References of "Bullens, Quentin"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailUsing the Pic-Nic Game in a qualitative research about divorced families.
Bullens, Quentin ULg

Conference (2013, September 06)

Detailed reference viewed: 34 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailInceste et Famille: confrontation et complémentarité des notions structuralistes et de pertes ambiguës dans la prise en charge systémique (atelier)
Bullens, Quentin ULg; Wilmet, Aurélie; Dechamps, Michel

Conference (2013, May 17)

Dans le travail avec les familles connaissant une situation d’inceste, le paradigme structura liste de Minuchin (1974) apparaît souvent comme l’angle d’approche systémique privilégié. Bien qu’initialement ... [more ▼]

Dans le travail avec les familles connaissant une situation d’inceste, le paradigme structura liste de Minuchin (1974) apparaît souvent comme l’angle d’approche systémique privilégié. Bien qu’initialement celui-ci ne s’adresse pas spécifiquement aux situations de maltraitances infantiles et plus particulièrement d’inceste, nous proposons d’illustrer, au travers du cheminement d’une vignette clinique, combien un tel regard permet la mise en lumière du fonctionnement familial et, dans le respect de l’éthique systémique, de dessiner les pistes thérapeutiques par le biais même de la démarche diagnostique. notre pratique clinique dans une équipe spécialisée nous montre cependant que le travail avec la famille connaissant une situation d’inceste ne peut se résumer à mieux comprendre le passé pour préparer l’avenir. en effet, bien souvent, ces familles connaissent une situation qui, selon nous, s’apparente à ce que pauline Boss (1999, 2006) a nommé la perte ambiguë. après un exposé théorique des notions de pertes et de frontières ambiguës (Boss, 1999, 2006) auxquelles il est très certainement moins fréquent de faire appel dans la prise en charge (systémique) de l’inceste, nous montrerons au travers l’exploration de la même vignette clinique pourquoi et comment ce cadre conceptuel a toute sa pertinence dans le travail clinique. enfin, après avoir démontré l’utilité, la complémentarité et les différences entre l’approche de Minuchin et celle de Boss, nous pourrons nous tourner vers les questions soulevées par notre exposé. en effet, dans les situations d’inceste et d’agression sexuelle en général, l’étude des mécanismes à l’œuvre, tant du point de vue individuel que systémique, a permis et permet de mieux comprendre les facteurs impliqués et dès lors de prévenir et soigner. toutefois, s’il est bien naturel que les projecteurs se tournent vers la transgression des interdits sexuels, il n’en reste pas moins que la famille se trouve confrontée, dans l’ici et maintenant, à une inéluctable réorganisation. les difficultés inhérentes à celle-ci, si elles ne sont pas prises en compte, pourraient amener à ne pas permettre l’expression des compétences familiales (ausloos, 1995) au moment où leur évaluation est pourtant requise, et à offrir aux familles un soutien davantage adapté à leur histoire qu’à leur actualité. [less ▲]

Detailed reference viewed: 40 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMéthode d'entrevue d'investigation non-suggestive en contexte clinique: questions éthiques d'usage et de mésusage. (symposium)
Bullens, Quentin ULg; Price, Sandra; Sion, Véronique

Conference (2013, May 15)

La méthode d’entrevue d’investigation non suggestive inspirée de celle du NICHD a été proposée aux équipes SOS Enfants depuis deux ans, dans le cadre d’un partenariat avec Le Centre d’Expertise Marie ... [more ▼]

La méthode d’entrevue d’investigation non suggestive inspirée de celle du NICHD a été proposée aux équipes SOS Enfants depuis deux ans, dans le cadre d’un partenariat avec Le Centre d’Expertise Marie-Vincent. Six intervenants issus de 3 équipes ont été sensibilisés à cette pratique. Depuis, chacun a poursuivi son application. Le fonctionnement de chacune des équipes dépend fortement de l’arrondissement judiciaire dans lequel elles se situent tant du point de vue des mentalités que de la population et de son contexte (rural, urbain, etc.). Ainsi, certaines équipes n’interviennent que très rarement en première ligne, à l’opposé d’autres, qui font exclusivement de l’évaluation. Ces différences de contextes amènent diverses réflexions et utilisations de l’outil dans la rencontre avec un enfant présumé ou victime d’abus sexuels. Ce sont ces réflexions cliniques et le cheminement de nos échanges que nous souhaitons partager pendant le symposium. Les apports de l’outil ont été souvent discutés, nous ne reprendrons pour notre part que ceux spécifiques à notre pratique clinique au sein du secteur SOS-enfants. Les réflexions qui nous animent et que nous souhaitons discuter sont les suivantes :  -Les entretiens du NICHD sont riches sur le plan de la clinique. Les faits investigués et les détails amenés par la victime présumée nous renseignent sur les mécanismes de défense utilisés, sur les capacités de résilience et aident l’intervenant à repérer ce qui a fait trauma. - Une certaine liberté quant au protocole peut être prise par les intervenants dans le cadre clinique, se pose alors des questions éthiques notamment en cas de saisies judiciaires. - Une telle méthode ne devrait-elle pas être connue par tout intervenant concerné par la problématique de la maltraitance. - La méthode doit-elle s’adresser à la maltraitance physique également ? - Pourrait-elle être utilisée autant avec les victimes qu’avec les auteurs, les enfants que les ado et les adultes? - Faut-il garder le même intervenant après l’entrevue pour la poursuite de l’évaluation et/ou traitement ? - Qu’en est-il de la question du non verbal ? - La méthode doit-elle être utilisée de manière systématique et qu’entend-on par systématique ? [less ▲]

