References of "Ozer, Pierre"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailImpact de l’érosion littorale dans les villes côtières africaines: de la procrastination des pouvoirs publics à la migration forcée des plus précaires. Cas de Cotonou, Bénin
Ozer, Pierre ULg; Hountondji, Yvon-Carmen; De Longueville, Florence ULg et al

Poster (2013, December 19)

Situé dans le Golfe de Guinée, le littoral béninois est soumis –sur certains tronçons– à une érosion assez rapide ces dernières décennies. Cette érosion côtière est principalement due actuellement aux ... [more ▼]

Situé dans le Golfe de Guinée, le littoral béninois est soumis –sur certains tronçons– à une érosion assez rapide ces dernières décennies. Cette érosion côtière est principalement due actuellement aux activités humaines parmi lesquelles les perturbations sédimentaires occasionnées par la construction de divers barrages dont celui de Nangbéto sur le fleuve Mono ; le blocage du transit littoral par les ouvrages portuaires de Cotonou ; les carrières de sable exploitées à même la plage ; et la diminution d’apports sédimentaires provenant de l’ouest suite à divers travaux de protection des côtes. En utilisant la fonction multi dates disponible dans Google Earth, cet article estime la superficie érodée à Cotonou entre 2002 et 2011 à l’est de l’exutoire du Lac Nokoué. En outre, il évalue le nombre de maisons détruites ainsi que le nombre de personnes contraintes à une migration forcée. Les figures sont importantes puisque de l’ordre de cent mètres de zone côtière ont totalement disparu en une décennie sur un tronçon de près de six kilomètres de long en pleine ville ou en proche périphérie. [less ▲]

Detailed reference viewed: 67 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes villes d’Afrique Centrale balafrées par l’érosion ravinante : inventaire cartographique et impact socio-économique à Kinshasa (RDC)
Makanzu, Fils; Moeyersons, Jan; Vandecasteele, Ine et al

Poster (2013, December 19)

Kinshasa, la plus grande ville d’Afrique Centrale, a vu sa population passer de 404173 habitants en 1957 à près de 8 millions d’habitants en 2007, soit une augmentation d’environ 20 fois en 50 ans ... [more ▼]

Kinshasa, la plus grande ville d’Afrique Centrale, a vu sa population passer de 404173 habitants en 1957 à près de 8 millions d’habitants en 2007, soit une augmentation d’environ 20 fois en 50 ans seulement. La ville s’est entre-temps agrandie, s’étalant de 94 à 443 km² au cours de la même période. A l’aide de la télédétection et d’un SIG, les ravins d’au moins 5 mètres de large ont été cartographiés à partir d’un couple stéréoscopique SPOT 2006/2007 dans la haute ville de Kinshasa. Cet inventaire a permis la détermination de 308 ravins totalisant une longueur cumulée de 95 km qui occupent une superficie de 2 km² et dont la profondeur moyenne et la largeur moyenne sont respectivement de 7 et 21 mètres. La densité de ravinement est de 0,4 km/km². Sur le plan socio-économique, on déplore la destruction d’environ 95 habitations par an, ce qui cause des pertes estimées à 1,5 million d’USD annuellement. A cela s’ajoutent des tronçons de routes coupés, la rupture des tuyaux de raccordement en eau potable, la destruction des écoles, des centres de santé et des lieux de culte, ainsi que la chute des pylônes électriques. [less ▲]

Detailed reference viewed: 70 (17 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailExpansion urbaine et risques hydrologiques : cas de Butembo (RDC)
Sahani, Muhindo; Moeyersons, Jan; Ozer, Pierre ULg

Poster (2013, December 19)

Butembo constitue un cas typique de zone urbaine en région tropicale humide rencontrant une explosion démographique exceptionnelle. L’exode vers Butembo pour fuir l’insécurité dans la sous-région a ... [more ▼]

