References of "Hanzen, Christian"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailGeneralist vs specialist ? That's the question
Hanzen, Christian ULg

Conference given outside the academic context (2003)

Detailed reference viewed: 23 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPhysiology of reproduction and endocrinology in cervids. A review
Drion, Pierre ULg; Hanzen, Christian ULg; Wirth, Delphine - in memoriam et al

in Annales de Médecine Vétérinaire (2003), 147(5), 291-313

Knowledge about cervids are rapidly growing. This work aims to present the more recent scientific information on reproductive physiology and endocrinology of the cervids: anatomy of the genital tract ... [more ▼]

Knowledge about cervids are rapidly growing. This work aims to present the more recent scientific information on reproductive physiology and endocrinology of the cervids: anatomy of the genital tract, length of breeding season, parameters and endocrinology of the reproductive cycle, endocrinology of pregnancy. It also aims to highlight differences between cervids and domestic ruminants such as embryonic diapause observed in Capreolus capreolus. [less ▲]

Detailed reference viewed: 255 (26 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailProtocole GPG et succès de reproduction
Hanzen, Christian ULg; Boudry, B.; Bouchard, E.

in Point Vétérinaire (2003), 34(238, AUG-SEP), 50-54

In cows, an average success rate of 32% for artificial insemination is obtained using the ovulation synchronisation GPG protocol in cows. This percentage is similar to that obtained in the same conditions ... [more ▼]

In cows, an average success rate of 32% for artificial insemination is obtained using the ovulation synchronisation GPG protocol in cows. This percentage is similar to that obtained in the same conditions after insemination of observed heat (32.6%) and slightly better to that obtained after synchronisation of heat using one or two doses of PgF(2alpha) (26,9 and 28.8%). The protocol has a positive effect on fertility expressed as the percentage of gravid cows four months after calving. The protocol may cause early return to oestrus, either after the first injection of GnRH or after the PgF(2alpha) injection. In heifers, the protocol induces a shortening of the cycle, which suggests that further research is needed on the interval between injections. The protocol does not result in a higher percentage of multiple ovulation. Embryonic mortality is about 7%. [less ▲]

Detailed reference viewed: 923 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailOptimisation du protocole GPG
Hanzen, Christian ULg; Boudry, B.

in Point Vétérinaire (2003), 34(240), 44-46

Les facteurs susceptibles d’influencer les performances de reproduction permises par le protocole GPG sont multiples. L’apparition de l’oestrus et sa durée, la fréquence de l’ovulation, la croissance ... [more ▼]

Les facteurs susceptibles d’influencer les performances de reproduction permises par le protocole GPG sont multiples. L’apparition de l’oestrus et sa durée, la fréquence de l’ovulation, la croissance folliculaire, tout comme la progestéronémie, sont susceptibles d’être influencés par le stade du cycle auquel le protocole est mis en place. Le taux de gestation est d’autant plus élevé que la proportion d’animaux en anoestrus dans le troupeau est faible. Ceci explique sans doute en partie pourquoi la fertilité se trouve améliorée lorsque l’insémination suivant le traitement est effectuée après le 75e jour de lactation. De même, des résultats préliminaires confirment l’application potentielle du protocole au traitement des kystes ovariens. [less ▲]

Detailed reference viewed: 64 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffets du protocole GPG sur l’activité ovarienne
Hanzen, Christian ULg; Boudry, B.; Drion, Pierre ULg

in Point Vétérinaire (2003), 34(237), 26-30

The GPG protocol or OvSynch includes an injection of GnRH and followed seven days later by an injection of PgF(2alpha), which is preceded forty-eight hours earlier by a second injection of GnRH. The ... [more ▼]

The GPG protocol or OvSynch includes an injection of GnRH and followed seven days later by an injection of PgF(2alpha), which is preceded forty-eight hours earlier by a second injection of GnRH. The effects of GnRH on follicular tissue are either ovulation or luteinization depending at which stage of the cycle the cow is injected i.e. metoestrus, dioestrus or end of dioestrus. Observation of one or the other effect suggests a close association between the stage of follicular development, the function of the follicular tissue present and also the concentration of progesterone. [less ▲]

Detailed reference viewed: 83 (15 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailInduction et synchronisation de l'oestrus par la PGF2alpha
Hanzen, Christian ULg; Boudry, B.; Drion, Pierre ULg

in Point Vétérinaire (2003), 34(236), 22-23

Hormonal management of reproduction uses treatments that regulate both luteal activity and follicular growth to achieve expulsion in the shortest period of an oocyte capable of being fertilised. Therefore ... [more ▼]