Detailed reference viewed: 52 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPertes et reconstructions identitaires au sein des familles monoparentales et recomposées: la question des spécificités processuelles.
Bullens, Quentin ULg; D'Amore, Salvatore ULg

in Thérapie Familiale (2013), 34(3), 355-369

A l’occasion de cette troisième journée « recherche et évaluation des interventions et des thérapies systémiques », il nous a semblé important de faire le point sur les différents outils autour desquels ... [more ▼]

A l’occasion de cette troisième journée « recherche et évaluation des interventions et des thérapies systémiques », il nous a semblé important de faire le point sur les différents outils autour desquels s’organisent nos travaux et leurs implications pour la clinique. Nous nous intéresserons donc ci-après à la méthodologie par théorisation ancrée ou grounded theory methodology (Glaser & Strauss, 1967) au Jeu du Pique-Nique (Frascarolo & Favez, 2005) et à différentes échelles telle que le FACES III (Olson et al., 1985) et les échelles d’ambiguïté des frontières (Boss & Greenberg, 1984). Avant de parcourir ceux-ci, nous rappellerons brièvement les grandes lignes de notre recherche afin que le lecteur puisse comprendre dans quel contexte de travail notre choix s’est porté sur de tels outils, nous n’oublierons alors pas de faire le lien, quand ce sera possible, entre les outils présentés et leur utilité dans le domaine clinique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCouples Homosexuels et Familles Homoparentales. Défis, Ressources et Perspectives pour la Thérapie Systémique
D'Amore, Salvatore ULg; Miscioscia, Marina ULg; Scali, Thérèse ULg et al

in Thérapie Familiale (2013), 34(1), 69-84

Les couples et les familles avec partenaires et parents LGBT (lesbiens, gays, bisexuels, transgenres) sont souvent passés sous silence dans l’approche systémique. Ce silence trouve ses racines dans ... [more ▼]

Les couples et les familles avec partenaires et parents LGBT (lesbiens, gays, bisexuels, transgenres) sont souvent passés sous silence dans l’approche systémique. Ce silence trouve ses racines dans l’hétérocentrisme qui a influencé la définition de couple, de famille et de relations familiales ainsi que de leur « normalité » vs « pathologie ». Qu’on soit chercheur ou clinicien, il est intéressant de prendre en considération l’impact de l’homophobie, de l’hétérosexisme, de l’hétéronormativité dans la vie quotidienne de ces couples, de ces familles et de leurs enfants. En particulier dans la consultation clinique, il semble important d’en évaluer leur degré de stress, d’ambiguïté relationnelle, d’homonégativité intériorisée ainsi que de support social. Nous réfléchirons aussi sur les atouts et les limites des modèles majeurs de thérapie de couple et de famille dans le travail thérapeutique ainsi que sur la nécessité d’envisager des pistes dans la formation du futur thérapeute sur les questions LGBT. Formation qui pourrait être basée sur le modèle de la diversité comme modèle inclusif des différences familiales et relationnelles contemporaines. [less ▲]

Detailed reference viewed: 88 (26 ULg)
Full Text
See detailVous croyez que ça existe une famille recomposée?
Bullens, Quentin ULg

Conference given outside the academic context (2012)

Detailed reference viewed: 40 (10 ULg)
Peer Reviewed
See detailPertes et reconstructions identitaires au sein des familles monoparentales et recomposées. La question des spécificités processuelles.
Bullens, Quentin ULg

Conference (2012, November 17)

De nombreuses études se sont intéressées au devenir des familles monoparentales et recomposées, bref des familles ayant connu une situation de séparation, en les comparant aux familles dites intactes. Si ... [more ▼]

