References of "Lebailly, Philippe"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailSystèmes de production, économie rurale et accès au marché en milieu Mbole, Territoire d'Opala, République Démocratique du Congo
Bolakonga Ilye, Antoine; Disonama, Michel; Michel, Baudouin ULg et al

in Badibanga, Thaddée; Ulimwengo, John (Eds.) Développement de l'agriculture en RDC : contraintes et opportunités (2013)

Identifier et analyser les facteurs de blocage au développement d'une part et ceux à l'origine de la pauvreté des paysans du district de la Tshopo en RD Congo d'autre part, est nécessaire pour la mise en ... [more ▼]

Identifier et analyser les facteurs de blocage au développement d'une part et ceux à l'origine de la pauvreté des paysans du district de la Tshopo en RD Congo d'autre part, est nécessaire pour la mise en place d'une stratégie efficace de relance économique. L'agriculture étant la première pourvoyeuse des revenus dans le territoire d'Opala, des enquêtes socioéconomiques auprès des ménages agricoles ont été menées pour comprendre la dynamique géographique des systèmes de production. Les résultats montrent que l'enclavement et l'éloignement influencent les choix des spéculations et les quantités produites. Ces choix se réfèrent à l'aptitude des produits à mieux se conserver, à la sécurité des débouchés commerciaux et aux rapports prix de vente sur poids et volume. Toutefois, quel que soit le secteur géographique, les revenus générés ne permettent pas de faire face aux besoins sociaux de base ; ce qui expose les paysans à plusieurs types de vulnérabilité dont la gravité dépend du niveau d'enclavement. [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (12 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL'impact des activités non-agricoles sur la pauvreté et l'inégalité rurales, cas des groupements Bugorhe et Irhambi-Katana (Territoire de Kabare, Province du Sud-Kivu)
Furaha Mirindi, Germaine ULg; Mastaki, Leki; Lebailly, Philippe ULg

in Société Française d'Economie Rurale (Ed.) 7èmes Journées de Recherches en Sciences Sociales : actes du colloque (2013)

Dans un contexte d’abandon ou négligence du secteur agricole par le pouvoir public, cette étude cherche à analyser la contribution de l’activité non agricole sur la réduction de la pauvreté et des ... [more ▼]

Dans un contexte d’abandon ou négligence du secteur agricole par le pouvoir public, cette étude cherche à analyser la contribution de l’activité non agricole sur la réduction de la pauvreté et des inégalités dans le territoire de kabare dans la province du Sud-kivu. La présente étude se focalise sur deux groupements du territoire de kabare de la province du Sud-Kivu à savoir Bugorhe et Irhambi-katana dont le centre de kavumu a été retenu dans l’échantillonnage pour le premier et le centre Katana dans le second. Deux grandes catégories des ont intéressées la présente étude : les ménages qui exercent l’activité agricole uniquement et les ménages combinant l’activité agricole et le commerce (notés ici ménages agricommerçants). A partir des données de l’enquête menée en mars et avril 2012, nous examinons l’effet du revenu non-agricole sur la pauvreté et l’inégalité en zone rurale de la province du Sud-kivu. Nous partons d’une approche qui considère le revenu non-agricole comme un « transfert exogène » qui s’ajoute au revenu total du ménage et analysons la contribution des différents types de revenus à l’inégalité en utilisant la décomposition de l’indice de Gini. Nous analysons la pauvreté en référence à l’approche de la Banque Africaine de Développement (2010) de l’analyse de la pauvreté en RDC. L’approche absolue de mesure de la pauvreté (pauvreté monétaire) qui est mesurée par les indices de Foster-Greer Thorbecke (F.G.T, 1984). L’étude a porté sur un échantillon de 135 ménages obtenu à partir de la technique de sondage systématique appliquée sur les ménages agri-commerçants, et d’un échantillonnage par quotas appliqué sur les ménages à unique activité agricole. Selon ces enquêtes, les ménages agricommerçants échappent aux chocs négatifs grâce à l’activité commerciale qui assure les besoins de base et finance l’activité agricole. Malgré le déclin relatif et structurel du secteur agricole du Sud-Kivu, 98,3% des ménages n’abandonnent pas cette activité pour des raisons d’autoconsommation (100% des ménages), de sécurité et d’estime sociale (73%), de stabilité économique (82%). Les ménages à unique activité agricole sont plus exposés au phénomène de pauvreté : 80,9% d’eux vivent avec un revenu inférieur au seuil minimum de 171,2$/pers/an. La profondeur de la pauvreté est plus accentuée chez les ménages agriculteurs (37,6%) que chez les ménages agri-commerçants (1,9%). En plus, la pauvreté est plus sévère chez les ménages agriculteurs (21,9%) que chez les ménages agri-commerçants (0,3%). Le secteur agricole contribue moins à l’inégalité par rapport à l’activité de commerce. En effet, pour un indice de Gini de 0,5242, le revenu issu du commerce contribue fortement à l’inégalité de revenus des ménages à l’ordre de 58,7% contre une contribution à l’inégalité de l’ordre de 24,4% du revenu agricole pour un indice de Gini de 0,2356. Dans le contexte du milieu d’étude, l’activité commerciale permet aux ménages de survivre mais n’est pas un moyen efficace pour un développement rural durable dans ce milieu à fort potentialité agricole. [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEssai de typologie des exploitations agricoles axées sur le financement de la production agricole au Bénin
Sossou, Comlan ULg; Lebailly, Philippe ULg; Hinnou Cossi Léonard

