References of "Detroz, Pascal"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailLa regulación educativa : evaluar para mejorar
Detroz, Pascal ULg

Scientific conference (2014, May 29)

Detailed reference viewed: 12 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes boitiers de vote en pédagogie universitaire : Quels usages pour quels effets ?
Younes, Nathalie; Detroz, Pascal ULg

Conference (2014, May 21)

Une littérature de plus en plus abondante porte sur les boîtiers de vote électronique (BVE). Les premières enquêtes portaient surtout sur la satisfaction des étudiants ou des enseignants suite à leur ... [more ▼]

Une littérature de plus en plus abondante porte sur les boîtiers de vote électronique (BVE). Les premières enquêtes portaient surtout sur la satisfaction des étudiants ou des enseignants suite à leur utilisation. Les recherches se sont ensuite centrées sur l’analyse des effets sur les résultats des étudiants. Ces études, centrées essentiellement sur des mesures d’impact, passent souvent sous silence les modalités pédagogiques pourtant sous-jacentes à l’usage de ces BVE. Un peu comme si la technologie, en elle-même, entraînait de facto l’impact ainsi mesuré. Il apparaît donc fondamental d’analyser plus avant les diverses utilisations des BVE, ce que nous avons fait en proposant, dans un premier temps une classification des usages des BVE (Detroz et Younes, 2013). Selon nous, l’intérêt des BVE est manifeste uniquement lorsqu’ils visent des actions de contrôle et de transformation d’un environnement d’apprentissage préalablement identifié. Nous sommes ainsi en congruence avec des modèles du type SAMR (Puentadura, 2009). Ce modèle lie l’impact des technologies à quatre grands types d’usages qui, adaptés aux BVE, sont : La substitution : Les BVE visent à remplir une tâche identique à celle qui était utilisée avant l’informatisation. L’augmentation : Les BVE visent à remplir une tâche habituelle répétitive, mais de manière plus performante. La modification : La pédagogie est transformée par les BVE La redéfinition : les BVE permettent un nouveau type de pédagogie impossible antérieurement. Il devient, dès lors, nécessaire d’étudier l’utilisation effective de l’outil en lien direct avec la situation d’enseignement/apprentissage dans laquelle il s’inscrit et qu’il contribue à transformer. C’est dans cette perspective que nous avons mené 10 études de cas approfondies dans les universités de Liège et de Clermont-Ferrand fondées sur des entretiens conduits avec les enseignants avant et après des séances de cours observées et filmées ainsi qu’un recueil des points de vue des étudiants. Nous rendrons compte, dans cette communication, de la diversité des usages, mais aussi des conditions de succès de cet artefact. [less ▲]

Detailed reference viewed: 14 (1 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes séminaires de mise en oeuvre (SMO) : un dispositif original d'accompagnement et de développement pédagogique
Staelens, Virginie ULg; Leduc, Laurent ULg; Detroz, Pascal ULg

Conference (2014, May 20)

Dans le cadre de son programme de formations pédagogiques obligatoires des nouveaux enseignants/assistants mis en place depuis 2007, l’Institut de Formation et de Recherche en Enseignement Supérieur ... [more ▼]

