References of "Frère, Bruno"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailHow to account for new forms of resistance to domination: An argument for a materialist renewal in European social theory
Frère, Bruno ULg; Tulle, Emmanuelle

E-print/Working paper (2017)

Many significant intellectual developments have taken place in 20th century European social theories. Notably the first Frankfurt School and Bourdieu’s work have successfully shown how workers, social ... [more ▼]

Many significant intellectual developments have taken place in 20th century European social theories. Notably the first Frankfurt School and Bourdieu’s work have successfully shown how workers, social actors, etc. are alienated or dominated by capitalist social structures. But according to Habermas, neither perspective successfully allows for the possibility that people could contribute to their own emancipation. The emergence of new forms of social resistance to domination such as those embodied by the Indignados, Anonymous, Femen, the practitioners of alternative economy, movements of unemployed people or illegals compels us to envisage the possibility for emancipation, but how? In this paper we explore opportunities for accounting for this by considering the work of a range of other European social theorists, more specifically Boltanski whose critical intent is embodied in his pragmatic sociology, and evident in his coining and use of the concept of the world. In addition we will consider Latour’s own pragmatic stance as we believe that despite his disinterest in new social movements, his work, informed by pure immanence, might offer potential solutions. But we would argue that even in these innovations there is either a persistent tendency to imagine emancipation primarily as a return to some ideal state or a lack of critical engagement with alienation. In response, we propose a materialist renewal, which will lead us to ponder on the political role of sociologists. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailBack to materialism Reflections on Marx’s labour, praxis, cooperative and libertarian socialism in the 19th century
Frère, Bruno ULg

E-print/Working paper (2017)

From Marx to Althusser, the materialist approach has tended to assume that individuals (that is, workers, proletarians and other social actors), unconsciously reproduce the social structures of capitalism ... [more ▼]

From Marx to Althusser, the materialist approach has tended to assume that individuals (that is, workers, proletarians and other social actors), unconsciously reproduce the social structures of capitalism which alienate them. It is assumed that individuals accept the conditions forced upon them and no longer seek to rebel against a world which substantially impoverishes their labour, their spirit and their creativity. In this paper, I will try to show that by dint of favouring almost exclusively Marx's concept of alienation, there is a considerable risk that materialist thought will adopt only a negative path. Whilst I acknowledge Marx’s significance to materialism, I wish to argue that his stance should be combined with that of the anarchist and libertarian French thinker Proudhon. Proudhon has succeeded in presenting a conception of the worker as more than just alienated. Workers can also cooperate and experience a reciprocity seemingly at odds with the character of capitalism. Under Proudhon’s influence materialism takes a positive turn, enabling us to avoid falling into the utopianism that the theory of social economy employs to critique capitalism – a utopianism that renders its critique even less effective than that of Marx. [less ▲]

Detailed reference viewed: 49 (1 ULg)
Full Text
See detailNi utopie ni solidarisme. Une refonte matérialiste et critique de l'association est-elle possible ?
Frère, Bruno ULg

in Delaunay, Catarina (Ed.) Democracia, promessas, utopias e (des)ilusoes : dilemas e disputas nas arenas publicas (2017)

Detailed reference viewed: 53 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDe la matérialisation de quelques concepts phénoménologiques.
Frère, Bruno ULg

in SociologieS (2016)

Résumé : Ce article suggère une réflexion sur les rapports qu’entretiennent sociologie et philosophie. Il entend montrer qu’établir des ponts entre les deux disciplines a non seulement toujours été ... [more ▼]

