References of "VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailExpression et localisation spatio-temporelle de KISS1 et de son récepteur KISSR dans le placenta normal et pathologique.
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg; Munaut, Carine ULg; CHAVEZ, Viviana ULg et al

Poster (2012, October)

Objectif : Etudier l’expression de KISS1 (métastatine) et de son récepteur KISS1R lors de la grossesse normale et pathologique. Matériels et méthodes : Nous avons étudié la localisation de KISS1 et KISS1R ... [more ▼]

Objectif : Etudier l’expression de KISS1 (métastatine) et de son récepteur KISS1R lors de la grossesse normale et pathologique. Matériels et méthodes : Nous avons étudié la localisation de KISS1 et KISS1R par immunohistochimie dans des placentas normaux (1 er et 3 ème trimestre). Par RT-PCR quantitative, nous avons évalué le niveau d’expression des ARNm dans les placentas et les lits placentaires correspondants. Les niveaux d’expression de ARNm ont été comparés entre les grossesses normales (GN, n=13) et les grossesses spathologiques Prééclampsiques -PE-, n=17 et retard de croissance intrautérine -RCIU-, n=9). Résultats : Au premier trimestre des GN, KISS1 est majoritairement localisé dans les syncitiotrophoblastes, alors que KISS1R est détecté dans le mesenchyme villositaire. Au cours du troisième trimestre, KISS1 est uniquement localisé dans le syncitiotrophoblaste au contact avec la décidue et dans le mésenchyme villositaire et KISS1R est détecté dans le trophoblaste extra-villeux ainsi que dans quelques cellules de la décidue. Les analyses par RT-PCR mettent en évidence une expression plus importante des ARNm de KISS1 (p<0,001) et de KISS1R (p=0.039) dans les placentas (GN,PE et RCIU) par rapport aux lits placentaires correspondants. Les niveaux d’expression de KISS1 et KISS1R ne sont pas, cependant, significativement modulés dans les grossesses pathologiques. Conclusions : Par immunohistochimie, nos résultats indiquent une expression spatiotemporelle différente pour KISS1 et KISS1R entre le 1 er et 3 ème trimestre des grossesses normales. Nous n’avons pas mis en évidence de modulation de l’expression des ARNm dans les grossesses pathologiques. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (8 ULg)
Full Text
See detailClinical and genetic studies in patients with Pituitary/Parathyroid variant of MEN1 without MEN1 gene mutation : the French GENEM collaborative study
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg; Burlacu, C; Delemer, B et al

in Abstract Book - 13th International Workshop on Multiple Endocrine Neoplasia (2012, September)

Detailed reference viewed: 19 (1 ULg)
Full Text
See detailThe thyrogastric syndrome : an under diagnosed etiology for acquired gastric neuroendocrine tumors. A case report
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg; LOLY, Jean ULg; GAST, Pierrette ULg et al

in Abstract Book - 13th International Workshop on Multiple Endocrine Neoplasia (2012, September)

Detailed reference viewed: 42 (10 ULg)
Full Text
See detailPrimary hyperparathyroidism confirmed by histology : sensitivity and predictors of 99mTc-Sestamibi/CT scan
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg; BISOGNI, Carmen ULg; BETEA, Daniela ULg et al

in Abstract Book - 13th International Workshop on Multiple Endocrine Neoplasia (2012, September)

Detailed reference viewed: 26 (4 ULg)
Full Text
See detailEl sindrome tiro-gastrico : screening en 410 pacientes atendidos pro patologia tiroidea
Tome, M; VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg; Auriemma, R et al

in Abstract book - 54 Congreso Sociedad Espanola de Endocrinologia y nutrition (2012, May 23)

Detailed reference viewed: 17 (0 ULg)
Full Text
See detailAuto-immunité en thyroïdologie et en gastro-entérologie
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg; Beckers, Albert ULg

Conference (2012, February 16)

Detailed reference viewed: 26 (11 ULg)
Full Text
See detailAuto-immune gastritis characteristics in a large series of patients with auto-immune thyroiditis.
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg; TOME, M.; LUTTERI, Laurence ULg et al

in XXIVth Belgian Week of Gastroenterology 2012 - Abstract book (2012)

Detailed reference viewed: 32 (5 ULg)
See detailEndocrinologie 2011: cliniques
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg

