References of "Fallon, Catherine"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailSiting Controversies Analysis: Framework and Method for Questioning the Procedure
Rossignol, Nicolas ULg; Parotte, Céline ULg; Joris, Geoffrey ULg et al

in Journal of Risk Research (in press)

Siting controversies are commonplace, as well against the construction of roads, railways, nuclear waste disposals, as against windfarms. Local citizens resist against siting decisions taken by the ... [more ▼]

Siting controversies are commonplace, as well against the construction of roads, railways, nuclear waste disposals, as against windfarms. Local citizens resist against siting decisions taken by the authorities, following a dynamics often quoted as ‘Not In My Back Yard’. Yet contested for its lack of analytical value, NIMBY is still used strategically by actors to qualify citizens as irrational and egoistic. Beyond this labelling, many factors are investigated to understand the dynamics behind siting controversies. In this paper, we focus on the impact of the legal procedure structuring the implantation of windfarms in the Walloon Region (Belgium), and its translations within different decision making processes in specific case studies. To that regard, we consider the legal procedure as a ‘public policy instrument’. It is neither neutral nor natural, and carry values and interests. It organizes inter-personal relations between actors, and is potentially catalyzer of frustrations. In addition, this legal procedure is the object of translations within different contexts, including different actors participating to specific decision making processes. The empirical approach of this paper is based on case studies data and on the use of an innovative methodology called ‘Open Process Workshop’. This methodology consists in a structured workshop with key stakeholders, during which the legal procedure is questioned. Overall, we demonstrate that the focus on the legal procedure - and its translations within different decision making processes - allows systemic analysis providing deep understandings of controversies and reaffirming the interlinks between ‘the social’ and ‘the technical’ in such controversies. In addition, we argue that the methodology used fosters the production of innovative knowledge, mutual understanding and collective learning between the participants. [less ▲]

Detailed reference viewed: 27 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detail“How are you Vulnerable?”: Using Participation for Vulnerability Analysis in Emergency Planning
Rossignol, Nicolas ULg; Turcanu, Catrinel; Fallon, Catherine ULg et al

in Journal of Risk Research (in press)

Scientists in many fields of research have developed models, theories and concepts attempting to grasp and manage dangers that are often difficult to imagine. Among the different perspectives, the Science ... [more ▼]

Scientists in many fields of research have developed models, theories and concepts attempting to grasp and manage dangers that are often difficult to imagine. Among the different perspectives, the Science and Technology Studies (STS) Vulnerability Approach seems very promising. Relying on a constructivist paradigm, it is based on an inductive collection and analysis of a wide range of factors, with a particular focus on cultural factors and actual day-to-day practices. In this paper, we present the roots of this approach and we display findings based on three case studies exploring emergency planning in three different contexts (a city near a SEVESO plant, a school near a nuclear plant, and a city confronted to multiple catastrophic scenarios). The cases studies were realized by conducting three Focus Groups with different types of stakeholders (citizens, teachers, firemen, decision makers, etc.). After presenting the results of the case studies, we discuss how stakeholders’ participation can inform such type of vulnerability analysis in the context of emergency planning. We argue that participation fosters a deep understanding of actual safety governance practices which allows innovative results to emerge as well as it initiates a learning process among the participants. It contributes to questioning the relations between decision-makers, experts and citizens. It has the potential of bypassing the positivist and quantitative rationale of safety, and thus, of redefining the vulnerability governance. As a conclusion, we question the role of such STS vulnerability approach within the actual vulnerability governance. [less ▲]

Detailed reference viewed: 32 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailQuantification des politiques versus démocratisation de l’évaluation : Etude des plans de cohésion sociale en Wallonie
Fallon, Catherine ULg; Feron, Pauline

in Mespoulet, Martine (Ed.) Usages des chiffres dans l’action publique territoriale (in press)

L’usage des chiffres dans l’action publique (ou la « quantification du politique ») mobilise deux registres en tension : premièrement celui de la performance, où « le chiffre est conçu comme un acteur ... [more ▼]

