References of "Maillart, Christelle"
     in
Bookmark and Share    
Peer Reviewed
See detailLanguage and analogical reasoning in children with Specific Language Impairment: The effect of articulatory suppression
Krzemien, Magali ULg; Thibaut, Jean-Pierre; Stoffels, Valentine ULg et al

Poster (2017, July)

Analogical reasoning shares a mutual influence with language development: analogical reasoning is improved by labelling analogical items with words describing the relations that they contain. Conversely ... [more ▼]

Analogical reasoning shares a mutual influence with language development: analogical reasoning is improved by labelling analogical items with words describing the relations that they contain. Conversely, structural alignment, a core mechanism of analogical reasoning, allows the acquisition of novel words and the development of grammar (Gentner, 2010). Given those findings, some authors have taken interest in the analogical reasoning ability of children with language disorders, and specifically of children with Specific Language Impairment (SLI). Those children have worse performance than their age-matched peers without language disorders in linguistic or non-linguistic analogical tasks (Leroy, Maillart, & Parisse, 2014). Our aim here is to see if this weakness is due to their language disorders and if they use the same verbal strategies as their peers to solve an analogical task. To experience these assumptions, we use a perceptual analogical task following an A:B::C:D paradigm: participants have to find the relation between two geometric forms A and B and to apply it to the C term in order to find the D term among distractors. The distractors either share perceptual features with the C term, what creates a competition that shall be inhibited, or not. Moreover, children are faced with three interfering task conditions: one without any interfering task, one with an articulatory suppression secondary task and one with a tapping secondary task, which is used in order to measure the general dual task demands. Comparing the results of these conditions will allow us to evaluate the impact of language and verbal strategies on analogical reasoning in control and SLI children. [less ▲]

Detailed reference viewed: 55 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEfficacité de la combinaison des méthodes explicite et implicite pour intervenir sur les difficultés morphosyntaxiques
Houben, Lauren; Maillart, Christelle ULg; Leroy, Sandrine ULg

Poster (2017, June 01)

Pour que la logopédie puisse s’appuyer sur une pratique basée sur les preuves (Evidence-Based Practice), il est nécessaire de disposer d’études traitant de l’efficacité des interventions. Dans la ... [more ▼]

Pour que la logopédie puisse s’appuyer sur une pratique basée sur les preuves (Evidence-Based Practice), il est nécessaire de disposer d’études traitant de l’efficacité des interventions. Dans la littérature scientifique, deux approches sont mises en avant pour pallier aux difficultés morphosyntaxiques: les méthodes implicites opposées aux méthodes explicites. Les méthodes implicites s’avèrent pertinentes chez les enfants d’âge préscolaire, en raison de leurs faibles habiletés métalinguistiques. Ces méthodes réfèrent aux méthodes de facilitation grammaticale (imitation, modelage, stimulation focalisée et reformulation) et à l’approche basée sur l’usage. Cette dernière tient compte de l’apprentissage progressif des différentes structures grammaticales chez les enfants ayant un développement typique (notamment Riches, 2013). Les méthodes explicites offrent un apprentissage explicite du langage. Elles reposent sur le constat selon lequel, en raison d’un déficit de la mémoire procédurale, les enfants ayant des troubles du langage ne parviendraient pas à apprendre implicitement le langage. Actuellement, les résultats obtenus quant à l’efficacité de ces méthodes semblent contradictoires. Dès lors, la combinaison des deux types d’approches pourrait être envisagée. Actuellement, une seule étude (Smith-Lock et al., 2013) s’est intéressée à cette combinaison des deux méthodes et a prouvé son efficacité. Bien que cette étude soit assez prometteuse quant aux bienfaits d’une rééducation s’appuyant sur plusieurs méthodes, des recherches complémentaires sont indispensables. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailThe acquisition of nouns in children with Specific Language Impairment
Krzemien, Magali ULg; Thibaut, Jean-Pierre; Zghonda, Hela ULg et al