Résumé : Ce article suggère une réflexion sur les rapports qu’entretiennent sociologie et philosophie. Il entend montrer qu’établir des ponts entre les deux disciplines a non seulement toujours été d’usage mais s’avère aujourd’hui urgent. En effet, faisant l’économie d’une considération sérieuse de la prise que lui offre la sociologie sur le monde, la philosophie risque d’échouer à penser les transformations politiques et économiques des société contemporaines. A l’inverse, une certaine tendance positiviste semble menacer la sociologie qui se débarrasserait de toutes connaissances philosophiques. Afin de rappeler l’intérêt que l’une et l’autre se doivent réciproquement, cet article voudrait montrer comment il peut être utile à la sociologie de donner corps à certains concepts philosophiques lorsqu’elle s’avère confrontée à certaines difficultés. Afin d’illustrer le propos, nous nous référerons à un exemple puisé au sein de l’économie solidaire. Ici en effet, c’est en acceptant que se matérialise dans l’enquête le concept d’état d’esprit intentionnel que la philosophie phénoménologique vient à point nommé pour aider la sociologie pragmatique de la critique à se représenter les contradictions qui peuvent apparaître entre action et justification. Et ce sans pour autant renoncer à « prendre les gens aux sérieux » et s’en retourner vers une traditionnelle sociologie du dévoilement qui expliquerait ces contradictions par le décalage qui existerait entre habitus (ou sens pratique) d’une part et illusions réflexives des acteurs d’autre part. Mots clefs : phénoménologie, états d’esprit intentionnel, philosophie, sociologie pragmatique, économie solidaire. Summary : This article is a reflexion about the relationship between sociology and philosophy. It will show that building bridges between the two disciplines, whilst recurrent, is more urgent now than ever. On the one hand, philosophy will be unable to contribute meaningfully to discussions about the major political and economic transformations experienced by contemporary societies without engaging with Sociology. On the other hand without philosophical insights Sociology risks drifting towards positivistic trends. In this article we propose to show how each discipline can benefit from cross-fertilisations and in particular how Sociology can appropriate philosophical concepts to address certain challenges. Drawing on a specific example from solidary economy, we will show that the concept of intentional mindset borrowed from phenomenological philosophy enables pragmatic sociology to account for the gaps which are liable to emerge between action and justification. This concept fulfills the key tenet of pragmatic sociology that to take social actors seriously we must eschew a type of sociological approach which would consist of revealing that the gaps between action and justification arise from social actors’ illusory apprehension of their habitus. Key words: phénoménology, mindset, states of mind, philosophy, pragmatic sociology, solidarity economy. [less ▲]

Detailed reference viewed: 25 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSolidarity economy and its anarchist grammar
Frère, Bruno ULg

in Sociology and anthropology (2016), 5(24),

‘Solidarity economy’, a widely used term for which the most common French equivalent is economie solidaire, is generally thought of as comprising five distinct classes of activity : Micro-finance, Local ... [more ▼]

‘Solidarity economy’, a widely used term for which the most common French equivalent is economie solidaire, is generally thought of as comprising five distinct classes of activity : Micro-finance, Local Exange Trading Systems, proximity services, organic community supported agriculture and fairtrade distributions. Because they try to answer to the Aristotelian theoretical question “what can we do to live harmoniously together?”, these solidarity initiatives are deeply political in the philosophical sense of the term. They galvanize civic commitment at the “micro” level. But today, an important question arises regarding the kind of formal political institution that would speak in the name of all these initiatives. In France, some intellectuals who have an interest in these solidarity initiatives see them as new economic models with the potential to solve the current financial crisis, and they are eager for academic specialists and leaders of the movement to achieve some kind of consensus about the kind of concrete political identity such initiatives may be expected to generate. However this paper studies their way of establishing a basis for moving from micro level initiatives to substantial “macro” polity unity. Using the insights of french pragmatic sociology, and particularly the notion of grammar of justification, it aims to understand what the obstacles to this aim being realised are. [less ▲]

Detailed reference viewed: 31 (0 ULg)
Full Text
See detailLes défis de L’Etat social. De quoi l’éthique est-elle le nom ?
Frère, Bruno ULg; Delruelle, Edouard ULg

Article for general public (2015)

Detailed reference viewed: 37 (0 ULg)
Full Text
See detailQuelle unité (et quelle pratique) politique(s) contre l'idéologie managériale ?
Frère, Bruno ULg

Article for general public (2015)

Detailed reference viewed: 18 (2 ULg)
Full Text
See detailLe matérialisme est-il mort ? petite critique de l'idéalisme critique
Frère, Bruno ULg

in Frère, Bruno (Ed.) Le tournant de la théorie critique (2015)

This article is concerned with the lack of effectiveness of contemporary critical theories in explaining the conditions for social change. These theories, I would argue, continue to rely on a narrow ... [more ▼]