L’usage des chiffres dans l’action publique (ou la « quantification du politique ») mobilise deux registres en tension : premièrement celui de la performance, où « le chiffre est conçu comme un acteur contribuant à encadrer l’action en restreignant les options soumises à délibération et les choix ouverts à la décision collective », et deuxièmement la démocratie, perçue comme « un facteur d’extension du débat public et d’accroissement des sphères d’exercice de la responsabilité politique des citoyens ». Ogien relève le renforcement de cette tension, tout en soulignant l’absence de démocratisation de la mesure elle-même. Afin de remédier à cet écueil, l’auteur propose que les citoyens, rarement pris en considération dans l’élaboration et la définition des termes de la mesure, soient parties prenantes « du système du chiffre qui sert à rendre compte de leur existence et de leur destinée ». Cette contribution analyse les modalités concrètes de cette tension dans le cadre de l’évaluation d’une politique régionale mise en place au niveau local, les plans de cohésion sociale (PCS) en Région wallonne (Belgique), en mobilisant les données recueillies lors de l’évaluation des PCS terminée en mars 2013 . En effet, un enjeu important des PCS était la mise en place d’un processus d’évaluation qui se voulait « participatif» . La participation citoyenne étant une notion centrale de la philosophie PCS, un des objectifs de la Direction interdépartementale de la cohésion sociale (DiCS – administration régionale en charge du programme) était de la promouvoir à travers toutes les étapes de mise en œuvre de cette politique, y compris pour l’évaluation d’impact, inspirée en cela par les propositions méthodologiques du Conseil de l’Europe. Dans un premier temps, le bureau régional de statistique avait développé un indicateur composite « d’accès aux droits sociaux fondamentaux » afin d’objectiver la clé de répartition des ressources entre les territoires locaux. Ce n’est que dans un second temps, en fin de programme, que la DiCS était sommée de produire une « évaluation participative » mesurant l’impact des actions réalisées à travers les PCS sur la cohésion sociale et le bien-être. L’article propose de confronter ces deux démarches d’évaluation : celle qui aboutit à un indicateur quantitatif fondé sur une logique statistique et l’approche participative favorisant l’expression des parties prenantes. [less ▲]

Detailed reference viewed: 31 (11 ULg)
Full Text
See detailEvaluation des processus de mise en oeuvre des plans de cohésion sociale: rapport final
Italiano, Patrick ULg; Fallon, Catherine ULg; Thiry, Aline ULg et al

Report (in press)

Ce rapport synthétise la recherche d'évaluation des plans de cohésion sociale de la région Wallonne quant à leur mise en oeuvre locale. Il couvre les aspects de gouvernance locale, de construction de ... [more ▼]

Ce rapport synthétise la recherche d'évaluation des plans de cohésion sociale de la région Wallonne quant à leur mise en oeuvre locale. Il couvre les aspects de gouvernance locale, de construction de partenariats public-associatif, d'évaluation participative, et d'une manière plus générale de l'articulation entre politique régionale et autonomie communale [less ▲]

Detailed reference viewed: 144 (30 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDes chiffres de la politique à la politique du chiffre Le cas des réformes du financement de la recherche dans les universités belge francophones.
Fallon, Catherine ULg

in Reflets et Perspectives de la Vie Economique (2015)

“Governing by numbers” is a trend on the increase in public action. Numbers tend to pervade the politico-administrative space without questioning neither the quantification processes which produce them ... [more ▼]

“Governing by numbers” is a trend on the increase in public action. Numbers tend to pervade the politico-administrative space without questioning neither the quantification processes which produce them nor the conditions of their utilization in government. And yet the use of numbers and data in political arguments contribute to transform the terms of the debate: politics can transform data and indicators, but one should not neglect how numbers affect policymaking. This article proposes as case study the analysis of some recent transformations of public research funding mechanism in universities in French speaking Belgium. It questions the systemic effects of the use of performance indicators in public management in this sector and it proposes some starting points for a discussion of their impact on the quality of the political debate. [less ▲]

Detailed reference viewed: 22 (2 ULg)
Full Text
See detailIntroduction
Fallon, Catherine ULg

in Albarello, Luc; Fallon, Catherine; Van Haeperen, Beatrice (Eds.) Evaluation des politiques publiques (2015)