in Société Française d'Economie Rurale (Ed.) 7èmes Journées de Recherches en Sciences Sociales : actes du colloque (2013)

La mondialisation et la libéralisation économique qui s’imposent dans les pays du Sud, touchent aujourd’hui largement le secteur agricole et pose la problématique du financement de l’agriculture avec une ... [more ▼]

La mondialisation et la libéralisation économique qui s’imposent dans les pays du Sud, touchent aujourd’hui largement le secteur agricole et pose la problématique du financement de l’agriculture avec une acuité nouvelle. Les agricultures familiales ont besoin de s’intensifier, de se moderniser, de financer l’innovation technique, organisationnelle, etc. Le plus souvent, leur seule capacité d’autofinancement ne suffit pas à financer cette modernisation. Leurs besoins en services financiers portent sur diverses formes de crédit mais varie suivant les catégories d’exploitants agricoles. Le présent article s’est intéressé à analyser la dynamique du financement de la production agricole en lien avec le type d’exploitation agricole. Cet essai de typologie est fait à l’aide d’une méthode statistique basée sur l’analyse multi-variée et spécifiquement une analyse en composantes principales (ACP). Cette analyse a été appliquée à un échantillon de 475 exploitants agricoles. Les résultats montrent que les exploitants agricoles sont diversifiés et sont répartis en quatre types (pauvres et vulnérables, pauvres, riches et plus prospères) qui se distinguent par leur niveau de revenu, leur capacité d’investissement et leur accessibilité aux microcrédits. Les perceptions de l’accès aux crédits et de leur utilisation varient selon les différentes catégories d’exploitants agricoles. Dans tous les cas, il se dégage que les exploitants le plus prospère développement et adoptent des stratégies qui facilitent leur accès aux crédits et ainsi à l’investissement agricole. [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailComportements et pratiques alimentaires à Kinshasa. Une approche basée sur le rapprochement des conditions de vie et des modes de consommation alimentaires des ménages
Muteba Kalala, Damien ULg; Ntoto, Roger; Lebailly, Philippe ULg

in Société Française d'Economie Rurale (Ed.) 7èmes Journées de Recherches en Sciences Sociales : actes du colloque (2013)

La présente étude part d’un constat selon lequel; des ménages se retrouvent dans une situation d’insécurité alimentaire lorsque leurs modes de vie et moyens d’existence ne sont pas adaptés et qu’ils n’ont ... [more ▼]

