References of "Englebert, Jérôme"
     in
Bookmark and Share    
Peer Reviewed
See detailLong protocols to Rorschach Comprehensive System and a posteriori reduction of number of responses: What is the impact on the clinical interpretation ?
Dufour, Cristelle; Englebert, Jérôme ULg; Blavier, Adelaïde ULg

Poster (2014, May 27)

Our study was interested in the exceptionally long protocols, superior to 55 answers, supplied by five subjects in the test of Rorschach according to the method of the Comprehensive System. In order to ... [more ▼]

Our study was interested in the exceptionally long protocols, superior to 55 answers, supplied by five subjects in the test of Rorschach according to the method of the Comprehensive System. In order to gain understanding of which attitude to adopt in front of this kind of protocol, we made a a posteriori reduction of the number of answers by basing us on the recommendations of Exner (Exner, on 2001), then a comparative study between the clinical interpretation realized with all of the answers and with only the first five answers by board. We also replicate this methodology of a posteriori decrease of the number of answers with four answers by board according to the new recommendations of the system R-PAS of Meyer and al. (Meyer and al, on 2009). The sample consists of three raw coal subjects and two psychiatric subjects. Our analysis highlighted a stability of certain variables (EB, Lambda, EA for example) but a difference in the psychological profile of the subjects after reduction. We observed a clarification of the fundamental difficulties to the psychiatric subjects and rather a neutralization of these difficulties for the raw coal subjects, with particularly defence mechanisms which seem more adapted. In our sample, the consideration of all of the answers or only of the partial protocol thus brings a difference in the clinical interpretation ; as a consequence any reduction should be made with big caution. Our study allows to discuss current practices of the test of Rorschach, by looking for a compromise between the inherent constraints to the validity of the test and the questions of the clinical complexity decrease appropriate to any initiative of standardization. [less ▲]

Detailed reference viewed: 20 (1 ULg)
Peer Reviewed
See detailCorrelation and integration of the Rorschach Comprehensive System and the TCI-R questionnaire
Rentmeister, Daniel; Blavier, Adelaïde ULg; Di Piazza, Laetitia ULg et al

Poster (2014, May 27)

In this study, a dual purpose is sought. First, we statistically compare the Rorschach test interpreted by the Comprehensive System from J.E. Exner and the Temperament and Character Inventory – Revised by ... [more ▼]

In this study, a dual purpose is sought. First, we statistically compare the Rorschach test interpreted by the Comprehensive System from J.E. Exner and the Temperament and Character Inventory – Revised by R. Cloninger to highlight their differences and similarities. Second, through clinical cases, we discuss the relevance of integrating the results obtained by these two tools to establish a comprehensive and consistent psychological profile of an individual. For the statistical comparison, a sample of 27 “healthy” subjects (M = 24.37 years, SD = 2.75) was first submitted to the Rorschach test. Then, immediately after, each subject completed the TCI-R. A correlation analysis (Pearson Rho) was done between various Index and a Bonferroni adjustment was made. For the case studies, 3 subjects were recruited. Anamneses were carried out and the Rorschach test and TCI-R administered. Our first results, which are to be taken with caution because of the small number of subjects in the sample, must be qualified and discussed. From 2448 statistical comparisons, we select the most relevant and discuss different correlation results. The case studies show a concordance in social relationships and impulsivity; and show that the information peculiar to each test allows us to complete the subject’s profile. Finally, it is by addressing two different epistemologies underlying these two tests that we can best explain the psychological differences highlighted in the same individuals. We conclude by suggesting that this difference in results must certainly be understood in an integrative logic and emphasizes the complementarity between these two tests. [less ▲]

Detailed reference viewed: 42 (5 ULg)
Peer Reviewed
See detailLa psychopathie considérée sous l’angle de la psychopathologie phénoménologique
Englebert, Jérôme ULg

Conference (2014, May 19)