Butembo constitue un cas typique de zone urbaine en région tropicale humide rencontrant une explosion démographique exceptionnelle. L’exode vers Butembo pour fuir l’insécurité dans la sous-région a conduit à une rapide concentration spontanée des populations et à une urbanisation sans cesse croissante. L’imperméabilisation des vastes étendues de terres consécutive à cette expansion spatiale rapide de la ville a généré des problèmes environnementaux qui affectent la structure urbaine. A l’instar de nombreuses villes d’Afrique centrale, Butembo est actuellement confrontée à des risques hydrologiques diversifiés : ravinements progressifs et régressifs, inondations, et remobilisation d’anciens glissements de terrain. [less ▲]

Detailed reference viewed: 62 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEtalement urbain des villes en Afrique subsaharienne et vulnérabilité croissante face au risque d’inondation : l’exemple de Nouakchott (Mauritanie)
Ozer, Pierre ULg; Ould Sidi Cheikh, Mohamed Ahmed; Ozer, André ULg

Poster (2013, December 19)

Après la sécheresse et la désertification qui ont fortement frappé la Mauritanie dans les années 1970 et 1980, la ville de Nouakchott a connu un développement démographique spectaculaire. En effet, la ... [more ▼]

Après la sécheresse et la désertification qui ont fortement frappé la Mauritanie dans les années 1970 et 1980, la ville de Nouakchott a connu un développement démographique spectaculaire. En effet, la population de la capitale mauritanienne est passée de 134 704 habitants en 1977 à 899 887 habitants recensés en mars 2013. Depuis 2000, Nouakchott voit sa population augmenter de 125 personnes par semaine ; une croissance absolue jamais atteinte par le passé. La ville s’est donc agrandie considérablement et les nouveaux arrivants ont construit leurs maisons dans des zones marginales sans aménagement préalable. Plusieurs quartiers se sont installés soit dans des zones dépressionnaires à sols salés sous forme de sebkha, soit dans des zones dunaires fortement ensablées. Sur base de l’analyse de la relation entre pluies et inondations, nous avons pu déterminer que ces dernières n’étaient plus dues à des événements pluviométriques extrêmes mais bien à un aménagement du territoire non contrôlé. [less ▲]

Detailed reference viewed: 107 (22 ULg)
Full Text
See detailLe coût CO2 du réveillon de Noël : au Carrefour des choix
Ozer, Pierre ULg

Article for general public (2013)

« L’entrepreneuriat durable implique un large choix de produits durables, que vous trouvez dans nos magasins. Nous vous proposons une vaste gamme de produits bio, écologiques et issus du commerce ... [more ▼]

« L’entrepreneuriat durable implique un large choix de produits durables, que vous trouvez dans nos magasins. Nous vous proposons une vaste gamme de produits bio, écologiques et issus du commerce équitable à un prix qui cadre dans votre budget. Nous mettons aussi régulièrement nos produits locaux en exergue. Car acheter local, c’est acheter plus écologique. » « Tous ensemble, nous nous efforçons de limiter au maximum nos émissions de CO2. » Voici donc ce que l’on trouve sur le site internet de Carrefour Belgium. Vérification de cet engagement par l’absurde… [less ▲]

Detailed reference viewed: 162 (38 ULg)
Full Text
See detailI “cambiamenti climatici ” e la vulnerabilità: Il caso del Vietnam e del Benin
Ozer, Pierre ULg

Scientific conference (2013, December 03)

Detailed reference viewed: 13 (0 ULg)
Full Text
See detailLe coût CO2 du réveillon de Noël
Ozer, Pierre ULg

Article for general public (2013)

Pour vous, j’ai décortiqué le folder publicitaire Spécial Noël « Nos petits prix vous mettent en appétit » de l’hypermarché Carrefour pour préparer le repas familial tant attendu. Et voici ce que j'ai pu ... [more ▼]