Ce livre s’adresse à toutes les personnes qui a des titres divers sont concernés par l’évaluation des politiques publiques parce qu’ils doivent en assurer la réalisation ou en encadrer la démarche. Les ... [more ▼]

Ce livre s’adresse à toutes les personnes qui a des titres divers sont concernés par l’évaluation des politiques publiques parce qu’ils doivent en assurer la réalisation ou en encadrer la démarche. Les exemples et les angles de discussion sont les plus larges possibles pour que le lecteur puisse s’approprier les outils quel que soit son secteur de responsabilité et quel que soit son territoire. Il trouvera dans la suite des chapitres non pas un livre de recettes – ce qui nous semble contraire à la logique d’évaluation de politiques – mais des cadres de réflexion, des propositions de pratiques, ainsi que des références complémentaires pour développer ses pratiques tout en mobilisant un regard critique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (0 ULg)
Full Text
See detailFaire face à Ebola: quand l'Etat s'emmêle
Thiry, Aline ULg; Fallon, Catherine ULg; Brunet, Sébastien ULg et al

Article for general public (2014)

La crise actuelle du virus Ebola en Afrique de l’Ouest qui a probablement commencé en Guinée en décembre 2013 (Baize et al., 2014) progresse maintenant de manière fulgurante. Le 14 septembre 2014, cinq ... [more ▼]

La crise actuelle du virus Ebola en Afrique de l’Ouest qui a probablement commencé en Guinée en décembre 2013 (Baize et al., 2014) progresse maintenant de manière fulgurante. Le 14 septembre 2014, cinq pays étaient officiellement touchés: Liberia, Guinée, Sierra Leone, Nigeria et Sénégal. Le nombre total de cas recensés était alors de 5357, dont 2630 ont mené au décès des malades. Près de 45% des cas recensés d’Ebola ont été dénombrés au cours des trois dernières semaines (WHO, 2014). [less ▲]

Detailed reference viewed: 131 (19 ULg)
Full Text
See detailThe Paradox of Incentives: Scientific Impact and Societal Relevance of Academic Research in the Walloon Science System
MELON, Steve; Fallon, Catherine ULg

Conference (2014, September 06)

Bibliometric indicators might be inappropriate tools to evaluate public funded research whose aim is to deal with the socio-economic challenges endured by a nation. By the means of a bibliometric analysis ... [more ▼]

Bibliometric indicators might be inappropriate tools to evaluate public funded research whose aim is to deal with the socio-economic challenges endured by a nation. By the means of a bibliometric analysis (Web of Science, period 1981 – 2011 for Belgium) combined with qualitative material, it has been argued that the kind of research that is more likely to address societal issues (based on its language, its type of collaboration and its type of research) is the one with the least scientific impact as measured by bibliometric measurements. The outcome of this study helped us realise that there exists a paradox of incentives for academic researchers due to an inadequacy between the production of knowledge that address societal issues and its evaluation: (1) traditional evaluation methods do not produce enough incentives to address societal challenges and that (2) scientists are intensifying their effort to produce valuable results for their evaluation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Full Text
See detailGoverning by numbers or democratizing measurement : The policy and practices of quality management in universities
Fallon, Catherine ULg

Conference (2014, July 04)

Quality management frequently appeals to performance indicators (PI) without questioning their constructed and contextual dimension and the reduction of the social complexity they induce. Practices and ... [more ▼]