La position de la psychopathie au sein de la tradition psychopathologique ainsi que dans les nosographies internationales contemporaines (DSM-IV et DSM-5) pose des problèmes tant épistémologiques que ... [more ▼]

La position de la psychopathie au sein de la tradition psychopathologique ainsi que dans les nosographies internationales contemporaines (DSM-IV et DSM-5) pose des problèmes tant épistémologiques que méthodologiques. À l’heure actuelle, le modèle faisant autorité est celui développé par R.D. Hare (2003) à travers l’échelle diagnostique « PCL-R ». Nous proposons de réaliser un exercice de compréhension psychopathologique (Minkowski, 1966 ; Binswanger, 1960 ; Stanghellini, 2006 ; Sass, Parnas & Zahavi, 2011) afin de procéder à la mise en évidence de la « structure psychopathologique » qui organise le fonctionnement psychologique du sujet. Cette réflexion, influencée par la pratique clinique ainsi que par certaines focalisations philosophiques, aura pour objectif de cerner différentes impasses inhérentes aux conceptions actuelles de la psychopathie. De façon plus précise, nous centrerons notre propos sur deux dimensions essentielles à l’être-au-monde psychopathique. D’une part, nous réaliserons une comparaison avec l’être-au-monde maniaque à travers les variables de l’apprésentation et de la chosification d’autrui. Nous discuterons, d’autre part, du vécu émotionnel propre à la psychopathie qui est davantage source d’adaptation (du moins en certaines situations) que de carence véritable. Ce constat nous permettra de rediscuter brièvement de la notion d’empathie en psychopathologie. Nous verrons que ces dimensions propres à l’existence psychopathique font apparaitre une thématique explicitement absente de la nosographie de Hare, celle de la morale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 43 (6 ULg)
See detailIntroduction aux travaux de Luciano Del Pistoia : corps et psychose
Englebert, Jérôme ULg

Scientific conference (2014, April 25)

Detailed reference viewed: 18 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLe psychopathe : apprésentation, chosification de l’alter ego et compétences émotionnelles
Englebert, Jérôme ULg

Conference (2014, April 23)

La psychopathie est une entité diagnostique « trouble », tant au sein de la tradition psychopathologique que dans les nosographies internationales contemporaines (DSM-IV et DSM-V). Le modèle faisant ... [more ▼]

La psychopathie est une entité diagnostique « trouble », tant au sein de la tradition psychopathologique que dans les nosographies internationales contemporaines (DSM-IV et DSM-V). Le modèle faisant autorité en psychologie forensic est celui développé par R.D. Hare (2003) à travers une échelle diagnostique appelée PCL-R. Ce modèle rencontre, d’un point de vue théorique, plusieurs apories, et, d’un point de vue clinique, de nombreuses impasses. Nous proposons de réaliser un exercice de compréhension psychopathologique axé sur notre pratique clinique en nous inspirant des recommandations du courant de la psychopathologie phénoménologique (Minkowski, 1966 ; Binswanger, 1960 ; Stanghellini, 2006 ; Sass, Parnas & Zahavi, 2011). Celui-ci suggère de procéder par la mise en évidence de la structure psychopathologique qui organise le fonctionnement psychologique du sujet. De façon plus précise, nous centrerons notre propos sur deux dimensions essentielles à l’être-au-monde psychopathique. D’une part, nous réaliserons une comparaison avec l’être-au-monde maniaque à travers les variables de l’apprésentation et de la chosification de l’alter ego – telles que les développe Binswanger (1960). Nous discuterons, d’autre part, du vécu émotionnel propre à la psychopathie qui est davantage source d’adaptation (du moins en certaines situations) que de carence véritable. Ce constat nous permettra de rediscuter brièvement de la notion d’empathie en psychopathologie. Nous verrons que ces dimensions propres à l’existence psychopathique font apparaitre une thématique explicitement absente de la nosographie de Hare, celle de la morale. [less ▲]