La présente étude part d’un constat selon lequel; des ménages se retrouvent dans une situation d’insécurité alimentaire lorsque leurs modes de vie et moyens d’existence ne sont pas adaptés et qu’ils n’ont pas la capacité de trouver un équilibre entre un ensemble de besoins. La demande alimentaire des ménages ne peut donc être analysée indépendamment de l’ensemble des moyens d’existence et conditions de vie des ménages: relations sociales, ressources disponibles, localisation géographique. Trois quartiers de la ville de Kinshasa ont été choisis en fonction de leur niveau présumé de richesse afin d’analyser les modes de consommation alimentaire des ménages. Il s’agit du quartier Résidentiel de la commune de Limete (quartier aisé), les quartiers 1 et 7 dans la commune de Ndjili (quartier moyen) et le quartier Mabulu dans la commune de Makala (quartier pauvre). Le suivi rapproché de 30 ménages a permis de mettre en évidence les liens entre les modes de vie et les modes de consommation alimentaire. S’agissant des modes de vie, il a été identifié que pour accéder à l'alimentation, les ménages ont développé deux stratégies: la diversification des sources des revenus et la diversification des pourvoyeurs de revenus. Le nombre de sources de revenu par ménage est respectivement de 4 dans les ménages moins aisés et de 2 dans les ménages moyens et dans les ménages aisés. Ce nombre tend à augmenter avec la détérioration des conditions de vie. Le revenu hebdomadaire des membres des ménages a été estimé à respectivement 602 USD quartier aisé, 181 USD dans le quartier moyen et 41 USD dans le quartier pauvre. S’agissant des modes de consommation alimentaire, l’étude a montré que :la part des dépenses des céréales tend à diminuer dans les ménages moins aisés. Les racines et tubercules présentent une tendance opposée à celle des céréales. Ce sont les ménages les moins aisés qui consacrent la part relative la plus importante des dépenses pour l’achat des racines et tubercules soit 27% des dépenses alimentaires. Les légumineuses semblent également avoir une grande importance relative chez les ménages les moins aisés. Les ménages achètent davantage de viandes que de poissons. Les fruits sont des produits dont la consommation est saisonnière. La consommation des oeufs sous-forme d’omelette préparée hors ménage est très prisée par les ménages les moins aisés. Dans les ménages aisés, le lait est plus consommé que le sucre, la tendance est inversée pour les moins aisés. La quantité d’aliments consommés/personne/jour a été estimée respectivement à 1 120 grammes dans les ménages aisés, 801 grammes dans les ménages moyens et 493 grammes dans les ménages moins aisés. Les apports énergétiques/personne/jour sont respectivement estimés à 2452 calories dans les ménages aisés, 1838 calories dans les ménages moyens et 1130 calories dans les ménages pauvres. Les apports protéiques/personnes/jour sont respectivement dans l’ordre de 100grammes dans les ménages aisés, 80grammes dans les ménages moyens et 50grammes dans les ménages pauvres. La consommation de protéine ne semble pas être largement déficitaire tant dans les ménages aisés que dans les ménages pauvres. [less ▲]

Detailed reference viewed: 25 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe sésame dans le département d'Aguié au Niger : analyse d'une culture aux atouts non-négligeables dans une zone agricole à forte potentialité
Andres, Ludovic ULg; Lebailly, Philippe ULg

in Tropicultura (2013), 31(4), 238-246

The Sahelian agro-ecological conditions and the socio-economic environment are the main factors that influence the dynamics of farming systems in the Aguié area in central Niger. In this region ... [more ▼]

The Sahelian agro-ecological conditions and the socio-economic environment are the main factors that influence the dynamics of farming systems in the Aguié area in central Niger. In this region, increasing population pressure and competition for resources between crops and animals accentuate the pressure on land. Low surfaces per inhabitant generate a reorganization of agrarian systems. Farmers favor food crops than can be consumed and sold. Crop diversification is for them a strategy to minimize risk and secure the land. This article examines the interest of sesame cultivation in the Aguié region. It was carried out from a literature review, data of the technical services of the Aguié department, surveys and observations from producers and relevant organizations. It appears that the cultivation of sesame is an opportunity to secure food and financial needs of local households. Because of the proximity of the region with Nigeria, this crop is an economic asset for the households; as demonstrated by the analysis of its operating accounts. [less ▲]

