References of "Crucifix, Benoît"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailComic strips et papier glacé. Rétro-réflexivité et pseudo-sérialité dans Little Tommy Lost
Crucifix, Benoît ULiege

in Recherches en Communication (in press)

Cet article examine la place du comic strip au sein du roman graphique contemporain à travers l'analyse de Little Tommy Lost (2013) de l'auteur américain Cole Closser. La particularité de cette œuvre ... [more ▼]

Cet article examine la place du comic strip au sein du roman graphique contemporain à travers l'analyse de Little Tommy Lost (2013) de l'auteur américain Cole Closser. La particularité de cette œuvre tient en ce qu'elle se propose comme un pastiche rigoureux de divers comic strips des années 1920 et 1930, allant jusqu'à se faire passer pour une collection d'anciens strips oubliés puis redécouverts. Little Tommy Lost creuse donc une vague "rétro-réflexive" qui interroge la façon dont la bande dessinée peut remédier ses propres identités culturelles. Il s'agira de cerner les enjeux stylistiques, sériels, narratifs et culturels d'une telle remédiation rétro-réflexive. [less ▲]

Detailed reference viewed: 45 (13 ULiège)
Full Text
See detailCurating Comics Canons: Daniel Clowes and Art Spiegelman’s Private Museums
Crucifix, Benoît ULiege

in Munson, Kim (Ed.) From Panels to Frames: Comics in Museums (in press)

This chapter tackles cartoonist-curated exhibitions of comics, in which cartoonists select examples from comics archives to frame their own histories of comics. Le Musée privée d’Art Spiegelman is a ... [more ▼]

This chapter tackles cartoonist-curated exhibitions of comics, in which cartoonists select examples from comics archives to frame their own histories of comics. Le Musée privée d’Art Spiegelman is a large, unique exhibition that was organized at the Musée de la bande dessinée in Angoulême, in which Spiegelman proposed his ‘vision’ of comics history, while Eye of the Cartoonist: Daniel Clowes’s Selections from Comics History was organized at the Wexner Center for the Arts in Columbus (Ohio), drawing on the collections from the Billy Ireland Cartoon Library & Museum. The analysis of exhibition design and paratexts shows how ‘their’ histories is remediated in the context of the museum, which helps framing a particular discourse on the past of comics relative to the institutional context of each exhibit. [less ▲]

Detailed reference viewed: 47 (23 ULiège)
Full Text
See detailLes bandes détournées de Jochen Gerner et Ilan Manouach
Crucifix, Benoît ULiege; Dozo, Björn-Olav ULiege

in Garric, Henri (Ed.) La destruction des images en bande dessinée (in press)

Occupant tout les deux une position liminale du champ de la bande dessinée, Jochen Gerner et Ilan Manouach se sont, chacun à leur manière, livrés à des expériences réflexives de destruction de l'image en ... [more ▼]

