References of "Brunet, Sébastien"
     in
Bookmark and Share    
Full Text
See detailExpertise et politiques publiques
Brunet, Sébastien ULg; Fallon, Catherine ULg; Pironet, Alexia

in Beaufays, Jean; Matagne, Geoffroy (Eds.) La Belgique en mutation (2009)

Dans les processus d’élaboration, de mise en oeuvre et d’évaluation des politiques publiques, l’identification de la connaissance pertinente servant de socle à l’action publique n’est jamais un exercice ... [more ▼]

Dans les processus d’élaboration, de mise en oeuvre et d’évaluation des politiques publiques, l’identification de la connaissance pertinente servant de socle à l’action publique n’est jamais un exercice anodin et automatique s’imposant à tous comme une évidence. Il s’agit de rassembler des informations permettant de structurer un espace décisionnel le plus souvent chargé d’incertitude. Car il faut rappeler cette évidence : sans incertitude, l’expert est inutile. Si le décideur politique pouvait imaginer de façon autonome tous les scénarios envisageables, prévoir avec précision l’impact et les conséquences de ses choix, le recours à l’expertise ne se justifierait pas. L’expertise prend des formes multiples, pas seulement scientifique. La forme d’expertise la plus couramment rencontrée est celle qui découle d’une longue familiarité avec le domaine et le type de question en jeu. Dans ce sens traditionnel, il y a par exemple des experts de la chasse, de la sécurité routière et des rapports conjugaux. Ces personnes ont accumulé une longue expérience pratique qui leur permet de savoir ce que le commun des mortels ne sait pas, ce qui est possible et ce qui ne l’est pas1. On retrouve ici un concept traditionnel de l’expertise, qui est le produit d’un réseau stable de production d’expériences et d’évidences permettant d’éclairer la décision. Mais dans la société actuelle, quand il s’agit de mobiliser de la connaissance dans un processus décisionnel, on ouvre grandes les portes à d’innombrables controverses. Au lieu d’être confronté à une connaissance stabilisée, objective, neutre, universelle et s’exprimant d’une seule voix, le décideur se retrouve face à une explosion d’expertises aux ancrages bien souvent hétérogènes. D’une part, la science a acquis un statut particulier en matière d’expertise, parce que la connaissance scientifique peut revendiquer un statut de prééminence qui légitime toute forme de savoir et tend à discréditer les informations provenant d’experts qui ne pourraient pas se targuer d’une certification scientifique. D’autre part, les questions dérivées des innovations techniques excluent par leur caractère innovant la possibilité de construction de savoirs par la seule familiarité : comme on le lira ci-dessous dans le domaine de la bioéthique, le décideur ne peut fonder son choix que sur des savoirs partiels et incertains. Serait-ce pour autant plus confortable, d’un point de vue politique, d’être confronté à une connaissance monolithique et univoque ? La réponse à cette question ne relève certainement pas de l’évidence. Si quelquefois, une connaissance certaine et homogène permet aux décideurs de légitimer leurs actions, elle implique également une certaine perte de pouvoir quant à l’identification des options et la nature des décisions à prendre. L’axe expertise-politique doit être évalué en tenant compte de l’environnement de la politique publique considérée et de son degré de maturité, en se référant à des modèles d’interactions adaptés. [less ▲]

Detailed reference viewed: 164 (31 ULg)
Full Text
See detailRisques modernes et planification d'urgence: le cas de la crise financière
Brunet, Sébastien ULg; Gillon, Patrick ULg; Fallon, Catherine ULg

in Maganda, Carmen; Koff, Harlan (Eds.) Perspectivas comparativas del liderazgo - Comparative Perspectives on Leadership (2009)

Detailed reference viewed: 76 (17 ULg)
Full Text
See detailÉtude sur les possibilités d'accompagnement des PME wallonnes du secteur agro-alimentaire dans une optique de pérennisation et de développement
Brunet, Sébastien ULg; Claisse, Frédéric ULg; Erpicum, Martin ULg et al

Report (2009)

Via la recherche Synerwal, le laboratoire SPIRAL s'est attaché à comprendre pourquoi les PME wallonnes du secteur de la transformation agro-alimentaire utilisaient peu les outils prévus pour favoriser ... [more ▼]

