References of "Hanzen, Christian"
     in
Bookmark and Share    
See detailEncadrement : mythes ou réalités !
Boxus, Elise; Hanzen, Christian ULg; Horward, Jean-Luc ULg et al

Report (1994)

Résultats de l'enquête menée en 1992 auprès des membres des corps académique et scientifique de l'Université de Liège.

Detailed reference viewed: 41 (8 ULg)
Full Text
See detailEtude des facteurs de risque de l'infertilité et des pathologies puerpérales et du postpartum chez la vache laitière et chez la vache viandeuse.
Hanzen, Christian ULg

Thèse d’agrégation de l’enseignement supérieur (1994)

Notre travail poursuivait deux objectifs essentiels: mettre au point d'une part un système de collecte et d'analyse d'observations compatible avec l'activité journalière du praticien et, à partir de la ... [more ▼]

Notre travail poursuivait deux objectifs essentiels: mettre au point d'une part un système de collecte et d'analyse d'observations compatible avec l'activité journalière du praticien et, à partir de la banque de données ainsi constituée procéder d'autre part à une étude comparée chez la vache laitière et viandeuse, de l'influence des facteurs individuels et d'environnement sur les pathologies puerpérales et du post-partum ainsi que sur la fertilité et la fécondité. La première partie de notre travail (Chapitre 1: Introduction générale) a été dévolue à une analyse exhaustive au travers des données de la littérature des facteurs responsables des problèmes de reproduction. Ils peuvent se répartir en deux catégories: les facteurs individuels d'une part et les facteurs collectifs d'autres part. Au nombre des premiers il faut citer l'âge, la génétique, le niveau de production laitière, le type de vêlage, la gémellité, la mortalité périnatale, la rétention placentaire, la fièvre vitulaire, l'involution cervicale et utérine, les infectioins du tractus génital et l'activité ovarienne au cours du postpartum. A l'inverse les facteurs collectifs font davantage référence au troupeau qu'à l'individu. Ils concernent le choix d'une politique de première insémination, la détection des chaleurs, le moment de l'insémination, la nutrition, la saison, le type de stabulation, la taille des troupeaux et les caractéristiques sociologiques de l'éleveur. Cette revue de la littérature nous a permis de constater la grande diversité des effets observés à l'encontre des facteurs étudiés d'une part et le manque habituel d'harmonisation concernant les méthodes d'évaluation de ces effets. Deux chapitres de notre travail ont été consacrés à la présentation du logiciel de gestion de la reproduction GARBO. Celui-ci comprend deux aspects différents au demeurant complémentaires. Le premier plus propédeutique est basé sur le suivi mensuel de reproduction (Chapitre 2). Le second plus analytique comporte l'analyse mensuelle mais surtout annuelle des performances et pathologies de la reproduction (Chapitre 3). Au travers de différentes listes d'intervention, le programme assure le suivi sanitaire et zootechnique de chaque individu femelle depuis l'âge de 14 mois ou depuis son dernier vêlage jusqu'à la confirmation de la gestation ou de la réforme. Il contribue ce faisant à réduire les périodes de non reproduction. Parce qu'il fournit au vétérinaire une anamnèse physiologique, pathologique et thérapeutique, il lui permet d'affiner son diagnostic et de prendre en connaissance de cause une décision thérapeutique appropriée. Le programme a déjà fait l'objet de nombreuses améliorations, fruit de son expérimentation sur le terrain. Puisqu'il ne peut y avoir de gestion sans quantification, l'évaluation des performances de reproduction représente le second aspect au demeurant essentiel d'une démarche préventive de la reproduction. D'une manière générale, nous avons cherché à optimiser et à actualiser au maximum les données disponibles au sein de chaque troupeau. La mise au point d'un bilan de reproduction a été illustrée par la comparaison des performances enregistrées en 1992 dans 3 systèmes d'élevage, le premier ne comportant que des animaux viandeux allaitants de race Blanc Bleu Belge (n = 20). le second (n = 45) que des animaux laitiers de race Holstein Frisonne ou Pie Rouge et le troisième (n = 39) qualifié de mixte rassemblant des animaux viandeux traits ou allaitants de race Blanc Bleu Belge et des animaux de race laitière. Cette étude comparative est la première du genre et peut servir de référence au clinicien pour l'interprétation des performances de troupeau de sa clientèle. Cette étude comparée nous a permis d'identifier plusieurs faits. Quelle que soit la spéculation, les exploitations présentent de larges différences dans les performances moyennes de reproduction. Cette