Occupant tout les deux une position liminale du champ de la bande dessinée, Jochen Gerner et Ilan Manouach se sont, chacun à leur manière, livrés à des expériences réflexives de destruction de l'image en bande dessinée par le détournement. Ainsi, avec ses projets tels que TNT en Amérique, Abstraction (1941-1968), ou Le Panorama du Feu, Jochen Gerner opère par la technique du recouvrement une relecture d'albums classiques et de petits formats populaires, attirant l'attention sur certains motifs graphiques, abstraits ou figuratifs des objets détournés. Plus en phase avec l'héritage situationniste du détournement, Ilan Manouach intervient sur les œuvres appropriées pour en questionner les principes idéologiques : Katz interroge la métaphore animale au cœur de Maus, tandis qu'avec Les Schtroumpfs noirs, il retourne au thème de la représentation en imprimant l'album de Peyo entièrement en cyan. Moins politisé dans Riki fermier, Manouach y fait disparaître les personnages d'un album de Petzi pour ne garder que celui du pélican Riki, suivant un projet d'écriture à contrainte décrit comme « lipogrammatique ». Pour Gerner comme Manouach, la pratique du détournement touche directement à la matérialité de l'objet de bande dessinée, au sens où il y a une intervention physique sur les bandes dessinées détournées – que ce soit par recouvrement, retouche ou réimpression – qui se double d'un maintien du format de l'objet détourné (48 CC, pocket, pamphlet ou roman graphique). Le lecteur se retrouve ainsi face à une dé-familiarisation d'un objet pourtant connu et reconnu dans sa matérialité. Cette expérience conscientise un acte réflexif de destruction : les images d'origine se voient recouvertes de noir, rayées, masquées, retouchées, effacées, défigurées. Tout en étant extrêmement opaque, ce rapport à la matérialité est cependant différent d'autres formes de « graphiation »1 qui attirent l'attention sur une gestuelle physique, sur les traces de la main. Au contraire, comme l'a noté Pedro Moura à propos du travail d'Ilan Manouach, il y a une volonté de se « plac[er] en dehors du domaine de l’expression auctoriale, et même humaine, afin de favoriser l’émergence d’une expression dépersonnalisée »2. Plus proches d'une écriture « non-créative » telle que l'a décrite Kenneth Goldsmith3, ces deux pratiques du détournement mettent en scène une destruction d'images, dont les livres en portent la trace, donnant lieu à une traçabilité différente d'une graphiation qui mettrait en avant la patte graphique du dessinateur. La mesure destructrice de cette acte de détournement se retrouve d'ailleurs en prises avec le dispositif juridique du copyright, comme l'atteste la réaction des ayant-droits à Katz, envoyé au pilon. Face à ces deux formes de destruction (destruction de l'œuvre détourné et, retour du bâton, pilonnage du détournement), MetaKatz s'offre une double portée réflexive qui couvre toute la portée du geste destructeur au cœur du détournement, un acte qui se veut en même temps être une forme d'engendrement, puisqu'il ouvre à de nouveaux dispositifs, à de nouvelles images, et à de nouvelles lectures. Notre chapitre mettra donc en parallèle les œuvres d'Ilan Manouach et de Jochen Gerner afin d'examiner comment la question de la destruction se trouve au cœur du détournement, et de façon plus spécifique, comment celle-ci relève d'un rapport complexe à la matérialité du médium dont nous étudierons les enjeux. [less ▲]

Detailed reference viewed: 24 (1 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailE-Graphic Novels
Crucifix, Benoît ULiege; Dozo, Björn-Olav ULiege

in Baetens, Jan; Frey, Hugo; Tabachnick, Stephen (Eds.) The Cambridge History of the Graphic Novel (2018)

Detailed reference viewed: 21 (4 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMémoire de la bande dessinée dans Au travail de Olivier Josso Hamel – Cases remémorées, redessinées.
Crucifix, Benoît ULiege

in Comicalités : Études de Culture Graphique (2017)

In the first volume of Au travail (2012), Olivier Josso Hamel remembers his childhood readings of classic Franco-Belgian comics by actually redrawing those fetishized panels into the texture of his own ... [more ▼]

In the first volume of Au travail (2012), Olivier Josso Hamel remembers his childhood readings of classic Franco-Belgian comics by actually redrawing those fetishized panels into the texture of his own work. Rooted in an autobiographical approach, this quotational practice denotes a retrospective reflection on what Pierre Sterckx called the “case mémorable” (or “memorable panel”), that is fetishized panels stocked into the readers's memory. Au travail invites us to revisit the memorable panel, which is no longer limited to intimate reading memories but becomes a specific manner through which comics are citable, bound to specific aspects of “graphiation,” defining an individual and collective memory of its past. [less ▲]

Detailed reference viewed: 26 (10 ULiège)
Peer Reviewed
See detailFrom Gasoline Alley to Walt & Skeezix. Layers of Autobiography in Frank King's Comic Strip Reprints
Crucifix, Benoît ULiege

Conference (2017, November 09)

This paper focuses on Jeet Heer and Chris Ware’s D+Q reprints of Frank King’s original 1920s-1930s newspaper comic strip, suggesting that the paratext of these 21st-century editions provide an ... [more ▼]