Quality management frequently appeals to performance indicators (PI) without questioning their constructed and contextual dimension and the reduction of the social complexity they induce. Practices and discourses in this field tend to swing between two antinomic registers: strenghtening of a managerial approach by the authorities and new participatory expectations by stakeholders. Quality-oriented approaches and performance measurement advocates a quantitative practice based on a top-down, standardised approach focused on statistical knowledge and advocating a desire of transparency and increasing efficiency. The indicator-based measurement also endorses a legitimacy and accountability function (Zittoun 2009). Quantification of social phenomenon leads to a double reductionism : PI reduce social complexity to a single figure, and contribute at the same time to a normative twist of public action when pushing forward the search for performance and efficiency as main objective of policies while downplaying other less measurable social or environmental dimensions (Salais, 2010). In the last decade, public governance focused so much on numbers and benchmarking that the digits and indicators seem to structure the whole decision making process instead of being a simple adjuvant to it (Dahler-Larsen 2012, Ogien 2009). Simutaneously, local actors have to translate in local practices the policy indicators that where defined by experts far away from local concerns. This top down approach puts the autonomy of local professionals under pressure (Chauvière 2007). These tensions could be resolved by defining new modes of coordination between experts and the knowledge of stakeholders. Beyond the criticism of “governing by numbers” the hypothesis is to test the emergence of new families of context rich operational indicators, supporting local participation (Didier et al 2013). This paper proposes to analyze these tensions in the case of the development of quality management processes in universities in Belgium and show how the development of quantification mechanisms resisted participatory processes in the definition of indicators and statistical models (Fallon & Leclercq 2013). It will question how can stakeholders be involved in the definitions of measures, contribution to the framing of the convention of what is locally important and what is not. [less ▲]

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Full Text
See detailFormes et réformes des administrations publiques - Conclusions
Joris, Geoffrey ULg; Fallon, Catherine ULg

in Joris, Geoffrey; Fallon, Catherine (Eds.) Formes et réformes des administrations publiques (2014)

Le texte attire l’attention sur des facteurs qui nous semblent favoriser, au vu des cas empiriques proposés et indépendamment des contextes politiques nationaux dans lesquels ils se replacent, une ... [more ▼]

Le texte attire l’attention sur des facteurs qui nous semblent favoriser, au vu des cas empiriques proposés et indépendamment des contextes politiques nationaux dans lesquels ils se replacent, une démarche « réflexive » de la part des acteurs administratifs [less ▲]

Detailed reference viewed: 24 (2 ULg)
See detailFORMES ET RÉFORMES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES
Joris, Geoffrey ULg; Fallon, Catherine ULg

Book published by Presse de l'université de Laval (2014)

Cet ouvrage invite le lecteur à un parcours réflexif au moyen de différents exemples et analyse de récents processus de réforme de l’administration publique en Belgique, au Canada et en Suisse afin ... [more ▼]

Cet ouvrage invite le lecteur à un parcours réflexif au moyen de différents exemples et analyse de récents processus de réforme de l’administration publique en Belgique, au Canada et en Suisse afin d’amener progressivement le lecteur à appréhender l’administration non plus seulement comme une " institution ", ce qui implique qu’elle ne soit pas considérée comme universelle, mais comme un produit de l’histoire et de la société. Plus fondamentalement, il invite le lecteur à appréhender l’administration publique comme une " organisation ", c’est-à-dire en prenant en compte l’ensemble des relations formelles et informelles qui y prennent place. Ainsi, l’administration ne serait pas cet ensemble froid d’institutions et de structures chargé de l’exécution des décisions publiques. Bien au contraire, l’administration se révèle, au fil des chapitres, en perpétuelle interaction avec tous les acteurs de l’action publique. Elle apparaît, de la sorte, non plus comme un acteur neutre, objectif, voire passif, mais bel et bien comme un " instrument " participant tout autant que les " citoyens-consommateurs " à la définition de l’action publique. Présentée de cette manière, l’étude de l’administration, de ses mutations et de ses innovations, devient un moyen d’appréhender les transformations actuelles des sociétés occidentales. [less ▲]

Detailed reference viewed: 14 (2 ULg)
Full Text
See detail« Quantification des politiques versus Démocratisation de la mesure : la gestion publique par les indicateurs à l’épreuve de la participation. les indicateurs sont-ils solubles dans la participation ?
Fallon, Catherine ULg

Conference (2014, June 02)

L'évaluation des politiques publiques contribue à la fois à l’efficacité de l'action publique et à sa légitimation, en déployant une double logique pour renforcer l’intelligibilité et l’acceptabilité de ... [more ▼]

