References of "Denooz, Raphaël"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailModelled target attainment after meropenem infusion in patients with severe nosocomial pneumonia: the PROMESSE study.
FRIPPIAT, Frédéric ULg; Musuamba, FT; Seidel, Laurence ULg et al

in Journal of Antimicrobial Chemotherapy (2015)

OBJECTIVES: The objective of this study was to propose an optimal treatment regimen of meropenem in critically ill patients with severe nosocomial pneumonia. PATIENTS AND METHODS: Among 55 patients in ... [more ▼]

OBJECTIVES: The objective of this study was to propose an optimal treatment regimen of meropenem in critically ill patients with severe nosocomial pneumonia. PATIENTS AND METHODS: Among 55 patients in intensive care treated with 1 g of meropenem every 8 h for severe nosocomial pneumonia, 30 were assigned to intermittent infusion (II; over 0.5 h) and 25 to extended infusion (EI; over 3 h) groups. Based on plasma and epithelial lining fluid (ELF) concentrations determined at steady-state, pharmacokinetic modelling and Monte Carlo simulations were undertaken to assess the probability of attaining drug concentrations above the MIC for 40%-100% of the time between doses (%T > 1-fold and 4-fold MIC), for 1 or 2 g administered by either method. RESULTS: Penetration ratio, measured by the ELF/plasma ratio of AUCs, was statistically higher in the EI group than in the II group (mean ± SEM: 0.29 ± 0.030 versus 0.20 ± 0.033, P = 0.047). Considering a maximum susceptibility breakpoint of 2 mg/L, all dosages and modes of infusions achieved 40%-100% T > 1-fold MIC in plasma, but none did so in ELF, and only the 2 g dose over EI achieved 40%-100% T > 4-fold MIC in plasma. CONCLUSIONS: The optimum regimen to treat severe nosocomial pneumonia was 2 g of meropenem infused over 3 h every 8 h. This regimen achieved the highest pharmacodynamic targets both in plasma and in ELF. [less ▲]

Detailed reference viewed: 24 (3 ULg)
Peer Reviewed
See detail41. Est-il vrai que même les boissons déclarées "sans alcool" contiennent un peu d'alcool et sont susceptibles de provoquer une légère intoxication ?
Charlier, Corinne ULg; DEVILLE, Marine ULg; DENOOZ, Raphael ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detail19. Les femmes supportent-elles moins l'alcool que les hommes ?
DEVILLE, Marine ULg; DENOOZ, Raphael ULg; Charlier, Corinne ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detail16. En dessous de 0,5 g/l dans le sang, est-il vrai que l'alcool n'augmente pas le risque d'accident ?
Charlier, Corinne ULg; DEVILLE, Marine ULg; DENOOZ, Raphael ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 10 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detail13. L'alcool peut-il rendre aveugle ?
Charlier, Corinne ULg; DENOOZ, Raphael ULg; DEVILLE, Marine ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 13 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detail7. Pendant la Grossesse, est-il vrai que l'on peut boire jusqu'à deux verres d'alcool par jour ?
Charlier, Corinne ULg; DEVILLE, Marine ULg; DENOOZ, Raphael ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 7 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSimultaneous determination of seven azole antifungal drugs in serum by ultra-high pressure liquid chromatography and diode array detection
MISTRETTA, Virginie ULg; DUBOIS, Nathalie ULg; DENOOZ, Raphael ULg et al

in Acta Clinica Belgica (2014), 69(1), 53-61

Azole antifungals are a group of fungistatic agents that can be administered orally or parenterally. The determination of the concentrations of these antifungals (miconazole, fluconazole, ketoconazole ... [more ▼]

