References of "Faymonville, Marie"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailOrgan Procurement After Euthanasia: Belgian Experience
Ysebaert, dirk; Van Beeumen, G.; De Greef, K. et al

in Transplantation Proceedings (2009), 41

Euthanasia was legalized in Belgium in 2002 for adults under strict conditions. The patient must be in a medically futile condition and of constant and unbearable physical or mental suffering that cannot ... [more ▼]

Euthanasia was legalized in Belgium in 2002 for adults under strict conditions. The patient must be in a medically futile condition and of constant and unbearable physical or mental suffering that cannot be alleviated, resulting from a serious and incurable disorder caused by illness or accident. Between 2005 and 2007, 4 patients (3 in Antwerp and 1 in Liège) expressed their will for organ donation after their request for euthanasia was granted. Patients were aged 43 to 50 years and had a debilitating neurologic disease, either after severe cerebrovascular accident or primary progressive multiple sclerosis. Ethical boards requested complete written scenario with informed consent of donor and relatives, clear separation between euthanasia and organ procurement procedure, and all procedures to be performed by senior staff members and nursing staff on a voluntary basis. The euthanasia procedure was performed by three independent physicians in the operating room. After clinical diagnosis of cardiac death, organ procurement was performed by femoral vessel cannulation or quick laparotomy. In 2 patients, the liver, both kidneys, and pancreatic islets (one case) were procured and transplanted; in the other 2 patients, there was additional lung procurement and transplantation. Transplant centers were informed of the nature of the case and the elements of organ procurement. There was primary function of all organs. The involved physicians and transplant teams had the well-discussed opinion that this strong request for organ donation after euthanasia could not be waived. A clear separation between the euthanasia request, the euthanasia procedure, and the organ procurement procedure is necessary. [less ▲]

Detailed reference viewed: 157 (29 ULg)
Full Text
See detailEthical implications : pain, coma and related disorders
Schnakers, Caroline ULg; Faymonville, Marie ULg; Laureys, Steven ULg

in Banks, William P. (Ed.) Encyclopedia of Consciousness (2009)

Detailed reference viewed: 16 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPain and non-pain processing during hypnosis: a thulium-YAG event-related fMRI study.
Vanhaudenhuyse, Audrey ULg; Boly, Mélanie ULg; Balteau, Evelyne ULg et al

in NeuroImage (2009), 47(3), 1047-54

The neural mechanisms underlying the antinociceptive effects of hypnosis still remain unclear. Using a parametric single-trial thulium-YAG laser fMRI paradigm, we assessed changes in brain activation and ... [more ▼]

The neural mechanisms underlying the antinociceptive effects of hypnosis still remain unclear. Using a parametric single-trial thulium-YAG laser fMRI paradigm, we assessed changes in brain activation and connectivity related to the hypnotic state as compared to normal wakefulness in 13 healthy volunteers. Behaviorally, a difference in subjective ratings was found between normal wakefulness and hypnotic state for both non-painful and painful intensity-matched stimuli applied to the left hand. In normal wakefulness, non-painful range stimuli activated brainstem, contralateral primary somatosensory (S1) and bilateral insular cortices. Painful stimuli activated additional areas encompassing thalamus, bilateral striatum, anterior cingulate (ACC), premotor and dorsolateral prefrontal cortices. In hypnosis, intensity-matched stimuli in both the non-painful and painful range failed to elicit any cerebral activation. The interaction analysis identified that contralateral thalamus, bilateral striatum and ACC activated more in normal wakefulness compared to hypnosis during painful versus non-painful stimulation. Finally, we demonstrated hypnosis-related increases in functional connectivity between S1 and distant anterior insular and prefrontal cortices, possibly reflecting top-down modulation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 116 (28 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailQuoi de neuf dans le Syndrome Douleur Régional Complexe (SDRC) encore appelé algoneurodystrophie
Fontaine, Robert ULg; Teuwis, Sandrine ULg; Faymonville, Marie ULg

in Douleur et Analgésie (2009), 22

Complex regional pain syndrome (CRPS) remains difficult to understand and to treat. The definition criteria of the IASP (International Association for the Study of Pain) in 1994 showed an overestimation ... [more ▼]