observation traduit vraisemblablement davantage les capacités différentes des éleveurs à gérer leur potentiel de reproduction que les différences liées à la race ou au type de production laitière ou viandeuse. Elle se trouve confirmée par le fait qu'au sein de chaque spéculation, certains troupeaux atteignent pour les différents paramètres étudiés, les valeurs considérées comme optimales. La fécondité des génisses exprimé par l'âge du premier vêlage est comparable quel que soit le type de spéculation allaitante (28 mois), mixte (29 mois) ou laitière (29 mois). Moyennant le respect de certains conditions sanitaires et nutritionnelles, il apparaît que la race viandeuse Blanc Bleu Belge est aussi précoce que les races laitières. La fécondité des vaches exprimée par le délai nécessaire à l'obtention d'une gestation est meilleure dans les troupeaux laitiers (111 jours) qu'allaitants (125 jours), les troupeaux mixtes présentant une situation intermédiaire (117 jours). Ce fait résulte essentiellement d'une première insémination plus tardive dans les troupeaux allaitants (84 jours) que mixtes (76 jours) ou laitiers (73 jours), suite à une période d'anoestrus plus prolongée identifiée indirectement par l'intervalle entre le vêlage et la première chaleur détectée par l'éleveur et respectivement égale en moyenne à 79, 67 et 59 jours dans les troupeaux allaitants, mixtes et laitiers. En effet, les trois spéculations présentent une fertilité comparable qu'elle soit exprimée par le pourcentage de gestation en première insémination (45 %) ou par le nombre d'inséminations nécessaires à l'obtention d'une gestation (troupeaux allaitants: 2.4, mixtes: 2.5 et laitiers: 2.3). La qualité de la détection des chaleurs caractérise les trois types de spéculation. Enfin, les troupeaux laitiers présentent une fréquence plus élevée de pathologies puerpérales (rétention placentaire et fièvre vitulaire) et du post-partum (métrites, kystes ovariens) que les élevages allaitants ou mixtes). Dans le chapitre 4, nous avons cherché à décrire la fréquence des pathologies puerpérales et du postpartum et à en identifier les facteurs de risque individuels ou d'environnement chez la vache viandeuse et laitière. Ont ainsi été étudiées la rétention placentaire, la fièvre vitulaire, l'involution utérine, les infections utérines et les kystes ovariens. Les valeurs fréquentielles observées (Tableau 59) sont les premières du genre pour les conditions d'élevage que nous connaissons. A ce titre, elles ont valeur de référence. Les pathologies puerpérales telles que la rétention placentaire et la fièvre vitulaire sont plus fréquentes chez la vache laitière que chez la vache viandeuse. La vache laitière se caractérise par ailleurs par une plus grande fréquence de retard d'involution utérine et de kystes ovariens que la vache viandeuse. L'infection du tractus génital constitue la pathologie dominante et sa manifeste avec la même fréquence dans les deux spéculations. D'une manière générale, la proportion de vaches atteintes par une ou plusieurs pathologies est plus élevée dans la spéculation laitière que viandeuse. TABLEAU 76 : FRÉQUENCE COMPARÉE DES PATHOLOGIES PUERPÉRALES ET DU POST-PARTUM CHEZ LA VACHE LAITIÈRE ET CHEZ LA VACHE VIANDEUSE. Pathologies Laitier Viandeux % n % n Rétention placentaire 4.4 7367 3.5 12235 Fièvre vitulaire 4.4 7367 0.05 12235 Retard d'involution utérine 21-50 jours 18.7 3690 13.9 6042 Infections du tractus génital Post-partum 36.5 4856 29.0 6084 21-50 jours 19.4 2791 19.4 3847 Kystes ovariens Post-partum 16.5 3363 6.9 4746 21-50 jours 9.5 3168 2.9 5155 Une fois quantifiée la fréquence des pathologies dans les deux spéculations, nous avons cherché à en identifier les facteurs de risque par la méthode des Odds Ratio et de la régression logistique. Certains se sont avérés être communs aux deux spéculations pour une pathologie donnée. Ainsi, l'âge de l'animal contribue à augmenter le risque de rétention placentaire et de retard d'involution utérine, la réduction de la longueur de la gestation celui de la rétention placentaire et la césarienne celui de l'infection utérine. De même, la gémellité augmente le risque de rétention placentaire et d'infection du tractus génital alors que la rétention placentaire et le retard d'involution utérine favorisent l'infection du tractus génital dont la présence augmente le risque de retard d'involution utérine. A l'inverse, nous avons constaté un effet plus spécifique de certains facteurs en fonction de la spéculation surtout en ce qui concerne la rétention placentaire et la fièvre vitulaire chez la vache laitière ce qui laisse en présumer une pathogénie commune. La saison du vêlage influence davantage le risque d'une pathologie