Dans le cadre de son programme de formations pédagogiques obligatoires des nouveaux enseignants/assistants mis en place depuis 2007, l’Institut de Formation et de Recherche en Enseignement Supérieur (IFRES) de l’Université de Liège propose une modalité originale de développement pédagogique : les séminaires de mise en œuvre (SMO). Un SMO est défini comme un « mini parcours de formation thématique, balisé et accompagné, menant à la conception et l’introduction d’une activité pédagogique dans un cours donné ». La présente communication décrit dans un premier temps les critères définitoires établis pour les SMO. En tant que conseillers pédagogiques, nous avons établi ces critères pour définir les orientations et/ou stratégies pédagogiques adoptées dans le cadre de ce service offert aux encadrants. Dans un second temps, les présupposés théoriques et pédagogiques sur lesquels se fonde chaque critère sont détaillés (Ferman, 2002 ; Viau, 2005 ; Saroyan, Amundsen, McAlpine, Weston, Winer & Gandell, 2006) afin de comprendre l’intérêt d’un dispositif comme celui des SMO et la complémentarité de ceux-ci par rapport aux ateliers/formations plus traditionnellement proposés par l’IFRES. Aux critères définitoires des SMO sont ainsi respectivement associées diverses hypothèses (en termes d’incidences sur la motivation, l’apprentissage ou encore le développement professionnel de l’enseignant/assistant débutant). La validité de ces hypothèses est envisagée ici dans le cas de deux dispositifs de SMO expérimentés durant l’année 2012-2013 (« Concevoir le scénario pédagogique de son cours » et « Créer mon portfolio d’enseignant(e) »), dont l’examen permet tout d’abord d’illustrer la façon dont ces critères sont concrètement mis en œuvre. En relation avec chacune de ces hypothèses, diverses données récoltées auprès des participants - à l’aide d’un questionnaire individuel en ligne, mais aussi à travers les productions réalisées dans le cadre des deux séminaires - sont ensuite analysées en vue d’éprouver l’efficacité des critères définitoires adoptés, et de dresser certaines perspectives de régulation et de développement pour le dispositif des SMO [less ▲]

Detailed reference viewed: 22 (6 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailQuelques conditions d’efficience inhérentes au transfert de technologie docimologique vers le sud
Detroz, Pascal ULg; Bruyninckx, Marielle; Cauchie, Dimitri et al

Conference (2014, May 20)

Le Système Méthodologique d’Aide à la Réalisation de Tests de l’ULg a pour mission principale d’aider les enseignants à évaluer leurs étudiants. Pour ce faire, nous avons développé des outils ... [more ▼]

Le Système Méthodologique d’Aide à la Réalisation de Tests de l’ULg a pour mission principale d’aider les enseignants à évaluer leurs étudiants. Pour ce faire, nous avons développé des outils méthodologiques et logistiques. L’un de nos outils, TVI (Traitement Via Internet), propose une démarche qualité pour la correction des QCM auxquelles les étudiants ont répondu sur des feuilles de lecture optique de marques. Riche d’environ une vingtaine de contrôles qualité et garantissant la traçabilité des opérations de correction effectuées, cette démarche assure à l’étudiant que le feed-back électronique qu’il obtient de manière automatique est fiable et basé sur ses performances réelles. Nous avons pu relever que ces contrôles permettaient d’améliorer la qualité de plus de 40 % des tests corrigés par nos soins (Crahay, Piazza, Leduc et Detroz, 2013). Cette technologie, et la démarche qui la sous-tend, ont fait l’objet d’un transfert d’expertise dans deux universités situées dans des pays du sud, la Bolivie et le Vietnam. Nous considérons ces deux expériences comme autant d’analyses de cas à partir desquelles il est intéressant d’observer les conditions d’efficacité d’un tel transfert. Ces deux expériences se sont effectivement passées dans deux écologies très différentes l’une de l’autre qui sont, par ailleurs, assez éloignées de la nôtre. Dans le cadre de cette communication, nous proposons de nous pencher sur les éléments contextuels - les besoins réels de nos partenaires, leurs contraintes locales, le type de soutien qu’ils sollicitent de notre part, la temporalité du projet, les aspects techniques et scientifiques mis en avant, le type de partenariat ... - et d’en inférer quelques critères d’efficience concernant les transferts de technologie. Nous confronterons alors ces critères spécifiques aux bonnes pratiques dégagées par le service de Service de Développement humain et traitement des données, par ailleurs partenaire du projet bolivien, durant ses nombreuses collaborations nord-sud. [less ▲]

Detailed reference viewed: 13 (2 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailVers une démarche balisant la mise en place (ou la refonte) d’un dispositif d’évaluation des enseignements
Detroz, Pascal ULg

Conference (2014, May 19)

Quand on parle d’évaluation et plus particulièrement d’évaluation des enseignements (EE), les expressions désignant l’objet à évaluer, mais aussi ce que ces expressions recouvrent, varient ... [more ▼]