Complex regional pain syndrome (CRPS) remains difficult to understand and to treat. The definition criteria of the IASP (International Association for the Study of Pain) in 1994 showed an overestimation of diagnosis. A revision of these criteria conducted in Budapest in 2003 permits to ameliorate the specificity of these criteria in clinical and research settings. Pathophysiology is poorly understood, only one mechanism can’t explain the observed manifestations in the CRPS: facilitated neurogenic inflammation, peripheral and central abnormalities of the central nervous system … Finally, the different laboratory tests are reviewed. Unfortunately, no laboratory test is the signature of CRPS. The diagnosis relies on history and rigorous clinical examination. Imagery method, neurophysiologic test and evaluation of inflammatory parameters help to the differential diagnosis. [less ▲]

Detailed reference viewed: 142 (13 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPrélèvement d'organes après euthanasie: expérience belge
Ysebaert, Dirk; Detry, Olivier ULg; Squifflet, Jean-Paul ULg et al

Conference (2008, October 10)

Detailed reference viewed: 82 (13 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailOrgan donation after physician-assisted death
Detry, Olivier ULg; Laureys, Steven ULg; Faymonville, Marie ULg et al

in Transplant International (2008), 21(9), 915

Detailed reference viewed: 109 (29 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailWhole body vibration and fibromyalgia: Influence on muscle performances
Maquet, Didier ULg; Philippe, Isabelle; Faymonville, Marie ULg et al

in Journal of Rehabilitation Medicine Supplement (2008, June), 47

Detailed reference viewed: 43 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe Locked-In Syndrome : la conscience emmurée
Bruno, Marie-Aurélie ULg; Pellas, F.; Schnakers, Caroline ULg et al

in Revue Neurologique (2008), 164

The Locked-In syndrome(LIS) is defined by: (i) the presence of sustained eye opening (bilateral ptosis should be ruled out as a complicating factor);(ii) preserved awareness; (iii) aphonia or hypophonia ... [more ▼]

The Locked-In syndrome(LIS) is defined by: (i) the presence of sustained eye opening (bilateral ptosis should be ruled out as a complicating factor);(ii) preserved awareness; (iii) aphonia or hypophonia; (iv) quadriplegia or quadriparesis; and (v) a primary mode of communication that uses vertical or lateral eye movement or blinking. Acute ventral pontine lesions are its most common cause. Following such brainstem lesions patients may remain comatose for sometime and then gradually awaken, remaining paralyzed and voiceless, superficially resembling the vegetative state. Background. – It has been shown that more than half of the time physicians fail to recognize early signs of awareness in LIS. Given appropriate medical care,life expectancy may be several decades but the chances of good motor recovery remain small. Eye-controlled computer technology now allows LIS patients to communicate and control their environment. Recent studies show that most LIS patients self-report meaningful quality of life and the demand for euthanasia is infrequent. Conclusion. – Patients suffering from LIS should not be denied the right to die – and to die with dignity –but also they should not be denied the right to live–and to live with dignity and the best possible pain and symptom management and revalidation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 35 (17 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailConsciousness and cerebral baseline activity fluctuations
Boly, Mélanie ULg; Phillips, Christophe ULg; Balteau, Evelyne ULg et al

in Human Brain Mapping (2008), 29

The origin of within-subject variability in perceptual experiments is poorly understood. We here review evidence that baseline brain activity in the areas involved in sensory perception predict subsequent ... [more ▼]

The origin of within-subject variability in perceptual experiments is poorly understood. We here review evidence that baseline brain activity in the areas involved in sensory perception predict subsequent variations in sensory awareness. We place these findings in light of recent findings on the architecture of spontaneous BOLD fluctuations in the awake human brain, and discuss the possible origins of the observed baseline brain activity fluctuations. [less ▲]

Detailed reference viewed: 9 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEtablissement de données normatives relatives à l’activité physique journalière de la population générale
Maquet, Didier ULg; Lehance, Cédric ULg; Vickevorst, Geoffrey et al

in Revue du Rhumatisme (2008), 75

Objectif Mettre au point une épreuve de quantification de l'activité physique journalière de la population générale en vue, d'une part, d'envisager des mesures préventives en matière de promotion de la ... [more ▼]

