References of "Froidmont, Eric"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailInnovative lactation stage specific prediction of CH4 from milk MIR spectra
Vanlierde, Amélie; Vanrobays, Marie-Laure ULg; Dehareng, Frédéric et al

Conference (2014, August 28)

Detailed reference viewed: 11 (2 ULg)
Full Text
See detailUsing milk spectral data for large-scale phenotypes linked to mitigation and efficiency
Soyeurt, Hélène ULg; Vanlierde, Amélie; Vanrobays, Marie-Laure ULg et al

Conference (2014, August 26)

Even if producing milk efficiently has always been a major concern for producers, the direct environmental impact of their cows is becoming a novel one. Traits linked to this issue were identified as ... [more ▼]

Even if producing milk efficiently has always been a major concern for producers, the direct environmental impact of their cows is becoming a novel one. Traits linked to this issue were identified as methane emission (CH4), dry matter intake (DMI) and feed efficiency (FE); however they are available on a small scale. Researches showed that CH4 could be predicted from milk mid-infrared (MIR) spectra, allowing large-scale recording at low cost. The main objective of this study was to show, using a modelling approach, that DMI and FE could be derived from milk MIR spectra. For that, knowledge of body weight (BW) is required; however it was unknown in this study. Derived procedure was based on milk yield and composition, MIR CH4, and modelled standard animal requirements, allowing the prediction of expected BW. An external validation was conducted based on 91 actual records. 95% confidence limit for the difference ranged between -0.66 and 18.84 kg for BW, from -0.02 to 0.26 kg/day for DMI, and from -0.02 to 0.002 kg of fat corrected milk/kg DM for FE. Root mean square errors were 39.66 kg, 0.56 kg/d, and 0.03 kg/DM for the 3 studied traits. P-value for the t-test was not significant for BW and DMI. This suggests the possibility to obtain expected BW and therefore DMI from MIR spectra. Single trait animal test-day models used 1,291,850 records to assess the variability of studied traits. Significant variations were observed for the lactation stage, parity, genetics, and age. These findings were in agreement with the literature except for early lactation. This suggests in conclusion that the MIR information gave similar results for DMI and CH4 for the major part of lactation. The use of this novel method to predict expected BW offers new possibilities interesting for the development of genomic and genetic tools. [less ▲]

Detailed reference viewed: 6 (0 ULg)
Full Text
See detailUsing milk spectral data for large-scale phenotypes linked to mitigation and efficiency
Soyeurt, Hélène ULg; Vanlierde, Amélie; Vanrobays, Marie-Laure ULg et al

in Book of abstracts of the 65th annual meeting of the European Federation of Animal Science (2014, August)

Even if producing milk efficiently has always been a major concern for producers, the direct environmental impact of their cows is becoming a novel one. Traits linked to this issue were identified as ... [more ▼]

Even if producing milk efficiently has always been a major concern for producers, the direct environmental impact of their cows is becoming a novel one. Traits linked to this issue were identified as methane emission (CH4), dry matter intake (DMI) and feed efficiency (FE); however they are available on a small scale. Researches showed that CH4 could be predicted from milk mid-infrared (MIR) spectra, allowing large-scale recording at low cost. The main objective of this study was to show, using a modelling approach, that DMI and FE could be derived from milk MIR spectra. For that, knowledge of body weight (BW) is required; however it was unknown in this study. Derived procedure was based on milk yield and composition, MIR CH4, and modelled standard animal requirements, allowing the prediction of expected BW. An external validation was conducted based on 91 actual records. 95% confidence limit for the difference ranged between -0.66 and 18.84 kg for BW, from -0.02 to 0.26 kg/day for DMI, and from -0.02 to 0.002 kg of fat corrected milk/kg DM for FE. Root mean square errors were 39.66 kg, 0.56 kg/d, and 0.03 kg/DM for the 3 studied traits. P-value for the t-test was not significant for BW and DMI. This suggests the possibility to obtain expected BW and therefore DMI from MIR spectra. Single trait animal test-day models used 1,291,850 records to assess the variability of studied traits. Significant variations were observed for the lactation stage, parity, genetics, and age. These findings were in agreement with the literature except for early lactation. This suggests in conclusion that the MIR information gave similar results for DMI and CH4 for the major part of lactation. The use of this novel method to predict expected BW offers new possibilities interesting for the development of genomic and genetic tools. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
Full Text
See detailInnovative lactation stage specific prediction of CH4 from milk MIR spectra
Vanlierde, Amélie; Vanrobays, Marie-Laure ULg; Dehareng, Frédéric et al

in Book of abstracts of the 65th annual meeting of the European Federation of Animal Science (2014, August)