Quand on parle d’évaluation et plus particulièrement d’évaluation des enseignements (EE), les expressions désignant l’objet à évaluer, mais aussi ce que ces expressions recouvrent, varient considérablement d’un pays à l’autre (Romainville et Coggi, 2009). Témoin et acteur privilégiés de la réforme de l’EE dans notre institution, nous affirmons également que cette terminologie varie fortement à l’intérieur d’une même institution. Les sens, les représentations, les attitudes, les valeurs portées par l’évaluation des enseignements sont, dès lors, aussi, une affaire de terrain facultaire et, plus prosaïquement, d’individus. Face à la nécessité, pour l’ULg, d’opter pour un système centralisé – nécessitant une vision commune - et devant un certain enlisement du dossier, nous avons rédigé une note méthodologique et proposé une démarche de travail comprenant neuf éléments linéaires plus quatre éléments transversaux. Utile pour baliser et structurer la réflexion, cette démarche doit
 être perçue comme un outil
de dialogue partagé
par les divers acteurs, 
ayant pour mission
d’implémenter les dispositifs d’évaluation. Elle n’a donc pas un caractère prescriptif. Cette démarche, largement étayé par la littérature vise à permettre aux différents regards de converger dans un processus itinérant. Dans notre institution, elle s’est révélée très efficace. Celle-ci propose [1] de déterminer les objectifs et la posture de l’évaluation [2] d’analyser les niveaux d’investigation et les sources disponibles [3] de déterminer les objets de l’évaluation [4] de déterminer les outils de l’évaluation [5] de construire ces outils [6] de mettre en œuvre ces outils et de récolter le matériel d’évaluation [7] de traiter les données et de porter un jugement [8] de prendre des décisions de régulation [9] de réguler le dispositif d’évaluation. Les éléments transversaux sont liés à [1] la planification [2] la contextualisation-acceptation [3] l’information-formation et [4] la microrégulation. Notre communication portera sur cette démarche ainsi que sur une analyse critique de son utilisation à l’ULg. [less ▲]

Detailed reference viewed: 38 (1 ULg)
Full Text
See detailLos roles de un SMART en una universidad
Leclercq, Dieudonné ULg; Detroz, Pascal ULg

in IDEAS Innovaciones en Dispositivos de Evaluación de los Aprendizajes en la enseñanza Superior (2014)

Un Sistema Metodológico de Apoyo a la Realización de Tests (SMART) ayuda docentes en la concepción y la realización de pruebas estandarizadas y en el procedimiento de las respuestas de los estudiantes ... [more ▼]

Un Sistema Metodológico de Apoyo a la Realización de Tests (SMART) ayuda docentes en la concepción y la realización de pruebas estandarizadas y en el procedimiento de las respuestas de los estudiantes (calculo de varios índices relativos a cada pregunta y cada solución de las PSM), como en las retroinformaciones automatizadas a los estudiantes. Un enfoque especial es dedicado al uso de cajas de voto a distancia (clickers). [less ▲]

Detailed reference viewed: 30 (1 ULg)
Full Text
See detailThe Advanced Master in Higher Education Pedagogy (Formasup) resorts both to blended learning and to eLearning
Delfosse, Catherine ULg; Jérôme, Françoise ULg; Detroz, Pascal ULg et al

Conference (2014, March 21)

The presentation, and the associated poster, reports on the theoretical foundations and modes of delivery of Formasup, an advanced master in higher education pedagogy, offered by the IFRES (Institut de ... [more ▼]

The presentation, and the associated poster, reports on the theoretical foundations and modes of delivery of Formasup, an advanced master in higher education pedagogy, offered by the IFRES (Institut de Formation et de Recherche en Enseignement Supérieur), at the University of Liège. [less ▲]

Detailed reference viewed: 63 (8 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailUtilisation des technologies dans l’enseignement supérieur : une équation résolue ?
Detroz, Pascal ULg

Conference (2014, January)

L’utilisation des technologies dans le domaine de l’évaluation n’est pas récente. Il y a un peu plus de 10 ans, nous aurions d’ailleurs parlé de «nouvelles technologies». Ce glissement sémantique ... [more ▼]