Objectif Mettre au point une épreuve de quantification de l'activité physique journalière de la population générale en vue, d'une part, d'envisager des mesures préventives en matière de promotion de la santé et, d'autre part, d'établir des données normatives confrontables à celles de populations souffrant d'affections diverses (ostéo-articulatoires, rhumatologiques, chroniques, … ). Patients et Méthodes La population étudiée comporte 84 sujets volontaires sains, âgés de 20 à 80 ans et répartis en classe d'âge par décade. Le monitoring d'activité physique est réalisé durant 24 heures à partir du Sense Wear® Armband (composé d'un accéléromètre et de capteurs thermiques) porté au niveau du bras en l'absence de toute gêne particulière. Ce dispositif enregistre sur une période de 24 heures la dépense énergétique totale (Kcal), le nombre de pas, l'intensité moyenne d'effort en équivalent métabolique (MET), ainsi que la dépense énergétique réalisée à différents niveaux d'intensité d'activités physiques : 0 à 1 MET, 1 à 2 MET, 2 à 3 MET, > à 3 MET, > à 6 MET, … Les sujets sont en outre soumis au « Minnesota Leisure Time Physical Activity Questionnaire » (MLTPAQ). Résultats Nous observons une réduction significative de la dépense énergétique enregistrée durant 24 heures avec l'augmentation de l'âge. La classe d'âge 31-40 ans semble la plus dynamique comme en atteste l'intensité moyenne d'effort sur 24 h (1,7 MET), la dépense énergétique enregistrée lors d'activités supérieures à 6 MET et le nombre de pas parcourus sur 24 h. De façon originale, nous constatons que la dépense énergétique pour des activités comprises entre 0 et 1 MET augmente significativement avec l'âge alors que le phénomène inverse apparaît pour les activités supérieures à 6 MET. Un constat alarmant concerne le manque d'activités physiques actives (supérieures à 3 MET) constaté au sein de la population générale. Des corrélations significatives s'observent entre les différents paramètres enregistrés à partir du Sense Wear® Armband et diverses données issues du questionnaire MLTPAQ. Discussion L'établissement de données normatives en termes d'activités physiques journalières à partir de ce protocole original s'avère particulièrement pertinent dans le cadre du suivi fonctionnel de la population générale mais aussi de multiples populations pathologiques. Conclusion La poursuite de ces recherches dégage des perspectives en vue de la mise en place de mesures préventives en matière de promotion de la santé mais aussi dans la caractérisation du statut fonctionnel ou encore le suivi longitudinal d'un patient souffrant d'affections diverses. [less ▲]

Detailed reference viewed: 162 (24 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa marche du sujet fibromyalgique et d’un sujet dépressif est-elle différenciable ? Exploration de deux affections « voisines » à partir d’un accéléromètre tri-axial.
Maquet, Didier ULg; Jaspar, J.; Lecart, Marie-Paule ULg et al

in Revue du Rhumatisme (2008), 75

Objectif : Analyser la marche de populations souffrant d’affections présentant certaines similitudes en termes de symptomatologie (fatigue, stress, anxiété, ralentissement psychomoteur, …) et pour ... [more ▼]

Objectif : Analyser la marche de populations souffrant d’affections présentant certaines similitudes en termes de symptomatologie (fatigue, stress, anxiété, ralentissement psychomoteur, …) et pour lesquelles le diagnostic différentiel apparaît parfois malaisé. Patients et méthodes : Cette étude inclut 32 sujets fibromyalgiques (46  10 ans), 20 sujets hospitalisés pour un état dépressif (49  14 ans) et 20 sujets volontaires contrôles (49  16 ans). L’analyse tri-dimensionnelle de la marche est réalisée à partir d'un système ambulatoire d'accélérométrie triaxial (Locometrix® Centaure Metrix, France) et d'une ligne de chronométrage. Le sujet marche à sa vitesse de confort, équipé de l'accéléromètre fixé à l'aide d'une ceinture élastique. L'épreuve, composée de 6 trajets rectilignes de 40 mètres, permet de suivre le profil des paramètres analysés tout au long de la distance totale parcourue (240 mètres). Les paramètres analysés sont : la vitesse de marche, la fréquence de pas, la longueur de pas, la symétrie et la régularité des pas, la puissance mécanique suivant les axes antéro-postérieur, crânio-caudal et médio-latéral, le coût énergétique. Résultats : La marche de la population fibromyalgique présente diverses altérations significatives non seulement en comparaison de la population contrôle mais aussi de la population dépressive. Nous observons chez le fibromyalgique une réduction significative (p < 0,05) de la vitesse de marche, de la longueur de pas, des activités suivant les axes antéro-postérieur et crânio-caudal. En outre, cette population présente une marche moins régulière (p < 0,05) alors que le coût énergétique de la marche est diminué (p < 0,05). Les paramètres de marche enregistrés au sein de la population dépressive apparaissent intermédiaires entre sujets contrôles et fibromyalgiques. Cependant, aucune modification significative ne s’observe entre populations contrôle et dépressive. Des travaux ultérieurs tenteront en outre de mettre en relation l’altération des paramètres de marche avec le degré d’anxiété et de dépression objectivé. Discussion : Bien que l’on évoque régulièrement un ralentissement fonctionnel chez les sujets souffrant de ces 2 affections « voisines », ce travail démontre que la marche d’un sujet dépressif et d’un sujet fibromyalgique semble différenciable. Ce dernier adopte une marche plus lente, moins régulière et visant à une « économie » d’énergie comme l’atteste le coût énergétique et les activités suivant les 3 axes. Conclusion : Cette épreuve pourrait constituer un outil original dans la caractérisation d’une population pathologique et le suivi longitudinal d’un patient. [less ▲]