chez la vache laitière que chez la vache viandeuse. Ce fait reflète peut-être l'effet indirect de la production laitière à l'origine d'un métabolisme différent. Sur le plan pratique, il est intéressant de distinguer deux types de facteurs. Les uns sont davantage inhérents à l'animal. Ils sont par conséquent moins directement modifiables . Qualifiés de "marqueurs de risque", ils concernent le numéro de lactation, la longueur de la gestation, le nombre de veaux et la saison du vêlage. D'autres peuvent davantage être considérés comme des "facteurs de risque "proprement dit dans la mesure ou ils peuvent faire l'objet d'une attitude préventive ou curative de la part du vétérinaire. Ainsi chez la vache viandeuse le recours à la césarienne sera préféré au vêlage réalisé par traction pour diminuer la fréquence du retard d'involution utérine. Un suivi thérapeutique anti-infectieux de cette intervention chirurgicale ainsi que de la rétention placentaire sera de nature à diminuer la fréquence des infections du tractus génital et à favoriser la qualité de l'involution utérine. Chez la vache laitière, la prévention de la fièvre vitulaire et une meilleure détection du vêlage contribueront à réduire l'incidence de la rétention placentaire directement ou indirectement par la diminution de la mortalité néonatale. Ce faisant, le risque d'infection utérine sera réduit et ainsi la fréquence du retard d'involution utérine s'en trouvera diminué ce qui contribuera à réduire le risque de kystes ovariens. Le chapitre 5 a été consacré à l'étude comparée chez la vache laitière et viandeuse de la fertilité et de la fécondité ainsi que de leurs facteurs de risque individuels ou d'environnement. La fertilité et la fécondité ont été analysées respectivement par le pourcentage de gestation en première insémination et par l'intervalle entre le vêlage et l'insémination fécondante. Les pathologies puerpérales et du post-partum étudiées exercent d'une manière générale peu d'effet direct sur ces deux paramètres. En effet, chez la vache laitière, le pourcentage de gestation en première insémination ne se trouve diminué que par la rétention placentaire et par la présence d'une infection du tractus génital 41 à 50 jours après le vêlage tandis que la fièvre vitulaire est la seule pathologie à avoir une influence négative sur l'intervalle entre le vêlage et l'insémination fécondante. Il faut sans doute voir dans cette constatation l'effet positif exercé indirectement par la mise en place d'un suivi mensuel de reproduction. Celui-ci offre en effet au praticien la possibilité d'un dépistage et par conséquent d'un traitement précoce des pathologies rencontrées. Par ailleurs, il est possible que ces pathologies contribuent davantage à augmenter le risque de réforme de l'animal que celui d'infertilité ou d'infécondité. Au vu de notre étude, l'amélioration du pourcentage de gestation en première insémination constitue une priorité essentielle chez la vache laitière mais plus encore chez la vache viandeuse. Elle peut être espérée chez la première en évitant le recours à la césarienne, en prévenant la rétention placentaire qui prédispose aux infections du tractus génital, en évitant d'inséminer l'animal avant le 50ème jour du post-partum et en agissant sur les facteurs susceptibles de réduire l'anoestrus du postpartum Chez la vache viandeuse de race Blanc Bleu belge, la césarienne constitue un "mal nécessaire". La réduction de la fertilité qu'elle entraîne est le prix à payer mais non un obstacle à la politique de sélection viandeuse de plus en plus intensive menée dans cette spéculation. Le recours à des conditions optimales pour sa réalisation qu'elles soient de nature chirurgicales ou hygiéniques doit permettre de réduire les complications péritonéales et par conséquent à améliorer le pourcentage de gestation en première insémination. Nos résultats nous incitent par ailleurs à postposer après le 70ème jour du post-partum le moment de la première insémination chez la vache viandeuse et à ne pas recommander l'utilisation de spirales vaginales pour l'induction de la première chaleur après le vêlage. Sans doute, il serait intéressant d'étudier l'impact de solutions alternatives telles que la politique d'un sevrage précoce sur la réapparition rapide d'une activité ovarienne après le vêlage, facteur pouvant contribuer à réduire l'utilisation de traitements inducteurs. L'influence des variables antérieures est pratiquement nulle dans les deux spéculations à l'exception toutefois de la fièvre vitulaire chez la vache laitière. Cette observation devrait inciter le praticien a tenir compte du passé métabolique de l'animal pour décider du traitement préventif des animaux à risque. [less ▲]

