References of "Francis, Frédéric"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailSelection and cultivation of hydrolytic microorganisms extracted from the digestive tract of the termite Reticulitermes santonensis (3DV.1.55)
Tarayre, Cédric ULg; Bauwens, Julien ULg; Matteotti, Christel ULg et al

Poster (2012, June 21)

Biofuel production can be based on the use of fermentable substrates issued from the hydrolysis of lignocellulosic biomass stemming from agricultural residues and by-products. However, such substrates are ... [more ▼]

Biofuel production can be based on the use of fermentable substrates issued from the hydrolysis of lignocellulosic biomass stemming from agricultural residues and by-products. However, such substrates are not easy to degrade. Enzymes (cellulases, xylanases, etc.) can be used for this purpose and pre-treatments can increase their action by providing more available extremities. The digestive tract of the termite Reticulitermes santonensis contains various microorganisms (bacteria, molds, protists) able to degrade the wood components. These microorganisms act as consortia, leading to a better hydrolysis than in the cow rumen. Our purpose is the isolation of microorganisms from termite guts in order to evaluate their potential for hydrolysis of lignocellulosic materials. This approach led us to isolate and to study a bacteria (Bacillus sp.) displaying a xylanase activity, a mold (Aspergillus sp.) displaying a cellulase activity and a chrysophyte (protist) displaying an amylase activity. [less ▲]

Detailed reference viewed: 51 (16 ULg)
Peer Reviewed
See detailSe nourrir demain : L'entomophagie, une solution ?
Sablon, Ludovic ULg; Alabi, Taofic; Drugmand, Didier et al

Conference (2012, June 01)

La consommation d'insectes, l'entomophagie, est pratiquée dans de nombreux pays du Monde : plus de 1400 espèces d'insectes sont consommées quotidiennement par environ 3500 groupes ethniques. Si toutefois ... [more ▼]

La consommation d'insectes, l'entomophagie, est pratiquée dans de nombreux pays du Monde : plus de 1400 espèces d'insectes sont consommées quotidiennement par environ 3500 groupes ethniques. Si toutefois l'entomophagie reste peu connue et rare dans nos pays industrialisés, en raison de la très bonne valeur nutritionnelle des insectes, force est de reconnaître son intérêt et son utilité pour les populations sous-alimentées ou n'ayant pas d'accès réguliers à des sources de protéines animales (mammifères, poissons et/ou oiseaux). L'analyse de la composition chimique de diverses espèces d'insectes révèle la présence de teneurs élevées en protéines, lipides, vitamines et minéraux nécessaires aux besoins alimentaires et énergétiques quotidiens de l'être humain. De plus, avec des taux de conversion de la biomasse végétale supérieure à nos élevages traditionnels de bovins, porcins, ovins et volailles, les insectes apparaissent comme une alternative durable pour la production de protéines animales. Toutefois, nos études révèlent, qu’en dépit de leur valeur nutritionnelle et un système de production moins polluant, les Occidentaux manifestent une phobie alimentaire culturelle envers les insectes. Une éducation alimentaire et des suppléments d'informations sur les insectes comestibles apparaissent donc nécessaires pour faire de l'entomophagie une solution alimentaire concrète dans un contexte de production et de consommation durables mais aussi rentables pour les futures décennies. [less ▲]

Detailed reference viewed: 619 (83 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailSalivary Glucose Oxidase from Caterpillars Mediates the Induction of Rapid and Delayed-Induced Defenses in the Tomato Plant
Tian, Donglan; Peiffer, Michelle; Shoemaker, Erica et al

in PLoS ONE (2012), 7(4), 36168

Detailed reference viewed: 24 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEvaluation de la diversité des pucerons et de leurs ennemis naturels en cultures maraîchères dans l’est de la Chine
Chevalier Mendes Lopes, Thomas ULg; Bosquée, Emilie ULg; Polo Lozano, Damien ULg et al

in Entomologie Faunistique = Faunistic Entomology (2012), 64(3), 63-71

The aim of this study was to evaluate the diversity and abundance of aphids and aphidophagous beneficials in courgettes and potato fields in the Shandong province, East of China. The assessment of aphid ... [more ▼]