This paper focuses on Jeet Heer and Chris Ware’s D+Q reprints of Frank King’s original 1920s-1930s newspaper comic strip, suggesting that the paratext of these 21st-century editions provide an “autobiographical reading” of the comic strip. Heer and Ware thus participate in the retrospective integration of Frank King’s comic strip within the autobiographical paradigm dominating the graphic novel. In doing so, the reprints acknowledge how King adapted to the cultural and commercial constraints of the newspaper strip to produce an indirect form of life-writing. [less ▲]

Detailed reference viewed: 13 (2 ULiège)
Full Text
See detailOn the Edge of Comics Criticism
Crucifix, Benoît ULiege

in CLOSURE. Kieler e-Journal für Comicforschung (2017), 4

Detailed reference viewed: 12 (2 ULiège)
See detailCases en cut-up: une lecture grammatextuelle de Last Look de Charles Burns
Crucifix, Benoît ULiege

Conference (2017, October 18)

Detailed reference viewed: 15 (2 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPoetics of Digital Comics
Crucifix, Benoît ULiege; Dozo, Björn-Olav ULiege; Rommens, Aarnoud

in The Comics Grid: Journal of Comics Scholarship (2017)

This special collection follows up on the transdisciplinary conference Poetics of the Algorithm held at the University of Liège (Belgium) in June 2016. Narrative today is undergoing a radical change in ... [more ▼]

This special collection follows up on the transdisciplinary conference Poetics of the Algorithm held at the University of Liège (Belgium) in June 2016. Narrative today is undergoing a radical change in its ‘source code’ as new technologies are changing the way texts are produced, distributed, viewed and read. Even though comics have originally been resistant to a sweeping digital translation, weary of a technological utopianism that did not bode well for its own specificities, cartoonists have increasingly adapted to this new media ecology, using it to reinvent their approach to comics making. A poetics of digital comics would aim at mapping out how comics respond to the deep technological change of the digital in complex ways, avoiding the pitfall of a new vs. old dichotomy and thus accounting for both its innovative forays into digital creation as well as its paradoxes, resistances, residues and returns. By bringing Francophone voices into English, this collection, under the editorial direction of Benoît Crucifix, Björn-Olav Dozo, Aarnoud Rommens and Ernesto Priego for The Comics Grid: Journal of Comics Scholarship, seeks to encourage international scholarship spanning from the cutting-edge of a ‘French comics theory’ that, in recent years, has paid increasing attention to digital comics. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (11 ULiège)
Peer Reviewed
See detailHistories of Comics by its Makers. Contemporary Graphic Novels and the Heritage of Comics
Crucifix, Benoît ULiege

Conference (2017, August 03)

PhD project presentation

Detailed reference viewed: 50 (1 ULiège)
See detailPanel “Quand la bande dessinée se reproduit : imitation, reprise et rétro-réflexivité”
Crucifix, Benoît ULiege; Busi-Rizzi, Giorgio

Diverse speeche and writing (2017)

Co-organisation et présidence du panel "Quand la bande dessinée se reproduit : imitation, reprise et rétro-réflexivité" – Dans une industrie culturelle basée sur les principes de série et d’imitation, les ... [more ▼]

Co-organisation et présidence du panel "Quand la bande dessinée se reproduit : imitation, reprise et rétro-réflexivité" – Dans une industrie culturelle basée sur les principes de série et d’imitation, les questions de reproduction occupent une place toute particulière, illustrée par ce terme spécifique de swipe utilisé dans l’industrie du comic book. L’imitation s’est instituée comme principe éditorial autant dans la bande dessinée nord-américaine que dans la bande dessinée franco-belge : le style graphique se constitue ainsi souvent par imitation et reproduction, comme le montre l’exemple de l’émulation des styles ‘singuliers’ d’artistes tels que Jack Kirby ou André Franquin. Les rééditions des œuvres du passé tout comme les reprises de série classique s’épanouissent aujourd’hui et, simultanément, la bande dessinée s’empare de plus en plus de son propre passé, invoquant les connaissances encyclopédiques de ses lecteurs et s’engageant dans une forme de « rétro-réflexivité » (Brett Camper). Ces pratiques de reproduction par imitation indiquent différentes manières de penser la mise-à-disposition du passé dans le présent. Elles négocient ainsi de façon spécifique et historique le rapport à la reproductibilité en bande dessinée, par le biais de diverses techniques (recopiage, décalquage, collage, dessin, détournement, réinterprétation graphique, photocopie, clins d’œil, copier/coller, etc.) : à chaque fois, elles semblent alors interroger le rapport entre dessin et reproduction, que celle-ci soit manuelle, mécanique ou numérique. Cette session portera sur la prégnance de la reproduction par imitation dans la bande dessinée afin d’en examiner les enjeux culturels et esthétiques qui la lient à son passé et à son histoire. Comment la bande dessinée se reproduit-elle elle-même ? Quelles sont les pratiques de citation qui lui sont propres ? Comment ce rapport au passé a-t-il changé ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 44 (1 ULiège)
Peer Reviewed
See detailDu dessin au design. Seth comme auteur-rééditeur
Crucifix, Benoît ULiege

