References of "de Landsheere, Gilbert"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailEvaluation continue et examens : précis de docimologie
De Landsheere, Gilbert ULg

Book published by Labor/Fernand Nathan - 2ème éd. rev. et augm. (1972)

De nouveaux modes d'évaluation des élèves entrent dans nos mœurs pédagogiques. Les résultats de l'observation continue prennent progressivement le pas sur l'examen de fin d'année. L'innovation est louable ... [more ▼]

De nouveaux modes d'évaluation des élèves entrent dans nos mœurs pédagogiques. Les résultats de l'observation continue prennent progressivement le pas sur l'examen de fin d'année. L'innovation est louable. Elle ne traduit nullement la volonté de supprimer la mesure à l'école, mais, au contraire, de la rendre moralement plus juste et scientifiquement plus exacte. Ce changement déborde largement le domaine de la notation et coïncide avec des transformations profondes de l'éducation. L'événement n'est pas fortuit. La civilisation contemporaine, l'économie de notre société réclament un homme pourvu de qualités et de connaissances nouvelles : en pareil cas, les innovations pédagogiques s'imposent irrésistiblement. La contestation des examens traditionnels a toutefois créé un malentendu grave. Il ressemble de façon frappante à celui qui a surgi, entre 1920 et 1940 surtout, lorsque l'adoption des idées, mal digérées, de la pédagogie fonctionnelle des Claparède, Dewey, et autres "progressistes» conduisit au culte de l'improvisation, au mépris de la discipline rigoureuse, au centrage sur des intérêts n'existant que dans l'esprit des théoriciens ... Avec l'avènement de J. Dewey, l'école aurait pu prendre comme devise : "L'effort est mort, vive l'effort!». De même, serions-nous tenté de proposer aujourd'hui : " Les examens meurent, les examens sont morts, vivent les examens ! ». Assurément, les vieux examens qui empoisonnaient l'atmosphère et la matière de cycles entiers d'études et décidaient de la carrière scolaire ou professionnelle en quelques heures, - voire en quelques minutes! - doivent disparaître. Assurément aussi, la majeure partie des travaux docimologiques publiés jusqu'ici n'ont été que mises au point de systèmes perfectionnés pour continuer à mal faire les choses. Car ils ne s'appuyaient pas sur une remise en cause de tout l'enseignement. Mais si, par contre, on ménage, dans chaque activité d'enseignement de base, la place qui revient à l'évaluation, au feedback comme disent les psychologues d'aujourd'hui, les examens existent alors, de façon quasi permanente dans la vie scolaire. Tantôt ils consistent en brèves évaluations, tantôt ils prennent la forme d'épreuves plus longues, couvrant parfois des quantités considérables de matières. L'essentiel est qu'ils ne s'insèrent pas, en corps étrangers, dans le processus d'éducation, mais qu'ils en fassent partie intégrante. Pour cette même raison d'ailleurs, ils ne se cantonnent donc pas étroitement au domaine de la connaissance, mais visent à saisir l'ensemble de la personnalité. Toute réforme profonde s'accompagne, presque nécessairement, d'une période d'adaptation, de tâtonnements, d'errements. Ainsi s'explique le désarroi de beaucoup de maîtres qui essaient actuellement le système d'évaluation continue. Ainsi s'explique aussi qu'un tabou frappe soudain le mot examen et, qu'au moment où nous écrivons ces lignes, on délivre çà et là des certificats de fin d'études sur la base d'évaluations ponctuelles, qualitativement et quantitativement insuffisantes, mal intégrées de surcroît, et sur la foi d'impressions personnelles à côté desquelles les vieux examens napoléoniens semblent des monuments d'objectivité ! Mais il ne s'agit, nous en sommes convaincu, que d'une crise d'adaptation. Il n'est donc nullement paradoxal qu'après avoir recommencé - brièvement - le procès des examens et nous être déclaré ardent partisan de l'observation continue et du bilan de lin de cycle, nous consacrions le présent ouvrage ... à l'organisation des examens. Mais le lecteur sait maintenant que, si le mot est resté le même, son sens a profondément changé. Beaucoup d'enseignants se méfient encore des tests et des autres instruments qui ambitionnent de quantifier l'humain. Non sans raison d'ailleurs, car ces outils ont fait, dans les dernières décennies, leur maladie de jeunesse. Et comme leurs utilisateurs n'ont pas toujours su compenser l'imperfection des techniques par une grande modération de jugement et une intelligence profonde des situations d'ensemble, bien des erreurs ont été commises. Mais si la prudence reste nécessaire, si l'esprit critique et le sens clinique ne perdront jamais leurs droits, des progrès considérables ont néanmoins été accomplis : on peut maintenant mesurer bien des comportements humains de façon satisfaisante. Aujourd'hui, d'aucuns pourraient rejeter la mesure objective, non plus parce que toute validité lui fait défaut, mais parce qu'ils n'en comprennent pas l'économie. Dénier toute valeur à ce qu'on ignore, est un réflexe de défense bien connu. L'aspect mathématique des méthodes à adopter et de la littérature expérimentale, souvent indigeste, vient encore compliquer la situation. Le temps de l'opposition entre psychométriciens et praticiens de l'éducation est révolu. Les premiers doivent humaniser leurs chiffres ; les seconds, introduire plus de rigueur dans leurs procédures; tous deux doivent unir et harmoniser leurs efforts pour le plus grand profit de l'étudiant et de la communauté. Que ceux qui, en feuilletant ce livre, ont aperçu quelques chiffres se rassurent: les quatre opérations arithmétiques seront un bagage suffisant ! Comme d'habitude, les procédés dont il va être question sont plus difficiles à expliquer qu'à appliquer. Certes, tous les secrets de la mesure et de la statistique ne seront pas livrés, mais les notions simples que nous allons rencontrer ont une valeur pratique éprouvée. Elles détiennent, en outre, un indéniable pouvoir de démythification et faciliteront ultérieurement la lecture de travaux docimologiques plus spécialisés. [less ▲]

