References of "Fagnart, Laure"
     in
Bookmark and Share    
See detailChronique des relations entre Léonard de Vinci et la France
Fagnart, Laure ULg

Conference given outside the academic context (2011)

Detailed reference viewed: 10 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDu mur à la toile ou comment imiter le chromatisme de la "Cène" de Léonard de Vinci
Fagnart, Laure ULg

in Boudon-Machuel, Marion; Brock, Maurice; Charron, Pascale (Eds.) Aux limites de la couleur. Monochromie & polychromie dans les arts (1300-1600) (2011)

Cet article propose de répondre à la question suivante : comment les élèves de Léonard de Vinci, qui sont les auteurs de la plupart des versions fidèles et anciennes du Cenacolo, ont-ils imité les ... [more ▼]

Cet article propose de répondre à la question suivante : comment les élèves de Léonard de Vinci, qui sont les auteurs de la plupart des versions fidèles et anciennes du Cenacolo, ont-ils imité les couleurs du chef-d’œuvre de Santa Maria delle Grazie de Milan ? La question se révèle d’autant plus pertinente quand on sait que des gravures et des dessins monochromes ont servi d’intermédiaires pour réaliser des copies polychromes. Toujours est-il que, même si ces feuilles ont pu transmettre certaines indications permettant d’imiter le chromatisme du Cenacolo (en fait surtout une hiérarchie entre les tons clairs et les tons foncés), ces œuvres demeurent en noir et blanc. Elles constituent donc des intermédiaires trop sommaires pour minutieusement copier les couleurs de l’original. Or, les leonardeschi ont du recourir à des outils adéquats. Auraient-ils utilisé la série de dessins qui montrent les bustes des apôtres de Milan et qui sont conservés au Cabinet des estampes et des dessins des Musées de Strasbourg (inv. 295) ? C’est probable : ces feuilles proposent une solution au problème posé par le recours à un intermédiaire en noir et blanc puisqu’elles ont été exécutées à la pierre noire et à la sanguine, avec des rehauts de pastel coloré, c’est-à-dire selon un procédé qui permet justement d’enregistrer des couleurs. [less ▲]

Detailed reference viewed: 44 (6 ULg)
See detailRoland Fréart de Chambray, Traitté de la peinture de Léonard de Vinci …, Paris, J. Langlois, 1651
Fagnart, Laure ULg

in Lemerle, Frédérique; Pauwels, Yves (Eds.) Architectura. Les livres d’architecture. Manuscrits et imprimés publiés en France, écrits ou traduits en français (XVIe et XVIIe siècles), base de données (2011)

Detailed reference viewed: 23 (7 ULg)
See detailLe trésor des rois de France de François Ier à Henri IV
Fagnart, Laure ULg

in Jullian, Martine (Ed.) Catalogue de l'exposition D'ombre et de lumière. Trésors sacrés, trésors profanes (Musée de Saint-Antoine-l'Abbaye, 10 juillet-9 octobre 2011) (2011)

À la Renaissance, le trésor ne disparaît pas au profit de la collection, telle qu’elle se (re)déploie à partir de la seconde moitié du XIVe siècle. En témoigne le trésor que les rois de France ont détenu ... [more ▼]