Azole antifungals are a group of fungistatic agents that can be administered orally or parenterally. The determination of the concentrations of these antifungals (miconazole, fluconazole, ketoconazole, posaconazole, voriconazole, itraconazole, and its major active metabolite, hydroxy-itraconazole) in serum can be useful to adapt the doses to pharmacological ranges because of large variability in the absorption and metabolism of the drugs, multiple drug interactions, but also potential resistance or toxicity. A method was developed and validated for the simultaneous determination of these drugs in serum utilizing ultra-high pressure liquid chromatography and diode array detection (UHPLC-DAD). After a simple and rapid liquid– liquid extraction, the pre-treated sample was analysed on an UHPLC-DAD system (Waters CorporationH). The chromatographic separation was carried out on an Acquity BEH C18 column (Waters Corporation) with a gradient mode of mobile phase composed of acetonitrile and aqueous ammonium bicarbonate 10.0 M pH10. The flow rate was 0.4 ml/min and the injection volume was 5 ml. The identification wavelength varied according to the drug from 210 to 260 nm. The method was validated by the total error method approach by using an analytical validation software (eNnoval V3.0 ArlendaH). The seven azole antifungals were identified by retention time and specific UV spectra, over a 13-minute run time. All calibration curves showed good linearity (r2.0.99) in ranges considered clinically adequate. The assay was linear from 0.05 to 10 mg/l for voriconazole, posaconazole, itraconazole, hydroxy-itraconazole, and ketoconazole, from 0.3 to 10 mg/l for fluconazole, and from 0.1 to 10 mg/l for miconazole. The bias and imprecision values for intraand inter-assays were lower than 10% and than 15%, respectively. In conclusion, a simple, sensitive, and selective UHPLC-DAD method was developed and validated to determine seven azole antifungal drugs in human serum. This method is applicable to patient samples, and can be applied successfully to clinical applications and therapeutic drug monitoring. [less ▲]

Detailed reference viewed: 73 (21 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailModelled target attainment after meropenem infusion in patients with severe nosocomial pneumonia: the PROMESSE study.
Frippiat, Frederic; Musuamba, Flora Tshinanu; Seidel, Laurence ULg et al

in The Journal of antimicrobial chemotherapy (2014)

OBJECTIVES: The objective of this study was to propose an optimal treatment regimen of meropenem in critically ill patients with severe nosocomial pneumonia. PATIENTS AND METHODS: Among 55 patients in ... [more ▼]

OBJECTIVES: The objective of this study was to propose an optimal treatment regimen of meropenem in critically ill patients with severe nosocomial pneumonia. PATIENTS AND METHODS: Among 55 patients in intensive care treated with 1 g of meropenem every 8 h for severe nosocomial pneumonia, 30 were assigned to intermittent infusion (II; over 0.5 h) and 25 to extended infusion (EI; over 3 h) groups. Based on plasma and epithelial lining fluid (ELF) concentrations determined at steady-state, pharmacokinetic modelling and Monte Carlo simulations were undertaken to assess the probability of attaining drug concentrations above the MIC for 40%-100% of the time between doses (%T > 1-fold and 4-fold MIC), for 1 or 2 g administered by either method. RESULTS: Penetration ratio, measured by the ELF/plasma ratio of AUCs, was statistically higher in the EI group than in the II group (mean +/- SEM: 0.29 +/- 0.030 versus 0.20 +/- 0.033, P = 0.047). Considering a maximum susceptibility breakpoint of 2 mg/L, all dosages and modes of infusions achieved 40%-100% T > 1-fold MIC in plasma, but none did so in ELF, and only the 2 g dose over EI achieved 40%-100% T > 4-fold MIC in plasma. CONCLUSIONS: The optimum regimen to treat severe nosocomial pneumonia was 2 g of meropenem infused over 3 h every 8 h. This regimen achieved the highest pharmacodynamic targets both in plasma and in ELF. [less ▲]

Detailed reference viewed: 26 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailIdentification and structure elucidation of four cannabimimetic compounds in seized products
Denooz, Raphaël ULg; VAN HEUGEN, Jean-Claude ULg; Frederich, Michel ULg et al

in Journal of Analytical Toxicology (2013), 37(2), 56-63

Since 2008, herbal mixtures with synthetic cannabinoid compounds have been sold as incense throughout the world. Although these new drugs are labeled as not for human consumption, these products are ... [more ▼]