Hormonal management of reproduction uses treatments that regulate both luteal activity and follicular growth to achieve expulsion in the shortest period of an oocyte capable of being fertilised. Therefore, PgF2alpha has been the object of numerous trials either as sin e or repeated injections, alone or in association with other hormones such as gonadorelin. Systematic insemination is more difficult after a single injection because return to ea is variable. A single injection is better for the physiology of follicular growth than the corpus luteum. Use of a double injection of PgF2alpha improves the degree of synchronisation but doesn't affect the ovulation rate. [less ▲]

Detailed reference viewed: 139 (9 ULg)
Full Text
See detailProstaglandines et reproduction animale: données générales
Hanzen, Christian ULg; Drion, Pierre ULg

in Le grand livre des prostaglandines (2003)

Detailed reference viewed: 109 (15 ULg)
Full Text
See detailApplication des prostaglandines en reproduction des espèces moins fréquentes ou de laboratoires: Souris, Rat, Hamster, Gerbille, Cobaye, Furet, Cervidés, Buffalos, Zebu, Bison
Drion, Pierre ULg; Hanzen, Christian ULg; Wirth, Delphine et al

in Le grand livre des Prostaglandines (2003)

En l'an 300 avant notre ère, Herophilus d'Alexandrie fut le premier qui reconnut les ovaires comme entités propres à la femelle de la même manière que les testicules sont des attributs propres au mâle ... [more ▼]

En l'an 300 avant notre ère, Herophilus d'Alexandrie fut le premier qui reconnut les ovaires comme entités propres à la femelle de la même manière que les testicules sont des attributs propres au mâle. Pourtant, ce fut Soran d'Ephèse qui en 50 après J.C. décrivit en détail les ovaires en insistant sur leur existence par paire. Vésale de Padoue en 1555 est crédité pour avoir décrit pour la première fois le corps jaune humain. En 1609, Fabricius, élève de Fallope fournit une première illustration d'un traité d'anatomie comparée des organes reproducteurs; Fabricius parlait déjà de l'ovaire et du corps jaune comme de multiples glandes conjointes. En plus de sa contribution majeure aux connaissances du développement folliculaire, Rainier de Graaf en 1672 observa que chez les lapines, le nombre d'embryons correspond au nombre de corps glandulaires ovariens. La dénomination "corps jaune" est créditée à Malpighi en 1697... Deux cents ans plus tard, Louis Auguste Prenant émet l'hypothèse que le corps jaune est une glande à sécrétion interne... Ce qui sera confirmé en 1901 par Magnus et en 1903 par Fraenkel qui démontrent (indépendamment l'un de l'autre) que l'ovariectomie ou l'exérèse du corps jaune par cautérisation, entraînent l'avortement et la résorption embryonnaire. Ensuite, Bouin et Ancel (1910) rapportent que la présence du corps jaune est associée à une prolifération des glandes endométriales. Cette découverte constitue la base du dosage biologique qui permit à Corner et Allen d'isoler la progestérone à partir du corps jaune (1929). Ensuite, quatre auteurs: Allen (1934), Slotta (1934), Butenand (1934) et Hartman (1934) élucidèrent la structure chimique de ce stéroïde. Une autre contribution de cette époque se révélera très importante par la suite: c'est l'observation de Leo Loeb (1923 & 1927) qui montra que l'hystérectomie chez le cobaye résulte en une prolongation de la phase lutéale pour une durée à peu près égale ou même supérieure à celle de la gestation normale (dont la durée est de 65 à 70 jours). Comme nous le verrons plus tard, cette observation permet dès cette époque d'attribuer à l'utérus un rôle déterminant dans la lutéolyse cyclique chez le cobaye et les animaux de la ferme par la production d'un facteur lutéolytique. La littérature concernant les espèces moins fréquemment envisagées dans la pratique courante que les ruminants, équins, porcins… n’est pas pauvre. Celle concernant plus spécifiquement l’utilisation des prostaglandines chez ces mêmes espèces est par contre relativement plus rare. Divers essais thérapeutiques ou expérimentaux ont cependant été réalisés chez ces espèces. Le plus connu sans doute est celui qui permit dès 1923 à Loeb de mettre en évidence la persistance de la phase lutéale chez des femelles cobayes hystérectomisées. A cet égard, la physiologie de la reproduction du cobaye sera un peu plus largement détaillée. Dès 1927-1928, Asscheim et Zondeck signalaient la présence d’une hormone à activité LH-like dans l’urine de femme enceinte, hCG, caractérisée plus tard comme étant le signal embryonnaire transformant le corps jaune cyclique chez celle-ci en corps jaune gestatif. En 1930 et 1931, Brouha et Cole décrivent les effets du sérum de jument gestante sur la maturation du tractus génital, des ovaires et des glandes annexes chez des rats et des lapins immatures. L’eCG sécrétée dès les jours 30 à 40 de la gestation et postulée au départ comme étant le signal embryonnaire chez la jument, laisse ce rôle par la suite à l’equine Trophoblastic Protein, véritable signal embryonnaire dans cette espèce. Leurs successeurs (Spriggs & Bletchley chez la vache en 1946 puis Wiltbank & Casida en 1956 chez la brebis, Du Mesnil du Buisson en 1961 chez la truie et Bland en 1970 chez la vache) poursuivirent la voie empruntée et précédèrent les expériences de Mc Cracken qui en 1969 confirmait la persistance naturelle du corps jaune chez une brebis présentant une absence congénitale d’une des deux cornes utérines. Mc Cracken toujours, présenta en 1972 l’origine endométriale des prostaglandines et leur action à distance dans le déclenchement de la lutéolyse cyclique chez la brebis (McCracken JA, Carlson JC, Glew ME, Goding JR, Baird DT, Green K, Samuelsson B. Prostaglandin F2 identified as a luteolytic hormone in sheep. Nat New Biol. 1972; 238(83): 129-134). Les essais se succédèrent et virent la mise sur le marché de molécules tant naturelles que synthétiques… Ce chapitre, présentera l’utilisation expérimentale et thérapeutique des prostaglandines dans les espèces énumérées ci plus haut et dans un but d’éclaircissement pour le lecteur, y mêlera le rappel de la sexualité des espèces envisagées. Il sera volontairement non exhaustif, la diversité et le nombre des espèces qu’il serait possible d’envisager rendant en effet possible l’édition d’un livre complet pour ces espèces seules. [less ▲]