L'évaluation des politiques publiques contribue à la fois à l’efficacité de l'action publique et à sa légitimation, en déployant une double logique pour renforcer l’intelligibilité et l’acceptabilité de la gestion publique. Cette démarche recourt de plus en plus souvent à des indicateurs de performances, sans questionner le caractère contingent et construit de leur émergence et le sacrifice de la complexité sociale qu'ils induisent. Une double dynamique est perceptible depuis quelques années dans ce domaine. Les pratiques et les discours autour de l’évaluation semblent osciller entre deux registres qui s’opposent sur de nombreux points : d’un côté le renforcement de cette logique managériale et de l’autre des exigences de nouvelles demandes participatives formulées par les groupes concernés par l’action publique. En termes managériaux, les réformes observées dans les modalités de des politiques publiques intègrent de nombreux principes du new public management sous différentes dénominations : démarches de « qualité », «mesure de performance », « culture du résultat »,.. Autant de concepts qui accompagnent la généralisation des dispositifs d’évaluation et de certification par les chiffres. Les exigences en matière de transparence et d’efficacité justifient un développement pléthorique d’indicateurs de performances (IP), car la mesure via un indicateur endosse aussi une fonction de légitimation (Zittoun 2009). En effet, le recours à des mesures de la performance est souvent justifié par une amélioration de l’action publique ainsi qu’à une plus grande « accountability » (Halachmi 2005; Van Thiel et Leeuw 2002) : par leur souci déclaré de transparence, elles semblent prolonger les impératifs de la démocratie et de ses exigences en matière de débats et d’information. D’autre part se multiplient des procédures délibératives qui associent citoyens et gouvernants pour « renforcer l’efficacité de l’action publique, en améliorant son contenu et en favorisant son acceptabilité sociale » (Chevallier 2011 : 227), contribuant au consensus social autour de l’action de l’état qu’elle légitime par ailleurs. « Le détour par l’écoute des citoyens se donne comme une figure obligée de l’action publique et comme un nouvel art de gouverner, comme si désormais il n’était plus possible de prendre de décision sans avoir consulté le public au préalable » (Blondiaux 2008 : 6), dynamique renforcée par l’extension actuelle des nouvelles technologies de l’information et de la communication et les nouveaux réseaux sociaux. Le NPM prône une pratique chiffrée s’appuyant sur une approche top-down, standardisée et uniformisante, basée sur un développement de connaissances statistiques construites à l’échelle du territoire d’intervention. A l’opposé, se dessine le détour vers une participation locale émanant d’une dynamique bottom-up, et proposant une approche localisée et complexe du territoire. Dans le cadre de l’évaluation des politiques publiques, ces deux registres sont en tension. Fraser et coll. ( 2006), résument bien les problèmes respectifs liés à ces deux approches. D’un côté, la question de la possibilité de généralisation de l’information à partir des données locales ; de l’autre le risque de « réduction » de ces données riches et contextualisées, que doivent formater et contrôler les experts en statistiques pour nourrir l’action publique. En effet, nous postulons que la quantification du social opère un double réductionnisme : premièrement un réductionnisme que nous pourrions qualifier de social, par la capacité du chiffre à réduire la complexité sociale à une seule donnée ; deuxièmement un réductionnisme normatif qui tend à faire basculer la focale de l’équité ou de la justice sociale vers la recherche de performance elle-même, celle-là même qui fait l’objet de la mesure et qui est transformée en objectif d’action pour les acteurs (Salais, 2010). Ogien (2009 :14) met en évidence le développement récent d’une science de la modélisation de l’action publique, « contribuant à la colonisation du raisonnement politique par les catégories de l’économie et du management ». Ce qui différencie les nouvelles approches d’évaluation, de qualité, et de mesures de performances de la dernière décennie, c’est la position des chiffres qui en viennent à structurer le processus décisionnel au lieu d’en être les simples auxiliaires (Dahler-Larsen 2012). La contestation de cette suprématie du chiffre est difficile, entre autre parce que les principes du NPM qui président à leur mise en œuvre semblent faire l’objet d’un large consensus et parce que les responsables politiques y trouvent des outils de communication mobilisant de façon particulièrement efficace les structures médiatiques de nos démocraties d’opinion. S’il y a « peu d’espace de résistance à la quantification » (Badet & Jany-Catrice 2010), c’est principalement lié à l’idée selon laquelle l’information sur un phénomène ne peut être que bénéfique à la prise de décision. Par leur potentiel de comparabilité, les chiffres relèguent au second plan les pratiques participatives qui ne peuvent se targuer d’un tel avantage. Pourtant, de nombreux auteurs critiques tendent à démontrer la normativité derrière l’information chiffrée, mettant à l’épreuve leur prétendue objectivité, leur caractère scientifique et leur neutralité. Barré (2010) parle d’un usage manipulatoire qui fait passer pour scientifique une construction en occultant le fait que cette construction est en cohérence avec la vision de ceux qui l’ont élaborée. La force du chiffre fait oublier le caractère conventionnel de son émergence (Desrosières 1993, 2008) : le chiffre « circule dans l’espace public indépendamment de son procédé de fabrication et « il échappe à son créateur pour vivre une vie autonome dans l’espace social » (Bureau 2010 :173) contribuant à peupler celui-ci d’une foule d’indicateurs, une machinerie pour classer et comparer échappant à toute emprise critique. Mais d’un autre côté, au niveau de la mise en œuvre des politiques, les acteurs de terrain cherchent à traduire les indicateurs choisis par des experts éloignés des « réalités » des communautés locales : ces concepts souvent ambigus définis au niveau global mobilisent généralement un nombre limité d’indicateurs synthétiques non représentatifs des problématiques locales : on peut observer cela pour le « développement durable » (Fraser et al. 2006) ou pour la « cohésion sociale » (Fallon et Feron 2013) . - Peut-on combiner ces deux approches ? Comment repenser les démarches participatives dans le cadre d’une sociologie de la quantification (bottom up) ? Les contributions proposent des analyses ciblées dans divers secteurs (cohésion, justice, budget, …) pour démontrer le potentiel politique du chiffre et poser deux lignes de questionnements. - Est il possible de définir des indicateurs de manière participative, en associant les stakeholders aux décisions concernant les conventions de mesures pour une traduction partagée de ce qui compte au niveau local ? De tels dispositifs définis de manière participative ont-ils leur place dans l’action publique ? - Quelle est le potentiel heuristique des démarches empiriques qui, rendant justice à la créativité et à la compétence des acteurs locaux, mettent en évidence des mécanismes locaux (de mise en résistance, ou de complaisance, ou d’autres) en réaction aux cadrages imposés ? Quelles stratégies mobilisent les professionnels du secteur appelés à intérioriser les normes gestionnaires pour échapper aux contraintes des données statistiques et pour mobiliser leur expertise contextuelle ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 15 (0 ULg)
See detailLearning by doing. Policy analysis through focus groups investigation in bachelor curriculum
Fallon, Catherine ULg