Learning material (2011)

Endocrinologie 2011 : Cas Cliniques D r H Valdes-Socin. Chef de Clinique. CHU de Liège. Clinicien-Chercheur FNRS Ce cours d’Endocrinologie 2011 est destiné aux étudiants de Médecine de l’Ulg de 3ème et ... [more ▼]

Endocrinologie 2011 : Cas Cliniques D r H Valdes-Socin. Chef de Clinique. CHU de Liège. Clinicien-Chercheur FNRS Ce cours d’Endocrinologie 2011 est destiné aux étudiants de Médecine de l’Ulg de 3ème et 4ème années de Master. Les objectifs de ce cours sont de favoriser chez les élèves, l’intégration de leurs aptitudes en Sémiologie, Clinique, Pathologie et Thérapeutique, à partir de cas cliniques réels, vus en consultation. Le premier cas est celui d’une femme de 22 ans avec hirsutisme et prise de poids progressive. L’examen physique confirme l’hirsutisme, à partir d’un score de Ferriman-Gallwey >15. Ce score élevé suggère la nécessité d’approfondir les explorations endocriniennes et rechercher notamment une source ovarienne et/ou surrénalienne de sécrétion d’androgènes. Une hyperandrogénie est retrouvée, avec un rapport LH/FSH élevé, suggérant un syndrome d’ovaires mycropolykistiques ; L’écho ovarien confirme cette présomption. Une prise en charge diététique est proposée, avec éviction de sucre rapides et un fractionnement des repas. En outre, un traitement par metformine, est instauré, afin d’améliorer la sensibilité à l’insuline. La prescription d’une pilule avec effet anti androgène est également à discuter. Les étudiants sont ensuite confrontés à plusieurs cas de patients dont l’aspect est évocateur d’un hirsutisme (acromégalie, cushing, hyperplasie de surrénale) ou d’une hypertrichose idiopathique. Le deuxième cas est celui d’une femme de 50 ans qui consulte pour asthénie, frilosité et prise de poids. L’examen physique met en évidence une pâleur cutanée. Le bilan biologique met en évidence une élévation de la TSH et un effondrement T3 et T4, associées à la présence d’autoanticorps anti-TPO. Il y a une anémie macrocytaire et une hypergastrinémie, associée à la présence d’autoanticorps dirigés contre la muqueuse gastrique. L’association d’une Thyroïdite de Hashimoto et d’une anémie de Biermer sur Gastrite auto-immune sera discutée. Dans notre expérience, ce syndrome, mieux connu comme syndrome Thyro-Gastrique, est présent dans plus de 10% des cas avec hypothyroïdie auto-immune. Il faut le différencier d’emblée des polyendocrinopathies auto-immunes (de type 1, 2 ou 3), plus rares. Sa reconnaissance précoce permet au clinicien d‘éviter une polynévrite ou une anémie par carence en vit B12. A partir d’une bonne surveillance gastroentérologique il sera évité, dans certains cas, la survenue d’une tumeur carcinoïde de l’estomac. (1-3) Le troisième cas clinique est celui d’une femme de 45 ans avec perte de poids. L’examen physique met en évidence une pigmentation de la peau et des muqueuses, une hypotension. Le bilan biologique met en évidence une élévation de l’ACTH et un effondrement du cortisol plasmatique. Il y a une atrophie des glandes surrénaliennes au CT scanner abdominal. Nous discuterons du syndrome d’Addison et de la nécessité d’une thérapeutique efficace, axée sur les différents glucocorticoides (hydrocortisone, dexaméthasone) et minéralocorticoïde (alfa fludrocortisone). L’association avec d’autres maladies autoimmunes endocriniennes doit être activement recherchée au diagnostic ainsi que le long du suivi du patient (polyendocrinopathies auto-immunes). Le quatrième volet de l’exposé est dédié à la reconnaissance, à travers l’examen physique, des formes congénitales de l’hypogonadisme, notamment chez le garçon. Nous conclurons en expliquant les différents mécanismes génétiques du syndrome de Kallmann, des mutations des sous unité beta des gonadotrophines (4-5) et du système kisspeptine-récepteur. Plus tôt le diagnostic d’hypogonadisme génétique sera posé, meilleures seront les chances de fertilité et la réponse au traitement de ce type de patients. (6) Références 1. H Valdes-Socin, L Lutteri, A Latta, L Vroonen, D Betea, P Petrossians, V Geenen, A Beckers. Prévalence de gastrite auto-immune et études histologiques dans une série prospective de 240 patients avec thyroïdite de Hashimoto. In XXVII Congrès de la SFE Abstract book. Annales d’Endocrinologie (Paris) 2010. 2. BES Award. Prix “Young Investigator” de la Société Belge d'Endocrinologie pour le travail: The Thyro-Gastric syndrome: its prevalence, clinical, pathological and predictive factors in a prospective series of 360 patients with Hashimoto’s Thyroiditis Abstract book. Belgian Endocrine Society (Louvain) 2011 Authors: Monica Tome Garcia, H Valdes-Socin. L Lutteri, Daniela Betea , L Vroonen P Petrossians, Vincent Geenen, Edouard Louis , A Beckers. Presented by Dr M Tome Garcia. 3. H Valdés-Socin, V Niarou, S Vandeva, L Bosquée, A Beckers. Syndromes paranéoplasiques endocriniens : diagnostic et prise en charge. Revue Médicale Suisse. Aout 2009 26;5(214):1668-74. 4. H Valdes-Socin, R Salvi , A Thiry, AF. Daly, F P. Pralong, R Gaillard, A Beckers. Testicular effects of isolated luteinizing hormone deficiency and reversal by long-term human chorionic gonadotropin treatment. J Clin Endocrinol Metab. 2009 Jan;94(1):3-4. 5. H Valdes-Socin, R Salvi, A Daly, F Pralong, R Gaillard R and A Beckers. Hypogonadism in a patient with a mutation in the luteinizing hormone beta-subunit gene.N Engl J Med. 2004 Dec 16;351(25):2619-25 6. H. Valdes-Socin , F.G. Debray, A.S. Parent, M.C. Lebrethon, J.P. Bourguignon, V. Bours A. Beckers. Comment je diagnostique un hypogonadisme hypogonadotrope congénital isolé? Rev Med Liège Rev Med Liege. 2010 Nov;65(11):634-41. [less ▲]