De nombreuses études se sont intéressées au devenir des familles monoparentales et recomposées, bref des familles ayant connu une situation de séparation, en les comparant aux familles dites intactes. Si ces études permettent de soulever certaines difficultés possibles dans ces systèmes séparés, elles passent cependant à côté de la spécificité de ces familles qui ne sont pas en tout point comparables aux familles intactes. C'est pourquoi nous proposons une étude qualitative clinique autour de la rencontre avec des familles monoparentales et recomposées qui, au travers d'une approche relative à la Grounded Theory Methodology (Glaser & Strauss, 1967), vise à permettre la mise en évidence du parcours spécifique de ces systèmes. Nous nous interrogeons alors sur l'articulation qui peut être envisagée entre frontières familiales, et notamment la notion d'ambiguïté (Boss, 1999), et la gestion de ce qui peut s'apparenter à une perte mais que nous pouvons déjà dire qui s'en décale et appelle à être défini. Nous nous intéressons alors également à la qualité relationnelle de ces systèmes au travers l'utilisation d'un outil interactionnel: le jeu du pique-nique (Frascarolo-Moutinot & Favez, 2005). Une dialectique s'installe entre l'adéquation de l'outil et la spécificité des systèmes étudiés, pouvant tantôt interroger la pertinence de l'outil, tantôt utiliser ses nombreux apports. A l'heure actuelle, nous avons recueilli des informations (entretien, échelles, JPN) sur une petite dizaine de familles qui nous permettent de nous arrêter afin de déterminer les premiers codages et analyses de ces résultats. [less ▲]

Detailed reference viewed: 25 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes enfants des familles recomposées hétéro et homoparentales : défis thérapeutiques à partir de deux cas cliniques contrastés.
Bullens, Quentin ULg; Miscioscia, Marina ULg; Scali, Thérèse ULg et al

Conference (2012, June 09)

Parmi les nouvelles familles, celles recomposées peuvent présenter différents gradients de complexité et de diversité. Les familles homoparentales recomposées présentent une série de défis communs aux ... [more ▼]

Parmi les nouvelles familles, celles recomposées peuvent présenter différents gradients de complexité et de diversité. Les familles homoparentales recomposées présentent une série de défis communs aux familles hétéroparentales recomposées : stress lié à la séparation/divorce, gestion des pertes/réorganisation, construction de nouvelles appartenances, etc. Toutefois, lorsque la souffrance s’invite dans le système, fréquemment d’abord remarquée chez l’enfant, il semble intéressant de prendre en considération non seulement la difficulté pour la famille à gérer les transitions critiques mais aussi l'impact de facteurs plus spécifiques aux familles homoparentales : homonégativité sociale, ambiguïté relationnelle, manque de support de la famille d’origine et des réseaux, etc. A travers une analyse de deux cas cliniques contrastés, une famille homoparentale recomposée et une hétéroparentale recomposée, nous essayerons de faire émerger les similarités et les différences cliniques. Quant au travail thérapeutique, tout en tenant compte de la spécificité de ces deux configurations familiales, il visera à créer un espace de gestion des transitions critiques entraînant des mouvements d’oscillation affective entre ce qui reste stable et ce qui est à réinventer. Apprendre à gérer la multiplicité des appartenances et à définir différentes identités familiales semblent être des objectifs majeurs et ce, pour l’intervention avec toute famille dite nouvelle. [less ▲]

Detailed reference viewed: 120 (27 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEditorial
Bullens, Quentin ULg

in Carnet de Notes sur les Maltraitances Infantiles (2012), 1

Detailed reference viewed: 42 (15 ULg)
Full Text
See detailFamilles monoparentales, familles recomposées: parcours, défis et perspectives
Bullens, Quentin ULg

Conference given outside the academic context (2012)

Résumé de la conférence : «Elle n’est pas donnée à tout le monde la chance de s’aimer pour la vie, 10 ans 10 mois 10 secondes et nous voici, à plonger dans les eaux troubles de mes souvenirs lointains, si ... [more ▼]

Résumé de la conférence : «Elle n’est pas donnée à tout le monde la chance de s’aimer pour la vie, 10 ans 10 mois 10 secondes et nous voici, à plonger dans les eaux troubles de mes souvenirs lointains, si quelquefois je vois double c’est que l’enfance me revient...» Julien Clerc. Contrairement à certaines idées reçues, les familles monoparentales et recomposées ont toujours existé, mais l’évolution historique qui les concerne fait qu’à l’heure actuelle, elles sont plus fréquemment issues d’un choix, subi ou agi, que d’un décès. De la sorte, les familles monoparentales et recomposées connaissent toute une série de défis que nous tenterons d’identifier, tant pour les parents que pour les enfants. Ces défis ne concernent cependant pas que les familles, la société au sens large doit également en relever, tout comme le domaine psy, qui doit penser de nouveaux modèles de prise en charge, pour des familles dites nouvelles. Qu’est-ce que c’est une famille monoparentale ou recomposée? Est-ce encore une famille d’ailleurs? Que se passe-t-il quand la famille devient les familles? Quel est le chemin à parcourir, et celui qu’on oublie? Quel regard la recherche porte sur elles, quels apports peut-elle leur offrir? Avec quelles dérives? Et cette double vie dont parle Julien Clerc, peut-elle se combiner à une seule et même existence, bienveillante et surtout, heureuse? [less ▲]