Detailed reference viewed: 343 (33 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailComparison of Reproductive Performance in Belgian Dairy and Beef Cattle
Hanzen, Christian ULg; Laurent, Y.; Ward, W. R.

in Theriogenology (1994), 41(5), 1099-114

A computerized program was written to collect, evaluate and compare reproductive performance data of 2004 beef (Belgian Blue breed) and 1649 dairy (Friesian Holstein and German Red) cattle in 35 Belgian ... [more ▼]

A computerized program was written to collect, evaluate and compare reproductive performance data of 2004 beef (Belgian Blue breed) and 1649 dairy (Friesian Holstein and German Red) cattle in 35 Belgian herds (6 suckler beef herds, 9 milked beef herds and 20 dairy herds). Reproduction data were collected at monthly herd health visits. No difference in age at first calving was observed. Significant differences were observed among the 3 kinds of herds, and the best results were obtained in dairy herds for the calving interval, interval from calving to the first estrus, interval from calving to the first service and average number of days open. Concerning these parameters, first calvers had lower results than multiparous cows, mainly in suckler and milked beef herds. Significant differences were noted in the number of services per pregnancy. Heifers that had never calved presented the highest fertility. Primiparous beef cows had higher fertility than pluriparous cows. In dairy herds, pluriparous cows had higher fertility than primiparous cows. Estrus detection was better in milked beef herds than in suckled beef and dairy herds. Suckled beef herds had the lowest incidence of metritis and ovarian cysts of the three types of herds. Rates of abortion, overall culling and retained fetal membranes were similar in all the herds. The percentage of animals removed for infertility was highest in milked beef herds and lowest in dairy herds. Because 90% of the 1159 calvings recorded in the beef herds required a caesarean section, the reproductive performance of beef cattle represent results after caesarean section. [less ▲]