Detailed reference viewed: 12 (2 ULg)
Full Text
See detailDétermination de la teneur en équol dans les laits commercialisés en Wallonie (Belgique)
Daems, Frédéric ULg; Jasselette, Christophe; Franckson, Delphine et al

Poster (2014, June 13)

Detailed reference viewed: 9 (0 ULg)
Full Text
See detailEnrichir le lait de vache en équol par la consommation de fourrages prairiaux spécifiques
Franckson, Delphine; Daems, Frédéric ULg; Decruyenaere, Virginie et al

Poster (2014, March 16)

Detailed reference viewed: 9 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l'agro-industrie en aliments nobles pour l'homme
Decruyenaere, Virginie; Lessire, Françoise ULg; Beckers, Yves ULg et al

in CRA-W (Ed.) La viande bovine remise en question: De sa production à sa consommation (2014, February 19)

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour ... [more ▼]

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour celles-ci bien souvent, les sommes de température et la durée de végétation active sont faibles et limitent considérablement le choix des cultures susceptibles d’atteindre la maturité avant récolte avec certitude. Dans d’autres régions, les prairies s’imposent davantage en raison de contraintes agronomiques : nature du sol, disposition des parcelles, relief du territoire, intérêt dans la rotation pour les prairies temporaires… Ainsi, la grande majorité des prairies de notre Région ne peut pas être remplacée par des cultures ; elles doivent dès lors être perçues comme une bonne alternative à la valorisation du territoire. Grâce à la présence du rumen en amont de l’estomac, les ruminants ont la capacité de transformer des productions non éligibles pour l’homme, tels que les fourrages et les co-produits des industries agro-alimentaires. Ces aliments, de nature essentiellement fibreuse mais pas pour autant pauvres en protéine et en énergie, sont largement fermentés par les micro-organismes du rumen qui les dégradent en composés plus simples, valorisables ensuite par l’animal. Par ce mécanisme, les ruminants contribuent à transformer ces aliments grossiers en produits nobles, tels que le lait et la viande. On comprend dès lors aisément que la présence des ruminants est étroitement liée aux superficies enherbées, elles-mêmes dépendantes des conditions pédo-climatiques d’une région. Malgré des systèmes de production intensifs et l’amélioration continue du potentiel génétique des animaux, les bovins restent peu dépendants des aliments du commerce comparativement aux autres spéculations animales. Ainsi, selon l’APFACA, de l’ordre de 16% des aliments composés produits en Belgique et importés sont utilisés pour les bovins, dont seulement 1/3 est écoulé dans la filière viande bovine. L’herbe, les produits herbagers et les aliments produits sur l’exploitation tels que le maïs restent donc majoritaires dans la ration des bovins élevés pour la production de viande. La valorisation de l’herbe et des produits herbagers dépend fortement des performances zootechniques recherchées. Les objectifs de croissance sont établis, en autre, sur base des prix offerts par la cheville variant avec les catégories d’âge et de poids d’abattage. Ces dernières années, il semble que les animaux abattus un peu plus tardivement soient moins dépréciés qu’auparavant, facilitant la formulation de rations à base de matières premières herbagères. A l’inverse, l’intensification dans le but de produire des animaux abattus plus jeunes ou à un poids supérieur, implique une croissance plus soutenue, et de ce fait la distribution de rations plus denses en énergie. Pour la formulation de telles rations, certains coproduits disposent de valeurs nutritionnelles intéressantes, permettant de satisfaire des besoins nutritionnels élevés, tout en conservant une certaine autonomie alimentaire. Leur valorisation au niveau local représente en outre un intérêt considérable pour la rentabilité des industries agro-alimentaires qui, sans la présence de l’animal, devraient trouver d’autres débouchés pour les coproduits sous peine d’être dans l’obligation de financer leur élimination. Cet exposé a pour objectif d’illustrer les potentiels, mais aussi les limites, des aliments produits localement pour les bovins viande, que ce soit selon leur type (vache de réforme- taurillon…), leur race et leurs performances zootechniques, mais aussi l’intérêt de ces aliments en termes d’efficiences alimentaire et économique. Il analyse les atouts et faiblesses de la spéculation viande bovine en ne se limitant pas à l’échelle de l’animal seul, mais en le replaçant en tant que véritable maillon de la chaîne agro-alimentaire. Ce positionnement permet non seulement de mieux cerner les enjeux de ces élevages au niveau de la production primaire, mais aussi leur importance dans les secteurs amont et aval. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l'agro-industrie en aliments nobles pour l'homme
Decruyenaere, Virginie; Lessire, Françoise ULg; Beckers, Yves ULg et al