Detailed reference viewed: 59 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa Tâche Du Château : construction d’un outil d’exploration métaphorique pour l’enfant victime d’abus sexuel.
Bullens, Quentin ULg

in Neuropsychiatrie de l'Enfance et de l'Adolescence (2012), 60(6), 461-467

In therapy, asking about the sexual abuse facts known by the child can sometimes appear like additional maltreatment. On the other hand, not talk about it could also mean not to be interested or not being ... [more ▼]

In therapy, asking about the sexual abuse facts known by the child can sometimes appear like additional maltreatment. On the other hand, not talk about it could also mean not to be interested or not being able to do so and therefore, not being a big help for the child victim. Despite the various recommendations in the treatment of children victims of sexual abuse, it seems to continue to be unclear how therapist should address these facts in the therapeutic process and that, whatever its orientation. We wanted to present what we call here The Castle Task, based on Winnicott’s Self-concept and the structuralist approach of family by Minuchin. We believe it allows the child to address their traumatic experience indirectly and therefore to explore without fear of exposure. [less ▲]

Detailed reference viewed: 59 (20 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPapa n'est pas mort! Clinique des séparations et perspectives de spéciation des familles divorçantes.
Bullens, Quentin ULg; D'Amore, Salvatore ULg

in Thérapie Familiale (2012), 33(2), 123-136

When they consult in the context of difficulties in separating, families left first to see what they have lost. Therefore, referring to existing models, the systemic approach often read these difficulties ... [more ▼]

When they consult in the context of difficulties in separating, families left first to see what they have lost. Therefore, referring to existing models, the systemic approach often read these difficulties by the way of grieving. But separated families have shown us they can’t be reduced neither to their losses neither to the actual clinical models. Their complexity leads us to think of new explanatory models and new clinical applications. That’s what we wanted to do in the present paper. [less ▲]

Detailed reference viewed: 46 (13 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDe la raclée à la tétée: la théorie de l'attachement, un modèle pour penser la prise en charge des familles maltraitantes.
Bullens, Quentin ULg

in Psychiatrie et Violence (2011)

From reading the Guedeney & Guedeney's book L'Attachement (2006) has become an issue: the use of attachment theory in a meta-analyse on the institutional caring of abusive families. This article explores ... [more ▼]

From reading the Guedeney & Guedeney's book L'Attachement (2006) has become an issue: the use of attachment theory in a meta-analyse on the institutional caring of abusive families. This article explores some possible parallels in the idea of helping to thinking about the treatment when sometimes violence impede it. [less ▲]

Detailed reference viewed: 71 (26 ULg)
Peer Reviewed
See detailRegard médiatisé sur la prise en charge des adultes ayant été victime d'abus sexuel infantile. Festen de Thomas Vinterberg: une invitation à la réflexion
Bullens, Quentin ULg; Dechamps, Michel

Conference (2011, September 14)

Le travail de prise en charge d’adultes ayant été victimes d’abus sexuel dans l’enfance peut nécessiter une vision élargie de l’étendue des conséquences d’un tel abus. Bien entendu, il n’est pas possible ... [more ▼]