Pour vous, j’ai décortiqué le folder publicitaire Spécial Noël « Nos petits prix vous mettent en appétit » de l’hypermarché Carrefour pour préparer le repas familial tant attendu. Et voici ce que j'ai pu concocter pour huit personnes (200 g de produits à tête) avec, entre parenthèses, les kilomètres parcourus entre le pays de production et la Belgique ainsi que les kilogrammes de CO2 émis uniquement pour le transport (souvent aérien et intercontinental) de ces produits achetés. Rappelons ici que le transport aérien émet, en moyenne, 60 fois plus de CO2 que le transport par voie maritime. [less ▲]

Detailed reference viewed: 12 (1 ULg)
Full Text
See detailAviation, low cost, lobby, gaz à effet de serre et 3 euros
Ozer, Pierre ULg

Article for general public (2013)

Une taxe de 3 euros sur les billets d’avions dans les aéroports de Charleroi et de Liège a été annoncée en juillet dernier par le gouvernement wallon, faisant bondir le secteur aérien, avant d’être ... [more ▼]

Une taxe de 3 euros sur les billets d’avions dans les aéroports de Charleroi et de Liège a été annoncée en juillet dernier par le gouvernement wallon, faisant bondir le secteur aérien, avant d’être abandonnée sous la pression du lobby [less ▲]

Detailed reference viewed: 73 (12 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDo recent West African rainfall variations really impact the livestock in the Sahel?
Ozer, Pierre ULg

Conference (2013, November 14)

Detailed reference viewed: 12 (0 ULg)
See detailAssessing the vulnerability of sites in the East African Rift Valley to natural hazards: case study of Bujumbura, Burundi
Nibigira, Léonidas ULg; Havenith, Hans-Balder ULg; Dewals, Benjamin ULg et al

Conference (2013, November 13)

Due to the geomorphologic, structural and climatic context, the East African Rift Valley is prone to many natural hazards. The locally high density of the population contributes to related risk. As a ... [more ▼]

Due to the geomorphologic, structural and climatic context, the East African Rift Valley is prone to many natural hazards. The locally high density of the population contributes to related risk. As a result, the impacts on the habitat and infrastructures are constantly increasing. This work is based on a case study near the city of Bujumbura, which, for decades, has been affected by severe floods. Based on a study focusing on one of its rivers, the river Ntahangwa, this work tries to answer some questions related to the potential causes and ways of prevention and management of flood risk. The analysis is based on hydrological considerations while having a look at the possible mutual influences between these hydrological risks and geodynamic hazards. The methodology uses rainfall, geographic, demographic, topographic, and elevation data. Hydraulic modeling reveals the extent of the flood hazard according to its likelihood of occurrence and its sensitivity to geodynamic disturbances. This led us to propose solutions and related prevention/remediation measures. Considering the vulnerability of the population, it is clear that a change of people’s behavior is needed to reduce the total risk they’re exposed to, both with respect to the choice of construction areas and to all kinds of activities related to rivers exploitation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 12 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detail"Climate change" and vulnerability analysis: poor will become poorer
Ozer, Pierre ULg

Conference (2013, November 07)

The recent Intergovernmental Panel on Climate Change’s Fifth Assessment Report (IPCC-AR5) considers new evidence of climate change based on many independent scientific analyses from observations of the ... [more ▼]