Detailed reference viewed: 30 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailApprovisionnement alimentaire de la ville de Bukavu : flux en provenance de l'intérieur du Sud-Kivu, du Rwanda et du Nord-Kivu
Vwima Ngezirabona, Stany ULg; Lebailly, Philippe ULg

Poster (2013)

Ce travail caractérise les flux principaux d’approvisionnements alimentaires de la ville de Bukavu en provenance de l’intérieur de la province du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et du Rwanda issus du pointage des ... [more ▼]

Ce travail caractérise les flux principaux d’approvisionnements alimentaires de la ville de Bukavu en provenance de l’intérieur de la province du Sud-Kivu, du Nord-Kivu et du Rwanda issus du pointage des flux des produits alimentaires. [less ▲]

Detailed reference viewed: 19 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSocial economic resilience of poor households in Rwanda : VUP 2020 and Girinka Program
Militery Ngamata, Olivier ULg; Mbonyinkebe, Deo; Lebailly, Philippe ULg

in Tielkes, Eric (Ed.) Tropentag 2013 "Agricultural development within the rural-urban continuum" : book of abstracts (2013)

Rwanda is a landlocked country, situated in central and east Africa. It is one of the poorest countries in world, 166th in 186 classified (IDH, 2012). The poor households poverty are shown decreasing from ... [more ▼]

Rwanda is a landlocked country, situated in central and east Africa. It is one of the poorest countries in world, 166th in 186 classified (IDH, 2012). The poor households poverty are shown decreasing from 58.9% in 2000/01 (EICV1) to 44.9% in 2010/11 (EICV3) . At the same period, extreme poverty shows similar patterns; on national level it fell from 40% in 2000/01 to 24.1% in 2010/11. This paper analyses the contribution of the social protection programs to poverty reduction of household beneficiaries: (1) The Vision 2020 Umurenge Programme (VUP) – an Integrated Local Development Program which has trees components: (i) Direct support (DS) for the poorest people who are not able to work. (ii) Public Works (PW) – this component promote the rural employment on productive community assets development projects and (iii) Financial Services (FS) – which increase the access to financial services for the poor for providing loan at low interest rate. (2) The Girinka programme as known “one cow per one poor family”. The programme aims at enabling poor household to own and manage an improved dairy cow which would help the family to better their livelihood through increased milk and meat production and to improve soil fertility of their land for their crops using the available manure. After presenting briefly the achievements, we will compare the socio-economic conditions of genocide windows before and after launching these programs in Munyiginya Sector in Rwamagana Districts. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEconomic resilience of Genocide widows of AVEGA in Eastern Province of Rwanda
Militery Ngamata, Olivier ULg; Mbonyinkebe, Deo; Lebailly, Philippe ULg

Conference (2013)

AVEGA is a non-profit making organization of Rwanda genocide widows which was established in 1995. It renders and performs its activities all over Rwanda. It is comprised of 20,312 widows and 71,478 of ... [more ▼]

AVEGA is a non-profit making organization of Rwanda genocide widows which was established in 1995. It renders and performs its activities all over Rwanda. It is comprised of 20,312 widows and 71,478 of their dependants, mainly orphans (AVEGA, Annual report, 2012).The association helps widows and their dependents escape the poverty, anguish and misery that filled their lives following the genocide of 1994. It works with others partners to improve the social economic conditions of members. This paper analyses focus on the Eastern Province Branch and examines the social economic resilience of different projects realized, among them livestock projects, handcraft projects, business projects, crop husbandry such as the pepper project, and the livelihood program, in one hand; in other hand, the association had put in place some projects which help to produce revenue for the finance himself. The establishment of these economic activities for widows (individually or cooperatives) has improved the welfare and living standards of the beneficiaries and has taught them to initiate and maintain sustainable projects rather than to be too reliant on others. This has helped to rebuild the confidence of beneficiaries, and though many still endure extreme poverty, it has helped them to make a step towards greater independence. [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailCost, return analysis and constraints in livestock production and marketing in Hai Duong, Vietnam
Le Thi Minh, Chau ULg; Lebailly, Philippe ULg; Nguyen, Tuan Son

in Kovacevic, Dusan (Ed.) IV International Symposium "Agrosym 2013" : Proceedings (2013)

