References of "Maillart, Christelle"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailCompétences langagières et communicatives des enfants présentant une déficience intellectuelle
Maillart, Christelle ULg

Conference given outside the academic context (2011)

Detailed reference viewed: 61 (1 ULg)
See detailL’intervention langagière basée sur la littérature enfantine
Maillart, Christelle ULg; Leclercq, Anne-Lise ULg

Conference given outside the academic context (2011)

Detailed reference viewed: 62 (10 ULg)
Full Text
See detailA.D.L. (Apprentissage de la Démarche Logopédique)
Sadzot, Agnès ULg; Maillart, Christelle ULg

Conference given outside the academic context (2011)

Detailed reference viewed: 87 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailExploration of serial structure procedural learning in children with language impairment.
Gabriel, Audrey ULg; Maillart, Christelle ULg; Guillaume, mélody et al

in Journal of the International Neuropsychological Society (2011), 17

Recent studies on specific language impairment (SLI) have suggested that language deficits are directly associated with poor procedural learning abilities. Findings from our previous work are contrary to ... [more ▼]

Recent studies on specific language impairment (SLI) have suggested that language deficits are directly associated with poor procedural learning abilities. Findings from our previous work are contrary to this hypothesis; we found that children with SLI were able to learn eight-element-long sequences as fast and as accurately as children with normal language (NL) on a serial reaction time (SRT) task. A probabilistic rather than a deterministic SRT paradigm was used in the current study to explore procedural learning in children with SLI to mimic real conditions of language learning. Fifteen children with or without SLI were compared on an SRT task including a probabilistic eight-element-long sequence. Results show that children with SLI were able to learn this sequence as fast and as accurately as children with NL, and that similar sequence-specific learning was observed in both groups. These results are novel and suggest that children with SLI do not display global procedural system deficits. (JINS, 2011, 17, 1-8). [less ▲]

Detailed reference viewed: 59 (14 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEtude de l’impact d’une tâche interférente sur les performances en compréhension morphosyntaxique d’enfants dysphasiques.
Prigent, Gaïd ULg; Leclercq, Anne-Lise ULg; Maillart, Christelle ULg

in Cahiers de l'ASELF (2011)

La dysphasie, définie comme un trouble spécifique du développement du langage, demeure encore très mal comprise aujourd'hui et continue d‟être au coeur de la réflexion de nombreuses études. Plusieurs ... [more ▼]

La dysphasie, définie comme un trouble spécifique du développement du langage, demeure encore très mal comprise aujourd'hui et continue d‟être au coeur de la réflexion de nombreuses études. Plusieurs hypothèses ont tenté d‟expliquer les difficultés des enfants atteints de ce trouble. Celle de la limitation des capacités de traitement, qui suggère un déficit de la vitesse de traitement ou de la mémoire de travail comme origine des troubles langagiers, en est un exemple intéressant. Et si les troubles morphosyntaxiques de ces enfants pouvaient être expliqués en termes de limitation des capacités de traitement ? Certains auteurs vont dans ce sens et c‟est ce que nous avons voulu évaluer dans notre étude. Pour cela, une tâche de compréhension morphosyntaxique a été créée. Dans ces phrases, trois facteurs influençant les ressources de traitement utilisées ont été manipulés : la fréquence lexicale des mots utilisés, la longueur des phrases et la réalisation d'une tâche interférente. Notre hypothèse suppose une dégradation plus importante des performances des enfants dysphasiques par rapport à celles des enfants contrôles suite à l'augmentation des demandes en ressources de traitement. Or, si les résultats obtenus nous permettent d'attester de la standardisation de notre tâche ; nous ne pouvons corroborer l'hypothèse de la limitation des capacités de traitement. En effet, des différences entre les groupes sont observées mais la chute de la performance des enfants dysphasiques escomptée n'est pas mise en évidence. Et quand nous nous attachons à comprendre les différences entre les trois groupes d'enfants, c'est une explication en termes de niveau langagier qui serait privilégiée. [less ▲]