This article is concerned with the lack of effectiveness of contemporary critical theories in explaining the conditions for social change. These theories, I would argue, continue to rely on a narrow construction of social actors. Indeed from Lukács to Bourdieu or even Habermas, many significant intellectual developments have taken place which continue to be based on one key assumption: that individuals (workers, social actors, etc.) unconsciously reproduce the social structures of capitalism whilst being alienated by them. They accept the conditions enforced on them and no longer seek to rebel against a system which impoverishes not only their work and culture, but also their soul and their creativity. What is more: they ensure the reproduction of the system by seeking to engage in mass consumption at any cost, or by glorifying the dominant values. In this paper I would like to show that today, no new critical perspective has emerged out of this negative representation of the world. Indeed, critical works present ‘man’ living here and now as nothing more than a deeply bastardized being, corrupted, denatured, soiled by a civilizing process. What we have is in effect a social actor who, in Rousseau’s philosophical tradition, has been perverted by a civilizing process informed by modernity or capitalism. This view of social actors rests on a form of disgust towards the world. [less ▲]

Detailed reference viewed: 73 (10 ULg)
Full Text
See detailLe solidarisme (et les droits de l'homme) au prisme d'une critique marxiste libertaire
Frère, Bruno ULg

in D'Hombres, Emmanuel (Ed.) Du solidarisme à l'économie solidaire (2015)

by focusing on the concept of world propsed by Boltanski and his pragmatic perspective which in previous work has enabled me to cast a critical eye on new social resistance movements. For Boltanski, what ... [more ▼]

by focusing on the concept of world propsed by Boltanski and his pragmatic perspective which in previous work has enabled me to cast a critical eye on new social resistance movements. For Boltanski, what matters is the potential for emancipation to be found in the everyday practices of social actors, directly engaged in the world. He assigns to the sociologist the role of discerning what practices have emancipatory potential because they resist dominant discourses, alter institutional, legitimate accounts of reality which can perhaps lead to social change. There is however a temptation in Boltanski’s work to return to an idealist perspective which shoehorns the emancipatory potential of the everyday practices of social actors into a conceptual and thus intellectual framework: le registre métacritique (ou métapragmatique) auquel seul le sociologue peut avoir accès. Ce registre est unable to give us new perspectives on what might concretely constitute emancipation. In other words, the danger is that even Boltanski’s work will not achieve critical renewal. En lieu et place d’une subjectivité ideale et transcendentale, Boltanski suggère de favoriser un point de vue transcendant sur les pratiques sociales, seul capable de véritablement comprendre la réalité et la façon dont elle nous aliène. Mais ce point de vue est tout aussi idéaliste. Bourdieu ou les théoriciens de Francfort, dans la tradition de l’idéalisme transcendantal kantienne, recherchent le sujet pur qui se cachent sous la conscience pratique des personnes. Boltanski identifie pour sa part un point de vue métapragmatique susceptible de juger les évènements auxquels sont confrontées les personnes de façon plus lucide et plus exhaustive que ces dernières, confinées à un simple point de vue pragmatique imédiat et sans recul. Ce faisant, il se contente de placer le jugement “vrai” au dessus de la conscience des personnes (posture transcendante) plutôt qu’en dessous (posture trenscendantale). Mais dans les deux cas ce jugement vrai apparaît comme une perfection extérieur inaccessible aux personnes en question, ici et maintenant. Therefore I will propose a way out of this impasse by refusing to evaluate emancipation against the test of a (re)turn to an ideal state (whether transcendental or transcendent), but instead embedded in the lived material existence of social actors. Because we cannot be certain where these actions will lead, as sociologists we must accept uncertainty and contingency comme nous l’enseigne Bruno Latour, cet autre auteur français qui se réclame également aujourd’hui du pragmatisme. Mais parce que ce dernier rejette complétement la possibilité de developper encore aujourd’hui une pensée critique, il rend impossible toute reflexion en terme d’émancipation. Or scruter l’emancipation potentielle que recellent ces pratiques est nécessaire si l’on veut évaluer which, amongst them, have the potential to yield social transformation. In sum, in what follows [less ▲]

Detailed reference viewed: 80 (6 ULg)
Full Text
See detailLe tournant de la théorie critique
Frère, Bruno ULg

Book published by Desclée de Brouwer (2015)

Aujourd’hui, le nombre de personnes précaires ne cesse de s’accroître. Elles composent une catégorie sociale qui recouvre à la fois les exclus et ceux qui connaissent un enchaînement de situations ... [more ▼]