The recent Intergovernmental Panel on Climate Change’s Fifth Assessment Report (IPCC-AR5) considers new evidence of climate change based on many independent scientific analyses from observations of the climate system, paleoclimate archives, theoretical studies of climate processes and simulations using climate models. “Warming of the climate system is unequivocal, and since the 1950s, many of the observed changes are unprecedented over decades to millennia. The atmosphere and ocean have warmed, the amounts of snow and ice have diminished, sea level has risen, and the concentrations of greenhouse gases have increased”. “Changes in many extreme weather and climate events have been observed since about 1950. It is very likely that the number of cold days and nights has decreased and the number of warm days and nights has increased on the global scale”. “It is likely that the frequency of heat waves has increased”. “There are likely more land regions where the number of heavy precipitation events has increased than where it has decreased”. “The frequency or intensity of heavy precipitation events has likely increased”. In the meantime, it is now well known that climate change consequences (increasing magnitude and frequency of droughts, floods, storms and/or coastal erosion) will mainly impact the most vulnerable. Although there are multiple ways to define vulnerability, we here define vulnerability as the exposure of individuals or collective groups to livelihood stress as a result of the impacts of such climate change and consecutive socioeconomic and environmental changes. In the context of this paper, we will focus on natural disasters induced by “climate change”. We will travel across developing countries to illustrate the increasing vulnerability of the poor and the way they –sometimes– develop effective adaptation responses. We conclude that, for many reasons (mainly the protection of individual, financial and/or political interests), the poor will become poorer. [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailErosion littorale et migrations forcées de réfugiés environnementaux. L'exemple de Cotonou, Bénin
Ozer, Pierre ULg; Hountondji, Yvon-Carmen; De Longueville, Florence ULg

Poster (2013, September)

Situé dans le Golfe de Guinée, le littoral béninois est soumis –sur certains tronçons– à une érosion assez rapide ces dernières décennies. Cette érosion côtière est principalement due actuellement aux ... [more ▼]

Situé dans le Golfe de Guinée, le littoral béninois est soumis –sur certains tronçons– à une érosion assez rapide ces dernières décennies. Cette érosion côtière est principalement due actuellement aux activités humaines parmi lesquelles les perturbations sédimentaires occasionnées par la construction de divers barrages dont celui de Nangbéto sur le fleuve Mono ; le blocage du transit littoral par les ouvrages portuaires de Cotonou ; les carrières de sable exploitées à même la plage ; et la diminution d’apports sédimentaires provenant de l’ouest suite à divers travaux de protection des côtes. En utilisant la fonction multi dates disponible dans Google Earth, cet article estime la superficie érodée à Cotonou entre 2002 et 2011 à l’est de l’exutoire du Lac Nokoué. En outre, il évalue le nombre de maisons détruites ainsi que le nombre de personnes contraintes à une migration forcée. Les figures sont importantes puisque de l’ordre de cent mètres de zone côtière ont totalement disparu au cours des dix dernières années sur un tronçon de près de six kilomètres de long en pleine ville ou en proche périphérie. Cette analyse montre qu’actuellement les dommageables modifications géomorphologiques résultent essentiellement de l’addition non envisagée d’activités humaines couplée à l’absence de gouvernance. Par ailleurs, nous sommes en droit de nous interroger sur les risques d’érosion côtière dans les décennies à venir avec l’amplification annoncée de l’augmentation du niveau des océans due au réchauffement climatique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 54 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailÉVOLUTION CLIMATIQUE, PERCEPTION ET ADAPTATION DES COMMUNAUTES RURALES DU PLATEAU D’ABOMEY (BENIN)
Ozer, Pierre ULg; Hountondji, Yvon-Carmen; Ahomadegbe, Mathias et al

in Boko, Michel; Vissin, Expédit W.; Afouda, Fulgence (Eds.) CLIMAT, AGRICULTURE & RESSOURCES EN EAU d'hier à demain (2013, September)

West Africa is extremely vulnerable to climate change. This paper first analyses recent trends in extreme rainfall and temperatures recorded at six synoptic stations in Benin. Results show that rainfall ... [more ▼]

West Africa is extremely vulnerable to climate change. This paper first analyses recent trends in extreme rainfall and temperatures recorded at six synoptic stations in Benin. Results show that rainfall is declining while temperatures are increasing significantly. Cold nights (1st TMin percentile) are decreasing very significantly while hot days (99th TMax percentile) are increasing very significantly. No trend is observed in the frequency of extreme rainfall events. Then, rural populations of the plateau of Abomey were interviewed about their perception of climatic risks. They highlighted that major risks are spatiotemporal rain variability and rainfall shortage / excess (drought / flood), strong winds, and excessive temperature. Confronted with these hazards, local farmers are developing on their own endogenous strategies, which are mostly not rational and far from solving climatic hazards in a sustainable way. More detailed studies are needed in order to identify together with these communities pragmatic and sustainable adaptive options. [less ▲]