Via la recherche Synerwal, le laboratoire SPIRAL s'est attaché à comprendre pourquoi les PME wallonnes du secteur de la transformation agro-alimentaire utilisaient peu les outils prévus pour favoriser leur développement et leur pérennisation. À cet objectif initial – élucider les facteurs qui stimulent et contrecarrent l'utilisation des outils – se greffait un objectif complémentaire : proposer des pistes de réflexion destinées à améliorer cet usage. « PME wallonnes », « transformation agro-alimentaire », « outils de développement économique » : d'emblée, l'étude de ces concepts s'est imposée pour appréhender une thématique dont nous devinions l'importance. Essentiellement composé de PME1 et de microentreprises2, la transformation agroalimentaire est, en effet, le secteur manufacturier le plus important d’Europe3 tandis qu’il apparaît en troisième position pour la Région wallonne4 (en termes d’emplois comme de chiffre d’affaires ou de valeur ajoutée). L’étude des trois concepts précités nous a rapidement conduits à retraduire la question initiale. De fait, leur apparente homogénéité recouvrait une pluralité de notions parmi laquelle nous avons dû opérer des choix méthodologiques et théoriques. Exposée tout au long de ce rapport, notre réinterprétation de la question initiale apparaîtra comme une clef d’analyse privilégiée de la problématique. Cette réinterprétation doit beaucoup aux trois étapes méthodologiques successivement appliquées pour accéder aux représentations des acteurs impliqués : prise de connaissance du corpus de textes produit par leurs soins et à leur propos ; réalisation d'entretiens semi-directifs fondés sur ces informations préalables et destinés à repérer les aspects saillants de la problématique ; mises en oeuvre d'un delphi informatisé (Mesydel) de sorte à déterminer des consensus sur base desquels construire des propositions concrètes de changement. Loin d'une exhaustivité parfaite, l'application systématique de ces méthodologies a toutefois appuyé la neutralité et l'objectivité de nos analyses. [less ▲]

Detailed reference viewed: 80 (19 ULg)
See detailPromotion de la santé et agenda politique
Brunet, Sébastien ULg

Article for general public (2009)

Deuxième journée liégeoise de promotion de la santé: Vers des recommandations face aux inégalités sociales de santé Prof. Sébastien Brunet SPIRAL, Université de Liège Introduction Voilà sans doute une ... [more ▼]