Aujourd’hui, le nombre de personnes précaires ne cesse de s’accroître. Elles composent une catégorie sociale qui recouvre à la fois les exclus et ceux qui connaissent un enchaînement de situations professionnelles éphémères et faiblement rémunérées. On observe à ce sujet au retour, parmi un grand nombre d’inégalités prégnantes (genres, races, etc.), d’une inégalité fondamentale entre classes sociales. Face à cet effrayant constat, et alors même que d’aucun la croyaient enterrée avec la « fin des idéologies » proclamée dans les années 80, la théorie critique se trouve remise au goût du jour. Le présent volume entend bien s’inscrire dans cette renaissance. L’enjeu singulier qu’il s’est fixer est de tenir compte des traditions allemande (l’école de Francfort) et française (la sociologie critique de Bourdieu), les tentatives de synthèses actuelles omettant toujours l’une ou l’autre d’entre-elles. Car si ces traditions doivent être impérativement tenue ensembles, c’est pour révéler ce qu’elles possèdent en commun et qui, précisément, doit à présent être dépassé, sans pour autant se départir de l’élan marxiste initial s’attaquant à toutes les formes de domination. De Lukács à Bourdieu, en effet, tout se passe comme si la tradition critique européenne avait travaillé sur un seul schème de pensée : les individus reproduisent inconsciemment les structures sociales du capitalisme qui pourtant les aliènent. Ils acceptent les conditions qui leur sont faites et ne cherchent plus à se rebeller contre un système qui appauvrit leur travail, leur culture, leur âme elle-même. Pire : ils assurent la reproduction dudit système en cherchant à tout prix à s'adonner à la consommation de masse ou en glorifiant les valeurs dominantes. Les textes rassemblés ici entendent bien fonder le renouveau de la critique. Il s’agit pour eux de chercher à saisir l’homme existant ici et maintenant, comme étant potentiellement autre chose qu’un être profondément abâtardi, corrompu, dénaturé, perverti, altéré ou sali par le capitalisme et la domination. Car sans une telle transition au cœur même de la théorie critique, il s’avèrera à l’avenir extrêmement difficile de traiter des nouvelles formes de résistances à la domination (indignés, anonymous, mouvements des « sans », femen, casseurs de pubs, économie alternative, etc.). [less ▲]

Detailed reference viewed: 548 (36 ULg)
Full Text
See detailLa constitution intersubjective de Moi. Fonder la sociologie phénoménologique à partir de Max Scheler.
Frère, Bruno ULg

in Mahéo, Gabriel (Ed.) La pensée de Max Scheler (titre provisoire) (2015)

L’hypothèse qui nous guidera tout au long de ce chapitre pourrait se résumer en une formule que Scheler répétera à maintes reprises : développer une pensée de la subjectivité équivaut à philosopher ... [more ▼]

L’hypothèse qui nous guidera tout au long de ce chapitre pourrait se résumer en une formule que Scheler répétera à maintes reprises : développer une pensée de la subjectivité équivaut à philosopher derrière les barreaux d’une prison. Y rester enfermé, c’est s’interdire de répondre à un problème majeur : une sociologie, à savoir l’étude des sens du monde qui me projettent d’emblée vers la communauté qui les lui donne et à laquelle j’appartiens, est-elle seulement possible depuis la phénoménologie ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 39 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCompte rendu de "Où est passé la critique sociale", P. Corcuff, La découverte, 2013
Frère, Bruno ULg

in SociologieS (2014)

L’ouvrage dont Philippe Corcuff nous suggère ici un grand résumé est stimulant à plus d’un titre. Comme à son habitude l’auteur fait montre d’une étonnante faculté à circuler entre les différents espaces ... [more ▼]