Detailed reference viewed: 116 (1 ULg)
Full Text
See detailUne méthodologie de la construction des programmes scolaires
de Landsheere, Gilbert ULg

in Revue Française de Pédagogie (1972), 19(avril-mai-juin), 14-22

A methodology for the elaboration of school curriculum - The elaboration of a plan of studies in the first cycle of secondary education, as in every planned educational system, has four aspects : 1) the ... [more ▼]

A methodology for the elaboration of school curriculum - The elaboration of a plan of studies in the first cycle of secondary education, as in every planned educational system, has four aspects : 1) the definition of aims and requirements ; 2) the setting up of methods and instruments ; 3) the evaluation of the efficiency of these methods and instruments ; 4) the convenient teacher's training. Then it appears that it is a complicated task which cannat be only the result of the thoughts of an experts' group, but has to be elaborated by permanent organizations getting their strength from a system of centers of experimental pedagogy. [less ▲]

Detailed reference viewed: 24 (1 ULg)
See detailIntroduction à la recherche en éducation
de Landsheere, Gilbert ULg

Book published by Thone - 3ème éd. rev. et augm. (1972)

Detailed reference viewed: 26 (5 ULg)
See detailEducación comparada y dinámica cultural
de Landsheere, Gilbert ULg

in Marquez, Angel Diego (Ed.) Educación comparada : Teoría y metodología (1972)

Detailed reference viewed: 19 (4 ULg)
See detailAntropologia cultural y educación comparada
de Landsheere, Gilbert ULg

in Marquez, Angel Diego (Ed.) Educación comparada : teoría y metodología (1972)

Detailed reference viewed: 45 (4 ULg)
Full Text
See detailL'innocence en pédagogie
Bloom, Benjamin S.; de Landsheere, Gilbert ULg

in Education : tribune libre d'information et de discussion pédagogiques (1972), mai

Detailed reference viewed: 133 (5 ULg)
See detailEnseignants et innovations pédagogiques
de Landsheere, Gilbert ULg

in Doceo (1972), 179

Detailed reference viewed: 13 (4 ULg)
See detailDe leerkrachten en de pedagogisch-didaktische Vernieuwing
de Landsheere, Gilbert ULg

in Doceo (1972), 182

Detailed reference viewed: 18 (9 ULg)
See detailDu texte lacunaire au test de closure
de Landsheere, Gilbert ULg

in Moniteur des Instituteurs (1972)

Detailed reference viewed: 108 (4 ULg)
Full Text
See detailHow teachers teach : analysis of verbal interaction in the classroom
de Landsheere, Gilbert ULg

in Classroom Interaction Newsletter (1971), 7(1), 40-56

In this paper, the system of interaction analysis developed in the Department of Educational Research of the University of Liege is first presented. Then, five research projects completed by the author or ... [more ▼]