Poster (2017, June 01)

Specific Language Impairment (SLI) is a neurodevelopmental disorder that affects the language development of children with a normal nonverbal intelligence and no history of neurological disorder nor ... [more ▼]

Specific Language Impairment (SLI) is a neurodevelopmental disorder that affects the language development of children with a normal nonverbal intelligence and no history of neurological disorder nor auditory deficit (Leonard, 2014). A difficulty linked to SLI is the poor language productivity and the input dependency that children display compared with their peers: they tend to use a limited variety of verbal forms compared to younger siblings (Conti-Ramsden & Jones, 1997) and use a high proportions of the same verbs as their mothers (Jones & Conti-Ramsden, 1997). Recent studies suggested that these disorders could be linked to a deficit in generalizing constructions (constructions being units of language that vary in complexity and abstractness, Tomasello, 2009) from the input (Leroy et al., 2013). Specifically, some authors proposed that children with SLI would need more exemplars to abstract a given construction from the input and apply it to new instances (Leroy et al., 2013). In this study, we want to broaden this assumption to the acquisition of words: we evaluated the ability of children with SLI to generalize novel words, and in particular relational words. SLI seem indeed to be linked to an impairment in the processing of relations: children with SLI have poorer performance than their age-matched peers in linguistic or non-linguistic analogical tasks, which require to reason about relational structures (Leroy et al., 2014). We draw the hypothesis that children with SLI would need more exemplars in order to generalize words compared to age-matched but also to language-matched peers. We created a novel word extension task to improve this hypothesis: the first part is composed with nine test trials, each associated with a non-word. The child sees one, two, or three exemplars of a novel noun in short animations. The examiner tells him: “This is a /dyfɑ̃/”. Then, the child sees three other animations and the examiner says: “Show me which one of these is a /dyfɑ̃/”. The child has to choose the object that plays the same role as the exemplars among two distractors: an object that looks like one of the exemplar and a non-related distractor. The second part of the task is based on the same protocol but the exemplars are objects that have a specific spatial configuration (like symmetry). Here again, the child sees one, two, or three exemplars of a novel noun associated with the objects. The examiner tells him: “This is a /fegɑ̃/”. Then, the child sees three other objects and the examiner says: “Show me which one of these is a /fegɑ̃/”. The distractors are an object that has the same global form as one of the exemplar but without having the specific configuration required, and the non-related distractor. The participants are 20 children diagnosed with SLI aged from 6 to 12 years-old. Each child is match to a control child in age and non-verbal IQ on the one hand, and to a control child in linguistic age (based on a measure of vocabulary comprehension). Results show that children are better able to extend relational words when presented with several referents of these words, which confirms what has already been found in other experiments (Gentner, 2005). When the feature to be used is a spatial relation between the parts of the objects, children with SLI have more difficulties than age-matched controls extending new words, which confirms that SLI is linked to an impairment in the processing of relations and a greater dependance on perceptual information (Leroy et al., 2014). They also tend to benefit more than age-matched children from the presentation of several referents of a new word in order to extend it, what would mean that they greatly benefit from comparison and variability in order to identify relational similarities. It would be interesting to see if children can learn from several items that relational feature can be pertinent to define categories and extend words, as young children without SLI can do it with shape while children with SLI cannot (Collinson et al., 2015). [less ▲]

Detailed reference viewed: 59 (10 ULg)
Full Text
See detailFormer des futurs logopèdes à l’Evidence-Based Practice : défis et perspectives
Maillart, Christelle ULg; Durieux, Nancy ULg

Conference (2017, May 20)

Dans cette première intervention de l'atelier intitulé "Impacts de la recherche sur les questions de société actuelles : importance de l’evidence-based practice", nous définirons l’EBP et illustrerons la ... [more ▼]