in CRA-W (Ed.) La viande bovine remise en question: De sa production à sa consommation (2014, February 19)

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour ... [more ▼]

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour celles-ci bien souvent, les sommes de température et la durée de végétation active sont faibles et limitent considérablement le choix des cultures susceptibles d’atteindre la maturité avant récolte avec certitude. Dans d’autres régions, les prairies s’imposent davantage en raison de contraintes agronomiques : nature du sol, disposition des parcelles, relief du territoire, intérêt dans la rotation pour les prairies temporaires… Ainsi, la grande majorité des prairies de notre Région ne peut pas être remplacée par des cultures ; elles doivent dès lors être perçues comme une bonne alternative à la valorisation du territoire. Grâce à la présence du rumen en amont de l’estomac, les ruminants ont la capacité de transformer des productions non éligibles pour l’homme, tels que les fourrages et les co-produits des industries agro-alimentaires. Ces aliments, de nature essentiellement fibreuse mais pas pour autant pauvres en protéine et en énergie, sont largement fermentés par les micro-organismes du rumen qui les dégradent en composés plus simples, valorisables ensuite par l’animal. Par ce mécanisme, les ruminants contribuent à transformer ces aliments grossiers en produits nobles, tels que le lait et la viande. On comprend dès lors aisément que la présence des ruminants est étroitement liée aux superficies enherbées, elles-mêmes dépendantes des conditions pédo-climatiques d’une région. Malgré des systèmes de production intensifs et l’amélioration continue du potentiel génétique des animaux, les bovins restent peu dépendants des aliments du commerce comparativement aux autres spéculations animales. Ainsi, selon l’APFACA, de l’ordre de 16% des aliments composés produits en Belgique et importés sont utilisés pour les bovins, dont seulement 1/3 est écoulé dans la filière viande bovine. L’herbe, les produits herbagers et les aliments produits sur l’exploitation tels que le maïs restent donc majoritaires dans la ration des bovins élevés pour la production de viande. La valorisation de l’herbe et des produits herbagers dépend fortement des performances zootechniques recherchées. Les objectifs de croissance sont établis, en autre, sur base des prix offerts par la cheville variant avec les catégories d’âge et de poids d’abattage. Ces dernières années, il semble que les animaux abattus un peu plus tardivement soient moins dépréciés qu’auparavant, facilitant la formulation de rations à base de matières premières herbagères. A l’inverse, l’intensification dans le but de produire des animaux abattus plus jeunes ou à un poids supérieur, implique une croissance plus soutenue, et de ce fait la distribution de rations plus denses en énergie. Pour la formulation de telles rations, certains coproduits disposent de valeurs nutritionnelles intéressantes, permettant de satisfaire des besoins nutritionnels élevés, tout en conservant une certaine autonomie alimentaire. Leur valorisation au niveau local représente en outre un intérêt considérable pour la rentabilité des industries agro-alimentaires qui, sans la présence de l’animal, devraient trouver d’autres débouchés pour les coproduits sous peine d’être dans l’obligation de financer leur élimination. Cet exposé a pour objectif d’illustrer les potentiels, mais aussi les limites, des aliments produits localement pour les bovins viande, que ce soit selon leur type (vache de réforme- taurillon…), leur race et leurs performances zootechniques, mais aussi l’intérêt de ces aliments en termes d’efficiences alimentaire et économique. Il analyse les atouts et faiblesses de la spéculation viande bovine en ne se limitant pas à l’échelle de l’animal seul, mais en le replaçant en tant que véritable maillon de la chaîne agro-alimentaire. Ce positionnement permet non seulement de mieux cerner les enjeux de ces élevages au niveau de la production primaire, mais aussi leur importance dans les secteurs amont et aval. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l'agro-industrie en aliments nobles pour l'homme
Decruyenaere, Virginie; Lessire, Françoise ULg; Beckers, Yves ULg et al

in CRA-W (Ed.) La viande bovine remise en question: De sa production à sa consommation (2014, February 19)