Le travail de prise en charge d’adultes ayant été victimes d’abus sexuel dans l’enfance peut nécessiter une vision élargie de l’étendue des conséquences d’un tel abus. Bien entendu, il n’est pas possible d’élaborer un parcours type pouvant servir de repère pour le clinicien. Toutefois, le film de Vinterberg auquel nous aurons recours, s’il n’illustre pas un parcours type, met en scène un continuum de vécus et de souffrances au travers l’histoire de jumeaux (frère et soeur) ayant été victimes d’abus sexuel de la part de leur père. Le film place les personnages dans leur réalité familiale et illustre, plus ou moins symboliquement, différentes étapes qu’aura bien souvent à traverser la victime d’un tel abus. Loin de vouloir tirer de cet apport une seule et unique marche à suivre, nous pensons toutefois que le film revêt des qualités didactiques importantes en ce qu’il invite, au travers de ce continuum, à penser l’agression sexuelle infantile. A partir des deux vécus aux antipodes illustrés par le film, nous montrerons donc comment ceux-ci peuvent servir à penser le parcours des victimes et leur prise en charge. Nous aborderons pour ce faire des thèmes tels que le sentiment de solitude, les différences de genre, les étayages extérieurs, la vie conjugale et parentale, le processus de dévoilement, etc. En outre, c’est toute la réalité familiale qui sera envisagée. Au-delà des victimes directes, nous nous intéresserons donc également à la fratrie n’ayant pas connu de tels passages à l’acte mais ayant grandi dans une « famille abusive ». Nous nous arrêterons aussi sur la place de l’auteur et celle de son conjoint. Dans une première partie nous proposons donc de visionner Festen. Festen est un film Danois sorti en 1998 de Thomas Vinterberg (réalisation et scénario) et Mogens Rukov (scénario) avec entre autres Ulrich Thomsen dans le rôle de Christian, Henning Moritzen dans le rôle de Helge (le père). Le film remporte de nombreux prix dont celui du jury au festival de Cannes de 1998. L’histoire se déroule dans la demeure familiale dans laquelle Helge, le patriarche, fête ses soixante ans. De très nombreux invités sont présents et Christian, l’un des fils de Helge, profite d’un discours à l’attention de son père pour révéler les abus sexuels que ce dernier lui a fait subir ainsi qu’à sa soeur qui s’est récemment suicidée… Après ce visionnage, nous proposerons de recueillir les impressions et commentaires des participants suite à ce film qui laisse généralement peu indifférent. Toujours dans l’idée d’un échange, nous présenterons alors les différentes réflexions que le film nous a inspirées en regard de notre clinique liée à la prise en charge d’adultes ayant été victimes dans l’enfance mais aussi au visionnage que nous avons eu l’occasion d’en faire avec des victimes dans le cadre d’un groupe de parole. Enfin, ayant permis de mettre en réflexion l’agression sexuelle infantile et l’étendue de ses conséquences, nous pensons que le média utilisé pourra rester un outil de référence, par exemple dans le cadre d’activités didactiques et ce, quelle qu’en soit l’orientation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 33 (8 ULg)
Peer Reviewed
See detailEnfants présumés victimes d’agression sexuelle : les cliniciens doivent-ils s’adresser aux faits et se former aux techniques d’entrevues non-suggestives ?
Gérard, Marc; Demaegdt, Christophe; Piavaux, Caroline et al

Conference (2011, September 13)

RAPPORT D’EXPÉRIENCES, DE RECHERCHE-ACTION ET ÉTAT DE LA QUESTION Nos recherches, antérieurement décrites, mettaient en évidence un grand nombre de difficultés de communication entre les intervenants ... [more ▼]