The study, using the survey data from 145 livestock production households, showed that livestock contributed significant parts to the households’ income. Given a production unit, the high investment in ... [more ▼]

The study, using the survey data from 145 livestock production households, showed that livestock contributed significant parts to the households’ income. Given a production unit, the high investment in inputs and the considerable experience in production and marketing created higher income for the livestock-based group than that for the non livestock-based group. However, the farmers perceived some constraints relating to both production and marketing. The result from the Garrett’s ranking technique presented the ranking position of constraints, respectively included the livestock disease, the limited credit access, the high and rapid increase in feed price, the high volatility of output price, and the insufficiency of market information and weak bargaining power. [less ▲]

Detailed reference viewed: 24 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailChallenges in identifying the beneficiaries of the poverty reduction strategy in Northern Mountains of Vietnam: the case of Xuan Phong and Tu Ly communes, Hoa Binh Province
Mai, Lan Phuong ULg; Lebailly, Philippe ULg

in International Journal of Research In Social Sciences (2013), 3(3), 38-51

In many developing countries, poverty alleviation programs have been implemented since the 1980’s and 1990’s, and will be continued into the next decades. The emerging question is why “poverty issues” ... [more ▼]

In many developing countries, poverty alleviation programs have been implemented since the 1980’s and 1990’s, and will be continued into the next decades. The emerging question is why “poverty issues” still exist for such a long time and do challenge not only the Vietnamese government but also many countries all over the world. One may ask if poverty reduction strategies, applied in Vietnam and other countries, are suited to the real poverty situation, and if they are sustainable. This paper is based on a research to investigate the nature of government’s interventions as a “poverty reduction strategy”, at Tu Ly and Xuan Phong communes in Hoa Binh province. Vietnam’s official poverty identification method and participatory poverty assessment of people are applied. This study does claim that the currently “inappropriate definition of poverty” is one of keys problems at the roots of the lack of obvious success of the ongoing strategy. [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (3 ULg)
Full Text
See detailLimites des stratégies de réduction de la pauvreté : le cas de la province de Hoa Binh
Mai, Lan Phuong ULg; Lebailly, Philippe ULg

Conference (2013)

Our argument is that there are inconsistencies between policy and local practices in the poverty reduction programs. It seems that the life of the people is more vulnerable and more dependent on the ... [more ▼]

Our argument is that there are inconsistencies between policy and local practices in the poverty reduction programs. It seems that the life of the people is more vulnerable and more dependent on the instability of the market. The case study of Hoa Binh province indicates that the selection of beneficiaries for the poverty reduction programs based on the national poverty line cannot be suitable. The implementation of the poverty reduction programs was not based on the specific characteristics of each region. Smallholders are, in many cases, forced to abandon all or part of their forest areas. [less ▲]

Detailed reference viewed: 26 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailÉtude analytique de l'agriculture familiale au Burundi : impact des conflits fonciers sur le développement socio-économique des exploitants agricoles de la province de Kirundo
Minani, Bonaventure ULg; Rurema, Déo-Guide; Lebailly, Philippe ULg

in Reyntjens, F.; Vandeginste, S.; Verpoorten, M. (Eds.) L'Afrique des Grands Lacs : Annuaire 2012-2013 (2013)

In Burundi, family farming occupies more than 90% of the active population and plays a vital role in food production and participates in the formation of more than 50% of GDP. Before the civil war of 1993 ... [more ▼]

In Burundi, family farming occupies more than 90% of the active population and plays a vital role in food production and participates in the formation of more than 50% of GDP. Before the civil war of 1993, Kirundo was deemed “breadbasket of the country” because it fed many parts of Burundi in particular food legumes and cereals, so that family farming was market-oriented. Today, this is the first province in Burundi that shows a high rate of malnutrition, poverty increased and a sharp decline in agricultural production up more than 56.6% from 1996 to 2009. The objective of this study is to understand the impact of land conflict on the socio-economic development of farmers in Kirundo Province. To conduct this study, an initial survey was carried out in 2010 among 355 randomly selected farmers in all communes of Kirundo. To understand the scope of land conflicts and its consequences on the socio-economic households, a second survey was conducted among 30 people who came to the High Court of Kirundo. The study was completed by collecting data on the courts of the residential suburbs of Bugabira, Busoni, Gitobe, Kirundo, Ntega and Vumbi communes, and also on the High Court of Kirundo province. Analysis of the results shows that land conflicts in the region have the following consequences: huge losses of agricultural production, substantial legal costs and the imprisonment and killing of people because of land conflicts. [less ▲]