Detailed reference viewed: 338 (45 ULg)
Full Text
See detailL’histoire belge de la médecine des populations …
Hanzen, Christian ULg

Scientific conference (2002, March)

Detailed reference viewed: 9 (2 ULg)
Full Text
See detailApproche épidémiologique de la reproduction bovine. Garbo : un programme de gestion de la reproduction bovine
Hanzen, Christian ULg

Conference given outside the academic context (2002)

Detailed reference viewed: 60 (4 ULg)
Full Text
See detailRefroidissement de +32°C à +5°C du sperme dilué de taureau de race Borgou au Bénin
Adamou-N'Diaye, M.; Gbangboche, A. B.; Adjovi, A. et al

in Annales des Sciences Agronomiques du Bénin (2002), 3(1), 81-93

Detailed reference viewed: 17 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailFécondité de la vache Borgou au Bénin : effet de l'âge au premier vêlage sur l'intervalle entre vêlages
Adamou-N'Diaye, M.; Gbangboche, A. B.; Ogodja, O. J. et al

in Revue d'Elévage et de Médecine Vétérinaire des Pays Tropicaux (2002), 55(2), 1-5

Des données recueillies à la ferme du monastère de Kokoubou (département du Borgou au Bénin) ont servi à étudier l’âge au premier vêlage et l’intervalle entre vêlages chez la vache Borgou. De 1967 à 1989 ... [more ▼]

Des données recueillies à la ferme du monastère de Kokoubou (département du Borgou au Bénin) ont servi à étudier l’âge au premier vêlage et l’intervalle entre vêlages chez la vache Borgou. De 1967 à 1989, 91 âges au premier vêlage et 524 intervalles entre vêlages ont été utilisés. L’âge moyen au premier vêlage a été de 1 122 ± 257 jours (37,4 ± 7,9 mois, soit 3 ans et 26 jours) et l’intervalle moyen entre vêlages a été de 450 ± 132 jours (14,8 ± 4,4 mois, soit un an et 2,8 mois). L’effet de l’âge au premier vêlage sur l’intervalle entre vêlages a été très significatif (p < 0,001) et faible (r = 0,22). [less ▲]

Detailed reference viewed: 29 (1 ULg)
Full Text
See detailFacteurs de risque et conduites à tenir lors de mortalité embryonnaire
Hanzen, Christian ULg

Conference (2001, December)

Detailed reference viewed: 24 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailIntervalle entre vêlage chez la vache Borgou au Benin
Adamou-N'Diaye, M.; Ogodija, O. J.; Gbangboche, A. B. et al

in Annales de Médecine Vétérinaire (2001), 145(2), 130-136

This retrospective study has been carry out in the Monastery bovine exploitation of Kokoubou (department of Borgou in Benin). Data were collected and analysed from individual cow records of 1967 to 1989 ... [more ▼]

This retrospective study has been carry out in the Monastery bovine exploitation of Kokoubou (department of Borgou in Benin). Data were collected and analysed from individual cow records of 1967 to 1989. It concerned 150 Borgou cows and 838 calving intervals. The following parameters have been determined: monthly frequency of calving and calving interval. Monthly frequencies of calving are not regrouped in rainy season. Calving intervals have decreased with lactation numbers, while the season presents no effect. [less ▲]