Dans cette première intervention de l'atelier intitulé "Impacts de la recherche sur les questions de société actuelles : importance de l’evidence-based practice", nous définirons l’EBP et illustrerons la façon dont cela est enseigné à la Faculté de Psychologie, Logopédie et des Sciences de l’Education de l’Université de Liège (ULg) à travers l’exemple de la formation en logopédie. Selon leur code déontologique, les logopèdes doivent offrir à leurs patients une prise en charge de la meilleure qualité possible, en tenant compte des spécificités et des préférences de chaque patient. Ces enjeux sont au cœur de l’approche EBP qui se définit comme l’intégration consciencieuse, explicite et appropriée des meilleures preuves issues de trois sources distinctes : 1) les preuves externes venant de la recherche scientifique ; 2) les preuves internes venant de l’expérience clinique ; 3) les preuves concernant les préférences d’un patient correctement et complètement informé. Les dispositifs pédagogiques mis en place à l’ULg pour former les futurs logopèdes à cette pratique ciblent les cinq étapes de la démarche EBP, à savoir : 1) transformer le besoin d’information en une question claire et précise, 2) trouver les meilleures données probantes issues de la recherche pour répondre à cette question, 3) évaluer de manière critique ces données, 4) combiner cette évaluation critique avec la compétence clinique du praticien et les caractéristiques individuelles du patient, ses valeurs et sa situation et 5) évaluer l’efficacité de la décision clinique et l’efficience personnelle à exécuter le processus de prise de décision. L’importance d’une approche intégrée et d’une pratique répétée sera soulignée. [less ▲]

Detailed reference viewed: 49 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailUn portrait de la qualité des interactions enseignant/enfants pour soutenir le développement langagier à l’école maternelle
Leroy, Sandrine ULg; Bergeron-Morin, Lisandre ULg; Desmottes, Lise ULg et al

Conference (2017, May 19)

L’environnement scolaire, et plus particulièrement l’éducation préscolaire (enseignement maternel en Belgique), constitue un contexte privilégié pour soutenir le développement du langage et de la ... [more ▼]

L’environnement scolaire, et plus particulièrement l’éducation préscolaire (enseignement maternel en Belgique), constitue un contexte privilégié pour soutenir le développement du langage et de la communication des enfants. Il a en effet été démontré que la qualité des interactions en contexte préscolaire joue un rôle protecteur sur le développement langagier des enfants plus vulnérables, issus de milieux précarisés (Burchinal et al., 2010; Simard et al., 2013). En effet, à l’école maternelle, les enfants peuvent bénéficier quotidiennement d’interactions verbales riches et diversifiées, non seulement avec leur enseignant, mais également avec leurs pairs (Blain-Brière et al., 2014). Dès lors, les enseignants de maternelle occupent une place privilégiée pour favoriser et entretenir des interactions de qualité, propices au développement langagier. Cependant, des études internationales (Bouchard et al., 2010; Piasta et al., 2012) ont montré que la qualité des pratiques éducatives, surtout en matière de soutien langagier, n’est pas toujours optimale, ayant pour conséquence des effets plus modestes sur le développement langagier des enfants, surtout chez les plus vulnérables (Dickinson et al., 2011). Bien que l’importance de soutenir le langage et la communication des enfants en milieu préscolaire soit établie, aucune étude n’a, à ce jour, été réalisée en Belgique francophone. Or, dresser un portrait des pratiques utilisées dans les classes de maternelle pour soutenir le développement langagier des enfants apparait comme essentiel. L’objectif du travail présenté est donc de documenter la qualité des interactions et l’utilisation de stratégies de soutien langagier par les enseignants dans les classes de deuxième maternelle en Belgique francophone, auprès enfants âgés d’environ 4 ans. Pour ce faire, des observations in vivo sont réalisés dans 25 classes de deuxième maternelle afin d’évaluer la qualité des interactions enseignant/enfants à l’aide du CLASS® Pre-K (Classroom Assessment Scoring System®, Pianta et al., 2008). Trois domaines sont pris en considération : le soutien émotionnel, l’organisation de la classe et le soutien aux apprentissages qui inclut le modelage langagier. Une analyse des stratégies de soutien langagier utilisées par l’enseignant complète le portrait réalisé dans chacune des classes. Ces données sont analysées en relation avec l’expérience professionnelle des enseignants, le nombre d’enfants dans la classe, l’indice socio-économique des écoles et le type d’activités proposées. Les résultats obtenus amènent une réflexion sur les modalités qui peuvent permettre de mieux soutenir le développement langagier des enfants dans leur contexte éducatif, plus particulièrement auprès des enfants plus vulnérables. [less ▲]