Detailed reference viewed: 104 (13 ULg)
Full Text
See detailKronos, Eros et Thanatos: aspects neuroendocriniens de la sexualité en maison de repos.
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg

Conference given outside the academic context (2011)

Detailed reference viewed: 29 (4 ULg)
Full Text
See detailLe syndrome Thyro-Gastrique: de l’auto-immunité thyroïdienne aux tumeurs gastriques neuroendocriniennes.
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg; BECKERS, Albert ULg

Scientific conference (2011, June 17)

THE THYRO-GASTRIC SYNDROME: FROM THYROID AUTOIMMUNITY TO NEUROENDOCRINE GASTRIC TUMORS. In 1849, Prof Addison described a fatal case of anemia, or anemia perniciosa. Dr Biermer expanded this original ... [more ▼]

THE THYRO-GASTRIC SYNDROME: FROM THYROID AUTOIMMUNITY TO NEUROENDOCRINE GASTRIC TUMORS. In 1849, Prof Addison described a fatal case of anemia, or anemia perniciosa. Dr Biermer expanded this original description in 1872. Nowadays, this pathological condition associating a megaloglastic anemia associated with a metabolic polyneuropathy is recognized as Biermer disease. Biermer anemia or anemia perniciosa and its associated polyneuropathy are the consequence of vitamine B12 malabsorption, due to autoimmune gastritis. Autoimmune gastritis is caused by lymphocitc infiltration and the generation of parietal gastric antibodies and intrinsic factor antibodies. Parietal gastric antibodies are cytotoxic: they specifically recognize the gastric proton pump, causing mucosal gastric atrophia and acloridia. This pathological condition can later degenerate into gastrin enterochromaffin cell hyperplasia , progressing to gastrin neuroendocrine tumors in nearly 10% of cases. In 1912 Dr Hakaru Hashimoto described the thyroid of four women affected by a struma lymphomatosa. This disease was later recognized as Hashimoto thyroiditis, being one of the most frequent causes of autoimmune hypothyroidism. Thyroid peroxodase (TPO) autoantibodies and lymphocytic infiltration are responsible for autoimmune thyroiditis and subsequent thyroid destruction. The thyrogastric syndrome was described in the seventies, in patients which the serum crossreacted both with parietal gastric antigens and thyroid TPO antigens. Whereas autoimmune polyendocrinopathies type 1 and 2 are rare, the real prevalence of the thyrogastric autoimmune syndrome is unknown. We conducted a prospective study to determine the prevalence of vitamine B12 malabsorption and gastric autoimmunity in patients with Hashimoto Thyroiditis seen in our clinical practice. A second end point of the study was to analyse gastric histological characteristics in such patients. A total of 240 consecutive patients with Hashimoto Thyroiditis were studied in our clinic from 2008 to 2009. Patients underwent TSH, FT4, FT3, ATPO, ATG, parietal cell autoantibodies (PCA), intrinsic factor antibodies (IFA), gastrine, vitamin B12 determinations and thyroid ultrasound. Patients with PCA and/or IFA were invited to have a gastric endoscopy and biopsies for histology and immunohistochemical studies. Patients with Hashimoto thyroiditis and gastric