RAPPORT D’EXPÉRIENCES, DE RECHERCHE-ACTION ET ÉTAT DE LA QUESTION Nos recherches, antérieurement décrites, mettaient en évidence un grand nombre de difficultés de communication entre les intervenants psycho-médico-sociaux et les enfants présumés victimes d’abus sexuels. L’analyse de contenu des échanges textuels s’est heurtée, chez les cliniciens, à nombre d’arguments et résistances que nous rappelons succinctement. Les observations précises qui furent réalisées révélèrent chez les professionnels, même expérimentés, des problèmes de changement de thème, de questions inductives et suggestives, d’évitement du sujet en cours d’entretien. A tel point que de telles entrevues ne clarifiaient que rarement l’orientation à donner à la situation ou risquaient de compromettre les suites judiciaires de celle-ci. D’une manière générale, nous avons observé que la formation habituelle des cliniciens, même thérapeutes, ne pouvait suffire. Or nous observons qu’un grand nombre de suspicions d’abus sexuels ne sont pas d’emblée judiciarisés. Une recherche d’aide et de conseils précède souvent la plainte. Mais cette première écoute engage une lourde et double responsabilité : celle d’une sur-réaction sur des bases très peu étayées ou celle du renvoi au silence d’un enfant qui tentait de dire. L’exposé sera documenté par l’étude rétrospective de l’ensemble des dossiers (n=53) ouverts au Centre SOS Enfants en 2009. On constate que plus de la moitié des dossiers ne sont pas encore l’objet d’un dépôt de plainte, et ceux qui le sont n’ont pas tous bénéficié d’une audition policière vidéo-filmée. Les abus intrafamiliaux paraissent clairement plus difficiles à amener à la connaissance des autorités judiciaires. L’ensemble des éléments mis en évidence et l’importance des enjeux nous a amené, depuis 2006, à nous engager dans divers partenariats et dans un processus de recherche-action. Les partenariats dans le cadre des programmes européens « A gis » et « Se former ensemble » ont catalysé une coopération entre équipes spécialisées et services de formation de la police. La coopération de nos services avec ceux du Québec (CE MV de Montréal, Police Nationale du Québec) a permis une sensibilisation de cliniciens (psychologues et pédopsychiatres) volontaires aux techniques validées d’entrevue non-suggestive. Dans ce cadre, plusieurs entretiens cliniques ont été vidéo-filmés avant le cycle de sensibilisation, et de nombreux autres après, tentant d’intégrer au mieux les critères recommandés. Des séances d’intervision et de supervision ont été organisées. Cette pratique, comportant l’analyse de séquences réelles, nous est apparue irremplaçable. Elle appelle la question d’une formation nécessaire et adaptée aux cliniciens de l’enfance. Les exposés suivants décrivent le processus de l’intérieur et les cliniciens questionnent la méthode et l’expérience. Ils illustrent ensuite concrètement leur propos par une pratique en pleine évolution. Reste la question, qui peut faire polémique, de ne pas réserver l’entrevue portant sur les faits d’abus à l’enquête policière et d’amorcer parfois leur élucidation dans des contextes cliniques afin d’aider au mieux les enfants victimes. mardi 13 septembre Retour d’expérience de cliniciens autour d’un protocole d’entrevue d’investigation non-suggestif avec des enfants présumés victimes d’abus sexuel. A partir de l’expérience de cliniciens des équipes SOS -enfants, cette communication vise à présenter les questions théoriques et pratiques soulevées par l’écoute des faits auprès d’enfants présumés victimes d’abus sexuels au sein d’une équipe pluridisciplinaire de première ligne. Et ce, dans le contexte spécifique de la Belgique francophone où le signalement en justice n’est pas systématique. Ecouter, ce n’est pas laisser parler. Toute écoute, même celle qui se veut la moins directive ou suggestive possible, oriente la dynamique interlocutoire. La façon d’écouter a nécessairement une incidence sur la signification que l’enfant attribue à la relation qui s’installe, sur le contenu de la parole de l’enfant, et sur les actes que l’équipe sera amenée à poser. En Belgique, le recueil exhaustif des faits liés à l’abus sexuel est couramment utilisé dans les investigations policières, mais il reste délicat à manier lors des prises en charge psycho-sociales. Classiquement, et pour des raisons que nous ne pouvons développer ici, les références théoriques qui sous-tendent les pratiques d’écoute des cliniciens s’inscrivent dans une tradition thérapeutique, d’orientation psycho-dynamique et/ou systémique. Dans ces deux approches, la matérialité des actes abusifs reste difficile à penser ; ils ne seraient que le théâtre où les conflits psychiques se déploient, où les patterns relationnels se rejouent. Mais, au-delà des principes théoriques accordant peu d’importance aux faits proprement-dits, un certain nombre d’autres arguments peuvent expliquer le refus, le désintérêt ou la prudence à aborder précisément la nature des agressions sexuelles, dans ce qu’elles ont de plus troublant et dérangeant pour celui ou celle qui les rapporte… et pour celui ou celle qui les écoute : de la peur de raviver le traumatisme chez la victime aux défenses du thérapeute le préservant d’une confrontation trop douloureuse à une réalité qu’il préfère ne connaître vraiment. Si, comme nous venons de le dire, la question de l’approche précise des faits et de leur réalité ne se pose pas ou peu lors de prises en charge exclusivement thérapeutiques, les missions spécifiques des équipes SOS-Enfants (bilan, évaluation, mise en place de mesures de protection telle que l’éloignement, …) et, dès lors, le statut du psychologue clinicien au