Detailed reference viewed: 232 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailUrethral sphincterotomy for delivery of a vesical calculus in the mare: a case report
Deleuze, Stefan ULg; Hanzen, Christian ULg

in Annales de Médecine Vétérinaire (2001), 145(6, Suppl. S), 373-376

A case of a cystic calculus in a mare and the pathophysiology of urolithiasis are described. In this case a 268 g calculus measuring 9 x 6 cm was removed after urethro-sphincterotomy was performed on the ... [more ▼]

A case of a cystic calculus in a mare and the pathophysiology of urolithiasis are described. In this case a 268 g calculus measuring 9 x 6 cm was removed after urethro-sphincterotomy was performed on the standing mare. [less ▲]

Detailed reference viewed: 121 (10 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailApplication du cycle gestion qualité SMART des tests pédagogiques au cours d'obstétrique et pathologie de la reproduction des ruminants, équidés et porcs
Castaigne, Jean-Loup ULg; Gilles, Jean-Luc ULg; Hanzen, Christian ULg

in Actes du 18e congrès de l'AIPU : Les stratégies de réussite dans l'enseignement supérieur (2001)

Suite aux résultats de l’évaluation de l’enseignement réalisée auprès des étudiants de 2ième doctorat durant l’année académique 1999-2000, nous avons décidé de mettre en place de nouvelles stratégies de ... [more ▼]

Suite aux résultats de l’évaluation de l’enseignement réalisée auprès des étudiants de 2ième doctorat durant l’année académique 1999-2000, nous avons décidé de mettre en place de nouvelles stratégies de formation et d’évaluation. La méthode des LQRT4-SAFE5 (Leclercq et al., 1993 et 1998) a été choisie pour dispenser 5 cours portant sur des matières dont la compréhension est capitale pour la réussite de l’examen du professeur Hanzen. Chaque test a été réalisé selon les principes définis par le Système Méthodologique d’Aide à la Réalisation de Tests (S.M.A.R.T.) dans leur cycle de gestion qualité des évaluations standardisées. Chaque test est découpé en 8 étapes clefs telles que définies par Gilles et Leclercq (1995). Des boucles de régulation courtes et longues assurent un maintien de la qualité par rapport aux objectifs d’évaluation définis par l’enseignant. [less ▲]

Detailed reference viewed: 490 (12 ULg)
Full Text
See detailL'électronique au service de la détection des chaleurs.
Hanzen, Christian ULg

in Hebdo Vétérinaire (2000), 32

Detailed reference viewed: 56 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe développement folliculaire chez la vache. 2. Mécanismes hormonaux au cours du cycle et du postpartum.
Drion, Pierre ULg; Beckers, Jean-François ULg; Derkenne, F. et al

in Annales de Médecine Vétérinaire (2000), 144

Detailed reference viewed: 360 (27 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLexique des termes de physiologie et de pathologie et performances de reproduction chez les bovins
Badinand, F.; Bedouet, J.; Cosson, J. L. et al

in Annales de Médecine Vétérinaire (2000), 144

Detailed reference viewed: 425 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMise au point relative à la croissance folliculaire chez la vache.1. Aspects morphologiques et cinétiques
Hanzen, Christian ULg; Lourtie, O.; Derkenne, F. et al

in Annales de Médecine Vétérinaire (2000), 144

La mise en place du potentiel folliculaire se fait bien avant la naissance chez les mammifères. Le nombre maximal de cellules gamétiques contenues dans l'ovaire est atteint après une première phase de ... [more ▼]

La mise en place du potentiel folliculaire se fait bien avant la naissance chez les mammifères. Le nombre maximal de cellules gamétiques contenues dans l'ovaire est atteint après une première phase de multiplication aux environs du centième jour de gestation chez la vache et décroît progressivement ensuite jusqu'à la naissance. A cette première phase succède une phase de croissance et une phase de maturation, cette dernière concernant surtout l'ovocyte. Cette évolution ne concerne qu'un nombre réduit de follicules, la plupart d'entre eux subissant l'atrésie. La croissance folliculaire présente deux caractéristiques. Elle se manifeste sous la forme de croissances et de régressions successives de plusieurs follicules appelées vagues. Chacune d'entre elles consiste en l'émergence, tous les 7 à 9 jours environ, de plusieurs follicules de diamètre égal ou supérieur à 5 mm parmi lesquels apparaîtra le follicule dominant. Ces vagues ont été décrites au cours du cycle, pendant la puberté, le postpartum et la gestation. Par ailleurs, il est bien connu que parmi les follicules recrutés, c'est à dire dont la croissance s'est poursuivie au-delà d'une taille à laquelle ils subissent habituellement l'atrésie, un nombre limité, caractéristique de l'espèce, va être sélectionné pour arriver éventuellement au stade ovulatoire. Ceux-ci vont à ce moment exercer une dominance tout à la fois fonctionnelle et morphologique sur les autres follicules. [less ▲]

Detailed reference viewed: 238 (11 ULg)