Detailed reference viewed: 35 (5 ULg)
Full Text
See detailLa lecture partagée pour améliorer l’entrée dans l’écrit chez des enfants issus de population défavorisée
Maillart, Christelle ULg; Binamé, Florence ULg; Vossius, Line ULg et al

Conference (2017, May 19)

Les enfants issus de populations défavorisées sont à risque de présenter des difficultés d’apprentissage en lecture. Sans intervention appropriée, le décalage entre les performances de ces enfants et leur ... [more ▼]

Les enfants issus de populations défavorisées sont à risque de présenter des difficultés d’apprentissage en lecture. Sans intervention appropriée, le décalage entre les performances de ces enfants et leur pairs persiste voire se creuse avec le temps (Lonigan et al., 2015). Cette communication présente les résultats d’une étude en intervention ciblant la littératie émergente chez de jeunes enfants scolarisés en fin de maternelle. Elle fait partie d’un projet plus large comparant les effets de différentes interventions ciblées 1) sur les précurseurs du calcul, 2) sur des activités psychomotrices ou 3) sur la littératie émergente chez trois groupes d’enfants prése. Pour cette dernière intervention, un groupe de 10 enfants d’âge préscolaire âgés de 51 mois à 70 mois, tous issus d’une école accueillant des enfants issus de milieux socio-économiques faibles, ont participé à une intervention en lecture partagée pendant dix semaines, trente minutes par jour, cinq fois par semaine. La lecture partagée est considérée comme une « bonne pratique » pour le développement de la littératie émergente (National Early Literacy Panel, 2008). Elle cible à la fois des aptitudes concernant le code (conscience phonologique ou connaissance de l’alphabet) et le sens (vocabulaire, syntaxe, grammaire narrative) (Piasta, 2016). Les performances des enfants dans les différentes mesures langagières ou de lecture, évaluées avant et après l’intervention, ont été comparées aux performances obtenues par des enfants ayant participé aux deux autres interventions. Les effets à court terme (pré, post intervention) mais aussi à long terme sur le développement du langage écrit seront présentés, permettant de distinguer des effets d’entrainement spécifique ou plus de stimulation plus globale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 58 (2 ULg)
Full Text
See detailQue sait-on de l'apprentissage chez les enfants dysphasiques ?
Maillart, Christelle ULg

Conference (2017, March 21)

Dans cet exposé, nous nous intéresserons aux enfants présentant un trouble primaire du langage appelé aussi dysphasie. Nous présenterons leurs principales caractéristiques langagières et non langagières ... [more ▼]

Dans cet exposé, nous nous intéresserons aux enfants présentant un trouble primaire du langage appelé aussi dysphasie. Nous présenterons leurs principales caractéristiques langagières et non langagières et envisagerons les hypothèses théoriques proposées pour rendre compte de leurs troubles. Après avoir rappelé les principaux mécanismes d’apprentissage utilisés pour développer le langage oral, nous passerons en revue des travaux récents qui ont ciblé l’apprentissage des régularités, les modalités de présentation des éléments à apprendre ou encore la façon dont les enfants dysphasiques consolident leurs apprentissages. Enfin, les conséquences cliniques et scolaires de ces découvertes seront développées. [less ▲]