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour ... [more ▼]

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour celles-ci bien souvent, les sommes de température et la durée de végétation active sont faibles et limitent considérablement le choix des cultures susceptibles d’atteindre la maturité avant récolte avec certitude. Dans d’autres régions, les prairies s’imposent davantage en raison de contraintes agronomiques : nature du sol, disposition des parcelles, relief du territoire, intérêt dans la rotation pour les prairies temporaires… Ainsi, la grande majorité des prairies de notre Région ne peut pas être remplacée par des cultures ; elles doivent dès lors être perçues comme une bonne alternative à la valorisation du territoire. Grâce à la présence du rumen en amont de l’estomac, les ruminants ont la capacité de transformer des productions non éligibles pour l’homme, tels que les fourrages et les co-produits des industries agro-alimentaires. Ces aliments, de nature essentiellement fibreuse mais pas pour autant pauvres en protéine et en énergie, sont largement fermentés par les micro-organismes du rumen qui les dégradent en composés plus simples, valorisables ensuite par l’animal. Par ce mécanisme, les ruminants contribuent à transformer ces aliments grossiers en produits nobles, tels que le lait et la viande. On comprend dès lors aisément que la présence des ruminants est étroitement liée aux superficies enherbées, elles-mêmes dépendantes des conditions pédo-climatiques d’une région. Malgré des systèmes de production intensifs et l’amélioration continue du potentiel génétique des animaux, les bovins restent peu dépendants des aliments du commerce comparativement aux autres spéculations animales. Ainsi, selon l’APFACA, de l’ordre de 16% des aliments composés produits en Belgique et importés sont utilisés pour les bovins, dont seulement 1/3 est écoulé dans la filière viande bovine. L’herbe, les produits herbagers et les aliments produits sur l’exploitation tels que le maïs restent donc majoritaires dans la ration des bovins élevés pour la production de viande. La valorisation de l’herbe et des produits herbagers dépend fortement des performances zootechniques recherchées. Les objectifs de croissance sont établis, en autre, sur base des prix offerts par la cheville variant avec les catégories d’âge et de poids d’abattage. Ces dernières années, il semble que les animaux abattus un peu plus tardivement soient moins dépréciés qu’auparavant, facilitant la formulation de rations à base de matières premières herbagères. A l’inverse, l’intensification dans le but de produire des animaux abattus plus jeunes ou à un poids supérieur, implique une croissance plus soutenue, et de ce fait la distribution de rations plus denses en énergie. Pour la formulation de telles rations, certains coproduits disposent de valeurs nutritionnelles intéressantes, permettant de satisfaire des besoins nutritionnels élevés, tout en conservant une certaine autonomie alimentaire. Leur valorisation au niveau local représente en outre un intérêt considérable pour la rentabilité des industries agro-alimentaires qui, sans la présence de l’animal, devraient trouver d’autres débouchés pour les coproduits sous peine d’être dans l’obligation de financer leur élimination. Cet exposé a pour objectif d’illustrer les potentiels, mais aussi les limites, des aliments produits localement pour les bovins viande, que ce soit selon leur type (vache de réforme- taurillon…), leur race et leurs performances zootechniques, mais aussi l’intérêt de ces aliments en termes d’efficiences alimentaire et économique. Il analyse les atouts et faiblesses de la spéculation viande bovine en ne se limitant pas à l’échelle de l’animal seul, mais en le replaçant en tant que véritable maillon de la chaîne agro-alimentaire. Ce positionnement permet non seulement de mieux cerner les enjeux de ces élevages au niveau de la production primaire, mais aussi leur importance dans les secteurs amont et aval. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLes herbivores, transformateurs de produits fourragers et de coproduits issus de l'agro-industrie en aliments nobles pour l'homme
Decruyenaere, Virginie; Lessire, Françoise ULg; Beckers, Yves ULg et al

in CRA-W (Ed.) La viande bovine remise en question: De sa production à sa consommation (2014, February 19)