Detailed reference viewed: 172 (31 ULg)
Peer Reviewed
See detailMise au point d’une épreuve originale de quantification du statut fonctionnel du sujet fibromyalgique
Maquet, Didier ULg; Lehance, Cédric ULg; Mouette, Eric et al

in Revue du Rhumatisme (2008), 75

Objectif Mettre au point une épreuve de "monitoring" du statut fonctionnel du sujet fibromyalgique durant une période de 24 heures. Patients et Méthodes Vingt-six patientes fibromyalgiques, diagnostiquées ... [more ▼]

Objectif Mettre au point une épreuve de "monitoring" du statut fonctionnel du sujet fibromyalgique durant une période de 24 heures. Patients et Méthodes Vingt-six patientes fibromyalgiques, diagnostiquées selon les critères du Collège Américain de Rhumatologie et 21 sujets volontaires contrôles féminins sont inclus dans cette étude. La quantification du statut fonctionnel est réalisée à partir du « Sense Wear Pro® Armband » (basé sur un système d'accélérométrie et de capteurs thermiques) placé au niveau du bras des sujets contrôles et fibromylagiques durant 24 heures. Ce dispositif, particulièrement léger et porté en l'absence de toute gêne particulière, permet, à partir d'un logiciel, de calculer divers paramètres dont la dépense énergétique totale (Kcal), le nombre de pas, le temps en position allongée, le temps de sommeil, la dépense énergétique réalisée à différents niveaux d'intensité d'activité physique (0 à 1 équivalent métabolique (MET), 2 à 3 MET, > à 3 ou 4 MET, … ). Résultats Au terme de cette épreuve originale de monitoring de statut fonctionnel durant 24 heures, nous observons une modification significative du statut fonctionnel de la population fibromyalgique en comparaison de la population contrôle, appariée en termes de paramètres biométriques. La dépense énergétique (Kcal) mesurée à une intensité comprise entre 1 et 2 MET, 3 et 4 MET ou encore à une intensité supérieure à 4 MET apparaît significativement réduite chez les patients fibromyalgiques. Par contre, aucune différence significative ne s'observe pour la dépense énergétique comprise entre 0 et 1 MET, le temps mesuré en position allongée et le temps de sommeil. Enfin, le nombre de pas accomplis sur 24 heures diffère significativement entre les 2 groupes (7776 pas chez les fibromyalgiques versus 11068 pas chez les sujets contrôles). Discussion Ces observations originales illustrent non seulement l'altération du statut fonctionnel du fibromyalgique mais aussi un certain ralentissement fonctionnel puisque aucune différence ne s'observe pour la dépense énergétique mesurée entre 0 et 1 MET alors qu'au-delà, les différences apparaissent significatives. Conclusion Cette étude propose une épreuve particulièrement sensible de monitoring du statut fonctionnel du sujet fibromyalgique. Ce test, ne sollicitant aucune participation volontaire du patient, pourrait constituer une épreuve de choix dans la quantification de statut fonctionnel du fibromyalgique, notamment dans le cadre du suivi longitudinal du patient ou encore la quantification des bénéfices éventuels apportés par diverses thérapeutiques. L'épreuve apparaît, en outre, transférable à de multiples situations pathologiques. [less ▲]