Deuxième journée liégeoise de promotion de la santé: Vers des recommandations face aux inégalités sociales de santé Prof. Sébastien Brunet SPIRAL, Université de Liège Introduction Voilà sans doute une tâche bien difficile que celle de conclure et de proposer des perspectives au terme d'une journée entière de réflexion et d'échanges aussi riches qu'intenses à propos de questions aussi passionnantes que fondamentales pour la vie concrète d'un nombre malheureusement croissant de nos concitoyens. Cette tâche est d'autant plus difficile qu'il ne peut aucunement être question de clôturer, de fermer, enfin d'arrêter un processus qui a commencé il y a une dizaine d'années et dont la vocation est de se poursuivre avec le soutien des acteurs de terrain de la promotion de la santé, c'est à dire vous. Aussi, lorsque les portes de la salle académique de l'Université de Liège se refermeront sur cette journée, elles ne se refermeront certainement pas sur la dynamique dont vous êtes porteurs. Dynamique qui vise à une plus grande cohérence dans l'élaboration et la mise en oeuvre des politiques publiques dans le domaine de la promotion de la santé. Le processus entamé par le Centre Liégeois de Promotion de la Santé depuis sa création et auquel vous êtes étroitement associés en est une belle illustration. Cependant, et c'est sans doute la raison pour laquelle un politologue vous adresse ces quelques mots, votre mobilisation et vos projets ont nécessairement affaire au monde politique que cela soit en termes de financement ou d'élaboration du cadre général dans lequel vos actions prennent place. Si dans vos activités professionnelles, vous avez déjà expérimenté directement ou indirectement le monde politique et ses modes de fonctionnement, il est important d'identifier les principales difficultés de l'action politique dans le domaine de la promotion de la santé, et ce, afin de permettre un transfert cohérent de connaissances du terrain vers les décideurs publics. Car, et c'est là le principal problème, les échanges avec le monde politique dans le domaine de la promotion de la santé se caractérisent par deux grandes difficultés que je vous propose d'explorer. brièvement. D'une part, et presque par définition, les questions relatives à la promotion de la santé sont aussi des questions qui débordent largement d'un cadre particulier en interpellant bien d'autres dimensions telles que le sport, la culture, l'environnement, la mobilité et la sécurité alimentaire pour ne prendre que les dimensions les plus significatives. La promotion de la santé devrait donc être un domaine d'action des pouvoirs publics fondamentalement interdisciplinaire, au sens des disciplines scientifiques mobilisées, et transversal d'un point de vue politico-institutionnel. Premier écueil, première difficulté irréductible... C'est l'ensemble de ces secteurs qui concourent à l'effectivité de politiques publiques cohérentes dans le secteur de la promotion de la santé. Or, ils font l'objet de partages de compétences complexes entre les niveaux fédéral, régional, communautaire, provincial et communal. Et pour chaque niveau de compétence, nous retrouvons encore une myriade d'intervenants potentiels. Vous l'aurez compris, l'intersectorialité, par ailleurs incontournable dans la promotion de la santé, est un principe extrêmement difficile, voire impossible à appliquer au niveau de l'élaboration des politiques publiques. En outre, conséquence de cette complexité politico-institutionnelle, l'identification des « bons » interlocuteurs est un exercice délicat qui exige la mobilisation d'une véritable expertise institutionnelle. L'approche nécessairement systémique qui doit présider dans le domaine de la promotion de la santé cadre donc mal avec le découpage morcelé et cloisonné qui caractérise l'organisation institutionnelle de nos sociétés modernes. D'autre part, la seconde difficulté réside dans l'atomisation des acteurs de terrain face au monde politique. En effet, si le secteur de la promotion de la santé se caractérise par de nombreux intervenants aux compétences diverses mais complémentaires qui s'articulent autour de ce que l'on appelle des « poches de précarité », il n'en va pas de même lorsqu'il s'agit d'interagir avec les autorités politiques. Le secteur, loin de s'exprimer d'une seule voix, n'agit pas de manière concertée quand il s'adresse aux politiques. Il perd donc en cohérence et en capacité de persuasion, chaque intervenant étant ramené à ses propres réalités d'existence en termes de financement, de personnel, de public-cible ou encore d'infrastructure. Ces deux caractéristiques, rapidement esquissées, sont en réalité les deux faces d'une même pièce. D'un côté, un monde politique complexe, cloisonné et confronté à de nombreuses demandes éparses et quelquefois contradictoires, et de l'autre, un secteur diversifié, intersectoriel mais atomisé dans l'expression de ses demandes. Il convient donc de penser l'organisation du dialogue entre ces deux entités. Une solution pourrait consister à faire remonter les demandes du terrain vers un seul et même point de convergence qui pourrait alors jouer le rôle d'amplificateur auprès du monde politique. En rassemblant et en harmonisant les demandes particulières du secteur, ce lieu de convergence pourra formuler des propositions cohérentes et plus claires dans le cadre de l'élaboration de véritables politiques publiques dans le domaine de la promotion de la santé. Face à l'expression d'une telle demande d'intersectorialité et d'interdisciplinarité, le monde politique sera peut-être amené a être plus réflexif par rapport à ses propres modes de fonctionnement dans l'élaboration et la mise en oeuvre des politiques publiques de promotion de la santé. Bien entendu, cette nouvelle approche ne sera possible que si les acteurs de terrain s'accordent sur cet intermédiaire entre eux et le politique et si surtout, ils acceptent de rentrer complètement dans cette dynamique en unissant leurs forces et en abandonnant leurs demandes particulières. Le chemin de la cohérence ressemble un peu à celui qu'emprunte Sancho dans son périple auprès de Don Quichotte... [less ▲]

Detailed reference viewed: 64 (7 ULg)
Full Text
See detailDe l’inefficacité des murs
Brunet, Sébastien ULg

Article for general public (2009)

Detailed reference viewed: 57 (3 ULg)
Full Text
See detailLa perception sociale des risques: étude de cas sur les champs électromagnétiques en Belgique
Brunet, Sébastien ULg; Delvenne, Pierre ULg; Fallon, Catherine ULg

Conference (2008, November 14)