Detailed reference viewed: 139 (21 ULg)
Full Text
See detailUne nouvelle batterie « Langage oral, langage écrit, mémoire, attention » : L2MA-2
Chevrie-Muller, Claude; Maillart, Christelle ULg

in Cahiers de l'ASELF (2010), 4

Cet article présente une nouvelle batterie « « Langage oral, langage écrit, mémoire, attention » : L2MA-2 » destinée à l’évaluation d’enfants francophones, français et belges, de la deuxième à la sixième ... [more ▼]

Cet article présente une nouvelle batterie « « Langage oral, langage écrit, mémoire, attention » : L2MA-2 » destinée à l’évaluation d’enfants francophones, français et belges, de la deuxième à la sixième année primaire (7 ans ½ à 11 ans ½). Conçue à partir d’une batterie existante (L2MA, Chevrie-Muller et al, 1997), cette batterie a fait l’objet d’importantes modifications. Parmi les changements apportés, on doit noter que la batterie permet une évaluation en deux niveaux (première ligne pour objectiver les difficultés de l’enfant et deuxième ligne pour les préciser et les comprendre),qu’elle est partiellement informatisée et qu’elle comprend des épreuves peu fréquentes dans les batteries langagières classiques (ex. épreuves de compréhension orale, écrite narration orale ou écrite, etc.). L’article présente les principaux objectifs de ce travail, les caractéristiques de ce nouvel outil et les perspectives futures. [less ▲]

Detailed reference viewed: 276 (7 ULg)
See detailL2MA-2 Langage oral, langage écrit, mémoire, attention
Chevrie-Muller, Claude; Maillart, Christelle ULg; Simon, Anne-Marie et al

Book published by ECPA (2010)

Batterie d'évaluation du langage oral et écrit destinée aux enfants de CE1 (2ème primaire) à la 6ème.

Detailed reference viewed: 192 (3 ULg)
See detailDéveloppement du langage, retard de langage et guidance parentale
Maillart, Christelle ULg

Conference given outside the academic context (2010)

Detailed reference viewed: 237 (31 ULg)
See detailDéveloppement langagier de l'enfant : repères et pathologies
Maillart, Christelle ULg

Conference given outside the academic context (2010)

Detailed reference viewed: 185 (7 ULg)
Full Text
See detailDysphasie et troubles assimilés : quelles stratégies thérapeutiques ?
Maillart, Christelle ULg

Scientific conference (2010, October 21)

Detailed reference viewed: 485 (12 ULg)
Full Text
See detailDysphasie et troubles assimilés : évaluation
Maillart, Christelle ULg

Scientific conference (2010, October 21)

Detailed reference viewed: 370 (13 ULg)
Full Text
See detailPrésentation de la nouvelle batterie L2MA-2
Maillart, Christelle ULg

Scientific conference (2010, October 20)

Detailed reference viewed: 378 (1 ULg)
Full Text
See detailLes formes de dysphasie et leurs modalités de dépistage
Maillart, Christelle ULg

Scientific conference (2010, October 20)

Detailed reference viewed: 434 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCategorization and abstraction of construction schemas in children with specific language impairment
Leroy, Sandrine ULg; Duquet, Adèle ULg; Parisse, Christophe et al

Poster (2010, September 10)

Detailed reference viewed: 72 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLinking abstract form and grammatical function : a construction-grammar experiment
Parisse, Christophe; Maillart, Christelle ULg

Poster (2010, September 09)

Detailed reference viewed: 25 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSpoken sentence comprehension in children with developmental dyslexia
Leclercq, Anne-Lise ULg; Majerus, Steve ULg; Guasti, Maria Teresa et al

Poster (2010, September 09)

Detailed reference viewed: 115 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailIs there a generalized procedural deficit in children with Specific Language Impairment?
Gabriel, Audrey ULg; Maillart, Christelle ULg; Guillaume, Mélody et al

Poster (2010, July 08)

Previous studies (Lum et al., 2009; Tomblin et al., 2007; Ullman & Pierpont, 2005) have suggested that difficulties in the procedural learning system could contribute, in part, to the language ... [more ▼]

