References of "CHARLIER, Corinne"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
Peer Reviewed
See detailApplication of the characteristic function to evaluate and compare analytical variability in an external quality assessment scheme for serum ethanol
Coucke, Wim; Charlier, Corinne ULiege; Lambert, Willy et al

in Clinical Chemistry (2015), 61

As a cornerstone of quality management in the laboratory, External Quality Assessment (EQA) schemes are used to assess laboratory and analytical method performance. The characteristic function is used to ... [more ▼]

As a cornerstone of quality management in the laboratory, External Quality Assessment (EQA) schemes are used to assess laboratory and analytical method performance. The characteristic function is used to describe the relation between the target concentration and the EQA standard deviation, which is an essential part of the evaluation process. The characteristic function is also used to compare the variability of different analytical methods. We fitted the characteristic function to data from the Belgian External Quality Assessment program for serum ethanol. Data included results from headspace gas chromatography and the enzymatic methods of Abbott, Roche, Siemens, and Ortho-Clinical Diagnostics. We estimated the characteristic function with weighted nonlinear regression. By introducing dummy variables, we rewrote the original formula of the characteristic function to assess statistical inference for comparing the variability of the different analytical methods. The characteristic function fitted the data precisely. Comparison between methods showed that there was little difference between the estimated variability for low concentrations, and that the increase in SD with increasing target concentration was slower for Abbott and Roche than for the other methods. The characteristic function can successfully be introduced in clinical schemes, although its applicability to fit the data should always be assessed. Because of its easy parameterization, it can be used to assess differences in performance between analytical methods and to assess laboratory performance. The characteristic function also offers an alternative framework for coefficients of variation to describe variability of analytical methods. [less ▲]

Detailed reference viewed: 29 (1 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLe dosage du cobalt dans le sang par ICP-MS : application aux patients porteurs de prothèses de hanche en métal
MISTRETTA, Virginie ULiege; Charlier, Corinne ULiege

in Toxicologie Analytique & Clinique (2015), 27(2), 91-98

Objectif Les patients porteurs de prothèse de hanche à couple métal-métal (PHM) présentent un taux de cobalt circulant supérieur à celui de la population générale. Chez ces patients, le dosage du cobalt ... [more ▼]

Objectif Les patients porteurs de prothèse de hanche à couple métal-métal (PHM) présentent un taux de cobalt circulant supérieur à celui de la population générale. Chez ces patients, le dosage du cobalt permet d’apprécier le risque toxique éventuel de l’implant et peut servir d’indicateur de révision ou de remplacement de cette prothèse. A cette fin, une méthode de dosage a été validée et appliquée à des patients porteurs de PHM. Méthode Le dosage du cobalt est réalisé sur 500 μL de sang total, après dilution dix fois dans une solution aqueuse acide et après ajout de 100 μL d’une solution de standard interne titrée à 500 μg/L de germanium. L’échantillon est ensuite analysé par un spectromètre de masse avec source d’ionisation par plasma induit haute fréquence (ICP-MS). La méthode décrite a été validée par l’approche de l’erreur totale au moyen du logiciel e•noval (Arlenda®). Résultats La méthode de dosage a été validée avec succès. Elle est linéaire de 0,5 à 50 μg/L. L’inexactitude et l’imprécision intra- et inter-essais sont inférieures à 5 % et 8 %, respectivement. L’incertitude de mesure est inférieure à 17 %. La concentration sanguine moyenne de cobalt estimée sur une période de 1 an à partir de 107 prélèvements de patients porteurs de PHM est de 2,61 μg/L (nombre de patients : 98 ; âge moyen : 60 ans ; ratio hommes/femmes : 38/60). Ce résultat est inférieur au seuil recommandé dans ces populations, fixé à 7 μg/L de cobalt sanguin. Conclusion La méthode analytique présentée permet de doser le cobalt sanguin, notamment chez les patients porteurs de PHM. Ce dosage est recommandé pour le suivi de ces patients, en association avec un examen clinique et radiologique. [less ▲]

Detailed reference viewed: 246 (16 ULiège)
Full Text
See detailEstimation du délai entre la consommation d'héroïne et le prélèvement de sang chez des consommateurs chroniques
DUBOIS, Nathalie ULiege; Charlier, Corinne ULiege

in Toxicologie Analytique & Clinique (2015, June), S27(2), 43

Detailed reference viewed: 29 (2 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEvaluation d'une trousse de dépistage de l'éthylène glycol par méthode enzymatique
DEVILLE, Marine ULiege; HALENG, Jeanine ULiege; Henrad, Valérie et al

in Toxicologie Analytique et Clinique (2015, June), S27(2), 60-61

Detailed reference viewed: 27 (7 ULiège)
See detailProfession : toxicologue médicolégal
CHARLIER, Corinne ULiege

Conference given outside the academic context (2015)

Detailed reference viewed: 50 (1 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEfficacy of heroin-assisted treatment in Belgium: a randomised controlled trial
Demaret, Isabelle ULiege; Quertemont, Etienne ULiege; Litran, Géraldine et al

in European Addiction Research (2015), 21(4), 179-187

Background/Aims: Heroin-assisted treatment (HAT) can improve the condition of heroin addicts still using street heroin after a methadone treatment. In Belgium, a new trial compared the efficacy of a HAT ... [more ▼]