Detailed reference viewed: 47 (11 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailApplications de l'échographie en reproduction bovine. 2. L'utérus gestant et non-gestant.
Hanzen, Christian ULg; Laurent, Yves; Jakovljevic, Samy

in Annales de Médecine Vétérinaire (1993)

Detailed reference viewed: 61 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailApplications de l'échographie en reproduction bovine. 1. L'examen des ovaires.
Hanzen, Christian ULg; Laurent, Yves; Jakovljevic, Samy

in Annales de Médecine Vétérinaire (1992), 137

Detailed reference viewed: 207 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailApplications des progestagènes au traitement de l'anoestrus fonctionnel dans l'espèce bovine.
Hanzen, Christian ULg; Laurent, Yves

in Annales de Médecine Vétérinaire (1991), 135

Detailed reference viewed: 69 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEtude épidémiologique de l'infécondité bovine. 1. Mise au point d'un programme informatisé de gestion de la reproduction.
Hanzen, Christian ULg; Laurent, Yves; Lambert, Eric et al

in Annales de Médecine Vétérinaire (1990), 134

Detailed reference viewed: 44 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEtude épidémiologique de l'infécondité bovine. 2. L'évaluation des performances de reproduction.
Hanzen, Christian ULg; Laurent, Yves; Ectors, Francis

in Annales de Médecine Vétérinaire (1990), 134

Detailed reference viewed: 70 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailMéthodologie et applications de l'échographie bidimensionnelle à la physiopathologie de la reproduction équine. 2. La gestation
Hanzen, Christian ULg; Laurent, Yves; Jakovljevic, Samy

in Annales de Médecine Vétérinaire (1989), 133

Detailed reference viewed: 53 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailApplications de l'échographie bidimensionnelle à la physiopathologie de la reproduction équine. 1. L'ovaire et l'utérus non-gestant.
Hanzen, Christian ULg; Laurent, Yves; Jakovljevic, Samy

in Annales de Médecine Vétérinaire (1989), 133

Detailed reference viewed: 69 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPropriétés physiologiques de la gonadolibérine (GnRH)
Hanzen, Christian ULg

in Annales de Médecine Vétérinaire (1988), 132

Detailed reference viewed: 54 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEffect of trenbolone acetate associated with 17á-oestradiol on reproductive performances of young growing fattening bulls
Istasse, Louis ULg; Evrard, Pierre; Hanzen, Christian ULg et al

in Journal of Animal Physiology & Animal Nutrition (1988), 59

Detailed reference viewed: 38 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailUse of Transrectal B-Mode Ultrasound Imaging in Bovine Pregnancy Diagnosis
Hanzen, Christian ULg; Delsaux, B.

in Veterinary Record : Journal of the British Veterinary Association (1987), 121(9), 200-2

A 3 MHz ultrasonic transducer was used to make pregnancy diagnoses in 320 milk and beef cows and heifers, on average 41 days after the last insemination. The ultrasound diagnostic findings were ... [more ▼]

A 3 MHz ultrasonic transducer was used to make pregnancy diagnoses in 320 milk and beef cows and heifers, on average 41 days after the last insemination. The ultrasound diagnostic findings were systematically confirmed by rectal palpation. Signs of pregnancy were detected as early as the 25th day after insemination. Discounting 16 doubtful results, the accuracy of positive diagnosis (94 per cent) was better than negative diagnosis (89.7 per cent). Ultrasound scanning could be used for the study of embryo mortality or for the determination of fetal age. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEndocrine regulation of postpartum ovarian activity in cattle: a review
Hanzen, Christian ULg

in Reproduction Nutrition Development (1986), 26(6), 1219-1239

The problem of postpartum anoestrus is a real one because it results in prolongation of the time between calvings. The interval between the calving and resumption of cyclic ovarian activity depends on ... [more ▼]