The aim of this study was to evaluate the diversity and abundance of aphids and aphidophagous beneficials in courgettes and potato fields in the Shandong province, East of China. The assessment of aphid and related beneficial populations was conducted between May 9th and June 13th, 2011, using yellow traps and in situ observations on plants. A total of 53,206 insects were trapped and 35,144 observed on the plants. Aphids widely predominated in the traps and exerted a strong pressure on both crops early in the season. Two main species were identified on the plants, namely Aphis gossypii on the courgettes and Myzus persicae on the potatoes. Ladybirds were the most abundant aphidophagous predators, especially Coccinella septempunctata on the courgettes and Propylea japonica on the potato fields, the first one being earlier than the second. Only few hoverflies and lacewings were captured. Microhymenoptera appeared later in the season. The Aphidius gifuensis species represented the majority of trapped Braconidae, while the family Aphelinidae contained the largest number of individuals in the aphidiphagous. [less ▲]

Detailed reference viewed: 127 (31 ULg)
See detailL'entomophagie basée sur la production locale d'insectes comestibles : sommes-nous prêts ?
Sablon, Ludovic ULg; Alabi, Taofic Abdel Fabrice ULg; Drugmand, Didier et al

Poster (2012, March 07)

Les perspectives d’évolution de la population mondiale annoncent un accroissement continu menant à un niveau supérieur à 9 milliards d’individus d’ici 2050. Cette augmentation correspondra inévitablement ... [more ▼]

Les perspectives d’évolution de la population mondiale annoncent un accroissement continu menant à un niveau supérieur à 9 milliards d’individus d’ici 2050. Cette augmentation correspondra inévitablement à des besoins alimentaires accrus au niveau mondial. Même si des spécificités en terme de produits consommés et de disponibilités – facilités de productions varient d’une région à une autre, la limitation des superficies à consacrer aux productions agricoles, notamment dans le cadre des ressources animales est une constante. Il ne sera pas possible d’assurer des productions animales conventionnelles pour fournir les ressources nécessaires aux populations humaines à venir. Bien que les produits animaux comme sources de nutriments doivent être développés, il s’agit maintenant de se tourner vers des filières alternatives pour maximiser les ressources végétales utilisées en élevage, tout en minimisant l’espace nécessaire et les effets sur l’environnement, notamment en terme de résidus et polluants potentiels. L'entomophagie, ou le fait de consommer des insectes comme source alimentaire d’origine animale, est connue et pratiquée dans de nombreuses régions du monde depuis des siècles. A chaque situation locale, une solution entomologique comme ressource alimentaire peut être appliquée : par la collecte dans la nature ou par le développement d’élevage d’espèces indigènes. Si l’entomophagie est peu appliquée en Europe, c’est sans doute d’une part lié à une absence dans nos mœurs alimentaires et d’autre part lié à la diversité et l’abondance d’autres ressources animales plus conventionnelles dans notre référentiel occidental. Au vu de l’état prévisionnel de la difficulté à produire les ressources alimentaires animales dans un futur proche, peut-être est-il temps de ne plus considérer les insectes comme uniquement nuisibles et négatifs mais plutôt comme de nouvelles espèces à développer par exemple dans des productions industrielles. Si la taille de ces animaux d’élevage reste réduite, leurs capacités de reproduction, leurs courtes durées de développement et les taux de conversion de la biomasse végétale utilisée comme aliments nous permettent d’envisager des unités de production de tonnes de biomasses animales. En plus de cet aspect quantitatif, plusieurs paramètres qualitatifs font de nombreux insectes des ressources utiles notamment en terme de protéines (et plus particulièrement en terme de composition en acides aminés plus rares) et de lipides (avec une majorité d’acides gras insaturés, des ratios omégas 3 et 6 intéressants, l’absence de cholestérol,…). Chez nous l'entomophagie est encore méconnue même si l'on peut constater un intérêt croissant notamment ces derniers mois. Entre curiosité gustative, éveil environnementaliste lié au faibles quantités de résidus liées à la production d’insectes vis-à-vis d’autres élevages, ou efficacité de transformation de ressources végétales limitées, de plus en plus de personnes souhaitent franchir le pas de ne plus regarder mais bien goûter de l’insecte. Dans le cadre de plusieurs études menées à Gembloux Agro-Bio Tech – Université de Liège ainsi qu’à l’Insectarium Jean Leclercq – Hexapoda à Waremme, certains aspects socio-culturels liés à une diversité de préparations à base d’insectes ont été investigués. Des tendances nettes sur les critères menant à l’acceptation ou le refus catégorique de manger de l’insectes ont ainsi été déterminés. Aussi, des formulations particulières peuvent également être ciblées pour favoriser l’appréciation de la dégustation d’insectes. Face au défi alimentaire du futur et à l'intérêt croissant pour l'entomophagie dans diverses régions dont l’Europe, l’élevage industriel d’insectes constitue une piste sérieuse pour fournir une part non négligeable de produits animaux afin d’assurer des ressources notamment de divers nutriments pour les populations humaines. Diverses recherches sont actuellement en cours tant sur les aspects techniques de production que sur les approches socio-culturelles. Nul doute que d’ici quelques années, entiers ou fractionnés les insectes feront partie de nos régimes et habitudes alimentaires. [less ▲]