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour ... [more ▼]

Les prairies recouvrent près de 50% de la surface agricole utile en Wallonie. Dans certaines régions, la prépondérance des prairies dans le paysage wallon se justifie par des contraintes climatiques. Pour celles-ci bien souvent, les sommes de température et la durée de végétation active sont faibles et limitent considérablement le choix des cultures susceptibles d’atteindre la maturité avant récolte avec certitude. Dans d’autres régions, les prairies s’imposent davantage en raison de contraintes agronomiques : nature du sol, disposition des parcelles, relief du territoire, intérêt dans la rotation pour les prairies temporaires… Ainsi, la grande majorité des prairies de notre Région ne peut pas être remplacée par des cultures ; elles doivent dès lors être perçues comme une bonne alternative à la valorisation du territoire. Grâce à la présence du rumen en amont de l’estomac, les ruminants ont la capacité de transformer des productions non éligibles pour l’homme, tels que les fourrages et les co-produits des industries agro-alimentaires. Ces aliments, de nature essentiellement fibreuse mais pas pour autant pauvres en protéine et en énergie, sont largement fermentés par les micro-organismes du rumen qui les dégradent en composés plus simples, valorisables ensuite par l’animal. Par ce mécanisme, les ruminants contribuent à transformer ces aliments grossiers en produits nobles, tels que le lait et la viande. On comprend dès lors aisément que la présence des ruminants est étroitement liée aux superficies enherbées, elles-mêmes dépendantes des conditions pédo-climatiques d’une région. Malgré des systèmes de production intensifs et l’amélioration continue du potentiel génétique des animaux, les bovins restent peu dépendants des aliments du commerce comparativement aux autres spéculations animales. Ainsi, selon l’APFACA, de l’ordre de 16% des aliments composés produits en Belgique et importés sont utilisés pour les bovins, dont seulement 1/3 est écoulé dans la filière viande bovine. L’herbe, les produits herbagers et les aliments produits sur l’exploitation tels que le maïs restent donc majoritaires dans la ration des bovins élevés pour la production de viande. La valorisation de l’herbe et des produits herbagers dépend fortement des performances zootechniques recherchées. Les objectifs de croissance sont établis, en autre, sur base des prix offerts par la cheville variant avec les catégories d’âge et de poids d’abattage. Ces dernières années, il semble que les animaux abattus un peu plus tardivement soient moins dépréciés qu’auparavant, facilitant la formulation de rations à base de matières premières herbagères. A l’inverse, l’intensification dans le but de produire des animaux abattus plus jeunes ou à un poids supérieur, implique une croissance plus soutenue, et de ce fait la distribution de rations plus denses en énergie. Pour la formulation de telles rations, certains coproduits disposent de valeurs nutritionnelles intéressantes, permettant de satisfaire des besoins nutritionnels élevés, tout en conservant une certaine autonomie alimentaire. Leur valorisation au niveau local représente en outre un intérêt considérable pour la rentabilité des industries agro-alimentaires qui, sans la présence de l’animal, devraient trouver d’autres débouchés pour les coproduits sous peine d’être dans l’obligation de financer leur élimination. Cet exposé a pour objectif d’illustrer les potentiels, mais aussi les limites, des aliments produits localement pour les bovins viande, que ce soit selon leur type (vache de réforme- taurillon…), leur race et leurs performances zootechniques, mais aussi l’intérêt de ces aliments en termes d’efficiences alimentaire et économique. Il analyse les atouts et faiblesses de la spéculation viande bovine en ne se limitant pas à l’échelle de l’animal seul, mais en le replaçant en tant que véritable maillon de la chaîne agro-alimentaire. Ce positionnement permet non seulement de mieux cerner les enjeux de ces élevages au niveau de la production primaire, mais aussi leur importance dans les secteurs amont et aval. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (2 ULg)
Full Text
See detailCan phytoestrogen-rich plants restore the image of livestock in terms of human health? Do they promise a differentiated quality products chain?
Daems, Frédéric ULg; Jasselette, Christophe; Lognay, Georges ULg et al

Poster (2014, February 07)

In a project named PhytoHealth, the development of analytical methods for studying the impact of phytoestrogens rich diet on the «health value» of animal products is in progress. Despite the ambiguous ... [more ▼]