À la Renaissance, le trésor ne disparaît pas au profit de la collection, telle qu’elle se (re)déploie à partir de la seconde moitié du XIVe siècle. En témoigne le trésor que les rois de France ont détenu au XVIe siècle. Sous le règne de François Ier, les pièces précieuses et coûteuses sont conservées dans le château de Blois, puis dans la chambre du trésor des bagues de Fontainebleau. Sous Charles IX, quand sévissent les guerres de religion, le trésor est mis à l’abri dans la forteresse de la Bastille. Il n’en n’est pas pour autant progressivement démembré : donnés ou envoyés à la fonte, de nombreux objets quittent alors le domaine royal. Quand Henri IV monte sur le trône de France, le trésor des rois Valois a pratiquement disparu. Pour le reconstituer, le premier Bourbon puise dans le trésor des rois de Navarre, qui devient ainsi le trésor des rois de France. Comme auparavant, tout en donnant à voir le faste de la cour et sa puissance, le trésor constitue donc une réserve de matières précieuses que l’on peut, au besoin, monnayer, offrir, fondre ou mettre en gage. Progressivement toutefois, il convient de démontrer aussi son savoir culturel. Dès lors, d’autres objets forcent l’admiration. Il s’agit de petites antiquités, de naturalia, d’objets exotiques, mais aussi de tableaux et de sculptures, c’est-à-dire des pièces dont la valeur est désormais plutôt déterminée par l’esthétique ou par l’origine lointaine et mystérieuse que par la préciosité du matériau utilisé pour sa confection. [less ▲]

Detailed reference viewed: 73 (3 ULg)
Full Text
See detailFlaminia Bardati, 'Il bel palatio in forma di castello' : Gaillon tra 'Flamboyant' e Rinascimento, Rome, 2009
Fagnart, Laure ULg

in European Architectural History Network Newsletter (2011), n°2/11

Detailed reference viewed: 32 (3 ULg)
Full Text
See detailRoelandt Savery, Paysage de montagne avec un torrent (1608, Hanovre, Niedersächsiches Landesmuseum)
Fagnart, Laure ULg

in Jakob, Michael (Ed.) 101 Paysages. Exposition d'un genre (2011)

Detailed reference viewed: 59 (9 ULg)
See detailLe mécénat féminin en France et en Bourgogne (XVe-XVIe siècles). Nouvelles perspectives. Actes de la journée d'études internationale tenue à l'Université de Liège, le 10 mai 2010
Fagnart, Laure ULg; L'Estrange, Elizabeth

Book published by De Boeck (2011)

Le rôle joué par les femmes de pouvoir au Moyen Âge et au tout début de la Renaissance dans la commande d’œuvres artistiques et culturelles constitue un champ de recherche de plus en plus prolifique. La ... [more ▼]

Le rôle joué par les femmes de pouvoir au Moyen Âge et au tout début de la Renaissance dans la commande d’œuvres artistiques et culturelles constitue un champ de recherche de plus en plus prolifique. La présente collection d’articles, suscitée par une journée d’études intitulée "Le mécénat féminin en France et en Bourgogne (XVe-XVIe siècles). Nouvelles perspectives", qui a eu lieu à l’Université de Liège en 2010, illustre l’importance des femmes mécènes, en France et en Bourgogne, dans les domaines de l’architecture, de l’orfèvrerie, des manuscrits enluminés, de la peinture et de la sculpture, ainsi que dans la traduction et dans l’organisation des cérémonials. Dans leurs fonctions respectives, celles de reine, reine mère, duchesse, régente, dame d’honneur, les femmes font usage des œuvres d’art et des rites pour promouvoir leurs intérêts personnels et dynastiques, confrontées qu’elles sont aux difficultés liées à leur sexe et à leur statut de femme de pouvoir, ou à des difficultés telles que les rivalités, la guerre, ou la folie. Même s’il est clair que les cours française et bourguignonne constituent l’espace le plus favorable à l’efflorescence du mécénat féminin, cette collection démontre toutefois l’existence d’un même phénomène, important, en dehors des sphères royales. [less ▲]

Detailed reference viewed: 25 (3 ULg)
See detailLa leçon d'anatomie
Fagnart, Laure ULg

Article for general public (2010)

Detailed reference viewed: 28 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEntre Flandres, France et Italie. Le séjour de Joos van Cleve à la cour de François Ier
Fagnart, Laure ULg

in Maës, Gaëtane; Blanc, Jan (Eds.) Les échanges artistiques entre les anciens Pays-Bas et la France. 1482-1814 (2010)