Dans le cadre de cette étude, nous avons voulu mesurer la perception sociale du risque relatif à l’exposition aux champs électromagnétiques. Notre objectif était d’identifier les modes de connaissances ... [more ▼]

Dans le cadre de cette étude, nous avons voulu mesurer la perception sociale du risque relatif à l’exposition aux champs électromagnétiques. Notre objectif était d’identifier les modes de connaissances auxquels se référent des individus qui font face à un risque empreint d’un niveau élevé d’incertitude scientifique. Comment ce public, mobilisé autour d’une problématique complexe, acquiert-il un niveau d’expertise suffisant pour comprendre les enjeux multiples (sociaux, économiques, éthiques, politiques et environnementaux) d’une technologie sur la société et ses modes d’organisation ? Quelle vision a-t-il des acteurs politiques et subpolitiques (Beck, 2001) qui prennent part aux débats ? Quel niveau de confiance accorde-t-il à un monde politique qui, en cas de risque majeur, pourrait invoquer une démarche précautionneuse et récupérer une partie du pouvoir décisionnel qui semblait lui échapper (Brunet, Delvenne & Joris, 2007) ? En situation de haute incertitude scientifique, qui sont les experts ? Quelle relation entretiennent les différents stakeholders 1 avec les autorités publiques? Le risque électromagnétique constitue un exemple éclairant de nouveau risque technologique, qui suscite une mobilisation sociale particulière et met en évidence les défis technologiques, sociaux, éthiques et politiques que nos sociétés occidentales doivent affronter à l’aube du XXIe siècle. [less ▲]

Detailed reference viewed: 144 (21 ULg)
Full Text
See detailFrom Bio to Nano: Learning From The Past to Shape the Future of Technology Assessment
Delvenne, Pierre ULg; Fallon, Catherine ULg; Thoreau, François ULg et al

Conference (2008, October 12)

In many Western countries over the last 35 years, the quest for more scientific governance on <br />crucial technological issues led to a broadening of the political world’s sphere of competences. <br ... [more ▼]

In many Western countries over the last 35 years, the quest for more scientific governance on <br />crucial technological issues led to a broadening of the political world’s sphere of competences. <br />Indeed, various countries decided that dealing with global, invisible, irreversible and irreparable <br />risks had to be handled by an appropriate tool of management of technological innovations. So the <br />usefulness to institutionalize parliamentary Technology Assessment (PTA) offices emerged. <br />Nowadays, PTA is an instrument particularly suitable to study the new shape of science and <br />society’s interface and it represents a remarkable attempt to reform the institutional settings of <br />innovation. <br />However, while the overall uncertainty surrounding science and technology has been used by public <br />actors like parliamentarians or ministers in the past to legitimize a first generation of PTAs, the <br />emergence of a second generation in the 1990’s – centred on the constructive, interactive or <br />participatory TA approches – emphazises the co-evolution of technology and society rather than the <br />former linear determinist rationale. In this context, the STS community of scholars is increasingly <br />called upon by the public authorities to provide a “professional service role” (RIP, 1994), that is to <br />say to take a step into action out of the border of their intellectual engagement. <br />Then, we suggest to compare two successive periods by looking at the institutional management of <br />two distinct-but-complementary technological issues: biotechnology and nanotechnology. The <br />former has been taken into account by public actors at a time when the second generation of PTAs <br />was not yet rooted in the political practices. Thus, the management of the public debate related to <br />biotechnology has been characterized by a lack of sensitive, fruitful and interactive communication <br />between the stakeholders involved in the TA process, while the first applications were already being <br />commercialized. On the other hand, the latter is currently being tackled at a moment when the social <br />shaping of technology is widely acknowledged as well as the STS community may be invited to <br />pass from observation to participation in the political sphere. Given the uncertainty and complexity <br />encircling nanotechnology as well as its huge potential in many interconnected disciplinary fields, <br />the need to avoid the pitfall of the biotechnology’s experience is commonly accepted. <br />We offer to take nanotechnology as one of the most challenging technological issue to look beyond <br />the biotechnology’s roadblock and to show in which proportion the same scenario is reasonably <br />thinkable today, in order to spotlight whether we have learnt from the past in considering what is <br />1 <br />sometimes called “a new industrial revolution”. <br />We will raise some research questions like: how different are current TA practices as compared to <br />former ones? Are there new regimes emerging? Given the current technological convergence, how <br />complicated would it be to deal with NBIC technologies if we missed the point with biotechnology <br />alone? How suitable is PTA to engage in such interdisciplinary issues? Are we assisting the <br />emergence of a third PTA generation around the growing role of the STS community? How does <br />this scientific community dialogue with the historians of science who analyzed the earlier industrial <br />revolutions? [less ▲]