Detailed reference viewed: 82 (21 ULg)
Peer Reviewed
See detailInfluence of specific rehabilitation programs on pressure pain thresholds in patients with fibromyalgia or chronic low back pain
Maquet, Didier ULg; Demoulin, Christophe ULg; Lecart, Marie-Paule ULg et al

in Annals of the Rheumatic Diseases (2007), 66

Background: Specific rehabilitation programs are recommended in chronic pain syndromes. The subjective experience and multidimensional nature of pain is problematic for assessment. Pressure pain threshold ... [more ▼]

Background: Specific rehabilitation programs are recommended in chronic pain syndromes. The subjective experience and multidimensional nature of pain is problematic for assessment. Pressure pain threshold (PPT) is defined as the minimum force applied which induces pain measured with a dolorimeter. Objectives: The purposes were: (1) to compare PPTs for 18 specific tender sites in patients with fibromyalgia (FM) and in patients with chronic low back pain (CLBP), (2) to assess the PPT changes in these groups following specific rehabilitation programs. Methods: Eleven women with CLBP and six women with FM were included in this study. They attended biweekly specific multidisciplinary rehabilitation sessions for 8 weeks. Pain intensity and PPTs for the 18 specific tender sites defined by the American College of Rheumatology were evaluated respectively with a visual analogue scale (VAS) and with an electronic dolorimeter, before and after the programs. Normative data of PPTs were established in a recent study [1]. Results: Before starting the rehabilitation program, patients with FM displayed VAS scores higher (p<0.05) than those with CLBP. Furthermore, FM patients had the lowest (p<0.05) PPTs over all examined areas. Statistical analysis failed to show any differences between PPTs of CLBP and healthy subjects. At the end of the specific program, VAS scores decreased significantly in both patient groups. In contrast, a significant increase of PPTs was only observed in FM patients. However, their PPTs remained below the CLBP and healthy PPT values. Conclusion: Despite the presence of chronic pain in these two syndromes, the decrease of PPTs appears to be specific in patients with FM. Measure of PPTs could represent a relevant method in order to perform a longitudinal follow-up of patient's pain perception. After the rehabilitation programs, pain intensity decreased in both patient groups. References: [1] Maquet D, Croisier JL, Demoulin C, Crielaard JM. Pressure pain thresholds of tender point sites in patients with fibromyalgia and in healthy controls. Eur J Pain, 2004, 8:111-117. [less ▲]

Detailed reference viewed: 47 (3 ULg)
Full Text
See detailHypnosédation: une nouvelle technique anesthésique
Kirsch, Murielle ULg; Joris, Jean ULg; Faymonville, Marie ULg

in Hypnose et Thérapies brèves (2006), 2

Detailed reference viewed: 72 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailBrain response to one's own name in vegetative state, minimally conscious state and locked-in syndrome
Perrin, F.; Schnakers, Caroline ULg; Schabus, M. et al

in Archives of Neurology (2006), 63

Detailed reference viewed: 35 (7 ULg)
Peer Reviewed
See detailIntérêts de la revalidation musculaire progressive dans la prise en charge de la fibromyalgie
Maquet, Didier ULg; Demoulin, Christophe ULg; Croisier, Jean-Louis ULg et al

in Revue du Rhumatisme (2006), 73

Objectif : Ce travail a pour objectif d’apprécier l’intérêt d’un programme de reconditionnement physique aérobie dans le traitement de la fibromyalgie. Patients et méthodes : Dix patientes fibromyalgiques ... [more ▼]