L’ouvrage dont Philippe Corcuff nous suggère ici un grand résumé est stimulant à plus d’un titre. Comme à son habitude l’auteur fait montre d’une étonnante faculté à circuler entre les différents espaces de réflexion de l’agir humain, balayant tour à tour le champ de la sociologie, de la philosophie, du cinéma, de la littérature, de l’engagement social et politique ou de la culture populaire. Passant de Michel Jonaz à Foucault, de Weber à Al Pacino, de Marcos à Magris, Corcuff jongle assez magistralement avec des univers distincts que nos habitudes intellectuelles aiment séparer tantôt par souci prétendu de « scientificité » tantôt parce que, bon gré mal gré, nos esprits de chercheurs en sciences humaines ont été configurés de telle sorte que les passerelles entre divers champs de réflexions possibles (artistiques, politiques, sociologiques, etc.) ne se construisent même plus. Je voudrais donc ouvrir la discussion autour de Où est passé la critique sociale ? en saluant l’audace des ponts entrepris par Philippe Corcuff. Que l’on accepte de le suivre sur chacun d’entre eux ou pas n’enlève rien à la qualité de cette tentative intellectuellement risquée (tant les espaces parcourus sont vastes) à l’heure où la doxa académique, comme dirait Bourdieu, voudrait que nous nous enfermions tous exclusivement dans l’ultra-spécialisation scientifique de micro-catégories du savoir rassemblées dans une case de la sous-spécialité de la discipline que nous avons choisi. Cela afin de parvenir à pointer du doigt un détail qui sera jugé suffisamment original par les rares pairs aussi spécialisés que nous pour décrocher le graal d’une publication dans une sacro-sainte revue rankée. Ainsi, Corcuff semble nous dire : je ne suis pas spécialiste des gender studies mais j’ose évoquer le féminisme. Je ne suis pas spécialiste de la Grèce Antique mais j’ose citer Aristote. On se moque du contenu des textes de tel chanteur populaire, mais j’ose indiquer en quoi il recèle, au même titre que le féminisme ou Aristote, des ressources pour construire une sociologie ou, plus simplement, une esquisse de pensée analytique. Corcuff démontre qu’il est possible de rompre les barrières, de fréquenter des terres improbables pour faire naître le plaisir de la réflexion. Et c’est très heureux. Cette appréciation globale posée, je voudrais à présent entrer dans le vif du sujet et structurer mon commentaire en deux temps. Le premier voudrait insister sur les deux principales qualités des deux textes. De par la variété des paradigmes sociologiques, philosophiques, anthropologiques ou historiques convoqués, Où est passée la critique sociale ? et son résumé dévoilent un intérêt pédagogique singulier pour tout qui désire fréquenter ces disciplines. D’autre part, l’un des trois axes de l’ouvrage repérés par Corcuff dans son grand résumé mérite pour sa part clairement l’intérêt des spécialistes contemporains de la critique sociale. Le second temps de mon commentaire traitera alors de l’écueil que je pense cette fois déceler dans le résumé et l’ouvrage. Cet écueil illustre d’ailleurs une légère insatisfaction ressentie à l’égard de plusieurs ouvrages de l’auteur, insatisfaction précisément due à la frustration de ne pas voir l’originalité de sa démarche être conduite à son terme. Pour le dire rapidement, je chercherai à indiquer que, d’une certaine manière, la tentative de Corcuff a le défaut de ses qualités : il en fait trop et trop peu à la fois. Tout se passe comme si l’ouvrage – et le résumé – n’étaient qu’un succession de notes éparses qui se succèdent au sujet d’un très grand nombre d’auteurs, cités parfois lapidairement, souvent très rapidement, sur un concept ou l’autre, jamais développé de façon systématique, en arguant qu’au bout du compte, la démarche se justifie par la légitimité du bricolage en sociologie. A ce titre, l’ouvrage peut parfois apparaître redondant. Il semble en effet ressasser tout du long la même idée (intéressante au demeurant) d’une sociologie comme boîte à outil, assumant son incomplétude et ses insuffisances, en la déclinant il est vrai sous plusieurs angles. Ceci sans jamais véritablement entrer dans le vif du sujet et entreprendre soit l’approfondissement théorique de son intuition fondamentale soit son application empirique dans une enquête approfondie. [less ▲]

Detailed reference viewed: 56 (14 ULg)
Full Text
See detailFrench Pragmatic Sociology: A Materialist Renewal of Critical Theory
Frère, Bruno ULg

Conference (2014)

From Lukács to Bourdieu, many significant intellectual developments have taken place and, in fact, one may gain the impression that the critical tradition continues to be based on one key assumption ... [more ▼]