Detailed reference viewed: 89 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEVALUATION DES EMISSIONS DE METHANE IMPUTABLES AU SECTEUR AGRICOLE EN AFRIQUE DE L’OUEST (1961-2050)
Djaby, Bakary ULg; Ozer, Pierre ULg

in Boko, Michel; Vissin, Expédit W.; Afouda, Fulgence (Eds.) CLIMAT, AGRICULTURE & RESSOURCES EN EAU d'hier à demain (2013, September)

The objective of this study is to review the evolution of methane (CH4) emissions related to agriculture in West Africa over the last fifty years (1961-2010). The main agricultural sources of CH4 are ... [more ▼]

The objective of this study is to review the evolution of methane (CH4) emissions related to agriculture in West Africa over the last fifty years (1961-2010). The main agricultural sources of CH4 are ruminants (enteric fermentation) and rice production (anaerobic decomposition). To do this, we used the FAO statistics for both rice production and livestock. It appears that CH4 emissions are regionally rising although presenting large differences between the Sahelian countries and those of the Gulf of Guinea. Indeed, the countries bordering the Sahara seem to take profit of improving rainfall over the past two decades to increase livestock. On the contrary, wetter countries increase rice development. A close relationship is found between the human population and CH4 emissions from the agricultural sector. Yet, human population increase projected by 2050 is questionable, particularly in relation to the margin of CH4 emissions increase in West Africa. [less ▲]

Detailed reference viewed: 132 (23 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEVOLUTION RECENTE DES EXTREMES PLUVIOMETRIQUES ET DES TEMPERATURES A DJIBOUTI
Mahamoud, Ayan; Laminou Manzo, Ousmane; Ozer, Pierre ULg

in Boko, Michel; Vissin, Expédit W.; Afouda, Fulgence (Eds.) CLIMAT, AGRICULTURE & RESSOURCES EN EAU d'hier à demain (2013, September)

A dataset of 19 derived indicators has been compiled to clarify whether the frequency and / or the severity of rainfall and temperature extremes changed over the last decades in the city of Djibouti in ... [more ▼]

A dataset of 19 derived indicators has been compiled to clarify whether the frequency and / or the severity of rainfall and temperature extremes changed over the last decades in the city of Djibouti in East Africa. This study uses the only current available coverage of homogenous daily series which can be used for calculating any significant change in rainfall and temperature in recent years. It covers the 1980–2011 period for precipitation and the 1966–2011 period for what regards maximum, minimum and mean temperature. Results show that the annual total precipitation, the annual total of wet days and the frequency of intense rainfall have strongly declined over the last 32 years. Yet, since 2007, mean yearly rainfall meets a 73% deficit when compared to the 30-year average, a situation that is much worse than what was observed in the early 1980s. For what regards temperatures, the average increase recorded during the 1966–2011 period is of +0.28°C per decade, a far higher value than the global rising temperature. Heatwaves characterized by daily maximum temperatures ≥45°C (that is the 99th percentile) have become 15 times more frequent than in the past (comparing the 1966–75 and 2002–2011 periods) while extremely cool nights (<18.7°C, that is the 1st percentile in minimum temperature) have almost disappeared. Although the database should be extended to improve the global picture of recent climate changes in Djibouti, it seems very likely that rainfall shortages and increasing temperature extremes have already impacted the people of the Republic of Djibouti, especially the water availability and health sectors. [less ▲]