Conference (2017, July 13)

Depuis ces dernières années, l’édition de bande dessinée connaît un véritable boom de rééditions patrimoniales. Dans le contexte nord-américain, ce sont justement les auteurs associés au « roman ... [more ▼]

Depuis ces dernières années, l’édition de bande dessinée connaît un véritable boom de rééditions patrimoniales. Dans le contexte nord-américain, ce sont justement les auteurs associés au « roman graphique » – ceux-là même qui ont exploré le livre en tant qu’objet en réalisant eux-mêmes le design de leurs œuvres – qui sont aussi invités à prendre en charge la conception graphique de ces rééditions d’œuvres du passé qu’ils aident à faire (re)découvrir. Cette communication a pour but d’étudier les designs réalisés par l’auteur canadien Seth pour plusieurs œuvres complètes : The Complete Peanuts, The John Stanley Library et The Collected Doug Wright. Les designs de Seth se caractérisent par leur mise-en-avant d’une esthétique idiosyncratique, comme il l’a lui-même exprimé : « when I design something it really is too much about me » (Spurgeon, 143). Elles se lient donc intimement à la production « propre » de l’auteur. Dans le cas de Stanley et Doug Wright, ces rééditions sont d’ailleurs liées à des essais écrits par Seth, relevant d’un travail autant esthétique qu’historiographique. Il s’agira d’abord de comprendre la spécificité culturelle de cette pratique de réédition dans l’édition « alternative » américaine, qui diffère du contexte éditorial européen ; plus en avant, le cas de Seth permettra de comprendre comment cette pratique ressort d’un mécanisme de canonisation particulier (Heer), mais aussi de montrer à quel point ce type d’objets met en avant une « fonction-auteur » (Foucault) inextricablement liée à une activité historiographique, éditoriale et patrimoniale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 62 (1 ULiège)
Peer Reviewed
See detailWhat do Comics do to Graphic Novels? Remediating Old Comics
Crucifix, Benoît ULiege

Conference (2017, June 02)

A widely debated object, the graphic novel has catalyzed anxieties about changes within the comics world, postulating something of a radical break with its past. Albeit with great nuance, Jan Baetens and ... [more ▼]

A widely debated object, the graphic novel has catalyzed anxieties about changes within the comics world, postulating something of a radical break with its past. Albeit with great nuance, Jan Baetens and Hugo Frey put forward the bold argument that graphic novels constitute not only a “special type of comics” or a genre, but perhaps even a new medium. At the same time, they also repeatedly hint at how graphic novels are traversed by references to the past of comics, at times lapsing into a constraining retromania. This talk seeks out to dig into these questions by focusing on the remediation of the comic strip within two recent American graphic novels: Daniel Clowes’s "Ice Haven" and Cole Closser’s "Little Tommy Lost". Both works recuperate the medial body of the comic strip within their structure, demonstrating a self-reflexive historical awareness that redraws ‘old’ comics into its cultural make-up. Considering the remediation of the comic strip within the graphic novel, this talk analyzes how remediation might work ‘within’ a medium, reinvigorating the concept in a historical but medium-specific perspective that accounts for the dynamically changing identities of a medium. [less ▲]