Detailed reference viewed: 638 (81 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailRisques d'introduction des alphavirus responsables des encéphalites virales équines américaines en Belgique
De la Grandière de Noronha Cotta, Maria Ana ULg; Dal Pozzo, Fabiana ULg; Francis, Frédéric ULg et al

Poster (2012, March)

Les virus transmis par des arthropodes hématophages (arbovirus) représentent une menace pour la santé animale et humaine en fonction de l’augmentation de l’émergence des arboviroses en dehors des ... [more ▼]

Les virus transmis par des arthropodes hématophages (arbovirus) représentent une menace pour la santé animale et humaine en fonction de l’augmentation de l’émergence des arboviroses en dehors des territoires endémiques. Les arbovirus étudiés ici appartiennent au genre Alphavirus et à la famille des Togaviridae, et sont composés d’un génome à ARN simple brin de polarité positive et enveloppés. Ces virus sont des pathogènes exotiques des équidés et causent des maladies graves chez l’homme lors d’épidémies. Les arbovirus présentent une épidémiologie complexe car ils se retrouvent au centre de l’interaction avec 5 composants : le virus, le vecteur, le réservoir, les espèces animales sensibles et l’environnement. Les voies d’introduction possible en Belgique de ces virus ont été investiguées ici en fonction des caractéristiques étiologiques et épidémiologiques de chaque virus. L’encéphalite équine de l’Est (EEEV) a un cycle complexe principal incluant les oiseaux et des moustiques comme Culiseta melanura. Les souches nord-américaines et sud-américaines peuvent être différenciées antigéniquement et génétiquement et ont des différences importantes dans leur cycle de transmission et au niveau de leur virulence. Le cycle naturel de l’EEEV se réalise chaque année dans des zones marécageuses et la migration d’oiseaux virémiques serait une hypothèse à sa réintroduction printanière annuelle. Certaines années, le virus peut être amplifié pendant ce cycle oiseaux-moustiques et le virus devient disponible à d’autres espèces de vecteurs qui font le pont entre les oiseaux et les humains ou d’autres mammifères comme les chevaux. Grâce à cette observation, l’EEEV a pu être isolé de vecteur comme Ochlerotatus sollicitans, Coquillettidia perturbans ou encore Culex pipiens et Aedes vexans qui sont deux espèces bien présentes en Europe. Le risque d’importation de l’EEEV semble peu élevé, elle pourrait se faire par l’intermédiaire du transport volontaire ou involontaire, légal ou illégal d’espèces réservoirs d’oiseaux comme des passériformes (ex : moineau domestique ou des oiseaux d’eau (ex : Egretta thula), des rongeurs comme le rat des cotonniers, des vertébrés ectothermiques comme les amphibiens (ex : Rana catesbeiana) ou des reptiles (ex : Agkistrodon piscivorus), ou encore par le transport accidentel de vecteurs compétents. L’encéphalite équine de l’Ouest (WEEV) est retrouvée dans l’Ouest de l’Amérique du Nord et en Amérique du Sud. Ce virus est un virus recombinant entre le Sindbis virus et l’EEEV. Le virus est inclus dans un cycle qui implique des passereaux et Culex tarsalis. Un deuxième cycle moins connu est rapporté et implique un lapin ou lièvre sauvage (Lepus europaeus) avec un moustique du genre Aedes. Comme pour l’EEEV, les humains et les chevaux ne développent pas une virémie suffisante pour infecter les moustiques et continuer le cycle. Le WEEV pourrait être introduit en Europe par différentes voies : les vecteurs arthropodes adultes infectés ou leurs œufs pour Aedes dorsalis, l’introduction d’oiseaux comme des passériformes ou des mammifères comme le lièvre sauvage virémiques. L’acquisition de la compétence d’un vecteur indigène local comme Culex pipiens ou Aedes dorsalis doit aussi être envisagée. Le groupe des virus de l’encéphalite équine vénézuélienne (VEEV) est sous-divisé en souches enzootiques et souches épizootiques qui utilisent le cheval comme hôte amplificateur. Les souches épizootiques sont opportunistes pour leur choix de vecteurs avec comme conséquence un large panel de vecteurs potentiels. L’introduction et l’établissement de ce virus en Belgique est possible via des moustiques infectés, des rongeurs comme le rat des cotonniers ou des oiseaux d’eau infectés, des chevaux et des hommes infectés qui sont des hôtes amplificateurs pour les souches épizootiques. En conclusion, il convient de faire la distinction entre l’introduction et l’établissement d’une infection de ces virus en Belgique. L’introduction peut se faire par l’intermédiaire de vecteurs insectes ou d’hôtes oiseaux ou mammifères comme les rongeurs ou encore le cheval et l’homme dans le cas du VEEV épizootique. Le maintien de l’infection nécessite la présence de vecteurs indigènes avec une compétence vectorielle ou de vecteurs compétents invasifs pour ces virus ainsi que la présence d’hôtes mammifères ou oiseaux phylogénétiquement apparentés à des espèces réservoirs dans les régions américaines où ces virus sont endémiques. [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailTesting semiochemicals from aphid, plant and conspecific: attraction of Harmonia axyridis
Leroy, Pascal ULg; Schillings, Thomas ULg; Farmakidis, Julien ULg et al