Background/Aims: Heroin-assisted treatment (HAT) can improve the condition of heroin addicts still using street heroin after a methadone treatment. In Belgium, a new trial compared the efficacy of a HAT to existing methadone maintenance treatment. Methods: In this randomised controlled trial, HAT was limited to 12 months. Participants were assessed every 3 months. They were responders if they showed improvement on the level of street heroin use, health or criminal involvement. Results: 74 participants were randomised in the trial. The experimental group (n=36) counted 30% of responders more than the control group (n=38) at each assessment point (p<0.05), except at 12 months where the difference (11%) was no longer significant (p=0.35). Still, after 12 months, participants in the experimental group reported significantly greater improvements (p<0.05) than the control group on the level of street heroin use and on the level of physical and mental health. Both groups reported significantly less criminal facts after 12 months (p<0.001), but with no significant difference between the groups. Conclusions: This trial confirms the short-term efficacy of HAT for severe heroin addicts, who already failed methadone treatment. [less ▲]

Detailed reference viewed: 108 (30 ULiège)
See detailToxicomanies : nouvelles substances, nouveaux usages
CHARLIER, Corinne ULiege

Conference given outside the academic context (2015)

Detailed reference viewed: 21 (0 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEstimation of the Time Interval between the Administration of Heroin and the Sampling of Blood in Chronic Inhalers
DUBOIS, Nathalie ULiege; HALLET, Claude ULiege; SEIDEL, Laurence ULiege et al

in Journal of Analytical Toxicology (2015)

To develop a model for estimating the time delay between last heroin consumption and blood sampling in chronic drug users. Eleven patients, all heroin inhalers undergoing detoxification, were included in ... [more ▼]

To develop a model for estimating the time delay between last heroin consumption and blood sampling in chronic drug users. Eleven patients, all heroin inhalers undergoing detoxification, were included in the study. Several plasma samples were collected during the detoxification procedure and analyzed for the heroin metabolites 6-acetylmorphine (6AM), morphine (MOR), morphine-6-glucuronide (M6G) and morphine-3-glucuronide (M3G), according to a UHPLC/MSMS method. The general linear mixed model was applied to time-related concentrations and a pragmatic four-step delay estimation approach was proposed based on the simultaneous presence of metabolites in plasma. Validation of the model was carried out using the jackknife technique on the 11 patients, and on a group of 7 test patients. Quadratic equations were derived for all metabolites except 6AM. The interval delay estimation was 2–4 days when only M3G present in plasma, 1–2 days when M6G and M3G were both present, 0–1 day when MOR, M6G and M3G were present and <2 h for all metabolites present. The ‘jackknife’ correlation between declared and actual estimated delays was 0.90. The overall precision of the delay estimates was 8–9 h. The delay between last heroin consumption and blood sampling in chronic drug users can be satisfactorily predicted from plasma heroin metabolites. [less ▲]

Detailed reference viewed: 79 (24 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailBlood alcohol concentration in drivers of Liege aera (Belgium) : a 5-year analysis
DEVILLE, Marine ULiege; Charlier, Corinne ULiege

in Acta Clinica Belgica (2015), 00

Objectives: The objective of the present study was to describe the results of the blood alcohol determinations made on drivers from the Liege area between July 2007 and December 2012. Methods: The results ... [more ▼]

Objectives: The objective of the present study was to describe the results of the blood alcohol determinations made on drivers from the Liege area between July 2007 and December 2012. Methods: The results were interpreted according to the sex, to the age, to the circumstances and temporal variation of the blood test. Statistical analysis was performed using R® software. Results: During this 5-years period, 2725 determinations were done, mainly in the context of road crashes. The mean blood alcohol concentration (BAC) was 1.69 g/L, and 2132 drivers were above the legal threshold. A large majority of offenders (77%) were men, but the mean BAC did not differ significantly between men (1.69 g/L) and women (1.67 g/L). A statistically significant correlation between age and mean BAC can be observed, if we only consider the positive cases. Concerning the temporal variation of the results, lowest mean BACs are observed during the daytime while highest mean BACs are measured during the night. In both cases, no statistically significant difference can be observed if we compare the week and the weekend. Finally, no statistically significant difference in BAC was observed over years. [less ▲]

Detailed reference viewed: 29 (8 ULiège)
Peer Reviewed
See detailChapitre XII. Toxicologie, circulation routière et conduite sous influence
Beauthier, Jean-Pol; Leistedt, Samuel; Charlier, Corinne ULiege et al

in Beauthier, Jean-Pol (Ed.) A la découverte de la médecine légale (2015)

Des spécialistes se sont réunis pour traiter dans un langage clair et dépourvu de technicité, les principales thématiques ayant trait à la médecine légale. Tout au long de l’ouvrage les auteurs montrent ... [more ▼]