In this paper, the system of interaction analysis developed in the Department of Educational Research of the University of Liege is first presented. Then, five research projects completed by the author or under his auspices are abstracted. [less ▲]

Detailed reference viewed: 17 (0 ULg)
Full Text
See detailEvaluation continue et examens : précis de docimologie
de Landsheere, Gilbert ULg

Book published by Labor/Fernand Nathan (1971)

Les conclusions partielles se sont imposées à mesure que nous avancions dans cette étude déjà longue. Nous sommes pourtant loin d'avoir épuisé le sujet et, encore plus, d'avoir apporté des solutions ... [more ▼]

Les conclusions partielles se sont imposées à mesure que nous avancions dans cette étude déjà longue. Nous sommes pourtant loin d'avoir épuisé le sujet et, encore plus, d'avoir apporté des solutions définitives. Sortir des routines irréfléchies et ambitionner de traduire les grandes théories pédagogiques dans la pratique quotidienne de l'éducation, découvre tant d'écueils, tant de conditions à remplir que l'on risque d'être envahi par le doute et le découragement! Au risque de laisser nos lecteurs insatisfaits, nous n'avons pourtant pas voulu voiler la difficulté, et moins encore laisser croire à l'existence d'une docimologie achevée, capable de conduire à une évaluation parfaite, si on lui en donne les moyens. Vraisemblablement, et heureusement sans doute, la mesure rigoureuse des traits humains les plus fins restera toujours impossible : le sort nous garde de la machine à peser les âmes! Que l'évaluation continue s'insère fonctionnellement dans le processus d'enseignement et d'apprentissage dont elle est indissociable, n'en supprime pas, pour autant, la nécessité d'une docimastique, c'est-à-dire d'une technique d'examen et de notation, autrement dit encore, d'une technique d'observation systématique du rendement immédiat ou différé. Par ailleurs, l'exigence d'évaluation comparée, que l'éducateur peut regretter pour des raisons idéales, dépasse le domaine scolaire : elle correspond à un caractère fondamental de notre civilisation. Peut-être en sera-t-il un jour autrement. Si notre culture continue à s'intellectualiser, et donc à croître en complexité, nous ne voyons toutefois pas comment elle pourrait renoncer complètement aux examens et aux concours. Notre position docimologique est résolument éclectique dans son désir de concilier les avantages certains de techniques nouvelles, de nature surtout statistique, et l'apport indéniable et fondamental de l'analyse qualitative. Pour nous limiter à un seul exemple de cet éclectisme, nous ne pouvons concevoir que les décisions de passage • intervenant en fin de chaque année d'études universitaires soient prises seulement en fonction des résultats obtenus à un test à choix multiple se prêtant à la notation automatique. Assurément, l'introduction de ce type d'épreuves est hautement souhaitable pour le contrôle objectif et approfondi des connaissances, mais il ne suffit pas. L'évaluation du travail de l'année doit intervenir et la rencontre ultime du maître et de son élève apporter toutes les nuances que l'approche quantitative a laissées dans l'ombre. De même que l' introduction des machines dans l'industrie a permis à l'intelligence de prendre le pas sur la force musculaire et la routine avilissante, de même le contrôle automatique de la connaissance des faits, des méthodes et des techniques rend possible un examen final réellement centré sur les processus mentaux et les traits de personnalité les plus nobles. Quelle