Detailed reference viewed: 45 (2 ULg)
See detailLe "Gate fever" : la cristallisation du temps carcéral
Englebert, Jérôme ULg

Conference (2014, April 05)

Detailed reference viewed: 53 (5 ULg)
See detailPsychopathologie et philosophie du visage en prison
Englebert, Jérôme ULg

Scientific conference (2014, March 18)

Detailed reference viewed: 18 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLe schizophrène : du paradoxe évolutionniste à la psychopathologie éthologique
Englebert, Jérôme ULg

Conference (2014, February 28)

Detailed reference viewed: 45 (3 ULg)
See detailLe dispositif carcéral : visages, corps et… liberté
Englebert, Jérôme ULg

Scientific conference (2014, January 31)

Detailed reference viewed: 38 (6 ULg)
See detailLa philosophie schizophrénique
Englebert, Jérôme ULg

Scientific conference (2014, January 30)

Detailed reference viewed: 25 (6 ULg)
See detailChangement, disparition ou éternel retour ?
Gauthier, Jean-Marie ULg; Englebert, Jérôme ULg

Scientific conference (2014, January 27)

Detailed reference viewed: 50 (13 ULg)
Peer Reviewed
See detailLe problème des protocoles longs au test de Rorschach
Dufour, Cristelle; Englebert, Jérôme ULg

Poster (2014, January 22)

Notre étude s’intéresse aux protocoles exceptionnellement longs (supérieurs à 50 réponses) fournis par cinq sujets au test du Rorschach administré et interprété selon la méthode du Système Intégré (Exner ... [more ▼]

Notre étude s’intéresse aux protocoles exceptionnellement longs (supérieurs à 50 réponses) fournis par cinq sujets au test du Rorschach administré et interprété selon la méthode du Système Intégré (Exner, 2003). Afin de mieux comprendre quelle attitude adopter face à ce type de protocole, nous avons effectué une réduction a posteriori du nombre de réponses en nous basant sur les recommandations d’Exner (1988, 1992, 2003). Nous avons ensuite réalisé une étude comparative entre l’interprétation clinique réalisée avec la totalité des réponses et avec seulement les cinq premières réponses par planche. Nous avons également reproduit cette méthodologie de réduction a posteriori du nombre de réponses avec quatre réponses par planche en nous inspirant des nouvelles recommandations du système R-PAS de Meyer et al. (2009). Selon ces propositions, un protocole de test de Rorschach serait valide lorsque le sujet fournit entre 20 et 40 réponses (entre 2 et 4 par planche). L’échantillon est composé de trois sujets tout-venant et deux sujets psychiatriques. Notre analyse a mis en évidence une stabilité de certaines variables (EB, Lambda, EA) mais d’importantes différences dans le profil psychologique des sujets après réduction. Nous avons observé une clarification des difficultés fondamentales chez les sujets psychiatriques et plutôt une neutralisation de ces difficultés pour les sujets tout-venant, avec notamment des stratégies défensives qui apparaissent plus adaptées. Selon les résultats obtenus à partir de notre échantillon, nous pouvons suggérer que la prise en compte de la totalité des réponses ou seulement du protocole partiel induit une différence dans l’interprétation clinique. En conséquence, toute réduction du nombre de réponses devrait se faire avec grande prudence. Notre étude permet de discuter des pratiques actuelles du test de Rorschach, en faisant dialoguer les contraintes inhérentes à la validité du test et les questions de la réduction de la complexité clinique propres à toute entreprise de standardisation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 33 (2 ULg)
Peer Reviewed
See detailLe Rorschach selon le Système Intégré et le TCI-R : comparaison et intégration
Rentmeister, Daniel; Englebert, Jérôme ULg; Blavier, Adelaïde ULg

Poster (2014, January 22)

