References of "Prigent, Gaïd"
     in
Bookmark and Share    
See detailAdaptation française du LARSP
Prigent, Gaïd ULg; Parisse, Christophe; Maillart, Christelle ULg

Scientific conference (2013, April 16)

Detailed reference viewed: 35 (0 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailThe Impact of Dual-Tasking on Sentence Comprehension in Children with Specific Language Impairment
Leclercq, Anne-Lise ULg; Majerus, Steve ULg; Prigent, Gaïd ULg et al

in Journal of Speech, Language, and Hearing research (2013), 56

Purpose: This study assesses the hypothesis of a limitation in attentional allocation capacity as underlying poor sentence comprehension in children with SLI. Method: Fifteen children with SLI, 15 age ... [more ▼]

Purpose: This study assesses the hypothesis of a limitation in attentional allocation capacity as underlying poor sentence comprehension in children with SLI. Method: Fifteen children with SLI, 15 age-matched controls, and 15 grammar-matched controls. Sixty sentences were presented in isolation, and 60 sentences were presented with a concurrent non-linguistic target-detection task. If poor attentional allocation capacity is a core deficit in SLI, they should be impaired to a greater extent in the dual task condition relative to the grammatical-age controls. On the contrary, a comparable performance decrement under the dual-task condition in children with SLI and younger language controls would attest of a limitation in attentional allocation capacity in children with SLI that is not disproportionate to their language level. Results: Sentence comprehension was affected by the dual-task condition to a greater extent in children with SLI relative to age-controls, but not relative to grammatical-controls. Conclusions: Our study does not support limitations in attentional allocation capacity as representing a core deficit in SLI. Rather, our data show that these children show attentional allocation capacity comparable to that of younger children having similar language level, suggesting that SLI is characterized by a slowed development of both attentional and language domains. [less ▲]

Detailed reference viewed: 220 (84 ULg)
Full Text
Peer Reviewed
See detailEtude de l’impact d’une tâche interférente sur les performances en compréhension morphosyntaxique d’enfants dysphasiques.
Prigent, Gaïd ULg; Leclercq, Anne-Lise ULg; Maillart, Christelle ULg

in Cahiers de l'ASELF (2011)

La dysphasie, définie comme un trouble spécifique du développement du langage, demeure encore très mal comprise aujourd'hui et continue d‟être au coeur de la réflexion de nombreuses études. Plusieurs ... [more ▼]

La dysphasie, définie comme un trouble spécifique du développement du langage, demeure encore très mal comprise aujourd'hui et continue d‟être au coeur de la réflexion de nombreuses études. Plusieurs hypothèses ont tenté d‟expliquer les difficultés des enfants atteints de ce trouble. Celle de la limitation des capacités de traitement, qui suggère un déficit de la vitesse de traitement ou de la mémoire de travail comme origine des troubles langagiers, en est un exemple intéressant. Et si les troubles morphosyntaxiques de ces enfants pouvaient être expliqués en termes de limitation des capacités de traitement ? Certains auteurs vont dans ce sens et c‟est ce que nous avons voulu évaluer dans notre étude. Pour cela, une tâche de compréhension morphosyntaxique a été créée. Dans ces phrases, trois facteurs influençant les ressources de traitement utilisées ont été manipulés : la fréquence lexicale des mots utilisés, la longueur des phrases et la réalisation d'une tâche interférente. Notre hypothèse suppose une dégradation plus importante des performances des enfants dysphasiques par rapport à celles des enfants contrôles suite à l'augmentation des demandes en ressources de traitement. Or, si les résultats obtenus nous permettent d'attester de la standardisation de notre tâche ; nous ne pouvons corroborer l'hypothèse de la limitation des capacités de traitement. En effet, des différences entre les groupes sont observées mais la chute de la performance des enfants dysphasiques escomptée n'est pas mise en évidence. Et quand nous nous attachons à comprendre les différences entre les trois groupes d'enfants, c'est une explication en termes de niveau langagier qui serait privilégiée. [less ▲]

Detailed reference viewed: 153 (21 ULg)