importance respective accordera-t-on aux t rois types d'évaluation ? La décision appartient, dans ce cas, à la communauté académique, éclairée par les recherches docimologiques. Un certain nombre de recommandations paraissent s'imposer. En raison même de nos ignorances et de la grande complexité de l'évaluation, il est d'abord urgent qu'un réseau de centres de recherche en éducation couvre le pays entier et soit mis au service du système scolaire. Les fonctions de ces centres sont apparues au cours de notre analyse: recherches portant sur les problèmes fondamentaux et développement des méthodes, des techniques et des instruments nécessaires. Ces centres ne doivent pas être greffés en corps étrangers dans l'ensemble de nos institutions éducatives, mais bien travailler en étroite collaboration avec elles. Plus particulièrement, chaque université devrait créer en son sein un bureau d'études des problèmes d'enseignement et d'examens. On ne peut concevoir que l'institution scientifique par excellence exclue de la rigueur de son analyse une de ses deux raisons d'être : l'éducation. La définition des objectifs généraux et spéciaux, fondement de tout l'édifice de l'enseignement et de l'évaluation, requiert le travail en commun d'un grand nombre de chercheurs et de praticiens de toutes les disciplines. Des commissions spécialisées permettront la coopération nécessaire et la communication, dans les deux sens, - entre la base et le sommet de la hiérarchie pédagogique. La réforme des examens et des modes d'évaluation entraînera sans doute la disparition définitive du calcul du pourcentage, presque universellement répandu dans nos écoles jusqu'à ces temps derniers. Quelles que soient ses faiblesses, l'échelle des pourcentages offrait cependant l'avantage d'être familière à tous et chacun avait au moins l'illusion de la comprendre. Actuellement, les échelles les plus diverses sont essayées dans nos écoles. Une unification du système de notation et une campagne d'information sont nécessaires dans le plus bref délai, faute de quoi la communication deviendra malaisée, sinon impossible, entre l'école et la famille, entre les différentes écoles, entre les écoles et les autorités. Pourtant, avant de prendre une décision dont l'importance est patente, tes experts de la docimologie et, plus généralement, de ta mesure en sciences humaines devraient être entendus. Un vaste effort d'information sera aussi entrepris auprès des enseignants appelés à changer profondément leurs habitudes d'évaluation. Le moyen le plus efficace semble résider dans l'organisation d'expériences locales portant sur ta préparation des examens, la notation et la modération. Ces expériences seraient, par exemple, incorporées dans les travaux nécessaires à l'introduction de l'enseignement secondaire rénové, en Belgique, et dans la réforme de la formation des maîtres ; progressivement, toutes les écoles y participeraient. Des commissions de modération locales et régionales seront petit à petit constituées. Une action trop hâtive risque de mettre en péril une rénovation éminemment louable. On se gardera, en particulier, de décevoir ou d'égarer les enseignants en tentant de les placer sous l'autorité de docimologistes improvisés. Œuvre humaine par excellence, l'éducation ne gagnera en qualité que dans la mesure où les éducateurs accepteront profondément les idées nouvelles et tenteront de se dépasser eux-mêmes. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (1 ULg)
Full Text
See detailLa investigación pedagógica
de Landsheere, Gilbert ULg; Mialaret, Gaston