In a project named PhytoHealth, the development of analytical methods for studying the impact of phytoestrogens rich diet on the «health value» of animal products is in progress. Despite the ambiguous image that have phytoestrogens, some of their metabolites seemed to have potentially beneficial effects to human health. In a first time, a microbial metabolite (equol) was selected and its metabolism in dairy cow is studied. A first method using the UPLC®-MS/MS technology has been validated and has achieved a screening of equol content in milk consumed in Wallonia. Equol was found in all milk samples analyzed and a significant difference between farming methods has been highlighted. A second analytical method to quantify the equol precursors was then developed and a study of forage plants consumed by Belgian dairy cows will be conducted to select the richest fodder varieties. Other methods will be developed to better understand the metabolism in the cow and estimate the impact of enriched milk on human health. An original approach involving the use of minipigs will be considered. In the end, creating of a differentiated quality animal products chain could be interesting for the consumer, but also recoverable for the producer. [less ▲]

Detailed reference viewed: 27 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDétermination de la teneur en équol dans les laits commercialisés en Wallonie (Belgique)
Daems, Frédéric ULg; Jasselette, Christophe; Franckson, Delphine et al

Poster (2013, December 04)

Detailed reference viewed: 38 (6 ULg)
Full Text
See detailMid-infrared prediction of cheese yield from milk and its genetic variability in first-parity cows
Colinet, Frédéric ULg; Troch, Thibault ULg; Vanden, Bossche et al

Conference (2013, August 29)

Detailed reference viewed: 28 (14 ULg)
Full Text
See detailHerd-test-day variability of methane emissions predicted from milk MIR spectra in Holstein cows
Vanrobays, Marie-Laure ULg; Kandel, Purna Bhadra ULg; Soyeurt, Hélène ULg et al

Poster (2013, August 26)

The aim of this study was to estimate the herd-test-day (HTD) effect on milk yield, fat and protein content, and methane (CH4) emissions of Walloon Holstein first-parity cows. A total of 412,520 test-day ... [more ▼]

The aim of this study was to estimate the herd-test-day (HTD) effect on milk yield, fat and protein content, and methane (CH4) emissions of Walloon Holstein first-parity cows. A total of 412,520 test-day records and milk mid-infrared (MIR) spectra of 69,223 cows in 1,104 herds were included in the data set. The prediction equation developed by Vanlierde et al. (Abstract submitted to EAAP 2013; R² of cross-validation=0.70) was applied on the recorded spectral data to predict CH4 emissions (g/d). Daily CH4 emissions expressed in g/kg of milk were computed by dividing CH4 emissions (g/d) by daily milk yield of cows. Several bivariate (a CH4 trait with a production trait) random regression test-day models including HTD and classes of days in milk and age at calving as fixed effects and permanent environment and genetic as random effects were used. HTD solutions of studied traits obtained from these models were studied and presented large deviations (CV=17.54%, 8.93%, 4.68%, 15.51%, and 23.18% for milk yield, fat and protein content, MIR CH4 (g/d), and MIR CH4 (g/kg of milk), respectively) indicating differences among herds, especially for milk yield and CH4 traits. HTD means per month of milk yield and fat and protein contents presented similar patterns within year. The maximum of monthly HTD means corresponded to the spring (pastern release) for milk yield and to the winter for fat and protein contents. The minimum corresponded to the month of November for milk yield and to the summer for the other traits. For MIR CH4 (g/d), monthly HTD means showed similar patterns as fat and protein content within year. MIR CH4 (g/kg of milk) presented maximum values of monthly HTD means in November and minimum values in May. Finally, results of this study showed that HTD effects on milk production traits and on MIR CH4 emissions varied through herds and seasons. [less ▲]

Detailed reference viewed: 24 (10 ULg)
Full Text
See detailHerd-test-day variability of methane emissions predicted from milk MIR spectra in Holstein cows
Vanrobays, Marie-Laure ULg; Kandel, Purna Bhadra ULg; Soyeurt, Hélène ULg et al

in Book of Abstracts of the 64th Annual Meeting of the European Federation of Animal Science (2013, August)

The aim of this study was to estimate the herd-test-day (HTD) effect on milk yield, fat and protein content, and methane (CH4) emissions of Walloon Holstein first-parity cows. A total of 412,520 test-day ... [more ▼]