Cette étude revient sur les sources qui font état du voyage de Joos van Cleve à la cour de France, un séjour sur lequel la critique s’est déjà penchée mais qui reste, à bien des égards, énigmatique. Y ... [more ▼]

Cette étude revient sur les sources qui font état du voyage de Joos van Cleve à la cour de France, un séjour sur lequel la critique s’est déjà penchée mais qui reste, à bien des égards, énigmatique. Y sont également analysées quelques-unes des peintures que l’artiste a réalisées à cette occasion, spécialement les portraits de François Ier, d’Henry VIII d’Angleterre et d’Éléonore d’Autriche. Cette lecture croisée apporte de nouveaux arguments en faveur du séjour de l’artiste à la cour de François Ier. Elle en précise également la date : le voyage doit être situé entre 1530/1531 et 1533. [less ▲]

Detailed reference viewed: 40 (7 ULg)
See detailFrench Admiration for Leonardo da Vinci's Last Supper
Fagnart, Laure ULg

in Pedretti, Carlo (Ed.) Catalogue of the exhibition Leonardo da Vinci & France (Amboise, Château du Clos Lucé) (2010)

Detailed reference viewed: 12 (1 ULg)
See detailThe French History of Leonardo da Vinci's Painting
Fagnart, Laure ULg

in Pedretti, Carlo (Ed.) Catalogue of the exhibition Leonardo da Vinci & France (Amboise, Château du Clos Lucé) (2010)

Detailed reference viewed: 9 (3 ULg)
See detailLéonard de Vinci et la France
Fagnart, Laure ULg; Brioist, Pascal

Conference given outside the academic context (2009)

Detailed reference viewed: 7 (0 ULg)
See detailLéonard de Vinci et la France
Fagnart, Laure ULg

Article for general public (2009)

Detailed reference viewed: 17 (3 ULg)
See detailLéonard de Vinci en France. Collections et collectionneurs (XVe-XVIIe siècles)
Fagnart, Laure ULg

Book published by L'Erma di Bretschneider (2009)

Si la littérature relative à Léonard de Vinci est aujourd’hui surabondante et si les liens entre l’Italien et la France sont bien connus, la place que ses œuvres ont occupée dans les collections ... [more ▼]

Si la littérature relative à Léonard de Vinci est aujourd’hui surabondante et si les liens entre l’Italien et la France sont bien connus, la place que ses œuvres ont occupée dans les collections françaises des XVème, XVIème et XVIIème siècles restait à définir. Le présent ouvrage vient combler cette lacune : il entend définir le goût des Français pour les tableaux de Léonard et ceux qui lui ont été attribués durant la Renaissance et l’âge classique. Y sont ainsi présentées les pérégrinations des peintures assignées à Léonard dans la collection royale française. Les souverains – François Ier en tête – ont en effet rassemblé un ensemble exceptionnel d’œuvres de l’artiste, ou considérées alors comme telles, qui, au gré des modes et des déplacements de la cour, ont été exposées dans les châteaux du Val de Loire puis à Fontainebleau, Paris et Versailles. Il est aussi question de l’engouement des Français pour la "Cène" de Santa Maria delle Grazie de Milan. Alors même qu’elle n’a jamais été conservée en France, il s’agit de l’œuvre de Léonard que les Français de cette époque apprécient le plus, comme en témoignent les copies qu’ils commandent en Lombardie et ramènent dans leurs demeures françaises. Ce livre évoque enfin les amateurs d’art, comme le cardinal de Richelieu ou Roger du Plessis de Liancourt, qui, à l’image des rois, ont également possédé des tableaux qu’ils estimaient de la main de l’Italien. [less ▲]

Detailed reference viewed: 76 (24 ULg)
See detailFrançois Ier, mécène et collectionneur d'art
Fagnart, Laure ULg

Conference given outside the academic context (2009)

Detailed reference viewed: 8 (0 ULg)
See detailEnjeux et défis du projet de l'exposition Léonard de Vinci en France au Clos Lucé
Fagnart, Laure ULg