Detailed reference viewed: 67 (1 ULg)
Full Text
See detailDécliner un référentiel en niveaux de développement et apprentissages critiques : quels impacts pour un programme en logopédie ?
Maillart, Christelle ULg; Martinez Perez, Trecy ULg

in Organiser la formation à partir des compétences. Un parie gagnant pour l'apprentissage dans le supérieur (2017)

Detailed reference viewed: 26 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailAnalogical reasoning in children with specific language impairment: Evidence from a scene analogy task
Krzemien, Magali ULg; Jemel, Boutheina; Maillart, Christelle ULg

in Clinical Linguistics & Phonetics (2017)

Analogical reasoning is a human ability that maps systems of relations. It develops along with relational knowledge, working memory and executive functions such as inhibition. It also maintains a mutual ... [more ▼]

Analogical reasoning is a human ability that maps systems of relations. It develops along with relational knowledge, working memory and executive functions such as inhibition. It also maintains a mutual influence on language development. Some authors have taken a greater interest in the analogical reasoning ability of children with language disorders, specifically those with specific language impairment (SLI). These children apparently have weaker analogical reasoning abilities than their aged-matched peers without language disorders. Following cognitive theories of language acquisition, this deficit could be one of the causes of language disorders in SLI, especially those concerning productivity. To confirm this deficit and its link to language disorders, we use a scene analogy task to evaluate the analogical performance of SLI children and compare them to controls of the same age and linguistic abilities. Results show that children with SLI perform worse than age-matched peers, but similar to language-matched peers. They are more influenced by increased task difficulty. The association between language disorders and analogical reasoning in SLI can be confirmed. The hypothesis of limited processing capacity in SLI is also being considered. [less ▲]

Detailed reference viewed: 40 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMemory consolidation in children with Specific Language Impairment: Delayed gains and susceptibility to interference in implicit sequence learning
Desmottes, Lise ULg; Maillart, Christelle ULg; Meulemans, Thierry ULg

in Journal of Clinical and Experimental Neuropsychology (2017)

Introduction: In this study, the time course of the procedural learning of a visuomotor sequence skill was followed over a 24-hour and a 1-week time period in children with and without specific language ... [more ▼]

Introduction: In this study, the time course of the procedural learning of a visuomotor sequence skill was followed over a 24-hour and a 1-week time period in children with and without specific language impairment (SLI). Two aspects of memory consolidation in implicit sequence learning were examined: the evolution of post-training gains in sequence knowledge (Experiment 1) and the susceptibility to interference (Experiment 2). Method and Results: In the first experiment, 18 children with SLI and 17 control children matched for sex, age, and nonverbal intelligence completed a serial reaction-time (SRT) task and were tested 24 hours and 1 week after practicing. The two groups of children attained an equal level of sequence knowledge in the training session, but the children with SLI lacked the consolidation gains displayed by the control children in the two post-training sessions. Working with a new group of children, 17 with SLI and 17 control peers, Experiment 2 examined resistance to interference by introducing a second sequence 15 minutes after the first training session. Similar results were obtained for the performance of both groups in the training session. However, although the performance of the control group improved in the post-training sessions, the performance of the SLI group deteriorated significantly during the consolidation phase due to the interfering sequence. Conclusion: These findings suggest that the consolidation phase of sequence learning is impaired in children with SLI. [less ▲]

Detailed reference viewed: 60 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSoutenir le développement langagier en maternelle : Développement d’un outil d’observation et de soutien pour les enseignant.e.s en Belgique francophone
Bergeron-Morin, Lisandre ULg; Leroy, Sandrine ULg; Maillart, Christelle ULg

Conference (2016, November 14)

Les effets positifs des contextes éducatifs préscolaires sur le développement langagier des en-fants et par conséquent sur leur réussite éducative subséquente sont maintenant reconnus, particulièrement ... [more ▼]