The problem of postpartum anoestrus is a real one because it results in prolongation of the time between calvings. The interval between the calving and resumption of cyclic ovarian activity depends on several factors, i.e., amount of feeding before and after parturition, level of milk yield, age of the animal, calving difficulty, presence of a bull in the herd, season and its photoperiodism and particularly the suckling or lactating status of the cow. The anoestrus period is longer in suckled cows (30 to 110 days) than in milked cattle (20 to 70 days). The physiology of the hypothalamic-pituitary-ovarian axis is still far from clear. Nevertheless, some events are very well demonstrated. The pulsatile release of LH and GnRH and the pituitary sensitivity to GnRH increase gradually after calving. They are inhibited by suckling, which acts more on LH and GnRH release than on their synthesis. Suckling or the presence of a calf can exercise its action via oestrogens. Suckling inhibits oestrogen synthesis by follicular cells and diminishes their feed-back positive effect on the hypothalamic-pituitary axis. The suckling effect depends on oestrogen concentrations and on time after calving. The progressive LH release induces the synthesis of progesterone. After calving, the first luteal phase is shorter and the progesterone plasma concentrations are lower than what is observed during a normal cycle. Amongst some hypotheses proposed, premature luteolysis induced by uterine prostaglandins offers a new and very interesting field of research related to the utero-ovarian relationship after calving. The effects of FSH, prolactin and glucocorticoids hormones are much less understood. [less ▲]

Detailed reference viewed: 94 (16 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEtude clinique comparative de l'effet de la prostaglandine F2alpha sur la rétention placentaire chez la vache
Hanzen, Christian ULg; Baudoux, Ch

in Annales de Médecine Vétérinaire (1985), 129

Detailed reference viewed: 51 (7 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailProstaglandines et physiologie de la reproduction humaine et animale.
Hanzen, Christian ULg

in Journal de Gynécologie, Obstétrique et Biologie de la Reproduction (1984), 13(4), 351-61

This review of 417 publications in the literature covers various aspects of the role of prostaglandins in human and animal reproductive physiology. The author points out that there are a variety of ... [more ▼]

This review of 417 publications in the literature covers various aspects of the role of prostaglandins in human and animal reproductive physiology. The author points out that there are a variety of prostaglandins all belonging to a family of substances that derive from arachadonic acid. They are present in many human and animal tissues, are extremely labile and are involved in reproduction in the ovary in follicular development and release of the follicle, in the tube in migration of the gametes, and in the uterus in implantation and delivery. The author says that the role of prostaglandins is not an exclusive one but they are linked with the hypothalamo-pituitary hormones, as well as with progesterone and oestrogens. It may be possible that PGE helps to initiate follicular development by stimulating the appearance of LH and FSH receptors. PGE is also luteotrophic. Indomethacin which is a prostaglandin inhibitor however does not modify the ability of LH to stimulate luteinization and maturation of the oocyte. The author postulates on the origin and the identification of the luteolytic factor and gives schematic illustration of the arterio-venous blood supply between the uterus and the ovary which is so important for the good function of the prostaglandins. It is possible that PGF type prostaglandins which are vasoconstrictor may reduce the flow of blood around the ovary, perhaps even specifically to luteal tissue. He postulates that PGF2 alpha in its relationship to its receptors is necessary but insufficient to explain the full luteolytic effect. Turning to the semen he shows that the nature and concentration of prostaglandins in semen varies from one species to another. He thinks that there is a triple role for prostaglandins with semen, which is: a participation in the events of ejaculation, an effect on the female genital tract, and an effect on the mobility of spermatozoa. He speaks of the role of prostaglandins on the Fallopian tubes and believes that they do have an effect on determining the movement of the tubes but cannot explain exactly what. [less ▲]

Detailed reference viewed: 265 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes prostaglandines : biosynthèse et pharmacologie
Hanzen, Christian ULg

in Annales de Médecine Vétérinaire (1983), 127

Detailed reference viewed: 65 (5 ULg)