in Insect Science (2012), 19

Harmonia axyridis Pallas (Coleoptera: Coccinellidae) is an invasive specie affecting the dynamics and composition of several guilds. Nowadays, no biological control method is available to reduce the ... [more ▼]

Harmonia axyridis Pallas (Coleoptera: Coccinellidae) is an invasive specie affecting the dynamics and composition of several guilds. Nowadays, no biological control method is available to reduce the populations of this harmful coccinellid. Attractants and semiochemicals seem to be the best alternative but only few studies have tested the impact of semiochemicals on this Asian lady beetle. In this work, through wind-tunnel experiments, semiochemicals from aphids [Z,E-nepetalactone, (E)-β-farnesene, α-pinene and β-pinene], from coccinellids [(-)-β-caryophyllene] and from the nettle Urtica dioica L. were envisaged as potential attractants. The nettle volatile compounds [(Z)-3-hexenol and (E)-2-hexenal] were extracted using a Clevenger Apparatus® and identified by headspace-GC-MS. The main components of the aphid alarm pheromone as well as a component of the aphid sexual pheromone strongly attracted both sexes of the Asian lady beetle while (-)-β-caryophyllene only attracted few individuals and had no impact on the males. The nettle extract as well as the (Z)-3-hexenol oriented both males and females to the odour source. The (E)-2-hexenal was showed to have no effect on females even if this green leaf volatile attracted males. This study highlighted that some semiochemicals from aphids and from nettle extracts orientated the harlequin ladybird H. axyridis. These volatile compounds could certainly help for an efficient biological control approach against this invasive specie. [less ▲]

Detailed reference viewed: 122 (49 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailInteraction network of antimicrobial peptides of Arabidopsis thaliana, based on hith-throughput yeast two-hybrid screening
Damon, Coralie ULg; Dmitrieva, Joelia Borisnova; Muhovski, Yordan et al

in Plant Physiology & Biochemistry (2012)