Des spécialistes se sont réunis pour traiter dans un langage clair et dépourvu de technicité, les principales thématiques ayant trait à la médecine légale. Tout au long de l’ouvrage les auteurs montrent que la médecine légale trouve ici sa meilleure place, à savoir celle de jouer véritablement d’interface entre médecine et droit. En autres, les thèmes suivants sont abordés : - Les méthodes d’exploration des personnes décédées ; - La description des lésions ; - La balistique lésionnelle ; - Les accidents du trafic routier ; - La médecine légale clinique ; - Les effets des drogues sur la santé mentale ; - Le profilage criminel ; - Les scènes de crime ; - L’anthropologie médico-légale ; - Etc. [less ▲]

Detailed reference viewed: 33 (5 ULiège)
Peer Reviewed
See detail11. Si on prend un médicament, faut-il s'abstenir de boire de l'alcool ?
Scuvée-Moreau, Jacqueline ULiege; Charlier, Corinne ULiege; Seutin, Vincent ULiege

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 57 (10 ULiège)
Peer Reviewed
See detail41. Est-il vrai que même les boissons déclarées "sans alcool" contiennent un peu d'alcool et sont susceptibles de provoquer une légère intoxication ?
Charlier, Corinne ULiege; DEVILLE, Marine ULiege; DENOOZ, Raphael ULiege

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 28 (5 ULiège)
Peer Reviewed
See detail19. Les femmes supportent-elles moins l'alcool que les hommes ?
DEVILLE, Marine ULiege; DENOOZ, Raphael ULiege; Charlier, Corinne ULiege

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

Detailed reference viewed: 26 (3 ULiège)
Peer Reviewed
See detail16. En dessous de 0,5 g/l dans le sang, est-il vrai que l'alcool n'augmente pas le risque d'accident ?
Charlier, Corinne ULiege; DEVILLE, Marine ULiege; DENOOZ, Raphael ULiege

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 23 (2 ULiège)
Peer Reviewed
See detail13. L'alcool peut-il rendre aveugle ?
Charlier, Corinne ULiege; DENOOZ, Raphael ULiege; DEVILLE, Marine ULiege

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 47 (6 ULiège)
Peer Reviewed
See detail7. Pendant la Grossesse, est-il vrai que l'on peut boire jusqu'à deux verres d'alcool par jour ?
Charlier, Corinne ULiege; DEVILLE, Marine ULiege; DENOOZ, Raphael ULiege

in Seutin, Vincent; Scuvée-Moreau, Jacqueline; Quertemont, Etienne (Eds.) L'alcool en questions (2015)

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées ... [more ▼]

L’alcool remonte le moral. Une petite cuite n’a jamais tué personne. Boire un café atténue l’effet de l’alcool. Le binge drinking est un fléau nouveau… De nombreuses idées reçues, certaines fondées, d’autres pas, sont véhiculées à propos de l’alcool et de ses conséquences. L’alcool soulève aussi de multiples questions : L’alcool est-il une drogue ? L’alcool est-il aphrodisiaque ? L’alcoolisme est-il héréditaire ? Combien l’alcool coûte/rapporte-t-il à la société ? Peut-on guérir de l’alcoolisme ?… Ce livre a pour but de démont(r)er certaines idées reçues sur l’alcool et d’apporter des réponses aux questions que chacun se pose. Les auteurs ne se bornent pas à répondre par vrai ou faux, ils fournissent les explications, appuyées sur l’état des connaissances scientifiques actuelles, qui permettent d’infirmer ou de confirmer ces idées reçues ou de répondre à ces questions. Ils nuancent le propos lorsque la réponse n’est pas de l’ordre du tout ou rien. Il est indéniable que l’excès d’alcool est nuisible à la santé. Il existe cependant une littérature scientifique démontrant des effets positifs sur la santé de la consommation en quantités modérées de certaines boissons alcoolisées. Ce mélange d’effets positifs et négatifs explique que le public a développé une relation d’amour-haine avec l’alcool. Ainsi, les abstinents complets sont parfois qualifiés de rabat-joie. Les alcooliques chroniques (5 à 10 % des occidentaux, selon les études épidémiologiques !) sont, quant à eux, souvent trop vite jugés. Ce qui est certain c’est que l’alcoolo-dépendance est source de beaucoup de souffrances pour la personne et son entourage. Ces 41 réponses à des questions sur l’alcool visent à donner des balises au lecteur, littérature scientifique à l’appui. [less ▲]

Detailed reference viewed: 37 (4 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailChapter 4 : Human Exposure of Bisphenol A : Review of the Urinary Levels in the General Population
PIRARD, Catherine ULiege; Charlier, Corinne ULiege

in Gibert, Yann (Ed.) Bisphenol A : Sources, Risks of Environmental Exposure and Human Health Effects (2015)

Detailed reference viewed: 43 (5 ULiège)
Full Text
Peer Reviewed
See detailDetermination of COBALT in patients with metal hip prosthesis
MISTRETTA, Virginie ULiege; Charlier, Corinne ULiege

Poster (2014, October 18)

Detailed reference viewed: 23 (2 ULiège)