References of "CHARLIER, Corinne"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailFish consumption patterns and hair mercury levels in children and their mothers in 17 EU countries
Castano, Argelia; Cutanda, Francisco; Esteban, Marta et al

in Environmental Research (in press)

The toxicity of methylmercury (MeHg) in humans is well established and the main source of exposure is via the consumption of large marine fish and mammals. Of particular concern are the potential ... [more ▼]

The toxicity of methylmercury (MeHg) in humans is well established and the main source of exposure is via the consumption of large marine fish and mammals. Of particular concern are the potential neurodevelopmental effects of early life exposure to low-​levels of MeHg. Therefore, it is important that pregnant women, children and women of childbearing age are, as far as possible, protected from MeHg exposure. Within the European project DEMOCOPHES, we have analyzed mercury (Hg) in hair in 1799 mother-​child pairs from 17 European countries using a strictly harmonized protocol for mercury anal. Parallel, harmonized questionnaires on dietary habits provided information on consumption patterns of fish and marine products. After hierarchical cluster anal. of consumption habits of the mother-​child pairs, the DEMOCOPHES cohort can be classified into two branches of approx. similar size: one with high fish consumption (H) and another with low consumption (L)​. All countries have representatives in both branches, but Belgium, Denmark, Spain, Portugal and Sweden have twice as many or more mother-​child pairs in H than in L. For Switzerland, Czech Republic, Hungary, Poland, Romania, Slovenia and Slovakia the situation is the opposite, with more representatives in L than H. There is a strong correlation (r=0.72) in hair mercury concn. between the mother and child in the same family, which indicates that they have a similar exposure situation. The clustering of mother-​child pairs on basis of their fish consumption revealed some interesting patterns. One is that for the same sea fish consumption, other food items of marine origin, like seafood products or shellfish contribute significantly to the mercury levels in hair. We conclude that addnl. studies are needed to assess and quantify exposure to mercury from seafood products, in particular. The cluster anal. also showed that 95​% of mothers who consume once per wk fish only, and no other marine products, have mercury levels 0.55 μg​/g. Thus, the 95th percentile of the distribution in this group is only around half the US-​EPA recommended threshold of 1 μg​/g mercury in hair. Consumption of freshwater fish played a minor role in contributing to mercury exposure in the studied cohort. The DEMOCOPHES data shows that there are significant differences in MeHg exposure across the EU and that exposure is highly correlated with consumption of fish and marine products. Fish and marine products are key components of a healthy human diet and are important both traditionally and culturally in many parts of Europe. Therefore, the communication of the potential risks of mercury exposure needs to be carefully balanced to take into account traditional and cultural values as well as the potential health benefits from fish consumption. European harmonized human biomonitoring programs provide an addnl. dimension to national HMB programs and can assist national authorities to tailor mitigation and adaptation strategies (dietary advice, risk communication, etc.) to their country's specific requirements. [less ▲]

Detailed reference viewed: 102 (19 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe dosage du cobalt dans le sang par ICP-MS : application aux patients porteurs de prothèses de hanche en métal
MISTRETTA, Virginie ULg; Charlier, Corinne ULg

in Toxicologie Analytique & Clinique (2015), 27(2), 91-98

Objectif Les patients porteurs de prothèse de hanche à couple métal-métal (PHM) présentent un taux de cobalt circulant supérieur à celui de la population générale. Chez ces patients, le dosage du cobalt ... [more ▼]