Scientific conference (2009, March 18)

Detailed reference viewed: 1 (0 ULg)
See detailLa collection de peintures italiennes de François Ier
Fagnart, Laure ULg

Conference given outside the academic context (2009)

Detailed reference viewed: 3 (0 ULg)
Full Text
See detailLéonard de Vinci et l'art du début du XVIe siècle en France. Le recours au modèle légitime-t-il la nouvelle production artistique ?
Fagnart, Laure ULg

in Gaborit, Jean-René (Ed.) Tradition & Innovations en Histoire de l’art (2009)

Au début du XVIe siècle, plusieurs artistes actifs en France empruntent des motifs à l'art de Léonard de Vinci. L'analyse de ces réminiscences léonardesques montre que plusieurs d’entre elles paraissent ... [more ▼]

Au début du XVIe siècle, plusieurs artistes actifs en France empruntent des motifs à l'art de Léonard de Vinci. L'analyse de ces réminiscences léonardesques montre que plusieurs d’entre elles paraissent dans des ouvrages issus du milieu royal, réalisés principalement dans les années 1515-1530. La présence de ces échos s’explique par le fait qu’à cette époque les relations entre le maître italien et la royauté française sont fortement établies ; de plus, de nombreuses peintures de Léonard sont alors conservées en Touraine ; enfin, le souvenir du maître dans ces régions - l’Italien est mort au Clos Lucé en 1519 - est encore vif. Dès lors, dans la première moitié du xvie siècle, les rois de France ont-ils utilisé la personnalité et les peintures de Léonard pour garantir leur programme culturel ? Nous le pensons puisque François Ier fait venir l'Italien en France. De plus, après lui avoir offert un logement et une pension confortables, il rassemble un ensemble exceptionnel de ses tableaux. En outre, l’art de Léonard s’avère l'une des sources d'inspiration des artistes actifs en Touraine, comme si le maître avait alors constitué un lien entre l'art italien et la nouvelle création française. Ainsi, en protégeant Léonard, en acquérant ses peintures et en commandant des œuvres qui présentent des réminiscences à son art, François Ier devient un mécène exceptionnel, le digne « Père des arts et des lettres ». [less ▲]

Detailed reference viewed: 63 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailÀ propos de la propagation des formes léonardesques dans les aires septentrionales de l’Europe. La diffusion de la "Cène" de Léonard de Vinci dans la peinture flamande du XVIe siècle
Fagnart, Laure ULg

in Costa, Sandra; Poullain, Christine; Tarpin, Michel (Eds.) et al L’appel de l’Italie. Les échanges artistiques en Europe à l’époque moderne. Les Français et les Flamands en Italie (2009)

Contribution à l’histoire de la diffusion des œuvres de Léonard de Vinci dans les anciens Pays-Bas à la Renaissance, cet article analyse quelques œuvres flamandes du XVIe siècle qui présentent des ... [more ▼]

Contribution à l’histoire de la diffusion des œuvres de Léonard de Vinci dans les anciens Pays-Bas à la Renaissance, cet article analyse quelques œuvres flamandes du XVIe siècle qui présentent des citations à la "Cène" de Santa Maria delle Grazie, à savoir l’une des miniatures des "Heures de Hennessy", le polyptyque de Joos van Cleve, qui autrefois rehaussait l’autel de la chapelle Sainte-Anne de l’église Santa Maria della Pace à Gênes, et qui, aujourd’hui, est conservé au Musée du Louvre et les versions de la "Cène" de Pieter Coeck van Aelst. D’une part, nous montrons ce qui, dans cette grandiose peinture murale, a retenu l’attention des Flamands, d’autre part, nous nous interrogeons sur les intermédiaires qui ont permis aux artistes actifs dans le nord de l’Europe de découvrir le chef-d’œuvre milanais. [less ▲]

Detailed reference viewed: 81 (20 ULg)