L’utilisation des technologies dans le domaine de l’évaluation n’est pas récente. Il y a un peu plus de 10 ans, nous aurions d’ailleurs parlé de «nouvelles technologies». Ce glissement sémantique, supprimant le caractère de «nouveau» à un élément que l’on côtoie depuis maintenant plus de deux décennies, semble légitime, mais peut-on en déduire que l’usage de ces outils est aujourd’hui un phénomène mature et que le débat à leur sujet est obsolète ? Les difficultés ont-elles été toutes surpassées ? En sait-on plus sur la transformation d’un outil technologique (artefact) en un instrument (au sens de Rabardel, 1995) dont l’usage est porteur du sens pour les différentes parties prenantes de la relation évaluative ? Nous ne nous engageons pas beaucoup en disant que le doute subsiste quant à ces questions. Ce symposium questionne l’usage des TIC en évaluation. Pour ce faire, le cadre d’analyse que nous utiliserons en toile de fond est le modèle d’analyse TPACK développé par Keohler et Mistra en 2009 que nous adapterons toutefois au domaine de l’évaluation. Nous nous référerons également au modèle SAMR[1] (Puentadura, 2009). Ce modèle recense quatre types d’usages des technologies. Ciblés sur l’évaluation, ces usages sont : La substitution : l’outil informatique vise à remplir une tâche évaluative identique à celle qui était utilisée avant l’informatisation. L’augmentation : l’outil informatique vise à remplir une tâche habituelle répétitive, mais de manière plus performante. La modification : les processus d’évaluation sont transformés, de facto, par l’utilisation des technologies. La redéfinition ; les technologies permettent un nouveau type d’évaluation impossible antérieurement. Nous utiliserons ces modèles pour comprendre les différentes portes d’entrées par lesquelles une institution ou un individu effectue le choix de recourir aux technologies dans le cadre de l’évaluation. En effet, si beaucoup de chemins mènent à ces technologies, nous faisons l‘hypothèse que ceux réellement empruntés, sur le terrain, ne sont pas sans effet sur les éventuels écueils jalonnant la mise en œuvre et l’acceptation des dispositifs évaluatifs intégrant les TIC. Réunissant un collectif de chercheurs en provenance de six institutions et de trois pays différents, ce symposium, sur base des exemples apportés par les différents contributeurs, visera à soumettre cette hypothèse au débat. A cette fin, nous avons choisi des contributions riches et variées. A cet égard, Kathy Perret et Mallory Schaub, témoins privilégiés de l’implémentation des TIC dans le cadre de l’évaluation des enseignements par les étudiants dans leur université respective (Bourgogne et Genève) analyseront les effets, en terme d’avantages et d’inconvénients de tels dispositifs. Valerie Defaweux et ses collègues, quant à eux, nous relateront (et analyseront) une utilisation innovante des technologies rendant plus authentique l’évaluation dans des cours d’anatomie à l’Université de Liège. Pascal Detroz et Nathalie Younes présenteront un cadre intégrateur permettant de différencier les divers types d’usages des boîtiers de vote électronique à l’université. Pour leur part, Sawsen Lakhal et Julie-Lyne Leroux dégageront et commenteront dix caractéristiques des évaluations intégrant les TIC, caractéristiques qui devraient, selon les auteurs, être prises en compte lors de la mise en oeuvre de scénarios pédagogiques utilisés à des fins évaluatives. Enfin, la communication de Sawsen Lakhal, Hagr Khecine et Daniel Pascot rendra quelque peu la parole aux étudiants. Leur étude porte sur le degré d’acceptation par les étudiants des systèmes de visio-conférence utilisés à l’université. Même si cette utilisation n’est pas analysée dans le cadre de situation d’évaluation, l’émergence de cet outil, y compris dans des situations d’assessement, rend leurs travaux féconds dans notre contexte. Pour amorcer une discussion collective, Pascal Detroz, à titre de discutant, recadrera les différentes communications dans les modèles précédemment évoqués. Références Koelher, M.J. & Mishra, P. (2006). Technological Pedagogical Content Knowledge : A Framework for Teacher knowledge. Teacher College Record Volume 108, Number 6, June 2006, pp 1017-1054. Teachers College, Columbia University. Puentedura, R R. (2009). As We May Teach: Educational Technology, From Theory Into Practice (online). https://itunes.apple.com/itunes-u/as-we-may-teach-educational/id380294705?mt=10 [accessed 20 july 2013]. Rabardel (1995). Les hommes et les technologies. Approche cognitive des instruments contemporains. Paris : Armand Colin. [less ▲]