Detailed reference viewed: 53 (23 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPression foncière face à la croissance démographique au Burundi: enjeux et perspectives pour un développement durable en province de Kirundo
Minani, Bonaventure ULg; Ruremal, Déo-Guide; Lebailly, Philippe ULg

in Bulletin Scientifique de l'Institut National pour l'Environnement et la Conservation de la Nature (INECN) (2013), 2

Notre étude a été menée en province de Kirundo au nord du Burundi où 355 exploitants agricoles ont été enquêtés dans les communes de Bugabira, Busoni, Bwambarangwe, Gitobe, Kirundo, Ntega et Vumbi ... [more ▼]

Notre étude a été menée en province de Kirundo au nord du Burundi où 355 exploitants agricoles ont été enquêtés dans les communes de Bugabira, Busoni, Bwambarangwe, Gitobe, Kirundo, Ntega et Vumbi respectivement 50, 75, 30, 40, 55, 55 et 50 exploitants agricoles. Le nombre de ménages agricoles enquêtés était fonction de la pondération du nombre d’exploitants dans chaque commune. Cette enquête était complétée par une étude documentaire. Les résultats issus de l’analyse des données montrent que la taille moyenne des ménages est de 5,01. Parmi les exploitants agricoles enquêtés 54 % ont une superficie de 0,234 ha, 25 % ayant une superficie de 0,678 ha tandis que 21 % seulement possèdent une superficie de plus d’un hectare. L’amenuisement des terres a provoqué une intensification des terres allant jusqu’à 200 % sans technique de renouvèlement de la fertilité. Cette surexploitation des sols provoquant ainsi une infertilité et une forte érosion de ces derniers a engendré une diminution de la production agricole. La raréfaction croissante des terres a provoqué de nombreux conflits relatifs à la propriété, aux successions et aux limites des parcelles; elle a également entraîné un exode rural des jeunes vers les villes à cause du désœuvrement observé chez les exploitants agricoles ayant des ressources naturelles limitées, mais aussi des mariages précoces chez leurs enfants. Certains exploitants ont laissé de cultiver leurs champs à cause de leur improductivité. Un facteur particulièrement visible de la dégradation de l'environnement au niveau de cette province est le déboisement continu sans technique de protection des sols provoquant ainsi un changement climatique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 34 (17 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailConstraints analysis of family agriculture in Kirundo Province Northern of Burundi
Minani, Bonaventure ULg; Rurema, Déo-Guide; Lebailly, Philippe ULg

in University of East Sarajevo, Faculty of Agriculture; University of Belgrade, Faculty of Agriculture; Mediterranean Agronomic Institute of Bari (IAMB) (Eds.) IV International Symposium "Agrosym 2013" : Proceedings (2013)

In Burundi, family agriculture occupies more than 90% of the active population. That sector accounts more than 50% of GDP. Before the civil war of 1993, Kirundo province was deemed "breadbasket of the ... [more ▼]

In Burundi, family agriculture occupies more than 90% of the active population. That sector accounts more than 50% of GDP. Before the civil war of 1993, Kirundo province was deemed "breadbasket of the country" because the family farming was market-oriented. Today, this region is the first province in Burundi who accuses a high rate of householders who live in food insecurity. In order to conduct this study, 355 randomly selected farmers were surveyed in all municipalities of the province. This preliminary study revealed that the farmers had as major constraints: the small and land conflicts. The study case had identified 73 farmers among them who had not farmland and/ or land conflicts as constraints of agricultural productivity. Two groups emerged: 42 farmers who were not able to fully exploit their land and another group of 32 farmers with a high agricultural productivity. Results from this study show that the major problems in the first group were: lack of applying soil protection techniques, illiteracy, lack of credit which leads farmers to contract moneylenders, lack of improved seed, etc. Moreover, the main strategy used by the second group to boost their income is the practice of non-agricultural activities which influences whole production system. [less ▲]