Objectif Les patients porteurs de prothèse de hanche à couple métal-métal (PHM) présentent un taux de cobalt circulant supérieur à celui de la population générale. Chez ces patients, le dosage du cobalt permet d’apprécier le risque toxique éventuel de l’implant et peut servir d’indicateur de révision ou de remplacement de cette prothèse. A cette fin, une méthode de dosage a été validée et appliquée à des patients porteurs de PHM. Méthode Le dosage du cobalt est réalisé sur 500 μL de sang total, après dilution dix fois dans une solution aqueuse acide et après ajout de 100 μL d’une solution de standard interne titrée à 500 μg/L de germanium. L’échantillon est ensuite analysé par un spectromètre de masse avec source d’ionisation par plasma induit haute fréquence (ICP-MS). La méthode décrite a été validée par l’approche de l’erreur totale au moyen du logiciel e•noval (Arlenda®). Résultats La méthode de dosage a été validée avec succès. Elle est linéaire de 0,5 à 50 μg/L. L’inexactitude et l’imprécision intra- et inter-essais sont inférieures à 5 % et 8 %, respectivement. L’incertitude de mesure est inférieure à 17 %. La concentration sanguine moyenne de cobalt estimée sur une période de 1 an à partir de 107 prélèvements de patients porteurs de PHM est de 2,61 μg/L (nombre de patients : 98 ; âge moyen : 60 ans ; ratio hommes/femmes : 38/60). Ce résultat est inférieur au seuil recommandé dans ces populations, fixé à 7 μg/L de cobalt sanguin. Conclusion La méthode analytique présentée permet de doser le cobalt sanguin, notamment chez les patients porteurs de PHM. Ce dosage est recommandé pour le suivi de ces patients, en association avec un examen clinique et radiologique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 22 (0 ULg)
Full Text
See detailEstimation du délai entre la consommation d'héroïne et le prélèvement de sang chez des consommateurs chroniques
DUBOIS, Nathalie ULg; Charlier, Corinne ULg

in Toxicologie Analytique & Clinique (2015, June), S27(2), 43

Detailed reference viewed: 15 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEvaluation d'une trousse de dépistage de l'éthylène glycol par méthode enzymatique
DEVILLE, Marine ULg; HALENG, Jeanine ULg; Henrad, Valérie et al

in Toxicologie Analytique et Clinique (2015, June), S27(2), 60-61

Detailed reference viewed: 13 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEfficacy of heroin-assisted treatment in Belgium: a randomised controlled trial
Demaret, Isabelle ULg; Quertemont, Etienne ULg; Litran, Géraldine et al

in European Addiction Research (2015), 21(4), 179-187

Background/Aims: Heroin-assisted treatment (HAT) can improve the condition of heroin addicts still using street heroin after a methadone treatment. In Belgium, a new trial compared the efficacy of a HAT ... [more ▼]

Background/Aims: Heroin-assisted treatment (HAT) can improve the condition of heroin addicts still using street heroin after a methadone treatment. In Belgium, a new trial compared the efficacy of a HAT to existing methadone maintenance treatment. Methods: In this randomised controlled trial, HAT was limited to 12 months. Participants were assessed every 3 months. They were responders if they showed improvement on the level of street heroin use, health or criminal involvement. Results: 74 participants were randomised in the trial. The experimental group (n=36) counted 30% of responders more than the control group (n=38) at each assessment point (p<0.05), except at 12 months where the difference (11%) was no longer significant (p=0.35). Still, after 12 months, participants in the experimental group reported significantly greater improvements (p<0.05) than the control group on the level of street heroin use and on the level of physical and mental health. Both groups reported significantly less criminal facts after 12 months (p<0.001), but with no significant difference between the groups. Conclusions: This trial confirms the short-term efficacy of HAT for severe heroin addicts, who already failed methadone treatment. [less ▲]

Detailed reference viewed: 56 (17 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEstimation of the Time Interval between the Administration of Heroin and the Sampling of Blood in Chronic Inhalers
DUBOIS, Nathalie ULg; HALLET, Claude ULg; SEIDEL, Laurence ULg et al

in Journal of Analytical Toxicology (2015)

To develop a model for estimating the time delay between last heroin consumption and blood sampling in chronic drug users. Eleven patients, all heroin inhalers undergoing detoxification, were included in ... [more ▼]

To develop a model for estimating the time delay between last heroin consumption and blood sampling in chronic drug users. Eleven patients, all heroin inhalers undergoing detoxification, were included in the study. Several plasma samples were collected during the detoxification procedure and analyzed for the heroin metabolites 6-acetylmorphine (6AM), morphine (MOR), morphine-6-glucuronide (M6G) and morphine-3-glucuronide (M3G), according to a UHPLC/MSMS method. The general linear mixed model was applied to time-related concentrations and a pragmatic four-step delay estimation approach was proposed based on the simultaneous presence of metabolites in plasma. Validation of the model was carried out using the jackknife technique on the 11 patients, and on a group of 7 test patients. Quadratic equations were derived for all metabolites except 6AM. The interval delay estimation was 2–4 days when only M3G present in plasma, 1–2 days when M6G and M3G were both present, 0–1 day when MOR, M6G and M3G were present and <2 h for all metabolites present. The ‘jackknife’ correlation between declared and actual estimated delays was 0.90. The overall precision of the delay estimates was 8–9 h. The delay between last heroin consumption and blood sampling in chronic drug users can be satisfactorily predicted from plasma heroin metabolites. [less ▲]