Les effets positifs des contextes éducatifs préscolaires sur le développement langagier des en-fants et par conséquent sur leur réussite éducative subséquente sont maintenant reconnus, particulièrement auprès des enfants provenant de milieux vulnérables sur le plan socio-économique (Dickinson, 2011). En effet, les enfants ont l’occasion d’y expérimenter de façon quotidienne des interactions riches et diversifiées avec les enseignant.es, susceptibles d’étayer leur langage (Pence et al., 2008). Or, la qualité du soutien au développement langagier offert, qui dépend entre autres de la capacité de l’enseignante à observer et à ainsi s’adapter au niveau de développement langagier de chaque enfant, est très hétérogène d’une groupe à l’autre (Bou-chard et al., 2010; Girolametto et al., 2002). En Belgique francophone, où l’orthophonie dite préventive est encore peu développée, les ensei-gnantes de maternelle font état d’un manque d’outils et de connaissances pour observer le déve-loppement langagier des enfants. L’outil SOLEM (Soutenir et Observer le Langage des Enfants en Maternelle) a été développé pour répondre à ce besoin. MÉTHODE Quatre groupes nominaux ont été réalisés auprès de 39 enseignants, agents psycho-médico-sociaux et directions d’écoles afin d’identifier leurs besoins. Un prototype de l’outil d’observation a été développé et mis à l’essai dans 10 classes pilotes, afin d’en valider la forme et le contenu. 4 enfants par groupe ont été évalué de façon parallèle avec l’Évaluation du Langage Oral (ELO), afin de faire état de la validité concurrente de l’outil SOLEM. RÉSULTATS SOLEM a été développé à partir de constats issus des groupes nominaux : accorder de l’importance aux aspects moins formels du langage, avoir une démarche en arborescence adap-tée à chaque enfant, qui mène à des pistes d’actions adaptées. Les premières mises à l’essai semblent confirmer que SOLEM répond au besoin exprimé par les enseignants.es : identifier les enfants qui ont besoin d’un soutien spécifique sur le plan du développement langagier et obser-ver leur communication pour y ajuster le soutien offert. Les résultats permettent d’aborder une réflexion sur comment l’observation du développement langagier des enfants par l’enseignant.e peut introduire la mise en place de pratiques de soutien aux habiletés langagières dans les groupes de maternelle. [less ▲]

Detailed reference viewed: 222 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa qualité des interactions enseignant/enfants pour soutenir le développement langagier à l’école maternelle
Leroy, Sandrine ULg; Bergeron-Morin, Lisandre ULg; Bouchard, Caroline et al

Conference (2016, November 08)

Si le milieu familial demeure une source importante de stimulation, l’environnement scolaire, et plus particulièrement l’éducation préscolaire (enseignement maternel en Belgique), constitue un contexte ... [more ▼]