Detailed reference viewed: 31 (10 ULg)
Full Text
See detailThe impact of industrialization upon rural – urban relations in Vietnam
Nguyen Thi, Dien; Lebailly, Philippe ULg; Vu Dinh, Ton

Scientific conference (2013)

Detailed reference viewed: 18 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEssai de typologie des exploitations agricoles axée sur le financement de la production agricole au Bénin
Sossou, Comlan ULg; Lebailly, Philippe ULg; Hinnou, Cossi Léonard

Conference (2013)

La mondialisation et la libéralisation économique qui s’imposent dans les pays du Sud, touchent aujourd’hui largement le secteur agricole et pose la problématique du financement de l’agriculture avec une ... [more ▼]

La mondialisation et la libéralisation économique qui s’imposent dans les pays du Sud, touchent aujourd’hui largement le secteur agricole et pose la problématique du financement de l’agriculture avec une acuité nouvelle. Les agricultures familiales ont besoin de s’intensifier, de se moderniser, de financer l’innovation technique, organisationnelle, etc. Le plus souvent, leur seule capacité d’autofinancement ne suffit pas à financer cette modernisation. Leurs besoins en services financiers portent sur diverses formes de crédit mais varie suivant les catégories d’exploitants agricoles. Le présent article s’est intéressé à analyser la dynamique du financement de la production agricole en lien avec le type d’exploitation agricole. Cet essai de typologie est fait à l’aide d’une méthode statistique basée sur l’analyse multi-variée et spécifiquement une analyse en composantes principales (ACP). Cette analyse a été appliquée à un échantillon de 475 exploitants agricoles. Les résultats montrent que les exploitants agricoles sont diversifiés et sont répartis en quatre types (pauvres et vulnérables, pauvres, riches et plus prospères) qui se distinguent par leur niveau de revenu, leur capacité d’investissement et leur accessibilité aux microcrédits. Les perceptions de l’accès aux crédits et de leur utilisation varient selon les différentes catégories d’exploitants agricoles. Dans tous les cas, il se dégage que les exploitants le plus prospère développement et adoptent des stratégies qui facilitent leur accès aux crédits et ainsi à l’investissement agricole. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (10 ULg)
Full Text
See detailLa filière de la soie sauvage à Madagascar : approche socio-économique appliquée à la région d’Arivonimamo
Coulon, Julien; Lebailly, Philippe ULg; Haubruge, Eric ULg et al

in Verheggen, François; Bogaert, Jan; Haubruge, Eric (Eds.) Les vers à soie malgaches : Enjeux écologiques et socio-économiques (2013)

Madagascar has a long tradition of sericulture based on the use of an endemic moth (Borocera cajani). This insect’s larva, also named landibe by the locals, produces wild silk when cocooning, which can be ... [more ▼]

Madagascar has a long tradition of sericulture based on the use of an endemic moth (Borocera cajani). This insect’s larva, also named landibe by the locals, produces wild silk when cocooning, which can be collected in the tapia forest (Uapaca bojeri), their natural habitat. Technology and know-how related to the production of wild silk is specific to the island. Indeed, the silky products are made by traditional methods due to the limited financial resources of the producers. Technological constraints of the silk spinning require manual floss and weaving on traditional loom. The majority of the Malagasy silk produced is currently distributed nationally in different markets and specialized stores through the country but mainly in Antananarivo. The production volume of silky products is very low. However, these products show outstanding technological, visual and textural properties in comparison with the traditional silk industry in Asia. This socio-economic study is looking at the enhancement of landibe by showing the profitability of the sector during the different stages of production, from the collection of cocoons in the tapia forest to the manufacture of finished silky products. Since several decades, a decrease of the volume of wild silk is observes due to socio-cultural constraints, people change their eating habits and change their farming activities. Environmental constraints have modified the amounts of wild silkworm. [less ▲]

Detailed reference viewed: 32 (2 ULg)