Detailed reference viewed: 26 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPurification and characterisation of a 31 kDa chitinase from the Myzus persicae aphid, a target for Hemiptera biocontrol
Francis, Frédéric ULg; Saguez, Julien; Cherqui, Anas et al

in Applied Biochemistry and Biotechnology (2012), 166

Detailed reference viewed: 82 (21 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe Conservatoire entomologique de Gembloux: lieu de conservation et de valorisation du patrimoine wallon
Francis, Frédéric ULg; Haubruge, Eric ULg

in Entomologie Faunistique = Faunistic Entomology (2012), 65

Detailed reference viewed: 24 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailE-b-farnesene synergizes the influence of an insecticide to improve control of cabbage aphids in China
Cui, L.L; Dong, J.; Francis, Frédéric ULg et al

in Crop Protection (2012)

Extensive use of pesticides to control insect pests can have negative effects on the environment, natural enemies and food safety. The aphid alarm pheromone, E-b-farnesene (Ebf), appears to hold strong ... [more ▼]

Extensive use of pesticides to control insect pests can have negative effects on the environment, natural enemies and food safety. The aphid alarm pheromone, E-b-farnesene (Ebf), appears to hold strong potential for controlling a wide variety of aphid pests. To understand the control potential of Ebf, we used field experiments in a factorial design to test its influence and that of the insecticide imidacloprid on populations of aphids Lipaphis erysimi (Kaltenbach) and Myzus persicae (Sulzer) on Chinese cabbage, Brassica rapa pekinensis (Brassicales: Brassicaceae). Our results showed imidacloprid treatment alone can significantly decrease aphid populations, and that combining insecticide with Ebf further reduced numbers of apterous aphids at distances of 5 m from pheromone emitters in two years of our experiments. Our results demonstrate that imidacloprid can be effective in reducing the abundance of aphids in Chinese cabbage fields, but the degree of control can be even stronger in the presence of Ebf. [less ▲]

Detailed reference viewed: 44 (4 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailThe functional significance of E-b-Farnesene: Does it influence the populations of aphid natural enemies in the fields?
Cui, L-L; Francis, Frédéric ULg; Heuskin, Stéphanie ULg et al

in Biological Control (2012)

Aphids cause much damage to Chinese cabbage in northern China. Over reliance on pesticides have large environmental and human health costs that compel researchers to seek alternative management tactics ... [more ▼]

Aphids cause much damage to Chinese cabbage in northern China. Over reliance on pesticides have large environmental and human health costs that compel researchers to seek alternative management tactics for aphid control. The component of aphid alarm pheromone, E-b-Farnesene (EbF), extracted from Matricaria chamomilla L., which attracts natural enemies in the laboratory, may have significant implications for the design of cabbage aphid control strategies. The purpose of this paper is to understand the effects of EbF on natural enemies to cabbage aphid control in Chinese cabbage fields. Ladybeetles on Chinese cabbage leaves in EbF released plots and Aphidiidae in EbF released yellow traps were significantly higher than those of in controls. No significant differences were detected in the interactions of different treatments and the two years for all natural enemies. More important, lower aphid densities were found in EbF released plots. Our results suggested that the EbF extracted from M. chamomilla L. could attract natural enemies to reduce cabbage aphids in the Chinese cabbage fields. [less ▲]

Detailed reference viewed: 30 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailAphid alarm pheromone: An overview of current knowledge on biosynthesis and functions
Vandermoten, Sophie ULg; Mescher, Mark C.; Francis, Frédéric ULg et al

in Insect Biochemistry and Molecular Biology (2012), 42

Detailed reference viewed: 39 (9 ULg)
Full Text
See detailChanges in termites feeding diets for gut micro-organisms selection and further cultivation
Bauwens, Julien ULg; Brasseur, Catherine ULg; Matteotti, Christel ULg et al

Poster (2011, October 02)

Termites gut may overcome important dietary perturbations, initial diversity acting as key point buffering effects on host, although termites possess their own enzymatic system. Some artificial diets ... [more ▼]

Termites gut may overcome important dietary perturbations, initial diversity acting as key point buffering effects on host, although termites possess their own enzymatic system. Some artificial diets permitted a simplification of the lower termites gut symbiotic system, which could be used as first step in symbionts isolation and cultivation. Preliminary assay of cultivation actually gave encouraging results. Proteomic proved to be suitable tool to investigate such a complex system. Nevertheless, for some symbionts very few genes are sequenced, which should lead to more targeted proteomic studies. Protein chromatography will allow to split up the proteome and more accurate analysis. [less ▲]

Detailed reference viewed: 51 (22 ULg)