Si le milieu familial demeure une source importante de stimulation, l’environnement scolaire, et plus particulièrement l’éducation préscolaire (enseignement maternel en Belgique), constitue un contexte privilégié pour soutenir le développement du langage et de la communication des enfants. D’une part, il est reconnu que les habiletés langagières dès la petite enfance sont un important prédicteur de la réussite éducative des enfants (Duncan et al., 2007). D’autre part, les interactions avec leur entourage y jouent un rôle primordial. À l’école maternelle, les enfants peuvent bénéficier quotidiennement d’interactions verbales riches et diversifiées, non seulement avec leur enseignant, mais également avec leurs pairs (Blain-Brière et al., 2014). Il a d’ailleurs été démontré que la qualité des interactions en contexte préscolaire joue un effet protecteur sur le développement langagier des enfants plus vulnérables, issus de milieux précarisés (Burchinal et al., 2010; Simard et al., 2013). En conséquence, les enseignants de maternelle occupent une place privilégiée pour favoriser et entretenir des interactions de qualité, propices au développement langagier. Cependant, selon des études internationales, la qualité des pratiques éducatives, surtout en matière de soutien langagier, n’est pas toujours optimale (Bouchard et al., 2010; Piasta et al., 2012), ce qui entraîne des effets plus modestes sur le développement langagier des enfants, surtout chez les plus vulnérables (Dickinson et al., 2011). Aucune étude n’a, à ce jour, été réalisée en Belgique francophone sur les pratiques utilisées dans les classes de maternelle pour soutenir le développement langagier des enfants. L’objectif du travail présenté est donc de documenter la qualité des interactions et l’utilisation de stratégies de soutien langagier par les enseignants dans les classes de deuxième maternelle en Belgique francophone, auprès enfants âgés d’environ 4 ans. Des observations in vivo sont réalisés dans douze classes de deuxième maternelle afin d’évaluer la qualité des interactions enseignant/enfants à l’aide du CLASS® Pre-K (Classroom Assessment Scoring System®, Pianta et al., 2008). Une analyse des stratégies de soutien langagier utilisées par l’enseignant complète le portrait réalisé dans chacune des classes. Ces données sont analysées en relation avec, entre autres, l’expérience professionnelle des enseignants, le nombre d’enfants dans la classe, l’indice socio-économique des écoles, le type d’activités proposées. Les résultats obtenus permettent d’engager une réflexion sur les modalités qui peuvent permettre de mieux soutenir le développement langagier des enfants dans leur contexte éducatif, plus particulièrement auprès des enfants plus vulnérables. [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailSpeech style manipulations in dysarthria in French-speaking children: Acoustic findings.
Ancelle, Josephine; Moya Gale, G.; Hetrick, B et al

Poster (2016, November)

Detailed reference viewed: 42 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailVisual artificial grammar learning in children with SLI : Is variability the key ?
Desmottes, Lise ULg; Maillart, Christelle ULg; Demelenne, Pauline et al

Poster (2016, June 18)

Detailed reference viewed: 43 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSpeech characteristic of French-speaking children with Dysarthria: Pilot study
MacLeod, andrea; Maillart, Christelle ULg; Ancelle, J. et al

Poster (2016, June)

Detailed reference viewed: 77 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailAnalogical reasoning in children with Specific Language Impairment: Evidence from a scene analogy task
Krzemien, Magali ULg; Jemel, Boutheina; Maillart, Christelle ULg

Poster (2016, June)

Analogical reasoning development maintains a mutual influence with language acquisition: the use of relational labels helps to resolve analogical reasoning tasks (Christie & Gentner, 2014) while ... [more ▼]

Analogical reasoning development maintains a mutual influence with language acquisition: the use of relational labels helps to resolve analogical reasoning tasks (Christie & Gentner, 2014) while analogical reasoning enables the acquisition of new linguistic concepts or structures (Gentner & Namy, 2006). This link has driven some authors to examine the analogical reasoning ability of children with Specific Language Impairment. Those children have poorer analogical reasoning performance than their age-matched peers without language disorders (Leroy et al., 2012 ; Leroy et al., 2014). So, children with SLI seem to have an analogical reasoning weakness which could be linked to their language disorders. Thus, our goal here is to measure the ability of children with SLI to solve analogies, and to compare it to chronological age-matched but also to linguistic age-matched peers without language disorders. Our hypotheses here are the followings: children with SLI have weaker analogical reasoning competence compared to chronological age-matched peers and similar or weaker analogical reasoning competence compared to language-matched peers. To test these hypotheses, we use a scene analogy task composed of pictures of 20 relations (Richland et al., 2006) varying in relational complexity (binary or ternary relations) and in perceptual distraction. Twenty children with SLI are matched to chronological age and linguistic age peers without language disorders. Children with SLI have poorer performance then their age-matched peers but they have similar performance to their language-matched peers. This data reinforces the idea of a link between analogical reasoning and language, also in children with SLI. However, the nature of this link should still be clarified. [less ▲]

Detailed reference viewed: 93 (7 ULg)