Conference (2014, May 20)

À l’Université de Liège, les étudiants de deuxième année de baccalauréat en science politique sont invités depuis quelques années à réaliser un exercice de focus group dans le cadre du cours de ... [more ▼]

À l’Université de Liège, les étudiants de deuxième année de baccalauréat en science politique sont invités depuis quelques années à réaliser un exercice de focus group dans le cadre du cours de méthodologie qualitative. C’est l’accumulation de matériaux – travaux écrits des étudiants, observation des focus groups par les évaluateurs de l’exercice, procès verbaux des réunions entre étudiants, courriels échangés avec le personnel scientifique et académique, éléments d’autocritique rétrospective des étudiants issus de leur rapport d’analyse – qui fait l’objet de ce chapitre. Par conséquent, s’il est certes question de montrer l’intérêt que représente la mobilisation de la technique des groupes focalisés, ce chapitre est surtout l’occasion de mettre plus particulièrement en évidence . les apports d’un tel outil dans le cadre d’un cursus universitaire à destination des étudiants en science politique. Dans ce cadre et dans un souci d’illustration, il sera régulièrement ponctué d’extraits issus des rapports d’analyse d’étudiants. D’une manière générale, la réalisation d’entretiens de groupe comporte quelques difficultés qui rendent l’apprentissage de l’étudiant d’autant plus intéressant qu’il comporte une dimension quasi ludique. Elle reste une épreuve enrichissante non seulement par la conduite de la discussion, la dynamique de groupe qu’elle génère et l’analyse dont elle fait l’objet, mais également par l’organisation et la coordination que requiert sa mise en place. [less ▲]