Objectif : Ce travail a pour objectif d’apprécier l’intérêt d’un programme de reconditionnement physique aérobie dans le traitement de la fibromyalgie. Patients et méthodes : Dix patientes fibromyalgiques, diagnostiquées selon les critères du Collège Américain de Rhumatologie (1990), réalisent trois séances hebdomadaires d’une durée d’une heure trente sur une période de 3 mois. Le programme de revalidation comporte principalement des activités musculaires aérobies (bicyclette ergométrique, tapis de marche, rameur et step), complétées par des étirements et de la relaxation. Les bénéfices éventuels sont objectivés à partir d’épreuves physiques maximales (isocinétisme) et sous-maximales (test de marche, bicyclette ergométrique, endurance musculaire statique), d’une évaluation du seuil de sensibilité douloureuse à l’aide d’un dolorimètre et de questionnaires de qualité de vie, de quantification de la fatigue et de satisfaction. En outre, les perceptions douloureuses et de pénibilité de l’effort sont respectivement quantifiées à partir des échelles visuelle analogique (EVA) et de Borg. Résultats : Au terme de cette revalidation, une amélioration significative de tous les paramètres physiques est objectivée. Les performances s’améliorent de 26 % lors de l’épreuve de force isocinétique maximale réalisée au niveau des muscles fléchisseurs et extenseurs de genou, de 43 % lors des épreuves isométriques sous-maximales prolongées, de 42 % lors de l’épreuve ergométrique et de 17 % lors de l’épreuve de marche. Ces bénéfices s’accompagnent d’une réduction systématique des perceptions douloureuses et de la difficulté de l’effort mais aussi d’un accroissement du seuil de sensibilité douloureuse. Les questionnaires de qualité de vie et de quantification de la fatigue confirment l’amélioration fonctionnelle. Le programme répond effectivement aux attentes des fibromyalgiques, comme le démontrent les scores du questionnaire de satisfaction. Discussion : Cette option thérapeutique de revalidation se justifie d’autant plus que la faiblesse des qualités musculaires du fibromyalgique a déjà été soulignée. Cette rééducation devrait idéalement se compléter par diverses interventions comme le soutien psychologique et les stratégies cognitivo-comportementales. Conclusion : Cette étude confirme l’intérêt d’un programme de revalidation musculaire progressive dans le cadre de la prise en charge rééducative de la fibromyalgie. Un tel programme réduit les répercussions physiques et psychologiques défavorables de l’affection. [less ▲]

Detailed reference viewed: 129 (12 ULg)
Peer Reviewed
See detailEtude comparative des qualités musculaires entre populations fibromyalgique et lombalgique
Maquet, Didier ULg; Demoulin, Christophe ULg; Croisier, Jean-Louis ULg et al

in Revue du Rhumatisme (2006), 73

Introduction : La fibromyalgie et la lombalgie constituent deux affections musculo-squelettiques chroniques présentant de nombreuses similitudes, comme la douleur, la régression des activités physiques ... [more ▼]

Introduction : La fibromyalgie et la lombalgie constituent deux affections musculo-squelettiques chroniques présentant de nombreuses similitudes, comme la douleur, la régression des activités physiques quotidiennes ou encore la désinsertion sociale. L’objectif de ce travail était de comparer des patients fibromyalgiques et des patients souffrant de lombalgies chroniques en termes de qualités musculaires à partir de mesures de force et de fatigabilité musculaires. Patients et méthodes : Vingt sujets contrôles de sexe féminin, vingt patientes fibromyalgiques et vingt patientes souffrant de lombalgies chroniques sont inclus dans l’étude. Le protocole comporte une évaluation de la force maximale isocinétique des muscles fléchisseurs et extenseurs de genou. La résistance musculaire à la fatigue s’apprécie par l’enchaînement de 30 mouvements consécutifs de flexion-extension de genou à intensité maximale. Les perceptions douloureuses et de pénibilité de l’effort sont respectivement mesurées à partir des échelles visuelle analogique (EVA) et de Borg. En outre, l’anxiété et la dépression sont déterminées à partir de l’ « Hospital Anxiety and Depression Scale » (HAD). Résultats : L’ensemble des performances de force et de fatigabilité apparaissent inférieures chez les fibromyalgiques, en comparaison non seulement des sujets contrôles mais aussi des patientes lombalgiques. Ces dernières développent des performances identiques à celles de la population contrôle. Les scores douloureux (EVA) et de pénibilité de l’effort apparaissent pourtant significativement augmentés au sein de ces deux populations pathologiques. Les questionnaires d’anxiété et de dépression (HAD) révèlent des scores significativement supérieurs chez les fibromyalgiques. Discussion : Ces résultats illustrent un profil musculaire différent entre populations fibromyalgique et lombalgique. La réduction majeure des performances développées par les patientes fibromyalgiques peut être mise en relation avec l’état de déconditionnement, les scores d’anxiété et de dépression, la douleur diffuse et d’éventuels mécanismes d’inhibition musculaire. Contrairement à certaines données de la littérature, nous observons des performances musculaires des membres inférieurs relativement préservées chez les patientes lombalgiques. Conclusion : Au terme de cette étude comparative entre populations souffrant de douleurs chroniques, nous démontrons de faibles performances musculaires développées par les membres inférieurs chez les sujets fibromyalgiques. Une mesure des qualités musculaires rachidiennes peut s’avérer plus spécifique dans l’établissement du profil musculaire du lombalgique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 92 (8 ULg)
Peer Reviewed
See detailEtude de la sensibilité à la douleur : comparaison entre populations contrôle et fibromyalgique
Maquet, Didier ULg; Demoulin, Christophe ULg; Croisier, Jean-Louis ULg et al