autoimmunity had a mean age of 52±19 years (28F/4M) at inclusion. Mean TSH was 21 ±28 µUI/ml (0.5-4) and 47% (15/32) of patients received levothyroxine treatment. Mean thyroid volume was 9.2±7 ml. Parietal cell autoantibodies were present in 13% (32/240). Intrinsic factor autoantibodies were found in 37.5% (6/16).In 3/6 patients with intrinsic factor antibodies we did not found PCA. Hypergastrinemia (>120 pg/ml) was present in 37 % (12/32) of patients with a mean of 323±507pg/ml. No patient had megaloblastic anemia, whereas only two patients had macrocytosis. Vitamine B12 was less than 200 pg/ml in 18% (6/32) of patients. A total of 59% (19/32) with PCA underwent a gastroscopy, with mucosal abnormalities in 79% (15/19) gastroscopies. Gastric and duodenal biopsies shown in 68% (13/19) histological signs of lymphocitosis infiltration, 42% (8/19) had signs of metaplasia and ECC hyperplasia and 21% (4/19) had signs of mucosal atrophy. Interestingly, H. pylori infection was found in 16% (3/19) of patients. No gastric carcinoid was found in this prospective series. In this oral presentation, we discuss the potential role of cross reacting epitopes between gastric proton pump ATP ase, thyroid autoantibodies and H pylori suggesting some physiopathological clues to explain this syndrome. Although the prevalence of the thyrogastric syndrome seems higher in our study, much of the previous studies were retrospective. Moreover, in these previous studies the physiopathological role of H pylori was not explored. Interestingly, in our experience, H. pylori can mimick gastric autoimmunity but this is reversible, after eradication. The high prevalence of autoimmune gastritis and vitamin B12 deficiency in this series provide a strong rationale for an early serologic screening and gastroscopic diagnosis in patients with Hashimoto's thyroiditis. The physiopathological model of the thyrogastric , or as already suggested gastro-thyroideal syndrome, shoud be revised in light of these new data. References H Valdes-Socin, L Lutteri, A Latta, L Vroonen, D Betea, P Petrossians, V Geenen, A Beckers. Prévalence de gastrite auto-immune et études histologiques dans une série prospective de 240 patients avec thyroïdite de Hashimoto. Abstract book. ENEA (Liège) 2010. H Valdes-Socin, L Lutteri, A Latta, L Vroonen, D Betea, P Petrossians, V Geenen, A Beckers. Prévalence de gastrite auto-immune et études histologiques dans une série prospective de 240 patients avec thyroïdite de Hashimoto. In XXVII Congrès de la SFE Abstract book. Annales d’Endocrinologie (Paris) 2010. H Valdes-Socin, A Beckers. Conférence pour médecins généralistes: «Le syndrome thyro-gastrique : de la carence en vitamine B12 aux tumeurs carcinoïdes de l’estomac». 18 mai 2011 à 20H00. Lieu : « Centre d’Endocrinologie d’Oupeye », Rue du Roi Albert, 261 – 4680 Oupeye. [less ▲]

Detailed reference viewed: 127 (22 ULg)
Full Text
See detailDrospirenone and interference with renin-antiotensin system
VROONEN, Laurent ULg; Cavalier, Etienne ULg; Vranken, Laura ULg et al

in Annales d'Endocrinologie - 28ème congrès de la société Française d'Endocrinologie (2011)