Detailed reference viewed: 85 (10 ULg)
Peer Reviewed
See detailDealing with nanotechnology: Do the boundaries matter?
Brunet, Sébastien ULg; Delvenne, Pierre ULg; Fallon, Catherine ULg et al

in Martorell, S.; Guedes Soares, C.; Barnett, J. (Eds.) Safety, Reliability and Risk Analysis: Theory and Applications (2008, September 23)

Detailed reference viewed: 56 (19 ULg)
See detailGLIMMER – Global-Local Information Merging for Maturing Emergency Response
Binon, Kris; Brunet, Sébastien ULg; Cornélis, Bernard et al

Report (2008)

Un guide, d’accord... mais pour quoi faire ? Nous tous sommes quotidiennement exposés à une variété inimaginable de risques. Au niveau individuel, ces risques sont liés à notre constitution personnelle, à ... [more ▼]

Un guide, d’accord... mais pour quoi faire ? Nous tous sommes quotidiennement exposés à une variété inimaginable de risques. Au niveau individuel, ces risques sont liés à notre constitution personnelle, à nos activités, à nos relations sociales, et à nos biens matériels et immatériels. Ce n'est que lorsqu'ils se concrétisent que nous en subissons les effets, par exemple respectivement: allergie, chute à ski, divorce, panne de gsm ou trou de mémoire. À ces risques touchant la sphère privée, s'ajoutent les risques touchant tout ou partie de la société. Ces derniers proviennent soit de la société ellemême ou de ses composantes (e.g. pollution atmosphérique, émeute), soit de l'environnement naturel (e.g. tremblement de terre). 2. Pour les risques concernant la société, les autorités publiques ont mis en oeuvre une série de politiques pour rencontrer les attentes et besoins de la population. En cas de sinistres, l’intervention d’acteurs organisés (services d'incendie, de secours, de police, cellule de crise,...) permet de répondre aux situations d'urgence. De façon à améliorer cette réponse, des plans d'intervention et d'urgence sont établis. Ces plans trouvent leur fondement dans une démarche pro-active: l'analyse de risques. Le nombre des risques étant quasiment infini, il importe d’opérer des choix. Les objectifs de ce guide sont multiples : - aider les acteurs des cellules de sécurité à travailler ensemble; - proposer des moyens permettant d’opérer un choix à bon escient; - contribuer à la prise de décisions rationnelles en matière de planification; - favoriser les échanges entre les autorités territoriales et avec les entreprises privées; - ... 3. La démarche suivie par le projet GLIMMER repose sur l'apprentissage organisationnel. Cela implique d'une part le partage d'expériences, mais aussi de franchir des paliers avec l'ensemble des autorités publiques. Ce manuscrit est l'embryon d'un manuel plus développé. Vu la demande des autorités locales de commencer leur travail d'analyse de risques avec la présente méthode, le comité d'accompagnement a décidé de mettre à leur disposition ce guide qui contient le coeur de la méthode élaborée. Des bribes d'une version ultérieure peuvent donc apparaître de temps à autre dans ce document. 4. Cette première version du guide est divisée en quatre parties principales. La première partie vise à replacer le guide dans un contexte général (celui de la gestion des risques et de la planification) et particulier (celui la mise en place de cellules de sécurité). La deuxième partie a pour objectif de fournir un cadre théorique. Il s’agit principalement de rendre compréhensible des concepts parfois flous, polysémiques ou mal maîtrisés et de constituer un cadre de référence commun. La troisième partie n’a pour autre ambition que de fournir une aide à la mise en place des cellules de sécurité et à leur bon fonctionnement. La quatrième partie est dédiée aux méthodes d'analyse de risques. Enfin, le guide est agrémenté d’annexes dans lesquelles se trouvent outils, renseignements utiles, etc. [less ▲]