Since 2008, herbal mixtures with synthetic cannabinoid compounds have been sold as incense throughout the world. Although these new drugs are labeled as not for human consumption, these products are smoked for their cannabis-like effects. This study reports the structural and spectral elucidation of four cannabimimetic compounds seized in Belgium: (4-methoxyphenyl)-1-(pentyl-1H-indol-3-yl)methanone (RCS-4), 1-(5-fluoropentyl)-3-(1-naphtoyl)indole (AM-2201), 2-(2-chlorophenyl)-1-(1-pentylindol-3-yl)ethanone (JWH-203) and 4-ethylnaphthalen-1-yl-(1-pentylindol-3-yl)methanone (JWH-210). Laboratory investigations were conducted by liquid chromatography (LC)–ultraviolet spectroscopy, high-resolution accurate mass detection and nuclear magnetic resonance (NMR) analysis. This combined analytical approach allowed the detection of illicit compounds for which reference materials were not available. To facilitate identification and to complete existing databases, ultraviolet spectra and NMR data of all seized products are presented. Additionally, LC–quadrupole time-of-flight data were recorded to provide absolute identification. [less ▲]

Detailed reference viewed: 91 (37 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailValidation of analytical method for the determination in serum of psychotropic drugs commonly prescribed in Rwanda by HPLC-DAD
Hahirwa, Innocent; Charlier, Corinne ULg; DENOOZ, Raphael ULg et al

in Acta Clinica Belgica (2013), 68(6), 479

Detailed reference viewed: 45 (14 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailApplication de la résonance magnétique nucléaire (RMN) en toxicologie judiciaire
Denooz, Raphaël ULg; Frederich, Michel ULg; Charlier, Corinne ULg et al

in Acta Clinica Belgica (2013), 68(6), 470

Detailed reference viewed: 22 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailToxicité induite par les antidépresseurs : état des lieux
DEVILLE, Marine ULg; DENOOZ, Raphael ULg; Charlier, Corinne ULg

in Acta Psychiatrica Belgica (2013), 113(2), 17-21

Lors de l'instauration d'un traitement chez un patient dépressif, il est justifié de se poser la question de la toxicité en cas d'ingestion massive, telle que rencontrée dans les tentatives d'autolyse ... [more ▼]

Lors de l'instauration d'un traitement chez un patient dépressif, il est justifié de se poser la question de la toxicité en cas d'ingestion massive, telle que rencontrée dans les tentatives d'autolyse. Alors que les premiers antidépresseurs sont très toxiques à dose élevée, la recherche pharmaceutique a, à l'heure actuelle, mis à disposition des cliniciens des molécules plus sûres. En effet, si la toxicité cardiaque des ATC peut, à elle seule, mener à une issue fatale, les molécules récentes sont rarement mortelles lorsqu'elles sont ingérées seules, même à dose élevée, mais le risque de décès persiste lors d'intoxications polymédicamenteuses. Par ailleurs, les interactions entre différentes substances médicamenteuses ou alimentaires limitent également l'usage des IMAO, et accroissent le risque de toxicité du lithium, médicament à index thérapeutique étroit. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (3 ULg)
See detailPermis de conduire : du retrait à la substitution - Rôle du laboratoire de Toxicologie
DENOOZ, Raphael ULg

Scientific conference (2012, December)

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
See detailActualités sur les porphyries
DENOOZ, Raphael ULg

Scientific conference (2011, November)

Detailed reference viewed: 6 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailBlood, urine, and hair kinetic analysis following an acute lead intoxication
Ho, Thi Thanh Giang ULg; KEUTGENS, Aurore ULg; SCHOOFS, Roland et al

in Journal of Analytical Toxicology (2011), 35(1), 60-64

A case of lead exposure resulting from the accidental ingestion of a lead-containing solution is reported. Because of clinical management rapidly performed through chelation therapy by 2,3 ... [more ▼]

A case of lead exposure resulting from the accidental ingestion of a lead-containing solution is reported. Because of clinical management rapidly performed through chelation therapy by 2,3-dimercaptopropane sulfonate sodium and meso-2,3-dimercaptosuccinic acid, blood lead levels of this 51-year-old patient were moderate (412.9 μg/L) and no clinical symptoms were observed. Numerous blood and urine samples were collected for kinetic analysis of lead elimination. However, we report the first case in which hair samples were analyzed to determine the excretion level of lead after acute intoxication. [less ▲]

Detailed reference viewed: 68 (18 ULg)