Detailed reference viewed: 32 (2 ULiège)
Full Text
See detailRencontre avec Pascal Matthey
Crucifix, Benoît ULiege

Speech/Talk (2017)

Detailed reference viewed: 25 (2 ULiège)
See detailIntroduction: Comics and Memory
Ahmed, Maaheen; Crucifix, Benoît ULiege

Conference (2017, April 19)

Detailed reference viewed: 27 (2 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailFrom Loose to Boxed Fragments and Back Again. Seriality and Archive in Chris Ware's ‘Building Stories’
Crucifix, Benoît ULiege

in Journal of Graphic Novels and Comics (2017)

This article focuses on the dynamics of seriality, archive and collection in Chris Ware's graphic novel “Building Stories”. It argues that the dispersed serialization of “Building Stories” is key to ... [more ▼]

This article focuses on the dynamics of seriality, archive and collection in Chris Ware's graphic novel “Building Stories”. It argues that the dispersed serialization of “Building Stories” is key to understand its box-of- comics format as well as its fragmented narrative structure. In a self-reflexive homage to the material history of comics, Ware's graphic novel indeed appears as an archive of its own serialization, foregrounding a process of collecting/dispersing fragments. [less ▲]

Detailed reference viewed: 80 (38 ULiège)
See detailL’étude des cultures populaires à l’Université de Liège
Delbouille, Julie ULiege; Guesse, Carole ULiege; Dupont, Bruno ULiege et al

Conference (2017, February 10)

La présente communication se propose de retracer l’implantation progressive des cultures populaires comme objet de recherche à l’Université de Liège. Du colloque de Cerisy consacré à la paralittérature en ... [more ▼]

La présente communication se propose de retracer l’implantation progressive des cultures populaires comme objet de recherche à l’Université de Liège. Du colloque de Cerisy consacré à la paralittérature en 1967 à l’ouverture d’une mineure consacrée à la culture populaire en 2014, en passant par le développement des études en bande dessinée (avec le groupe ACME), en paralittérature, en littérature jeunesse et en jeu vidéo (avec le récent Liège GameLab), la prise en considération de ces œuvres souvent jugées illégitimes ou indignes comporte, aujourd’hui encore, d’importants enjeux scientifiques, politiques et idéologiques. À travers l’étude d’objets et de pratiques longtemps déclassés par les élites, c’est en effet la définition de l’art en tant qu’institution qui est questionnée. [less ▲]

Detailed reference viewed: 102 (14 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCut-Up and Redrawn. Reading Charles Burns’s Swipe Files
Crucifix, Benoît ULiege

in Inks: The Journal of the Comics Studies Society (2017), 1(3), 309-333

A term ubiquitous in the comic book industry, swiping has garnered few critical attention in comics theory: yet, the concept is one that strongly shapes the comics world by giving a medium-specific term ... [more ▼]

A term ubiquitous in the comic book industry, swiping has garnered few critical attention in comics theory: yet, the concept is one that strongly shapes the comics world by giving a medium-specific term to its own issues of copying, imitation and borrowing. After recounting two where swiping was at stake (Jules Feiffer’s description and the Muñoz/Giffen controversy), this article sets out to examine the practice more closely by focusing on the example of Charles Burns, who has repeatedly professed to swiping while accumulating swipe files. This article reads Burns’s swipe files to examine the formal and narrative stakes of redrawing other comics, while replacing this cultural practice within a longer history.A term ubiquitous in the comic book industry, swiping has garnered few critical attention in comics theory: yet, the concept is one that strongly shapes the comics world by giving a medium-specific term to its own issues of copying, imitation and borrowing. After recounting two where swiping was at stake (Jules Feiffer’s description and the Muñoz/Giffen controversy), this article sets out to examine the practice more closely by focusing on the example of Charles Burns, who has repeatedly professed to swiping while accumulating swipe files. This article reads Burns’s swipe files to examine the formal and narrative stakes of redrawing other comics, while replacing this cultural practice within a longer history. [less ▲]

Detailed reference viewed: 42 (16 ULiège)