sein de celles-ci, amènent ce dernier à devoir se positionner notamment par rapport à la matérialité des faits dénoncés ou suspectés, ainsi qu’à la crédibilité de la parole de l’enfant. En effet, dans la plupart des situations qui aboutissent dans les équipes SOS -Enfants, la demande principale, et l’attente urgente même, des professionnels ou des adultes responsables de l’enfant, est avant tout de savoir si oui ou non les faits révélés sont avérés. Cela ne répond pas à un simple besoin de savoir, mais bien à la nécessité de pouvoir décider des démarches à entreprendre (plainte à la police, éloignement familial, rupture avec tel ou tel proche, ...). Face à une telle responsabilité, la nécessité de penser l’approche précise des faits lors des premiers entretiens s’est faite chaque fois plus présente. C’est dans ce cadre que quelques cliniciens des équipes SOS-enfants de la Communauté française de Belgique ont souhaité être sensibilisés aux techniques d’entretiens non-suggestifs inspirées de la traduction française du protocole d’entrevue d’investigation NICH D de Cyr et Lamb (2009). Selon ces auteurs, l’utilisation de ce protocole d’entretiens d’investigation multiplie par 3 le nombre de questions ouvertes, et augmente le nombre de détails rapportés par les enfants. Il apparaît que l’encouragement du rappel libre de l’enfant (avec indice, segmentation de temps, …) peut dans certaines circonstances permettre d’obtenir une description précise de l’abus sexuel vécu par l’enfant. Cependant, la dimension strictement instrumentale reste insuffisante pour valider une technique et l’intégrer aux règles de métier si celle-ci ne fait pas l’objet d’accords normatifs par les praticiens concernés. La sensibilisation à l’usage de cet outil n’a fait qu’alimenter davantage les interrogations déjà présentes chez les cliniciens des équipes SOS -Enfants : l’investigation des faits se justifie-t-elle pour celui ou celle qui occupe une fonction de clinicien ? Quels sont les arguments retenus pour étayer la réponse à cette question ? Quel rapport entretenons-nous avec la matérialité des faits dans les premiers entretiens et plus largement dans les prises en charge des enfants… Quel rôle assumons-nous alors quant au secteur policier et judiciaire ? La communication tentera de rendre compte de certains cheminements individuels amorcés autour de l’investigation des faits, de ce qui fait désormais consensus pour ces cliniciens de première ligne, et de ce qui reste en tension. Globalement, il ressort que dans certaines situations, une investigation fine des actes abusifs est un préalable à la construction de projets de soins, et éventuellement à une écoute qui puisse être thérapeutique. Illustration d’options techniques fréquemment utilisées lors de premiers entretiens avec des enfants présumés victimes d’abus sexuel. La présentation de séquences issues de premiers entretiens vidéo-filmés avec des enfants illustreront la variété des techniques fréquemment utilisées par les cliniciens de première ligne. Il apparaît que ces derniers ont recours à des techniques sous-tendues par un souci de compréhension du rapport aux faits de la présumée victime. Lors du premier entretien avec des enfants présumés victime, l’investigation des faits et la recherche d’un dévoilement dans un souci protectionnel entre bien souvent en tension avec la volonté de co-construire une rencontre qui se veut soutenante quant au ressenti (par opposition au vécu) de l’enfant. Un compromis technique est à élaborer à chacune des nouvelles rencontres. Dans un souci de recherche des faits, le séquençage indiciel et temporel (Cyr et Lamb, 2009) permet d’augmenter la description de détails dans les situations propices au dévoilement. Ces techniques de communication non suggestives offrent une occasion d’en dire plus lorsque l’objectif retenu est l’obtention de détails et des précisions sur la nature exacte des actes. Outre les limites identifiées par les auteurs du protocole, il est fréquent d’être confronté à des résistances, freins et réticences au dévoilement. De tels contextes supposent dès lors d’adopter des techniques qui s’éloignent des présupposés du protocole d’entrevue non-suggestive d’investigation NICH D, et d’en adopter d’autres sous-tendues par un souci de compréhension du rapport aux faits de la présumée victime. Lorsque l’enfant n’aborde pas de faits abusifs, certaines techniques suggestives (Mugnier, 2004, 2010 ; Cirillo & Di Blasio, 2005) permettent de le soutenir là où les procédés non suggestifs se sont révélés inopérants. Ce qui, dans le contexte d’un tel protocole apparaît comme de la suggestion, peut alors être perçu comme une aide précieuse pour lever les freins et les silences. Les auteurs soutiendront l’intérêt d’élucider avec l’enfant la rationalité des freins qui peuvent exister au dévoilement. Cette rationalité de la réticence au dévoilement existe au regard du fonctionnement psychique de l’enfant (sentiment de honte, de gêne, culpabilité, monstruosité, effets du clivage,…), mais aussi au regard d’enjeux intrafamiliaux ou interpersonnels (conflit de loyauté, peur des représailles, ambivalence, syndrome de Stockholm…). Ce souci de compréhension du rapport aux faits d’abus de la présumée victime, qui dans bien des situations favorise un dévoilement ultérieur, en passe par l’adoption de techniques issues de références psychothérapeutiques. Au final, l’utilisation d’un tel protocole semble donc servir la clinique, pour autant que la clinique puisse intégrer un tel protocole dans un champ de réflexions étendu, qui participe à la construction d’une compréhensionholistique du phénomène abusif connu par l’enfant. [less ▲]