Detailed reference viewed: 142 (29 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailErosion littorale et migrations forcées de réfugiés environnementaux. L'exemple de Cotonou, Bénin
Ozer, Pierre ULg; Hountondji, Yvon-Carmen; De Longueville, Florence ULg

in 8th International conference (IAG) on Geomorphology: « Geomorphology and sustainability », Paris, 27-31 August 2013 (2013, August)

Situé dans le Golfe de Guinée, le littoral béninois est soumis –sur certains tronçons– à une érosion assez rapide ces dernières décennies. Cette érosion côtière est principalement due actuellement aux ... [more ▼]

Situé dans le Golfe de Guinée, le littoral béninois est soumis –sur certains tronçons– à une érosion assez rapide ces dernières décennies. Cette érosion côtière est principalement due actuellement aux activités humaines parmi lesquelles les perturbations sédimentaires occasionnées par la construction de divers barrages dont celui de Nangbéto sur le fleuve Mono ; le blocage du transit littoral par les ouvrages portuaires de Cotonou ; les carrières de sable exploitées à même la plage ; et la diminution d’apports sédimentaires provenant de l’ouest suite à divers travaux de protection des côtes. En utilisant la fonction multi dates disponible dans Google Earth, cet article estime la superficie érodée à Cotonou entre 2002 et 2011 à l’est de l’exutoire du Lac Nokoué. En outre, il évalue le nombre de maisons détruites ainsi que le nombre de personnes contraintes à une migration forcée. Les figures sont importantes puisque de l’ordre de cent mètres de zone côtière ont totalement disparu au cours des dix dernières années sur un tronçon de près de six kilomètres de long en pleine ville ou en proche périphérie. Cette analyse montre qu’actuellement les dommageables modifications géomorphologiques résultent essentiellement de l’addition non envisagée d’activités humaines couplée à l’absence de gouvernance. Par ailleurs, nous sommes en droit de nous interroger sur les risques d’érosion côtière dans les décennies à venir avec l’amplification annoncée de l’augmentation du niveau des océans due au réchauffement climatique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 122 (19 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe contexte urbain et climatique des risques hydrologiques de la ville de Butembo (Nord Kivu/ RDC)
Sahani, Muhindo; Ozer, Pierre ULg; Moeyersons, Jan

in 8th International conference (IAG) on Geomorphology: « Geomorphology and sustainability », Paris, 27-31 August 2013 (2013, August)

Butembo constitue un cas typique de zone urbaine en région tropicale humide rencontrant une explosion démographique exceptionnelle. La concentration spontanée des populations, due à l’exode incontrôlé sur ... [more ▼]

Butembo constitue un cas typique de zone urbaine en région tropicale humide rencontrant une explosion démographique exceptionnelle. La concentration spontanée des populations, due à l’exode incontrôlé sur un territoire assez restreint, a conduit à une urbanisation sans cesse croissante. L’imperméabilisation des vastes étendues de terres consécutive à une expansion spatiale rapide de la ville a généré des problèmes environnementaux qui affectent la structure urbaine. La ville est actuellement confrontée à des risques hydrologiques diversifiés : ravinements progressif et régressif, inondations, et remobilisation d’anciens glissements de terrain. Après avoir réalisé la carte de la ville de Butembo, ce travail aboutit notamment à la production d’une carte des risques hydrologiques sur base d’approches combinant la télédétection et travaux de terrain. Les résultats révèlent une expansion urbaine exceptionnelle. L’emprise urbaine de la ville de Butembo est passée de 2,39 km² en 1957 à 85,83 km² en 2008. Son accroissement est consécutif à l’augmentation de la population qui est passée de 9 653 à 581 449 habitants entre 1957 et 2008. Cette urbanisation a abouti à une nouvelle affectation du sol avec des conséquences sur le paysage urbain. Depuis 1957, le ravinement de fond de vallée ainsi que celui sur les versants sont toujours restés confinés à l’intérieur des extensions urbaines respectives. L’urbanisation précède le développement des ravins et ceux-ci sont confinés dans les zones où le coefficient d’écoulement est accentué par elle. Les inondations pourraient s’étendre sur tous les fonds plats de vallées en cas d’inaction. Quant aux 16 glissements de terrain actifs, ils se trouvent dans la phase de creep et 11 sont partiellement co-engendrés par la sismicité. La pluie n’est pas à la base de l’accentuation des problèmes environnementaux qui perturbent la structure urbaine de Butembo. C’est bien l’urbanisation qui en est la principale cause. [less ▲]