Pour cette étude, un double objectif est recherché. Premièrement, nous comparons statistiquement le test de Rorschach selon le Système Intégré de J.E.Exner et le Temperament and Character Inventory – ... [more ▼]

Pour cette étude, un double objectif est recherché. Premièrement, nous comparons statistiquement le test de Rorschach selon le Système Intégré de J.E.Exner et le Temperament and Character Inventory – Revised de R. Cloninger afin de mettre en évidence leurs divergences et convergences. Deuxièmement, à l’aide de cas cliniques, nous discutons de la pertinence de l’intégration des résultats obtenus par ces deux outils en vue d’établir le profil psychologique complet et cohérent d’un individu. Pour la comparaison statistique, notre échantillon de 27 sujets tout-venant (M = 24,37 ans ; SD = 2,75) a d’abord été soumis au test de Rorschach. Directement après, chaque sujet a complété le TCI-R. Une analyse de corrélation (Rho de Pearson) a été calculée entre les indices et un ajustement de Bonferroni a été effectué. Pour l’analyse de cas, 3 sujets cliniques ont été recrutés. Une anamnèse a été réalisée et le test de Rorschach et TCI-R administré. Nos premiers résultats, qui sont à prendre avec prudence au vu du faible nombre de sujet de l’échantillon, sont à nuancer et discuter. À partir de 2016 comparaisons statistiques, nous sélectionnons les résultats les plus pertinents et discutons des différentes corrélations observées. Les analyses de cas nous montrent une concordance au niveau des relations sociales et de l’impulsivité ; et nous montrent que les informations propres à chaque test permettent de compléter le profil du sujet. Enfin, c’est en abordant les deux épistémologies différentes sur lesquelles reposent ces deux tests que nous pouvons expliquer au mieux les différences psychologiques mises en évidence à propos des mêmes individus. Nous concluons en suggérant que cette différence de résultats doit certainement être comprise selon une logique intégrative et souligne la complémentarité existant entre ces deux épreuves. [less ▲]

Detailed reference viewed: 47 (5 ULg)
Peer Reviewed
See detailArt et schizophrénie : étude comparative de biographies d’artistes d’art brut et de sujets schizophrènes peintres
Moffarts, Aloïse; Englebert, Jérôme ULg

Poster (2014, January 22)

La psychopathologie phénoménologique explique la schizophrénie en termes de perte de l'évidence naturelle (Blankenburg, 1991/1971) ou de psychopathologie du sens commun (Stanghellini, 2000, 2004, 2007 ... [more ▼]

La psychopathologie phénoménologique explique la schizophrénie en termes de perte de l'évidence naturelle (Blankenburg, 1991/1971) ou de psychopathologie du sens commun (Stanghellini, 2000, 2004, 2007). Concernant les théories consacrées à l'art et la psychopathologie, nous nous penchons sur la théorie de la Gestaltung de Prinzhorn (1984), sur l’hypothèse de l’« l'art révolutionnaire » de Sass (1992 ; Spaniol, 2001) et analysons la classification de Jádi (Hulak, 1990). Enfin, à partir de ces travaux, nous avons établi trois types d'art qui peuvent se retrouver chez des artistes malades mentaux : art brut, art naïf et art de recherche. Notre méthodologie consiste à analyser la biographie de deux artistes peintres de la famille de « l'art brut » (Aloïse Cobraz et Adolf Wölfli) en les comparant aux biographies et analyses de cas de deux patients schizophrènes se considérant comme artistes peintres. Nous avons élaboré un questionnaire semi-structuré pour questionner les artistes sur leur parcours artistique et leur rapport à l’art. Après nos analyses et le croisement avec les théories existantes, nous émettons comme hypothèse que les schizophrènes artistes se distinguent des autres types d’artistes (pathologiques ou non) dans leur rapport à la créativité. Ceci est congruent avec le concept d’« art révolutionnaire » de Sass (1992). La classification de Jádi nous permet de suggérer qu’il n’est pas cohérent de parler d’un art des malades mentaux et que le trouble psychiatrique ne peut donc pas être considéré comme l’essence de l'art brut. Enfin, nous pouvons émettre l’hypothèse que l'art semble conférer aux schizophrènes artistes une forme d'adaptation sociale eu égard au sens commun « perdu ». [less ▲]