Detailed reference viewed: 54 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL’évaluation formative interactive avec les boitiers de vote : un cadre intégrateur
Detroz, Pascal ULg; Younes, Nathalie

Conference (2014, January)

L’utilisation des « boîtiers de vote » ou « télévoteurs » se généralise actuellement dans les universités et les collèges américains et européens, en particulier pour les cours à fort effectif. Il ... [more ▼]

L’utilisation des « boîtiers de vote » ou « télévoteurs » se généralise actuellement dans les universités et les collèges américains et européens, en particulier pour les cours à fort effectif. Il s’agirait même de la technologie la plus novatrice dans le contexte des cours magistraux et, depuis une dizaine d'années, on peut constater dans la littérature un certain engouement pour cette technologie qui renouvelle des problématiques plus anciennes. En effet, les systèmes actuels, souples et légers, sont désormais accessibles aux enseignants sans mobiliser des connaissances techniques importantes. Le dispositif consiste à solliciter les étudiants par des questions intégrées dans un logiciel de présentation de type PowerPoint. Les étudiants répondent individuellement ou par équipe aux questions posées à l’aide de télécommandes. Les résultats s'affichent instantanément dans Excel sous forme de représentation graphique et peuvent être exploités avec l’ensemble du groupe. Les boitiers de vote, comme toutes les technologies de l’information et de la communication, constituent des artefacts. Ils ont été pensés par leurs créateurs dans une certaine finalité, visant des actions de contrôle et de transformation de l’environnement d’apprentissage préalablement identifié. Dans la lignée d’auteurs tels que Rabardel (1995), il nous semble toutefois nécessaire d’étudier plus avant l’action instrumentée qui en est faite, c’est-à-dire l’utilisation effective de l’outil dans un environnement pédagogique. C’est, selon nous, de cette utilisation que dépendra une éventuelle plus-value sur les apprentissages. Dans cette communication, nous proposons un cadre intégrateur des différentes utilisations qui peuvent être faites des télévoteurs. Pour le concevoir, nous avons analysé les différentes utilisations décrites dans la littérature. Nous avons aussi fait le lien avec notre expertise dans le domaine : notre expérience est riche de plus de 500 utilisations que nous avons pu observer. Des études de cas approfondies ont également été réalisées à cette fin. [less ▲]

Detailed reference viewed: 49 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailL’évaluation des enseignements par les étudiants : une mesure à la hauteur ?
Detroz, Pascal ULg

in Fallon, Catherine; Leclercq, Bruno (Eds.) Leurres de la qualité dans l'enseignement supérieur ? Variations internationales sur un thème ambigu (2014)

Detailed reference viewed: 43 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailPourquoi les enseignants sous exploitent- ils les potentialités du système de feedbacks ?
Crahay, Vinciane ULg; Piazza, Aurélie ULg; Leduc, Laurent ULg et al

Conference (2013, October 22)

En un peu moins de 20 ans, le concept de réflexivité (Schön, 1994) a acquis une telle portée heuristique, qu’il est maintenant considéré comme étant l’un des moteurs principaux du développement ... [more ▼]

