeures patriciennes de la Cité de Liège au XVIIIe siècle
Gilles, Isabelle ULg

Scientific conference (2013, February 19)

Detailed reference viewed: 17 (2 ULg)
See detailL’architecture patricienne à Liège au XVIIIe siècle
Gilles, Isabelle ULg

Scientific conference (2013, January 29)

Detailed reference viewed: 72 (18 ULg)
Peer Reviewed
See detailL’ornement au service de la distribution dans les traités d’architecture français
Gilles, Isabelle ULg

in Heering, Caroline; Dekoninck, Ralph (Eds.) Question d’ornement. XVe-XVIIIe siècles : actes du colloque, Namur, 4-5 décembre 2009 (2013)

L’acception du terme ornement diffère d’un traité d’architecture à l’autre, et recouvre, parfois au sein d’un même ouvrage, deux concepts qu'aujourd’hui nous tendons à opposer : le structurel et ... [more ▼]

L’acception du terme ornement diffère d’un traité d’architecture à l’autre, et recouvre, parfois au sein d’un même ouvrage, deux concepts qu'aujourd’hui nous tendons à opposer : le structurel et l’accessoire. Or, si ces deux notions sont replacées, à leur juste mesure, dans la théorie de l’architecture des Temps Modernes, il apparaît clairement que l’ornement, – qu’il soit défini comme un élément de support dans le système des ordres ou comme la décoration générale d’un édifice –, occupe un rôle essentiel dans la conception totale d’un espace bâti, dans laquelle « toutes les parties d’Architecture, de Sculpture, & de Peinture ne doivent faire ensemble qu’un seul & même tout » (Boffrand, 1745). A ce titre, l’ornement assure donc pleinement la fonction sociale, économique, politique… dévolue communément à l’architecture. Dans cette communication, nous proposons d’aborder l’ornement en sa qualité d’élément de composition de l’espace bâti. Plus précisément, à travers les discours des théoriciens français de l’architecture du XVIe au XVIIIe siècle, nous étudierons la façon dont l’ornement intervient dans la question de la distribution des édifices ; cet art français par excellence d’organiser et de définir les espaces de vie. [less ▲]

Detailed reference viewed: 60 (6 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes marbres dans les traités d’architecture français des XVIIe et XVIIIe siècles
Gilles, Isabelle ULg

in Toussaint, Jacques (Ed.) Actes du colloque : Autour des marbres jaspés (2013)

Les traités d’architecture français reflètent parfaitement l’intérêt plus ou moins appuyé pour les marbres tout au long de l’Ancien Régime. De Philibert de l’Orme à Nicolas Le Camus de Mézières, nous ... [more ▼]

Les traités d’architecture français reflètent parfaitement l’intérêt plus ou moins appuyé pour les marbres tout au long de l’Ancien Régime. De Philibert de l’Orme à Nicolas Le Camus de Mézières, nous ferons un rapide tour d’horizon du discours sur les marbres ; discours dans lequel apparaissent des questions de provenance, de couleurs, de mise en œuvre... mais également d’usage. Nous envisagerons ainsi les emplois particuliers des marbres. En effet, dans la théorie architecturale, le choix des matériaux — que la matière soit réelle ou imitée — doit répondre à des principes bien établis, autour des notions de convenance et de bienséance. Le matériau choisi et sa mise en œuvre doivent ainsi correspondre à la fois à la qualité sociale du commanditaire et à l’usage du lieu dans lequel le matériau prend place. L’emploi des marbres nous rappelle encore la dimension « totale » de cette architecture de l’Ancien Régime, pensée et écrite avec soin, dans laquelle tous les éléments œuvrent de concert. [less ▲]

Detailed reference viewed: 89 (4 ULg)
See detailLes demeures patriciennes de la Cité de Liège au XVIIIe siècle
Gilles, Isabelle ULg

Scientific conference (2012, September 20)

Detailed reference viewed: 45 (15 ULg)
See detailLe nom et l’usage des lieux de l’habitation à Liège au XVIIIe siècle
Gilles, Isabelle ULg

Conference (2012, August 25)

L’histoire de l’architecture est aussi une histoire des mots. Pour peu que l’on s’y intéresse, le vocabulaire attribué à l’habitation, d’usage courant dans un espace temps donné, et le choix même des ... [more ▼]

L’histoire de l’architecture est aussi une histoire des mots. Pour peu que l’on s’y intéresse, le vocabulaire attribué à l’habitation, d’usage courant dans un espace temps donné, et le choix même des termes employés laissent transparaître une réalité historique parfois surprenante, souvent méconnue, toujours précieuse pour l’historien. Une étude menée sur le terrain liégeois du XVIIIe siècle, à travers des documents variés, manuscrits ou imprimés, textuels ou iconographiques, ajoute ainsi des saveurs à l’architecture qui s’y édifie. Le nom même donné à l’habitation peut déjà révéler toute sa consistance sociale. Ensuite, le terme attribué à chaque espace de l’habitation témoigne tantôt d’influences, le plus souvent françaises, tantôt de particularités locales ; particularités du langage et particularités des usages. Les sources permettent souvent de comprendre ces usages dévolus aux lieux qui se cachent derrière les mots, et partant de voir poindre une hiérarchie dans les maisons liégeoises. Certaines pièces semblent en effet réservées à des types précis de demeures, y assurent parfois des fonctions plus pointues. Enfin, si l’on place les textes sur une échelle chronologique, on observe que certains mots apparaissent, que d’autres s’effacent, que d’autres encore se métamorphosent ; autant de modifications du langage qui, si elles correspondent parfois à des changements dans les lieux de vie, reflètent toujours une transformation plus générale de la société de l’Ancien Régime. [less ▲]

Detailed reference viewed: 35 (5 ULg)