Detailed reference viewed: 32 (15 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailModelled target attainment after meropenem infusion in patients with severe nosocomial pneumonia: the PROMESSE study.
FRIPPIAT, Frédéric ULg; Musuamba, FT; Seidel, Laurence ULg et al

in Journal of Antimicrobial Chemotherapy (2015)

OBJECTIVES: The objective of this study was to propose an optimal treatment regimen of meropenem in critically ill patients with severe nosocomial pneumonia. PATIENTS AND METHODS: Among 55 patients in ... [more ▼]

OBJECTIVES: The objective of this study was to propose an optimal treatment regimen of meropenem in critically ill patients with severe nosocomial pneumonia. PATIENTS AND METHODS: Among 55 patients in intensive care treated with 1 g of meropenem every 8 h for severe nosocomial pneumonia, 30 were assigned to intermittent infusion (II; over 0.5 h) and 25 to extended infusion (EI; over 3 h) groups. Based on plasma and epithelial lining fluid (ELF) concentrations determined at steady-state, pharmacokinetic modelling and Monte Carlo simulations were undertaken to assess the probability of attaining drug concentrations above the MIC for 40%-100% of the time between doses (%T > 1-fold and 4-fold MIC), for 1 or 2 g administered by either method. RESULTS: Penetration ratio, measured by the ELF/plasma ratio of AUCs, was statistically higher in the EI group than in the II group (mean ± SEM: 0.29 ± 0.030 versus 0.20 ± 0.033, P = 0.047). Considering a maximum susceptibility breakpoint of 2 mg/L, all dosages and modes of infusions achieved 40%-100% T > 1-fold MIC in plasma, but none did so in ELF, and only the 2 g dose over EI achieved 40%-100% T > 4-fold MIC in plasma. CONCLUSIONS: The optimum regimen to treat severe nosocomial pneumonia was 2 g of meropenem infused over 3 h every 8 h. This regimen achieved the highest pharmacodynamic targets both in plasma and in ELF. [less ▲]

Detailed reference viewed: 24 (3 ULg)
Peer Reviewed
See detailChapitre XII. Toxicologie, circulation routière et conduite sous influence
Beauthier, Jean-Pol; Leistedt, Samuel; Charlier, Corinne ULg et al

in Beauthier, Jean-Pol (Ed.) A la découverte de la médecine légale (2015)

Des spécialistes se sont réunis pour traiter dans un langage clair et dépourvu de technicité, les principales thématiques ayant trait à la médecine légale. Tout au long de l’ouvrage les auteurs montrent ... [more ▼]

Des spécialistes se sont réunis pour traiter dans un langage clair et dépourvu de technicité, les principales thématiques ayant trait à la médecine légale. Tout au long de l’ouvrage les auteurs montrent que la médecine légale trouve ici sa meilleure place, à savoir celle de jouer véritablement d’interface entre médecine et droit. En autres, les thèmes suivants sont abordés : - Les méthodes d’exploration des personnes décédées ; - La description des lésions ; - La balistique lésionnelle ; - Les accidents du trafic routier ; - La médecine légale clinique ; - Les effets des drogues sur la santé mentale ; - Le profilage criminel ; - Les scènes de crime ; - L’anthropologie médico-légale ; - Etc. [less ▲]

Detailed reference viewed: 12 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailBlood alcohol concentration in drivers of Liege aera (Belgium) : a 5-year analysis
DEVILLE, Marine ULg; Charlier, Corinne ULg

in Acta Clinica Belgica (2015), 00

Objectives: The objective of the present study was to describe the results of the blood alcohol determinations made on drivers from the Liege area between July 2007 and December 2012. Methods: The results ... [more ▼]