Detailed reference viewed: 63 (5 ULg)
Full Text
See detailInfluence of drospirenone on renin-angiotensin-aldosterone system evaluation
VROONEN, Laurent ULg; Cavalier, Etienne ULg; Vranken, Laura ULg et al

in Endocrine Abstracts - 13th European Congress of Endocrinology (2011)

Detailed reference viewed: 32 (4 ULg)
Full Text
See detailA tall man with hypogonadism
Daly, Adrian ULg; VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg; Beckers, Albert ULg

in Diagnostic Dilemmas : Images in Endocrinology (2011)

Detailed reference viewed: 18 (8 ULg)
Full Text
See detailSclérose en Plaques et troubles neuroendocriniens
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg

Scientific conference (2010, December)

Prof Charcot, in France, made during the 19th century one of the first descriptions of multiple sclerosis. Since then, several physiopathological links and new treatments have been described for this auto ... [more ▼]

Prof Charcot, in France, made during the 19th century one of the first descriptions of multiple sclerosis. Since then, several physiopathological links and new treatments have been described for this auto-immune neurological pathology. This presentation is designed for neurologists, but in keeping an endocrine point of view . We emphasize multiple sclerosis connections with the stress axis (ACTH and cortisol hormones), the phosphocalcic metabolism (vitamine D deficit and supplementation) and the somatotropic axis (GH and IGF1 hormones). We review all the multiple sclerosis and neuroendocrine papers published in the English literature until 2010. We further critically analyzes some endocrine links supporting new perspectives of treatment in multiple sclerosis patients. References Ysrraelit MC, Gaitán MI, Lopez AS, Correale .J Neurology 2008 Cavalier, E., & Valdes Socin, H. G. (2006). Pathologie de la parathyroïde : aspects cliniques et biologiques. Paper presented at Les Jeudis de Fleurus, Fleurus, Belgium. http://hdl.handle.net/2268/2963 McCann and Ames. Vit D and Brain function. FASEB 2008 [less ▲]

Detailed reference viewed: 55 (8 ULg)
See detailEndocrinologie en 2010:endocrinopathies autoimmunes, syndromes paranéoplasiques endocriniens et nouvelles causes d'hypopituitarisme
VALDES SOCIN, Hernan Gonzalo ULg

Learning material (2010)

Ce cours d’Endocrinologie est destiné aux étudiants de Médecine de l’Ulg de 3ème et 4ème années de Master. Les objectifs de ce cours sont de favoriser chez les élèves, à partir de cas cliniques réels vus ... [more ▼]