Detailed reference viewed: 127 (9 ULg)
Peer Reviewed
See detailDe l’apport de la théorie du Self de Winnicott à la construction de la Tâche Du Château pour l’exploration du vécu de l’abus sexuel avec l’enfant victime.
Bullens, Quentin ULg; Dechamps, Michel

Conference (2011, September 12)

A l’inverse de Sàndor Ferenczi, Donald Winnicott est probablement loin d'être l'auteur d'orientation psychanalytique le plus cité en matière d'abus sexuel. Pourtant, dans un de ses essais portant sur la ... [more ▼]

A l’inverse de Sàndor Ferenczi, Donald Winnicott est probablement loin d'être l'auteur d'orientation psychanalytique le plus cité en matière d'abus sexuel. Pourtant, dans un de ses essais portant sur la communication (1963a), il évoque un dilemme présent chez l’artiste et relevant de la co-existence d’un besoin urgent de communiquer et d’un besoin, encore plus urgent, de ne pas être trouvé. Nous montrerons comment un tel dilemme, considéré dans son rapport à la théorie du Self, offre un cadre théorique puissant pour la compréhension et la prise en charge des victimes d'abus sexuel. Pour ce faire, nous présenterons donc ce dilemme dans son rapport avec ce noyau de la personnalité, le Self (Winnicott, 1963a). Nous nous intéresserons à la manière dont ce dernier peut communiquer et à la manière dont il doit être protégé des intrusions. Nous verrons comment l’auteur envisage ses défenses et les conséquences qu’aurait une violation de ce noyau Self par une communication qui se glisserait au travers des défenses (Winnicott, 1960a, 1960b, 1963a). Ce dernier cas de figure, même s’il n’est pas abordé comme tel par Winnicott, nous semble illustrer le vécu de l’enfant victime d’abus sexuel. Nous verrons comment les difficultés que ce dernier peut rencontrer donnent à ce dilemme l’allure d’un paradoxe au-dedans duquel le symptôme semble être la seule issue possible. Ensuite, nous aborderons la manière dont les apports de Winnicott (1958, 1963b, 1971) nous permettent de penser la prise en charge des enfants victimes en suivant, dans la constitution même du cadre thérapeutique, les fonctions naturelles de la mère et comment un tel cadre permet de dépasser cette forme pathologique du dilemme évoquée ci-dessus. Au moyen d'exemples, nous montrerons comment ce cadre théorique nous permet de penser les faits cliniques tels que la méta-révélation (Bullens, 2010), le viol psychique (Van Gijseghem & Gauthier, 1996), etc. et les faits protectionnels (notamment en lien avec les questions d'évaluation et les méthodes d'entrevue d'investigation dites non-suggestives). Enfin, nous présenterons l'état de nos travaux quant à la construction d'un outil d'exploration métaphorique de l'abus sexuel pour la prise en charge des enfants victimes. En effet, confronté sur le plan pratique aux difficultés d'évocation, dans la thérapie, du vécu lié à l'abus sexuel et ce, consécutivement aux bouleversements dus à l'abus en tant que tel mais aussi à la période de dévoilement et à la phase d'intervention protectionnelle ; et nourrit théoriquement par le cadre conceptuel offert par Winnicott : nous avons créé un outil d'exploration métaphorique de l'abus sexuel, la Tâche Du Château. Nous présenterons aux participants les étapes de création de l'outil en rapport avec les référents théoriques qui, s'ils s'inspirent en grande partie de Winnicott, se revendiquent aussi de l'approche structuraliste des frontières familiales telle qu'élaborée par Salvador Minuchin (1979). Nous illustrerons la Tâche Du Château par ses consignes et sa méthode de passation et présenterons les résultats de notre phase pré-test. Nous nous attarderons plus longuement sur l'un d'eux au moyen d'une vignette clinique. Celle-ci nous permettra de comprendre en quoi la Tâche Du Château permet une exploration respectueuse de l'enfant (en regard également du cadre théorique), et ce, dans une co-construction avec le thérapeute. Nous illustrerons l'importance des liens pouvant être établis entre la matérialité des faits et l'exploration métaphorique proposée à l'enfant. Ce dernier constat nous amènera aux perspectives de développement futur de la Tâche Du Château et aux risques qui s’y rapportent. [less ▲]

Detailed reference viewed: 59 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailRegard médiatisé sur la prise en charge des adultes ayant été victimes d'abus sexuel dans l'enfance. Festen de Thomas Vinterberg:une invitation à la réflexion
Bullens, Quentin ULg; Duchâteau Chantal

in Psychothérapies (2010), XXX(3), 147-158

Through Thomas Vinterberg’s movie, Festen, we wished to introduce the reader in caring for adults, victims of sexual abuse in childhood. The film highlights a continuum of suffering and of personal ... [more ▼]

Through Thomas Vinterberg’s movie, Festen, we wished to introduce the reader in caring for adults, victims of sexual abuse in childhood. The film highlights a continuum of suffering and of personal experiences often lived by victims who have not been able to reveal their abuse in childhood. We invite the reader to open some significant doors, our wish being to bring to light the range of consequences of such abuse and the need for tactfulness in the care and treatment of victims. [less ▲]

Detailed reference viewed: 54 (16 ULg)