Detailed reference viewed: 50 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailTourisme, privatisation des littoraux et érosion des côtes: cas de Phan Thiet, Vietnam
Ozer, Pierre ULg

in 8th International conference (IAG) on Geomorphology: « Geomorphology and sustainability », Paris, 27-31 August 2013 (2013, August)

Avec ses plus de 3200 km de côtes, le Vietnam fait partie des pays les plus exposés aux effets du réchauffement climatique : élévation du niveau des mers, augmentation de la fréquence des typhons et des ... [more ▼]

Avec ses plus de 3200 km de côtes, le Vietnam fait partie des pays les plus exposés aux effets du réchauffement climatique : élévation du niveau des mers, augmentation de la fréquence des typhons et des inondations. Début 2009, 27 maisons situées dans le village de pêcheurs de Phan Thiet se sont effondrées. Selon les médias internationaux et les autorités locales, une forte marée de tempête –conséquence du réchauffement climatique– était la cause de cette rapide érosion littorale. Cet article montre comment, en utilisant la fonction multi dates Google Earth, il est possible de nier cette argumentation et de mettre en évidence les vraies causes de ce rapide et inéluctable retrait des côtes au niveau de ce village de pêcheurs, à savoir la construction anarchique de la station balnéaire de Mui Ne, quelques kilomètres à l’est. La création de ce désormais haut lieu touristique est extrêmement récente, le premier établissement étant sorti de terre en 1994. Vu le succès croissant des plages de sable blanc, la côte a depuis été lotie sur près de 5 km. Mui Ne a modifié son espace pour accueillir les touristes occidentaux : les cocoteraies ont été abattues, les liserons des sables ont été arrachés, le sable a été égalisé et les infrastructures hôtelières ont recouvert les dunes pour être en contact direct avec la plage. Ainsi, le fragile équilibre littoral a été rompu et le bilan sédimentaire est devenu négatif. Entre 2006 et 2009, la plage de 30 m a totalement disparu. Or, la plage étant vitale pour ce lieu, les promoteurs ont eu recours à la construction d’épis qui interrompent le transit sédimentaire pour recréer les plages. La dérive littorale est ainsi stoppée ce qui engendre la disparition des plages suivantes et l’effondrement des maisons de pêcheurs. Cette analyse montre la rapide modification géomorphologique qui résulte d’une conversion économique locale non encadrée répondant aux processus de mondialisation sans tenir compte des externalités négatives. [less ▲]

Detailed reference viewed: 140 (18 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCatastrophe naturelle: Quand la communication se noie (c onfrontation Bénin / Tubize)
Ozer, Pierre ULg

Conference (2013, June 14)

Detailed reference viewed: 140 (21 ULg)
Full Text
See detailLa lasagne pur-sang et la société low-cost
Ozer, Pierre ULg; Piet, Grégory ULg; Thoreau, François ULg

Article for general public (2013)

Pour satisfaire des consommateurs en quête de toujours plus de pouvoir d’achat, la Commission européenne soutient des gros producteurs low-cost pour une nourriture low-cost (avec des contrôles limités ... [more ▼]

Pour satisfaire des consommateurs en quête de toujours plus de pouvoir d’achat, la Commission européenne soutient des gros producteurs low-cost pour une nourriture low-cost (avec des contrôles limités). Stop! Et vive l’agriculture locale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 105 (19 ULg)