Book published by Angel Estrada - 1ère éd. (1971)

La complejidad que alcanzan los problemas educativos, en todos sus niveles y modalidades, exige una labor de investigacion apoyada en solidos principios metodologicos y cientificos. : En este volumen se ... [more ▼]

La complejidad que alcanzan los problemas educativos, en todos sus niveles y modalidades, exige una labor de investigacion apoyada en solidos principios metodologicos y cientificos. : En este volumen se describen y analizan esos principios y se explican las técnicas y procedimientos que, en la actuaUdalj, .pueden utilizarse con mayor grado de confiabilidad en esa esfera. No esa eswfera. Nos es muy abundante la bibliografia en lengua espanola sobre un asunto tan importante, y por eso la obra aqui presentada tiene una significacion muy particular: representa un aporte fundamental para los estudios de la pedagogia en un nivei superior, para todos los especialistas y técnicos en planificàcion escolar y para los docentes que, en el ambito mas reducido -pero no menos trascendente-- del aula y de la escuela quieren llevar a cabo tareas de investigacion con él objeto de perfeccionar la tarea cotidiana. - Prefacio : La educacion es y seguira siendo un arte. Afirmaci6n ésta que no esta en contradicci6n con la siguiente: cierto sector de la pedagogia se torna cada vez mas cientifico. En la actualidad sabemos muy bien que no hay arte que pueda ejercerse correctamente ni que le permita al artista expresarse ,plenamente, si no torna como referencia un minimo de datos objetivos, si de algun modo no aplica los resultados de laboratorio, s'i no se apoya en ciertos supuestos cientificos. Al respecto, es harto elocuente el arte del clinico: lQUé seria del médico que, no queriendo fiarse mas que de su intuici6n, se resistiera a hacer practicar examenes de laboratorio o no se valiera de placas radiograticas para fundar su diagnostico y prescribir la terapia correspondiente? . Lo mismo sucede en el dominio de la educaci6n. La personalidad del maestro es uno de los elementos esenciales del hecho educativo, y desde hace tiempo se viene insistiendo en que "no se enseiia lo que se sabe o IQ que se cree saber; se ensena lo que es". Por grandes que sean la perspicacia y la intuici6n que pueda tener un hombre -si bien estas dotes son siempre indispensables- con eso solo no alcanza. Al educador le es imprescindible poseer conocimientos biologicos, sociologicos y psicologicos, y aprender a observar a sus alumnos, a controlar' las tareas de éstos, a considerar objetivamente los resultados que se logran. No tenemos ya el derecho, en los tiempos que corren, de retacear los esfuerzos que le permitan a la escuela cumplir su misi6n lo me)or posible y alcanzar el mas alto grado de rendimiento. En este terreno es indispensable adoptar una actitud cientifica, de modo que quien aspire a dedicarse a la pedagogia experimental debe disponer de instrumentos capaces de permitirle !legar a conclusiones objetivas. Toda vez Que en lengua francesa no abundan las publicaciones sobre la materia, se hace necesario recurrir a publicaciones anglosajonas donde encontrar las referencias y estudios indispensables. Excepcion 'hecha de unos pocos manuales dedicados a la experimentacion pedagogica, nunca se encuentran juntos los conceptos generales relativos a toda investigacion y los medios que permiten llevarla a buen término: preparacion del pian experimental, tests que se utilizan, transcripcion y aprovechamiento de los resultados. Al sefior De Landsheere se le debe el mérito de haber realizado tal agrupamiento y de haber ordenado los datos dispersos en multitud de obras diferentes. Ademas, ha tornado en cuenta los trabajos mas recientes y los mas modernos métodos, de modo que proporciona, tanto al educador como al investigador, una nutrida informacion técnica referente al campo de la pedagogia experimental. En adelante ya se podra recomendar un . manual a todos aquellos que perciban el canflcter fecundo de la actividad cientifica, y las estudiantes habrim de ver con mayor claridad lo fértil e interesante que es esto que auri muchos toman por manias propias de especialistas. Merced al libro del sefior De Landsheere resulta viable emprender un aprendizaje paulatino, de suerte que es de confiar en que la cantidad cada vez mayor de maestros interesados en estos nuevos aspectos le permita a la educacion realizar mas rapidos adelantos. El libro del sefior De Landsheere es clara y accesible para cualquier lector, de modo que hasta el no iniciado especialmente en las técn icas cientificas puede acudir a él sin inccnvenientes; porque en sintesis, es la obra de un investigador que es educador a la vez. En momentos en que la investigacion pedagogica esta tornando auge en todo e~ mundo, en los paises de habla francesa era necesaria una obra de este caracter que permitiese uniformar los métodos y las técnicas de trabajo. Y esta lagu- na es la que el sefior De Landsheere se ha animado a llenar. Nuestro agradecimiento y parab1enes por la Importante contribucion que, de este modo, pone a disposicion ? Todos cuantos se preocupan por el pervenir de la educacion. Gaston Mialaret [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (5 ULg)
See detailHow teacher teach : analysis of verbal interaction in the classroom
de Landsheere, Gilbert ULg

in Classroom Interaction Newsletter (1971), décembre

Detailed reference viewed: 16 (4 ULg)
See detailEinführung in die pädagogische Forschung
de Landsheere, Gilbert ULg

Book published by Beltz - 2ème éd. (1971)

Detailed reference viewed: 10 (4 ULg)
See detailMais que comprend le téléspectateur ?
de Landsheere, Gilbert ULg

in Clausse, Roger (Ed.) Publics et techniques de la diffusion collective (1971)

Detailed reference viewed: 21 (7 ULg)
Full Text
See detailTendances de la recherche expérimentale en éducation
de Landsheere, Gilbert ULg

in Education : tribune libre d'information et de discussion pédagogiques (1971), (132), 15-25

Detailed reference viewed: 46 (2 ULg)
See detailAuswahl und Ausbildung des Lehres
de Landsheere, Gilbert ULg

in Schuller, Alexander (Ed.) Lehrerolle im Wandel (1971)

Detailed reference viewed: 28 (4 ULg)
See detailLe dangereux mythe de la courbe de Gauss
de Landsheere, Gilbert ULg

in Doceo (1971), 21(170), 24-28

Detailed reference viewed: 109 (6 ULg)
See detailPhilosophie et politique de la recherche en éducation
de Landsheere, Gilbert ULg

in Doceo (1971), 172

Detailed reference viewed: 10 (5 ULg)