in Revue du Rhumatisme (2006), 73

Introduction : Le seuil de sensibilité à la douleur (SSD) peut être apprécié à partir de la pression minimale induisant une perception nociceptive. Ce seuil s’objective aisément en pratique clinique par ... [more ▼]

Introduction : Le seuil de sensibilité à la douleur (SSD) peut être apprécié à partir de la pression minimale induisant une perception nociceptive. Ce seuil s’objective aisément en pratique clinique par une mesure dolorimétrique. Le but de ce travail consiste à comparer, à partir d’une mesure dolorimétrique, le SSD de sujets contrôles et fibromyalgiques et, d’autre part, d’établir des valeurs normatives. Patients et méthodes : Cent sujets contrôles (50 féminins et 50 masculins) et 20 patientes fibromyalgiques sont inclus dans l’étude. Le SSD des 18 points sensibles définis par le Collège Américain de Rhumatologie dans le cadre des critères de classification de la fibromyalgie est mesuré à partir d’un dolorimètre électronique. La pression transmise est augmentée graduellement au rythme de 1 kg/cm² chaque seconde et ce, jusqu’à l’apparition d’une véritable douleur, et non plus d’une simple sensibilité. Le SSD (en kg/cm²) des 9 points spécifiques bilatéraux est déterminé et un score myalgique s’établit par l’addition de ceux-ci. Un test-retest réalisé à 3 jours d’intervalle apprécie la reproductibilité intra-examinateur des SSD. Résultats : Les coefficients de variation correspondent respectivement à 17 % et 13 % chez les sujets contrôles féminins et masculins, et 24 % chez les fibromyalgiques. La reproductibilité apparaît la plus favorable pour les points « fessier » et « genou ». Les SSD s’avèrent significativement inférieurs chez les sujets contrôles féminins en comparaison des volontaires masculins (p < 0,01) et aucun effet de latéralité n’est constaté. Les SSD mesurés chez les fibromyalgiques demeurent systématiquement inférieurs (réduction de 60 %) à ceux de la population contrôle (p < 0,0001). Les SSD les plus faibles sont mesurés aux points « trapèze », « occiput », « cervical antérieur » et « 2ème côte » tant chez les sujets contrôles que fibromyalgiques. Le score myalgique atteint 20 + 7,4 kg/cm² et 49,9 kg/cm² respectivement chez les patients fibromyalgiques et chez les sujets contrôles féminins. Discussion : Une mesure dolorimétrique permet d’objectiver le SSD avec une reproductibilité satisfaisante. Ce travail démontre des valeurs de SSD particulièrement faibles chez les fibromyalgiques. De façon originale, nous objectivons, chez les sujets contrôles, particulièrement de sexe féminin, des SSD souvent inférieurs au seuil décrit par l’ACR (4 kg/cm²). Conclusion : L’établissement d’un score myalgique permet d’apprécier, à partir d’une mesure dolorimétrique, la sensibilité nociceptive et offre la possibilité d’un suivi longitudinal du patient en terme de douleur. [less ▲]

Detailed reference viewed: 155 (15 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCerebral processing in the minimally conscious state
Laureys, Steven ULg; Perrin, Fabien; Faymonville, Marie ULg et al

in Neurology (2004), 63(5), 916-918

We studied a patient in a minimally conscious state using PET and cognitive evoked potentials. Cerebral metabolism was below half of normal values. Auditory stimuli with emotional valence ( infant cries ... [more ▼]

We studied a patient in a minimally conscious state using PET and cognitive evoked potentials. Cerebral metabolism was below half of normal values. Auditory stimuli with emotional valence ( infant cries and the patient's own name) induced a much more widespread activation than did meaningless noise; the activation pattern was comparable with that previously obtained in controls. Cognitive potentials showed preserved P300 responses to the patient's own name. [less ▲]

Detailed reference viewed: 21 (7 ULg)