Detailed reference viewed: 60 (5 ULg)
See detailRapport d'évaluation sociologique sur la carte d'identité électronique belge
Erpicum, Martin ULg; Brunet, Sébastien ULg

Report (2008)

Le SPF-Fedict a commandité une étude, indépendante, visant à l'évaluation des systèmes d’identification électronique et plus particulièrement de l'eID. Cette étude a été effectuée le service d’évaluation ... [more ▼]

Le SPF-Fedict a commandité une étude, indépendante, visant à l'évaluation des systèmes d’identification électronique et plus particulièrement de l'eID. Cette étude a été effectuée le service d’évaluation des risques et de politologie générale de l’Université de Liège, le SPIRAL1. Cette étude se compose de plusieurs parties. L'objectif est de présenter un panel sociologique des avis portant sur d’identification électronique en Belgique. Nous aborderons de prime abord les questions de pertinence de la recherche, ensuite viendront les questions méthodologiques. Nous analyserons ensuite les avis récoltés, et enfin, nous proposerons un ensemble de recommandations visant à l’amélioration du processus de publicisation et de mise en application de l’eID. À la base de ce projet se trouve un questionnement : « Comment un système d'identification peut à la fois se moderniser, afin de s'insérer dans les modes de vie actuel, tout en conservant sa fonction de lien de confiance2 entre le citoyen et son gouvernement ? ». La question n'est pas simple tant les innovations dont font preuves les gouvernements européens ces dernières années en matière d'informatisation se sont développées sur des bases sécuritaires. Les thèses de l’État qui surveille ont le vent en poupe. Et pour cause, les failles de sécurité mènent les gouvernements et les entreprises à déployer les TIC destinés à la surveillance parfois au mépris des principes d'intimité. Ces innovations sont d'autant bienvenues qu'elles stimulent la croissance dans nos économies concurrentielles de marché ouvert. Corrélativement, elles peuvent également – si suffisamment d'attention n'est pas porté à leurs implantations - apporter de l'inégalité dans un monde qui voit sans arrêt grandir la disparité d'accès aux technologies informatiques, notamment Internet. Les espaces lisses qui peuplent notre quotidien tendent à devenir toujours plus finement sillonnés des multiples systèmes de surveillance et de contrôle. Le développement des dispositifs d’identification, d'authentification et de surveillance est à cet égard aujourd’hui un exemple particulièrement emblématique et délicat de cette tendance. Dans ce contexte contemporain qui se trouve marqué par une multiplication des technologies de sécurité à l’échelle mondiale ainsi que par l'insuffisance des débats publics autour de ces innovations. La présente recherche a pour objectif de répondre à ces faiblesses et à l’apparente « acceptabilité » que ces dispositifs de contrôle de plus en plus dématérialisés semblent générer en proposant une analyse de « ce que les gens pensent ». Nous adopterons une démarche du type « sociologie compréhensive ». [less ▲]

Detailed reference viewed: 61 (9 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailThe Tolerability of Risk
Delvenne, Pierre ULg; Brunet, Sébastien ULg

in Journal of Risk Research (2008)

Detailed reference viewed: 158 (37 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailLa planification d'urgence sous tension
Fallon, Catherine ULg; Brunet, Sébastien ULg; Cornélis, Bernard ULg

in Cahiers de la Sécurité (2008), 3(Janvier-Mars), 72-83

Emergency preparedness is essential in our Western societies. It serves to reassure the community on the measures taken for its safety and to organise the activities of all those working in the field ... [more ▼]

Emergency preparedness is essential in our Western societies. It serves to reassure the community on the measures taken for its safety and to organise the activities of all those working in the field. However, emergency planning procedures are under pressure as the result of a dual trend: the emergence of new risks and a more complex institutional setting. [less ▲]

Detailed reference viewed: 147 (37 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailGouvernance et politiques de santé: les chemins de la cohérence
Brunet, Sébastien ULg; Fallon, Catherine ULg; Joris, Geoffrey ULg et al

in Revue Française de Santé Publique (2008), vol.20(n°2/2008), 3-16

Detailed reference viewed: 52 (14 ULg)
See detailFood Chain Security and Vulnerability: Belgian Case Study
Brunet, Sébastien ULg; Fallon, Catherine ULg

Conference (2007, October 25)

Detailed reference viewed: 12 (2 ULg)