The aim of this study was to estimate the herd-test-day (HTD) effect on milk yield, fat and protein content, and methane (CH4) emissions of Walloon Holstein first-parity cows. A total of 412,520 test-day records and milk mid-infrared (MIR) spectra of 69,223 cows in 1,104 herds were included in the data set. The prediction equation developed by Vanlierde et al. (Abstract submitted to EAAP 2013; R² of cross-validation=0.70) was applied on the recorded spectral data to predict CH4 emissions (g/d). Daily CH4 emissions expressed in g/kg of milk were computed by dividing CH4 emissions (g/d) by daily milk yield of cows. Several bivariate (a CH4 trait with a production trait) random regression test-day models including HTD and classes of days in milk and age at calving as fixed effects and permanent environment and genetic as random effects were used. HTD solutions of studied traits obtained from these models were studied and presented large deviations (CV=17.54%, 8.93%, 4.68%, 15.51%, and 23.18% for milk yield, fat and protein content, MIR CH4 (g/d), and MIR CH4 (g/kg of milk), respectively) indicating differences among herds, especially for milk yield and CH4 traits. HTD means per month of milk yield and fat and protein contents presented similar patterns within year. The maximum of monthly HTD means corresponded to the spring (pastern release) for milk yield and to the winter for fat and protein contents. The minimum corresponded to the month of November for milk yield and to the summer for the other traits. For MIR CH4 (g/d), monthly HTD means showed similar patterns as fat and protein content within year. MIR CH4 (g/kg of milk) presented maximum values of monthly HTD means in November and minimum values in May. Finally, results of this study showed that HTD effects on milk production traits and on MIR CH4 emissions varied through herds and seasons. [less ▲]

Detailed reference viewed: 29 (10 ULg)
Full Text
See detailMid-infrared prediction of cheese yield from milk and its genetic variability in first-parity cows
Colinet, Frédéric ULg; Troch, Thibault ULg; Vanden Bossche, Sandrine et al

in Book of Abstracts of the 64th Annual Meeting of the European Federation of Animal Science (2013, August)

Detailed reference viewed: 23 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailValidation d'une méthode d'analyse quantitative de l'équol dans le lait par UPLC-MSMS
Daems, Frédéric ULg; Jasselette, Christophe; Lognay, Georges ULg et al

Poster (2013, June 04)

Detailed reference viewed: 50 (9 ULg)
Full Text
See detailPhenotypic and genetic variability of methane emissions and milk fatty acid contents of Walloon Holstein dairy cows
Vanrobays, Marie-Laure ULg; Kandel, Purna Bhadra ULg; Soyeurt, Hélène ULg et al

Poster (2013, February 07)

There is a growing interest in reducing methane (CH4) emissions from enteric fermentation of dairy cows because these emissions contribute to climate change and represent losses of gross energy intake for ... [more ▼]

There is a growing interest in reducing methane (CH4) emissions from enteric fermentation of dairy cows because these emissions contribute to climate change and represent losses of gross energy intake for cows. Milk fatty acid (FA) profile is influenced by rumen fermentations. The aim of this study was to estimate phenotypic and genetic variability of enteric CH4 emissions of dairy cows and FA contents of milk. CH4 emissions (g/d) and milk FA contents are predicted from milk mid-infrared (MIR) spectra based on calibration equations developed by Vanlierde et al. (2013) and Soyeurt et al. (2011), respectively. Data included 161,681 records from 22,642 cows in 489 herds. Genetic parameters of MIR CH4 emissions and 7 groups of FA contents in milk were estimated for Walloon Holstein cows in first parity using bivariate (CH4 emission with a FA trait) random regression test-day models. Saturated FA presented higher genetic correlations with MIR CH4 production than unsaturated FA (0.25 vs. 0.10). Genetic correlations with MIR CH4 emissions were higher for short-(SC) and medium-chain (MC) FA (0.24 and 0.23, respectively) than for long-chain (LC) FA (0.13). Phenotypic correlations between MIR CH4 emissions and SC and MC FA were also higher than those between MIR CH4 emissions and LC FA (0.20 vs. -0.08). Finally, results showed that MIR milk FA profile and MIR CH4 emissions are correlated emphasizing indirect link between milk FA and CH4 emissions through rumen metabolism. [less ▲]

Detailed reference viewed: 20 (4 ULg)