En un peu moins de 20 ans, le concept de réflexivité (Schön, 1994) a acquis une telle portée heuristique, qu’il est maintenant considéré comme étant l’un des moteurs principaux du développement professionnel des enseignants (Charlier, 2000). La mise en application de ce concept offre également un matériau riche et utile au chercheur qui essaie de comprendre le fonctionnement cognitif des enseignants. En effet, comme le souligne Perrenoud (2001), la réflexivité implique le fait de penser l’action professionnelle au plus près, y compris dans ses composantes les moins visibles : la réflexion, avant, pendant et après l’action (p. 45). En ce sens, elle rend cette action plus visible, elle en améliore la lecture. Même si les domaines de la pédagogie et ceux de l’organisation s’échangent les concepts sans trop de difficultés (le concept de compétence en est un bel exemple), et malgré le fait que la notion d’organisation apprenante (Argvris et al., 1978) ait aujourd’hui rejoint le sens commun, on parle assez peu de réflexivité institutionnelle. Or, la pratique réflexive, non plus abordée en termes individualisants, mais bien portée au niveau d’une organisation, nous semble porteuse d’intérêt. Pour l’organisation, certes, qui y trouve une opportunité d’évolution, mais également pour la communauté, notamment scientifique, qui peut ainsi mieux comprendre les rouages de celle-ci. C’est dans cette perspective que nous avons écrit ce document. Nous proposons d’y présenter une réflexion, praxéologique et réflexive, sur les actions du Système d’Aide à la Réalisation de Tests (SMART) de l’Université de Liège. Celle-ci nous semble intéressante à plus d’un titre. D’une part, la nature même du SMART nous semble mériter une certaine attention. En effet, celui-ci peut se définir comme un centre docimologique dont la vocation essentielle est d’aider les enseignants de l’ULg à concevoir, administrer et piloter les évaluations qu’ils proposent à leurs étudiants. A notre connaissance, une telle structure est peu fréquente à l’Université, le conseil docimologique étant le plus souvent le parent pauvre du conseil pédagogique dans lequel il se retrouve souvent noyé. D’autre part, le SMART est une organisation qui fonctionne depuis plus d’une quinzaine d’années. Cela nous donne un certain recul par rapport à la manière d’aborder notre métier de conseiller docimologique. Cela nous permet également d’avoir un avis critique sur les évolutions des pratiques d’évaluation au sein de notre établissement et, sans doute, au sein des établissements universitaires en général. Ajoutons également que nous avons nourri, dès l’origine, l’ambition de recueillir quelques indicateurs, certes frustes mais bien réels, de notre fonctionnement. Selon nous, ceux-ci donnent incontestablement du corps à notre analyse. Ce papier est donc un peu hybride. Entre présentation de dispositif, retour d’expérience et analyse de cas, il a pour ambition, sur base d’une analyse réflexive de 15 ans d’actions, de dégager les lignes de forces et de faiblesses de notre accompagnement docimologique. Il a aussi pour ambition d’éclairer une face souvent dans l’ombre de l’activité des enseignants universitaires, à savoir les modalités d’évaluation (Romainvile, 2006). [less ▲]

Detailed reference viewed: 16 (4 ULg)
Full Text
See detailEtude de cas portant sur la révision du dispositif d'évaluation des enseignements à l'Université de Liège
Detroz, Pascal ULg; Leduc, Laurent ULg; Deum, Mélanie ULg et al

Scientific conference (2013, January 11)

La littérature francophone dans le domaine de l’évaluation des enseignements (EE) comprend un certain nombre d’études de cas portant sur la mise en route d’un dispositif EE. Elle nous présente par ... [more ▼]

La littérature francophone dans le domaine de l’évaluation des enseignements (EE) comprend un certain nombre d’études de cas portant sur la mise en route d’un dispositif EE. Elle nous présente par ailleurs de nombreux dispositifs d’EE riches et variés. Par contre, elle est plus silencieuse sur les éléments en tension lors de réformes de dispositifs EE préexistants. Peut-on en déduire que la mise en place d’un système d’EE et sa refonte obéissent aux mêmes logiques. Cela ne nous semble pas être le cas. Les résistances à l’évaluation nous semblent prendre une forme différente dans les deux cas de figure envisagés : par exemple, nous avons constaté que lors d’une reforme du dispositif, ce n’est plus l’idée et la pertinence même de l’évaluation qui est sujette à caution, mais bien le rapport coût bénéfice pour chacun des acteurs concernés. Cet exemple illustre l’intérêt de décrire, sous la forme d’études de cas, des situations de réformes avec leurs freins et adjuvants spécifiques. C’est l’objectif de notre contribution qui décrit la refonte du système d’EE à l’Université de Liège. Au final, la procédure aujourd’hui proposée nous semble riche et complète. En effet, elle distingue 4 acteurs de la régulation des enseignements auxquels elle propose 6 outils de récolte de données. Ce dispositif nous semble par ailleurs répondre à un certain nombre de prescrits ou de conseils présents dans la littérature que nous développerons lors de notre présentation. [less ▲]