Objectives: The objective of the present study was to describe the results of the blood alcohol determinations made on drivers from the Liege area between July 2007 and December 2012. Methods: The results were interpreted according to the sex, to the age, to the circumstances and temporal variation of the blood test. Statistical analysis was performed using R® software. Results: During this 5-years period, 2725 determinations were done, mainly in the context of road crashes. The mean blood alcohol concentration (BAC) was 1.69 g/L, and 2132 drivers were above the legal threshold. A large majority of offenders (77%) were men, but the mean BAC did not differ significantly between men (1.69 g/L) and women (1.67 g/L). A statistically significant correlation between age and mean BAC can be observed, if we only consider the positive cases. Concerning the temporal variation of the results, lowest mean BACs are observed during the daytime while highest mean BACs are measured during the night. In both cases, no statistically significant difference can be observed if we compare the week and the weekend. Finally, no statistically significant difference in BAC was observed over years. [less ▲]

Detailed reference viewed: 9 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detail11. Si on prend un médicament, faut-il s'abstenir de boire de l'alcool ?
Scuvée-Moreau, Jacqueline ULg; Charlier, Corinne ULg; Seutin, Vincent ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 13 (7 ULg)
Peer Reviewed
See detail41. Est-il vrai que même les boissons déclarées "sans alcool" contiennent un peu d'alcool et sont susceptibles de provoquer une légère intoxication ?
Charlier, Corinne ULg; DEVILLE, Marine ULg; DENOOZ, Raphael ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detail19. Les femmes supportent-elles moins l'alcool que les hommes ?
DEVILLE, Marine ULg; DENOOZ, Raphael ULg; Charlier, Corinne ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

Detailed reference viewed: 11 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detail16. En dessous de 0,5 g/l dans le sang, est-il vrai que l'alcool n'augmente pas le risque d'accident ?
Charlier, Corinne ULg; DEVILLE, Marine ULg; DENOOZ, Raphael ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 10 (0 ULg)
Peer Reviewed
See detail13. L'alcool peut-il rendre aveugle ?
Charlier, Corinne ULg; DENOOZ, Raphael ULg; DEVILLE, Marine ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 12 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detail7. Pendant la Grossesse, est-il vrai que l'on peut boire jusqu'à deux verres d'alcool par jour ?
Charlier, Corinne ULg; DEVILLE, Marine ULg; DENOOZ, Raphael ULg

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 3 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailChapter 4 : Human Exposure of Bisphenol A : Review of the Urinary Levels in the General Population
PIRARD, Catherine ULg; Charlier, Corinne ULg

in Gibert, Yann (Ed.) Bisphenol A : Sources, Risks of Environmental Exposure and Human Health Effects (2015)

Detailed reference viewed: 17 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDetermination of COBALT in patients with metal hip prosthesis
MISTRETTA, Virginie ULg; Charlier, Corinne ULg

Poster (2014, October 18)

Detailed reference viewed: 17 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailIn vivo skin fluorescence imaging in young Caucasian adults with early malignant melanomas
PIERARD, Gérald ULg; Hermanns-Lê, Trinh ULg; Pierard, Sébastien ULg et al

in Clinical, Cosmetic and Investigational Dermatology (2014), 7

Background: Human cutaneous malignant melanoma (CMM) is an aggressive cancer showing a dramatic worldwide increase in incidence over the past few decades. The most prominent relative epidemiological ... [more ▼]

Background: Human cutaneous malignant melanoma (CMM) is an aggressive cancer showing a dramatic worldwide increase in incidence over the past few decades. The most prominent relative epidemiological increase has been disclosed in young women. The aim of the study was to assess the effects of chronic sun exposures in order to rate the extend of melanocytic stimulations in the vicinity of CMM. Methods: The study was designed to evaluate the melanin distribution and density using ultraviolet light illumination. The present study was performed on surgical excision specimens of thin CMM lesion removed from the upper limbs of 55 Caucasian adults (37 women and 18 men). Two control groups comprised 23 men and 21 women of similar ages who had medium-size congenital melanocytic nevi, also present on the upper limbs. The peritumoral skin was scrutinized using a Visioscan® VC98 device, revealing the faint mosaic melanoderma (FMM) pattern that grossly indicates early signs of chronic photodamage in epidermal melanin units. Results: The median extent of relative FMM was significantly higher in the CMM male group. By contrast, the CMM female group showed a reverse bimodal distribution in FMM size. Only 12/37 (32.5%) of the CMM female group had an increased FMM size, whereas 25/37 (67.5%) of females with CMM had a global FMM extent in the normal range, relative to the controls. Conclusion: Thin CMM supervening in young women appear unrelated to repeat photoexposure. Other mechanisms are possibly involved. [less ▲]

Detailed reference viewed: 51 (9 ULg)