Ce cours d’Endocrinologie est destiné aux étudiants de Médecine de l’Ulg de 3ème et 4ème années de Master. Les objectifs de ce cours sont de favoriser chez les élèves, à partir de cas cliniques réels vus en consultation, l’intégration de leurs aptitudes en Sémiologie, Clinique, Pathologie et Thérapeutique. Le premier cas est celui d’une femme de 75 ans qui consulte pour asthénie, frilosité et constipation. Le bilan biologique met en évidence une hypercholestérolémie, une anémie macrocytaire régénérative et une hypothyroïdie autoimmune. L’anémie macrocytaire est également explorée ,conduisant au diagnostic de déficit en vitamine B12 sur gastrite auto-immune. L’association de Thyroïdite de Hashimoto et Anémie de Biermer sur Gastrite auto-immune sera discutée. Dans notre expérience, ce syndrome, mieux connu comme syndrome ThyroGastrique, est présent dans plus de 10% des cas avec hypothyroïdie auto-immune. Il faut le différencier d’emblée des polyendocrinopathies auto-immunes (de type 1, 2 ou 3), plus rares. Sa reconnaissance précoce permet au clinicien d‘éviter une polynévrite ou une anémie par carence en vit B12. A partir d’une bonne surveillance gastroentérologique il sera évité, dans certains cas, la survenue d’ une tumeur carcinoïde de l’estomac.(1) Le deuxième cas clinique est celui d’un patient âgé de 91 ans qui est adressé pour exploration thyroïdienne dans le cadre d’une ophtalmopathie bilatérale avec perte d’acuité visuelle. Le bilan thyroïdien permet d’exclure une maladie de Basedow. Sur base des antécédents tabagiques, une radiographie de thorax est demandée. Celle-ci retrouve une masse pulmonaire de nature néoplasique. L’ophtalmopathie s’améliore après un premier traitement par corticoïdes, puis régresse après le traitement par radiothérapie de la tumeur pulmonaire. Ce sont des arguments en faveur d’une ophtalmopathie paranéoplasique. Cette ophtalmopathie est probablement d’étiologie autoi-immune, vu la réponse aux corticoïdes et à la radiothérapie. Le troisième cas clinique est celui d’une gynécomastie survenant chez un homme fumeur. Il s’agit également d’une manifestation paranéoplasique associée à une hypersécrétion de hCG, avec altération de la balance testostérone/oestrogènes. Le traitement chimiothérapique de la tumeur pulmonaire à petites cellules, s’accompagne d’une régression de la gynécomastie et d’une normalisation des taux plasmatiques de hCG chez le patient. Nous discuterons de l’intérêt diagnostique et thérapeutique d’une prise en charge adéquate des syndromes paranéoplasiques endocriniens.(2) Le quatrième cas est celui d’un triatloniste sur son vélo qui est renversé dans la voie publique. Il subit un polytraumatisme avec traumatisme crânien (traumatic brain injury ou TBI) sévère. Après de multiples hospitalisations avec épisodes de sepsis et hypotension, une insuffisance surrénalienne est suspectée. Une exploration endocrinienne approfondie conduit à diagnostiquer un panhypopituitarisme. Le traitement de l’hypopituitarisme avec substitution en hormones thyroïdiennes, testostérone, hydrocortisone et hormone de croissance améliore la revalidation et la qualité de vie du patient par la suite. Il sera discuté la prévalence du TBI en Belgique, la méconnaissance des complications endocriniennes après traumatisme crânien et les critères de dépistage actuels (3). Le dernier cas est celui d’une fille de 8 ans avec une leucémie lymphoblastique aigue. Elle est traitée par une greffe de moelle et par une radiothérapie crânienne prophylactique de 24 Gy. Au cours de l’adolescence il est observé un retard de croissance associé à une hypothyroïdie centrale, qui est traitée. La patiente est déclarée en rémission de sa leucémie et plus aucun suivi endocrinien est assuré. A l’âge de 30 ans on observe une ménopause précoce. Un hypopituitarisme est diagnostiqué et traité. Nous discuterons sur le revers des traitements oncologiques, avec notamment les complications neuroendocriniennes chez les survivants à un cancer. La physiopathologie de l’hypopituitarisme post radique sera également développée. Nous conclurons avec le concept récent que les troubles neuroendocriniens sont fréquents chez les survivants à un cancer et que des néoplasies secondaires sont possibles. Le suivi du patient oncologique nécessite ainsi d’une surveillance étroite de son médecin généraliste, de l’équipe oncologique et de l’endocrinologue. (4) Références 1. H Valdes-Socin, L Lutteri, A Latta, L Vroonen, D Betea, P Petrossians, V Geenen, A Beckers. Prévalence de gastrite auto-immune et études histologiques dans une série prospective de 240 patients avec thyroïdite de Hashimoto. In XXVII Congrès de la SFE Abstract book. Annales d’Endocrinologie (Paris) 2010. 2. H Valdés-Socin, V Niarou, S Vandeva, L Bosquée, A Beckers. Syndromes paranéoplasiques endocriniens : diagnostic et prise en charge. Revue Médicale Suisse. Aout 2009 26;5(214):1668-74. 3. H Valdes-Socin, L Vroonen, P Robe, D Martin, A Beckers. Hypopituitarisme consécutive aux dommages cérébraux: le trauma crânien et l’hémorragie sous-arachnoïdienne mis en cause. Rev Med Liège 2009 ;64(9),457-464. 4. H Valdés-Socin, MC Lebrethon, Y Beguin, M F Dresse, A Beckers. Troubles neuroendocriniens chez les survivants à un cancer : le revers de la médaille du traitement oncologique. Editions IPSEN, 2010 ; 1-18. 5. H Valdés-Socin, V Niarou, S Vandeva, L Bosquée, A Beckers. Syndromes paranéoplasiques endocriniens : diagnostic et prise en charge. Revue Médicale Suisse. Aout 2009 26;5(214):1668-74. [less ▲]

Detailed reference viewed: 99 (7 ULg)