From Lukács to Bourdieu, many significant intellectual developments have taken place and, in fact, one may gain the impression that the critical tradition continues to be based on one key assumption: individuals (workers, social actors, etc.) unconsciously reproduce the social structures of capitalism whilst being alienated by them. They accept the conditions enforced on them and no longer seek to rebel against a system which impoverishes not only their work and culture, but also their [soul]problematic? and creativity. The situation may be even more diree: they ensure the reproduction of the system by seeking to engage in mass consumption at any cost, or by glorifying the dominant values. In this chapter I would like to show that toay, no critical perspective has emerged out of a negative representation of the world such is likely to introduce ‘man’ living here and now as something other than a deeply bastardized being, corrupted, denatured, perverted, inflected, soiled by a civilizing process which owes its perversion to modernity (Rousseau) on the one hand, and to capitalism on the other. As we shall see, without making an exception, Honneth has rightly noted that all the authors of the tradition of what he calls ‘social philosophy’ have remained dependent on a form of disgust regarding the world as it is. Yet for me as a sociologist of social movements, it seems difficult to deal with such a [software]? of the new forms of social resistance to domination (Indignados, anonymous, alternative economy, movements of the ‘-less’ – see Frère and Jacquemain, 2013), even though it is precisely the same kind of diagnosis adopted by a significant number of theories dealing with cooperation and association. Some amongst them leave me sceptical, notably when it comes to the shared desire to [locate,]posit? for instance, an alternative and [solidary]? economy in the field of utopia, as opposed to a succinct and time-honoured representation of Marxism (Pessin, 2001; Pradès, 2012; Hély and Moulévrier, 2013), or to subscribe to the 'natural' reciprocity of human beings as they lived before the arrival of capitalist modernity, , thus before the ideology of growth perverted human imagination (Godbout, 2000). is this right? In my opinion, in order to be able to talk about contemporary reactions of resistance against diverse forms of alienation and domination authorized by contemporary [connectionist]? capitalism, a philosophical representation of the passive, unconscious human reified by this very same domination, which only a few holy utopian thinkers would avoid, remains ineffective. This is because, in the case of such a representation, the modern subject will be likely to react when criticism will have taken away that layer of impurity specific to the condition of alienated man in order to allow him to renew his deep nature, the one which was his in the context of the ‘good life’ , as Habermas and Honneth would say . Yet abolishing the very possibility of transcendentalism and idealism which lies implicit in contemporary critical theories, whether French or German, opens the door to the possibility, in the incertitude of the social model that they may create, of an actual – but profane – criticism of capitalisme. Here, it is a matter of human relationships in the world that gives criticism its content, in all their insurmountable impurity, in all their contingency. Aiming at abolishing the transcendental anthropological foundations that criticism has always allowed itself, this gesture is currently silhouetted not in philosophy but, rather, in a sociology, that is, ‘pragmatic sociology’. Parallel to the classical Marxist tradition traversing Bourdieu’s critical sociology and the intellectual tradition of the Frankfurt School, it is a form of ‘critical materialism’ that I would like to exhume in this chapter, a notion inspired by the libertarian Marxism of Lefort and Castoriadis (see Frère, 2009), which is able to make the profane capacities of people’s emancipation emerge . I would like to do so on the basis of a reflection revolving around the pragmatic perspective which has recently been reinforced in France by Boltanski in his book De la critique (2009), but which stands – in my view – as the backdrop of all his works. [less ▲]

Detailed reference viewed: 143 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCompte rendu de "Les enfants de Don Quichotte", P. Bruneeaux, Presses Universitaires de Vincennes, 2013
Frère, Bruno ULg

in Revue Française de Science Politique (2014), 64/2

Les enfants de Don Quichotte est un ouvrage qui présente intérêt non négligeable. Il s’agit de l’une des rares études sociologiques (la seule ?) portant sur un mouvement qui pourtant fit grand bruit dans ... [more ▼]

Les enfants de Don Quichotte est un ouvrage qui présente intérêt non négligeable. Il s’agit de l’une des rares études sociologiques (la seule ?) portant sur un mouvement qui pourtant fit grand bruit dans le monde médiatique et politique il y a quelques années : l’occupation des abords du canal Saint Martin par des SDF regroupés sous tentes. C’est délibérément que les auteurs de ce collectif ont choisi l’optique de la sociologie critique bourdieusienne pour enquêter. À ce titre, le parti pris épistémologique est de dévoiler les stratégies souvent inconscientes des protagonistes d’une part et de révéler d’autre part la persistance dans ce mouvement citoyen d’une forme de domination économique, culturelle et sociale qui maintient les SDF sous la tutelle d’une terrible violence symbolique. Cette violence symbolique est celle-là même qui, dans la théorie de Pierre Bourdieu, conduit les dominés à voir leur parole systématiquement censurée par les dominants. Cela jusque dans les dispositifs que les seconds, bien intentionnés, mettent sur pieds pour secourir les premiers. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailQuoi de neuf sous le soleil militant ?
Frère, Bruno ULg; Jacquemain, Marc ULg

in Frère, Bruno; Jacquemain, Marc (Eds.) Résister au quotidien ? (2013)