Detailed reference viewed: 24 (2 ULg)
Full Text
See detailLe genre de l’état et ses instruments : l’action publique à l’épreuve du gender mainstreaming
Fallon, Catherine ULg

Scientific conference (2014, May 07)

Ce n’est que récemment que la notion de « genre » est utilisée en Belgique francophone dans le mainstream de la science politique. Il est encore rare d’entendre, en dehors des cercles spécialisés d’études ... [more ▼]

Ce n’est que récemment que la notion de « genre » est utilisée en Belgique francophone dans le mainstream de la science politique. Il est encore rare d’entendre, en dehors des cercles spécialisés d’études féministes, proposer une analyse « genrée » des objets les plus classiques de la science politique, tels qu’un budget ou un projet de loi. Pourtant de nouveaux outils théoriques faisant référence au genre sont aujourd’hui disponibles, qui ont fait preuve de leur potentiel heuristique. La notion de genre est mobilisée pour mettre en évidence les dimensions culturelles et sociales des concepts des catégories « masculin » et « féminin » qui sont à penser comme des catégories en relation. Cette notion articule deux mondes hiérarchisés, celui des hommes et celui des femmes, chacun se définissant à travers son rapport à l’autre, dans un processus de construction sociale variable en fonction du contexte et de la période considérée. Au cœur de la notion de genre, on retrouve une attention particulière à la dimension de pouvoir constitutive des rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes, ce rapport étant socialement construit et renforcé par l’action publique (Cecchini & Fallon 2009). Tous les domaines d’action publique sont de façon directe ou indirecte affectés par des constructions socio-culturelles de genre et celles-ci ne peuvent être ignorées dans l’analyse ou l’évaluation de l’action publique. Les demandes croissantes en termes d’analyse et d’évaluation des politiques publiques ne peuvent se permettre d’ignorer ce savoir pluridisciplinaire accumulé dans plusieurs domaines de politiques, surtout au niveau des politiques sociales, de l’emploi et du travail, et de la participation politique. Au-delà de la nécessaire mise en évidence des processus de construction sociale de la représentation de la masculinité et de la féminité et l’impact de ces représentations sur la construction des politiques publiques, l’analyse de l’action publique peut contribuer à élucider les mécanismes qui aujourd’hui transforment la structure genrée de notre société, remettant en question la domination patriarcale et l’ordre de la relation public-privé (Muller 2009). L’évaluation des politiques permet de mettre en évidence les modalités de construction de l’ordre social et politique en analysant dans quelle mesure l’action publique affecte directement ou indirectement les relations de genre par son impact sur la distribution des ressources, des rôles sociaux et des relations de pouvoir (Morel 2007). Le papier met en perspective le dispositif de gender mainstreaming comme instrument d'action publique [less ▲]

Detailed reference viewed: 13 (0 ULg)
Full Text
See detailEvaluation des actions transversales du New Deal bruxellois : Rapport final
Fallon, Catherine ULg; Halin, Jordan ULg; Zeimers, Géraldine ULg et al

Report (2014)

Brussels New Deal or Sustainable Urban Growth Pact (2011) goals administrations, brussels minister's cabinets and social partners working together to promote growth and employment in Brussels Region. By ... [more ▼]

Brussels New Deal or Sustainable Urban Growth Pact (2011) goals administrations, brussels minister's cabinets and social partners working together to promote growth and employment in Brussels Region. By means of 24 interviews and 2 Focus Group, authors evaluated the quality of coordination between these actors studying 8 actions of Brussels New Deal. [less ▲]

Detailed reference viewed: 132 (26 ULg)
Full Text
See detailAnalyse comparée des politiques publiques
Fallon, Catherine ULg

Learning material (2014)

Detailed reference viewed: 18 (0 ULg)
Full Text
See detailTheories contemporaines de l'administration publique (cours)
Fallon, Catherine ULg

Learning material (2014)

Detailed reference viewed: 13 (0 ULg)
Full Text
See detailEvaluation des politiques publiques
Fallon, Catherine ULg

Learning material (2014)

Detailed reference viewed: 14 (0 ULg)
Full Text
See detailAnalyse des politiques publiques (Bac 2)
Fallon, Catherine ULg

Learning material (2014)

Detailed reference viewed: 18 (1 ULg)