Detailed reference viewed: 22 (3 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa dynamique paradoxale de l'EEE
Younes, Nathalie; Rege Colet, Nicole; Detroz, Pascal ULg et al

in Vantourout, Marc; Douasdé, R; Romaiville, Marc (Eds.) Evaluation et enseignement supérieur (2013)

Detailed reference viewed: 74 (26 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa dynamique paradoxale de l’évaluation de l’enseignement par les étudiants
Younes, Nathalie; Rege Colet, Nicole; Detroz, Pascal ULg et al

in Romainville, Marc; Goasdoué, Remi; Vantourout, Marc (Eds.) Évaluation et enseignement supérieur (2013)

Detailed reference viewed: 18 (0 ULg)
See detailDans quelles conditions l’évaluation des compétences par ordinateur est-elle valide et fiable ?
Detroz, Pascal ULg

Conference (2012, January)

Avec les avenues qu’offre le Web2.0, le processus d’évaluation des apprentissages en éducation/formation pourrait subir des transformations auxquelles on n’osait penser il y a très peu de temps. Il est ... [more ▼]

Avec les avenues qu’offre le Web2.0, le processus d’évaluation des apprentissages en éducation/formation pourrait subir des transformations auxquelles on n’osait penser il y a très peu de temps. Il est ainsi fort possible que la contribution humaine à ce processus soit toute autre que celle que les étudiants du XXe siècle ont connue. Mais ces transformations à venir du processus d’évaluation et de ses objets signifient-elles qu’il y aura un prix à payer en termes de validité et de fidélité ? Ainsi, l’entrée en jeu de nouveaux outils pour observer et recueillir des données sur les compétences développées pose des défis particuliers parce que dans une approche par compétence ce qui doit être évalué diffère passablement de ce qui est valorisé lorsque les seules connaissances sont visées. L’effervescence observée à cet égard est ainsi une bonne occasion pour faire le point sur ce qu’il est possible de faire pour évaluer des compétences en utilisant l’ordinateur (i.e. les TIC) et sur la validité et la fidélité du processus d’évaluation dans ce contexte. [less ▲]

Detailed reference viewed: 44 (6 ULg)
Full Text
See detailLes étudiants sont-ils compétents pour évaluer la qualité des enseignements
Detroz, Pascal ULg

in Dierendonck, Christophe (Ed.) Actes du colloque du 24ème colloque de l'ADMEE (2012, January)

Detailed reference viewed: 65 (14 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLes étudiants sont-ils compétents pour évaluer la qualité des enseignements ?
Detroz, Pascal ULg; Blais, Jean-Guy

in Mesure et Evaluation en Education (2012)

Cet article répond à cette question centrale : « Les étudiants sont-ils compétents pour évaluer la qualité des enseignements ? » en l’abordant selon deux angles distincts. Le premier a trait aux attitudes ... [more ▼]

Cet article répond à cette question centrale : « Les étudiants sont-ils compétents pour évaluer la qualité des enseignements ? » en l’abordant selon deux angles distincts. Le premier a trait aux attitudes et représentations des différentes parties prenantes quant à cette question. Ces attitudes ne sont pas univoques bien qu’elles soient, en tendance, favorables à l’implication des étudiants dans les dispositifs d’évaluation des enseignements. Le second a trait à la validité de l’information ainsi récoltée. La plupart des recherches et les méta-analyses effectuées soutiennent plutôt la validité de l’EEE. Ce n’est cependant pas toujours le cas et cette validité est au moins partiellement en débat. Les auteurs plaident, dans les conclusions, pour que l’écologie locale et le contexte, notamment disciplinaire, soient pris en compte lors d’analyses de la validité qui devraient, selon eux, envisager des méthodologies plus naturalistes. [less ▲]

Detailed reference viewed: 18 (0 ULg)