Previous studies (Lum et al., 2009; Tomblin et al., 2007; Ullman & Pierpont, 2005) have suggested that difficulties in the procedural learning system could contribute, in part, to the language difficulties observed in children with SLI. However, we have recently shown, with an adapted serial reaction time (SRT) task, that children with SLI are able to learn implicitly non-linguistic regularities (Gabriel et al., submitted). In this research, we wanted to determine whether children with SLI are able to learn an 8-elements probabilistic sequence into which irregularities are inserted. Assessing probabilistic sequence learning in children with SLI should help us to better circumscribe the language difficulties of these children [less ▲]

Detailed reference viewed: 169 (14 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe manque de variabilité des schémas de construction comme facteur explicatif des difficultés morphosyntaxiques chez les enfants dysphasiques
Leroy, Sandrine ULg; Moulin, Mélissa; Parisse, Christophe et al

Conference (2010, July 06)

Detailed reference viewed: 66 (6 ULg)
Peer Reviewed
See detailImpact de la longueur des énoncés et de la fréquence lexicale sur la compréhension d’énoncés chez des enfants
Leclercq, Anne-Lise ULg; Majerus, Steve ULg; Maillart, Christelle ULg

Conference (2010, July 06)

Introduction En psychologie cognitive, plusieurs modèles théoriques considèrent que le système de traitement de l’information humain a une capacité limitée (notamment, Just & Varma, 2007). L’efficacité ... [more ▼]

Introduction En psychologie cognitive, plusieurs modèles théoriques considèrent que le système de traitement de l’information humain a une capacité limitée (notamment, Just & Varma, 2007). L’efficacité lors d’activités recrutant un grand nombre de traitements cognitifs serait dépendante de la quantité de ressources disponibles pour les réaliser. En particulier, l’activité de compréhension d’énoncés nécessite la réalisation rapide et quasi simultanée d’un grand nombre de traitements, dont l’analyse morphosyntaxique à proprement parler, mais également le décodage phonologique et l’accès lexical. En outre, d’autres processus cognitifs interviennent, comme l’attention portée à la tâche ou la mémoire de travail qui permet la coordination entre le traitement de l’énoncé et le stockage des produits partiels de celui-ci. Selon le modèle de compréhension d’énoncés de Just & Carpenter (1992), les ressources disponibles doivent être réparties entre le stockage des éléments traités et l’analyse et l’intégration des éléments à traiter. Selon ces auteurs, certaines opérations sont plus coûteuses que d’autres. Par exemple, le traitement de lexèmes de basse fréquence lexicale serait plus coûteux que le traitement de lexèmes fréquents, car le niveau d’activation de base de leurs représentations lexicales serait inférieur à celui des derniers. De même, comme chaque élément à traiter consume des ressources, les ressources cognitives disponibles pour le traitement de chaque morphème sont proportionnellement moindres dans des énoncés longs que dans des énoncés courts. Ce nécessaire compromis lors du partage des ressources entre les opérations de stockage et de traitement peut donc se traduire par une chute des performances en compréhension d’énoncés, soit par oubli des premiers éléments traités, soit par manque de ressources pour traiter les derniers éléments présentés. Objectif Cette étude évalue l’impact de la longueur des énoncés et de la fréquence lexicale des lexèmes sur les performances en compréhension d’énoncés d’enfants de 4, 6, 8 et 10 ans. Méthodologie Participants : Enfants de 4, 6 et 8 ans (N=30 dans chaque groupe) et 15 enfants de 10 ans Tâche : Compréhension d’énoncés présentés oralement (structure = S + V transitif + COD + Proposition relative sujet avec verbe intransitif). Manipulation de la fréquence lexicale (4 niveaux) et de la longueur des énoncés par ajout d’éléments redondants (4 niveaux) Résultats Les effets de fréquence lexicale et de longueur se marquent en termes de réponses correctes de 4 à 6 ans, et en termes de rapidité de réponse de 6 à 10 ans. Conclusions La longueur des énoncés et la fréquence lexicale des termes utilisés sont des facteurs de complexité dans la compréhension d’énoncés, qui se manifestent par un échec de la compréhension chez les enfants les plus jeunes, et par un allongement du temps de traitement chez les enfants plus âgés. [less ▲]

Detailed reference viewed: 197 (14 ULg)