Detailed reference viewed: 89 (8 ULg)
See detailLes sociétés de contrôle et la postmodernité à l’épreuve de la psychopathologie
Englebert, Jérôme ULg

Scientific conference (2014, January 20)

Detailed reference viewed: 29 (2 ULg)
Full Text
See detailÉthologie et psychiatrie - Albert Demaret
Englebert, Jérôme ULg; Follet, Valérie

Book published by Mardaga - Réédition et mise à jour commentée (2014)

Detailed reference viewed: 81 (24 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailIntroduction à l’ouvrage original
Englebert, Jérôme ULg; Follet, Valérie

in Demaret, Albert (Ed.) Éthologie et psychiatrie : réédition et mise à jour commentée (2014)

Detailed reference viewed: 23 (13 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL’« originalité » perceptive d’un sujet pervers au test de Rorschach
Englebert, Jérôme ULg

in Evolution Psychiatrique (2014), 79(3), 429-441

The author starts with a discussion about two notions appearing into the Rorschach test: the perception and the apperception. By this way, it is suggest ways for a phenomenological study of the Rorschach ... [more ▼]

The author starts with a discussion about two notions appearing into the Rorschach test: the perception and the apperception. By this way, it is suggest ways for a phenomenological study of the Rorschach test. These proposals are consistent with those of the Comprehensive System (Proposed by John E. Exner). Then the author proposes a protocol analyzing of a patient with a perverse psychological functioning. In one hand, the result obtained by the Form Quality (FQ) is detailed in particular regarding to the status of unusual perceptions. According to the Comprehensive System proposed by J.E. Exner, a significant proportion of responses "u" (46% for this protocol) indicates that the person is not influenced by any social request or any expectation and some of his behaviors could ignore or avoid any question about social convention. From an other point of view, when analyzing these data, an adaptive dimension for these unusual perceptions is identified. The pervert perceives the stimuli that "really exists" according to him not everyone can perceive it. This advantage allows a better adaptation to the environment and the ability to change this environment. The manipulation (a particular skill that is most of the time attributed to the perverse person) is probably a consequence of having an original perception of reality. It is also discussed the interpretation of the "anatomical content" in connection with this adaptive hypothesis. In addition, the author also discusses a particular answer of the protocol: the answer "shoes" that presents a specific perceptual characteristic. [less ▲]

Detailed reference viewed: 267 (26 ULg)
Peer Reviewed
See detailEssai de psychopathologie éthologique
Englebert, Jérôme ULg; Follet, Valérie

in Demaret, Albert (Ed.) Éthologie et psychiatrie : réédition et mise à jour commentée (2014)

Detailed reference viewed: 40 (5 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa magie et la sorcellerie des visages comme socle anthropologique de la philosophie sartrienne
Englebert, Jérôme ULg

in Etudes Sartriennes (2013), 17

L’« émotion » est la possibilité d’une « anthropologie de la relation ». Énoncer une telle proposition nécessite de définir les deux blocs qu’elle relie. Nous réaliserons cette entreprise en recourant à ... [more ▼]

L’« émotion » est la possibilité d’une « anthropologie de la relation ». Énoncer une telle proposition nécessite de définir les deux blocs qu’elle relie. Nous réaliserons cette entreprise en recourant à un troisième axe, intermédiaire : celui du visage ou, plutôt, des visages. La thèse de ce court essai tient à considérer que la phénoménologie sartrienne a déjà réalisé ce travail de fond qui requiert, pour le rendre explicite, articulation simple et ordonnancement. [less ▲]

Detailed reference viewed: 49 (12 ULg)