L'article sert de conclusion à l'ouvrage "Résister au quotidien". Il montre que les formes de militantisme aujourd'hui repérées comme "nouvelles" et plus "distanciées" s'inscrivent souvent dans la ... [more ▼]

L'article sert de conclusion à l'ouvrage "Résister au quotidien". Il montre que les formes de militantisme aujourd'hui repérées comme "nouvelles" et plus "distanciées" s'inscrivent souvent dans la filiation de traditions historiques sous-estimées, comme par exemple l'associationnisme ouvrier du 19ème siècle. Mais contrairement à ces traditions, ces engagements ne convergent plus spontanément sous la figure d'un acteur social à vocation universelle comme était perçu le prolétariat dans le cadre du mouvement ouvrier. Dès lors pour que la résistance débouche sur le changement social, le processus de politisation des résistances de leur fédération et de leur articulation n'en est que plus nécessaire. [less ▲]

Detailed reference viewed: 90 (14 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailQue cents fleurs s'épanouissent
Jacquemain, Marc ULg; Frère, Bruno ULg

in Frère, Bruno; Jacquemain, Marc (Eds.) Résister au quotidien ? (2013)

Le texte introduit à l'ouvrage collectif "Résister au quotidien ?". En passant en revue les différentes formes de résistance collective évoquées dans le livre, il articule trois réflexions. D'abord, le ... [more ▼]

Le texte introduit à l'ouvrage collectif "Résister au quotidien ?". En passant en revue les différentes formes de résistance collective évoquées dans le livre, il articule trois réflexions. D'abord, le fait que la résistance au capitalisme s'inscrit aujourd'hui dans les pressions de la nécessité quotidienne plus que dans les grands projets alternatifs, que ces résistances s'appuient sur l'Etat tout en le critiquant et enfin, que les différents domaine de conflictualité n'ont pas les mêmes potentiels de subversion. [less ▲]

Detailed reference viewed: 148 (20 ULg)
See detailRésister au quotiden ?
Frère, Bruno ULg; Jacquemain, Marc ULg

Book published by Presses de la Fondation Natoinale des Sciences Politiques (2013)

Les nouvelles formes de résistance à la domination se déclinent dans un agir "ici et maintenant", au service de causes concrètes : éducation sans frontières défense des exclus, droits des homosexuels ... [more ▼]

Les nouvelles formes de résistance à la domination se déclinent dans un agir "ici et maintenant", au service de causes concrètes : éducation sans frontières défense des exclus, droits des homosexuels, alterconsommation, économie alternative et solidaire, commmunauté du logiciel libre. Si nos sociétés s'extraient petit à petit du "trou noir" de la pensée critique dans lequel ces dernières décennies les avaient plongées, les déplacement du capitalisme et la refonte de son idéologie ont-ils privé le "nouveau prolétariat" d'un adversaire clairement identifiable et dune capacité à mobiliser autour d'une cause globale ? Dressant un panorama de divers pratiques contemporaines de résistance et procédant à leur analyse, c'est à l'ensemble de ces questions que l'ouvrage ambitionne de se confronter [less ▲]

Detailed reference viewed: 169 (32 ULg)
Full Text
See detailintroduction à l'ouvrage "La phénoménologie à l'épreuve des sciences humaines"
Frère, Bruno ULg; Laoureux, Sebastien

Book published by Pie Peter Lang (2013)

This book tries to illustrate how phenomenological philosophy is used today by several human sciences (anthropology, sociology, geography, psychoanalysis, etc.)

Detailed reference viewed: 14 (0 ULg)
Full Text
See detailL'économie solidaire : l'émancipation en acte au défi du politique
Frère, Bruno ULg

Article for general public (2013)

Detailed reference viewed: 20 (0 ULg)